Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste
Un  enseignant malotru  a écrit 
SELON LES ÉVANGILES, LA VÉRITÉ C'EST LE CHRIST !

En effet, Jésus affirme : « Je suis le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14, 6). C'est pour cela que les chrétiens ne lisent pas la Bible littéralement. Selon les chrétiens, la Vérité parfaite est le Christ, son être, ses gestes et sa parole.

Toute la Bible, et particulièrement l'Ancien Testament, doivent donc être compris en fonction de Jésus-Christ, le seul qui donne la vérité parfaite de la Parole de Dieu.

De plus, Jésus a parlé en parabole. Il a raconté des fables dont l'intérêt se trouve dans la morale de l'histoire. Son enseignement ne s'attache donc pas aux respects de rituels, de comportements extérieurs, corporels, alimentaires ou vestimentaires, mais à l'obéissance à une morale.
Le visage de Jésus-Christ, tel qu'il a pu être reconstitué par des ingénieurs de la Nasa à partir du Saint Suaire de Turin. Le Christ est la Vérité des chrétiens.

Qui était Jésus-Christ ?

C'est un peu « Monsieur Miracle », puisqu'en trois ans, Jésus réalisa près de cinquante miracles (on ne connaît pas le chiffre précis), tous plus incroyables et spectaculaires les uns que les autres. Ces miracles, qui se sont déroulés il y a deux millénaires, sont racontés dans le Nouveau Testament des chrétiens et sont donc impossibles à vérifier scientifiquement.

L'histoire de Jésus commence il y a 2000 ans. A priori semblable aux autres êtres humains, le jeune Jésus grandit presque normalement à Nazareth, aidant son père, le charpentier du village.


Mais Jésus n'est pas un homme comme les autres. A l'approche de son trentième anniversaire, il affirme à qui veut bien l'entendre être le fils de Dieu envoyé sur terre pour sauver les hommes et il le démontre en réalisant de nombreux miracles.

On retrouve le personnage de Jésus dans chacune des trois grandes religions dites « monothéistes » (celles qui ne croient qu'en un seul Dieu), le judaïsme, le christianisme et l'islam.

Mais toutes ces religions ne croient pas forcément que Jésus est le « fils de Dieu 

Un certain nombre d’intellectuels contemporains affirment que les Evangiles sont une imposture. Selon eux, les disciples auraient tout inventé pour fonder, à leur manière, leur propre religion : Jésus n’aurait pas fait de miracles, ne serait pas ressuscité, il n’aurait pas promis la vie éternelle et, bien sûr, n’aurait jamais dit qu’il était le Messie.

Tacite, un historien latin à cheval sur le premier et le deuxième siècle, affirme dans ses Historiae que « Beaucoup étaient persuadés (...) que de Judée allaient venir les dominateurs du monde ».
Suétone, autre historien latin de la même époque, écrit sensiblement la même chose dans sa Vie de Vespasien.
Flavius Joseph, aussi.

Joseph Wheless écrit dans Forgery In Christianity: "...Les douze saints n'ont jamais existé en chair et en os: leurs répliques ayant été empruntées aux légendes de l'Ancien Testament, ils n'étaient que des  dramatiques  personnages comme en ont crée Shakespeare et tous les dramaturges qui souhaitent donner vie à des personnages à l'intérieur d'une oeuvre de fiction

Toutes ces sources historiques montrent clairement qu’un siècle après la mort du Christ, les juifs attendaient encore la venue du Messie et que ce Messie devait être avant tout un grand chef militaire !

Le peuple juif mettait son honneur national à combattre les moindres hérésies et écarts par rapport à la loi, comme en témoigne Saint Paul, après sa conversion :

« Vous avez certes entendu parler de ma conduite jadis dans le judaïsme, de la persécution effrénée que je menais contre l’Église de Dieu et des ravages que je lui causais, et de mes progrès dans le judaïsme, où je surpassais bien des compatriotes de mon âge, en partisan acharné des traditions de mes pères. » Gal 1, 13-14

Jésus-Christ, qui n’ignorait ni les maximes ni la science des Egyptiens, donna cours à cette opinion ; il la crut propre à son dessein. Considérant combien Moïse s’était rendu célèbre, quoiqu’il n’eût commandé qu’un peuple d’ignorants, il entreprit de bâtir sur ce fondement et se fit suivre par quelques imbéciles auxquels il persuada que le Saint-Esprit était son père, et sa mère une Vierge. Ces bonnes gens, accoutumés à se payer de songes et de rêveries, adoptèrent ces notions et crurent tout ce qu’il voulut, d’autant plus qu’une pareille naissance n’était pas véritablement quelque chose de trop merveilleux pour eux  .

Etre donc né d’une Vierge par l’opération du Saint-Esprit, n’est pas plus extraordinaire ni plus miraculeux que ce que content les tartares de leur Gengis-kan, dont une Vierge fut aussi la mère ; les Chinois disent que le Dieu Foé devait le jour à une Vierge rendu féconde par les rayons du Soleil.

Or, comme on a de peine à se résoudre de passer d’une loi à une autre et comme la plupart des esprits sont difficiles à ébranler en matière de religion, Jésus-Christ, à l’imitation des autres novateurs, eut recours aux miracles qui ont toujours été l’écueil des ignorants et l’asile des ambitieux adroits.

Par ce moyen, le Christianisme étant fondé, Jésus-Christ songea habilement à profiter des erreurs de la politique de Moïse et à rendre la Nouvelle Loi éternelle ; entreprise qui lui réussit au-delà, peut-être, de ses espérances.    
On prétend néanmoins qu’une religion établie sur des fondements si faibles, est divine et surnaturelle, comme si on ne savait pas qu’il n’y a point de gens plus propres à donner cours aux plus absurdes opinions que les femmes et les sots ; Il n’est donc pas merveilleux que Jésus-Christ n’eût pas de savant  

Quant à la morale de Jésus-Christ, on n’y voit rien de divin qui la doive faire préférer aux écrits des anciens, ou plutôt tout ce qu’on y voit en est tiré ou imité. Saint Augustin   avoue qu’il a trouvé dans quelques-uns de leurs récits tout le commencement de l’Evangile selon Jean

Le christianisme fut mis au point en ressassant les vieux symboles solaires, l'allégorie des écoles de mystère et le symbolisme lié au culte serpentin, tous réactualisés dans un contexte historique pour que les personnages prennent vie dans l'imaginaire populaire. Le haut clergé et les initiés connaissaient et connaissent toujours le véritable sens du récit mais ils continuent de prétendre qu'ils s'agit d'une histoire vraie et ceux qui ne la croient pas ont droit a l'enfer et à la damnation.

En dehors de l'Ancien Testament, il n'existe aucune preuve de l'existence de Jésus. On trouve son nom dans un ouvrage de l'historien juif Flavius Josèphe mais il fut, de toute évidence, plaqué là par le clergé dans une tentative désespérée d'établir un recoupement avec son gagne-pain. Plus de 40 scribes ont rédigé la chronique de la Palestine à l'époque ou Jésus aurait prétendument vécu et aucun ne parle de lui. Le philosophe Phillon vécut à l'époque que l'on associe à Jésus et il écrivit une histoire des judéens qui intègre cette époque. Il habitait en périphérie de Jérusalem au moment ou jésus naquit prétendument d'une vierge, fit une entré triomphante à dos d'âne dans Jérusalem, fut crucifié et revint d'entre les morts.

A la même époque, le roi Hérode est censé avoir fait égorger tous les enfants mâles dans l'intention d'éliminer le sauveur. et que nous dit Philon de pareils événements?
Pas un traître mot. Les archives romaines ne sont pas plus loquaces.

Aucun auteur contemporain ne fait état de la vie de Jesus. J'y vois une explication fort simple. ces événements ne sont jamais survenus car Jésus n'a jamais existé.

Né d'une vierge
Les mères de tant de héros ont été engrossées par des créatures inhumaines et non par l'union à leurs époux que cette idée n'es pas propre à Marie et à Jésus. Albert Pike, un agent des illuminati aux Etats Unis, écrivit dans The Morals And Fogma Of Scottish Rite Freemasonry au sujet des mythes égyptiens sur lesquels les principes chrétiens sont fondés:"
A l'époque du solstice d'hiver, la Vierge se levait (avec le Soleil) et le le Soleil (symbolisé par Horus) se trouvait en son sein...

La Vierge étais Isis (la mère vierge de Horus) et on la représentait dans son temple portant un enfant dans ses bras; sa représentation, s'accompagnait de l'inscription suivante:Je suis tout ce qui est, qui fut et qui sera, et le fruit que j'ai produit au Soleil".

L'écrivain Gerald Massey révèle que les murs du sait des saints du temple de Louxor sont décoré de scènes qui servirent plus tard dans le cadre à l'histoire de Jésus. On voit, par exemple, le dieu That, l'annonciateur, prévenir la vierge qu'elle donnera naissance à un fils. Une autre scène montre le dieu Knept qui féconde la vierge avec l'Esprit saint, donnant ainsi corps à l'immaculée conception. On aperçoit ensuite l'enfant assis sur un trône qui reçoit les cadeaux de trois esprits (les rois mages du christianisme) et on l'adore comme l'incarnation du dieu Soleil. Massey nous dit que même le détail de la mangeoire provient de l'ancienne Egypte.
La bible nous dit qu'une étoile indiqua le lieu de la naissante de Jésus. La même histoire courait en Egypte à propos de Sirius, la plus brillante des étoiles que l'on peut apercevoir de la Terre. Les égyptiens disaient que la levée des trois étoiles de la ceinture d'Orion  (Les trois rois ou mages?) marquait l'arrivée de Sothis ou Sirius, l'étoile de Osiri et Horus. Les mages étaient des adorateurs du Soleil.  
Les paroles attribuées à Jésus sont celles de divinités et de sauveurs antérieurs. Horus a livré un sermon sur la montagne, selon la mythologie égyptienne, et les paroles de Jésus sont simplement repiquées à partir d'anciens textes, notamment le livre d'Enoch, et incorporées à la narration. Plusieurs des paraboles attribuées à Jésus sont empruntées au bouddhisme et au jaïnisme. La prière au Seigneur adressées à Osiris, avant quoi il s'était agi d'une prière à la déesse qui distribuait le pain et faisait pousser les céréales.

Joseph Wheless écrit dans Forgery In Christianity: "...Les douze saints n'ont jamais existé en chair et en os: leurs répliques ayant été empruntées aux légendes de l'Ancien Testament, ils n'étaient que des  dramatiques  personnages comme en ont crée Shakespeare et tous les dramaturges qui souhaitent donner vie à des personnages à l'intérieur d'une oeuvre de fiction

Jésus n'était qu'un pratiquant lambda de sorcellerie qu'il a appris en inde, un escroc comme il y en a tant qui fleurissent chaque jour de l'arbre du mensonge.

Regardez autour de vous et constatez aujourd'hui le reigne total de la loi satanique de dieu: ceux qui ne le constatent pas et/ou ne le veulent pas vont contre dieu et donc subissent tous les malheurs qu'on connait, alors que ceux qui servent le serpent sont heureux, puissants, beaux, aimés... et IMMORTELS  

Cependant, en 1988, la datation du Linceul au Carbone 14 vient contredire l’ensemble des recherches effectuées jusqu’alors…
Des scientifiques cherchent à déterminer l’âge de ce Linceul. Ils prélèvent un petit échantillon sur le côté et le soumettent à la datation au Carbone 14 et ils donnent leur verdict en conférence de presse : l’origine du Linceul est située entre 1260 et 1390.

Malgré toutes les recherches antérieures, le Linceul serait un faux du Moyen-âge, fabriqué par un génie ! Ce résultat a fait les gros titres des journaux du monde entier.

A suivre

Voir le profil de l'utilisateur

Gilbert_gmg 


Enthousiaste
Enthousiaste
Je crois que ce développement lasse d'autres que moi aussi !
Car .... "tout ça pour ça" !!??

Puisque, au final, c'est LE CORAN que vous faites mentir !!!




Alors, puisque vous êtes si perspicace:  selon vous que signifie  que Jésus est " Verbe de Dieu"  -et "Le Messie"  comme le mentionne Le Coran si ce n'est apporter La Vérité !?

Le Verbe de Dieu pourrait-Il mentir ou tromper !?
Le Messie revêt quel sens pour vous :  je serais bien curieux de vous entendre ....

???

Voir le profil de l'utilisateur

Gilbert_gmg 


Enthousiaste
Enthousiaste
Aveuglement quand tu nous tiens !!!!!!!



divilish

Voir le profil de l'utilisateur

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste
Gilbert_gmg alias Vulgate  a écrit
Aveuglement quand tu nous tiens !!!!!!!

Gouffre de l'ignorance ; tu es hors sujet il n'y a aucune idée de croyance ici ; juste des raisonnements et des faits .... Rien avoir avec la religion chrétienne dogmatique et superstitieuse de nature .... Sauf que toi tu te sens plus libre de penser que ton idéologie est supérieur car elle ne prône rien, elle s'affirme juste dans le combat des religions

Franck Ferrand Auteur du Film Derniers jours de Jésus explique :

À cette occasion, je me suis rendu compte à quel point l'existence de cet homme, de sa naissance à sa résurrection, n'est que mystères, controverses et peut-être même dissimulations

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Gilbert_gmg n'est pas Vulgate, si ça aurait été le cas je l'aurais signalé. En tant qu'admin je peux connaître leur IP, leur FAI et même leur ville d'où ils se connectent.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste
Au  post N° 03  tu as précis que ; 
C'est Vulgate connecté depuis son Livebox,

Alors j’avais repris cette note


 

 

Voir le profil de l'utilisateur

Gilbert_gmg 


Enthousiaste
Enthousiaste
Saladin a écrit:
Au  post N° 03  tu as précis que ; 
C'est Vulgate connecté depuis son Livebox,

Alors j’avais repris cette note

 

Confusion lourde de sens !
Qui vient confirmer ce que j'ai appelé "aveuglement" ou, dit autrement, manque de discernement !

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Saladin a écrit:Au post N° 03 tu as précis que ;
C'est Vulgate connecté depuis son Livebox,

Alors j’avais repris cette note
Je parlais de "Koufra" qui a ouvert le sujet.

http://www.forumreligion.com/t4891-koufra-se-presente#160982

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste
Arrestation de Jésus
Comme il parlait encore, voici Judas, l’un des Douze, et avec lui une bande nombreuse armée de glaives et de bâtons, envoyée par les grands prêtres et les anciens du peuple. 48  Or le traître leur avait donné ce signe : « Celui à qui je donnerai un baiser, c’est lui ; arrêtez-le. » 49  Et aussitôt il s’approcha de Jésus en disant : « Salut, Rabbi », et il lui donna un baiser.  

Mais Jésus lui dit : « Ami, fais ta besogne. » Alors, s’avançant, ils mirent la main sur Jésus et l’arrêtèrent.

Et voilà qu’un des compagnons de Jésus, portant la main à son glaive, le dégaina, frappa le serviteur du Grand Prêtre et lui enleva l’oreille.
Alors Jésus lui dit : « Rengaine ton glaive ; car tous ceux qui prennent le glaive périront par le glaive.

Penses-tu donc que je ne puisse faire appel à mon Père, qui me fournirait sur-le-champ plus de douze légions d’anges ?

Comment alors s’accompliraient les Ecritures d’après lesquelles il doit en être ainsi ?  »

A ce moment-là Jésus dit aux foules : « Suis-je un brigand, que vous vous soyez mis en campagne avec des glaives et des bâtons pour me saisir ? Chaque jour j’étais assis dans le Temple, à enseigner, et vous ne m’avez pas arrêté. »

Or tout ceci advint pour que s’accomplissent les Ecritures des prophètes. Alors les disciples l’abandonnèrent tous et prirent la fuite.   Matthieu XXVI 47-56

La séance du Sanhédrin devant lequel Jésus comparaît après son arrestation s’achève dans Marc et dans Matthieu par une condamnation à mort. Le grand prêtre constate que Jésus a blasphémé. Une délibération a lieu où le grand prêtre demande l’avis du conseil, lequel répond en déclarant (à l’unanimité dans Marc) que Jésus mérite la mort (Marc 14,64, par. Matthieu 26,66).

Mais Jésus ne disait pas qu'en tant qu'homme il se prenait pour Dieu, il disait qu'il était Dieu fait homme, c'est-à-dire qu'il était le Messie annoncé par les prophètes

"Le souverain sacrificateur l'interrogea de nouveau et lui dit : es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ? Jésus répondit : je le suis. Et vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu et venant sur les nuées du ciel.

Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements et dit : qu'avons-nous encore besoin de témoins ?
Vous avez entendu le blasphème ?
Que vous en semble ?
Tous le condamnèrent comme méritant la mort." (Marc ch. 14 v. 61-64).

D’après Marc (14, 65) et Matthieu (26, 67-68) l’épisode de la séance du Sanhédrin se prolonge par une scène d’outrages.  

Marc écrit : «Et certains commencèrent à cracher sur lui.».

Ceux dont il est ici question ne peuvent être que certains membres du grand Sanhédrin qui vient de juger Jésus. Ils sont seulement secondés par des « valets » opportunément sortis de l’ombre.

Etant placés sous juridiction romaine, les Juifs n'avaient pas le pouvoir de le mettre à mort. C'est pourquoi ils allèrent trouver Ponce Pilate, procurateur romain. Mais Pilate vit le caractère non politique et inoffensif des propos de Jésus et le déclara innocent. Il voulut le libérer.

Alors les chefs religieux firent pression sur lui, en le menaçant d'en référer à César et en demandant que soit relâché à sa place un autre condamné. Ils obtinrent ainsi la crucifixion du Christ.

Jésus livré par Pilate aux Juifs :
Pilate ne cherchait pas la Vérité. La peur que lui firent les Juifs   le poussa à une nouvelle lâcheté.  Ils crièrent : « Que son sang soit sur nous et sur nos enfants !

Pilate dit encore aux ennemis de Jésus : « Voilà votre roi » – « Crucifiez-le ! » répondirent-ils. – « Dois-je crucifier votre roi ? » dit encore Pilate. « Nous n'avons pas d'autre roi que César », crièrent les Princes des Prêtres.

Pilate ne dit plus rien et commença à prononcer le jugement. La Sainte Mère qui s'était retirée après la flagellation, se jeta de nouveau dans la foule pour entendre la sentence de mort de son fils et de son Dieu.

La Mère de Jésus tomba sans connaissance à ces mots, comme si la vie l'eût abandonnée ; maintenant il n'y avait plus de doute, la mort de son fils bien-aimé était certaine, la mort la plus cruelle et la plus ignominieuse.
Pilate écrivit le jugement sur son tribunal :

«Forcé par les Prêtres, le Sanhédrin et le peuple près de se soulever, qui demandaient la mort de Jésus de Nazareth, comme coupable d'avoir troublé la paix publique, blasphémé et violé leur loi, je le leur ai livré pour être crucifié, quoique leurs inculpations ne me parussent pas claires, afin de n'être pas accusé devant l'empereur d'avoir favorisé l'insurrection et mécontenté les Juifs par un déni de justice». (Extrait des Révélations de la Bienheureuse Mystique Anne-Catherine Emmerich.

Luc ajoute quelque chose d’essentiel h la version de Marc : Jésus est livré par Pilate à la foule juive et à ses chefs.
Ce sont les mêmes qui emmènent Jésus au Calvaire, réquisitionnent Simon de Cyrène et crucifient Jésus. 

Pour Jean. Pilate est censé dialoguer avec la foule juive massée à l’extérieur du palais. Pour finir, il se rend à leur dernier argument : « Si tu le relâches, tu n’es pas un ami de César » (19,12). « Alors donc, continue le texte, il le leur livra pour être crucifié » (19,16a). Jésus est donc livré par Pilate aux Juifs pour être crucifié. Continuons : « Ils prirent donc Jésus et portant la croix, il sortit vers le lieu dit du Crâne... où ils le crucifièrent ». Jusqu’à présent, il ne fait aucun doute que ce sont les Juifs qui ont crucifié Jésus.  

Les chefs juifs  avaient tout intérêt à  exciter la foule, comme le rapportent les évangiles : cela n’aurait pas été du goût de Pilate et aurait porté tort à l’entreprise des accusateurs. Les appels au meurtre qu’elles contiennent sont, au plus probable, une mise en scène de l’accusation traditionnelle dont témoignent Paul et les Actes : les Juifs sont responsables de la mort de Jésus.

«Son sang sur nous»
Matthieu insère dans le récit du procès un épisode inédit (27, 24-25).  .
Après s’être lavé les mains, Pilate déclare : « Je suis innocent     du sang de cet homme ». Pilate refuse de s’engager davantage. Il laisse par contre à ses interlocuteurs le loisir de prendre leurs responsabilités. C’est ce qu’ils vont faire sur le champ.
Mais d’abord, de qui s’agit-il ? Matthieu ne parle plus ici de la « foule » ou des « foules ». À propos de la clameur réclamant la crucifixion de Jésus. Maintenant c’est « tout le peuple ». C’est la nation israélite qui s’engage et qui déclare : «Son sang est  sur nous et sur nos enfants ! »

Ainsi en va-t-il de la déclaration de « tout le peuple » à Pilate : «Son sang  est) sur nous et sur nos enfants». Par cette parole «tout le peuple a assume la responsabilité de l’exécution de Jésus qu’il réclame. Mais on a remarqué que ce peuple engage aussi ses enfants. 

Si l’on remarque qu’ici c’est « tout le peuple » qui s’exprime et la nation qui s’implique, engageant sa postérité sans autre précision dans la responsabilité de la crucifixion de Jésus qu’il a réclamée.

Les apôtres abandonnent Jésus :
Jésus avertit : Celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n'est pas digne de moi. Matt 10.38

Ainsi les disciples de Jésus-Christ, tout misérables qu’ils étaient à sa suite, et tous mourant de faim (comme on le voit par la nécessité où ils furent un jour, avec leur conducteur, d’arracher des Epis dans les Champs pour se nourrir) les disciples de Jésus-Christ, ne commencèrent à se décourager que lorsqu’ils virent leur maître entre les mains des bourreaux et hors d’état de leur donner les biens la puissance et la grandeur qu’il leur avait fait espérer.
Alors tous les disciples l'abandonnèrent, et prirent la fuite. Matt 26.56

Le peuple abandonne Jésus :
Jésus a réalisé un discours très important sur la montagne devant une foule considérable qui était "frappée de sa doctrine" Matthieu 7.28

Jésus chasse les démons "Et la foule étonnée disait: Jamais pareille chose ne s’est vue en Israël". Matthieu 9.33
Jésus guérit devant une immense foule "des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d’autres malades". Toute la foule était en admiration et glorifiait Dieu. Matt 15.31
Lorsqu'il entra dans Jérusalem, toute la ville fut émue, et l'on disait: Qui est celui-ci ? La foule répondait: C'est Jésus, le prophète, de Nazareth en Galilée.   Apres l'arrestation de Jésus, la foule demande à le crucifier :
"A chaque fête, le gouverneur avait coutume de relâcher un prisonnier, celui que demandait la foule. Ils avaient alors un prisonnier fameux, nommé Barabbas. Comme ils étaient assemblés, Pilate leur dit: Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas, ou Jésus, qu'on appelle Christ? Ils répondirent : Barabbas. Pilate leur dit: Que ferai-je donc de Jésus, qu'on appelle Christ? Tous répondirent: Qu'il soit crucifié!" Matthieu 27.22

Dieu abandonne Jésus :
Jésus pria, disant: Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. Luc 22.42
A trois heures, Jésus poussa un grand cri et dit:
–Eloï ! Eloï ! lamma sabachtani ! C’est-à-dire : « Mon Dieu! Mon Dieu! Pourquoi m'as-tu abandonné! » ? Matt 27.46.

Après la mort de Jésus, ses disciples se sont cachés à Jérusalem et aux alentours, d’autres se sont dispersés en Palestine. Après sa mort, ses disciples, au désespoir de se voir frustrés de leurs espérances, firent  . Bannis de tous les lieux et poursuivis par les Juifs qui les voulaient traiter comme leur maître, ils se répandirent dans les contrées voisines, où, sur le rapport de quelques femmes, ils débitèrent sa résurrection, sa filiation divine et le reste des fables dont les Evangiles sont si remplis.

Ces disciples, à force de prestiges et de mensonges, procurèrent à leur maître l’honneur de passer pour un Dieu, honneur auquel Jésus, de son vivant, n’avait pu parvenir. Son sort ne fut pas meilleur que celui d’Homère, ni même si honorable, puisque six des villes qui avaient chassé et méprisé ce dernier pendant sa vie, se firent la guerre pour savoir à qui resterait l’honneur de lui avoir donné le jour.

Conclusion :
Cette succession d'abandons ressemble plus à une pièce de théâtre dramatique qu'à la réalité. Jésus prend le soin de choisir 12 disciples et les formes intensément durant 3 années. La foule qui glorifiait Jésus change radicalement en quelques versets et crie pour sa mort.

Jésus Christ fut supplicié et mourut la veille de la fête de la Pâques, c'est-à-dire un vendredi. Il avait 33 ans environ. C'était vers l'an 29-30 de notre ère. Il fut mis dans un tombeau juif avant que ne commence la fête. Un tombeau juif est une grotte que l'on ferme par une énorme pierre ronde que l'on fait rouler devant son entrée.

Cependant, le matin du dimanche, son corps avait disparu. La Bible dit qu'il est ressuscité et qu'il a vécu encore 40 jours avec ses disciples avant de monter au ciel. Jésus avait annoncé comment il mourrait et avait prévenu de sa résurrection. Il disait que sa mort était volontaire de sa part et qu'elle servait à sauver l'humanité

Voici en résumé, et sans dissimuler les zones d’ombre, le résultat qu’il semble possible d’obtenir touchant le procès de Jésus dans l’histoire. Jésus a été arrêté à l’initiative des  grands prêtres, de Jérusalem, avec à sa tête Caïphe, le grand prêtre en exercice. La troupe qui a effectué l’opération était composée uniquement d’une milice juive aux ordres de ces autorités.

Pourquoi Jésus a-t-il été arrêté ? Certains auteurs pensent que la manifestation, chez Jésus, d’un projet de caractère messianique avait alerté Caïphe et son entourage, au demeurant dans les meilleurs termes avec le pouvoir romain représenté par Pilate. La crainte d’un soulèvement aurait déterminé le pouvoir juif à arrêter Jésus.

D’autres auteurs pensent aux paroles de Jésus annonçant la fin du Temple et qu’aurait illustrées le geste spectaculaire des vendeurs chassés de l’esplanade du sanctuaire. Propos dangereux, car impopulaires et nécessairement politiques (ils s’en prenaient au centre religieux de la nation), donc susceptibles d’engendrer des troubles, sans compter qu’ils contestaient aux desservants leur pouvoir et la source de leur revenus.

Au sens large, il y a eu un procès juif, mais également un procès romain. Le récit de la séance du Sanhédrin telle qu’elle est rapportée  est  historique et sans équivoque. Mais aussi que cela reste un crime pour lequel les juges seront jugés et châtiés. Il  y aura eu de séance informelle et nocturne, du Sanhédrin. 

On peut juger par tout ce qu’a été di,  que le christianisme n’est qu’une imposture grossièrement tissue, et un mixage religieux.
"Le christianisme nous a frustrés de la moisson de la culture antique, et plus tard, il nous a encore frustrés de celle de la culture islamique.  Nieztsche :


 

Voir le profil de l'utilisateur

BINJILC 


Récurrent
Récurrent
que dire du coran ?

http://biblecoran.org

Voir le profil de l'utilisateur http://biblecoran.org

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste
Désobligeant ?
Inteligent ?

Bon, lui ne s’en prive pas mais puisque nous n’avons pas le même Dieu (à l’évidence), on ne va pas l’imiter, parce que la boue, cela ne se partage pas..

Voir le profil de l'utilisateur

BINJILC 


Récurrent
Récurrent
On se demande si tu prends la peine de réfléchir dans une lecture plus que sommaire et sans approfondissement spirituel avec un texte qui ne se lit pas simplement comme on lit tintin et milou

Voir le profil de l'utilisateur http://biblecoran.org

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste
Et bénissons ce frère qui sait si bien nous parler sans ambages en prêchant en français courant



 

Voir le profil de l'utilisateur

BINJILC 


Récurrent
Récurrent
Mohammed était un vrai illettré, non ?

Voir le profil de l'utilisateur http://biblecoran.org

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste
 BINJILC 
Mohammed était un vrai illettré, non ?

Muhammad le Sceau des Prophètes était illettré mais il était devenu Universel.

« C'est un homme à la propriété manifeste, au visage éclatant et au beau caractère. Il n'est pas gros et sa tête n'est pas petite.

C'est quelqu'un d'agréable à regarder, d'élégant, ayant des yeux noirs, des paupières bien fournies, une voix rauque, un long cou, des yeux d'un beau noir ressortissant dans le blanc, des sourcils fins, longs et encornés, des cheveux très noirs.

Il est vénérable quand il se tait et splendide quand il parle. Vu de loin, c'est le plus beau et le plus splendide des hommes, et, de près, le plus affectueux et le plus gentil d'entre eux.

MONTESQIEU
Il n'y a rien de si merveilleux que la naissance de Mahomet. Dieu, qui par les décrets de sa providence avait résolu dès le commencement d'envoyer aux hommes ce grand prophète pour enchaîner Satan

Il vint au monde circoncis, et la joie parut sur son visage dès sa naissance; la terre trembla trois fois, comme si elle eût enfanté elle-même; toutes les idoles se prosternèrent; les trônes des rois furent renversés; Lucifer fut jeté au fond de la mer;    

John William Draper
Quatre ans après la mort de Justinien, en 569 après JC, naissait à la Mecque, en Arabie, l'homme qui, parmi tous les hommes, allait exercer la plus grande influence sur la race humaine...Muhammad

Michael H. Hart
Certains lecteurs seront peut-être étonnés de me voir placer  Muhammad en tête des personnalités ayant exercé le plus d’influence en ce monde, et d’autres contesteront probablement mon choix. Cependant, Muhammad  est le seul homme au monde qui ait réussi par excellence sur les plans: religieux et séculier.

Jules Barthélemy-Saint-Hilaire
Muhammad a été le plus intelligent, le plus religieux, le plus clément des Arabes de son temps. Il n'a dû son empire qu'à sa supériorité. La religion prêchée par lui a été un immense bienfait pour les races qui l'ont adoptée, et que cette religion, toute inférieure qu'elle est au christianisme, mérite beaucoup plus d'estime qu'on ne lui en accorde généralement.

Voltaire
Avez-vous oublié que ce poète était astronome, et qu’il réforma le calendrier des Arabes ?

Quelles que soient du reste nos opinions religieuses,  Muhammad doit être considéré comme un homme supérieur à son siècle et à ses compatriotes, et digne, par son génie, ses lumières, son audace, de fixer l'admiration de la postérité.


Voir le profil de l'utilisateur

BINJILC 


Récurrent
Récurrent
Vous faite de Mohammed un vrai tableau idyllique  !

Le coran en dit moins pourtant et le démontre et le dépeint avec une autre face

Voir le profil de l'utilisateur http://biblecoran.org

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste

BINJILC Vous faite de Mohammed un vrai tableau idyllique  !

Le coran en dit moins pourtant et le démontre et le dépeint avec une autre face



Tu peux me rapporter ou le Coran en dit moins ?  

Voir le profil de l'utilisateur

SAEL 


Passionné
Passionné
BINJILC a écrit:
Vous faite de Mohammed un vrai tableau idyllique  !

Le coran en dit moins pourtant et le démontre et le dépeint avec une autre face



SAEL a écrit a écrit:
" Et tu es certes, d'une moralité éminente " (Saint Coran 68:4)

Et cette description ne vient pas de BINJILC qui n'a pas une idée précise sur ce que peut signifier le mot piété.

Voir le profil de l'utilisateur

SAEL 


Passionné
Passionné
Le Coran ne le dépeint pas avec une autre face, mais, catégoriquement, il évite de le faire pour que les musulmans n'empruntent pas le même chemin que les chrétiens qui n'avaient pas trouvé mieux que de considérer un homme comme un Dieu ou un fils de Dieu.

Voir le profil de l'utilisateur

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste
Accusations juives  

Il est fort intéressant de noter que la tradition d'adultère attachée à Marie se retrouve dans certains textes apocryphes chrétiens. Ces passages témoignent que cette tradition émergea a priori autour du début du IIe siècle et qu'elle se répandit considérablement au point d'être mentionnée dans des textes chrétiens. Il va sans dire que ces derniers s'inscrivent en faux quant à la véracité de cette accusation. Cependant, le seul fait qu'ils la mentionnent témoigne de sa ténacité et de son importance.

Dans cette optique, on peut lire dans L'Evangile de Thomas 105 : Jésus a dit : « Celui qui connaît son père et sa mère, on l'appellera fils d'une prostituée ». On trouve également une mention de ce type en Actes de Pilate II, 3 :

Les Anciens des juifs répliquèrent à Jésus : « Et que verrons-nous ? D'abord que tu es né de relations coupables. Puis, que ta naissance à Bethléem a provoqué un massacre d'enfants. Enfin, que ton père Joseph et Marie ta mère ont dû fuir en Egypte, tant ils étaient gênés devant le peuple. »

On peut donc reconnaître que cette imputation d'adultère fut émise en milieu juif, certainement transmise en milieu païen et également consignée dans des textes apocryphes chrétiens. C'est donc vraisemblablement d'une longue tradition dont il s'agit.

Le Toldoth Yéshu ou le « contre Evangile » juif sur Jésus

Marie dans le Coran
Marie est élue "au-dessus des femmes de ce monde" ;

- Le doute quant à l'accusation d'adultère est levé sans la moindre ambiguïté par le miracle du bébé Jésus  qui innocente sa mère ;

- Dieu a recommandé à Jésus (as) la bonté envers sa mère ;

- La relation qu'il entretien avec sa mère est remplie d'amour et de joie ;

- Son nom apparaît 34 fois + 1 fois (titre d'une sourate) soit bien plus que dans le livre saint des chrétiens.

N'est-ce pas étrange que le "Coran" ait rendu bien plus de gloire à Marie  que ne l'a fait le "Holy Ghost" des chrétiens dans la Bible ?

Est-ce réellement le Saint-Esprit qui a inspiré la Bible ?

Ne serait-ce pas plutôt un "mal"-Saint-Esprit


 

Voir le profil de l'utilisateur

GRIT 


Averti
Averti
@Salâh Ed-Dîn a écrit:
Accusations juives  

Il est fort intéressant de noter que la tradition d'adultère attachée à Marie se retrouve dans certains textes apocryphes chrétiens. Ces passages témoignent que cette tradition émergea a priori autour du début du IIe siècle et qu'elle se répandit considérablement au point d'être mentionnée dans des textes chrétiens. Il va sans dire que ces derniers s'inscrivent en faux quant à la véracité de cette accusation. Cependant, le seul fait qu'ils la mentionnent témoigne de sa ténacité et de son importance.

Dans cette optique, on peut lire dans L'Evangile de Thomas 105 : Jésus a dit : « Celui qui connaît son père et sa mère, on l'appellera fils d'une prostituée ». On trouve également une mention de ce type en Actes de Pilate II, 3 :
Dans les Evangiles INSPIRES DE DIEU, dans la Bible , l'évangile de Thomas 105 n'existe pas , tout comme Actes de Pilate II, 3 qui sont des livres apocryphes qui racontent des mensonges ILS SONT INSPIRES PAR LE DIABLE ! (2Corinthiens 11: 13 à 15)   (2Chorinthiens 4: 3, 4)


Les Anciens des juifs répliquèrent à Jésus : « Et que verrons-nous ? D'abord que tu es né de relations coupables. Puis, que ta naissance à Bethléem a provoqué un massacre d'enfants. Enfin, que ton père Joseph et Marie ta mère ont dû fuir en Egypte, tant ils étaient gênés devant le peuple. »

On peut donc reconnaître que cette imputation d'adultère fut émise en milieu juif, certainement transmise en milieu païen et également consignée dans des textes apocryphes chrétiens. C'est donc vraisemblablement d'une longue tradition dont il s'agit.

Le Toldoth Yéshu ou le « contre Evangile » juif sur Jésus

Marie dans le Coran
Marie est élue "au-dessus des femmes de ce monde" ;

- Le doute quant à l'accusation d'adultère est levé sans la moindre ambiguïté par le miracle du bébé Jésus  qui innocente sa mère ;
Quand on lit la Bible inspirée du Vrai Dieu, on n'a pas besoin du coran pour savoir que Marie était pure quand Dieu la choisi pour en faire la mère de Jésus par un miracle de sa part, et encore moins du témoignage de Jésus bébé, qui était un bébé normal, bien que parfait ! Il suffit de lire Matthieu chapitres 1 et 2 ; Luc chapitres 1 et 2 (que le coran reprend en partie)


- Dieu a recommandé à Jésus (as) la bonté envers sa mère ;
Dieu n'a rien recommandé à Jésus !  Il est né parfait et le mal n'était pas en lui !  toutes ses actions étaient pleines d'amour , non seulement pour ses parents et ses frères et soeurs mais aussi pour tous les humains !
Il suffit de lire sa vie dans les Evangiles INSPIRES PAR DIEU, pour le comprendre !  2Pierre 1: 16 à 21

- La relation qu'il entretien avec sa mère est remplie d'amour et de joie ;

- Son nom apparaît 34 fois + 1 fois (titre d'une sourate) soit bien plus que dans le livre saint des chrétiens.
Dans la Bible inspirée du Vrai Dieu, Marie est une femme pieuse soumise à Jéhovah , c'est pourquoi elle a accepté de devenir le "moyen" par lequel Dieu a choisi pour que le Messie promis par les prophètes puisse prendre chair sur la terre = Luc 1: 26 à 38
Ce n'est pa le nombre de fois que son nom est cité qui fait son importance, mais son mode de vie de femme croyante qui avait foi dans le Dieu de ses ancêtres = JEHOVAH

N'est-ce pas étrange que le "Coran" ait rendu bien plus de gloire à Marie  que ne l'a fait le "Holy Ghost" des chrétiens dans la Bible ?
LE SEUL QUI DOIT RECEVOIR LA GLOIRE ET L'ADORATION EST LE SEUL VRAI DIEU JEHOVAH , LE CREATEUR DE L'HOMME ET DE LA FEMME!  PERSONNE NE PEUT ÊTRE AU DESSUS DE LUI!  (Même Jésus = 1 Corinthiens 15: 27, 28)

Est-ce réellement le Saint-Esprit qui a inspiré la Bible ?
C'est ce que JESUS AFFIRME en Jean 17: 17 "Ta Parole est VERITE" !
Si elle est Vérité , c'est qu'elle est bien inspirée par l'esprit saint de Dieu comme le dit 2Pierre 1: 21

De plus, elle est INFASIFIABLE = Esaïe 40: 8

Jéhovah-Dieu est LE TOUT-PUISSANT ; IL est plus puissant que Satan, et tous ses ennemis humains qui veulent réduire à néant "Sa Parole Ecrite" par toutes sortes de mensonges, IL EST CAPABLE DE PROTEGER SA PAROLE LA BIBLE.
Et quoique les hommes fassent contre elle , sa Parole durera ETERNELLEMENT !

Devenez raisonnables , et croyez ce que dit réellement la Bible et Dieu vous ouvrira le coeur et l'esprit pour comprendre

Amicalement !!




Ne serait-ce pas plutôt un "mal"-Saint-Esprit

 

Voir le profil de l'utilisateur

Salâh Ed-Dîn 


Enthousiaste
Enthousiaste
@GRIT a écrit:
@Salâh Ed-Dîn a écrit:
Accusations juives  

Il est fort intéressant de noter que la tradition d'adultère attachée à Marie se retrouve dans certains textes apocryphes chrétiens. Ces passages témoignent que cette tradition émergea a priori autour du début du IIe siècle et qu'elle se répandit considérablement au point d'être mentionnée dans des textes chrétiens. Il va sans dire que ces derniers s'inscrivent en faux quant à la véracité de cette accusation. Cependant, le seul fait qu'ils la mentionnent témoigne de sa ténacité et de son importance.

Dans cette optique, on peut lire dans L'Evangile de Thomas 105 : Jésus a dit : « Celui qui connaît son père et sa mère, on l'appellera fils d'une prostituée ». On trouve également une mention de ce type en Actes de Pilate II, 3 :



Les Anciens des juifs répliquèrent à Jésus : « Et que verrons-nous ? D'abord que tu es né de relations coupables. Puis, que ta naissance à Bethléem a provoqué un massacre d'enfants. Enfin, que ton père Joseph et Marie ta mère ont dû fuir en Egypte, tant ils étaient gênés devant le peuple. »

On peut donc reconnaître que cette imputation d'adultère fut émise en milieu juif, certainement transmise en milieu païen et également consignée dans des textes apocryphes chrétiens. C'est donc vraisemblablement d'une longue tradition dont il s'agit.

Le Toldoth Yéshu ou le « contre Evangile » juif sur Jésus

Marie dans le Coran
Marie est élue "au-dessus des femmes de ce monde" ;

- Le doute quant à l'accusation d'adultère est levé sans la moindre ambiguïté par le miracle du bébé Jésus  qui innocente sa mère ;



- Dieu a recommandé à Jésus (as) la bonté envers sa mère ;


- La relation qu'il entretien avec sa mère est remplie d'amour et de joie ;

- Son nom apparaît 34 fois + 1 fois (titre d'une sourate) soit bien plus que dans le livre saint des chrétiens.


N'est-ce pas étrange que le "Coran" ait rendu bien plus de gloire à Marie  que ne l'a fait le "Holy Ghost" des chrétiens dans la Bible ?


Est-ce réellement le Saint-Esprit qui a inspiré la Bible ?




Ne serait-ce pas plutôt un "mal"-Saint-Esprit

 
Bonsoir Madame Grit
Non !  Si je deviens raisonnable, je comprendrai que pas plus que l'Ancien Testament, le Nouveau n'est que plagiat. Il a son style, sa qualité littéraire, une faculté évidente d'adaptation que je respecte.
 
Aussi il est plus probable pour un musulman de croire que les Évangiles ont été écrits tardivement et que leurs auteurs ont contrefait l'histoire. Leur divergence porte seulement sur le fait que les uns suggèrent que Jésus est un homme divinisé, tandis que les autres estiment qu'il s'agit d'un Dieu humanisé
Ce qui est profondément gênant, toutefois, si l'on décide de lire le Nouveau Testament avec un œil d'historien, c'est que lorsque sont enlevés les emprunts et les invraisemblances, il semble ne rester - rien.
 
Tout le débat repose sur la signification et l'étendue du verbe "sembler’
 
Cordialement

Voir le profil de l'utilisateur

GRIT 


Averti
Averti
@Salâh Ed-Dîn a écrit:
@GRIT a écrit:
Bonsoir Madame Grit
Non !  Si je deviens raisonnable, je comprendrai que pas plus que l'Ancien Testament, le Nouveau n'est que plagiat. Il a son style, sa qualité littéraire, une faculté évidente d'adaptation que je respecte.
Plagiat de qui , de quoi , d'où ?

Aussi il est plus probable pour un musulman de croire que les Évangiles ont été écrits tardivement
La majorité des "chrétiens ne comprennent rien à la Bible , alors les musulmans  !!!!!!

et que leurs "auteurs" (apocryphes)  ont contrefait l'histoire.  

PAS LA BIBLE !  Esaïe 40: 8

APRES LA MORT DU DERNIER APÔTRE JEAN , en 98 de notre ère , l'APOSTASIE DEVAIT APARAÎTRE AVEC LES FAUX CHRETIENS COMME L'AVAIT ANNONCE JESUS EN MATTHIEU 24: 3, 5, 11, 24 !
MAIS PAS LA PAROLE INITIALE DE DIEU,  ECRITE DU "DOIGT" DE DIEU :
Exode 31: 18

"doigt de Dieu" = l'esprit saint = Exode 8: 16 à 19 ; Luc 11: 20 ; Matthieu 12: 28

La Bible a été écrite avec le "doigt de Dieu", son esprit saint = 2Pierre 1: 20, 21
C'est pourquoi elle est ETERNELLE et infalsifiable !


Leur divergence porte seulement sur le fait que les uns suggèrent que Jésus est un homme divinisé, tandis que les autres estiment qu'il s'agit d'un Dieu humanisé

La Bible n'enseigne ni l'un ni l'autre ! Il ne faut pas confondre ce qui est ECRIT dans la BIBLE et ce qu'ENSEIGNENT LES RELIGIONS.   Dans les Evangiles inspirés par Dieu , Jésus n'est ni un homme divinisé , ni un Dieu humanisé!

La Bible dit que Jésus est un homme parfait COMME Adam =  il est son EQUIVALENT = Romains 5: 14 "Adam, LEQUEL EST COMPARABLE à celui qui devait venir (Jésus)"
sourate 3: 59 "Pour Allah , JESUS EST COMME ADAM ..."

1Corinthiens 15: 45 "Le premier homme Adam devint une âme vivante ; le dernier Adam (Jésus) est devenu un esprit donnant la vie"
47) "Le premier homme (Adam)  est de la terre et fait de poussière ; le deuxième homme (Jésus) est du ciel."
sourate 3: 45 "....... son nom sera "al Masih", "Issâ", fils de Marie, illustre ici bas COMME DANS L'AU-DELA (au ciel), ET L'UN DES RAPPROCHES D'Allah."
(les rapprochés d'Allah sont les anges = sourate 4:172)

Jésus était un "rapproché de Dieu" avant de venir sur la terre (Jean 1: 1), comme le dit Jésus lui-même = Jean 3: 13 ;  6: 38 ; et 8: 23


Ce qui est profondément gênant, toutefois, si l'on décide de lire le Nouveau Testament avec un œil d'historien, c'est que lorsque sont enlevés les emprunts et les invraisemblances, il semble ne rester - rien.
Tu veux parler du coran, pas de la Bible ?!

Tout le débat repose sur la signification et l'étendue du verbe "sembler’’

"Sembler" ne veut pas dire "ressembler" ! Et la Bible ne ressemble à aucun autre Livre saint ! Elle est Unique en son genre car elle a survécu à de nombreuses attaques de personnes influentes.  Malgré tous ses ennemis, la Bible est le livre le plus diffusé de tous les temps. Elle a été publiée , en partie ou en totalité  en plus de 2800 langues.
La Bible à contribué à la préservation et à l'enrichissement de certaines langues dans lesquelles elle a été traduite.   La Bible a profondément marqué la culture occidentale, non seulement les croyances et les pratiques religieuses, mais aussi l'art, la littérature, le droit, la politique et d'autres disciplines.....

La Bible fournit une direction morale et spirituelle. (Proverbes chapitres 2, 3, 4, 5  -  Ephésiens 4: 31, 32 et  6: 1 à 4)

La Bible explique l'origine des souffrances et des conflits humains = Le livre de la Genèse révèle que les malheurs de l'humanité ont commencé avec la rébellion des premiers humains contre Dieu.  Ils ont choisi de déterminer par eux mêmes ce qui est bien et ce qui est mal, un droit qui n'appartient qu'au Créateur (Genèse 3: 1 à 7 )
.   Malheureusement, la plupart des gens ont depuis lors adopté le même esprit d'indépendance.   Résultat ?    Loin de se caractériser par la liberté et le bonheur, l'Histoire n'est faite que de conflits, d'oppression et de contreverses d'ordre moral et spirituel (Ecclésiaste 8: 9).
La Bible déclare avec raison : "
Il n'appartient pas à l'homme de diriger .... son pas
" (Jérémie 10: 23)
La Bonne Nouvelle , c'est que les terribles souffrances causées par l'indépendance morale vont bientôt cesser.


La Bible est un livre empreint d'honnêteté :
Un qualité attirante chez les rédacteurs de la Bible est l'honnêteté - même concernant leurs propres erreurs.
Après avoir commis l'adultère avec Bath-Shéba, le roi David a admis avec franchise dans une prière : "Ce qui est mauvais à tes yeux , je l'ai fait" (Psaume 51: 4)
L'apôtre Jean, quand à lui, a reconnu s'être prosterné à 2 reprises devant un ange pour l'adorer.  L'ange lui avait alors dit : "Attention!  Ne fais pas cela ! ..... Adore Dieu" = Apocalypse 19: 10  et 22: 8, 9)
Cette franchise, malheureusement absente chez les scribes de l'Antiquité , caractérise les rédacteurs de la Bible.

La Bible est un Livre qui favorise une bonne santé mentale.  Elle nous encourage à cultiver des qualités qui favorisent une bonne santé mentale, comme la compassion et la miséricorde.
"Devenez bons les uns pour les autres, pleins d'une tendre compassion, vous pardonnant volontiers les uns les autres" = Ephésiens 4: 32

Selon un article de la clinique Moyo (Etat-Unis)  = "Si vous N'AVEZ PAS L'HABITUDE DE PARDONNER, vous risquez d'être celui qui le paiera le plus cher."  
L'article cite des effets du pardon, tels que :  "De meilleures relations avec les autres ;  un bien-être spirituel et psychologique plus grand ;  moins d'inquiétude ; de stress et d'animosité ; une pression artérielle moins élevée ;  moins de symptômes de dépression ; et moins de risques d'alcoolisme ou de toxicomanie"


LA BIBLE DONNE UN ESPERANCE:  La Bible nous garantit que, par amour pour ceux qui respectent son autorité et ses normes, Dieu ne tolèrera pas indéfiniment la méchanceté ni les souffrances qu'elle engendre.
Les méchant supporteront les conséquences de leur conduite" (Proverbes 1: 30, 31 = Bible Parole de vie)
En revanche , "les humbles possèderonts la terre, et vraiment ils se délecteront de l'abondance de paix" = Psaume 37: 11 ; grâce au pouvoir de son royaume qu'il a mis en place  sous l'autorité de son Roi Jésus Christ (Luc 4: 43 ; Matthieu 6: 10)
Pour connaître ce monde nouveau, l'instruction est indispensable .  Dieu veut que toutes sortes d'hommes soient sauvés et parviennent à une connaissance exacte de la VERITE" (1Timothée 2: 3, 4)
Cette Vérité comprend les enseignements de la Bible concernant ce que nous pourrions appeler la constitution du Royaume de Dieu - les lois et les principes grâce auxquels ce Royaume règnera, et dont on peut trouver des exemples dans le Sermon sur la montagne prononcé par Jésus Christ (Matthieu chapitres 5 à 7).
En lisant ces 3 chapitres, essayez d'imaginer ce que sera la vie quand TOUS LES HUMAINS APPLIQUERONT LES SAGES CONSEILS DE JESUS.

Nous ne sommes pas surpris que la Bible soit le livre le plus diffusé au monde !  Ses enseignements portent la marque de l'inspiration divine.  Et sa large diffusion est la preuve que Dieu désire que des gens de toutes langues et de toutes nations apprennent à le connaître et goûtent les bienfaits que son Royaume apportera sur toute la terre.  (Actes 10: 34, 35)


AMICALEMENT  JL



Voir le profil de l'utilisateur

24jesus christ le Sam 19 Nov - 21:06

justeavantlui 


Inscrit
Inscrit
tu ne vois pas ,tu ne peut voire ,tu est un humain ,tu ne sert a rien ,tes bien tu est la pour nous nourrir et puit pourrir c est ce qui attend le genre humain ,je suis ne ,j ai pecher,je me suis libere ,je marche .

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum