Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Ikhawi 


Habitué
Habitué
Jésus et le Judaïsme dans son ensemble trahissent la croyance selon laquelle la loi telle que la concevait Moïse serait toujours en vigueur :

Jésus :

- "Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux." (Matthieu 5 : 19)

- "Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé." (Matthieu 5 : 18)

- "Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. (Matthieu 5 : 17))"

Le Talmud :

- "Si tu traite la Torah comme rien, plusieurs vont te traité comme rien, et si tu travaille pour la Torah, (Dieu) a une grande récompense à te donner." (Mishna Avot 4:10, voir aussi Mishna Avot 5:18)

- "Si toute la terre se rassemblait pour détruite le Yod, qui est la plus petite lettre de la Torah, ils n’y parviendront pas" (Midrash Rabbah Cantiques 5.11; cf. Midrash Rabbah Lévitique 19).

- "Pas une lettre ne sera abolie de la Torah pour toujours." (Midrash Rabbah Exode 6.1).

- "Je ne suis pas venu ôter de la Torah de Moïse et Je ne suis pas venu ajouter à la Torah de Moïse (Shabbat 116)"

Les deux ne disent pas tout à fait la même chose mais convergent sur certains points.

1- Point de vue Juif

Dans la Torah, on connait les multiples prescriptions et la rigueur qui les accompagne en ce qui concerne les sacrifices au Temple. Pour ne prendre qu'un exemple :

Exode 29.38-46 : "Voici ce que tu offriras sur l'autel : deux agneaux d'un an, chaque jour, à perpétuité. [...] Voilà l'holocauste perpétuel qui sera offert par vos descendants, à l'entrée de la tente d'assignation, devant l'Eternel : c'est là que je me rencontrerai avec vous, et que je te parlerai. Je me rencontrerai là avec les enfants d'Israël, et ce lieu sera sanctifié par ma gloire. Je sanctifierai la tente d'assignation et l'autel; je sanctifierai Aaron et ses fils, pour qu'ils soient à mon service dans le sacerdoce. J'habiterai au milieu des enfants d'Israël, et je serai leur Dieu. Ils connaîtront que je suis l'Eternel, leur Dieu, qui les ai fait sortir du pays d'Egypte, pour habiter au milieu d'eux. Je suis l'Eternel, leur Dieu."

En l'an 70, la destruction totale de Jérusalem et du second Temple fut une catastrophe pour le peuple juif. Selon l'historien de l'époque Flavius Josèphe, des centaines de milliers de juifs périrent durant le siège de Jérusalem et ailleurs dans le pays, et plusieurs milliers furent réduits en esclavage.

Le chef d'une dernière révolte, Shimon Bar Kokhba (132) réussit à restaurer brièvement la souveraineté juive et à reconquérir Jérusalem et la Judée. Mais étant donné l'écrasante puissance des Romains, le résultat était inévitable. Trois ans plus tard, conformément à la coutume romaine, Jérusalem fut rasée et son sol labouré par une charrue tirée par un bœuf. La Judée est désormais appelée Palaestina et Jérusalem Aelia Capitolina.

La destruction du second Temple et la fin des sacrifices et du sacerdoce a marqué une étape cruciale dans la constitution du "judaïsme" tel qu'on le connaît aujourd'hui, avec une pratique du culte public non sacrificiel mais centrée sur le Livre (culte synagogal), en addition du culte familial.

Il y'a donc plus d'un Yod qui a été ôté dans l'observation de la Loi dans le Judaïsme actuel. Il n'a plus grand chose à voir avec celui de Moïse et tout ses sacrifices. Même si on reconstruisait un Temple, il y'aurait eu presque 2000 ans d'interruption.

La position juive actuelle est exposée dans cet article : http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=904

Cet évènement les a obligé à spiritualiser une partie de la Loi pour ne pas l'abolir.

2- Point de vue Chrétien

Si on s'en tient aux paroles de Jésus, le ciel et la terre sont donc passés. La signification de ciel et de terre apparaît clairement dans l'AT :

Esaïe 51:15-16 - "Je suis l'Éternel, ton Dieu, Qui soulève la mer et fais mugir ses flots. L'Éternel des armées est son nom. Je mets mes paroles dans ta bouche, Et je te couvre de l'ombre de ma main, Pour étendre de nouveaux cieux et fonder une nouvelle terre, Et pour dire à Sion: Tu es mon peuple!"

Lev 26:19 - "Je briserai l'orgueil de votre force, je rendrai votre ciel comme du fer, et votre terre comme de l'airain."

Le terme ciel et terre illustre ici l'alliance que Dieu a créé pour Israël lors de leur libération de l'Égypte régie par la loi qu’il leur a donné.

Jésus pouvait simplement vouloir dire : "Car, je vous le dis en vérité, tant que l'Ancienne Alliance ne sera pas passée, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre."

"Ils connaîtront que je suis l'Eternel, leur Dieu, qui les ai fait sortir du pays d'Egypte, pour habiter au milieu d'eux."

Le Temple est l'endroit où habite Dieu. Certains mouvements juifs comme les Esséniens ou la secte de Qumrân concevaient que le Temple était déjà aboli souillé par les Romains. Ils avaient adopté une conception qui sera celle des premiers chrétiens :

1 Pierre 2 - "Et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ."

Le 3e Temple est alors compris comme étant l'intériorité de chaque croyant dans l'unité.

Par ailleurs, la conception sacrificielle de la mort de Jésus a été comprise dans le sens spirituel que les juifs donnent aujourd'hui au sacrifice du Temple (voir lien ci-dessus).

Il se trouve alors que le Judaïsme orthodoxe enseigne la même chose que Paul :

"En fait, les sacrifices ne sont pas pour D.ieu, Il n’en a pas besoin. Ils sont pour nous, et visent à nous apprendre à utiliser la matière - le corps - pour l’élever vers D.ieu. Chaque être humain est composé de deux éléments - le corps et l’âme. Chacun d’eux désire être nourri et sustenté, pourtant les moyens qu’ils utilisent pour y parvenir sont totalement différents. Le corps recherche le confort et la satisfaction immédiate : nourriture, sommeil, pouvoir, richesse. L’âme recherche des plaisirs plus durables et éternels : du sens, de l’amour, venir en aide aux autres, s’attacher à D.ieu.

Les mitsvot de la Torah ont été conçues pour nous diriger vers les « plaisirs de l’âme ». Toutefois, quand le corps exerce sa domination, nous sommes amenés à transgresser ces commandements.

Pour réparer ces erreurs, une personne qui a fauté doit apporter une offrande. Elle s’avance et déclare : « J’ai fait une erreur et je regrette la distance que celle-ci a introduite entre moi et mon Créateur. Mon côté animal l’a emporté, mais je vais essayer de ne pas répéter cette erreur." Je fais à présent la promesse de contrôler la force animale qui est en moi. »

Pourquoi tout ce sang et ces entrailles ?

L’animal nous représente. En voyant l’animal abattu sous nos yeux, nous pensons :
« En fait c’est moi qui mérite cela, mais D.ieu est Clément et Miséricordieux. »
C’est une expérience spirituelle très forte. La vue du sang remue toujours quelqu’un. Et quand il s’agit de concrétiser un engagement, les actions ont bien plus d’impact que les mots."

Voir le profil de l'utilisateur

Ikhawi 


Habitué
Habitué
"En fait, les sacrifices ne sont pas pour D.ieu, Il n’en a pas besoin. "

Matthieu 9:13 - "Allez, et apprenez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs."

"L’animal/l'Agneau/Jésus nous représente. En voyant l’animal abattu sous nos yeux, nous pensons :

En fait c’est moi qui mérite cela/J'aurais du mourir sur la croix à la place de Jésus, mais Dieu est Clément et Miséricordieux"

C’est l'expérience spirituelle que visent à communiquer les apôtres.

"Nous comprenons maintenant la signification du mot korban, « sacrifice » en hébreu. Un korban n’est pas un sacrifice - dans le sens où nous sacrifions, où nous abandonnons quelque chose, ni une offrande - dans le sens où nous faisons un présent, où nous « soudoyons les dieux ».

C’est plutôt, comme l’indique le sens littéral du mot korban, « se rapprocher », car c’est ce que le juif accomplit lorsqu’il apporte un sacrifice au Temple"

On est donc plus enclin à comprendre Paul en Romain 5 :

"Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation."

Voir le profil de l'utilisateur

Ikhawi 


Habitué
Habitué
On se rend compte d'une autre part que le faite de croire que Jésus est mort sur la croix pour que les péchés soient effacés, ne mène à rien si on a pas fait l'expérience de se dire : En fait c’est moi qui mérite cela, mais Dieu est Clément et Miséricordieux. Le tout s'en suit par la repentance et la transformation/conversion perpetuelle.

Le matraquage des chrétiens avec ce dogme ne se fait bien souvent pas dans l'esprit des textes d'où la légitime incompréhension que cela peut susciter vue de l'extérieur.

Voir le profil de l'utilisateur

Hans 


Récurrent
Récurrent
Bonjour,
Je tiens à ajouter un point important sur la façon dont Jésus ôte les péchés, si ce n'est déjà dit dans ce topique.
Le croyant imagine parfois que Jésus "porte sur lui les péchés", cette idée est erronée car:

1) * Jésus doit être un agneau pur; sans défaut :
C'est à dire qu'il ne prend pas réellement sur lui des péchés qui le feraient devenir pécheur.
Il est "sans défaut" comme dans la loi de Moise le demandait( exemple: Lévitique 4:3 ; 9:3 ; 6:25-29 ...etc ).
Le péché ne s'est pas pénétré en Jésus non plus lorsqu'il guérit ou pardonne les gens.
Si ce serait le cas, Jésus n'aurait pas pu être une victime expiatoire propre devant Dieu.
Un pécheur ne peut racheter les autres pécheurs.

2) * Le mot "péché" ("chatta’ah" en hébreu et "amartia" en grec) peut être traduit de deux manières dans ces langues:
- péché
ou
- sacrifice pour le péché.

Dans Hébreux 10:6, le même mot "amartia" est clairement traduit par "sacrifice pour le péché".
Hebreux 10:6 "Tu n'as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché."

Et voici comment nous pouvons lire 2 corinthiens 5:21:
" Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché ( plutôt "sacrifice pour le péché" ) pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu"
Jésus ne peut pas devenir péché, mais il devient sacrifice pour le péché.

Vous pouvez maintenant lire les versets restant nous indiquant que Jésus est complètement séparé du péché pendant son ministère. Jésus est le substitut du salaire de la transgression de Dieu qui devait tombé sur le pêcheur: la mort.
Hébreux 7:26-27 "Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, car ceci, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même "

Il est aussi écrit en Galates 3:13 :
"Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous, car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois"
Cela ne signifie pas que Christ a été littéralement maudit parce qu'il est devenu péché mas qu'il a subi la mort à notre place.

1 pierre 3:18: "Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair".

hébreux 10:10: "C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes"

Jésus n'a pas pris les péchés sur lui au sens littéral mais à payé le salaire du péché par un sacrifice.
C'est dans ce sens que nous pouvons comprendre comment il "porte nos péchés".

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum