Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 6]

Hanane 


Résident
Résident
le coran glorifie issa fils de marie, en confirmant qu'il est le messie.

le judaisme dit:

jesus est idolatre

Sanhédrin 103 a

"... Car tu n'auras pas un fils ou un disciple qui gâte son plat publiquement en le relevant trop d'ingrédients étrangers, comme Jésus de Nazareth"

jesus un magicien
Sanhedrin 107 b et Sotah 47 a

« Les maîtres ont enseigné : Que ta gauche repousse sans cesse et que ta main droite rapproche non point comme Elishah qui repoussa Gehazi des deux mains ni comme Rabbi Yehoshuah ben Perahia qui repoussa Jésus des deux mains.. Quel est le problème avec Rabbi Yehoshuah ben Perahia ? Lorsque le roi Jannée tua les rabbins, Rabbi Yehoshuah ben Perahia et Jésus partirent à Alexandrie d'Egypte... Yehoshuah lui dit : Repens-toi ! Il lui répliqua : — Voici la tradition que j'ai reçue de toi : on ne donne pas les moyens de se repentir à quiconque pèche et entraîne maints autres à pécher ! Il a été dit : Jésus pratiquait la sorcellerie, il a séduit et égaré Israël".

Le Talmud appelle souvent Jésus

du côté de sa mère, le fils de Myriam (Marie), la coiffeuse pour dame, femme de Paphos ben Yehudah, à qui elle fut infidèle d'où son surnom de Stada et l'expression ben Stada, soit le fils de l'infidèle, le bâtard.
du côté de son père, ben Pandera, le fils de Pandera, l'amant de Myriam.
" La mère de Jésus a été chassée par le charpentier qui l'avait demandée en mariage, pour avoir été convaincue d'adultère et être devenue enceinte des œuvres d'un soldat romain nommé "Panthera". Séparée de son époux, elle donna naissance à Jésus, un bâtard. La famille étant pauvre, Jésus fut envoyé chercher du travail en Égypte ; et lorsqu'il y fut, il y acquit certains pouvoirs magiques que les Égyptiens se vantaient de posséder" (Contra Celsum, I 32 5).

a votre avis pourquoi l'islam dit le contraire des juifs et corrige ce que dit le christianisme sur jesus?

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@hanane a écrit:a votre avis pourquoi l'islam dit le contraire des juifs et corrige ce que dit le christianisme sur jesus?
Parce que l'islam a raison concernant les juifs et en grande partie tort concernant le christianisme !

Voir le profil de l'utilisateur

YM 


Habitué
Habitué
@vulgate a écrit:
@hanane a écrit:a votre avis pourquoi l'islam dit le contraire des juifs et corrige ce que dit le christianisme sur jesus?
Parce que l'islam a raison concernant les juifs et en grande partie tort concernant le christianisme !
Soyez courageux et repondez franchement a cette question;
Les juif soont convaincu que Jesus et un batar et que Marie est adultère. Un musulman qui dirait cela sera considéré comme mécreant à l'unanimité. Les musulmans aiment jesus et Marie et prient pour eux, beaucoup de musulmans portent les nom arabe de Marie (Mariam) et Jesus (Issa) et considèrent Marie comme vertueuse et elue parmis les femme de l'humanité par Dieu, il croient que Jesus et né sans père, qu'il a accompli des miracle, qu'il est messager et prophète de Dieu. Le point de difference est que les musulmans croient que Dieu n'a pas engendré, que Jesus n'est pas Fils de Dieu. Mais en tous cas la différnce est enorme avec les juif.
Allez dites nous la vérité.

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@YM a écrit: Les juif soont convaincu que Jesus et un batar et que Marie est adultère.
Je ne suis pas d’accord. Les Juifs ont monté cette kabbale pour se justifier. De plus ils refusent obstinément de débattre de Daniel 9 :24-26 car ils savent que cette prophétie prouve que le Messie ne pouvait venir qu’à l’époque à laquelle Jésus était sur terre !
@YM a écrit:Les musulmans aiment jesus et Marie et prient pour eux, beaucoup de musulmans portent les nom arabe de Marie (Mariam) et Jesus (Issa) et considèrent Marie comme vertueuse et elue parmis les femme de l'humanité par Dieu, il croient que Jesus et né sans père, qu'il a accompli des miracle, qu'il est messager et prophète de Dieu. Le point de difference est que les musulmans croient que Dieu n'a pas engendré, que Jesus n'est pas Fils de Dieu. Mais en tous cas la différnce est enorme avec les juif.
La différence est énorme également avec le christianisme car les musulmans le croient pas au péché originel ni au sacrifice rédempteur de Jésus !

Voir le profil de l'utilisateur

farfar 


Passionné
Passionné
@vulgate a écrit:
@hanane a écrit:a votre avis pourquoi l'islam dit le contraire des juifs et corrige ce que dit le christianisme sur jesus?
Parce que l'islam a raison concernant les juifs et en grande partie tort concernant le christianisme !

pourquoi vous accepter une partie du coran et vous n'accepte pa l'autre partie

Voir le profil de l'utilisateur

Ikhawi 


Habitué
Habitué
Les rapports entre juifs et chrétiens sont souvent tendu. La différence c'est qu'il n'y a pas vraiment de milieux. Soit il n'y a aucun dialogue, soit les deux parties s'entendent mais ont du faire des concessions pour y parvenir.

Dans l'idéal il faut que les chrétiens oublient l'idée que "les juifs ont rejeté le Messie" et que les juifs étudient mieux les origines communes au Ier siècle.

Le Coran fait une lecture de la Bible qui ne tient compte que du sens littéral et tout ce qui est raconté doit être lu comme historiquement vrai. Ce genre de lecture est peut être importante chez certains chrétiens mais intenable pour beaucoup.

Un sondage réalisé en France en 2003 donnait les résultat suivant : 30 % des chrétiens pensent que Jésus n’est pas Fils de Dieu, et 40 % qu’il n’est pas ressuscité ; 63% ne croient pas à la Trinité, seuls 6 % croient encore à la résurrection du corps après la mort. La naissance virginale ne figure pas dans le sondage mais est, elle aussi bien contestée, comme les miracles.

Dans certaines universités de théologie on considère d'entrée que la Bible contient des mythes pour commencer à vraiment étudier.

Le Christ est ressuscité quand ce qu’il incarne dans le Nouveau Testament (confiance profonde, illumination, chemin du salut, lumière, amour...etc.) devient vivant dans notre vie et l'emporte sur le reste.

C'est cette expérience qui caractérise la foi chrétienne. Ce ne sont pas une liste de croyances en des prophètes ou en un Messie. Ce qui intéresse n'est pas ce que Dieu a été dans le passé mais ce qu'il est aujourd'hui.

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Jesus étant juif et étant annoncé par les prophètes depuis Moïse, ile est logique que le christianisme soit tourné vers les juifs plutot que les musulmans. Le Nouveau Testament prend ses racines dans l'Ancien, l'Ancien s'éclairant ainsi à la lumière du Nouveau.


Cependant je ne comprends pas pourquoi vous dites qu'on accepte une partie du Coran et pas l'autre. Farfar ou Hanane, pouvez-vous exliquez un peu plus vos pensées à ce sujet ?

Voir le profil de l'utilisateur

Hanane 


Résident
Résident
Aucun Musulman n’ose insulter Jésus, ni même le mettre en photo ou le blasphémer, alors que les Chrétiens le sculptent,tournent des films pour le dénigrer ou pour le ridiculiser, le dessinent même en caricature ou en dessin animé, et même imiter imaginairement son physique.
nous on aime jesus comme il était, notre prophete mohamed :pbsl: nous a parlé de se grand prophete:
le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa main que le fils de Marie descendra bientôt parmi vous pour être un dirigeant juste ; alors, il cassera la croix, tuera le porc, délaissera la "djizyah" [le tribut], et l'argent augmentera jusqu'à ce que personne ne l'accepte, et jusqu'à ce qu'une seule prosternation sera meilleure que ce monde et ce qu'il contient) [Fath Al-Baari (6/490], et [Le commentaire d'An-Nawawi du recueil authentique de Mouslim (2/189)].

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@farfar a écrit:
@vulgate a écrit:
@hanane a écrit:a votre avis pourquoi l'islam dit le contraire des juifs et corrige ce que dit le christianisme sur jesus?
Parce que l'islam a raison concernant les juifs et en grande partie tort concernant le christianisme !

pourquoi vous accepter une partie du coran et vous n'accepte pa l'autre partie
Je n'ai pas parlé du coran, j'ai seulement répondu à la question suivante : a votre avis pourquoi l'islam dit le contraire des juifs et corrige ce que dit le christianisme sur jesus? !

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Cependant je ne comprends pas pourquoi vous dites qu'on accepte une partie du Coran et pas l'autre.
Cette question m'était adressée et j'y ai répondu !

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Ikhawi a écrit:Un sondage réalisé en France en 2003 donnait les résultat suivant : 30 % des chrétiens pensent que Jésus n’est pas Fils de Dieu, et 40 % qu’il n’est pas ressuscité ; 63% ne croient pas à la Trinité, seuls 6 % croient encore à la résurrection du corps après la mort. La naissance virginale ne figure pas dans le sondage mais est, elle aussi bien contestée, comme les miracles.
En fait, la plupart de ceux que ce sondage qualifie de chrétiens sont en réalité des agnostiques et des athées !

Voir le profil de l'utilisateur

Ikhawi 


Habitué
Habitué
Il ne me semble pas, c'est un sondage qui se décomposait en plusieurs parties.

Je m'amuse souvent à questionner des chrétiens très loin du débat islamo-chrétien. Quand je met le sujet sur la table en disant que la trinité pose problème, ils sont souvent étonné de l'importance qui est donné à cette doctrine. La christologie est un peu plus uniforme mais varie quand même bien d'une personne à l'autre.

Quand on croit en Dieu, le Père, il est difficile de s'imaginer que Jésus = Dieu. On risque d'en avoir une représentation absurde.

Aucun Musulman n’ose insulter Jésus, ni même le mettre en photo ou le blasphémer, alors que les Chrétiens le sculptent,tournent des films pour le dénigrer ou pour le ridiculiser, le dessinent même en caricature ou en dessin animé, et même imiter imaginairement son physique

Des chrétiens qui voudraient ridiculiser Jésus, ce n'est pas vraiment cohérent. Il ne faut pas confondre occident et christianisme.

Quand certains textes apocryphes parlent d'enlèvement de Jésus et de faux semblant, il n'est pas question de prétendre que c'est historiquement vrai. Ce qu'ils veulent faire entendre c'est que Jésus a vaincu le mal et que sa défaite n'est qu'apparente.

En faire un roi qui doit venir pour régner selon la conception monarchique de l'antiquité c'est se moquer de son message. Ça ne concerne pas que les musulmans, mais aussi des chrétiens qui n'ont pas compris le fond de l'évangile et sont restés dans des attentes d'hommes.

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Ikhawi a écrit:Il ne me semble pas, c'est un sondage qui se décomposait en plusieurs parties.
Mais quelle est la confession des gens interrogés ? Catholique je suppose !

@Ikhawi a écrit:Je m'amuse souvent à questionner des chrétiens très loin du débat islamo-chrétien. Quand je met le sujet sur la table en disant que la trinité pose problème, ils sont souvent étonné de l'importance qui est donné à cette doctrine. La christologie est un peu plus uniforme mais varie quand même bien d'une personne à l'autre.
Quand on croit en Dieu, le Père, il est difficile de s'imaginer que Jésus = Dieu. On risque d'en avoir une représentation absurde.
Il faut avoir conscience que c’est le cadet des soucis des français sensés être chrétiens. Les musulmans s’imaginent que dans leur grande majorité les français sont chrétiens. C’est vrai sur le papier, mais dans la réalité rien n’est moins vrai. Il y a un demi siècle la majorité des français se considéraient chrétiens, les enfants étaient tous catéchisés et les églises étaient pleines à la grand-messe du dimanche matin. Mais aujourd’hui c’est différent, beaucoup de catholiques sont athées ou agnostiques et plus de la moitié des enfant ne vont pas au catéchisme et n’ont de ce fait aucun enseignement religieux, et c’est ce qui explique qu’une grande partie des gens interrogés dans le sondage ne croient pas que Jésus soit le fils de Dieu ni qu’il soit ressuscité !

@Ikhawi a écrit:
Aucun Musulman n’ose insulter Jésus, ni même le mettre en photo ou le blasphémer, alors que les Chrétiens le sculptent,tournent des films pour le dénigrer ou pour le ridiculiser, le dessinent même en caricature ou en dessin animé, et même imiter imaginairement son physique
Des chrétiens qui voudraient ridiculiser Jésus, ce n'est pas vraiment cohérent. Il ne faut pas confondre occident et christianisme.
Là nous sommes d’accord. Et pour revenir sur les propos de hanane que tu rappelles ci-dessus, il n’y a pas de mal à faire un film qui relate la vie de Jésus ou de qui que ce soit d’autre. Quand aux films qui dénigrent ou ridiculisent Jésus, il y en a très peu et ça n’engage que ceux qui les font !

@Ikhawi a écrit:Quand certains textes apocryphes parlent d'enlèvement de Jésus et de faux semblant, il n'est pas question de prétendre que c'est historiquement vrai. Ce qu'ils veulent faire entendre c'est que Jésus a vaincu le mal et que sa défaite n'est qu'apparente.
A quels textes fais-tu allusion ?

Voir le profil de l'utilisateur

Ikhawi 


Habitué
Habitué
Les Actes de Jean ou l'Apocalypse de Pierre qui constituent une spéculation gnostique de la croix mais ne prétendent jamais nier la crucifixion.

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Ikhawi,
Tout dépend comment tu poses cette question de la Trinité parce que pour un chrétien Jesus n'égale pas Dieu. C'est faux de véhiculer cette idée tout comme cette manie de toujours taper sur le catholique. Mais je rappelle que protestants et orthodoxes croient aussi à la Trinité et que tous trois confondus nous approchons des deux milliards d'individus. Alors ne t'associe pas aux personnes qui veulent faire croire que ce que pense la majorité est une idée minoritaire.

Voir le profil de l'utilisateur

acine 


Récurrent
Récurrent
par le Révérend J.B. Pranaitis

Ce que disent les juifs au sujet des Chrétiens

Chapitre 2

Au chapitre précédent, nous avons vu ce que les juifs pensent du Fondateur du Christianisme, et à quel point ils en méprisent jusqu’au nom même. Ceci étant, on ne peut s’attendre à ce qu’ils aient une meilleure opinion de ceux qui marchent dans les pas de Jésus de Nazareth. En réalité, rien d’assez abominable ne saurait être imaginé qui puisse correspondre aux horreurs qu’ils profèrent sur le compte des Chrétiens. Ils disent d’eux qu’ils sont des idolâtres, la pire engence qui soit, des bêtes à apparence humaine, qui ne méritent que d’être traités de bêtes, de vaches, d’ânes, de chiens, de pires que des chiens ; qu’ils se reproduisent comme des bêtes, qu’ils sont d’origine diabolique, que leurs âmes proviennent du diable et retournent dans le diable, en enfer, après leur mort, et même que le corps d’un Chrétien mort ne diffère en rien de la charogne d’un animal.

A / Des idolâtres

Etant donné que les Chrétiens suivent les enseignements de cet homme en qui les juifs voient un séducteur et un idolâtre, et étant donné, qui plus est, que les Chrétiens révèrent cet homme à l’égal de Dieu, il en découle à l’évidence qu’ils méritent pleinement le qualificatif d’idolâtres, ne différent en rien de ceux parmi lesquels les juifs vivaient avant la naissance du Christ, dont ils professaient qu’ils devaient être exterminés par tous les moyens possibles et imaginables.

La meilleure illustration de cette détestation est apportée par les noms dont ils affublent les Chrétiens, et par les propos très explicites de Maïmonide qui prouvent que (pour lui) tous ceux qui se disent chrétiens sont des idolâtres. Quiconque examine les traités juifs qui parlent des « adorateurs des étoiles et des planètes », des « épicuriens », des « samaritains », etc. ne pourra qu’en conclure que les idolâtres dont il est question ne sont autres que les Chrétiens. Les Turks [mieux traités] sont constamment appelés, quant à eux, « ismaëlites », et jamais « idolâtres ».

B / Les Chrétiens sont pires que les Turcs (= les musulmans)

Dans le Hilkoth Maakhaloth (ch. IX), Maimonide écrit :

« Il n’est pas licite de boire le vin d’un étranger qui devient un converti, c’est à dire, de quelqu’un qui accepte les sept préceptes de Noé, mais il est permis d’en obtenir quelque bénéfice. Il est permis de laisser du vin sans surveillance, en sa présence, mais non de placer du vin devant lui. La même chose est licite dans le cas de tous les Gentils qui ne soient pas des idôlatres, comme par exemple dans le cas des Turks (des Ismaëlites = des musulmans) [qui en principe, ne doivent pas boire de vin… mais bon…]. Un juif, par contre, ne doit pas boire leur vin, bien qu’il ait le droit de l’utiliser à son propre avantage. »

C / Les Chrétiens sont des assassins

Dans le Abhodah Zarah (22a), il est dit : « Un juif ne doit pas s’associer en quoi que ce soit à des Gentils, parce que ceux-ci sont enclins à verser le sang. »

De même, dans Iore Dea (153,2) : « Un Israélite ne doit pas s’associer avec les Akum (= les Chrétiens), parce qu’ils sont enclins à verser le sang. »

Dans le Abhodah Zarah (25b), il est dit :

« Les Rabbins ont enseigné (ce qui suit) : Si un Goy rencontre un Israélite sur son chemin, il (le juif) doit marcher à sa droite. Le Rabbin Ismaël, fils du Rabbin Jochanan, neveu de Beruka, dit : « S’il (le Goy) porte un glaive, que le juif passe à sa droite. Si le Goy porte un bâton, que le juif passe à sa gauche. Si le Goy gravit une côte ou descend une forte pente, le juif ne doit pas descendre devant lui, avec le Goy derrière lui, mais le juif doit être derrière et le Goy devant, et le juif doit bien se garder de se baisser devant le Goy de crainte que le Goy ne lui fracasse le crâne. Et au cas où le Goy demanderait au juif où il va (= s’il va loin), le juif devra prétendre qu’il va très loin, comme l’a dit notre Père Jacob à l’impie Esaü : (je vais très loin…) jusqu’à la rencontre de mon Seigneur à Seir (Genèse, XXXIII, 14-17), mais dans ce texte biblique, on ajoute immédiatement : en réalité, Jacob était en route pour Sukoth » (je suppose que c’était juste à côté…).

Dans le traité Orach Chaiim (20,2), il est dit :

« Ne vend pas ton pardessus (Talith) avec des franges à un Akum (un Chrétien), de peur qu’il ne s’approche (ainsi déguisé…) d’un juif qu’il risquerait de trouver sur sa route et qu’il ne l’occisse. Il est également interdit d’échanger ton châle (talith) avec un Gentil ou de le lui prêter, sauf, xceptionnellement, pour très peu de temps, et lorsqu’il n’y a rien à craindre de celui-ci. »

D / Les Chrétiens sont de grands fornicateurs (devant l’Eternel…)

Dans le Abhodah Zarah, il est dit (15b) :

« Les animaux mâles ne doivent pas être laissés dans les étables des Gentils avec leurs hommes, ni des animaux femelles avec leurs femmes ; et encore moins des animaux femelles avec leurs hommes et des animaux mâles avec leurs femmes. Il ne faut pas confier de moutons à la garde de leurs bergers, ni il ne doit y avoir aucun rapport (le terme anglais, ‘intercourse’, s’applique aux rapports sexuels, ndt) avec eux ; il ne faut pas non plus leur confier des enfants, ni pour apprendre à lire, ni pour apprendre un métier. » [J’espère que l’Education Nationale a été prévenue…]

Dans le même traité, un peu plus loin (22a), on explique pourquoi des animaux ne doivent pas être parqués dans les étables des Gentils, et pourquoi les juifs ne doivent pas avoir de relations sexuelles avec eux [les Gentils, bien sûr, qu’alliez-vous imaginer ?] :

« Il ne faut pas laisser nos animaux (le bétail) vadrouiller près des Goyim, parce qu’ils sont soupçonnés d’avoir des relations sexuelles avec eux (NB : cela n’a jamais engendré d’hybrides, pour des raisons biologiques, ndt). (Nos) femmes ne doivent pas cohabiter avec eux, parce qu’ils sont totalement priapiques. »

Dans le folio 22b toujours, du même traité, la raison pour laquelle les animaux, en particulier femelles, doivent être tenus à l’écart des femmes des Gentils est explicitée [attention : suivez bien, c’est subtil…] : « … c’est parce que des hommes Gentils vont chez leurs voisins pour commettre l’adultère avec les femmes de ceux-ci et que s’ils ne trouvent pas ces femmes chez elles, ils vont forniquer avec les brebis, dans l’écurie juste à côté, en lieu et place (faute de mieux ? Faute de grives… merles… ?) Et parfois, même lorsque les femmes de leurs voisins sont chez elles, ils préfèrent quand même aller forniquer avec les animaux. En effet, ils préfèrent (sexuellement, il ne s’agit pas ici de côtelettes, ndt) les brebis des Israélites aux femmes de leur propre engence ». [Rien n’est dit, dans ces citations, des femmes israélites. Why, my God ? (…) ?]

C’est pour cette même raison que des animaux (des juifs) ne doivent pas être confiés à des bergers Goys, ni des enfants (juifs) à des éducateurs Goys.

E / Les Chrétiens sont impurs

Le Talmud expose deux raisons pour lesquelles les Goyim sont impurs : c’est tout d’abord parce qu’ils mangent (ces gros dégoûtants…) des choses impures, et ensuite parce qu’eux-mêmes n’ont pas été purifiés (du péché originel) sur le Mont Sinaï (ce n’est tout de même pas de leur faute s’ils n’avaient pas été invités au grand show biblique du Mont Sinaï, puisqu’ils n’existaient pas encore ! Mais enfin, bon, passons…). Dans Schabbath, (145b), il est écrit :

« Pourquoi les Goyim sont-ils impurs ? [Notez que la question implique qu’ils le sont, sans discussion !] C’est parce qu’ils n’étaient pas présents sur le Mont Sinaï (et qu’ils n’ont pas apporté de mot d’excuse de leurs parents !). En effet, quand le serpent a pénétré dans Eve (a pénétré Eve ? Rocco, au secours !), il lui a infusé son impureté. Mais les juifs (eux, au moins) ont été lavés de cette souillure lorsqu’ils sont restés debout sur le Mont Sinaï. Les Goyim, en revanche, n’étaient pas sur le Mont Sinaï et, de ce fait, ils n’ont pas été purifiés (Et toc ! Et nous, les juifs, eh ben, on l’a été : Na-na-nanèèèreuh !) »

F / Les Chrétiens comparés aux ordures

« Lorsque dix personnes (des vraies personnes, des juifs…) prient ensemble en un même lieu et qu’elles récitent le Kaddish (ou la Kedoschah), tous, même ceux qui n’appartiennent pas à cette assemblée (= synagogue, ou s’ils viennent d’une autre ville ou un autre quartier) doivent répondre ‘Amen’. Certains, toutefois, disent qu’il faut qu’il n’y ait parmi eux aucun Akum (terme très péjoratif désignant un Chrétien) ni aucune autre sorte d’ordure dans l’assemblée (pour que cela soit une obligation) ».

Dans Iore Dea (198, 48), Hagah, il est écrit :

« Lorsque des femmes juives sortent du bain (rituel : le Mikvéh, ndt), elles doivent prendre grand soin à ce que la première personne qu’elles rencontrent en chemin soit un ou une ami(e) [= un juif ou une juive] et surtout pas quelque chose d’impur [genre : merde de chien] ou un Chrétien ! Car, dans ce cas, si la femme (juive, purifiée et sortant du bain) veut conserver son état de purification (sainteté ?), elle devra immédiatement retourner aux termes et se baigner à nouveau (se repurifier…) »

Il convient de noter que la liste ci-après de choses impures est donnée dans le Biur Hetib, un commentaire du Schulchan Arukh :

« Une femme (juive sortant du bain - voir plus haut) devra retourner se laver et se repurifier si elle voit quoique ce soit d’impur, comme un chien, un âne, des Gens de la Terre (des Chrétiens) ; un Chrétien (Akum) ; un chameau, un cochon, un cheval, ou un lépreux [Jusqu’à plus ample informé, on ne sait pas si les juifs, en plus, étaient naturellement vaccinés contre la lèpre…] ».

G / Les Chrétiens ne sont pas comparables aux hommes ; ce sont des

animaux

Dans les Kerithuth (6b, p. 78), on peut lire :

« L’enseignement des Rabbins est le suivant : Celui qui verse de l’huile sur un Goy (crevé), ou sur des charognes, est exempté de pénitence. Cela vaut pour un animal, parce qu’un animal n’est pas un être humain. Mais comment peut-on dire qu’en versant de l’huile sur un Goy (mort), on est exempté de pénitence, puisqu’un Goy est aussi un être humain ? (En réalité, il n’y a pas de problème car) cela n’est pas vrai [= non, les Goys ne sont pas des êtres humains], puisqu’il est écrit : ‘Tu es mon troupeau… Le troupeau de mon pâturage, ce sont les hommes’ (Ezechiel, XXXIV, 31). Ainsi (grâce à cette parole d’Ezechiel) vous, vous êtes qualifiés d’hommes, mais les Goys, eux, ne sont pas qualifiés de la sorte. »

Dans le traité Makkoth (7b), quelqu’un qui a tué quelqu’un d’autre ( = donc, un juif, car les non-juifs ne sont pas « quelqu’un », ndt…) est déclaré coupable, « sauf si, alors qu’il avait l’intention de tuer un animal, il a tué un homme (= un juif) par erreur ; ou bien si, alors qu’il avait l’intention de tuer un Goy, il a tué (par erreur) un Israélite. » [C’est fort de café casher, non ?]

Dans le Orach Chaiim (225, 10), on lit :

« Celui qui voit de belles créatures, s’agît-il même d’un Akum ou d’un animal, qu’il dise « Béni sois-Tu, Notre Seigneur Dieu, Roi de l’Univers, qui a placé des choses (si belles) sur la Terre ! » [Cela, c’est pour les juifs d’une extrême objectivité, qui iraient jusqu’à estimer que Claudia Schiffer est peut-être quand même moins moche que Barbara Streisand… Une toute petite poignée d’intellectuels, donc.]

H / Ce n’est que dans les apparences que les Chrétiens diffèrent des animaux

Il est écrit, dans le Midrasch Talpiot (fol. 225d) : « Dieu les a créés sous la forme d’hommes pour la gloire d’Israël. Mais les Akum (les Chrétiens) furent créés à la seule fin de les servir (les = les juifs) jour et nuit. Ils ne pourront jamais être exemptés de ce service (esclavage). Car il est bon pour tout fils de roi (= tout Israélite) que des animaux sous leur forme naturelle, et aussi des animaux sous la forme (apparente) d’êtres humains soient à son service. »

Nous pouvons citer, à ce propos, ce qui est dit dans Orach Chaiim, 57, 6a :

« S’il faut avoir pitié des cochons lorsqu’ils sont souffrants (lorsqu’ils ont mal au ventre), car leurs intestins sont semblables aux nôtres, combien plus encore faut-il avoir pitié des Akum (des Chrétiens) lorsqu’ils sont ainsi affectés… » [Condamnable sensiblerie. Je suppose que ce Orach Chaiim ne doit pas être mis entre toutes les mains…]

I / Les Chrétiens sont (positivement) des animaux

On lit, dans Zohar, II, 64b :

« … des gens qui adorent des idoles et qui sont appelés vache et âne,

conformément à ce qui est écrit : J’ai une vache et un âne… »

Rabbi Bechai, dans son ouvrage Kad Hakkemach, ch. I, commençant par le mot Geulah – rédemption – fait référence au Psaume 80, v. 13 : « Le sanglier, hors du bois, ravage tout », dit :

« La lettre « ayn » (une lettre de l’alphabet hébreu, ndt) est « suspendue » [Allusion à la déformation de Jéshua’ en Jéshu par suppression de la lettre « ayn » ?] de la même manière que ces idolâtres qui croient en celui qui a été suspendu (= Jésus, sur la croix) ».

Buxtorf (Lex.) commente :

« Par cochon sauvage, l’auteur désigne ici les Chrétiens qui mangent du porc et, comme les porcs, ont détruit le vignoble d’Israël, la Ville de Jérusalem, et qui croient en Christ le « suspendu ». D’ailleurs, la lettre ‘ayn’ est supprimée dans ce mot (Jeshua’ - Jeshu) parce qu’eux-mêmes, adorateurs du Christ qui fut suspendu, (Dieu) les laisse aussi tomber. » Rabbi Edels, en commentant le Kethuboth, (110b) écrit :

« Le Psalmiste compare les Akum aux bêtes sauvages impures (qui

rôdent) dans les bois. »

J / Les Chrétiens sont pires que des animaux

Le Rabbi Schelomo Iarchi (Rachi), célèbre commentateur juif, expliquant la loi de Moïse (Deutéronome XIV, 21) interdisant de consommer la viande d’animaux blessés, mais permettant que cette viande soit donnée aux « étrangers qui vivent dans tes murs » [= « dans Jérusalem »], ou que l’on devra, dit l’Exode (XXII, 30), ‘la jeter aux chiens’, trouve (encore) cela à ajouter :

« … car il (le Goy) est semblable à un chien. Devons-nous prendre ici le mot ‘chien’ au sens littéral du terme ? En aucun cas ! En effet, le texte (biblique), parlant des charognes, dit : « Ou tu peux les vendre à un étranger ». Cela s’applique à fortiori à la viande d’animaux blessés, contre laquelle il est licite d’accepter paiement. Pourquoi, ceci étant, l’Ecriture dit-elle que cette viande peut être jetée à « des chiens » ? [Mais] c’est afin de vous enseigner qu’un chien doit être plus respecté qu’un Nokri [= un Chrétien][bien sûr !] ».

K / Les Chrétiens se multiplient comme des bêtes

Dans Sanhédrin (74b) Tosephoth, il est dit :

« Le rapport sexuel d’un Goy est comme le rut d’animaux ». Et, dans

Kethuboth (3b), il est enseigné :
« La semence du Goy est plus immonde que celle d’un animal. »
Il faut donc en tirer la déduction que le mariage chrétien n’est en rien


un mariage digne de ce nom :

Dans Kidduschim (68a), on affirme :

« … Et qu’en savons-nous, comment le savons-nous ? Le Rabbi Huna nous l’explique : Vous pouvez lire : Restez ici avec l’âne – c’est-à-dire, avec des gens comme des ânes. Par conséquent, il apparaît qu’ils ne sont pas capable de contracter mariage. »

Dans Eben Haezer (44,8) :

« Si un juif veut se marier avec une Akum (une Chrétienne) ou avec son esclave, le mariage est nul. Car ces gens (les Akum) ne sont pas capables d’entrer en ménage. De même, si un Akum ou un esclave veut épouser une juive, le mariage est nul. »

Dans Zohar (II, 64b) :

« Le Rabbin Abba dit : « Si seuls les idolâtres avaient des relations sexuelles, le monde cesserait d’exister. Par conséquent, il nous est enseigné qu’un juif ne doit à aucun prix laisser l’ascendant à ces voleurs infâmes. En effet, si ceux-là continuent à se propager toujours plus nombreux, il nous sera impossible de continuer à exister, à cause d’eux. Car ils donnent naissance à des portées semblables à celles des chiots. »

L / Les Chrétiens sont les enfants du Diable

Nous lisons, dans Zohar (I, 28b) ce qui suit :

« Or le serpent était plus subtil que toute autre bête vivant dans le champ, etc. (Genèse, III, 1). « Plus subtil » indique le diable ; « que toute autre bête », cela désigne les peuples idolâtres vivant sur Terre. Car ils sont les descendants du lointain ancêtre des serpents (le premier…), qui séduisit naguère Eve. »

Le « meilleur » argument utilisé par les juifs afin de prouver que les Chrétiens sont de la race du diable est le fait qu’ils ne sont pas circoncis. Le prépuce des non-juifs leur interdit d’être qualifiés d’enfants du Très Haut. En effet, par la circoncision, le nom de Dieu – Schaddai – apparaît, dans la chair d’un juif circoncis. La forme de la lettre ‘Isch’ est dans ses narines, la lettre ‘Daleth’ dans ses bras recourbés, et le ‘ayn’ n’apparaît sur son organe sexuel que grâce à la circoncision. Chez les Gentils, non- circoncis, par conséquent, tels les Chrétiens, il n’y a que deux lettres, ‘Isch’ et ‘Dalet’, qui composent le mot « Sched », qui signifie « Diable ». Ils sont, par conséquent, (CQFD…) les enfants de Sched, du Diable. [Puis- je me permettre de rappeler, que sauf erreur de ma part, les enfants du Peuple Elu ne naissent pas circoncis. N’est-il pas un peu facile, d’un coup de scalpel, de transformer des enfants héréditaire du Peuple des Rois, certes, mais enfin, bon… en « Rois des Rois » du Peuple Elu ? N’y a-t-il pas de la triche, la-dedans ? De plus : les musulmans (mâles, bien sûr), sont souvent circoncis : lit-on aussi, sur leur organisme, « Schaddai », Dieu, ou bien sont-ils fabriqués autrement ? That is The Question…]

M / Les âmes des Chrétiens sont diaboliques et impures

L’enseignement juif est de dire que Dieu a créé deux natures, l’une bonne et l’autre mauvaise ; ou encore une nature à deux faces, une face pure et une face impure. C’est du côté impur, appelé Keliphah – couenne, ou croûte scrophuleuse – que sont censées provenir les âmes des Chrétiens.

Dans le Zohar (I, 131a), on lit à ce sujet :

« Les idolâtres, toutefois, depuis qu’ils existent, trompent le monde entier, parce que leur âme provient du côté impur (de la création). »

Et dans Emek Hammelech (23d), il est expliqué :

« Les âmes des impies proviennent de la Keliphah, qui est la mort et l’ombre de la mort. »

Zohar (I, 46a, 47a), va jusqu’à préciser que ce côté impur est le côté

gauche, d’où proviennent les âmes des Chrétiens :

« Et Il créa toute chose vivante, c’est-à-dire, les Israélites, car ils sont les enfants de Dieu, le Très Haut, et leurs âmes saintes procèdent de Lui. Mais d’où viennent donc les âmes des Gentils, ces idolâtres ? Le Rabbin Eliezer nous informe : « Elles viennent du côté gauche (de la création), ce qui en fait du même coup des âmes impures. Ils sont (eux- mêmes), par conséquent, tous impurs (même André Taguieff ?), et ils polluent tous ceux (des juifs, bien sûr…) qui entreraient en contact avec eux. »

N / Après leur mort, l’âme des Chrétiens descend en Enfer

Les Sages enseignent qu’Abraham est assis devant le portail de la Géhenne (attention = le Paradis juif …), et qu’il interdit à toute personne non circoncise d’y entrer. Tous les incirconcis sont envoyés au sous-sol, en enfer…

Dans Rosch Haschanah (17a), il est écrit :

« Les hérétiques, les épicuriens et les traîtres sont précipités en Enfer. »

O / Le sort des Chrétiens après leur mort

Les corps des Chrétiens morts sont qualifiés du terme odieux de Pegarim, qui est le mot utilisé dans les Saintes Ecritures pour désigner les cadavres des damnés et des animaux, mais jamais pour désigner les pieux morts, qui sont appelés Metim (voir l’arabe : *mayyitin (en réalité : mawtâ)). Ainsi le Schulchan Arukh prescrit que l’on doit parler d’un Chrétien mort en des termes semblables à ceux qu’on utiliserait pour parler d’un animal mort.

Dans Iore Dea (377, 1), on lit :

« Des condoléances ne doivent en aucun cas être présentées à quiconque en raison de la mort d’un de ses serviteurs mâles ou d’une de ses domestiques femelles (forcément Goyim, car un juif, étant lui-même par définition un Roi, ne saurait servir un autre juif). Tout ce qui pourra être dit, au maximum, c’est ‘Que Dieu remplace celui (celle) que vous avez perdu(e), de la même manière que nous pouvons souhaiter à un paysan qui a perdu une vache ou un âne de lui trouver un animal de remplacement d’aussi bon « rendement ». »

De même, il n’est nul besoin de tenir les Chrétiens en quarantaine pendant sept jours après qu’ils aient enterré quelqu’un, comme le commande la Loi de Moïse (à ses ouailles, les juifs, et les juifs, seulement), étant donné que les Chrétiens ne sont pas des hommes (combien de fois faudra-t-il vous le répéter ?). De plus, ces Chrétiens auront vraisemblablement enterré un autre chien de Chrétien : or, une charogne ne souille pas celui qui l’enterre. (Raison de plus !)

Dans Iebhammoth (61a), il est dit :

« Les Nokhrim (= les Chrétiens) ne sont pas rendus impurs par (le fait qu’ils aient assisté à) un enterrement. En effet, n’est-il pas écrit : ‘Vous êtes mon troupeau, le troupeau de ma pâture ; vous êtes des hommes. Ainsi, vous appelle-t-on des hommes. Mais ce n’est pas le cas des Nokhrim (Les Renégats = les Chrétiens). »

le premier chapitre il parle de Marie et son fils Jésus c'est encore plus grave.

le prochain commentaire : Ce que disent les Musulamns au sujet des Chrétiens

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Tu penses que ces textes sont toujours en vigueur ? toujours étudiés à l'heure actuelle ? Je ne connais pas ces livres que tu citent. Je ne connais que la Torah chez les juifs . Je ne m'attendais quand même pas à ça de leur part car Benoit XVI entretient de -ce que je crois être - bons rapports avec eux. A moins que ce ne soit des sourires par devant et des calomnies par derrière. Mais ça me parait un peu fort. Peut-^tre ces textes ne sont plus d'actualité à notre époque. Qu'en penses-tu?

Voir le profil de l'utilisateur

acine 


Récurrent
Récurrent
Credo a dit « Tu penses que ces textes sont toujours en vigueur ? »

Puisque vous êtes catholique voilà ce que a dit : Le père Justin Bonaventure Pranaitis (1861-1917), d'origine lithuanienne, était prêtre catholique romain; maître ès théologie et professeur d’hébreu à l’Académie impériale ecclésiastique de l’Eglise catholique romaine à Saint- Petersburg.

Le TALMUD tire son nom du mot Lamud – ‘il a enseigné’, et signifie « ’Enseignement ». Par métonymie, ce nom s’applique au livre qui contient l’Enseignement, qui est appelé lui-même Talmud. C’est l’ouvrage doctrinal qui, seul, expose de manière exhaustive et explicite les connaissances et les enseignements (indispensables) au peuple juif.</SPAN>

Au début du XVIème siècle, lorsque la paix de l’Eglise fut perturbée par de nouvelles religions (le protestantisme), les juifs commencèrent à distribuer le Talmud ouvertement, grandement aidés par l’art nouvellement apparu de l’imprimerie. La première édition du Talmud complet, contenant tous ses blasphèmes contre la religion chrétienne, fut publiée à Venise en 1520. Pratiquement tous les livres juifs publiés au seizième siècle, qui fut pour eux un siècle faste, sont complets et authentiques.

Vers la fin du XVIème et le début du XVIIème siècles, lorsque de nombreux hommes célèbres entreprirent d’étudier très sérieusement le Talmud, les juifs, craignant pour eux-mêmes, commencèrent à en expurger les chapitres. Ainsi le Talmud publié à Bâle en 1578 a été censuré en de nombreux passages.

Lors d’un Synode de l’Eglise, réuni en Pologne en 1631, les rabbins d’Allemagne et de nombreux autres pays déclarèrent que rien de ce qui pourrait vexer les Chrétiens et causer la persécution d’Israël (par contrecoup) ne devrait être imprimé.

C’est pour cette raison que les ouvrages juifs publiés par la suite sont très incomplets. Les rabbins expliquent de mémoire ce que ces informations manquantes signifiaient, bien qu’ils possèdent encore les ouvrages originaux, plus anciens et complets, auxquels il est extrêmement rare que les Chrétiens aient accès.

Néanmoins, des livres juifs furent publiés, plus tard, avec très peu de mutilations, en Hollande, où les juifs expulsés d’Espagne furent bien accueillis. Le Talmud publié en Hollande en 1644-1648 est presque similaire à la version vénitienne.

Le dernier truc inventé pour tromper les censeurs fut l’introduction du mothaiah (« était ») dans certains endroits du texte, afin d’indiquer où se trouvaient les passages censurés. Mais, ce faisant, ils ne faisaient que nettoyer l’extérieur de la tasse. Car, en maints passages, ils ne peuvent s’empêcher de montrer ce qu’ils veulent cacher, en utilisant des mots comme «gam attah » (‘encore maintenant’ ; pour indiquer que cette loi est encore en vigueur) ; et «aphilu bazzeman hazzeh » (‘même jusqu’à ce jour’ ; indiquant que « cette loi tient toujours »), et autres ficelles du même acabit.

Voir le profil de l'utilisateur

acine 


Récurrent
Récurrent
Voici un autre livre écrit par un écrivain français en 1888 un certain ( GORE O’THOUMA ) je croit qu’il connais les juifs mieux que d’autre personne où bien parmis les meilleurs personnes


L’ESPRIT JUIF OU LES JUIFS PEINTS PAR EUX MEME D’APRES LE TELMUD
LIVRE ECRIT PAR GORE O’THOUMA IMPRIMERIE DE J. MAZEYRIE 1888


Préface : ( Ce livre a pour but de chercher à éclairer une question encore obscure, particulièrement pour les français : c’est la question juives,) GORE O’THOUMA
Le Telmud est extrêmement pratique et le juif qui le connaît est non seulement armé pour connaître les hommes mais surtout pour être hostile à tout ce qui n’est pas juifs.
Il importe donc de nous tenir en garde de bonne heure contre cet esprit juif et talmudiste.
Nous aussi nous avons des devoirs à remplir en prémunissant nos fils contre ce fléau de l’invasion juive et pour cela il faut que nous redevenions pratique et que nous sachions défendre notre propre bien.
C’est par l’éducation que nous donnerons à nos enfants que les nouvelles générations françaises pourront se débarrasser du filet formidable qui nous étreint de toutes parts.
En défendant le génie de notre race en conservant son ancien bon sens et en luttant contre l’influence juive cela aidera plus à la fraternité française que de favoriser ceux qui la réduiraient bientôt à la ruine. Page 29

Les noms que les juifs donnent aux chrétiens
Dans leurs livres religieux les juifs emploient différents noms pour désigner tous les non-juifs et les chrétiens plus particulièrement.
Cependant ils évitent autant que possible de se servir du nom de chrétiens.
Ce mot est remplacé par celui de Nazaréens.
En outre voici les noms qu’ils nous donnent ordinairement dans le telmud :
1° Goi (Pluriel gojm, féminin goja), qui signifie : peuple et disigne les gentils, les païns, les non-israélites
2° Akum, qui signifie : adorateur des astres
3° Noshri (pluriel, Nochrim), qui signifie : étranger, étranger au pays, étranger d’après la loi juive ou païen
4° Obed elilim, qui signifie : idolâtre et et et suite page 30, 31

A la page 32 Gore dit la différence entre la morale chrétienne et la morale du Talmud.
( Je me sens dégagé de toute passion en parlant des Juifs.) Ainsi s’exprime M. Francis Magnard dans l’article politique du figaro du 16 Novembre 1886. Nous en pouvons dire tout autant que lui. Puis il continue………
Et puis il a dit voici une comparaison de la morale chrétienne et de la morale juive talmudiste, qui montrera si la religion ne « fait rien » à la moralité de l’individu.

Religion Chrétienne : l’évangile nous apprend à regarder tous les hommes comme nos frères.
Religion Talmodiste : Talmud , au contraire , apprend aux juifs a ne regarder les autres peuples que comme des chevaux, des âne, des cochons, et même a le placer encore plus bas. Voyez 203, voyez 224, 235, 179, 217, 165, 197, 198, 200. suite page 33
Pour être juste il faut que je cite ce passage : Seuls les Juifs Karaïtes, qui existent en très petit nombre en Turquie et en Crimée, ne suivent pas la doctrine du Talmud

Voir le profil de l'utilisateur

Matthieu2 


Habitué
Habitué
@Credo a écrit:Ikhawi,
Tout dépend comment tu poses cette question de la Trinité parce que pour un chrétien Jesus n'égale pas Dieu.

??????????????

Jean 10:30
Moi et le Père nous sommes un

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Ikhawi a écrit:Les Actes de Jean ou l'Apocalypse de Pierre qui constituent une spéculation gnostique de la croix mais ne prétendent jamais nier la crucifixion.
Un chrétien ne devrait pas donner le moindre crédit à ces textes !

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Matthieu2 a écrit:
@Credo a écrit:Ikhawi,
Tout dépend comment tu poses cette question de la Trinité parce que pour un chrétien Jesus n'égale pas Dieu.

??????????????

Jean 10:30
Moi et le Père nous sommes un
"Or, je veux que vous sachiez que le Chef de tout homme, c'est Christ, tandis que le chef de la femme, c'est son mari ; et que le Chef de Christ c'est Dieu." 1 Corinthiens 11:3 !

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@acine a écrit:Voici un autre livre écrit par un écrivain français en 1888 un certain ( GORE O’THOUMA ) je croit qu’il connais les juifs mieux que d’autre personne où bien parmis les meilleurs personnes
Je ne vois cependant pas où tu veux en venir avec tes citations de critiques du talmud !

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Matthieu 2
Ce que j'ai voulu dire, c'est que quand on considère l'incarnation, Dieu vrai homme, le Fils prie bien Dieu le Père et il est second dans la Trinité avant le St Esprit, le Paraclet, que le Père nous envoie une fois le Christ monté auprès de Lui.


Cependant, si on considère la divinité du Christ, Dieu vrai Dieu, il est évident que le Père et le Fils ne font qu'un ou encore que l'Esprit du Père, du Fils et l'Esprit Saint ne forment qu'un seul et même Dieu.

J'ai donc voulu dire qu'il y a des personnes qui veulent faire croire que les chrétiens pensent que Jesus est l'incarnation du Père ainsi ils en tirent la conclusion que Jesus ne pouvant se prier Lui-même au Jardin des Oliviers , la théorie de la Trinité et fausse. Or Dieu le Père est le premier de la Trinité, Jesus le second et le St Esprit le troisième mais, en esprit, tous trois forment un seul et même Dieu, ce qui est différend que de dire que Jesus, incarné, est le Père, soi-disant,d'après les chrétiens.

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Vulgate,
La Bible, ce n'est pas un livre militaire. Le chef, c'est pas synomyme de commandant. Jesus est le nouvel Adam, donc le premier-né de la nouvelle humanité, donc l'origine (le point de départ si tu préfères de la nouvelle humanité)du nouvel homme. L'homme est le Chef de la femme parce qu'il est l'origine de la femme, la femme étant tirée de lui. Ils sont de même chair. (voir verset 12 du même chapitre). Dieu est le Chef du Christ car il est l'origine du Christ. Il l'a engendré.
Ainsi, de par sa résurrection, le Christ engendre un nouvel homme, de par la création, la femme tient son origine dans l'homme et de par la volonté du Père, Christ tient son origine de Dieu.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 6]

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum