Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 4 sur 18]

Edmond77 


Habitué
Habitué
Bonjour crédo,

Jéhovah rend deux jugements opposés. Aux brebis, il dit: “Venez.” Aux chèvres: “Allez-vous-en loin de moi.” Les brebis hériteront de “la vie éternelle”; les chèvres se verront réserver le “retranchement éternel”. — Matthieu 25:46.

Crédo je me répète, mais en quel sens les méchants vont-ils “ au châtiment éternel ” ? La plupart des traductions emploient le mot “ châtiment ” en Matthieu 25:46. Or, le sens premier du terme grec rendu ici, kolasin, désigne l’“ élagage des arbres ”, ou l’action de retrancher les branches inutiles. Dès lors, les personnes comparables à des brebis reçoivent la vie éternelle, tandis que celles comparables à des chèvres — des individus non repentants — subissent le « châtiment éternel » ou « retranchement éternel » en ce sens qu’elles seront retranchées pour toujours de la vie.
On lit dans El Evangelio de Mateo: “La vie éternelle, c’est la vie définitive; son contraire est la punition définitive. L’adjectif grec aïônios n’indique pas en premier lieu la durée, mais la qualité. La punition définitive est la mort pour toujours.” — Professeur Juan Mateos (retraité de l’Institut biblique pontifical, Rome) et professeur Fernando Camacho (Centre de théologie, Séville), Madrid, 1981.

Cependant, le moment où Jésus prononcera le jugement final sur les brebis et les chèvres de la parabole est encore à venir. Quand le Fils de l’homme arrivera en sa qualité de Juge, il décidera que les vrais chrétiens, nombreux, — en fait, “une grande foule” de brebis vouées à Jéhovah — répondent aux critères leur permettant d’entrer dans le monde nouveau à travers la période finale de “la grande tribulation”. Cette perspective devrait nous réjouir (Révélation 7:9, 14). D’un autre côté, un très grand nombre de personnes issues de “toutes les nations” auront eu un comportement de chèvres entêtées. Elles “s’en iront au retranchement éternel”. Quel soulagement pour la terre!

Je comprends qu’il est difficile d’avoir une vision claire du dessein de Dieu en étant d’obédience catholique. Le magma bible/paganisme/apocryphes à tout obscurcit, je constate le désir louable de l’église de vouloir en sortir en disant, et là je cite la Commission de la doctrine de l’Église d’Angleterre qui déclarait en 1995 : “ L’enfer, ce n’est pas les tourments éternels, mais le choix ultime et irrévocable de ce qui s’oppose si entièrement et si absolument à Dieu que la seule issue en est la non-existence totale. ”
Dieu jugera dans sa miséricorde la responsabilité des religions qui en enseignant cet affreux mensonge des tourments éternels à donné maintes prétextes aux actes de violence du moyen-âge, en voilà un « Marie Ire, reine d’Angleterre (1553-1558), connue sous le nom de “ Marie la Sanglante ” pour avoir fait périr presque 300 protestants sur le bûcher, aurait déclaré : “ Comme les âmes des hérétiques doivent brûler éternellement en enfer dans l’autre monde, il n’y a rien de plus approprié en ce qui me concerne que d’imiter la vengeance divine en les brûlant sur la terre. »
Quoiqu’il en soit, des millions d’hommes et de femmes du passé qui n’étaient pas des serviteurs de Dieu, auront la possibilité d’être sauvés. La Bible explique que, dans le monde nouveau promis par Dieu, « il va y avoir une résurrection tant des justes que des injustes » (Actes 24:15).(Je précise sur terre). Et à notre époque, le salut est toujours accessible à ceux qui décident d’adorer Dieu. En tout cas, il ne nous appartient pas de juger qui sera sauvé et qui ne le sera pas. Le jugement ne revient à personne d’autre qu’à Jésus (Jean 5:22, 27).
Amicalement Edmond77

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Edmond 77 a écrit :Je comprends qu’il est difficile d’avoir une vision claire du dessein de Dieu en étant d’obédience catholique.

Pas du tout.Tout est très clair:
- dans la parabole du riche et du pauvre , le riche est loin du Christ (image du ravin) et en souffre
- Au jugement dernier, les "chèvres" (dans ma version j'ai "boucs")sont rejetées : loin de moi dit le Christ, dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges : encore une séparation qui provoque une souffrance
-en Mt 25,30 : jetez-le dehors, dans les ténèbres : là seront les pleurs et les grincements de dents. " Encore une séparation et une souffrance
-M^me pour ton allusion à un élagage : élaguer c'est enlever à l'arbre les branches qui nuisent à son développement. Encore une séparation des bonnes avec les mauvaise et une souffrance : la branche élaguée se meurt lentement de ne plus être irriguée.
-Pour les moissonneurs, encore une séparation entre le bon grain et l'ivraie et une souffrance : l'ivraie va brûler.
Il en est toujours ainsi: le mauvais souffre d'être rejeté loin de Dieu. Et le mot éternel signifie : qui n'a pas de fin.

Aussi le catéchisme de l'eglise catholique est-il en phase avec cela lorsqu'il dit : "La peine principale de l’enfer consiste en la séparation éternelle d’avec Dieu en qui seul l’homme peut avoir la vie et le bonheur pour lesquels il a été crée et auxquels il aspire."

Dieu jugera dans sa miséricorde la responsabilité des religions qui en enseignant cet affreux mensonge des tourments éternels.

Tu crois que si tu as raison ou si c'est moi qui ai raison pour ce qui est de l'existence de l'enfer, cela a une importance capitale pour ton salut ? Notre salut dépend de nos oeuvres qui sont le fruit de notre foi. Savoir la vérité sur l'enfer ne nous servira de rien au jour du jugement car l'accomplissement de la Loi c'est l'amour.

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité
Celui qui marche dans les ténèbres,ne sait ou il va,parce qu'il vie en séparation d'avec Dieu.
Il ont abandonné leur première demeure,c'est a dire Dieu.

Jean 1


1.1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
1.2 Elle était au commencement avec Dieu.
1.3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.
1.4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
1.5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.

E. de Jesus 


Récurrent
Récurrent
Japprouve ANDJ

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@Credo a écrit:
Edmond 77 a écrit :Je comprends qu’il est difficile d’avoir une vision claire du dessein de Dieu en étant d’obédience catholique.

Pas du tout.Tout est très clair:
- dans la parabole du riche et du pauvre , le riche est loin du Christ (image du ravin) et en souffre
- Au jugement dernier, les "chèvres" (dans ma version j'ai "boucs")sont rejetées : loin de moi dit le Christ, dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges : encore une séparation qui provoque une souffrance
-en Mt 25,30 : jetez-le dehors, dans les ténèbres : là seront les pleurs et les grincements de dents. " Encore une séparation et une souffrance
-M^me pour ton allusion à un élagage : élaguer c'est enlever à l'arbre les branches qui nuisent à son développement. Encore une séparation des bonnes avec les mauvaise et une souffrance : la branche élaguée se meurt lentement de ne plus être irriguée.
-Pour les moissonneurs, encore une séparation entre le bon grain et l'ivraie et une souffrance : l'ivraie va brûler.
Il en est toujours ainsi: le mauvais souffre d'être rejeté loin de Dieu. Et le mot éternel signifie : qui n'a pas de fin.

Aussi le catéchisme de l'eglise catholique est-il en phase avec cela lorsqu'il dit : "La peine principale de l’enfer consiste en la séparation éternelle d’avec Dieu en qui seul l’homme peut avoir la vie et le bonheur pour lesquels il a été crée et auxquels il aspire."

Dieu jugera dans sa miséricorde la responsabilité des religions qui en enseignant cet affreux mensonge des tourments éternels.

Tu crois que si tu as raison ou si c'est moi qui ai raison pour ce qui est de l'existence de l'enfer, cela a une importance capitale pour ton salut ? Notre salut dépend de nos oeuvres qui sont le fruit de notre foi. Savoir la vérité sur l'enfer ne nous servira de rien au jour du jugement car l'accomplissement de la Loi c'est l'amour.

Tu es vraiment dans l'égarement crédo.

Si Jéhovah Dieu qui est amour en raison de cet amour ne va pas indéfiniment tolérer l'injustice sur la terre en raison de sa justice et de sa sainteté, c'est pourquoi les méchants recevront leur salaire; en raison de ce même amour il ne peut non plus rendre un chatiment cruel et inique en raison là encore de sa justice et de sa sainteté.

Car l'amour ne se réjouit pas de l'injustice; en effet comme l'a mis en exemple edmond77, si par exemple un enfant de 10 ans venait à commettre un meurtre et dans un pays qui applique la peine de mort, il serait jugé et exécuté n'est-ce pas ? Mais est-il raisonnable qu'ensuite il doivent à nouveau passer pour le même crime devant un tribunal qui le condamnerait à une peine sans fin et des plus cruelles ? Combien même tu justifierais la double peine, la seconde ne peut pas être plus dure que la première, c'est à dire que dans ce cas cet enfant devrait mourir une seconde fois, mais disons alors d'une manière définitive. Car il y aurait une grande disproportion entre le crime commis et le jugement prononcé. Quand à la victime Dieu n'est-il pas le Dieu des vivants ? Pourquoi alors infligé une sentence des plus iniques si Dieu peut réssusciter les victimes innocentes ?

D'autre part, Si Jéhovah avait voulu dans sa Loi donnée à Moïse, donner en ombre prophétique ce qui serait dans un "enfer de feu" n'aurait-il pas alors établit des sentences cruelles afin que les fils d'Israël puissent comprendre ce qui leur adviendrait dans ce lieu ?

Au contraire, nous voyons que Dieu hait la violence, qu'il déteste la torture, les prisons qui sont souvent des lieux de cruauté et de perversion et de violence dans les sociétés humaine n'existaient pas en Israël, de plus les jugements de la Loi ne reflétaient jamais la cruauté ou la disproportion ou le sadisme. Enfin Dieu lui-même n'a jamais conçu d'envoyer des êtres humains être immolés dans le feu. Les gens étaient d'abord exécutés et mis à mort avant d'être soit pendu à un poteau soit brûlés. On ne cherchait pas non plus à faire prolonger la souffrance de la lapidation, le but n'était ni la violence ni faire souffrir.

Alors devant un tel constat, peut-on raisonnablement penser que Dieu a pu créer l'enfer de feu ? Certes la bible parle de géhènne, de lac de feu, de shéol(infernus) mais ta conception de l'enfer de feu ne provient pas de la parole de Dieu.

L'enfer de feu puise ses origines dans les religions mécréantes des nations mécréanttes autour d'Israël, elle puise ses origines dans Babylone elle se retrouve dans l'influence des croyances grecques.

Tu dis enfin que ce n'est pas grave, que l'importance est le jugement, etc... Je ne suis pas d'accord avec toi car il est aussi écrit que l'amour se réjouit avec la vérité, la parole de Dieu ne dit-elle pas qu'il convient d'acquérir la connaissance exacte ?

Voici ce que dit la MN:
(Éphésiens 1:17) [...] que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation dans la connaissance exacte de [sa personne]  [...]

N'est-ce pas important car il est encore écrit : ceci signifie la vie éternelle, qu'ils apprennent à te connaitre toi le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé Jésus Christ.

Dès lors si tu acquiers une connaissance erronée au sujet de la personne de Dieu comment pourras-tu dire que tu a appris à le connaitre ? Et par ailleurs, comment agissaient ceux qui n'avaient pas cette connaissance exacte ? Et comment dès lors pourrais-tu dire que tu as appris à connaitre exactement le Fils de Dieu ?

(Éphésiens 4:13) [...] que nous parvenions tous à l’unité dans la foi et dans la connaissance exacte du Fils de Dieu [...]


Par exemple :
(Romains 10:2, 3) [...] je leur rends témoignage qu’ils ont du zèle pour Dieu ; mais non selon la connaissance exacte ; 3 en effet, ne connaissant pas la justice de Dieu, mais cherchant à établir la leur propre, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu.


Et voilà un avertissement sans frais à prendre très au sérieux Credo:
(Romains 1:28-32) [...] comme ils n’ont pas jugé bon de posséder Dieu dans la connaissance exacte, Dieu les a livrés à une mentalité désapprouvée, pour faire des choses qui ne conviennent pas, 29 remplis qu’ils étaient de toute injustice, perversité, convoitise, méchanceté ; étant pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de tromperie, de malignité ; étant chuchoteurs, 30 médisants, haïsseurs de Dieu, insolents, orgueilleux, arrogants, inventeurs de choses mauvaises, désobéissants à l’égard de leurs parents, 31 sans intelligence, manquant à leurs engagements, sans affection naturelle, sans pitié. 32 Quoique ceux-là connaissent très bien le juste décret de Dieu — que ceux qui pratiquent de telles choses méritent la mort —, non seulement ils continuent à les faire, mais encore ils approuvent ceux qui les pratiquent.


En conclusion, la doctrine de l'enfer de feu n'est aucunement anodine.

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité
Jean 1.1-4 : Au commencement était la Parole, et la Parole était
avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec
Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été
fait n'a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la
lumière des hommes.

La vie est esprit et conscience. Dans cela, le langage est l’expression de l’esprit d’un peuple et du pays qui donna naissance à ce peuple. Le langage c’est la parole. La parole, c’est l’esprit. Et l’esprit crée le monde. Dieu est esprit. Et la parole de Dieu se fait entendre partout dans l’univers. C’est pourquoi, connaître Dieu, ses oeuvres et ses desseins, est suffisant pour la conscience, car on doit se limiter dans la compréhension.



Seul la parole peut sauver l'âme.

Jacques 1:21
C'est pourquoi, rejetant toute souillure et tout excès de malice, recevez avec douceur la parole qui a été planté en vous, et qui peut sauver vos âmes.

Credo 


Averti
Averti
ami de la vérité a écrit : Tu es vraiment dans l'égarement crédo.

Il ne faut pas faire l'aveugle. Tous les versets que j'ai cité montre qu'il y a bien séparation des méchants et des bons et qu'il y a une souffrance pour les méchants, le feu faisant référence à une souffrance intérieure et non à de véritables flammes.
On peut facilement en déduire que le chatiment éternel est de souffrir d'être éloigné de Dieu pour l'éternité.
Où y aurait-il justice si les méchants n'étaient pas châtiés ? Dieu est amour mais Dieu est juste. Et il conservera les justes auprès de lui et chassera les méchants de sa Face.

Que deviendront ces méchants chassés loin de Dieu ? Que l'on pense qu'ils restent éternellement loin de Dieu ou qu'ils soient détruits, ne changent rien au fait que, dans les deux cas, ils n'entreront pas au Royaume de Dieu. Alors franchement, pourquoi faire tant d'histoires là-dessus ? C'est bien là un débat que l'on peut qualifié de "oiseux" car le principal est de savoir comment faire hériter du Royaume des Cieux et l'appliquer et non de se préoccuper de ce qu'il adviendra des méchants. Nous n'avons qu'une vie ici bas, la mort peut nous surprendre à n'importe quel moment et le Christ recommande bien de veiller :

. Rappelle toi qu Jesus disait : Mt 11:25- En ce temps-là Jésus prit la parole et dit : " Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout-petits.Veiller c'est t vivre dans l'exercice continuel de la charité avec l'aide de l'Esprit jusqu'à notre mort sur cette terre pas de se faire savant.

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité
Les philosophes se prennent bien pour des savants,ça ne fait pas pour autant d'eux des connaisseurs aux Écritures.

Matthieu
11.25 En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit: Je
te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché
ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as
révélées aux enfants.

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@Credo a écrit:
ami de la vérité a écrit : Tu es vraiment dans l'égarement crédo.

Il ne faut pas faire l'aveugle. Tous les versets que j'ai cité montre qu'il y a bien séparation des méchants et des bons et qu'il y a une souffrance pour les méchants, le feu faisant référence à une souffrance intérieure et non à de véritables flammes.
On peut facilement en déduire que le chatiment éternel est de souffrir d'être éloigné de Dieu pour l'éternité.
Où y aurait-il justice si les méchants n'étaient pas châtiés ? Dieu est amour mais Dieu est juste. Et il conservera les justes auprès de lui et chassera les méchants de sa Face.

Que deviendront ces méchants chassés loin de Dieu ? Que l'on pense qu'ils restent éternellement loin de Dieu ou qu'ils soient détruits, ne changent rien au fait que, dans les deux cas, ils n'entreront pas au Royaume de Dieu. Alors franchement, pourquoi faire tant d'histoires là-dessus ? C'est bien là un débat que l'on peut qualifié de "oiseux" car le principal est de savoir comment faire hériter du Royaume des Cieux et l'appliquer et non de se préoccuper de ce qu'il adviendra des méchants. Nous n'avons qu'une vie ici bas, la mort peut nous surprendre à n'importe quel moment et le Christ recommande bien de veiller :

. Rappelle toi qu Jesus disait : Mt 11:25- En ce temps-là Jésus prit la parole et dit : " Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout-petits.Veiller c'est t vivre dans l'exercice continuel de la charité avec l'aide de l'Esprit jusqu'à notre mort sur cette terre pas de se faire savant.

Credo, si pour toi débattre de doctrines qui touchent à la personne même de Dieu c'est à dire "Qui est Dieu" est chose oiseuse alors je trouve cela navrant et Dieu désire que l'on acquiert une connaissance exacte de sa personne (donc personnalité); comment peux-tu dire que c'est débattre dans le vide - Jean 17:3. Ceux qui ne voulurent pas connaître exactement Dieu en sont venu à s'égarer grandement, regarde les juifs qui n'ayant pas acquis cette connaissance s'opposèrent à Dieu en voulant établir leur propre justice.

Comment l'amour de Dieu peut-il être en quelqu'un qui se moque de connaitre qui est Dieu, quelle sorte d'Ami il est, quel sorte de Père il est, quel sorte de Dieu il est ?

Aimerais-tu que le nom de ton père soit trainé dans la boue ou bien que l'on dise du mal sur ton ami ? N'aimerais-tu pas connaitre la vérité à son sujet ? et ensuite défendre son nom ?

Là je suis sidéré par des paroles si légères de ta part, c'est au final une dérobade que tu fais.

Bon, après cette petite expression de mes sentiments, une petite définition de la géhenne démontrant que l'exemple donné par Jésus n'emporte pas l'idée d'un châtiment cruel et inique.


La vallée de Hinnom était située au sud-ouest de l’ancienne Jérusalem (Jos 15:8 ; 18:16 ; Jr 19:2, 6). Sous les derniers rois de Juda, la vallée a servi au culte du dieu païen Molek, auquel on offrait des sacrifices humains par le feu (2Ch 28:3 ; 33:6 ; Jr 7:31, 32 ; 32:35). Pour empêcher le retour de pareils rites, le fidèle roi Yoshiya fit profaner la vallée, notamment l’endroit appelé Topheth. — 2R 23:10.

Le commentateur juif David Kimḥi (1160 ? - 1235 ?) nous donne, dans son commentaire sur Ps 27:13, les renseignements historiques suivants à propos de “ Gehinnom ” : “ Et c’est un lieu dans les environs de Jérusalem, et c’est un lieu détestable, et l’on y jette des choses impures et des cadavres. Il y avait également là un feu continuel pour brûler les choses impures et les ossements des cadavres. Voilà pourquoi le jugement des méchants est appelé symboliquement Gehinnom. ” (Traduction du texte latin : Rabbi Davidis Kimhhi Commentarii in Psalmos Davidis Regis et prophetæ ex hebræo latine redditi, par Ambrosio Ianvier, Paris 1666, p. 120).

La vallée de Hinnom est devenue la décharge publique de Jérusalem, l’incinérateur des immondices de la ville. On y jetait les cadavres d’animaux que des feux consumaient, feux qu’on entretenait en y mettant du soufre. On y jetait aussi les corps des criminels qui avaient été exécutés, les jugeant indignes d’une inhumation normale dans une tombe de souvenir. Quand les cadavres tombaient dans le feu, ils se consumaient, mais quand ils tombaient sur une des saillies de ce profond ravin, ils se décomposaient et grouillaient de vers, de larves, qui ne mouraient pas avant d’avoir dévoré la chair, ne laissant que les squelettes.

On ne jetait aucune créature vivante — ni homme ni bête — dans la géhenne pour qu’elle y brûle vive, pour qu’elle y soit tourmentée. Ce lieu ne peut donc en aucune façon symboliser quelque région invisible où des âmes humaines seraient tourmentées pour toujours dans les flammes d’un feu réel, ou éternellement assaillies par des vers qui ne meurent pas.

On l’a vu plus haut, les criminels exécutés n’avaient pas droit à une inhumation normale dans une tombe de souvenir, le symbole de l’espoir d’une résurrection. Le terme géhenne était donc employé par Jésus et ses disciples pour symboliser la destruction éternelle, le fait que l’individu est effacé pour toujours de l’univers de Dieu ; autrement dit la géhenne symbolise, “ la deuxième mort ”, qui est un châtiment éternel.

Quand donc un cadavre humain était jeté dans la géhenne, on voyait dans cet acte la pire forme de châtiment qui soit. C’est la géhenne, au sens littéral du terme, avec ce qu’elle signifie, qui a donné lieu au symbole du ‘ lac embrasé de feu et de soufre ’. — Ré 19:20 ; 20:10, 14, 15 ; 21:8.

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
ami de la vérité a écrit : Là je suis sidéré par des paroles si légères de ta part, c'est au final une dérobade que tu fais.

Dieu est Amour et connaître Dieu, ce n'est pas faire des prédictions ou des suppositions, bonnes ou mauvaises, sur l'enfer, la fin des temps....

La vie du Christ est notre vie, selon ce qu'il a promis à ses apôtres, le jour de la dernière Cène : « Si quelqu'un m'aime il gardera ma parole, et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure ».

Le chrétien doit, par conséquent, vivre selon la vie du Christ, en faisant siens les sentiments du Christ, de manière à pouvoir s'écrier avec saint Paul : « Je vis, mais ce n'est plus moi, c'est le Christ qui vit en moi » (Ga 2,20).

L'amour est l'accomplissement de la Loi. Si tu ne place pas l'amour au-dessus de tout, alors, non seulement tu n'accomplis pas la Loi, mais tu n'auras pas la connaissance de Dieu, tout au moins dans la mesure où il est donné à l'homme de l'avoir.

Voir le profil de l'utilisateur

E. de Jesus 


Récurrent
Récurrent
Exaact l amour est au dessu de tout !!

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
Attribuer à Dieu l'enfer de feu, c'est le calomnié. Celui qui calomnie Dieu n'aime pas Dieu. Credo donne des leçons alors qu'elle idolâtre c'est du grand n'importe quoi.

Voir le profil de l'utilisateur

ahsan 


Passionné
Passionné
@ami de la vérité a écrit:Attribuer à Dieu l'enfer de feu, c'est le calomnié. Celui qui calomnie Dieu n'aime pas Dieu. Credo donne des leçons alors qu'elle idolâtre c'est du grand n'importe quoi.

ah bon et pourquoi?

la vie d'ici bas n'est pas un test?

quelle est la justice pour les criminels?

Voir le profil de l'utilisateur

ismael-y 


Passionné
Passionné
@Edmond77 a écrit:Ismael-y
bonjour,



Je
comprends ton impression de confusion devant cette soupe indigeste
d’enseignement biblique associé au paganisme et à la philosophie grecque
platonicienne. Toute cette dérive à
conduit à déboussoler les croyants qui abandonnent
massivement la foi.



Pas
facile de te répondre en deux mots, sans devenir affreusement technique mais il faut savoir
avant tout ce que disent les théologiens : ils admettent que les Écritures n’enseignent pas l’immortalité de l’âme
humaine et que cette doctrine et d’autres encore viennent de la philosophie
grecque païenne.
Par conséquent si il n’y a pas d’âme immortelle ;cela
signifie plus d’enfer, plus de purgatoire n’y limbes, cela veux aussi dire que
les morts ne peuvent pas faire de mal aux vivants, remise en cause du
spiritisme !! (Cela n’exclut pas le fait que Dieu nous promets pour un
avenir proche des bénédictions extraordinaires
à l’échelle planétaire et non la fin du monde) Luc 21 :25-28



Le professeur Douglas Holden a écrit : “La théologie chrétienne est tellement
mêlée à la philosophie grecque qu’elle a produit des hommes qui sont pour neuf
dixièmes de formation grecque, et un dixième de formation chrétienne.”
(Death Shall Have no Dominion, p. 14).



Quant au théologien Oscar Cullmann, il a dit
au sujet de la doctrine de l’âme immortelle qu’elle est “un des plus graves malentendus concernant le christianisme”. — Immortalité de l’âme ou Résurrection des
morts ?, p. 17






Je
cite ton
extrait du livre de Mgr de Segur "L'enfer" « On se demande souvent ce que c'est que le feu de l'enfer ;
quelle est sa nature ; si c'est un feu matériel, ou bien s'il n'est pas
uniquement spirituel
, et quantité de gens inclinent pour cette dernière
opinion »



Dans
ce commentaire intéressant, l’église bascule sur ce que je t’ai déclaré dans
mon post 65 ; en se demandant si la nature de l’enfer n’est pas uniquement
spirituelle elle se dirige bien vers cette réalité ; les paraboles de Jésus n’étaient pas à
prendre au sens littéral. (Crédo va dans ce sens dans son post 69 en ne parlant
plus de tortures physiques)



Sitôt
temps dispo je te répondrai sur Mat.10 :28. Rappelle toi toujours Ismael-y
que Jésus s’adressait à des gens simples, pêcheurs agriculteurs, éleveurs ;
la religion à tout compliqué en s’engluant de philosophie grecque et de
paganisme. Fort heureusement Jésus déclare en mat.11 :25 Trad. Parole de
vie «..Père, seigneur du ciel et de la terre, je te dis merci. En effet, ce que
tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as fait connaître aux petits » (Dont
je fais partie en étant un humble petit agriculteur/éleveur avec mon épouse).



A bientôt
Ismael-y, bonne journée-Edmond77
voir poste 68
http://www.forumreligion.com/t2666p60-qui-cree-dieu-ou-jesus

Voir le profil de l'utilisateur http://talmudetjudaisme.wordpress.com/category/talmud/abodah-zar

ismael-y 


Passionné
Passionné
@ismael-y a écrit:
@Credo a écrit:Edmond 77,

toi que crois-tu qu'il se passera pour ceux qui seront condamnés au châtiment éternel, sachant qu'éternel signifie "sans fin" et que c'est bien l'allusion qui y est faite lorsque Jesus parle de géhenne (qui est une feu latent, braises permanentes) ou le souffre (qui ronge petit à petit en brûlant) ?
Parce que si pour toi rien n'existe, alors ismael-Y a raison dans son message 60.
ENCYCLOPEDIE CATHO
Many admit the existence of hell, but deny the eternity of its punishment. Conditionalists hold only a hypothetical immortality of the soul, and assert that after undergoing a certain amount of punishment, the souls of the wicked will be annihilated. Among the Gnostics the Valentinians held this doctrine, and later on also Arnobius, the Socinians, many Protestants both in the past and in our own times, especially of late (Edw. White, "Life in Christ", New York, 1877).

traduction google
L existence de l'enfer est, bien sûr, rejetée par tous ceux qui nient l' existence de Dieu ou de l' immortalité de l' âme . Ainsi, chez les Juifs les Sadducéens , parmi les gnostiques , les Seleucians , et dans notre propre temps Les matérialistes , panthéistes , etc nier l' existence de l'enfer. Mais en dehors de cela, si nous faisons abstraction de l' éternité des peines de l'enfer, la doctrine n'a jamais rencontré aucune opposition digne de mention.
L existence de l'enfer est prouvé tout d'abord à partir de la Bible . Partout où le Christ et les apôtres parlent de l'enfer qu'ils présupposent la connaissance de son existence ( Matthieu 5:29 ; 08:12 ; 10:28 ; 13:42 ; 25:41, 46 ; 2 Thessaloniciens 1:08 ; Apocalypse 21:8 , etc.)
la suite
http://www.newadvent.org/cathen/07207a.htm

je suis sur que vous avez lu mon lien : source de l encyclopedie
catholique n est ce pas ??car je ne parles qu avec des sources et des
sources fiables ok???
- si vous ne le savez pas j ai un ami qui s appelle gabriel ,,? EST ce que sa signifie qu il n existe pas l ange gabriel ou bien juste le nom aé été donné a cette personne ..idem il ya en Emirate arabes unis une ville se nommant palmiers sa ne signifie pas
que la définition de palmiers est le nom d un ile , aussi il ya aussi en ireland une église qui se nomme purgatoire de st ' je ne me souviens pas) ...ect donc si les noms ont été donnés a de tels personnes ou lieux sa ne signifie pas de renier l origine ??
-je viens de consulter l encyclopedie judaica est voila que j avais trouvé:
en cliquant a ce lien
http://www.jewishencyclopedia.com/search?commit=search&keywords=HELL&utf8=%E2%9C%93
tu vas trouvé 2 termes ou noms totalement différents a sa voir
GEHENNA et GEHENNE
votre shelo n est que GEHENNE ET NON GEHENNA
preuve:
GEHENNA
http://www.jewishencyclopedia.com/articles/6558-gehenna
GE-HINNOM
http://www.jewishencyclopedia.com/articles/6559-ge-hinnom

et
GEHENNA comme vous allez voir est un lieu MATÉRIEL et NON FIGURATIF ,
au point que les traductions rabbiniques ce situe cet endroit infernal matériel au dessous de la terre( bien que c est faux selon la foi islamique) et selon ces tradition le tourment infernal corporel ne dure que un mois au plus...donc et c était ma suprise que des juifs orthodoxes croient aussi a l enfer matériel idem pour ceratisn baptistes
comme le montre ce vidéo en 2 parties:

Voir le profil de l'utilisateur http://talmudetjudaisme.wordpress.com/category/talmud/abodah-zar

Credo 


Averti
Averti
ami de la vérité a écrit : Attribuer à Dieu l'enfer de feu, c'est le calomnié.

Je ne parle pas d'enfer de feu : je dis que le feu est une souffrance INTERIEURE. Si tu ne sais pas faire la différence, ça te regarde.

Credo donne des leçons alors qu'elle idolâtre c'est du grand n'importe quoi.

Là c'est toi qui me calomnies. Moi je dis simplement que la vraie connaissance de Dieu n'est pas connaître comment fonctionne l'enfer, c'est connaître son amour en s'en remettant complétement à Lui pour qu'il puisse venir en nous et agir en nous et par nous. Connaitre Dieu c'est connaitre son amour car l'accomplissement de la Loi c'est l'amour.

Quand on te parle d'amour, tu réponds par des calomnies sur ton prochain. Tu trouves que c'est l'attitude du véritable chrétien ?

Voir le profil de l'utilisateur

ismael-y 


Passionné
Passionné
@Credo a écrit:
ami de la vérité a écrit : Attribuer à Dieu l'enfer de feu, c'est le calomnié.

Je ne parle pas d'enfer de feu : je dis que le feu est une souffrance INTERIEURE. Si tu ne sais pas faire la différence, ça te regarde.

Credo donne des leçons alors qu'elle idolâtre c'est du grand n'importe quoi.

Là c'est toi qui me calomnies. Moi je dis simplement que la vraie connaissance de Dieu n'est pas connaître comment fonctionne l'enfer, c'est connaître son amour en s'en remettant complétement à Lui pour qu'il puisse venir en nous et agir en nous et par nous. Connaitre Dieu c'est connaitre son amour car l'accomplissement de la Loi c'est l'amour.

Quand on te parle d'amour, tu réponds par des calomnies sur ton prochain. Tu trouves que c'est l'attitude du véritable chrétien ?
je vois que tu fait un pas en arrière....les cathos croient bien en enfer corporel matériel n est ce pas ,,?? alors attache bien ta ceinture et ne cède pas a ta croyance

Voir le profil de l'utilisateur http://talmudetjudaisme.wordpress.com/category/talmud/abodah-zar

Credo 


Averti
Averti
Je ne fais pas marche arrière Ismael-y. Ils croyaient, à une certaine époque, à un enfer matériel. Plus maintenant. Cependant, ils croient toujours à la justice divine et donc au châtiment. Juste d'une façon différente : souffrance intérieure au lieu de corporelle. C'est tout.

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité
Moi je dis simplement que la vraie connaissance de Dieu n'est pas connaître comment fonctionne l'enfer

La Bible a toujours été clair sur cela,les hommes ne ce sont point soucier de le connaitre.
Ce que vous appeler l'enfer,la Bible elle le défini ténèbres.

Jean 1


1.1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
1.2 Elle était au commencement avec Dieu.
1.3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.
1.4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
1.5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.

Edmond77 


Habitué
Habitué
Crédo
bonjour, j’espère que tu as passé un bon weekend,



As-tu bien discerné crédo que je ne souhaitais pas te blesser en te disant
qu’il est difficile d’avoir une vision claire du dessein de Dieu en étant
d’obédience catholique ? Il en est pas moins vrai que l’association «Bible/paganisme/apocryphe/néo-platonisme» de
l’église a tout obscurci et a
produit forcément une contrefaçon des
projets de Dieu pour l’humanité.



Essaie objectivement
d’enlever les points 2, 3,4 de cette association et ta vision deviendra
forcément différente, l’immortalité de l’âme est soutenue par (paganisme/apocryphe/néo-platonisme) et non
par la bible.



Le
chercheur honnête arrive à cette conclusion
“Il n’y a pas de dichotomie [division] du corps et de l’âme dans l’A[ncien]
T[estament]. L’Israélite voyait les choses concrètement, dans leur totalité, et
il considérait donc l’individu en tant que personne, et non comme un être
composite. Le terme nepeš [nèphèsh], bien que rendu par notre
mot âme, ne signifie jamais âme distincte du corps ou de la personne elle-même.
(...) Le vocable [psukhê] est
le mot du N[ouveau] T[estament] qui correspond à nepeš. Il peut désigner le principe de vie, la vie elle-même ou
l’être vivant.” — New Catholic Encyclopedia (1967), tome XIII, pp. 449, 450.



En
Genèse 2:7, nous lisons: “Jéhovah Dieu forma l’homme de la poussière du sol et
souffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint une âme vivante.” Le récit ne dit pas que Dieu mit
en l’homme une âme immortelle. Il
dit que lorsque la force de Dieu donna vie au corps d’Adam, celui-ci “devint une âme vivante”. Nous
comprenons donc que l’homme est une âme et non qu’il a une âme.



Selon Gen
2 :7 l’âme est le produit de la poussière du sol + le souffle de vie. Dans
les Écritures, le mot “âme” rend l’hébreu nèphèsh et le grec psukhê.
D’après l’usage qu’en fait la Bible, ce terme désigne soit une personne, soit
un animal, soit la vie qui anime l’un ou l’autre voilà qui explique que la
bible dit que l’âme peut mourir. La traduction d’Osterwald comme bien d’autres
rend le verset d’Ezéchiel 18 :4 par
« ..l’âme qui pèche est celle qui
mourra
» Il n’est jamais parlé d’âme immortelle.










Dieu créa Adam pour
qu’il vive sur la terre, et non au ciel. Il ne destinait pas la terre à n’être
rien d’autre qu’un lieu d’épreuves pour voir si Adam était digne d’aller au
ciel. Dieu forma la terre “pour être habitée”, et Adam en fut le premier
habitant humain (Ésaïe 45:18;). Par la suite, quand il créa Ève pour qu’elle
soit la femme d’Adam, Dieu leur dit de peupler la terre et d’en faire un
paradis où les humains résideraient éternellement. — Genèse 1:26-31; Psaume
37:29.



Désormais, certaines versions obscurcissent ces vérités. De quelle
façon ? Tout bonnement en évitant de traduire directement le nom hébreu nèphèsh (âme) dans certains textes.
Ainsi, en Genèse 2:7, elles mettront que le premier homme “ devint un être
vivant ” (plutôt que “ devint une âme vivante ”) c’est le cas de
la traduction de Jérusalem, alors que le même verset reprit par l’apôtre Paul
dans1 cor 15 :45 est rendu par « ..a
été fait âme vivante ». J’insiste crédo il n’est pas dit que l’homme reçut
une âme, mais qu’il devint une âme ou a
été fait âme
, cela change tout, la vision devient différente.



Amicalement-
Edmond77



Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@Credo a écrit:
ami de la vérité a écrit : Attribuer à Dieu l'enfer de feu, c'est le calomnié.

Je ne parle pas d'enfer de feu : je dis que le feu est une souffrance INTERIEURE. Si tu ne sais pas faire la différence, ça te regarde.

Credo donne des leçons alors qu'elle idolâtre c'est du grand n'importe quoi.

Là c'est toi qui me calomnies. Moi je dis simplement que la vraie connaissance de Dieu n'est pas connaître comment fonctionne l'enfer, c'est connaître son amour en s'en remettant complétement à Lui pour qu'il puisse venir en nous et agir en nous et par nous. Connaitre Dieu c'est connaitre son amour car l'accomplissement de la Loi c'est l'amour.

Quand on te parle d'amour, tu réponds par des calomnies sur ton prochain. Tu trouves que c'est l'attitude du véritable chrétien ?

Credo, désolé que tu te sois vexé mais l'Eglise Catholique est connue pour être un temple d'idoles, donc si quelqu'un rend un culte dans un temple d'idoles, cela fait de lui un idolâtre n'est-ce pas ? Alors où est la calomnie ?

Sinon le sujet n'est pas sur ce dont tu parles mais sur l'enfer de feu.

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@ahsan a écrit:
@ami de la vérité a écrit:Attribuer à Dieu l'enfer de feu, c'est le calomnié. Celui qui calomnie Dieu n'aime pas Dieu. Credo donne des leçons alors qu'elle idolâtre c'est du grand n'importe quoi.

ah bon et pourquoi?

la vie d'ici bas n'est pas un test?

quelle est la justice pour les criminels?

Tu te trompes ashan, Dieu n'a pas crée l'homme et la terre pour qu'il subisse un test, mais tu dis "quelle est la justice pour les criminels" ne serait-il pas plus juste de poser la question "quelle justice pour les victimes ?".

Si les morts sont vivants, ils doivent être quelque part, mais où? Cela pose un problème, car ceux qui meurent ne sont pas totalement bons ni totalement mauvais. Ayant un sens inné de la justice, l’homme a traditionnellement séparé les défunts bons des méchants. "L'enfer" résout-il le problème ?

Le mot grec géénna(traduit par géhenne) correspond à l’hébreu gé Hinnom, qui signifie “ vallée de Hinnom ”, ou dans sa forme longue ghé ’ vèn-Hinnom, “ vallée des fils de Hinnom ”. (Josué 15:8 ; 2 Rois 23:10.) Ce lieu géographique, l’actuel ouadi er-Rababi, est une vallée étroite et profonde située au sud et au sud-ouest de Jérusalem.

À l’époque des rois de Juda, qui a débuté au VIIIe siècle avant notre ère, cet endroit servait à des rites païens, notamment celui de brûler des enfants par le feu en sacrifice (2 Chroniques 28:1-3 ; 33:1-6). Le prophète Jérémie a annoncé que dans cette vallée les Judéens seraient tués par les Babyloniens, en exécution du jugement de Dieu pour leur méchanceté. — Jérémie 7:30-33 ; 19:6, 7.

D’après l’exégète juif David Kimhi (vers 1160-vers 1235 de notre ère), la vallée est plus tard devenue la décharge publique de Jérusalem. Elle servait d’incinérateur dans lequel des feux étaient entretenus pour éliminer les ordures. Tout ce qu’on y jetait était complètement détruit, réduit en cendres.D’après l’Encyclopédie juive, c’est “pour cette raison que la vallée était maudite, et on a donc fini par identifier la ‘Géhenne’ à l’‘enfer’”. comment cela est-il arrivé ?

Nous lisons dans l’Encyclopédie britannique (1970): “À partir du Ve siècle av. J.-C., les Juifs ont été en contact étroit avec les Perses et les Grecs, deux peuples qui avaient des idées élaborées sur l’au-delà. (...) À l’époque du Christ, les Juifs avaient acquis la croyance que les âmes méchantes étaient punies dans la Géhenne après la mort.” Voyons un peu la pensée rabbinique sur le sujet:

L’Encyclopédie juive (angl.) expose en ces termes la pensée rabbinique: “Au jour du jugement dernier, il y aura trois groupes d’âmes: les justes, qui seront immédiatement inscrits pour la vie éternelle; les méchants, pour la Géhenne; quant à ceux dont les vertus contrebalancent les péchés, ils iront dans la Géhenne, en remonteront et y redescendront jusqu’à ce qu’ils soient purifiés.” Beaucoup reconnaîtront dans cette dernière phrase une description du purgatoire.

La Nouvelle Encyclopédie catholique (angl.) donne une opinion officielle sur la doctrine du purgatoire. La voici: “En dernière analyse, la doctrine catholique du purgatoire est fondée sur la tradition, et non sur l’Écriture sainte.” Ce qui n’est guère surprenant, car ni le mot “purgatoire” ni même son concept n’apparaissent dans la Bible.

Toutefois, l’Encyclopædia Judaica affirme: “On ne trouve dans les Écritures rien qui suggère cette conception tardive de la Géhenne.” Cette dernière affirmation est exacte. Les Écritures hébraïques ne laissent aucunement penser qu’après la mort l’âme soit châtiée dans un enfer de feu. On doit cette doctrine effroyable aux religions postdiluviennes de Babylonie, et non à la Bible. La doctrine de la chrétienté relative à un châtiment dans l’enfer a pris naissance avec les premiers Babyloniens. De même que le concept catholique de souffrances réparatrices dans un purgatoire remonte aux premières religions d’Égypte et d’Orient. Les limbes sont inspirés de la mythologie grecque. Les prières et les offrandes pour les morts étaient des pratiques étrusques.

Dans l'antiquité juive, il n'y avait pas pire que d'avoir le cadavre d'un homme jeté dans la décharge de Jérusalem parce que selon les croyances en vigueur à l'époque cela signifiait que cet homme serait envoyé dans la géhenne [selon la compréhension corrompue adoptée par les religieux]. Il est à noté aussi que c'était ces mêmes religieux qui s'asseyant sur le trône de Dieu (autorité du juge) rendaient un tel jugement et disait qui (son cadavre) devait être jeté dans la géhenne. Imagines-tu le pouvoir que cela leur conférait sur leurs peuples ?

Des traducteurs de la Bible ont pris la liberté de rendre géénna par “ enfer ”. (Matthieu 5:22, Bible en français courant.) Pour quelle raison ? Parce qu’ils ont associé la notion païenne d’un jugement des méchants dans le feu après la mort avec le feu littéral brûlant dans la vallée située à l’extérieur de Jérusalem. Mais Jésus n’a jamais associé la géhenne à des tourments.

Jésus savait que l’idée même de brûler des humains vivants répugne à son Père céleste, Jéhovah. Au sujet de l’utilisation qui était faite de la géhenne aux jours du prophète Jérémie, Dieu a dit : “ Ils ont bâti les hauts lieux de Topheth qui est dans la vallée du fils de Hinnom, pour brûler au feu leurs fils et leurs filles, chose que je n’avais pas ordonnée et qui ne m’était pas montée au cœur. ” (Jérémie 7:31). De plus, l’idée de tourmenter les morts s’oppose à la personnalité aimante de Dieu ainsi qu’à l’enseignement clair de la Bible selon lequel les morts “ ne savent rien ”. — Ecclésiaste 9:5, 10.

Jésus a employé le terme “ géhenne ” pour symboliser la destruction complète résultant du jugement défavorable de Dieu. Dès lors, “ géhenne ” revêt un sens identique à celui de “ lac de feu ”, expression figurant dans le livre de la Révélation. Les deux représentent la destruction éternelle sans possibilité de résurrection. — Luc 12:4, 5 ; Révélation 20:14, 15.

Ainsi, en Grande-Bretagne, John Stott estime que “l’Écriture va dans le sens de l’anéantissement, et que ‘le tourment éternel conscient’ est une tradition qui doit céder à l’autorité suprême de l’Écriture”. — Fondements: dialogue libéral-évangélique (angl.).

Qu’est-ce qui l’a amené à conclure que le tourment éternel n’était pas fondé sur la Bible? Il explique que lorsque la Bible parle du dernier état de la damnation (“Géhenne”; voir l’encadré de la page 8), elle utilise souvent le vocabulaire de la “destruction”, en grec le “verbe apollumi (détruire) et le nom apôléïa (destruction)”. Ces mots se rapportent-ils à des tourments? D’après John Stott, quand le verbe apollumi est transitif actif, il signifie “tuer”. (Matthieu 2:13; 12:14; 21:41.) Ainsi, en Matthieu 10:28, où on lit, selon La Bible en français courant, que Dieu peut “faire périr à la fois le corps et l’âme dans l’enfer”, il est question fondamentalement de mort, et non de souffrances éternelles. En Matthieu 7:13, 14, Jésus établit un contraste entre ‘la route étroite qui mène à la vie et la route large qui mène à la destruction’. John Stott signale à ce propos: “Si donc il est dit des gens qu’ils doivent subir la destruction, il serait étrange qu’ils ne soient pas détruits.” Il tire, à juste titre, cette conclusion: “Si tuer, c’est priver le corps de vie, l’enfer semblerait être la privation de la vie tant physique que spirituelle, c’est-à-dire l’extinction de l’être.” — Fondements, pages 315, 316.


Pourquoi n'est-il pas injuste que les méchants soient simplement détruits définitivement ? Tout simplement parce que ceux-ci après s'être réjoui de toutes leurs méchanceté en opprimant les petits et les faibles, en spoliant, volant, assassinant, maltraitant, en imposant leur loi par la force, parfois par la terreur, s'enrichissant aux détriments des autres, par le gain injuste et toutes sortes de méchancetés dont ils firent preuve, à leur mort n'emportent rien et finalement il ne recevront rien, leur salaire sera le néant comme leur vie fut semblable au néant.

Tandis que ceux qui étaient opprimés, qui étaient dans l'affliction à cause du tourment qui survenait à cause des méchants (voir le tourment de Lot par exemple) ceux-là gouteront au bénédictions de Dieu à venir, ils recevront maison et champs et vignes, ils jouieront d'une sécurité et paix sans fin, sans que personne ne fasse trembler, bénis sera leur femme, béni sera le fruit de leur ventre, ce n'est pas pour rien qu'il planteront ce n'est pas pour rien qu'ils se multiplieront, mais cela sera des délices pour des temps indéfinis, tandis que le nom des méchants sera retranché de la terre et que Dieu fera oublier toute souffrance, tout malheur, tout deuil, toutes larmes et même la maladie, l'infirmité et la mort, tout cela aura disparu.

Alors en toute intelligence n'est-ce pas pire pour le méchant d'être détruit et de ne jamais pouvoir goûter à de telles bénédictions heureuses car à coup sûr sa victime se réjouira pour l'éternité mais lui sera effacé pour l'éternité. Et tout ce qu'il avait acquis par sa méchanceté ne lui aura servi à rien.

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
ami de la vérité :Credo, désolé que tu te sois vexé mais l'Eglise Catholique est connue pour être un temple d'idoles, donc si quelqu'un rend un culte dans un temple d'idoles, cela fait de lui un idolâtre n'est-ce pas ? Alors où est la calomnie ?

Tu te crois meilleur parce que tu traites les autres d'idolatre ou d'apostat ? Moi je crois que tu ferais mieux d'enlever la poutre qui est dans ton oeil au lieu de la paille qui est dans l'oeil du voisin.

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Edmond 77,

Je ne me suis pas vexée mais tout ce que tu dis obscurci l'est pour toi. Pas pour moi.

En ce qui concerne l'âme, voici ce qu'en pense Paul :

Que le Dieu de paix vous sanctifie lui–même tout entier ; que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé sans reproche à l’avènement de notre Seigneur Jésus–Christ ! 1 Thessaloniciens 5:23

L'être tout entier consiste en un esprit,une âme et un corps.

Voir le profil de l'utilisateur

ismael-y 


Passionné
Passionné
@Credo a écrit:Je ne fais pas marche arrière Ismael-y. Ils croyaient, à une certaine époque, à un enfer matériel. Plus maintenant. Cependant, ils croient toujours à la justice divine et donc au châtiment. Juste d'une façon différente : souffrance intérieure au lieu de corporelle. C'est tout.
personnellement j avais fait un tour sur des sites cathos et aussi le vidéo que j avais donné le lien qu ils croient en un enfer matériel jusqu a nos jours
alors lorsque vous me disiez souffrance intérieur sa me dégoutte car ce truc est anti catholique et n a aucun sens chaque jour je fais des cauchemars et je souffre et il ya des pauvres qui souffrent corporellement donc ils sont en enfer j espère que tu m explique en détail comment les incroyants musulmans par exmple vont souffrir intérieurement explique moi en détail ce qui se passe dans l enfer chrétien

Voir le profil de l'utilisateur http://talmudetjudaisme.wordpress.com/category/talmud/abodah-zar

ismael-y 


Passionné
Passionné
@ami de la vérité a écrit:
@ahsan a écrit:
@ami de la vérité a écrit:Attribuer à Dieu l'enfer de feu, c'est le calomnié. Celui qui calomnie Dieu n'aime pas Dieu. Credo donne des leçons alors qu'elle idolâtre c'est du grand n'importe quoi.

ah bon et pourquoi?

la vie d'ici bas n'est pas un test?

quelle est la justice pour les criminels?

Tu te trompes ashan, Dieu n'a pas crée l'homme et la terre pour qu'il subisse un test, mais tu dis "quelle est la justice pour les criminels" ne serait-il pas plus juste de poser la question "quelle justice pour les victimes ?".

Si les morts sont vivants, ils doivent être quelque part, mais où? Cela pose un problème, car ceux qui meurent ne sont pas totalement bons ni totalement mauvais. Ayant un sens inné de la justice, l’homme a traditionnellement séparé les défunts bons des méchants. "L'enfer" résout-il le problème ?

Le mot grec géénna(traduit par géhenne) correspond à l’hébreu gé Hinnom, qui signifie “ vallée de Hinnom ”, ou dans sa forme longue ghé ’ vèn-Hinnom, “ vallée des fils de Hinnom ”. (Josué 15:8 ; 2 Rois 23:10.) Ce lieu géographique, l’actuel ouadi er-Rababi, est une vallée étroite et profonde située au sud et au sud-ouest de Jérusalem.

À l’époque des rois de Juda, qui a débuté au VIIIe siècle avant notre ère, cet endroit servait à des rites païens, notamment celui de brûler des enfants par le feu en sacrifice (2 Chroniques 28:1-3 ; 33:1-6). Le prophète Jérémie a annoncé que dans cette vallée les Judéens seraient tués par les Babyloniens, en exécution du jugement de Dieu pour leur méchanceté. — Jérémie 7:30-33 ; 19:6, 7.

D’après l’exégète juif David Kimhi (vers 1160-vers 1235 de notre ère), la vallée est plus tard devenue la décharge publique de Jérusalem. Elle servait d’incinérateur dans lequel des feux étaient entretenus pour éliminer les ordures. Tout ce qu’on y jetait était complètement détruit, réduit en cendres.D’après l’Encyclopédie juive, c’est “pour cette raison que la vallée était maudite, et on a donc fini par identifier la ‘Géhenne’ à l’‘enfer’”. comment cela est-il arrivé ?

Nous lisons dans l’Encyclopédie britannique (1970): “À partir du Ve siècle av. J.-C., les Juifs ont été en contact étroit avec les Perses et les Grecs, deux peuples qui avaient des idées élaborées sur l’au-delà. (...) À l’époque du Christ, les Juifs avaient acquis la croyance que les âmes méchantes étaient punies dans la Géhenne après la mort.” Voyons un peu la pensée rabbinique sur le sujet:

L’Encyclopédie juive (angl.) expose en ces termes la pensée rabbinique: “Au jour du jugement dernier, il y aura trois groupes d’âmes: les justes, qui seront immédiatement inscrits pour la vie éternelle; les méchants, pour la Géhenne; quant à ceux dont les vertus contrebalancent les péchés, ils iront dans la Géhenne, en remonteront et y redescendront jusqu’à ce qu’ils soient purifiés.” Beaucoup reconnaîtront dans cette dernière phrase une description du purgatoire.

La Nouvelle Encyclopédie catholique (angl.) donne une opinion officielle sur la doctrine du purgatoire. La voici: “En dernière analyse, la doctrine catholique du purgatoire est fondée sur la tradition, et non sur l’Écriture sainte.” Ce qui n’est guère surprenant, car ni le mot “purgatoire” ni même son concept n’apparaissent dans la Bible.

Toutefois, l’Encyclopædia Judaica affirme: “On ne trouve dans les Écritures rien qui suggère cette conception tardive de la Géhenne.” Cette dernière affirmation est exacte. Les Écritures hébraïques ne laissent aucunement penser qu’après la mort l’âme soit châtiée dans un enfer de feu. On doit cette doctrine effroyable aux religions postdiluviennes de Babylonie, et non à la Bible. La doctrine de la chrétienté relative à un châtiment dans l’enfer a pris naissance avec les premiers Babyloniens. De même que le concept catholique de souffrances réparatrices dans un purgatoire remonte aux premières religions d’Égypte et d’Orient. Les limbes sont inspirés de la mythologie grecque. Les prières et les offrandes pour les morts étaient des pratiques étrusques.

Dans l'antiquité juive, il n'y avait pas pire que d'avoir le cadavre d'un homme jeté dans la décharge de Jérusalem parce que selon les croyances en vigueur à l'époque cela signifiait que cet homme serait envoyé dans la géhenne [selon la compréhension corrompue adoptée par les religieux]. Il est à noté aussi que c'était ces mêmes religieux qui s'asseyant sur le trône de Dieu (autorité du juge) rendaient un tel jugement et disait qui (son cadavre) devait être jeté dans la géhenne. Imagines-tu le pouvoir que cela leur conférait sur leurs peuples ?

Des traducteurs de la Bible ont pris la liberté de rendre géénna par “ enfer ”. (Matthieu 5:22, Bible en français courant.) Pour quelle raison ? Parce qu’ils ont associé la notion païenne d’un jugement des méchants dans le feu après la mort avec le feu littéral brûlant dans la vallée située à l’extérieur de Jérusalem. Mais Jésus n’a jamais associé la géhenne à des tourments.

Jésus savait que l’idée même de brûler des humains vivants répugne à son Père céleste, Jéhovah. Au sujet de l’utilisation qui était faite de la géhenne aux jours du prophète Jérémie, Dieu a dit : “ Ils ont bâti les hauts lieux de Topheth qui est dans la vallée du fils de Hinnom, pour brûler au feu leurs fils et leurs filles, chose que je n’avais pas ordonnée et qui ne m’était pas montée au cœur. ” (Jérémie 7:31). De plus, l’idée de tourmenter les morts s’oppose à la personnalité aimante de Dieu ainsi qu’à l’enseignement clair de la Bible selon lequel les morts “ ne savent rien ”. — Ecclésiaste 9:5, 10.

Jésus a employé le terme “ géhenne ” pour symboliser la destruction complète résultant du jugement défavorable de Dieu. Dès lors, “ géhenne ” revêt un sens identique à celui de “ lac de feu ”, expression figurant dans le livre de la Révélation. Les deux représentent la destruction éternelle sans possibilité de résurrection. — Luc 12:4, 5 ; Révélation 20:14, 15.

Ainsi, en Grande-Bretagne, John Stott estime que “l’Écriture va dans le sens de l’anéantissement, et que ‘le tourment éternel conscient’ est une tradition qui doit céder à l’autorité suprême de l’Écriture”. — Fondements: dialogue libéral-évangélique (angl.).

Qu’est-ce qui l’a amené à conclure que le tourment éternel n’était pas fondé sur la Bible? Il explique que lorsque la Bible parle du dernier état de la damnation (“Géhenne”; voir l’encadré de la page 8), elle utilise souvent le vocabulaire de la “destruction”, en grec le “verbe apollumi (détruire) et le nom apôléïa (destruction)”. Ces mots se rapportent-ils à des tourments? D’après John Stott, quand le verbe apollumi est transitif actif, il signifie “tuer”. (Matthieu 2:13; 12:14; 21:41.) Ainsi, en Matthieu 10:28, où on lit, selon La Bible en français courant, que Dieu peut “faire périr à la fois le corps et l’âme dans l’enfer”, il est question fondamentalement de mort, et non de souffrances éternelles. En Matthieu 7:13, 14, Jésus établit un contraste entre ‘la route étroite qui mène à la vie et la route large qui mène à la destruction’. John Stott signale à ce propos: “Si donc il est dit des gens qu’ils doivent subir la destruction, il serait étrange qu’ils ne soient pas détruits.” Il tire, à juste titre, cette conclusion: “Si tuer, c’est priver le corps de vie, l’enfer semblerait être la privation de la vie tant physique que spirituelle, c’est-à-dire l’extinction de l’être.” — Fondements, pages 315, 316.


Pourquoi n'est-il pas injuste que les méchants soient simplement détruits définitivement ? Tout simplement parce que ceux-ci après s'être réjoui de toutes leurs méchanceté en opprimant les petits et les faibles, en spoliant, volant, assassinant, maltraitant, en imposant leur loi par la force, parfois par la terreur, s'enrichissant aux détriments des autres, par le gain injuste et toutes sortes de méchancetés dont ils firent preuve, à leur mort n'emportent rien et finalement il ne recevront rien, leur salaire sera le néant comme leur vie fut semblable au néant.

Tandis que ceux qui étaient opprimés, qui étaient dans l'affliction à cause du tourment qui survenait à cause des méchants (voir le tourment de Lot par exemple) ceux-là gouteront au bénédictions de Dieu à venir, ils recevront maison et champs et vignes, ils jouieront d'une sécurité et paix sans fin, sans que personne ne fasse trembler, bénis sera leur femme, béni sera le fruit de leur ventre, ce n'est pas pour rien qu'il planteront ce n'est pas pour rien qu'ils se multiplieront, mais cela sera des délices pour des temps indéfinis, tandis que le nom des méchants sera retranché de la terre et que Dieu fera oublier toute souffrance, tout malheur, tout deuil, toutes larmes et même la maladie, l'infirmité et la mort, tout cela aura disparu.

Alors en toute intelligence n'est-ce pas pire pour le méchant d'être détruit et de ne jamais pouvoir goûter à de telles bénédictions heureuses car à coup sûr sa victime se réjouira pour l'éternité mais lui sera effacé pour l'éternité. Et tout ce qu'il avait acquis par sa méchanceté ne lui aura servi à rien.
ma commentaire le sera plus tard bien que j en avais déja parlé de quelque trucs

Voir le profil de l'utilisateur http://talmudetjudaisme.wordpress.com/category/talmud/abodah-zar

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 4 sur 18]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum