Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Question sur le Mu'tazilisme le Ven 11 Mar - 11:19

MarjanYaqoot 


Inscrit
Inscrit
Salam,

Bonjour !

Je fais une recherche avec pour problématique "En quoi les spécificités doctrinales du Mutazilisme ont elles eu des impactes politiques?" , j'aimerais avoir des réponses, ou même des suggestions de livres/vidéos/articles afin de pouvoir répondre à cette question.

Qu'en pensez-vous ? Pourquoi la doctrine Mu'tazilite a eu autant d'impactes sur la politique ?

Merci d'avance pour vos réponses

Voir le profil de l'utilisateur

2Re: Question sur le Mu'tazilisme le Ven 11 Mar - 15:45

Wahrani 


Enthousiaste
Enthousiaste
@MarjanYaqoot a écrit:Salam,
Bonjour !
Je fais une recherche avec pour problématique "En quoi les spécificités doctrinales du Mutazilisme ont elles eu des impactes politiques?" , j'aimerais avoir des réponses, ou même des suggestions de livres/vidéos/articles afin de pouvoir répondre à cette question.
Qu'en pensez-vous ? Pourquoi la doctrine Mu'tazilite a eu autant d'impactes sur la politique ?
Merci d'avance pour vos réponses
Salam
Les mu‘tazilites représentent un mouvement né au VIIIe siècle, sous l’influence de Wasil Ibn ‘Ata. Ils se caractérisent par la volonté d’introduire une forme de rationalité dans la compréhension du phénomène religieux, et seront conduits à affirmer l’existence d’une volonté humaine libre et autonome.
le mouvement des mu‘tazilites est né à Basra, avant de devenir la doctrine officielle du califat, et de s’étendre progressivement dans de nombreux centres de savoir islamique, particulièrement en Perse. Il aura une influence considérable dans de nombreux courants du kalam.
Avant la constitution des mu‘tazilites en écoles, principalement à Basra et à Bagdad, il existait au sein de la théologie juridique (kalam) islamique deux lignes principales.
La première, appelée Qadariyya, affirmait que l’homme seul avait un pouvoir sur ses actes.
La seconde, Jabariyya, ne reconnaissait aucune autodétermination à l’homme, au profit de l’affirmation d’une toute-puissance de Dieu.
De nombreux historiens peinent à distinguer les premiers mu‘tazilites des Qadariyya, tant leurs positions semblent proches.
Selon les uns et les autres, Dieu a crée en l’homme un pouvoir (qudra), qui lui permet d’agir librement, et d’être responsable du bien et du mal qu’il accomplit. En faisant le bien, il obéit à Dieu et en sera récompensé, et en faisant le mal il lui désobéit et sera puni. En effet, c’est là l’un de leurs principes fondamentaux : Dieu ne peut pas vouloir le mal.
Par ailleurs, Dieu ne détermine pas directement les actes de l’homme, qui demeurent libres. Ceci constitue le deuxième des cinq grands principes qui structurent toute la pensée mu‘tazilite, à savoir le principe de la justice divine
Al-Ach‘ari, mu‘tazilite repenti, initie un mouvement de grande ampleur en faveur d’une réhabilitation de la toute puissance divine. Ses disciples insisteront sur la grandeur de Dieu, qui n’a pas à être questionnée, et sur la part irréductible de mystère que comporte l’action divine. C’est la volonté divine qui fait venir toute chose à l’existence, y compris tout acte humain.
Dans la mesure où Dieu crée toute chose à tout moment, il crée en l’homme les actions que ce dernier ressent comme étant libres. À la notion d’un choix libre, les ach‘arites vont substituer une notion qui sera un élément clé de toute leur doctrine, à savoir le kasb, ou « acquisition ».
Alors que Dieu est d’une liberté absolue et sans limite, l’homme est quant à lui « contraint au libre choix » selon Ghazali, un célèbre héritier de la doctrine ash‘arite.
La réaction ash‘arite entend ainsi défendre la transcendance divine et son mystère. Leur thèse sera celle de l’idée de la toute puissance de Dieu. À Dieu rien n’est obligatoire, tout est possible. Dieu peut faire ce qu’il veut.
Nul n’ignore que les Mu`tazilites accordaient une grande importance à la raison, et faisaient prévaloir le jugement rationnel sur les principes de la législation.
Les mu'tazilites se sont par la suite divisés en 20 sous-sectes différentes, chacune faisant l'anathème des autres, dont le point commun entre elles était une insistance exagérée sur l'utilisation de la raison. Ils ont essayé d'interpréter l'Islâm à la lumière de la logique de premier ordre. Leurs autres croyances incluaient :
 
Qu'il est permis, lexicalement, d'attribuer la création des actes aux êtres humains.
Que le Coran est créé.
Que les Attributs d'Allâh ne sont pas éternels.
L'interprétation des versets allégoriques sans exception, de sorte qu'ils ont nié que les croyants verront Allâh dans l'au-delà.
Bien qu'ils constituent une secte déviante, cela ne diminue pas la valeur de la totalité de leurs ouvrages, parce que certains mu'tazilites étaient accomplis dans certaines branches des sciences islamiques.
Par exemple, Az Zamakhsharî, l'auteur de l'exégèse coranique renommée intitulée « Al Kashshaf », était un mu'tazilite, bien qu'on ait rapporté qu'il s'est repenti et a rejoint le rang des Ahl Us Sunnah peu de temps avant sa mort, comme on peut l'attendre d'un savant de son calibre. »
Le mutazilisme disparaît définitivement au XIIIe siècle, essentiellement vaincu par le sunnisme.
Wallâhu A'lam

Voir le profil de l'utilisateur http://dialogue-religion.forumalgerie.net

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum