Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 10]

1L’éternel débat sur l'alcool le Ven 29 Jan - 12:41

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Entre abstinents et buveurs, ceux qui le considèrent comment aliment comme les autres et ceux qui le prennent pour une drogue, ceux pour qui c'est un héritage culturel et ceux pour qui c'est un héritage culturel néfaste, ceux pour qui c'est Haram et ceux pour qui c'est Halal.. Exposez vos arguments ici...



Dernière édition par Yassine le Ven 25 Mar - 18:59, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

Tumadir 


Averti
Averti
@Tumadir a écrit:
@Credo a écrit:
Spoiler:
Tu peux dire ce que tu veux. Le gabarit de la personne y fait . C'est une question de différence entre pourcentage de tissus adipeux et eau dans le corps. L'alcool est plus soluble dans l'eau que les tissus adipeux. Donc plus une personne a d'eau dans le corps par rapport à sa masse adipeuse, plus elle tient le coup. Un personne forte a également beaucoup d'eau donc tiendra mieux le coup qu'une personne d'une taille moyenne par exemple qui aura moins d'eau.

On n'est pas ivre pour un verre à table . Je peux te dire que je peux souffler tant que tu veux: il n'y a rien. Je n'ai encore jamais eu d'accident à tort ni provoquer d'accident. Je bois aussi de l'eau à table. Je réserve le vin pour accompagner le plat principal et le fromage. L'entrée et le dessert c'est de l'eau puis le café. J'ai déjà soufflé après un repas et n'ai jamais eu de problème

Tu es abstinent, grand bien te fasse. Mais le vin consommé normalement en mangeant ne porte aucun tort contrairement à l'alcool fort malgré tout ce que tu pourras dire.
Ce n'est pas d'être ivre ou pas, la question n'est pas là, ce qu'apporte "Azzedine" concernant les effets de l'alcool sur la conduite est très intéressant :

Les effets de l'alcool sur la conduite

◾Diminution du champ de vision
◾Diminution l'attention, de la concentration, des réflexes
◾Altération de la perception des vitesses et des distances
◾Augmentation de la sensibilité à l'éblouissement
◾Augmentation du temps de réaction
Tous ces effets sont produits avec un taux d'alcoolémie aux alentours de 0,2 g/l qui correspond au taux d'alcoolémie minimal interdit chez les conducteurs ayant un permis de conduire probatoire : l'équivalent d'un (1) seul et unique verre de vin.

Si l'alcool était réellement une substance divine bienfaitrice comme vous voulez croire et entendre, normalement elle améliorerait l'activité cognitive, qu'en pensez-vous ?

Je n'ai encore jamais eu d'accident à tort ni provoquer d'accident
Grand bien te fasse, tout simplement tu ne fais certainement pas de longs trajets ni de transports en communs, mais les accidents les plus meurtriers peuvent être provoqués par un simple défaut de concentration ou fatigue même sans boire de l'alcool. L'alcool aggrave ces erreurs même pris après un repas, d'ailleurs, on a la sensation de fatigue tout de suite après avoir mangé, mais y rajouter du vin ... ?
L'alcool est plus soluble dans l'eau que les tissus adipeux. Donc plus une personne a d'eau dans le corps par rapport à sa masse adipeuse, plus elle tient le coup. Un personne forte a également beaucoup d'eau donc tiendra mieux le coup qu'une personne d'une taille moyenne par exemple qui aura moins d'eau.
L'eau ne se retrouve pas à l'état pur dans le corps.

De quelle eau parles-tu ?!?
@Credo a écrit:
@Tumadir a écrit:Avec Daech l'humanité ne disparaitra pas non plus..
Ce n'est pas comparable.
@Tumadir a écrit:Pourquoi la loi est-elle sévère avec les nouveaux conducteurs ?
Les jeunes savent moins se gérer en général.
@Tumadir a écrit:Quelle eau ?
Je técris que le corps est composé de 60% d'eau donc quand je te dis que l'alcool se dilue dans l'eau c'est celle du corps, pas de l'eau de pluie ! Elle se trouve dans les cellules de notre corps.
@Tumadir a écrit:
@Credo a écrit:
Ce n'est pas comparable.
Pourquoi ?


Les jeunes savent moins se gérer en général.
Un titulaire d'un permis probatoire n'est pas obligatoirement jeune. Un nouveau conducteur homme ou femme peut être adulte plus de 40 ans, il faut se demander pourquoi la loi est-elle sévère avec les nouveau permis, c'est la question que je te pose à laquelle tu n'as pas encore répondu.


Je técris que le corps est composé de 60% d'eau donc quand je te dis que l'alcool se dilue dans l'eau c'est celle du corps, pas de l'eau de pluie ! Elle se trouve dans les cellules de notre corps.
Le cytoplasme constitue plus que la moité du volume de la cellule, et c'est faux l'alcool ne se dilue pas mais il est stocké dans les cellules !!

http://hepatoweb.com/Alcool_Partie_2.php

L'alcool n'est pas une substance divine.
C'est le sang de Jésus, non ?

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
@Tumadir a écrit:Pourquoi ?
Pourquoi Daech et l'alcool ne sont pas comparables ? Parce que dans un cas on parle des effets de l'alcool dans l'autre cas des effets d'action terroristes. Donc je n'y vois aucun rapport.
@Tumadir a écrit:Un titulaire d'un permis probatoire n'est pas obligatoirement jeune. Un nouveau conducteur homme ou femme peut être adulte plus de 40 ans, il faut se demander pourquoi la loi est-elle sévère avec les nouveau permis, c'est la question que je te pose à laquelle tu n'as pas encore répondu.
Quand on est jeune permis, on a plus de chance de faire des bêtises que lorsqu'on est rôdé. Un jeune pourra se laisser griser par la vitesse, ou ne saura pas se gérer alors qu'il va en boite de nuit et consomme trop d'alcool ou de shit, de cannabis ou d'ectasy. Une personne plus âgée, mais jeune permis, par des exces de prudence, ou de peur, manquera de reflexe et pourra causer des accidents. Ce sont des résultats de statistiques.
@Tumadir a écrit:Le cytoplasme constitue plus que la moité du volume de la cellule, et c'est faux l'alcool ne se dilue pas mais il est stocké dans les cellules !!
Et dans les cellules il y a de l'eau et c'est ultra connu que le cors humain est constitué d'environ 60% d'eau voire plus pour les obèses. Demande à un docteur.
Quand tu souffles et que c'est positif, tu vas à l'ethylomètre voire la prise de sang si tu es incapable de souffler. Là on te calcule de taux d'alcool dans le sang. Or, avant de passer dans le sang, il passe par les cellules de l'organisme. Plus il y aura d'eau, plus le taux d'alcool qui passera dans le sang sera faible. Aussi tout le monde sait qu'en alternant vin  en quantité raisonnable et eau, si tu souffles, ça reste vert.

Quand au site, il te parle des effets de l'alcool en général dans l'organisme de ceux qui en boivent trop et sont dépendants. Ceux qui en boivent en quantité raisonnable n'ont rien à craindre et ne meurent pas plus tôt que les autres. Leur espérance de vie est identique.
Et puis boire du vin en mangeant ce ne sera pas comme celui qui enfilera whisky sur whisky ou pastis sur pastis en grignotant 3 chips et 2 cacahuetes en complément du vin à table. Celui-ci doit craindre car un vin à 12° en mangeant ce n'est pas un whisky à 40° avalé avec 3 chips.
@Tumadir a écrit:C'est le sang de Jésus, non ?
cela devient le sang du Christ lorsqu'il est consacré à Dieu le Père lors d'une cérémonie religieuse .

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
Il fût un temps où les publicités sur le tabac et les boissons alcoolisées étaient interdites...

http://www.liberation.fr/debats/2015/11/09/la-loi-de-sante-va-creer-les-malades-de-demain_1412242

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/09/publicite-pour-l-alcool-l-heure-de-verite-pour-la-loi-evin_4805592_3224.html

Du vin sans alcool ça n'existe pas, c'est juste une technique commerciale pour inciter les acheteurs.

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
@Credo a écrit:
@Tumadir a écrit:Pourquoi ?
Pourquoi Daech et l'alcool ne sont pas comparables ? Parce que dans un cas on parle des effets de l'alcool dans l'autre cas des effets d'action terroristes. Donc je n'y vois aucun rapport.
Il y a "le mal" en commun. Et c'est vrai, avec le mal, l'humanité continue d'exister...

@Tumadir a écrit:Un titulaire d'un permis probatoire n'est pas obligatoirement jeune. Un nouveau conducteur homme ou femme peut être adulte plus de 40 ans, il faut se demander pourquoi la loi est-elle sévère avec les nouveau permis, c'est la question que je te pose à laquelle tu n'as pas encore répondu.
Quand on est jeune permis, on a plus de chance de faire des bêtises que lorsqu'on est rôdé. Un jeune pourra se laisser griser par la vitesse, ou ne saura pas se gérer alors qu'il va en boite de nuit et consomme trop d'alcool ou de shit, de cannabis ou d'ectasy. Une personne plus âgée, mais jeune permis, par des exces de prudence, ou de peur, manquera de reflexe et pourra causer des accidents. Ce sont des résultats de statistiques.
Tu ne réponds pas à la question. Le minimum de taux d'alcoolémie interdit chez les nouveaux permis c'est 0,2 g/l de sang, l'équivalent d'un verre de vin seulement, rien à voir avec les autres psychotropes ni boites de nuit.

@Tumadir a écrit:Le cytoplasme constitue plus que la moité du volume de la cellule, et c'est faux l'alcool ne se dilue pas mais il est stocké dans les cellules !!
Et dans les cellules il y a de l'eau et c'est ultra connu que le cors humain est constitué d'environ 60% d'eau voire plus pour les obèses. Demande à un docteur.
Dans la cellule il y a le cytoplasme, lieu où s'effectue nombreuses réactions enzymatiques métaboliques complexes.

Quand tu souffles et que c'est positif, tu vas à l'ethylomètre voire la prise de sang si tu es incapable de souffler. Là on te calcule de taux d'alcool dans le sang. Or, avant de passer dans le sang, il passe par les cellules de l'organisme.
Plus il y aura d'eau, plus le taux d'alcool qui passera dans le sang sera faible. Aussi tout le monde sait qu'en alternant vin  en quantité raisonnable et eau, si tu souffles, ça reste vert.
Après ingestion d'un verre de vin, cette substance passe d'abord à travers la muqueuse digestive directement dans le sang avant de gagner les cellules des différents systèmes et organes.

Là tu parles de l'eau ingérée en même temps que l'alcool, quel rapport avec l'eau du corps ?

étant donné que les 60% du poids corporel qu'est l'eau, se retrouve en grande partie dans les organes mous tels que : cerveau et foie qui sont les premiers à souffrir, le foie (précisément "les cellules" hépatiques) jouent un grand rôle dans l'épuration de l'organisme notamment le sang, le débarrassant de tous produits toxiques dont l'alcool.

L'alcool agit sur toutes "les cellules" du cerveau (les neurones) en altérant leurs membranes par dissolution des graisses (phospholipides) qui les constituent. Leur fonctionnement s'en trouve modifié.
L
éthylotest est aussi appelé l'ivressomètre, comme son nom l'indique, est un appareil qui sert à détecter les personnes atteignant "le seuil de l'ivresse" seulement mais ne prévient en rien les dommages causés par l'alcool à l'échelle cellulaire.

Quand au site, il te parle des effets de l'alcool en général dans l'organisme de ceux qui en boivent trop et sont dépendants. Ceux qui en boivent en quantité raisonnable n'ont rien à craindre et ne meurent pas plus tôt que les autres. Leur espérance de vie est identique.
L'alcoolopathie hépatique peut exister sans alcoolodépendance (malgré une forte corrélation entre les quantités d'alcool absorbées et les dommages constatés). Elle peut apparaître avec des quantités minimes d'alcool, dès une consommation régulière quotidienne de 1 à 2 verres standard. [....]

Enfin des études semblent faire une relation entre alcool et cancer du sein.
Tous les risques augmentent proportionnellement à la dose absorbée dès une consommation de 1 verre-standard par jour, quel que soit le produit et en fonction d’une vulnérabilité personnelle non évaluable à priori.
@Tumadir a écrit:C'est le sang de Jésus, non ?
cela devient le sang du Christ lorsqu'il est consacré à Dieu le Père lors d'une cérémonie religieuse .
Donc l'alcool est plus qu'une substance divine d'autant plus qu'il est sanctifié lors des cérémonies religieuses dans les Eglises.

Voir le profil de l'utilisateur

vulgate 


Averti
Averti
@Tumadir a écrit:Donc l'alcool est plus qu'une substance divine d'autant plus qu'il est sanctifié lors des cérémonies religieuses dans les Eglises.
Au fait, tu ne nous as toujours pas donné la référence biblique de l'interdiction de la consommation de vin et d'alcool.

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
@vulgate a écrit:
@Tumadir a écrit:Donc l'alcool est plus qu'une substance divine d'autant plus qu'il est sanctifié lors des cérémonies religieuses dans les Eglises.
Au fait, tu ne nous as toujours pas donné la référence biblique de l'interdiction de la consommation de vin et d'alcool.
Commandement 219 de la loi mosaïque.

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
@Tumadir a écrit:Il y a "le mal" en commun. Et c'est vrai, avec le mal, l'humanité continue d'exister..
Les deux maux cependant ne sont pas identiques mais je vois ce que tu veux dire.
@Tumadir a écrit:Tu ne réponds pas à la question. Le minimum de taux d'alcoolémie interdit chez les nouveaux permis c'est 0,2 g/l de sang, l'équivalent d'un verre de vin seulement, rien à voir avec les autres psychotropes ni boites de nuit.
Je t'ai répondu pourquoi la loi était plus stricte pour les jeunes permis, que ces jeunes permis sont soient jeunes ou âgés. Tout comme ils ont moins de points au départ sur leur permis. Deux mesures restrictives pour ces jeunes permis afin de leur apprendre la prudence. D'après les statistiques, les conducteurs novices  ont 4 fois plus de risques d’être impliqué dans un accident mortel. Et chez les jeunes plus particulièrement, dans un 1/4
 de ces accidents, une alcoolémie excessive en est la cause. Parce que les jeunes vont en boite, ne savent pas se gérer et, à l'alcool, se rajoute encore parfois diverses drogues qui en augmentent l'effet.
Tuymadir a écrit:Dans la cellule il y a le cytoplasme, lieu où s'effectue nombreuses réactions enzymatiques métaboliques complexes.
Oui mais également de l'eau.

Quelques extraits tirés ici : http://www.prevention.ch/alcoolecole2.pdf

Quand une personne consomme de l’alcool, celui-ci commence immédiatement à passer dans le sang. Une petite partie passe directement par la muqueuse buccale et par  l’œsophage . Un quart environ de l’alcool passe dans le sang après assimilation par l’estomac et le restant par les intestins.

Plus le passage de l’alcool dans le sang est rapide, plus le taux d’alcool dans le sang augmentera rapidement, et plus vite on sera ivre. A l’inverse, la concentration d’alcool dans
le sang augmente plus lentement lorsque le passage par l’estomac est lui aussi ralenti, ce qui est avant tout le cas lorsque l’on a mangé.  (Ce qui est le cas du vin bu au repas.)

L’alcool est plus soluble dans l’eau que dans la graisse. La concentration d’alcool dans le sang dépend donc pour l’essentiel de la quantité d’eau contenue dans le corps. En règle générale, les personnes plus lourdes ont aussi davantage d’eau dans leur corps et donc un taux d’alcool
plus faible avec la même quantité d’alcool. A poids égal, le corps d’une personne qui a moins de tissus adipeux contient davantage d’eau que celui d’une personne qui   en a plus.

Lorsque l’alcool est consommé par petites doses sur une durée assez longue ou en accompagnement d’un repas, la concentration d’alcool dans le sang augmente moins vite
et le corps est en mesure d’éliminer une partie de l’alcool au fur et à mesure.

Donc il se trouve que si tu bois de l'eau et pas seulement du vin au cours du repas, ça diminue les effets de l'alcool (si tu n'en n'a pas consommé outre mesure bien sûr) comme ça a tendance à le faire pour un personne lourde qui a plus d'eau dans son corps.

Ce n'est pas parce que vous avez interdiction, dans votre foi, de boire tout alcool, qu'il faut pour autant croire que tout ceux qui en boivent sont des ivrognes ou des malades en puissance. Il y a des millions de gens qui boivent normalement et meurent après d'autres qui ne boivent pas du tout.  Le seul fait de dire que pour vous c'est obeir à Dieu, justifie le fait que vous n'en buviez pas.Pas la peine d'en rajouter en faisant passer ceux qui en boivent pour des alcooliques.
Tuymadir a écrit:Donc l'alcool est plus qu'une substance divine d'autant plus qu'il est sanctifié lors des cérémonies religieuses dans les Eglises.
Le vin c'est du jus de raisin fermenté, ni plus ni moins. Lorsque Jésus, au cours de son dernier repas, l'a consacré à son Père, il a ensuite tenue la coupe de vin en disant : " Buvez-en tous ;car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés. " (Mt 26,26-27). Donc quand nous refaisons ce geste au cours d'une cérémonie religieuse, le vin devient le sang du Christ. Avant la consécration à Dieu, c'est du jus de raison fermenté, fruit de la vigne et du travail de l'homme.


C'est où ce commandement 219 dans la Bible ?Donne nous les références car il n'existe pas une telle numérotation dans la Bible à ma connaissance.

Voir le profil de l'utilisateur

Azzedine 


Chevronné
Chevronné
@Credo a écrit:Le vin c'est du jus de raisin fermenté, ni plus ni moins

bah voyons !!! 

tout comme le whisky qui est une eau-de-vie obtenue par la distillation d'une ou de plusieurs céréales et vieillie en fût de chêne, ni plus ni moins

le cognac et l'armagnac sont obtenus à partir de raisins, ni plus ni moins
le calvados à base de pommes et de poires , ni plus ni moins
le rhum à base de canne à sucre. ni plus ni moins

toutes ses boissons enivrantes on les trouve en vente libre dans tous les super marcher , y compris les boites de nuits , ou les jeunes conducteurs prennent plaisir a se défoncer la gueule avant de reprendre le volant , a l'exception de certains d'entre eux qui se montrent raisonnables  .



@Credo a écrit:

Lorsque Jésus, au cours de son dernier repas, l'a consacré à son Père, il a ensuite tenue la coupe de vin en disant : " Buvez-en tous ;car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés. " (Mt 26,26-27).


s'attendait il ne serait ce qu'un minuscule petit moment que l'alcool affecterait certaines personnes  qui vraisemblablement ne savent se limiter a un seul petit verre credo ?  jésus était le fils de Dieu créateur de toutes choses , qui plus est embrasse toute chose de sa science infinie !
ou le savait il déjà ?????

je vais te faire un copier coller de ce que l'alcool a haute dose peut provoquer chez ses même personnes déraisonnables :

 voici donc les Symptômes qu'un simple jus de raisin fermenté consommé a haute dose peut provoquer chez les créatures de Dieu :  


Démence alcoolique

L'alcoolisation chronique est la troisième cause de démence des malades hospitalisés.
L'abus prolongé d'alcool peut provoquer des lésions cérébrales et donner lieu à des symptômes proches de ceux de la démence.


Hallucinations

Les buveurs peuvent être victimes d'illusions ou d'hallucinations.
La nuance est qu’une illusion est une sensation déformée, à partir d'un élément sensoriel réel.
Par ailleurs l’hallucination est une sensation perçue, sans élément sensoriel réel.
La personne alcoolique est consciente de ses illusions, au contraire des hallucinations qui peuvent conduire le sujet à des actes délictueux, dangereux pour lui ou son entourage.
Les hallucinations auditives sont des sons indéfinissables ou des paroles et propos répétitifs, à connotation érotique, culpabilisante ou persécutante. Les hallucinations visuelles se manifestent plus rarement, et produisent des images monstrueuses, des formes ou ombres menaçantes.


Accidents vasculaires cérébraux (AVC)

L'alcool est un facteur de risque d'accidents vasculaires cérébraux (infarctus cérébral ou hémorragie cérébrale). Associé à d’autres facteurs de risques tel l'hypertension artérielle, le tabac ou le diabète, le risque est encore plus grand.


Perturbations du sommeil

Il a une action négative à la fois sur la qualité et la durée du sommeil et sur la vigilance. Ainsi, les perturbations du sommeil sont fréquentes chez les personnes alcooliques, mais également chez certaines personnes qui ont complètement cessé de boire.
En perturbant le sommeil, l’alcool va tourmenter l’individu également en journée. Victime de manque de sommeil et d’une moins bonne vigilance, celui-ci verra ses performances diminuées même la journée.


Delirium tremens

C'est une affection neurologique gravissime, qui peut se manifester lors du sevrage d'une personne alcoolodépendante.
Elle se caractérise par un état d’agitation avec tremblements, fièvre et troubles de la conscience.


Epilepsie

L'alcoolisme est la première cause d'épilepsie tardive de l'adulte. Les personnes alcooliques peuvent présenter des crises d'épilepsie liées au sevrage. Cela arrive aussi plus rarement dans le cas d’une ivresse.
 

Coma éthylique

La consommation d'une très forte quantité d'alcool peut provoquer un coma éthylique. C’est un coma toxique ou métabolique, associant faiblesse musculaire, difficultés respiratoire, baisses de la tension et de la température.
Le coma éthylique est dangereux, et l'issue peut être fatale !


tous ses symptômes crées par du jus de raison fermenté, fruit de la vigne et du travail de l'homme ma chère .
 
ps : je rajoute et pour en finir , que la France est un pays producteur de vin qui  peut rapporter des milliards d'euros  chaque année  , qu'importe la religion dans l'économie du pays , au détriment même de la santé de l'autrui ! ai je tort  credo laugh ??

Voir le profil de l'utilisateur

10Re: L’éternel débat sur l'alcool le Sam 30 Jan - 19:41

Tumadir 


Averti
Averti
@Credo a écrit:
@Tumadir a écrit:Tu ne réponds pas à la question. Le minimum de taux d'alcoolémie interdit chez les nouveaux permis c'est 0,2 g/l de sang, l'équivalent d'un verre de vin seulement, rien à voir avec les autres psychotropes ni boites de nuit.
Je t'ai répondu pourquoi la loi était plus stricte pour les jeunes permis, que ces jeunes permis sont soient jeunes ou âgés. Tout comme ils ont moins de points au départ sur leur permis. Deux mesures restrictives pour ces jeunes permis afin de leur apprendre la prudence. D'après les statistiques, les conducteurs novices  ont 4 fois plus de risques d’être impliqué dans un accident mortel. Et chez les jeunes plus particulièrement, dans un 1/4
 de ces accidents, une alcoolémie excessive en est la cause. Parce que les jeunes vont en boite, ne savent pas se gérer et, à l'alcool, se rajoute encore parfois diverses drogues qui en augmentent l'effet.
Un jeune et nouveau permis est prédisposé à commettre des erreurs lors de la conduite, et en cas d'incident routier, il est soumis à un contrôle, si l'on trouve au moins 0,2 g d'alcool par litre de son sang il est tout de suite puni par la loi même s'il n'en a ni abusé ni revenu d'une boite de nuit ni aucune autre drogue. Les conducteurs novices ont 4 fois plus de risques d’être impliqués dans des accidents mortels, le risque augmente encore plus avec ne serait-ce qu’un seul verre de vin, c'est le comble.

Tuymadir a écrit:Dans la cellule il y a le cytoplasme, lieu où s'effectue nombreuses réactions enzymatiques métaboliques complexes.
Oui mais également de l'eau.
L'eau dans la cellule est principalement contenue dans le cytoplasme qui n'est pas de l'eau pure mais un milieu aqueux où s'effectue la transformation de l'alcool en produits toxiques. L'article que tu cites n'explique pas bien de quelle eau s'agit-il. Quand le taux d'alcoolémie est faible, cela ne veut pas forcément dire que le corps est hors danger car l'alcool une fois ingéré passe dans l'organisme et atteint "toutes" les cellules du corps y compris celles de la masse adipeuse. Quand on nous dit que l'alcool se dissout ou se dilue dans l'eau du corps à l'exclusion du tissu adipeux, l'eau dont il est question est alors certainement celle du "milieu extracellulaire (précisément le milieu interstitiel)" riche en eau, environ 11 à 12 litres d'eau chez l'adulte. Ce milieu dit interstitiel est faible en eau dans la masse adipeuse.

Quelques extraits tirés ici : http://www.prevention.ch/alcoolecole2.pdf
Spoiler:
Quand une personne consomme de l’alcool, celui-ci commence immédiatement à passer dans le sang. Une petite partie passe directement par la muqueuse buccale et par  l’œsophage . Un quart environ de l’alcool passe dans le sang après assimilation par l’estomac et le restant par les intestins.

Plus le passage de l’alcool dans le sang est rapide, plus le taux d’alcool dans le sang augmentera rapidement, et plus vite on sera ivre. A l’inverse, la concentration d’alcool dans le sang augmente plus lentement lorsque le passage par l’estomac est lui aussi ralenti, ce qui est avant tout le cas lorsque l’on a mangé.  (Ce qui est le cas du vin bu au repas.)

L’alcool est plus soluble dans l’eau que dans la graisse. La concentration d’alcool dans le sang dépend donc pour l’essentiel de la quantité d’eau contenue dans le corps. En règle générale, les personnes plus lourdes ont aussi davantage d’eau dans leur corps et donc un taux d’alcool
plus faible avec la même quantité d’alcool. A poids égal, le corps d’une personne qui a moins de tissus adipeux contient davantage d’eau que celui d’une personne qui   en a plus.

Lorsque l’alcool est consommé par petites doses sur une durée assez longue ou en accompagnement d’un repas, la concentration d’alcool dans le sang augmente moins vite
et le corps est en mesure d’éliminer une partie de l’alcool au fur et à mesure.

Donc il se trouve que si tu bois de l'eau et pas seulement du vin au cours du repas, ça diminue les effets de l'alcool (si tu n'en n'a pas consommé outre mesure bien sûr) comme ça a tendance à le faire pour un personne lourde qui a plus d'eau dans son corps.

Quand une personne consomme de l’alcool, celui-ci commence immédiatement à passer dans le sang. Une petite partie passe directement par la muqueuse buccale et par  l’œsophage . Un quart environ de l’alcool passe dans le sang après assimilation par l’estomac et le restant par les intestins.
D'accord, mais où vont les autres 3/4 .... ?  Tu as une idée ?

Je te remercie pour le lien mais il est trop simpliste, cependant que nombreuses réactions enzymatiques sont assez mal connues. La médecine ce n'est pas une science exacte, le métabolisme de l'alcool est plus complexe que tu l'imagines, jusqu'à aujourd'hui on n'a pas encore réussi à définir les seuils de consommations en raison de l'absence d'études épidémiologiques poussées en addictologie et alcoologie (nouvelles disciplines médicales marginalisées). Les boissons alcooliques font débat et ils sont considérés comme un fléau chez beaucoup de scientifiques qui s'y connaissent. Bien que certains essayent raisonnablement de mettre en avant les vertus des boissons alcooliques, les rapports méfaits/bénéfices de ces dites boissons demeurent néanmoins controversés et débattus, et tout ce qu’on en sait jusqu'à présent et ce que l’on nous fait savoir sur cette substance n’est en grande partie que spéculations et hypothèses non confirmées.

Il y a des millions de gens qui boivent normalement et meurent après d'autres qui ne boivent pas du tout.  
Spoiler:
Les démences sont l’une des causes majeures de la perte d’autonomie et de l’entrée en institution des personnes âgées. Avec une prévalence d’environ 5 %, on peut estimer qu’il existe en France, en 2000, 350 000 à 400 000 personnes démentes (Berr, 1998). Le vieillissement de la population laisse présager une augmentation de ces chiffres. Le DSM-IV (Diagnostic and statistical manual of mental disorders, 4th edition) définit la démence comme le fait de présenter une altération importante des fonctions cognitives entraînant une perte d’autonomie dans les activités de la vie de tous les jours. Où se situe la limite entre un trouble de la mémoire isolé et un véritable début de démence ?
La survenue d’une démence n’est pas, en règle générale, un phénomène brutal.

C’est le stade ultime d’une détérioration cognitive dont la vitesse varie considérablement

d’un individu à l’autre. La maladie d’Alzheimer (MA), démence dégénérative, représente environ 70 % des démences chez le sujet âgé, les démences d’origine vasculaire représentant la majorité des autres cas (Fratiglioni, et coll., 2000a).

Il est difficile de déterminer pour quel seuil d’alcoolisation ces troubles apparaissent.

Toutefois, ils ont surtout été observés chez des personnes admettant une consommation supérieure à 60 g/j (Parsons et Nixon, 1998). Quelques études anciennes ont retrouvé une relation entre consommation d’alcool et diminution des performances cognitives (celles-ci restant toutefois dans les limites de la normale), et ceci même pour des consommations modérées (Parker et coll., 1983 ; Hannon et coll., 1983) ; cependant, ces études utilisaient une batterie de tests ultracourts et leurs résultats n’ont pas été reproduits ultérieurement, au moins chez des sujets jeunes (< 60 ans) (Hannon et coll., 1987 ; Delin et Lee, 1992). Rogers et coll. (1983) observent, chez des sujets âgés, une corrélation négative entre le débit sanguin cérébral et la consommation d’alcool, y compris pour des consommations de l’ordre de 20 g/j.

l’intoxication éthylique aiguë est la cause principale de la dangerosité sociale de l’alcool, liée principalement à son effet désinhibiteur.

La dose seuil est imprécise, mais faible :
une alcoolémie de 0,50 g/l (peut-être même inférieure) est considérée comme suffisante pour modifier le comportement.


L’importance des dangers sociaux de l’alcool en termes de santé publique est probablement sous-estimée.

Il existe de multiples complications neurologiques liées à une consommation prolongée d’alcool. La dose quotidienne seuil et la durée de consommation entraînant une apparition de ces troubles sont imprécises. Toutefois, les niveaux de consommation seraient relativement élevés. La plus fréquente des complications neurologiques est l’atteinte des fonctions cognitives, la forme sévère étant le syndrome de Korsakoff. Ces troubles ont des conséquences sociales graves. Ils sont réversibles partiellement ou en totalité et incitent à une démarche thérapeutique volontariste. Leur mécanisme est complexe : toxicité propre de l’alcool, effets indirects (en particulier carence en thiamine), effet nocif des syndromes de sevrage non traités et répétés.

Source : Alcool, effets sur la santé, rapport d'expertise collective, INSERM (Institut Nationale de la Santé Et de la Recherche Médicale).
Ce n'est pas parce que vous avez interdiction, dans votre foi, de boire tout alcool, qu'il faut pour autant croire que tout ceux qui en boivent sont des ivrognes ou des malades en puissance.
Le seul fait de dire que pour vous c'est obeir à Dieu, justifie le fait que vous n'en buviez pas.Pas la peine d'en rajouter en faisant passer ceux qui en boivent pour des alcooliques.
Il existe des musulmans qui boivent et d'autres qui sont alcooliques, inutile de m'attribuer des propos qui ne sont pas les miens et ne te sens pas offensée je ne vise personne, on ne fait que discuter, je t'ai déjà dit que la question n'est pas d'être ivre ou pas, j'expose ici des propos de scientifiques, biologistes et médecins qui mettent le lien par exemple entre le cancer et l'alcool, ou bien entre démence et alcool même consommé modérément. Il existe plusieurs sites (dont le lien que j'ai précédemment cité) qui mettent en lignes l'actualité médicale dans les différentes branches et disciplines en relation avec l'alcool (colloques, séminaires, nouvelles données mises à jour ...).

Lire ceci : http://www.sfalcoologie.asso.fr/download/Seminaire2011-synthese.pdf

Lire aussi : http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/07/28/alcool-et-cancer-nouvelle-controverse_1223532_3224.html

Spoiler:
le Haut Conseil reconnaît que "les données scientifiques objectivent un risque de cancer associé à une faible consommation d'alcool, sans effet seuil" - autrement dit, il n'est pas possible de définir une dose en deçà de laquelle l'alcool serait sans risque sur la santé. Mais, souligne-t-il, "les données analysées ne permettent pas d'estimer avec précision les risques attribuables aux consommations d'alcool à faible dose".
Il faut tout de même admettre que la classe politique, est soumise aux lobbies de l'alcool.

http://www.addictologie.org/dist/telecharges/CP-interassos-loiMacron-loiEvin-2015juin11.pdf

http://www.anpaa.asso.fr/images/media/201506telechargements/151007-interAssos.pdf

C'est où ce commandement 219 dans la Bible ?Donne nous les références car il n'existe pas une telle numérotation dans la Bible à ma connaissance.
http://www.fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/894772/jewish/Les-613-Mitsvot.htm

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
@Tumadir a écrit: Les boissons alcooliques font débat et ils sont considérés comme un fléau chez beaucoup de scientifiques qui s'y connaissent. Bien que certains essayent raisonnablement de mettre en avant les vertus des boissons alcooliques, les rapports méfaits/bénéfices de ces dites boissons demeurent néanmoins controversés et débattus, et tout ce qu’on en sait jusqu'à présent et ce que l’on nous fait savoir sur cette substance n’est en grande partie que spéculations et hypothèses non confirmées.
Bien sûr que le corps peut de passer de l'alcool sans que ça crée une carence en quoi que ce soit. C'est comme tout : l'excès nuit.
En quantité raisonnable, il n'est pas plus nuisible qu'autre chose. Certaines personnes le supporteront d'autres plus ou moins. Et il faut aussi distinguer le vin des alcools forts. 12° en mangeant, ça n'a rien à voir avec 40° sans manger.
@Tumadir a écrit: j'expose ici des propos de scientifiques, biologistes et médecins qui mettent le lien par exemple entre le cancer et l'alcool, ou bien entre démence et alcool même consommé modérément. Il existe plusieurs sites (dont le lien que j'ai précédemment cité) qui mettent en lignes l'actualité médicale dans les différentes branches et disciplines en relation avec l'alcool (colloques, séminaires, nouvelles données mises à jour ...).
Tous les cancers ne proviennent pas de consommation d'alcool et idem pour la démence. Tout comme l'alcool modérément bu pourra ne pas être supporté par Mr X tandis que Mr Y qui en boira deux fois plus le supportera très bien. Ce que tu lis, ce sont des généralités.
 Toi tu te fies à des articles puisque vous ne buvez pas. Moi je me fie à la réalité des faits puisque quasiment tous les gens que je connais boivent du vin et/ou  l'apéro et sont d'âges divers. Ce sont des gens normaux, qui ne passent pas leur journée à tituber. Ils ne sont pas plus souvent malades que les quelques très rares autres que je connais et qui ne boivent jamais ou rarement.
@Tumadir a écrit:Il faut tout de même admettre que la classe politique, est soumise aux lobbies de l'alcool
En France, le vin fait partie de la gastronomie. Il y a beaucoup de vignobles et les connaisseurs coordonnent les vins et les mets.. Donc le vin tu ne l'enlèveras jamais. Ca fait partie du terroir français. Quant aux autres alcools, ils sont bus en apéro et je vois mal qui que ce soit interdire les apéro.



Le Talmud n'est pas la Bible. La référence à la fin , c'est le verset biblique :
219 Il ne peut boire de vin, de mixtures contenant du vin, ou du vinaigre de vin–Nombres 6, 3

Dans la Bible:

Nb 6:2-" Parle aux Israélites ; tu leur diras :Si un homme ou une femme entend s'acquitter d'un vœu, le vœu de naziréat, par lequel il s'est voué à Yahvé
Nb 6:3-il s'abstiendra de vin et de boissons fermentées, il ne boira pas le vinaigre qu'on tire de l'un ou de l'autre, il ne boira d'aucun jus de raisin, il ne mangera ni raisins frais ni raisins secs.

Ainsi celui qui ne boit pas est celui qui fait voeu de nazireat et non pas tout juif. Uniquement celui qui fait ce voeu.

Voir le profil de l'utilisateur

Credo 


Averti
Averti
@Azzedine a écrit:bah voyons !!!

Oui : le vin c'est du jus de raisin fermenté. Deux fermentations pour le rouge, une pour le rosé et le blanc.

@Azzedine a écrit:je vais te faire un copier coller de ce que l'alcool a haute dose peut provoquer chez ses même personnes déraisonnables :
Comme tu dis : A haute dose. Comme tant d'autres choses : sel, sucre, thé, café, graisse..toujours à haute dose vont provoquer des troubles.

@Azzedine a écrit:le cognac et l'armagnac sont obtenus à partir de raisins, ni plus ni moins
le calvados à base de pommes et de poires , ni plus ni moins
le rhum à base de canne à sucre. ni plus ni moins

toutes ses boissons enivrantes on les trouve en vente libre dans tous les super marcher , y compris les boites de nuits , ou les jeunes conducteurs prennent plaisir a se défoncer la gueule avant de reprendre le volant , a l'exception de certains d'entre eux qui se montrent raisonnables  .
Personne ne leur met le couteau sous la gorge pour qu'ils boivent. C'est à eux de faire attention. Et puis ils n'ont pas besoin de ça pour se shooter : il y a l'ectasy, le cannabis ou le shit qui, soit dit en passant, vient souvent du Maroc. Il y a maintenant des dispositifs pour permettre de contrôler cette drogue au sortir des boites.

@Azzedine a écrit: la France est un pays producteur de vin qui  peut rapporter des milliards d'euros  chaque année  , qu'importe la religion dans l'économie du pays , au détriment même de la santé de l'autrui ! ai je tort  credo ??
Oui tu as tort. On ne va pas détruire des vignobles parce qu'il y a des gens qui ne savent pas se tenir . Il y a des centaines de millions de gens sur la planète qui boivent du vin ou autre alccol sans que cela ne leur nuisent. Et notre religion n'interdit pas l'alcool. C'est l'excès qui est nuisible.
Alors n'en boit pas mais ce n'est pas la peine faire tout une histoire à ceux qui en boivent. Pour avoir des perturbations dans le sommeil, des crises d'épilepsie, des AVC (ma chienne en a fait 2 : elle ne buvait pas d'alcool ! laugh ),des hallucinations ou être fou, nul n'est besoin de boire. Ce sont des symptômes également d'autres maladie. Alors pas la peine de faire une fixation sur l'alcool.

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
Quand l'alcool devient-il un problème ?

La plupart du temps, l'abus d'alcool est associé à l'ivresse ou l'alcoolo dépendance. Mais cette attitude caricaturale permet de stigmatiser certains comportements tout en se donnant des excuses pour justifier sa propre consommation. Pourtant, l'alcool devient problématique avant l'ivresse.

La consommation d'alcool en France est en baisse depuis plus de 30 ans (30 % depuis 1970). Malgré cette diminution, la France reste parmi les plus gros consommateurs dans le monde avec en moyenne 15,6 litres d'alcool pur par an et par habitant, soit environ 173 bouteilles de vin ou 1 180 canettes de bière.

Vision réductrice des dangers

L'héritage culturel, la tradition familiale, l'attachement au terroir ou aux réunions "viriles" sont bien souvent appelés en renfort pour justifier une consommation que l'on juge raisonnable. "Ca ne peut pas être mauvais, je ne bois que du bon vin" ou "Je ne bois jamais trop puisque je ne suis pas ivre"... Cette minimisation des dangers rend difficile les messages de prévention, pourtant aujourd'hui la vérité ne souffre d'aucun doute : l'alcool est dangereux même si on n'en ressent pas les effets, même si on n'est pas ivre ou dépendant.

En France, 5 millions de Français sont en difficulté avec l'alcool. Les conséquences sanitaires directes (cancers, maladies cardiovasculaires, cirrhoses, maladies psychiques, etc.) d'une consommation régulière et excessive représentent 23 000 morts par an, contre environ 4 000 liés à des accidents de la route. Pourtant, un sondage réalisé en mai 2002 par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) montrait qu'une majorité de Français méconnaissent encore les dangers d'une consommation excessive d'alcool. Plus de la moitié sous-estiment les seuils de consommation et pensent que l'on meurt davantage d'un accident de la route provoqué par une ivresse que d'une consommation régulière de plus de 4 verres par jour.

Des repères contre une alcoolisation au quotidien

Déjeuners de travail, pots entre amis, dîners en famille... Bien souvent l'alcoolisation se fait au quotidien et le buveur pense être "dans la norme". Il est ainsi important de rappeler les seuils d'une consommation modérée :

   Chez l'homme : 3 verres d'alcool par jour maximum(soit 36 g d'alcool pur) ;
   Chez la femme : 2 verres d'alcool par jour maximum (soit 24 g d'alcool pur) ;
   Femmes enceintes et enfants : consommation zéro.

Que l'on opte pour une flûte de champagne, une chope de bière ou un verre de vin, on consomme à peu près la même quantité d'alcool : 10 g par verre. Ainsi, le repère d'unité d'alcool correspond à un verre.

Plus on dépasse ces limites et plus le risque de complications est important. Du fait des différences physiques de poids, de taille et de composition du tissu graisseux, les femmes sont plus sensibles à l'alcool. Ainsi, pour une même quantité d'alcool absorbée, l'alcoolémie (quantité d'alcool par litre de sang) est plus élevée chez la femme que chez l'homme. Pour un apéritif, un verre de vin ou de bière, l'alcoolémie va atteindre de 0,33 g/l chez une femme et de 0,20 g/l chez un homme de 70 kg.

Le danger, ce n'est pas seulement l'ivresse

Attention, "tenir l'alcool" est une sensation trompeuse. Malgré l'absence d'ivresse, les effets sur le long terme sont bien présents. Et il faut savoir, chez les buveurs réguliers qui ont l'impression de supporter facilement l'alcool, que le risque de dépendance existe. Selon le Baromètre Santé 2000, on a noté que :

   13,3 % de la population masculine (tous âges confondus) auraient, auraient eu, un risque de dépendance vis-à-vis de l'alcool ;
   4,1 % des femmes (tous âges confondus) auraient ou auraient connu, un risque de
dépendance, soit environ trois fois moins que les hommes.

Sur le court terme, l'alcool entraîne l'ivresse, des comportements agressifs (50 % des rixes et des actes de criminalité) et peut favoriser la prise de risque sur la route (un accident mortel sur trois), au travail (10 à 20 % des accidents du travail) mais également lors de relations sexuelles (absence de protection vis-à-vis des infections sexuellement transmissibles).

Sur le long terme, l'appareil digestif, le système cardiovasculaire et le système nerveux et psychique sont touchés. Au total, 23 000 décès sont directement imputables à l'alcool et si l'on y ajoute les cas où il est présent en tant que facteur associé, ce chiffre atteint 45 000. C'est la deuxième cause de mort évitable, alors réagissez !

David Bême

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/alcool/sa_6463_alcool_alcoolisme.htm

Voir le profil de l'utilisateur

14Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 10:22

Tumadir 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Lorsque Jésus, au cours de son dernier repas, l'a consacré à son Père, il a ensuite tenue la coupe de vin en disant : " Buvez-en tous ;car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés. " (Mt 26,26-27). Donc quand nous refaisons ce geste au cours d'une cérémonie religieuse, le vin devient le sang du Christ.
Les enfants participent-ils à cette cérémonie ?

Bizarrement, Jésus n'a pas prévenu les parents du danger que pourrait présenter cette substance aux enfants.

Voir le profil de l'utilisateur

15Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 10:45

Tumadir 


Averti
Averti
Quand les parents exigeaient à la cantine des menus avec...alcool !



Dans les années 1950, l’État s'attaque fortement à l'alcoolisme infantile qui sévit dans les foyers mais aussi dans les écoles! Certains parents s'y opposent...

Retour  en février 1956. Et il y a près de soixante ans en France, l’enjeu n’était pas encore la présence ou non de menus de substitution dans les cantines. Non, à l’époque certains parents exigeaient autre chose pour leurs enfants le midi à l’école:

"Un certain nombre de parents mettent dans le panier de l'enfant la boisson de leur choix et qui est souvent 1/2 litre de vin, ou de cidre, ou de bière suivant la région. J'ai eu vent récemment, dans la région parisienne, d'un petit drame: les parents insistant pour que la boisson soit donnée aux enfants, le discours s'y refusant, les parents ont décidé que les enfants boiraient leur vin avant d'aller à l'école. Les enfants arrivent à l'école rouges, suant et dorment à moitié toute la matinée..."


Cette voix est celle du docteur Suzanne Serin, chef de clinique en hôpital psychiatrique, qui évoque à la radio le problème de l’alcoolisme infantile.
Un problème dont on rigole encore quelques années plus tard, en 1962, dans le formidable film d’Yves Robert, La Guerre des Boutons, dans une scène mémorable :

   "C'est bon la goutte !"

Au-delà des rires, un problème bien réel au point que le gouvernement Mendes France a pris en 1954, un décision radicale afin d’éradiquer la présence de l’alcool à l’école. Direction une école primaire de Boulogne-Billancourt, en mai 1955:

"J'aperçois un jeune homme, véritablement passionné par l'absorption du lait qui lui a été distribué. Il suce sa paille avec ardeur !"

La décision d’offrir du lait à chaque écolier n’avait pas uniquement comme motivation d’aider les éleveurs français, il s’agissait aussi et, peut-être même d'abord, de lutter contre l’alcoolisme infantile, un fléau véritable à une époque où l’on avait encore largement tendance à considérer l’alcool comme un bon moyen de lutter contre les microbes.

En 60 ans, les cantines sont ainsi passées d’un débat de santé publique à un débat politique…

http://www.franceinfo.fr/emission/histoires-d-info/2015-2016/quand-les-parents-voulaient-la-cantine-des-menus-avec-alcool-29-09-2015-04-10

Voir le profil de l'utilisateur

16Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 14:38

Credo 


Averti
Averti
@Tumadir a écrit:l'alcool est dangereux même si on n'en ressent pas les effets, même si on n'est pas ivre ou dépendant.
Oui mais cela dépend toujours des individus. Si tu as déjà une maladie, l'alcool peut te l'aggraver ou si tu suis un traitement, l'alcool peut avoir des conséquences néfastes tout comme il n'en faut pas pour les femmes enceintes ou les enfants. Cela va de soi.

TumadirLes enfants participent-ils à cette cérémonie ?

Bizarrement, Jésus n'a pas prévenu les parents du danger que pourrait présenter cette substance aux enfants.
Je ne sais pas comment cela se passe dans les autres confessions. Donc je vais uniquement parler pour  l'Eglise catholique.
A chaque messe, le prêtre consacre le pain et le vin à Dieu et cela devient le corps et le sang du Christ. Les fidèles ne communient qu'au corps du Christ donc en prenant le pain (sous forme d'hostie). Le prêtre boit la coupe qui cont
ient l'équivalent d'une cuillérée à café de vin.
Le jeudi saint, qui représente la veille de la mort du Christ en croix, est le jour où le Christ a consacré ce pain et ce vin. Ce jour-là, les fidèles peuvent, s'ils le veulent, tremper un bout de leur hostie dans le vin dont le prêtre boira les dernières gouttes. Donc si le parent dit non, l'enfant ne trempera pas son hostie dans le vin, car ce n'est pas une obligation. D'ailleurs la Bible nous dit que les chrétiens étaient assidus à la fraction du pain et c'est ce qui se fait toujours.


Ne pas boire d'alcool te protégera d'un coma éthylique et pour 75% des cas, de la cirrhose d'une foie (déclenchée dans 25% des cas par une hépatite ou certaines maladies rares).

Ne pas boire d'alcool ne te protégera pas du cancer, de maladie cardiaque, de la démence, de l'épilepsie, ou de tout autre maladie.

L'alcool aggravera une maladie existante ou pourra en déclencher une cependant il n'est pas le déclencheur incontournable de toutes les maladies. Et ne pas en boire n'assurera pas la personne de n'avoir jamais aucune maladie sinon tous ceux qui n'en boivent pas n'en n'auraient jamais aucune.

Voir le profil de l'utilisateur

17Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 16:03

Azzedine 


Chevronné
Chevronné
@Credo a écrit:Lorsque Jésus, au cours de son dernier repas, l'a consacré à son Père, il a ensuite tenue la coupe de vin en disant : " Buvez-en tous ;car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés. " (Mt 26,26-27).

s'attendait il ne serait ce qu'un minuscule petit moment que l'alcool affecterait certaines personnes  qui vraisemblablement ne savent se limiter a un seul petit verre credo ? 
ou le savait il déjà ?????

Voir le profil de l'utilisateur

18Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 19:48

Credo 


Averti
Averti
@Azzedine a écrit:s'attendait il ne serait ce qu'un minuscule petit moment que l'alcool affecterait certaines personnes  qui vraisemblablement ne savent se limiter a un seul petit verre credo ? 
ou le savait il déjà ?????
Le vin n'affecte personne s'il est bu raisonnablement c'est pourquoi Jésus buvait du vin, parce qu'il en buvait raisonnablement.
Quant au repas du jeudi saint, le vin devient le sang du Christ. Il n'est alors plus question de vin proprement dit.

Voir le profil de l'utilisateur

19Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 20:05

Tumadir 


Averti
Averti
@Credo a écrit:Le vin n'affecte personne s'il est bu raisonnablement
Comment boire raisonnablement ?

Voir le profil de l'utilisateur

20Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 20:14

vulgate 


Averti
Averti
@Tumadir a écrit:
@Credo a écrit:Le vin n'affecte personne s'il est bu raisonnablement
Comment boire raisonnablement ?
En buvant peu.

Voir le profil de l'utilisateur

21Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 20:18

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Oui mais ce n'est pas comme les autres aliments, on arrêté déjà lorsqu'on est rassasié... avec l'alcool c'est toujours tentant de boire un peu plus surtout dans les circonstances stimulantes.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

22Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 21:02

Tumadir 


Averti
Averti
@vulgate a écrit:
@Tumadir a écrit:
Comment boire raisonnablement ?
En buvant peu.
Combien ?

Voir le profil de l'utilisateur

23Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 21:24

GRIT 


Averti
Averti
@Yassine a écrit:Oui mais ce n'est pas comme les autres aliments, on arrêté déjà lorsqu'on est rassasié... avec l'alcool c'est toujours tentant de boire un peu plus surtout dans les circonstances stimulantes.

R: "LA MAÎTRISE DE SOI" fait partie des qualités que Dieu demande aux vrais chrétiens de pratiquer dans sa vie : (Galates 5: 23) . De ce fait, pour plaire à Dieu chaque chrétien ne se laisse pas aller à la boisson jusqu'à en perdre la raison. Il est modéré en toute chose ! (1Timothée 3: 2, 3, 4) Il doit être un exemple pour la congrégation. (1Pierre 5: 2, 3)
 
Une personne qui étudie la Bible avec les TJ, apprennent que pour être baptisé TJ, elle doit appliquer "les fruits de l'esprit de Dieu" de (
Galates 5: 22, 23) qui devront faire partie de sa vie de Chrétiens.

Chez les TJ, ceux qui retombent dans la boisson d'une façon excessive et dangereuse pour la santé, sont excommuniés
 jusqu'au jour où ils prennent la résolution de redevenir sobres car un vrai chrétien doit garder à tout moment de sa vie sa lucidité afin que ne parle pas en mal de la congrégation.  


Ceux qui vivent dans "le dérèglement" , "les soûleries" et "les orgies" selon
Galates 5: 21
, sont ceux qui pratiquent les "œuvres de la chair" c'est à dire, ceux qui font la volonté de Satan le dieu de ce monde. (1Jean 3: 8, 9, 10)

Et il n'y a pas à tergiverser, IL FAUT OBEIR A DIEU  ET A SA PAROLE !

Voir le profil de l'utilisateur

24Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 21:29

GRIT 


Averti
Averti
@GRIT a écrit:
@Yassine a écrit:Oui mais ce n'est pas comme les autres aliments, on arrêté déjà lorsqu'on est rassasié... avec l'alcool c'est toujours tentant de boire un peu plus surtout dans les circonstances stimulantes.

R: "LA MAÎTRISE DE SOI" fait partie des qualités que Dieu demande aux vrais chrétiens de pratiquer dans sa vie : (Galates 5: 23) . De ce fait, pour plaire à Dieu chaque chrétien ne se laisse pas aller à la boisson jusqu'à en perdre la raison. Il est modéré en toute chose ! (1Timothée 3: 2, 3, 4) Il doit être un exemple pour la congrégation. (1Pierre 5: 2, 3)
 
Une personne qui étudie la Bible avec les TJ, apprend que pour être baptisé TJ, elle doit appliquer "les fruits de l'esprit de Dieu" de (
Galates 5: 22, 23) qui devront faire partie de sa vie de Chrétiens.

Chez les TJ, ceux qui retombent dans la boisson d'une façon excessive et dangereuse pour la santé, sont excommuniés
 jusqu'au jour où ils prennent la résolution de redevenir sobres car un vrai chrétien doit garder à tout moment de sa vie sa lucidité afin que ne parle pas en mal de la congrégation.  


Ceux qui vivent dans "le dérèglement" , "les soûleries" et "les orgies" selon
Galates 5: 21
, sont ceux qui pratiquent les "œuvres de la chair" c'est à dire, ceux qui font la volonté de Satan le dieu de ce monde. (1Jean 3: 8, 9, 10)

Et il n'y a pas à tergiverser, IL FAUT OBEIR A DIEU  ET A SA PAROLE !

Voir le profil de l'utilisateur

25Re: L’éternel débat sur l'alcool le Dim 31 Jan - 21:33

Tumadir 


Averti
Averti

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 10]

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum