Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 3]

exmuzz 


Novice
Novice

tu t'adresses a moi de cette façon ?????

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
C'est quoi la signification de ton pseudo ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

exmuzz 


Novice
Novice
@TetSpider a écrit:C'est quoi la signification de ton pseudo ?

c'est exmuzz

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Et ça veut dire.

PS : Tous tes autres messages seront supprimé si tu ne répond pas.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

exmuzz 


Novice
Novice
@TetSpider a écrit:Et ça veut dire.

PS : Tous tes autres messages seront supprimé si tu ne répond pas.

c'est quoi ce forum ou on menace a cause d'un pseudo ????
J'ai jamais vu ça....mon pseudo est ex musulman et je suis fière de le porter....

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Très bien, et depuis quand “Musulman” se dit “Muzz” Keybordzapper/Arabimassihi ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

Hanane 


Résident
Résident
un exemple:
tu aimeras ton prochain comme toi même,aimez vos ennemies,priez pour ceux qui maltraitent,bénissez ceux qui vous haïssent...

Aux recommandations de Moïse vont être ajoutées d'autres lois : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même." (Lévitique 19), "Tu n'auras pas dans ton coeur de haine pour ton frère.", etc...

les prophetes ont tous enseigné ce verset, donc si tu dis que mohamed a recopié cela de votre bible, donc jesus a piqué celà aussi des commandements de moise

Voir le profil de l'utilisateur

exmuzz 


Novice
Novice
@TetSpider a écrit:Très bien, et depuis quand “Musulman” se dit “Muzz” Keybordzapper/Arabimassihi ?

depuis que l'argot existe.....

Voir le profil de l'utilisateur

Hanane 


Résident
Résident
si tu es un apostat, tu l'assume tout seul sans montrer un manque de respect aux autres ok, un musulman = musulman et non ni muzz ni chruzz

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@hanane a écrit:
un exemple:
tu aimeras ton prochain comme toi même,aimez vos ennemies,priez pour ceux qui maltraitent,bénissez ceux qui vous haïssent...

Aux recommandations de Moïse vont être ajoutées d'autres lois : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même." (Lévitique 19), "Tu n'auras pas dans ton coeur de haine pour ton frère.", etc...

les prophetes ont tous enseigné ce verset, donc si tu dis que mohamed a recopié cela de votre bible, donc jesus a piqué celà aussi des commandements de moise


Bonjour hanane,

Bien que Jésus reprenne ce verset, il va étendre son application.

En premier lieu il va dégager deux grands commandements :
(Matthieu 22:35-40) [...] Et l’un d’eux, qui était versé dans la Loi, lui demanda pour le mettre à l’épreuve : 36 “ Enseignant, quel est le plus grand commandement dans la Loi ? ” 37 Il lui dit : “ ‘ Tu dois aimer Jéhovah ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée. ’ 38 C’est là le plus grand et le premier commandement. 39 Le deuxième, qui lui est semblable, est celui-ci : ‘ Tu dois aimer ton prochain comme toi-même. ’ 40 À ces deux commandements toute la Loi est suspendue, ainsi que les Prophètes. ”

Donc tout se réume à ça:
(Romains 13:10) L’amour ne fait pas de mal au prochain ; l’amour est donc l’accomplissement de la loi.
(Galates 5:14) Car toute la Loi se trouve accomplie dans une seule parole, à savoir : “ Tu dois aimer ton prochain comme toi-même. ”



Ensuite Jésus va montrer la portée de ce commandement avec l'exemple du samaritain lesquels étaient considérés par les juifs comme des ennemis, ces derniers considéraient que aimer son compagnon signifiait ceux qui n'étaient pas leurs ennemis(commandement non biblique) voir seulement les juifs.

(Matthieu 5:43) [...] “ Vous avez entendu qu’il a été dit : ‘ Tu dois aimer ton prochain et haïr ton ennemi. ’

(Luc 10:29-37) [...] Mais, voulant montrer qu’il était juste, [l’homme dit à Jésus : “ Qui donc est mon prochain ? ” 30 En réponse Jésus dit : “ Un certain homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il est tombé au milieu de bandits, qui l’ont dépouillé et aussi roué de coups, et s’en sont allés, le laissant à demi mort. 31 Or, par hasard, un certain prêtre descendait par cette route-là, mais, quand il a vu l’[homme], il a passé outre, [allant] de l’autre côté [de la route]. 32 De même, un Lévite aussi, quand il est arrivé à [cet] endroit et a vu l’[homme], a passé outre, [allant] de l’autre côté [de la route]. 33 Mais un certain Samaritain, qui faisait route, est arrivé près de lui et, en le voyant, a été pris de pitié. 34 Il s’est donc approché de lui et a bandé ses blessures, versant sur elles de l’huile et du vin. Puis il l’a fait monter sur sa propre bête, l’a amené à une hôtellerie et a pris soin de lui. 35 Et le lendemain il a tiré deux deniers, les a donnés à l’hôtelier et a dit : ‘ Prends soin de lui et, ce que tu dépenseras en plus, je te le rendrai à mon retour. ’ 36 Lequel de ces trois te semble s’être fait le prochain de l’homme qui était tombé parmi les bandits ? ” 37 Il dit : “ Celui qui s’est montré miséricordieux envers lui. ” Alors Jésus lui dit : “ Va, et toi, fais de même. ”


Mais au sujet de ceux qui allaient le suivre, il va renouveller ce commandement et en faire un un commandement nouveau, tout comme Jésus nous a aimé en livrant sa vie, le chrétien est aussi tenu si nécéssaire de sacrifier sa propre vie pour ses frères, mais pas selon les shayids qui font la guerre ou les kamikazes ou les soldats, car le chrétien n'a pas à verser le sang ou prendre part aux guerres.

(Jean 13:33-34) [...] à vous aussi je le dis à présent. 34 Je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres ; comme je vous ai aimés, que vous aussi vous vous aimiez les uns les autres.


(Jean 15:13) [...] Personne n’a de plus grand amour que celui-ci : que quelqu’un livre son âme pour ses amis.

(1 Jean 3:14-16) [...] Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. 15 Tout homme qui a de la haine pour son frère est un homicide, et vous savez qu’aucun homicide n’a la vie éternelle demeurant en lui. 16 Par là nous avons appris à connaître l’amour, parce que celui-là a livré son âme pour nous ; et nous sommes tenus de livrer [nos] âmes pour [nos] frères.

(1 Jean 4:7-8) [...] Bien-aimés, continuons à nous aimer les uns les autres, parce que l’amour vient de Dieu, et tout homme qui aime est né de Dieu et parvient à connaître Dieu. 8 Celui qui n’aime pas n’a pas appris à connaître Dieu, parce que Dieu est amour [...]

L'amour serait une marque de reconnaissance du vrai christianisme.

(Jean 13:35) [...] Par là tous sauront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour entre vous. ”



Bonne journée.


Voir le profil de l'utilisateur

abracob 


Novice
Novice
@hanane a écrit:Gn 49,10. Le sceptre ne sera point ôté de Juda, ni le prince de sa postérité, jusqu'à ce que soit venu celui qui doit être envoyé; et c'est lui qui sera l'attente des nations.

merci

Dieu annonçait des grandes et profondes lamentations!!!

Voir le profil de l'utilisateur

abracob 


Novice
Novice
@abracob a écrit:
@hanane a écrit:Gn 49,10. jusqu'à ce que soit venu celui qui doit être envoyé;
merci

N'as tu jamais lus ce que Dieu vous a dit : il est au ciel et fait ce qu'il veut!
en parlant de sceptre: il parle dela mort! or christ dit cette parabole: les anges rassembleront les élus et si nous savons que Dieu fait de ce ange des Esprist qui n'ont ni chaire ni os: ce qui ressucites après la mort justement c'est ceux qui auront faitle bien; d'où cette parabole: détacher l'anon!

Voir le profil de l'utilisateur

abracob 


Novice
Novice
[/quote]


Bonjour hanane,

Bien que Jésus reprenne ce verset, il va étendre son application.

quel est le plus grand commandement dans la Loi ? ” 37 [b]Il lui dit 


[/quote]

je vous l'ai dit et vous n'avez pas écouter
le plus grand commandement rétombera au temps marqué d'où Dieu dit cette parabole: allez aussi à ma vigne !

Voir le profil de l'utilisateur

nour1 


Novice
Novice

salut tout le monde

le sceptre est le baton qu abraham a legue a isaac qui le legua a jacob a son tour ,ect.....il etait dans la tradition chaldeenne que le patriarche klegue la lignee a sa descendance et cette lignee est in scrite sur le baton du patriarche .cette lignee doit etre conserve jusqu a ce que l on trouvera le moyen de la perpetuer autrement. ainsi la soeur Hanane n a pas eu tort d expliquer la chose logiquement .
nous devons tous savoir une chose c est qu abraham isaac ,jacob et joseph etaient des unitaires ils n adoraient qu un seul dieu appele ELOH, ou encore ELAH .or comme les descendants d ABRAHAM sont ISAAC et ISMAEL leur dieu ne peut etre different ,ils adoraient le dieu de leur pere ABRAHAM .le dieu d isaac etait le meme que le dieu d ISMAEL et il se nomait ELOH ou ELAH .ainsi ISMAEL et sa mere etait exile pour une raison ou une autre dans une contree lointaine de la famille d ISAAC cependant le lien d ABRAHAM a son fils ISMAEL n a jamais ete interrompu .le sceptre a ete legue a ISAAC ensuite a JACOB ET PUIS A TOUTE LA LIGNEE De celui-ci jusqu a ce que soit ecrit dans la thora ce verset .la question est pourquoi ce verset a ete evoque dans la thora pour une tradition qui n a de valeur spirituelle sinon administrative en quelque sorte ? la question posee n a de reponse qu a travers la foi des descendants c est a diore que le sceptre ici ne designe pas le baton mais la foi et la croyance ,la fidelite a dieu en somme l alliance .une autre question :pourquoi dieu aurait il emis une condition dans le verset ? en disant JUSQU A CE QUE VIENNEN LE SCHILO.cette condition signifie donc qu il y aurait interruption d heritage de la foi ou du sceptre si vous voulez et cette interruption verra le jour avec la venue du schilo .une autre question est celle de preciser qui est le schilo ? la dieu a donne un signe au penseurs ceux qui reflechissent ,ce signe c est lighnee de JUDA ,juda a conserve en quelque sorte la parole de dieu et sa descendance aussi ,cette parole sera donc interrompu par la venu du schilo . si l on suppose que JESUS est le schilo LE christianisme n a fait aucune interruption du judaisme car il lui tout a fait oppose car trinitaire alors que le judaisme est unitaire donc ce-ci n interrompe en rien la foi judaique au contraire il la renforce , qui peut bien interrompre la foi juive sinon une foi unitaire pareille mais qui elucide bien la croyance et la canonise en la mettant en valeur absolue en degagent d elle toutes les modifications et la ajouts ,en somme en la rendant a sa valeur initiale celle du pere de la nation qui legua le sceptre(unitarisme absolu) . depuis abraham jusqu a jesus aucun prophete n amene les juifs a canoniser leur foi, seul un homme a pu le faire c est le prophete de l islam .le rejet de l islam par les juifs n etait pas motive par la foi en ELAH ,mais par un probleme ethnique UN PROBLEM DE SUPERIORITE DE RACE car le judaisme se base sur l ethnie et la race ,l islam tout au contraire est universel c est ce qui causa l interruption du sceptre donc de la foi juive .

bonne journee

Voir le profil de l'utilisateur

libox01 


Novice
Novice
Salut Nour1, voulez vous dire que Mohammed est le Schilo? Jésus [d'après Luc 12, 49-53. Jésus a montré à plusieurs reprise une rupture avec beaucoup de tradition. exemple: Marc 2:27-3:6. et tes liaisons n'ont pas beaucoup de sens pcq Jacob ( de la lignée de ISaac), bénit sa postérité et non celle de Ismael. D'autant plus que Jésus a rendu la religion universelle '' Allez partout dans le monde et faites de toutes les nations mes disciples''.




Voir le profil de l'utilisateur

Hanane 


Résident
Résident
Mt 15:24 A quoi il répondit : " Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël.


et ce verset disait le contraire de ce que tu as dit, jesus était envoyé qu'au fils d'israil, et comme par hazard jesus a recommandé de faire de toutes les nations ses disciples,

tu vois ou arrive les falsifications de vos ecritures,
jesus est venu pour raffrechir la memoire des juifs concernant la torah avec des modifications concernant les choses qui étaient interdites dans la torah, donc jesus était un messie et un prophete pour les fils d'israil.

Voir le profil de l'utilisateur

patience 


Enthousiaste
Enthousiaste
@Hanane a écrit:Gn 49,10. Le sceptre ne sera point ôté de Juda, ni le prince de sa postérité, jusqu'à ce que soit venu celui qui doit être envoyé; et c'est lui qui sera l'attente des nations.

merci

Bonsoir Hanane,



Gn 49:10- Le sceptre ne s'éloignera pas de Juda, ni le bâton de chef d'entre ses pieds, jusqu'à ce que le tribut lui soit apporté et que les peuples lui obéissent.

Le prince de ce monde, roi des rois de ce monde, les douze tribus/ le peuple sacrifié pour le tribut, j’ajoute ceci qui me semble important à souligner.

Gn 49:11- Il lie à la vigne son ânon, au cep le petit de son ânesse, il lave son vêtement dans le vin, son habit dans le sang des raisins,

Le vin et le symbole de l’alliance mais aussi du sacrifice verset dans la coupe de son sang.

Jn 15:1- " Je suis la vigne/le fruit de l’alliance éternel et du sang sacrificiel/ véritable et mon Père est le vigneron.

Jn 1:30- Je ne m'entretiendrai plus beaucoup avec vous/ les douze car il vient, le Prince de ce monde ; sur moi il n'a aucun pouvoir

Mt 26:25- A son tour, Judas, celui qui allait le livrer, lui demanda : " Serait-ce moi, Rabbi ? " - " Tu l'as dit ", répond Jésus.

Mc 14:24- Et il leur dit : " Ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude/ en tribut pour vous.



Encore une fois il faut enlever ce que nous savons dans l’écriture , jésus à été séparé de Père, sa parole l’est aussi , quand il dit cela il le dit dans le moment du royaume par conséquent tout est déjà écrit au moment ou il parle.



Et pour finir

Mt 26:29- Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu'au jour où je le boirai avec vous, nouveau, dans le Royaume de mon Père. "

Jn 16:25- Tout cela, je vous l'ai dit en figures. L'heure vient où je ne vous parlerai plus en figures, mais je vous entretiendrai du Père en toute clarté.

Jn 16:7- Cependant je vous dis la vérité : c'est votre intérêt que je parte ; car si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas vers vous ; mais si je pars, je vous l'enverrai.

Jn 16:8- Et lui, une fois venu, il établira la culpabilité du monde en fait de péché, en fait de justice et en fait de jugement :

Jn 16:11- de jugement, parce que le Prince de ce monde est jugé.



Ap 1:5- et par Jésus Christ, le témoin fidèle, le Premier-né d'entre les morts, le Prince des rois de la terre. Il nous aime et nous a lavés de nos péchés par son sang,



Ap 1:8- Je suis l'Alpha et l'Oméga, dit le Seigneur Dieu, " Il est, Il était et Il vient ", le Maître de tout.

Voir le profil de l'utilisateur

anonyme2526 


Enthousiaste
Enthousiaste
heuu rien a voir mais spectre ok mais on a jamais retrouvé les fondations du temples de Jérusalem,celui de david ou de salomon ,je passais juste par la
bne journée

Voir le profil de l'utilisateur

patience 


Enthousiaste
Enthousiaste
@anonyme2526 a écrit:heuu rien a voir mais spectre ok mais on a jamais retrouvé les fondations du temples de Jérusalem,celui de david ou de salomon ,je passais juste par la
bne journée

Gn 49:10- Le sceptre ne s'éloignera pas de Juda

heu rien a voir mais spectre ok, d’accord si tu veux !!



Tu fais bien de passé ici c’est toi qui l’a écrit « sceptre /spectre » les ténèbres c’est bien de cela qu’il s’agit !!

Elles sont là les fondations…

Voir le profil de l'utilisateur

anonyme2526 


Enthousiaste
Enthousiaste
@patience a écrit:
@anonyme2526 a écrit:heuu rien a voir mais spectre ok mais on a jamais retrouvé les fondations du temples de Jérusalem,celui de david ou de salomon ,je passais juste par la
bne journée

Gn 49:10- Le sceptre ne s'éloignera pas de Juda

heu rien a voir mais spectre ok, d’accord si tu veux !!



Tu fais bien de passé ici c’est toi qui l’a écrit « sceptre /spectre » les ténèbres c’est bien de cela qu’il s’agit !!

Elles sont là les fondations…

loll sniff sorry faute de frappe ou lapsus :o

Voir le profil de l'utilisateur

anonyme2526 


Enthousiaste
Enthousiaste
- L'histoire des religions

Au moment où l'on nous appelle à une croisade du bien contre
le mal, de la lumière de la raison contre l'obscurantisme islamiste,
il est indispensable de revenir sur nos propres croyances, prendre la mesure
de notre débilité mentale malgré la puissance terrifiante
de notre science (Nous sommes des nains sur des épaules de géants).
La seule attitude raisonnable face aux religions n'est ni le fanatisme, ni
le rejet méprisant, mais d'en faire l'histoire. On ne s'imagine pas
à quel point c'est difficile, presque impossible. La partialité
est ici de mise. Il est assez comique de voir comme la science a pu être
convoquée pour confirmer rationnellement la véracité
de la Bible, de la traversée de la Mer rouge (entre autres miracles)
jusqu'à la psychologie de Moïse. Quand on cherche des preuves,
on en trouve toujours. Pourtant cela fait longtemps qu'on pouvait savoir
que tout cela était pure invention. La religion juive
a été (re)constituée par Cyrus (539), Esdras (458) et
Néhémie (445) au retour de l'exil babylonien, sur la base de
l'idéologie de Josias (639-609) complètement remaniée.
Il n'y a donc pas d'Abraham, ni de Moïse (dont la naissance, "sauvée
des eaux", est calquée sur l'origine légendaire de Sargon[1]),
ni de conquête de la terre promise. Le monothéisme a une
origine perse ou hittite (Ahura Mazda pour Zarathoustra ou le dieu Shamash
des Hittites sur son chariot de feu).

Bien sûr, pour être convaincu, il faut se donner la peine d'aller
voir dans le détail. Contredire ce qui est tenu pour
vrai depuis des millénaires est bien difficile à croire, et
l'on se laisse si facilement séduire par des histoires merveilleuses.
Par contre, quand on se penche sérieusement sur l'histoire des religions, comme
Jean Bottéro, ce qui est difficile ensuite c'est de continuer à y
croire plutôt, même pour un moine. La synthèse des données archéologiques
fournie ici par les auteurs est précieuse, mais se limitant à l'archéologie d'Israël,
ne tient pas assez compte de ce que les recherches assyriennes avaient déjà
montré (voir N. Kramer, L'histoire commence à Sumer) : qu'une large partie du matériel biblique était
d'origine sumérienne ou akkadienne (l'histoire de Job, du déluge, l'Ecclésiaste, etc.) et plus globalement babylonienne
(chérubins, code d'Hammurabi, etc.) beaucoup plus qu'égyptienne.


On avait aussi depuis longtemps des documents historiques (Documents araméens d'Egypte, Les éditions de Cerf, 1972) montrant qu'il y avait bien d'autres temples
que celui de Jérusalem et aucun monothéisme avant Cyrus. Les lettres de commerçants juifs témoignent du culte de "Anat-Yahô",
où Yahô est associé à la déesse Anat, ce
qui est d'autant moins monothéiste que beaucoup d'autres divinités
sont mêlées à leurs bénédictions. Seul
le sabat peut-être les distinguait du reste de la population, ce n'est
même pas sûr. Une lettre étonnamment explicite d'un envoyé
du roi Darius ordonne aux juifs les prescriptions rituelles (sabat, fête
des azymes, exigeant un pain sans levain, et se terminant par la formule
: "Qu'il soit fait ainsi chez vous, selon que l'a dit le roi Darius" p384). Après les déportations mésopotamiennes, le mélange
des langues, la destruction des dieux, Cyrus se voudra le libérateur
des peuples à qui il rendra "leurs dieux et leurs terres", constituant
le premier véritable empire, unité des peuples dans leurs différences.
Dans la reconstitution de l'idéologie de Josias s'introduit pourtant
largement l'intérêt de l'empire qui veut faire des juifs un
rempart contre l'ennemi égyptien. L'exil babylonien
et le retour des exilés sera ainsi projeté sur un mythique esclavage égyptien qui permet de
justifier par la religion un antagonisme fondamental avec l'Egypte,
conformément à la situation de l'époque.

On savait aussi depuis longtemps que les textes de la Bible compilaient des
traditions différentes, celles de "Yahvé" puis YHWH/Adonaï,
Dieu archaïque et jaloux, celle du cananéen "El", qu'on trouve dans Isra-ël
(signifiant celui qui a lutté contre Dieu) et, enfin, celle d'Elohim
(tous les dieux!), mais on arrivait à faire passer cela pour une preuve
d'authenticité ! Il n'y a pas que les juifs à être concernés
par le mythe biblique puisque chrétiens et musulmans s'en réclament.
Les musulmans se veulent aussi les fils d'Abraham. Il est donc bienvenue que
l'archéologie nous donne une idée plus précise de comment
les choses se sont réellement passées derrière les récits
fantastiques remaniés par les pouvoirs successifs.

On ne pourra examiner en détail ici l'histoire de la Bible,
mais disons-le tout de suite, contester la vérité littérale
n'est pas retirer toute valeur à une religion qui continue à
nous inspirer. Certes, les revendications historiques des religieux juifs
(sur Hébron et le tombeau des patriarches par exemple) perdent tout
fondement mais on perçoit d'autant mieux que la profonde originalité
de la religion hébraïque n'est pas tant le monothéisme
que de se revendiquer comme religion d'anciens esclaves
et de refuser la division en castes, à peu près en même temps que le bouddhisme sans
doute. Si la religion de Zarathoustra valorisait déjà l'intériorité
(la bonne foi), la Bible y ajoute la dimension tragique de la culpabilité,
de l'exil, de la déchéance et de la persécution. Comme
dit Raoul Vaneigem (Résistance au christianisme, Fayard), que la nation juive "garde foi, confiance, crédit
en une déité qui lui est aussi contraire a de quoi étonner".
Mais c'est aussi ce qui en fait toute la profondeur humaine et continue à
nous émouvoir. Ne sommes-nous pas tous exilés de la vie ? Il
n'y a pas si longtemps, Bob Marley chantait encore un magnifique "Exodus".
D'ailleurs, toutes les religions de l'antiquité savaient différencier
un sens historique littéral (exotérique), d'un sens moral
et mystique (ésotérique). La dimension métaphorique
est inéliminable de la langue. Prendre les mythes au mot est une sorte
de folie interprétative, de l'ordre de la paranoïa, alors que ce qui compte c'est l'intention
générale du récit, ce qu'il nous enseigne et nous fait
vivre. L'importance donnée au caractère historique de la Bible
est l'effet paradoxal d'un scientisme qu'on ne retrouve guère avant le XIXè
siècle. Il est crucial donc pour la vérité religieuse
et spirituelle de se détacher du sens historique et matériel
en opposant aux fanatiques du texte les faits de l'archéologie.
Le Bible dévoilée, Les nouvelles révélations de l'archéologie
Israël Finkelstein, Neil Asher Silberman, Bayard, 2002

Voir le profil de l'utilisateur

anonyme2526 


Enthousiaste
Enthousiaste
- L'archéologie

Ainsi, ce livre nous montre qu'il n'y a pas eu de conquête de la terre promise car il n'y avait
rien à conquérir avant le Xème siècle. Le sud
de la Palestine ne possédait presqu'aucune ville encore, Jérusalem
n'était qu'un minuscule hameau. Aucun peuple n'a pu venir conquérir
le pays de Juda qui restera encore longtemps sous-développé, rural et clairsemé.
Il n'y a donc pas de peuple venu d'Egypte sous la conduite de Moïse
(cela n'empêche pas qu'il y a eu des Cananéens esclaves en
Egypte lorsque Ramsès a détruit Avaris, capitale des Hyksos,
mais cela n'a pas grand chose à voir avec la question, sinon quelques
vielles légendes peut-être). On ne parle même pas d'Abraham
dont le décor ne correspond absolument pas à sa datation supposée,
mais tout-à-fait à l'époque d'Esdras et Néhémie. Les juifs sont
des cananéens. Rien ne les différencie sinon d'être d'abord
plus frustres peut-être, et d'habiter les terres hautes plus pauvres
que les plaines. Se donner Abraham comme ancêtre était nécessaire
pour prétendre appartenir à un peuple hautement civilisé.

"Ur était déjà renommée comme lieu de savoir
d'une très haute antiquité ; mais son prestige augmenta considérablement
dans toute la région lorsque, vers le milieu du VIè siècle
av. JC, elle redevint un important centre religieux grâce au roi babylonien
- ou chaldéen - Nabonide. Ainsi, le choix comme origine d'Abraham
de la Ur des Chaldéens donnait aux Juifs à la fois distinction
et ancienneté culturelle
" 353.

"La plupart des Israélites ne venaient pas de l'extérieur
de Canaan ; ils étaient indigènes. Il n'y a pas eu d'exode
de masse en provenance d'Egypte. Le pays de Canaan n'a pas été
conquis par la violence. La plupart de ceux qui ont constitué le premier
noyau d'Israël étaient des gens du cru, ceux-là mêmes
qui peuplaient les hautes terres durant les âges du Bronze et du Fer.
Les premiers Israélites étaient - comble de l'ironie - d'origine
cananéenne !
" 143.

Il n'y a pas d'inconvénient par contre à croire en l'historicité
de David qui gagne la "royauté" en terrassant avec sa fronde
un géant d'une bande rivale (ce qui donne la mesure de l'importance
de son royaume !). Tout n'est pas faux dans ces légendes mais l'archéologie démontre que Salomon est
une pure invention de l'époque de Josias. Il n'y a pas de premier Temple, aucune trace
! Même si certains faits peuvent être historiques, dont une bonne
part des noms de roi, toute l'histoire est arrangée pour servir les
intérêts politiques de Josias ou des Perses. Impossible de s'y
retrouver vraiment, pas plus qu'on ne peut retrouver un noyau historique à
la légende du Roi Arthur par exemple. De nombreuses indications de lieux ou de
peuples montrent avec évidence qu'il s'agit d'une reconstruction tardive
faisant référence à des villes beaucoup plus récentes
(comme Hébron) tout en ignorant les réelles grandes villes de
l'époque comme Haçor.

"Si l'on se fonde sur l'étude archéologique, jusqu'à
l'époque de David et de Salomon, et même au-delà, la
population sédentaire de Juda était très minime ; le
royaume était isolé, très marginalisé ; la contrée
n'avait aucun centre urbain digne de ce nom ; elle manquait de la hiérarchie
habituelle : hameaux, villages, villes
" 159.

Ce qui apparaît clairement dans cette reconstitution, c'est que l'enjeu essentiel du
Roi Josias était d'établir à partir de Jérusalem
l'unité d'Israël (Nord) et de Juda (Sud), les récits bibliques ayant
pour fonction de légitimer ce rattachement d'Israël à
Jérusalem. La réalité est à peu près le
contraire de ce que raconte la Bible. Alors que la Judée restait inculte,
Israël s'est développée beaucoup plus tôt, sur les
terres plus riches de Samarie et Galilée, échappant même au contrôle égyptien au
début du IXè siècle av. JC. Loin de vouer un culte à
Jérusalem, c'est à Béthel que se situe le temple d'Israël
pratiquant par ailleurs le polythéisme et connaissant un assez grand
mélange de populations. L'apogée d'Israël se situe de
884 à 842, sous le règne des Omrides calomniés dans la Bible.

"C'est à l'apogée de la prospérité du royaume
du Nord, sous le règne de Jéroboam II, que nous pouvons trouver
enfin la totalité des critères qui constituent un Etat : l'alphabétisation
généralisée, l'administration, la spécialisation
de la production économique et la maintenance d'une armée professionnelle.
C'est aussi de cette époque que datent les premières protestations
prophétiques. Les oracles des prophètes Amos et Osée,
qui comptent parmi les premiers écrits prophétiques conservés,
contiennent des passages qui décrivent l'apogée du règne
de Jéroboam II
" 247.

Ces prophéties
de châtiments et destructions ayant été recueillies deux
siècles après, ont été remaniées au profit
de Jérusalem, tout comme les autres traditions et légendes.
En tout cas, c'est la chute d'Israël qui va faire la fortune de Juda.
Téglat-Phalasar III dévaste Israël et s'allie avec Juda
(Achaz) au temps du premier Isaïe en -732. La destruction des villes
du Nord comme Haçor amène un flux de population cultivée
vers les villes du sud et surtout Jérusalem
qui fait "un grand bond en avant". C'est alors que le judaïsme va commencer à s'élaborer.

"Mais d'où venaient ces richesses ? Sur quoi s'appuyait cette évolution
vers la formation d'un Etat ? Il n'y a qu'une réponse possible : c'est
que Juda s'était mis soudain à coopérer avec - voire
à s'immerger dans - l'économie de l'Empire Assyrien [...] En
même temps que cette extraordinaire transformation sociale, vers la
fin du VIIIé siècle av. JC, se développa une lutte religieuse
intense dont la conséquence directe fut l'émergence de la Bible
telle que nous la connaissons
" 281.

L'unification
religieuse autour de "YHWH l'unique" et centrée sur le temple de Jérusalem,
a des raisons à l'évidence politiques. Ce n'est pas encore
un monothéisme pourtant mais plutôt un dieu exclusif et jaloux.
Dans son élan, ce mouvement amènera Ezéchias à
vouloir gagner son indépendance contre l'Assyrie, ce qui s'avérera
désastreux, provoquant la riposte de Sennachérib en 701. Lakish
fut entièrement détruite mais Jérusalem encore épargnée.
Avec Manassé la prospérité et le polythéisme
(la liberté religieuse) revinrent. Il sera calomnié par son
successeur Josias, véritable fondateur du judaïsme puisque
c'est lui qui invente le Deutéronome, soi-disant découvert
lors des travaux de rénovation du Temple en 622, mais dont le style
"ressemble de façon frappante à celui des traités
assyriens de vassalité du début du VIIè siècle
av. JC, qui énuméraient les droits et les devoirs des peuples
sujets envers leur suzerain (dans ce cas présent, Israël et YHWH)
" 319. Josias détruira le temple de Béthel et organisera la résistance
à la nouvelle puissance égyptienne de Psammétique Ier mais le fils de celui-ci,
Neko II, le tuera en 610 à Megiddo.

13 ans après, c'est la terrible invasion des forces
babyloniennes de Nabuchodonosor (en 597) et la destruction du Temple. L'archéologie
confirme "l'intensité de la destruction de Jérusalem par
les Babyloniens restée visible à l'oeil nu pendant un siècle
et demi après l'événement
". On ne sait vraiment combien de juifs furent déportés à Babylone, entre 4000 et 8000 sans doute (surtout nobles et clergé) mais le
pays se vida de ses habitants qui se réfugièrent en Egypte (Jérémie)
ou ailleurs. Il semble que les exilés garderont leur identité
ainsi que leurs rites religieux, mais ils se nourriront largement de la civilisation
babylonienne, qui est la plus avancée de l'époque, au point
que leur religion sera transfigurée en monothéisme, intellectualisée
et largement méconnaissable.

Lorsque Cyrus renverse le pouvoir babylonien en 539 et renvoie les exilés
à Jérusalem, il semble qu'environ 30 000 revinrent à travers le désert. C'est ce
retour sur la terre de leurs ancêtres qui sera transposé dans
la sortie d'Egypte et la prise de pouvoir sur les "cananéens" occupant les lieux. "La saga de l'exode faisait écho à leur propre situation de rapatriés" 351. On peut penser que la reprise en main de la région par ces rapatriés,
au nom de l'empire Perse, ne se fera pas sans problèmes. La refonte
de la religion est telle qu'il est téméraire, en l'état
actuel de nos connaissances, de déterminer la part des innovations
de Josias et celle d'Esdras dans la rédaction finale du Deutéronome.
Je pense pour ma part qu'on surestime encore l'apport de Josias et qu'on
sous-estime le fondement babylonien, qui est décisif dans sa constitution
et son organisation étatique. Certes, on distingue littérairement
deux versions du Deutéronome et deux Isaïe, correspondant à
ce qui a pu être écrit avant ou après l'exil, mais l'ensemble,
fixé vers 444 par Néhémie (ministre d'Ataraxerxès,
le souverain perse), est bien une réécriture du passé,
pur produit des luttes politiques et religieuses de ce temps qui fait écran
aux réalités précédentes, comme en témoigne
l'archéologie. Il faut souligner que c'est le remplacement de la royauté
par l'administration perse qui donnera toute son importance au clergé
resté implanté localement.

"A partir de ce moment-là, la famille davidique n'a plus joué
aucun rôle dans l'histoire de Yehoud. En même temps, le clergé,
dont l'importance s'était affirmée durant l'exil, et qui joua
un rôle majeur parmi ceux restés à Yehoud, conserva son
autorité en raison de sa capacité à préserver
l'identité du groupe. C'est pourquoi, durant les décennies
suivantes, le peuple de Yehoud fut gouverné par un système
duel : politiquement, par des hauts-commissaires désignés par
l'autorité perse, sans connexion aucune avec la famille royale davidique
; religieusement, par les prêtres. La monarchie ne jouant plus aucun
rôle, le Temple devint le centre de l'identité du peuple de
Yehoud. Ce fut l'un des tournants cruciaux de l'histoire juive
" 350.

L'identité religieuse juive ne prendra pourtant toute sa dimension qu'avec les Zélotes et les Maccabées se
révoltant en -167 contre Antiochus IV et sa tentative d'hellénisation
forcée par la suppression de l'ancien culte et du pouvoir religieux.
"Le zèle contre la Loi a produit le zèle pour la Loi". C'est
la véritable origine du refus de l'assimilation et du culte de l'empereur qui leur attirera
tous leurs ennuis futurs. La traduction de la Bible en grec, à la
même époque (dite Bible des septantes), aura pourtant une importance
décisive, permettant la diffusion de cette tradition dans tout le
bassin méditerranéen où les juifs formaient déjà
une diaspora qui prendra de l'ampleur bien plus tard (+70), après
la Guerre des Juifs (Flavius Josèphe), puis leur expulsion de Jérusalem
(+135). La destruction du temple transformera encore complètement
l'ancien judaïsme désormais centré sur la synagogue et
le texte sacré. La séparation du politique et du religieux
qui en résulte caractérise le judaïsme depuis lors comme
religion de l'exil (ce que la constitution de l'Etat d'Israël remet
en cause désormais). Cette séparation sera reprise par les
chrétiens, Augustin opposant la Cité de Dieu et la Cité
des hommes. C'est un pas que l'Islam n'a pas encore franchi. N'est-il pas
troublant de constater que la guerre reprend entre l'Irak et les Etats-Unis
sur les terres de Babylone et de la Judée ? Guerre obscurcie par des
discours religieux paranoïaques alors que nous partageons la même
origine, la même tradition, mais aussi hélas le même aveuglement
d'une foi refusant de reconnaître des vérités plus matérielles
qui font retour dans le Réel avec une violence dévastatrice.


A partir de cette
date (pas avant 135 donc), le christianisme,
largement issu des Esséniens mais aussi du culte de Mitra, du néoplatonisme
d'Alexandrie et du stoïcisme, pourra s'appuyer sur la diffusion de la
Bible et la diaspora d'un peuple dominé, opposée aux diasporas
des maîtres grecs et romains, pour devenir finalement la religion de
l'Empire (en 325) qui étend la citoyenneté à tous ses
sujets, maîtres comme esclaves, la personnalité juridique romaine
trouvant là un fondement universel (Catholicon). Mais c'est encore
une autre histoire (voir mon histoire des religions).

[1]
Le Pentateuque (les livres "historiques" de la Bible) n'est pas sans évoquer L'épopée du roi du combat, mettant en scène le premier grand conquérant, Sargon d'Akkad
qui régna 55 ans (2334-2279) et se proclama "oint de Dieu". Sa naissance
est décrite ainsi : "Ma mère, la grande prêtresse,
m'a conçu, en secret elle me porta. Elle me déposa dans un
panier de joncs, avec du bitume elle en scella le couvercle. Elle me déposa
sur la rivière de façon à ce que l'eau ne me recouvrît
pas."
(Pritchard, 1969, p119, ou "La mésopotamie", G. Roux, p177, Seuil, Points)

Le Bible dévoilée, Les nouvelles révélations de l'archéologie
Israël Finkelstein, Neil Asher Silberman, Bayard, 2002

Voir le profil de l'utilisateur

1 samuel 


Passionné
Passionné
@Hanane a écrit:Gn 49,10. Le sceptre ne sera point ôté de Juda, ni le prince de sa postérité, jusqu'à ce que soit venu celui qui doit être envoyé; et c'est lui qui sera l'attente des nations.

merci

Et c’est à lui qu’appartient l’obéissance des peuples. Si l’on entendait la proposition précédente dans ce sens : « Jusqu’à ce qu’on vienne à Silo, ou au repos, » l’expression : C’est à lui, ne pourrait se rapporter qu’à Juda. Mais si l’on donne à Schilo un sens personnel et qu’on en fasse le sujet de vienne, le pronom lui doit naturellement se rapporter à ce sujet nouveau, au Messie. Les principaux interprètes modernes s’accordent à reconnaître que le terme ammim, les peuples, ne peut désigner ici les tribus israé1ites, dans ce sens, ces mots n’ajouteraient rien à ce qui précède, mais seulement les peuples païens, les familles de la terre dont Dieu avait parlé à Abraham. Juda doit régner en Israël jusqu’à ce qu’il obtienne ou que vienne celui qui obtiendra l’obéissance de tous les peuples de la terre. Même si l’on admet le sens messianique du mot Schilo, ce passage n’annonce point expressément que le Messie sortira de Juda. Mais c’est pourtant d’après le contexte la supposition la plus naturelle, puisque autrement la promesse du Messie, point culminant dans la bénédiction de Juda, se changerait en une menace pour cette tribu, qui serait, dès cette venue, privée de sa souveraineté. Le sens dans cette application au Messie est donc probablement celui-ci : Juda ne perdra point sa souveraineté sur Israël jusqu’à ce que, par la venue du Messie, elle se trouve transformée dans sa personne en souveraineté sur tous les peuples. Mais la promesse ainsi comprise s’est-elle réalisée ? Il semble que la souveraineté de Juda ait subi de nombreuses interruptions avant la venue du Sauveur. Mais la prépondérance de Juda en Israël n’en a pas moins été on fait constant, le trait saillant dans l’histoire du peuple. Il y conserve le rang prééminent qu’il a occupé déjà dans la famille patriarcale (Ge 37:26; Ge 43:8; et suivants #Ge 44:14; et suivants Ge 46:28). Dans les dénombrements, cette tribu est trouvée la plus nombreuse (No 1:27; 26:22); au camp et dans les marches, elle occupe la première place (Nomb 2,3; 10,14); à l’époque des Juges, elle à l’initiative des guerres auxquelles toutes les tribus prennent part (Jug 1:17-20; 20:18); avec David, enfin, elle devient la tribu royale, et après le retour de la captivité, le peuple s’absorbe pour ainsi dire en elle et tout entier prend son nom (Juifs = hommes de Juda).

Voir le profil de l'utilisateur http://meilleurforum-net.meilleurforum.net/forum

Bertrand 


Enthousiaste
Enthousiaste
Gn 49,10. Le sceptre ne sera point ôté de Juda, ni le prince de sa postérité, jusqu'à ce que soit venu celui qui doit être envoyé; et c'est lui qui sera l'attente des nations.

merci
Jésus aura tout pouvoir jusqu'à ce que celui qui a le droit légal arrive !!!
Jésus de Juda rachète les 144 cohéritier du royaume céleste...
*** 1 Chroniques 5:1 ***
5 Et les fils de Ruben le premier-né d’Israël — car il était le premier-né ; mais, parce qu’il avait profané la couche de son père, son droit de premier-né fut donné aux fils de Joseph le fils d’Israël, de sorte qu’il ne devait pas être enregistré généalogiquement pour le droit de premier-né.
Ce droit donnait l'héritage des terres ancestrales. Du patriarche...
ce droit fut transmis a Éphraïm deuxième fils de Joseph...
Le dernier connu fut Jéroboam roi des 10 tribus d'Israel..emporté en captivité par l'Assyrie en 700 avant notre ère...cette ligné nous donnera la terre promise;;;
Mahammad== L'élu banni ???les visionnaires == Descendant de roi de France,, exil,,

Voir le profil de l'utilisateur

Bertrand 


Enthousiaste
Enthousiaste
*** Rbi8 Malaki 3:1 ***

3 “ Voyez ! J’envoie mon messager, et il devra frayer un chemin devant moi. Et soudain viendra à Son temple le [vrai] Seigneur que vous cherchez, et le messager de l’alliance en qui vous prenez plaisir. Voyez ! Il viendra à coup sûr ”, a dit Jéhovah des armées.

*** Rbi8 Jean 16:12-14 ***

12 “ J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter à présent. 13 Cependant, quand celui-là arrivera, l’esprit de la vérité, il vous guidera dans toute la vérité, car il ne parlera pas de son propre mouvement, mais tout ce qu’il entend, il le dira, et il vous annoncera les choses qui viennent. 14 Celui-là me glorifiera, parce qu’il recevra de ce qui est à moi et vous l’annoncera

*** Rbi8 Révélation 2:25-28 ***

. 26 Et au vainqueur, à celui qui observe mes actions jusqu’à la fin, je donnerai pouvoir sur les nations, 27 et il fera paître les gens avec un bâton de fer, si bien qu’ils seront brisés comme des récipients d’argile, de même que moi j’ai reçu de mon Père, 28 et je lui donnerai l’étoile du matin

Barnabé==» Dieu répondit alors : « Sois le bienvenu, ô mon serviteur Adam! Je te le dis, tu es le premier homme que j'ai créé. Celui que tu as vu est ton fils qui se tiendra prêt pendant bien des années à venir au monde. Il sera mon Messager. C'est pour lui que j'ai tout créé, Il donnera lumière au monde quand il viendra. Bar; 82

Voir le profil de l'utilisateur

Bertrand 


Enthousiaste
Enthousiaste
Chapitre 163
Jésus s'en alla avec ses disciples au désert, au delà du Jourdain. Après avoir fait l;a prière du midi, il s'assit près d'un palmier et ses disciples s'assirent à l'ombre d'un palmier Jésus dit alors : «Frères, la prédestination est si secrète, je vous le dis en vérité, qu'elle ne sera clairement connu que par un seul homme C'est celui qu'attendent les nations, à qui les secrets de Dieu sont si clairs que ceux qui écouteront ses paroles seront heureux quand il viendra dans le monde. Dieu en effet enverra sa miséricorde sur eux comme ce palmier est sur nous Et de même que cet arbre nous défend de l'ardeur du soleil, ainsi la miséricorde de Dieu défendra-t-elle contre Satan ceux qui croiront en cet homme.» 96

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum