Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 4]

vulgate 


Averti
Averti
@acine a écrit: RP: oui c bien le cas exemple: à propos de Matthieu “ Une tradition ancienne a attribué cet évangile à l'apôtre Matthieu. (C'est ce que les gens disent). Mais les savants chrétiens, aujourd'hui rejettent presque tous ce point de vue” ils disent que ce n'est pas Matthieu qui a écrit l'Evangile de Matthieu. Ils disent que: “ L'auteur que nous pouvons encore par commodité appeler Matthieu ” Pourquoi “ par commodité ” ?
Dans son œuvre De viris illustribus (Des hommes illustres) au chapitre III, Jérôme déclara (IV ème siècle) que Matthieu "composa [...] en Judée, pour ceux qui avaient cru parmi les circoncis, l’Évangile du Christ, et le rédigea en caractères et en langage hébraïques. [...] L’Évangile hébreu se trouve aujourd’hui encore dans la bibliothèque de Césarée, que le martyr Pamphilus avait formée avec le soin le plus grand" ! Tes prétendus savants chrétiens ne sont pas si savants que ça et pas si chrétiens que ça, autrement ils tiendraient compte de ce qu’a précisé Jérôme au IV ème siècle. Mais sans doute veulent-ils se faire mousser ou ont-ils si peu de foi qu’ils ne pensent qu’à l’argent que peuvent leur rapporter leurs écrits, aussi faux et mensongers soient-ils !

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Acine,
Les livres n'engagent que leurs auteurs. Car dans Jean 8, 51-59 , Jesus discutent avec les juifs qui, entre autres reproches, lui demandent : Qui donc prétends-tu être ? Leur colère explosera au point qu'ils lui jetteront des pierres. Et à quel moment se déclenchera cette violence ? Quand Jesus dira : "Amen, amen, je vous le dis : avant qu'Abraham ait existé, moi, Je Suis." Parce que Je Suis est le nom de Dieu qui l'a dévoilé à Moïse. Ainsi Jesus venait de dire qu'Il était Dieu. Ce qui a déclenché cette violence. Donc Jesus s'est identifié de lui-même à Dieu.
Je ne suis pas d'accord avec la traduction de Jean 8:58 selon laquelle Jésus aurait dit 'avant qu'Abraham ait existé, moi, Je Suis', car il est des cas où l'expression grecque égo eimi ne signifie pas je suis, et Jean 8:58 en est un.

À ce propos, voici ce qu’a dit G. Winer (Une grammaire de l'idiome du Nouveau Testament, 7e éd., p. 267) : "Quelquefois le présent comprend aussi un passé, c’est-à-dire quand le verbe exprime un état qui a commencé à tel moment antérieur mais qui se prolonge encore — un état dans sa durée ; comme en Jean xv. 27 et viii. 58.", ce qui signifie que jésus a dit : "Avant qu’Abraham fut, j’étais". Cela est confirmé par ce que disent J. Moulton et N. Turner dans Une grammaire du grec du Nouveau Testament (Edinburgh 1963, vol. III, p. 62) : "Le présent qui indique la continuation d’une action pendant le passé et jusqu’au moment où l’on parle est pour ainsi dire une forme verbale perfective ; la seule différence c’est que l’action se conçoit comme étant encore en cours (...). On le rencontre souvent dans le Nouveau Testament : Luc 2:48 ; 13:7 ; 15:29 ; Jean 5:6 ; 8:58." !

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Vulgate,

L'auteur, d'après ce que je comprends, ne nie pas que le verbe être soit au présent, mais pour lui il faut comprendre était parce que ce serait la continuation d'une action dans le passé. Seulement, dans les exemples cités, où la tournure serait la même, il y a pour moi concordance des temps. Ex :


Lc 2:48- A sa vue, ils furent saisis d'émotion, et sa mère lui dit : " Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois ! ton père et moi, nous te cherchons, angoissés. "As-tu fait parce que l'action de Jesus est dans le passé. Nous te cherchons parce que quand ils trouvent Jesus, ils sont en train de le chercher. L'action est en cours. Elle n'est pas encore au passé. De plus, ce sont deux phrases indépendantes.


Dans Jean 8, 58 , si "je suis" était un verbe conjugué et non le nom de Dieu, Avant qu'Abraham fut étant une proposition subordonnée introduite par avant que, la règle grammaticale induit l'emploi de l'imparfait. dans la phrase principale. Or ce n'est pas le cas. Je suis est bien au présent et l'auteur ne le nie pas. Alors Je Suis est bien le nom de Dieu.

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Vulgate,

J'ai oublié de préciser que cette phrase fait partie d'un récit. Jesus dit aux juifs : Jn 8:56- Abraham, votre père, exulta à la pensée qu'il verrait mon Jour. Il l'a vu et fut dans la joie. "
Jn 8:57- Les Juifs lui dirent alors : " Tu n'as pas cinquante ans et tu as vu Abraham ! "


Jesus prétend avoir vu Abraham et les juifs lui répondent. C'est quand il prononcera cette phrase : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham existât, Je Suis. " qu'ils lui ont jeté des pierres. Pourquoi ? Parce qu'eux aussi ont traduis Je Suis par le nom de Dieu. Ainsi ils en déduisirent que Jesus se prenait pour Dieu et voulurent en somme le lapider pour blasphème. Sinon, pour quelles raisons cette phrase aurait-elle déclenché cette violence contre Jesus alors que simplement le fait de leur dire qu'il avait vu Abraham ne la déclenchait pas ?

Voir le profil de l'utilisateur

Hanane 


Résident
Résident
Je me dis que, si Dieu existe, il sait où je suis et saura me trouver, je garde ma chandelle allumée et ma porte ouverte...

bonjour francoise, juste un avis, ce dieu qui t'a crée et t'a bien fait, il merite qu'on le cherche et non pas lui qui doit nous chercher

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Dans Jean 8, 58 , si "je suis" était un verbe conjugué et non le nom de Dieu, Avant qu'Abraham fut étant une proposition subordonnée introduite par avant que, la règle grammaticale induit l'emploi de l'imparfait. dans la phrase principale. Or ce n'est pas le cas. Je suis est bien au présent et l'auteur ne le nie pas.
Les avis sont très partagés et d'autre part, Jésus n'a jamais prétendu être Dieu !

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Vulgate,

J'ai oublié de préciser que cette phrase fait partie d'un récit. Jesus dit aux juifs : Jn 8:56- Abraham, votre père, exulta à la pensée qu'il verrait mon Jour. Il l'a vu et fut dans la joie. "
Jn 8:57- Les Juifs lui dirent alors : " Tu n'as pas cinquante ans et tu as vu Abraham ! "


Jesus prétend avoir vu Abraham et les juifs lui répondent. C'est quand il prononcera cette phrase : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham existât, Je Suis. " qu'ils lui ont jeté des pierres. Pourquoi ? Parce qu'eux aussi ont traduis Je Suis par le nom de Dieu.
Ou ils ont l'ont pris pour un vantard qui se moquait d'eux, tout simplement. Puis, je suis n'est pas le nom de Dieu !

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Un simple vantard, il n'aurait pas chercher à le lapider car quand on jette des pierres sur les gens à cette époque, c'est pour lapider parce que selon le lévitique : Lv 24:16- Qui blasphème le nom de Yahvé devra mourir, toute la communauté le lapidera. Qu'il soit étranger ou citoyen, il mourra s'il blasphème le Nom.


Quand Jesus prononce-t-il le nom de Dieu si ce n'est en disant "Je Suis".

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Un simple vantard, il n'aurait pas chercher à le lapider car quand on jette des pierres sur les gens à cette époque, c'est pour lapider parce que selon le lévitique : Lv 24:16- Qui blasphème le nom de Yahvé devra mourir, toute la communauté le lapidera. Qu'il soit étranger ou citoyen, il mourra s'il blasphème le Nom.
On lapidait pour beaucoup de raisons, pas seulement pour blasphème, de plus les prêtres et le pharisiens étaient particulièrement suceptibles et avaient considérablement compliqué les pratiques et obligations de la Loi. Puis n'oublie pas qu'ils ont voulu le tuer parce qu'il avait reconnu être, non pas Dieu, mais le Christ, le fils de Dieu (Marc 14:60-64) !
@Credo a écrit:Quand Jesus prononce-t-il le nom de Dieu si ce n'est en disant "Je Suis".
Mais justement, il n'a pas dit je suis, mais j'étais ou j'ai été et même s'il l'avait dit, je suis n'est pas pour autant le nom de Dieu !

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Les motifs pour lesquels on lapidait sont bien cités dans le lévitique. Et je ne trouve pas trace de la vantardise comme motif.

De plus, les auteurs que tu cites toi-même, Moulton et Turner, ne nient pas l'emploi du présent alors ne dis pas qu'Il a dit j'étais ou j'ai étais. Dieu a dit à Moïse : Je Suis Celui qui est. Donc, dans ce cas, Jesus reprend le nom en partie, si tu préfères, pour le suggérer fortement car Dieu a crée l'homme libre c'est-à-dire avec son libre arbitre. Aussi Jesus suggère-t-il a l'homme son origine divine, sans l'imposer, pour lui laisser également son libre arbitre. Et le juifs l'ont bien compris puisqu'ils veulent le lapider et on ne lapide pas pour n'importe quel motif. La vantardise n'en est pas un.

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Les motifs pour lesquels on lapidait sont bien cités dans le lévitique. Et je ne trouve pas trace de la vantardise comme motif.
Etant donné que pour eux Jésus n'était pas ce qu'il prétendait, c'était de la vantardise !

@Credo a écrit:De plus, les auteurs que tu cites toi-même, Moulton et Turner, ne nient pas l'emploi du présent alors ne dis pas qu'Il a dit j'étais ou j'ai étais.
Ils précisent que ça dépent des cas, et dans certains cas, dont Jean 8:58, il faut traduire j'étais, et on trouve des exemples de cette syntaxe dans Luc 2:48 ; 13:7 ; 15:29 ; Jean 5:6 ; 14:9 ; 15:27 ; Actes 15:21 ; 2 Corinthiens 12:19 ; 1 Jean 3:8 !

@Credo a écrit:Dieu a dit à Moïse : Je Suis Celui qui est. Donc, dans ce cas, Jesus reprend le nom en partie
Même pas, car de l’aveu même des traducteurs modernes Je Suis Celui qui est rend la façon traditionnelle de traduire ce verset. Mais ce n’est pas l’exacte traduction. D’ailleurs toutes les Bibles récentes rendent ce verset ainsi : Je Serai qui (ou ce que) Je Serai ou bien Je Me Révèlerai Être qui (ou ce que) Je Me Révèlerai Être !

@Credo a écrit:Et le juifs l'ont bien compris puisqu'ils veulent le lapider et on ne lapide pas pour n'importe quel motif. La vantardise n'en est pas un.
Tout dépend en quoi consiste la dite vantardise. Et pour les juifs il se vantait d’être le Christ, le fils de Dieu, et pour eux c’était bien un blasphème !

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Si je suis ton raisonnement, ils ont décidé de lapider Jesus pour vantardise ? Toi qui t'appuies toujours sur la Bible, tu liras dans le Lévitique que ce n'est pas un motif de lapidation. Il se vantait d'être le Fils de Dieu ? Où le dit-il dans le passage de Jean ? Il dit seulement, au départ, qu'Il était là avant Abraham, et qu'Il a vu Abraham, ce qui déclenchent des reproches de la part des juifs.

C'est la dernière phrase prononcée qui déclenche la lapidation : Avant qu'Abraham fut, moi Je Suis." Donc où y-a-til blasphème dans cette phrase sachant que pour les juifs le blasphème est : Qui blasphème le nom de Yahvé devra mourir. Le blasphème concer donc le Nom de Yavhé donc tu dois le retrouver dans la phrase prononcée. C'est logique.

Si tu dis à ton frère :"Tu es un faux frère. T m'as trahi je vais te tuer " il y aura des menaces de mort qui entraîneront une santion pénale. Ce qui caractérise les menaces de mort dans la phrase c'est "je vais te tuer ". Donc, revenons à la Bible :


Il y a une accusation : le blasphème du Nom de Yavhé, un sentence : la lapidation. Comme la dernière phrase déclenche la lapidation : qu'est-ce qui caractérise le blaspème du Nom dans cette phrase ?

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Acine,
Disons que je t'ai cité ces versets pour répondre à cette phrase de ton commentaire : Comment les chrétiens des premiers siècles ont-ils progressivement été amenés à affirmer la divinité de Jésus alors que lui-même ne s’est jamais identifié à Dieu
Dans ce passage de St Jean, les juifs interrogent Jesus, voulant savoir qui Il est exactement. d'où ce dialogue : Jn 8:56- Abraham, votre père, exulta à la pensée qu'il verrait mon Jour. Il l'a vu et fut dans la joie. "
Jn 8:57- Les Juifs lui dirent alors : " Tu n'as pas cinquante ans et tu as vu Abraham ! "
Jn 8:58- Jésus leur dit : " En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham existât, Je Suis. "


On lit que quand Il a vu Abraham (Celui-ci a vu le Jour de Jesus, donc témoin de sa venue), les juifs lui répondent que c'est impossible. Effectivement, Abraham c'est environ 1850 ans avant Jesus. Alors Jesus dit qu'avant Abraham Il fut. Et là les juifs veulent le lapider.

Si on raisonne logiquement, le Lévitique nous apprends que le blasphème du Nom de Yavhé est puni de mort. D'autres péchés le sont aussi, mais dans ce cas présent il ne peut s'agir que de blasphème. Comme c'est la dernière phrase prononcée qui déclenche cette lapidation, ce qui caractérise le blasphème s'y trouve donc. Or ce blasphème s'adressant au Nom de Yavhé, on trouve deux noms dans cette phrase : Abraham et Je Suis. Pour certains Je Suis est une histoire de conjugaison du verbe être. Pour d'autres, c'est le nom qu'a donné Dieu à Moïse de Lui-même lorsqu'Il a dit Je Suis Celui qui Est. Si on enlève le nom d'Abraham de la phrase prononcée par Jesus, il reste Je Suis. D'où Je Suis est bien le Nom de Dieu qui consitute le blasphème parrce que, parlant ainsi, Jesus s'identifie à Dieu.

Car si l'on considère ce Je Suis comme une histoire de conjugaison, alors la lapidation n'a plus de fondement car il n'a parlé que d'Abraham et non de Dieu, ni de sa qualité de Fils. On pourrait à ce moment là juste lui reprocher de prendre les gens pour des imbéciles en disant qu'Il a pu naître avant Abraham soit 1850 ans avant. Or ceci n'est pas un motif de lapidation. Ces motifs sont clairement exprimés dans le Lévitique.

Bien sûr, il ne faus pas en tirer la conclusion que Jesus est Dieu le Père. Jesus veut ainsi démontrer sa nature divine et montrer qu'il est en parfaite communion d'esprit avec le Père qui L'a envoyé.

Voir le profil de l'utilisateur

Serviteur 


Passionné
Passionné
@Credo a écrit:Acine,
Disons que je t'ai cité ces versets pour répondre à cette phrase de ton commentaire : Comment les chrétiens des premiers siècles ont-ils progressivement été amenés à affirmer la divinité de Jésus alors que lui-même ne s’est jamais identifié à Dieu
Dans ce passage de St Jean, les juifs interrogent Jesus, voulant savoir qui Il est exactement. d'où ce dialogue : Jn 8:56- Abraham, votre père, exulta à la pensée qu'il verrait mon Jour. Il l'a vu et fut dans la joie. "
Jn 8:57- Les Juifs lui dirent alors : " Tu n'as pas cinquante ans et tu as vu Abraham ! "
Jn 8:58- Jésus leur dit : " En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham existât, Je Suis. "


On lit que quand Il a vu Abraham (Celui-ci a vu le Jour de Jesus, donc témoin de sa venue), les juifs lui répondent que c'est impossible. Effectivement, Abraham c'est environ 1850 ans avant Jesus. Alors Jesus dit qu'avant Abraham Il fut. Et là les juifs veulent le lapider.

Si on raisonne logiquement, le Lévitique nous apprends que le blasphème du Nom de Yavhé est puni de mort. D'autres péchés le sont aussi, mais dans ce cas présent il ne peut s'agir que de blasphème. Comme c'est la dernière phrase prononcée qui déclenche cette lapidation, ce qui caractérise le blasphème s'y trouve donc. Or ce blasphème s'adressant au Nom de Yavhé, on trouve deux noms dans cette phrase : Abraham et Je Suis. Pour certains Je Suis est une histoire de conjugaison du verbe être. Pour d'autres, c'est le nom qu'a donné Dieu à Moïse de Lui-même lorsqu'Il a dit Je Suis Celui qui Est. Si on enlève le nom d'Abraham de la phrase prononcée par Jesus, il reste Je Suis. D'où Je Suis est bien le Nom de Dieu qui consitute le blasphème parrce que, parlant ainsi, Jesus s'identifie à Dieu.

Car si l'on considère ce Je Suis comme une histoire de conjugaison, alors la lapidation n'a plus de fondement car il n'a parlé que d'Abraham et non de Dieu, ni de sa qualité de Fils. On pourrait à ce moment là juste lui reprocher de prendre les gens pour des imbéciles en disant qu'Il a pu naître avant Abraham soit 1850 ans avant. Or ceci n'est pas un motif de lapidation. Ces motifs sont clairement exprimés dans le Lévitique.

Bien sûr, il ne faus pas en tirer la conclusion que Jesus est Dieu le Père. Jesus veut ainsi démontrer sa nature divine et montrer qu'il est en parfaite communion d'esprit avec le Père qui L'a envoyé.

Il faut reprendre ce que disait Jésus avant cela :) regarde :

Jean 8:54  "Jésus répondit: Si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien. C'est mon Père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu,
55  et que vous ne connaissez pas. Pour moi, je le connais; et, si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde sa parole.
56  Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu 'il verrait mon jour: il l'a vu, et il s'est réjoui.
57  Les Juifs lui dirent: Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham!
58  Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis.
59  Là-dessus, ils prirent des pierres pour les jeter contre lui; mais Jésus se cacha, et il sortit du temple." ( Louis Segond )

On voit bien que le contexte est qu'il veut faire montrer qu'il n'est pas de ce monde, qu'il a eu une vie antérieur et donc pour les Juifs cela est impossible
"Si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien. C'est mon Père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu,"
Il appelle Dieu, son Père . De plus sans le Père il n'est rien donc il ne peut être Dieu :)

Serviteur

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Cependant cela ne répond pas à ma question. Dans ce qu'Il a répondu, un élément blasphématoire a déclenché la lapidation. Et cet élément est forcément contenu dans la dernière phrase. car si c'était le fait de dire que c'est son Père qui le glorifiait...le verset 57 aurait directement été remplacé par 59.

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Si je suis ton raisonnement, ils ont décidé de lapider Jesus pour vantardise ? Toi qui t'appuies toujours sur la Bible, tu liras dans le Lévitique que ce n'est pas un motif de lapidation.
Mais une vantardise peut aussi être un blasphème. Si je dis : «Je suis Dieu », je me vante et je blasphème du même coup !
@Credo a écrit: Il se vantait d'être le Fils de Dieu ? Où le dit-il dans le passage de Jean ?
Considèrerais-tu que puisque ce n’est pas écrit dans Jean, Jésus ne l’a pas dit ?
@Credo a écrit:Il dit seulement, au départ, qu'Il était là avant Abraham, et qu'Il a vu Abraham, ce qui déclenchent des reproches de la part des juifs.
Oui, mais pas parce qu’il serait Dieu, parce qu’il existait avant Abraham, ce qui est vrai !
@Credo a écrit:C'est la dernière phrase prononcée qui déclenche la lapidation : Avant qu'Abraham fut, moi Je Suis."
Mais puisque ce n’est pas ce qu’il a dit, et même s’il l’avait dit, je suis ne correspond pas au Nom de Dieu. S’il avait dit Je Serai, il en serait tout autrement. Mais là, rien dans les propos de jésus ne laissent entendre qu’il aurait prétendu être Dieu !
@Credo a écrit: Donc, revenons à la Bible : Il y a une accusation : le blasphème du Nom de Yavhé, un sentence : la lapidation. Comme la dernière phrase déclenche la lapidation : qu'est-ce qui caractérise le blaspème du Nom dans cette phrase ?
Et dans Marc 14 :61-64, qu’est-ce qui déclenche la lapidation ?

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Ne réponds pas à ma question par une autre question. Je voudrais que tu me dises, selon toi, qu'est-ce qui, dans la dernière phrase, a déclenché cette violente réaction de la part des juifs?


Certes la conversation était tendue, mais dans cette phrase il y a eu la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Alors, je voudrais ta réponse à ce sujet.

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Ne réponds pas à ma question par une autre question. Je voudrais que tu me dises, selon toi, qu'est-ce qui, dans la dernière phrase, a déclenché cette violente réaction de la part des juifs?
Certes la conversation était tendue, mais dans cette phrase il y a eu la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Alors, je voudrais ta réponse à ce sujet.
Dans ce cas c'est le fait que Jésus a dit qu'il existait avant Abraham. Et dans le cas de Marc 14:61-64 c'est le fait qu'il a reconnu être le Christ, le fils de Dieu !

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Pour moi, dans le premier cas, ce n'est pas d'exister avant Abraham parce qu'il l'a déjà dit et a eu sa réponse : "Tu n'as pas cinquante ans et tu as vu Abraham "Quant à Marc, Jesus dit bien qu'Il est Fils de Dieu mais, surtout, qu'Il siège à la droite de Dieu. Sieger à la droite de Dieu c'est s'associer à ce qui n’a aucune commune mesure avec quelque grandeur que ce soit dans tout l’univers, à savoir la déité en son élévation unique et souveraine, dans les plus hauts lieux dont on puisse faire mention, la demeure inaccessible, bien au-dessus des mondes. C'est s'identifier à la Puissance de Dieu.

Cependant le principal est de croire que Jesus est bien le Fils de Dieu et de suivre son enseignement pour accéder au Salut dont Il nous ouvre la voie.

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Pour moi, dans le premier cas, ce n'est pas d'exister avant Abraham parce qu'il l'a déjà dit et a eu sa réponse : "Tu n'as pas cinquante ans et tu as vu Abraham "
En effet, c’est de persistre dans son affirmation qui finit de les énerver !



@Credo a écrit: Quant à Marc, Jesus dit bien qu'Il est Fils de Dieu mais, surtout, qu'Il siège à la droite de Dieu. Sieger à la droite de Dieu c'est s'associer à ce qui n’a aucune commune mesure avec quelque grandeur que ce soit dans tout l’univers
Et c’est aussi et surtout reconnaître son infériorité et sa soumission à Dieu !

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Cependant le principal est de croire que Jesus est bien le Fils de Dieu et de suivre son enseignement pour accéder au Salut dont Il nous ouvre la voie.
Le tout est d'avoir compris ce que le mot croire et l'expression suivre son enseignement impliquent !

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
Je sais très bien ce que cela veut implique car je ne suis pas fermé aux autres. J'écoute, je témoigne et je prie pour que chacun cherche et trouve, quelque soit sa religion et/ou son dogme. Je le confie à Dieu dans mes prières par amour de mon prochain.

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Je sais très bien ce que cela veut implique car je ne suis pas fermé aux autres. J'écoute, je témoigne et je prie pour que chacun cherche et trouve, quelque soit sa religion et/ou son dogme. Je le confie à Dieu dans mes prières par amour de mon prochain.
Est-ce suffisant ?

Voir le profil de l'utilisateur

sedeck101 


Inscrit
Inscrit
bjr je suis nouveau et je pense que ce debat n'a pas de sens dans la mesure ou il ne vous avance en rien
frere ne vous detournez pas du but je veux participer au debat car j ai beaucoup à dire

Voir le profil de l'utilisateur

Harmony 


Enthousiaste
Enthousiaste
@Credo a écrit:Je me suis rendue compte qu'une partie des chrétiens cherchaient Dieu en dehors de l'Eglise, considérant que celle-ci a déformé le message initial du Christ. Pourriez-vous m'expliquer ce qui vous porte à penser cela ?
Premièrement l'église catholique est elle celle que le Christ a fondé ?
En répondant à cette question, on aura défriché une grosse partie du problème, même si la réponse est douloureuse, il faut avoir le courage de l'aborder.
Puisque vous demandez des explications, je me permets de vous donner les miennes.

Voici à mon avis les raisons pour lesquelles l'église catholique n'est pas l'Église que Jésus-Christ a fondée :

1. Jésus n'est pas venu pour abolir la Loi (Matthieu 5:17). Or les catholiques croient le contraire.

2. Les chrétiens du premier siècle n'ont jamais observé les fêtes de Toussaint, de Noël, de l'Ascension, ni adorer les saints ou la vierge. Ces fêtes ont des origines clairement païennes.

3. Les chrétiens du premier siècle n'ont jamais observé l'Eucharistie, la vie monastique ou le célibat forcé des prêtres et des apôtres (Pierre était marié).

4. Les chrétiens du premier siècle n'ont jamais observé le dimanche comme jour d'adoration. Ils observaient le Sabbat hebdomadaire comme le montre le Nouveau Testament.

5. Les chrétiens du premier siècle n'ont jamais observé le calendrier romain pour observer les Jours Saints de Dieu. Ils se basaient comme le Christ et les apôtres sur le calendrier hébreu pour déterminer ces jours. La Pentecôte est une fête tirée du Lévitique et observée 50 jours après le lendemain du Sabbat hebdomadaire tombant pendant la Fête des Pains sans Levain laquelle commençait le 15 Nisan, selon le même calendrier. Or changer les dates des Jours saints est un péché aux yeux de Dieu.

6. Les chrétiens du premier siècle n'ont jamais été soumis à l'obéissance à un seul homme en dehors du Christ. La preuve c'est que dans les Actes, Pierre (considéré comme le premier pape par les catholiques) s'est fait reprendre en public par Paul d'une façon plutôt humiliante. Or le pape est aujourd'hui vicare christi, soit en latin le représentant du Christ, ou encore le remplaçant selon le sens latin de ce mot, ce qui est absolument scandaleux.

7. Des papes des siècles précédents n'ont pas hésité à avoir des comportements scandaleux, comme Jules II, pape guerrier transgressant totalement les ordres du Christ, Pie VII, donnant sa bénédiction au général Bonaparte de peur de perdre ses biens, Alexandre VI, père de 4 enfants illégitimes alors qu'il était cardinal, servie à Rome par des femmes nues et favorisant sa famille (les Borgia) connue pour être meurtrière par empoisonnement, adultère, coupable de simonie (paiement de biens spirituels punissable de mort dans la Bible), de vols, de viols, de paiements de dessous de table et d'inceste. A tous ceux là s'ajoutent bien sûr ceux que l'Histoire a bien caché.

Voir le profil de l'utilisateur http://eddam.org/

76si ça peu t eclairer... le Ven 27 Mai - 3:44

salut,depuis quelques mois je fais enormément de recherches,sur la religion monotheiste,et ce qui en ressort pour le christnianisme,est assez delicat.
1/ quelle était la croyance?concernant jésus..DIEU,FILS,PROPHETE?
2/ ce que j ai pu trouver de source sûr,c est que la croyance a changée a la suite des differents conciles(nicee.....),ainsi que la disparition de nombreux evangiles citant jesus comme prophete.(dit APOCRIPHE)
ma recherche s accentue sur le changement au sein meme de l eglise.
j en ai deduit une conclusion personnel,jte souhaite de faire la meme demarche,et tu y trouveras tes reponses.Le mensonge ne peut effacer la verité,au gré d attrister.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 4]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum