Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

Akim 


Passionné
Passionné
D'où vient cette pierre, qui l'a amenée, quel en est le symbolisme, pourquoi le prophète dut l'embrasser ?


Nous allons tenter de donner une explication à ces questions en nous basant sur les saintes écritures et sur l'histoire du prophète Mohammed.


Selon la légende, la pierre noire fut apportée directement du paradis par l'ange Gabriel.
A l'origine elle était d'un blanc éclatant.
L'âge de la pierre est indéterminé.


 Parmi ses mérites figure le fait qu'elle représente la Main Droite d'Allah, exalté soit-Il, et que celui qui n'a pas eu l'occasion de prêter serment d'allégeance au Messager d'Allah mais qui a embrassé cette Pierre Noire, c'est comme s'il l'avait fait. Parmi ses mérites figure aussi le fait que le Messager d'Allah  en a dit : « Elle descendit et une lumière en provenait alors. Et si les mains des polythéistes ne l'avaient pas touchée, Allah en aurait fait le moyen par lequel tout malade guérit ».



Parmi les histoires rapportées à son propos, il y a aussi celle selon laquelle Allah, exalté soit-Il tira une descendance des reins des fils d’Adam et les fit témoigner : « Ne suis-Je pas votre Seigneur ? ». Ils répondirent : « Si et nous en témoignons ». C'est alors qu'Allah, exalté soit-Il, inscrivit ce témoignage dans un livre qu'Il déposa dans la Pierre Noire.



 « Cette Pierre viendra le Jour de la Résurrection munie d'yeux pour voir et d'une langue pour parler et elle témoignera en faveur de celui qui, poussé par la foi en Allah et l'espoir de Sa rétribution, l'aura saluée en la touchant, en l'embrassant ou même en faisant un signe dans sa direction ».



La pierre a été déposée, sur ordre d'Allah, exalté soit-Il, à l'angle de l'honorable Ka'ba qu'on nomma « al-Rukn ». Elle est encastrée en profondeur dans la structure de la Ka'ba et on n'en voit que la tête devenue noire à causes des péchés des polythéistes. 

Quant à la partie incrustée dans la Ka'ba, elle est de couleur blanche. Selon 'Abdallah ibn 'Amr ibn al-'Âs, qu'Allah soit satisfait de lui : « La Pierre Noire était plus blanche que le lait et avait la longueur d'un humérus »







« Les fragments de la Pierre Noire sont au nombre de treize, les grands fragments sont au nombre de quatre, les autres sont plus petits.







Les Qarmates ont une Histoire sombre avec cette Pierre noble qu'Ibn 'Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, décrit en disant : «Le Rukn et le Maqâm sont deux corindons du Paradis et ils finiront par y retourner. Si les impuretés n'avaient pas touché ce Rukn, ce dernier aurait guéri l'aveugle-né et le lépreux »



http://www.islamweb.net/frh/index.php?page=articles&id=181407









Bien, alors de ces textes on peut en faire un résumé :


Une pierre blanche a été apportée par l'ange Djibril à Abraham pour indiquer le lieu du culte.
Cette pierre représente la main droite de Dieu.
Elle avait le pouvoir de guérir toutes sortes de maladies avant de devenir noire.


Elle contient un livre témoignant de la reconnaissance des fils d'Adam vis à vis de notre Seigneur.


Elle est la pierre principale de l'angle sud/Est de la Kaaba.


Cette pierre reviendra au jour de la résurrection avec les sens d'un homme, elle sera témoin  pour ceux qui ont reconnu cette pierre comme sacrée.




Je ne sais pour vous, mais j'ai la vague sensation d'avoir entendu cette histoire ailleurs !


La bonne nouvelle apportée à Marie par l'ange Gabriel/Djibril: "Dieu te fait dont d'un fils pur".
La couleur blanche étant un symbole de pureté.


Cet enfant (pierre vivante bénie) ira par la suite, s'asseoir  à la droite de la puissance (bras) de Dieu.


Cet pierre vivante (Jésus) avait le pouvoir de guérir toutes les maladies.
Les apôtres ont reconnus en Lui, leur Seigneur.
Un livre en atteste (l'Evangile).


La pierre  qu'ont rejeté les bâtisseurs (juifs), est devenue la principale de l'angle (de la Kaaba) !


La pierre a été fracturée en 13 morceaux,  (12 apôtres et au centre Jésus=13).


Cette pierre reviendra au jour de la résurrection avec des attributs d'homme (yeux, langue, parole) pour apporter un témoignage de fidélité à ceux qui l'ont reconnu sur terre comme base de l'édifice qu'est la Kaaba, mère de l'Islam.


Voila, je m'arrête là pour l'instant, j'espère que cela vous fera réfléchir quand à l'importance de Jésus dans l'Islam pour les uns, et pour les autres, j'espère que vous verrez en l'Islam, une religion ayant l'aval de Jésus et donc certainement pas antéchrist.


Salam à tous.

Voir le profil de l'utilisateur

Abdelamour 


Enthousiaste
Enthousiaste
Paix,

Heureux de Vous Retrouver Apaisé et Fraternel vis à vis de Marie, Mère de Jésus ! ...

Si cela peut Vous Aider à mieux Comprendre, voici ce qui est écrit :

« 55. (Rappelle-toi) quand Dieu dit : "Ô Jésus, certes, Je vais mettre fin à ta vie terrestre t'élever vers Moi, te débarrasser de ceux qui n'ont pas cru et mettre jusqu'au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. Puis, c'est vers Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre vous, ce sur quoi vous vous opposiez. 56. Quant à ceux qui n'ont pas cru, Je les châtierai d'un dur châtiment, ici-bas tout comme dans l'au-delà; et pour eux pas de secoureurs. » Coran 3

Jésus-Christ, Pierre d'Angle de la Foi pour Tout Croyant Vrai, était certes Rejeté par quelques juifs (comme les pharisiens par le passé ...), mais de Nos Jours, qui Garde Concrètement Ses Paroles en Son Coeur  ?

Fraternellement 

Pierre - Ali

Voir le profil de l'utilisateur

Akim 


Passionné
Passionné
Vous n'avez toujours pas compris que celle que je dénonce, c'est la reine du ciel (Astarté), pas la mère de Jésus pour qui j'ai un immense respect.

Voir le profil de l'utilisateur
@Abdelamour a écrit:Paix,

Heureux de Vous Retrouver Apaisé et Fraternel vis à vis de Marie, Mère de Jésus ! ...

Si cela peut Vous Aider à mieux Comprendre, voici ce qui est écrit :

« 55. (Rappelle-toi) quand Dieu dit : "Ô Jésus, certes, Je vais mettre fin à ta vie terrestre t'élever vers Moi, te débarrasser de ceux qui n'ont pas cru et mettre jusqu'au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. Puis, c'est vers Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre vous, ce sur quoi vous vous opposiez. 56. Quant à ceux qui n'ont pas cru, Je les châtierai d'un dur châtiment, ici-bas tout comme dans l'au-delà; et pour eux pas de secoureurs. » Coran 3

Jésus-Christ, Pierre d'Angle de la Foi pour Tout Croyant Vrai, était certes Rejeté par quelques juifs (comme les pharisiens par le passé ...), mais de Nos Jours, qui Garde Concrètement Ses Paroles en Son Coeur  ?

Fraternellement 

Pierre - Ali


Aldelamour...tu n'as tout de même pas essayé de me piquer mon identité... ????? 

Mais tu as commis certaines erreurs : 
1/ Je ne parlerais certainement pas de la Vierge Marie en citant le Coran... puisque ce que raconte le Coran de la vierge Marie, provient de textes gnostiques que l'on a retrouvé et qui sont trop tardifs pour être historiques. Marie accouchant sous un palmier, Marie persécutée par les juifs, Jésus parlant au berceau pour la défendre, tout cela provient de textes gnostiques datés des IVe au VI e siècle. Bref, le Coran, c'est une synthèse de mythologie tardive.


2/ La Pierre noire n'est qu'un vulgaire bétyle, une pierre sacrée comme il en existait des quantités en période préislamique. Nous avons le  témoignage de  Clément d'Alexandrie qui rapporte vers 190 que « les arabes adorent des pierres ».
Le culte de la Pierre-Noire n'est qu'une persistance de ce culte païen préislamique.

Voilà !!!  cette fois c'est le vrai Pierre-Elie qui signe... 
et je connais l'orthographe de mon prénom !



PS : Mais, j'ai trouvé cette substitution d'identité plaisante... Effectivement, la seule façon pour que je devienne musulman, ce serait que ce ne soit pas moi !  J'ai trop bien lu le Coran, pour ne pas le connaitre. Et je connais trop bien ses origines païennes, pour savoir toujours vous les rappeler ... ou plutot vous les apprendre ! 

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:Marie accouchant sous un palmier, Marie persécutée par les juifs, Jésus parlant au berceau pour la défendre, tout cela provient de textes gnostiques datés des IVe au VI e siècle. Bref, le Coran, c'est une synthèse de mythologie tardive.
Tu veux toujours donner l'apparence du quelqu'un logique et académique, mais c'est toujours la même histoire avec toi, l'Islam est faux car il contredit la foi catholique. On est plus en inquisitions mon ami. D'ailleurs vous même vous n'avez aucune preuve sur la véracité de vos textes à moins que ça soit basé sur des critère purement passionnelle et confessionnelle, absolument rien de logique, et je parle du canonique pourquoi il est canonique. On sait toujours pas...

une pierre sacrée comme il en existait des quantités en période préislamique. Nous avons le  témoignage de  Clément d'Alexandrie qui rapporte vers 190 que « les arabes adorent des pierres ».
Le culte de la Pierre-Noire n'est qu'une persistance de ce culte païen préislamique.
Si ça aurait été de la part d'un protestant je dirais ça va, mais de celui qui adorent 1001 saints et 1001 icônes. Nous, nous adorons pas la Pierre Noir ni on lui demande quoi que ce soit comme vous demandez à vos saint et vos idoles de pierres, de cires ou de fibre de verre. Et comme je t'ai dis dans un autre commentaire, un raccourcis bébête comme ça je pourrais parfaitement l'appliquer à votre doctrine intégralement, qui s'est bizarrement répété tout le long de l'histoire humaine. Le dieu incarné en humain qui se sacrifie pour sauver l'humanité, c'est pas nouveau en fait. Sois plus mature intellectuellement si je n'ai pas trop demandé pour un trinitaire.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:Marie accouchant sous un palmier, Marie persécutée par les juifs, Jésus parlant au berceau pour la défendre, tout cela provient de textes gnostiques datés des IVe au VI e siècle. Bref, le Coran, c'est une synthèse de mythologie tardive.
Yassine :   c'est toujours la même histoire avec toi, l'Islam est faux car il contredit la foi catholique.  D'ailleurs vous même vous n'avez aucune preuve sur la véracité de vos textes à moins que ça soit basé sur des critère purement passionnelle et confessionnelle, absolument rien de logique, et je parle du canonique pourquoi il est canonique.  
Le Coran donne des détails sur Marie qui n'existent pas dans les Évangiles, mais que l'on retrouve dans plusieurs apocryphes tardifs écrits entre les IIe et IVe siècles.

1/ Marie aurait été consacrée à Dieu dès sa naissance, selon le Proto-évangile de Jacques qui raconte l'enfance de Marie.
Le proto évangile de Jacques est connu par le papyrus Bodmer 5 daté de l'an 200. Son auteur est d'origine païenne car il méconnaît les traditions juives. Pour la première fois, on y trouve la notion de la consécration de Marie à la naissance : « Et voici qu'un ange du Seigneur parut, disant : « Anne, Anne, le Seigneur Dieu a entendu ta prière. Tu concevras, tu enfanteras et l'on parlera de ta postérité dans la terre entière. » Anne répondit : « Aussi vrai que vit le Seigneur Dieu, je ferai don de mon enfant, garçon ou fille, au Seigneur mon Dieu et il le servira tous les jours de sa vie. » (Proto-évangile de Jacques, IV, 1). Ce récit ne se trouve pas dans les Évangiles qui ont été écrits au premier siècle.
La consécration de Marie dès la naissance est reprise par le Coran : « Quand la femme d'Imran dit : « Seigneur, je T'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi certes l'Audient et l'Omniscient ». Puis, lorsqu'elle en eut accouché, elle dit : « Seigneur, voilà que j'ai accouché d'une fille » ; or Allah savait mieux ce dont elle avait accouché ! Le garçon n'est pas comme la fille. « Je l'ai nommée Marie et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni ». » (Sourate 3, 35-36).

2/ Marie aurait été nourrie miraculeusement au Temple.
Le Proto-évangile de Jacques raconte l'enfance de Marie au Temple (chapitre VII, 2). C'est suite à cet écrit que la Présentation de la Vierge au Temple est fêtée le 21 novembre chez les catholiques.
Marie aurait trouvé chaque jour de la nourriture près d'elle (Proto-évangile de Jacques, chap. VIII et XII). Dans une réécriture du IVe siècle du Proto-évangile de Jacques, on trouve : « Marie ne cessait de prier jusqu'au moment où l'ange du Seigneur lui apparaissait ; elle recevait sa nourriture de sa main. » (Pseudo évangile de Matthieu, chap. VI).
À leur suite, le Coran reprendra quelques siècles plus tard : « [Le Seigneur] en confia la garde à Zacharie. Chaque fois que celui-ci entrait auprès d'elle dans le Sanctuaire, il trouvait près d'elle de la nourriture. Il dit : « Ô Marie, d'où te vient cette nourriture ? » - Elle dit : « Cela me vient d'Allah ». Il donne certes la nourriture à qui Il veut sans compter. » (Sourate 3, 37).
3/ Le protecteur de Marie aurait été tiré au sort selon plusieurs apocryphes, alors qu'aucun texte du Ier siècle ne parlait de ce fait. Le Proto évangile de Jacques (chap IX), le Pseudo évangile de Matthieu (Chapitre VIII et IX) et l'Évangile arabe de l'enfance racontent le mariage de Marie et le choix qui a été fait de Joseph par tirage au sort.
« Joseph ayant jeté sa hache, vint avec les autres. Et s'étant réunis, ils allèrent vers le grand-prêtre, après avoir reçu des baguettes. Le grand-prêtre prit les baguettes de chacun, il entra dans le temple et il pria et il sortit ensuite et il rendit à chacun la baguette qu'il avait apportée, et aucun signe ne s'était manifesté, mais quand il rendit à Joseph sa baguette, il en sortit une colombe et elle alla se placer sur la tête de Joseph. Et le grand-prêtre dit à Joseph : « Tu es désigné par le choix de Dieu afin de recevoir cette vierge du Seigneur pour la garder auprès de toi. » (Proto évangile de Jacques, IX)
Le Coran reprendra cette version du tirage au sort de Joseph : « Car tu (Mohamed) n'étais pas là lorsqu'ils jetaient leurs calames, à qui se chargerait de Marie. » (Sourate 3, 44 ; traduction de Muhammad Hamidullah qui signale qu'il s'agit bien d'un système de tirage au sort, page 53, ed le club français du Livre, 1959).

4/ La naissance virginale de Jésus aurait été annoncée par un jeune homme inconnu qui ne consulte pas Marie.
On évalue la datation du Pseudo évangile de Matthieu au IVe siècle. Il fait la synthèse de textes manifestement plus anciens, probablement du IIe siècle. Ce texte raconte la vie de Marie et les miracles qui l'ont accompagnée : « Il se présenta à elle un jeune homme dont la beauté ne pouvait être contée. Le voyant, Marie fut prise d'effroi et tressaillit. Et il lui dit : « Ne crains pas, Marie, tu as trouvé grâce devant Dieu. Voici que tu concevras et enfanteras un roi qui gouverne non seulement sur terre, mais aussi dans les cieux, et qui régnera dans les siècles des siècles. » (Pseudo évangile de Matthieu, IX). Le « jeune homme dont la beauté ne pouvait être contée » n'est pas nommé. L'ange Gabriel qui est nommé dans l’Évangile de Luc (Luc 1, 26), est ici inconnu.
Pas davantage, le Coran ne parlera de l'ange Gabriel au moment de l’Annonciation. Le Coran cite l'ange Gabriel à quelques reprises, seulement trois fois, mais son auteur ne semble pas connaître son rôle dans l'Annonce faite à Marie. En fait, le Coran reprend un récit plus proche du pseudo évangile de Matthieu que de celui de l’Évangile de Luc : « Nous lui envoyâmes Notre Esprit qui se présenta à elle sous la forme d'un homme parfait. Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m'approche point]. » Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d'un fils pur ». Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m'a touchée, et je ne suis pas prostituée ? » Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M'est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C'est affaire faite ! Elle devint donc enceinte de l'enfant. » (S. 19, 16-22).
À noter que, ni dans l'Apocryphe de Matthieu, ni dans le Coran, l'envoyé de Dieu ne demande son avis à Marie : elle semble même craindre qu'il n'abuse d'elle. Dans l'Évangile de Luc, l'ange Gabriel est nommé et il ne quitte Marie qu'après avoir obtenu son accord.

5/ Lors de la fuite en Égypte, la Vierge se serait nourrie de dattes et aurait bu une eau miraculeuse.
L'histoire provient toujours de l'évangile du Pseudo Matthieu : « Alors le petit enfant Jésus dit au palmier : « Penche-toi, arbre, et nourris ma mère de tes fruits ! » Et obéissant à ces mots, le palmier inclina aussitôt sa cime pour qu'on y cueillît des fruits... Alors, Jésus lui dit : « Ouvre de tes racines la source cachée au fond de la terre et que des eaux en jaillissent pour notre soif ! » Aussitôt le palmier se redressa, et d'entre ses racines se mirent à jaillir des sources d'eaux très limpides, très fraîches et très douces. » (Évangile du Pseudo Matthieu, XX).
À la suite du Pseudo évangile de Matthieu, le Coran reprend : « [Marie] dit : « Malheur à moi! Que je fusse morte avant cet instant ! » Alors, il (Jésus tout juste né) l'appela d'au-dessous d'elle, [lui disant :] « Ne t'afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse ! » (Sourate 19, 23-25).
En fait ces textes apocryphes ont été retrouvés sur des supports plus anciens que le Coran. C'est la preuve absolue que le Coran a puisé dans les contes et légendes de son temps, pour enrichir la mythologie de son contenu.
Si tu veux, je te donne la même chose que l'histoire de Issa, supposé être Jésus, tel que les auteurs du Coran l'ont raconté après s'être inspirés de textes apocryphes tardifs.... 
Je suis à ta disposition ! 

Pierre-Elie

PS : ton commentaire sur la Pierre noire est un changement de sujet de conversation... et la reconnaissance implicite que tu sais que le culte de la Pierre noire est une forme de polythéisme... issu du paganisme préislamique : une déplorable survivance.



Dernière édition par Pierre-Elie Suzanne le Sam 14 Mar - 19:09, édité 4 fois

Voir le profil de l'utilisateur

Azzedine 


Chevronné
Chevronné
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:Marie accouchant sous un palmier, Marie persécutée par les juifs, Jésus parlant au berceau pour la défendre, tout cela provient de textes gnostiques datés des IVe au VI e siècle. Bref, le Coran, c'est une synthèse de mythologie tardive.
Yassine :   c'est toujours la même histoire avec toi, l'Islam est faux car il contredit la foi catholique.  D'ailleurs vous même vous n'avez aucune preuve sur la véracité de vos textes à moins que ça soit basé sur des critère purement passionnelle et confessionnelle, absolument rien de logique, et je parle du canonique pourquoi il est canonique.  
Le Coran donne des détails sur Marie qui n'existent pas dans les Évangiles, mais que l'on retrouve dans plusieurs apocryphes tardifs écrits entre les IIe et IVe siècles.

Marie aurait été consacrée à Dieu dès sa naissance, selon le Proto-évangile de Jacques qui raconte l'enfance de Marie.
Le proto évangile de Jacques est connu par le papyrus Bodmer 5 daté de l'an 200. Son auteur est d'origine païenne car il méconnaît les traditions juives. Pour la première fois, on y trouve la notion de la consécration de Marie à la naissance : « Et voici qu'un ange du Seigneur parut, disant : « Anne, Anne, le Seigneur Dieu a entendu ta prière. Tu concevras, tu enfanteras et l'on parlera de ta postérité dans la terre entière. » Anne répondit : « Aussi vrai que vit le Seigneur Dieu, je ferai don de mon enfant, garçon ou fille, au Seigneur mon Dieu et il le servira tous les jours de sa vie. » (Proto-évangile de Jacques, IV, 1). Ce récit ne se trouve pas dans les Évangiles qui ont été écrits au premier siècle.
La consécration de Marie dès la naissance est reprise par le Coran : « Quand la femme d'Imran dit : « Seigneur, je T'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi certes l'Audient et l'Omniscient ». Puis, lorsqu'elle en eut accouché, elle dit : « Seigneur, voilà que j'ai accouché d'une fille » ; or Allah savait mieux ce dont elle avait accouché ! Le garçon n'est pas comme la fille. « Je l'ai nommée Marie et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni ». » (Sourate 3, 35-36).

Marie aurait été nourrie miraculeusement au Temple.

Le Proto-évangile de Jacques raconte l'enfance de Marie au Temple (chapitre VII, 2). C'est suite à cet écrit que la Présentation de la Vierge au Temple est fêtée le 21 novembre chez les catholiques.
Marie aurait trouvé chaque jour de la nourriture près d'elle (Proto-évangile de Jacques, chap. VIII et XII). Dans une réécriture du IVe siècle du Proto-évangile de Jacques, on trouve : « Marie ne cessait de prier jusqu'au moment où l'ange du Seigneur lui apparaissait ; elle recevait sa nourriture de sa main. » (Pseudo évangile de Matthieu, chap. VI).
À leur suite, le Coran reprendra quelques siècles plus tard : « [Le Seigneur] en confia la garde à Zacharie. Chaque fois que celui-ci entrait auprès d'elle dans le Sanctuaire, il trouvait près d'elle de la nourriture. Il dit : « Ô Marie, d'où te vient cette nourriture ? » - Elle dit : « Cela me vient d'Allah ». Il donne certes la nourriture à qui Il veut sans compter. » (Sourate 3, 37).
Le protecteur de Marie aurait été tiré au sort selon plusieurs apocryphes, alors qu'aucun texte du Ier siècle ne parlait de ce fait. Le Proto évangile de Jacques (chap IX), le Pseudo évangile de Matthieu (Chapitre VIII et IX) et l'Évangile arabe de l'enfance racontent le mariage de Marie et le choix qui a été fait de Joseph par tirage au sort.
« Joseph ayant jeté sa hache, vint avec les autres. Et s'étant réunis, ils allèrent vers le grand-prêtre, après avoir reçu des baguettes. Le grand-prêtre prit les baguettes de chacun, il entra dans le temple et il pria et il sortit ensuite et il rendit à chacun la baguette qu'il avait apportée, et aucun signe ne s'était manifesté, mais quand il rendit à Joseph sa baguette, il en sortit une colombe et elle alla se placer sur la tête de Joseph. Et le grand-prêtre dit à Joseph : « Tu es désigné par le choix de Dieu afin de recevoir cette vierge du Seigneur pour la garder auprès de toi. » (Proto évangile de Jacques, IX)
Le Coran reprendra cette version du tirage au sort de Joseph : « Car tu (Mohamed) n'étais pas là lorsqu'ils jetaient leurs calames, à qui se chargerait de Marie. » (Sourate 3, 44 ; traduction de Muhammad Hamidullah qui signale qu'il s'agit bien d'un système de tirage au sort, page 53, ed le club français du Livre, 1959).
La naissance virginale de Jésus aurait été annoncée par un jeune homme inconnu qui ne consulte pas Marie.
On évalue la datation du Pseudo évangile de Matthieu au IVe siècle. Il fait la synthèse de textes manifestement plus anciens, probablement du IIe siècle. Ce texte raconte la vie de Marie et les miracles qui l'ont accompagnée : « Il se présenta à elle un jeune homme dont la beauté ne pouvait être contée. Le voyant, Marie fut prise d'effroi et tressaillit. Et il lui dit : « Ne crains pas, Marie, tu as trouvé grâce devant Dieu. Voici que tu concevras et enfanteras un roi qui gouverne non seulement sur terre, mais aussi dans les cieux, et qui régnera dans les siècles des siècles. » (Pseudo évangile de Matthieu, IX). Le « jeune homme dont la beauté ne pouvait être contée » n'est pas nommé. L'ange Gabriel qui est nommé dans l’Évangile de Luc (Luc 1, 26), est ici inconnu.
Pas davantage, le Coran ne parlera de l'ange Gabriel au moment de l’Annonciation. Le Coran cite l'ange Gabriel à quelques reprises, seulement trois fois, mais son auteur ne semble pas connaître son rôle dans l'Annonce faite à Marie. En fait, le Coran reprend un récit plus proche du pseudo évangile de Matthieu que de celui de l’Évangile de Luc : « Nous lui envoyâmes Notre Esprit qui se présenta à elle sous la forme d'un homme parfait. Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m'approche point]. » Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d'un fils pur ». Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m'a touchée, et je ne suis pas prostituée ? » Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M'est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C'est affaire faite ! Elle devint donc enceinte de l'enfant. » (S. 19, 16-22).
À noter que, ni dans l'Apocryphe de Matthieu, ni dans le Coran, l'envoyé de Dieu ne demande son avis à Marie : elle semble même craindre qu'il n'abuse d'elle. Dans l'Évangile de Luc, l'ange Gabriel est nommé et il ne quitte Marie qu'après avoir obtenu son accord.
Lors de la fuite en Égypte, la Vierge se serait nourrie de dattes et aurait bu une eau miraculeuse.
L'histoire provient toujours de l'évangile du Pseudo Matthieu : « Alors le petit enfant Jésus dit au palmier : « Penche-toi, arbre, et nourris ma mère de tes fruits ! » Et obéissant à ces mots, le palmier inclina aussitôt sa cime pour qu'on y cueillît des fruits... Alors, Jésus lui dit : « Ouvre de tes racines la source cachée au fond de la terre et que des eaux en jaillissent pour notre soif ! » Aussitôt le palmier se redressa, et d'entre ses racines se mirent à jaillir des sources d'eaux très limpides, très fraîches et très douces. » (Évangile du Pseudo Matthieu, XX).
À la suite du Pseudo évangile de Matthieu, le Coran reprend : « [Marie] dit : « Malheur à moi! Que je fusse morte avant cet instant ! » Alors, il (Jésus tout juste né) l'appela d'au-dessous d'elle, [lui disant :] « Ne t'afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse ! » (Sourate 19, 23-25).
En fait ces textes apocryphes ont été retrouvés sur des supports plus anciens que le Coran. C'est la preuve absolue que le Coran a puisé dans les contes et légendes de son temps, pour enrichir la mythologie de son contenu.
Si tu veux, je te donne la même chose que l'histoire de Issa, supposé être Jésus, tel que les auteurs du Coran l'ont raconté après s'être inspirés de textes apocryphes tardifs.... 
Je suis à ta disposition ! 
a la poubelle  

Voir le profil de l'utilisateur
@Azzedine a écrit:
a la poubelle  


Bravo pour le smileys, je n'ai toujours pas trouvé comment en faire sur le forum.
Dis donc, tu n'aimes pas l'histoire et l'épigraphie, toi !  Tu sais l'épigraphie, c'est l'étude des textes anciens. Quand on retrouve des textes dans la tombe d'un moine, enterrée au IVe siècle.... cela signifie que ces textes datent d'avant le Coran....

Et quand ces textes racontent les mêmes anecdotes que le Coran.. alors que ces anecdotes ne se trouvent pas dans les textes du premier siècle;.. cela signifie qu'il s'agit de mythologie, de reconstruction fantaisiste tardive...
Quand le Coran reprend ces mythes... cela prouve qu'il ne vient pas de Dieu.

Je te donne un exemple de découvertes de textes anciens : 
 En 1947, à Khénoboskion en Égypte, aujourd'hui appelée Nag Hammadi, 45 textes ont été retrouvés dans une falaise par un paysan. Ils étaient protégés à l'intérieur d'une jarre scellée dans la tombe d'un moine enterré au IVe siècle, près du monastère copte de Saint-Pacôme. Le Livre secret de Jacques, l'Apocalypse de Paul, l’Évangile de vérité de Valentin, l'Évangile de Philippe, l'Évangile de Thomas, et des fragments de l'Évangile de Pierre, sont maintenant étudiés au musée copte du Caire. 
 Ces documents gnostiques parvenus jusqu'à nous sont des copies du IVe siècle. Mais, la rédaction initiale de ces textes remonte à la fin du IIe siècle pour les plus anciens et s'est étalée sur deux siècles. Leur contenu culturel le démontre.

Voir le profil de l'utilisateur

Azzedine 


Chevronné
Chevronné
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:
@Azzedine a écrit:
a la poubelle  


Bravo pour le smileys, je n'ai toujours pas trouvé comment en faire sur le forum.
Dis donc, tu n'aimes pas l'histoire et l'épigraphie, toi !  Tu sais l'épigraphie, c'est l'étude des textes anciens. Quand on retrouve des textes dans la tombe d'un moine, enterrée au IVe siècle.... cela signifie que ces textes datent d'avant le Coran....

Et quand ces textes racontent les mêmes anecdotes que le Coran.. alors que ces anecdotes ne se trouvent pas dans les textes du premier siècle;.. cela signifie qu'il s'agit de mythologie, de reconstruction fantaisiste tardive...
Quand le Coran reprend ces mythes... cela prouve qu'il ne vient pas de Dieu.

Je te donne un exemple de découvertes de textes anciens : 

 En 1947, à Khénoboskion en Égypte, aujourd'hui appelée Nag Hammadi, 45 textes ont été retrouvés dans une falaise par un paysan. Ils étaient protégés à l'intérieur d'une jarre scellée dans la tombe d'un moine enterré au IVe siècle, près du monastère copte de Saint-Pacôme. Le Livre secret de Jacques, l'Apocalypse de Paul, l’Évangile de vérité de Valentin, l'Évangile de Philippe, l'Évangile de Thomas, et des fragments de l'Évangile de Pierre, sont maintenant étudiés au musée copte du Caire. 
 Ces documents gnostiques parvenus jusqu'à nous sont des copies du IVe siècle. Mais, la rédaction initiale de ces textes remonte à la fin du IIe siècle pour les plus anciens et s'est étalée sur deux siècles. Leur contenu culturel le démontre.
éyya  fésbél    yal mal3oune

Voir le profil de l'utilisateur
Comme je vois que cela vous intéresse, je vous donne la même synthèse sur la vie de Jésus, telle que les apocryphes l'ont racontée... et telle qu’elle sera retranscrite dans le Coran !!! 

1 / Selon des apocryphes tardifs et le Coran, Jésus aurait parlé au berceau.
L'Évangile arabe de l'enfance est daté du VIe siècle. Il raconte comment Jésus parle au berceau : « Caïphe … affirme donc que Jésus parla, étant au berceau, et qu'il dit à sa mère : « Je suis Jésus, le fils de Dieu, le Verbe, que vous avez enfanté, comme vous l'avait annoncé l'ange Gabriel, et mon Père m'a envoyé pour sauver le monde. » (Évangile arabe de l'enfance, chapitre I).
Aucun des quatre Évangiles chrétiens n'a signalé ce miracle. En fait, aux yeux des chrétiens, il s'agit d'une position hérétique. Jésus a une double nature, humaine et divine. Pleinement homme, il partage la réalité de notre vie humaine, de la naissance à la mort. Il a donc dû apprendre à marcher, à parler, à se conduite en société, à prier, à écrire et à lire comme n'importe lequel d'entre nous. Telle est la foi chrétienne à la suite des quatre Évangiles du Nouveau Testament.
Mais le Coran préférera la vision de l’Évangile arabe de l'enfance écrit au VIe siècle : « Elle fit alors un signe vers le bébé. -Ils dirent : « Comment parlerons-nous à un bébé au berceau ? » Mais lui : « Je suis vraiment l’esclave de Dieu. Il m'a apporté le Livre et désigné prophète. » (Sourate 19, 27-30 ; traduction Muhammad Hamidullah). La sourate 3 (46) confirmera que Jésus parlait au berceau : « Dans son berceau, il parlera aux gens, tout comme en son âge mur. ».

2 / Jésus enfant aurait fabriqué des oiseaux de glaise et leur aurait donné la vie par miracle.
L'évangile du Pseudo-Thomas est un texte philosophique écrit au IVe siècle. On y trouve l'anecdote de l'enfant Jésus qui modèle des oiseaux en glaise : « Ayant pris de la terre glaise, il pétrit douze petits moineaux. C'était un jour de sabbat. Un Juif, voyant à quoi s'occupait Jésus ce jour-là, s'empressa de tout rapporter à Joseph son père. « Dis, ton fils est près de la rivière ; il a pris de l'argile et il a façonné douze moineaux. Il se moque du sabbat ! » Joseph se rendit sur les lieux. Dès qu'il aperçut son fils, il le gronda : « Pourquoi te livres-tu à des activités interdites le jour du sabbat ? » Mais Jésus frappa dans ses mains et cria aux moineaux « Partez ! » Les oisillons déployèrent leurs ailes et s'envolèrent en pépiant. » (Évangile du Pseudo-Thomas, II.2-II.4).
Aux alentours du VIe siècle, l’Évangile Arabe de l'enfance raconte la même anecdote (Évangile arabe de l'enfance, Chap. 46, 1-2).
Le Coran reprend ce conte : « Si je viens à vous, c’est avec un signe de la part de votre Seigneur. Oui, pour vous je pétris de glaise une figure d’oiseau, puis je souffle dedans : et par la permission de Dieu, c’est un oiseau. » (Sourate 3, 49 ; trad. Hamidullah).


3 / La passion et la mort du Christ ont longuement été revues et corrigées par les écrits gnostiques et apocryphes.
On a déjà vu que les docètes nient que le Christ soit mort en croix. En fait, les docètes croient que le Christ est bien Dieu, et cela signifie pour eux qu'il ne peut pas être mort en croix. Selon eux, seul un double est mort à sa place. Le Coran ne reprend donc que partiellement leurs thèses. En effet, le Coran nie la divinité du Christ (S. 5, 17 et S. 5,72), mais le Coran affirme néanmoins que Jésus vient de Dieu (S. 19, 21 ; S. 3, 45), qu'il existait avant sa vie terrestre (S. 3, 45), qu'il est l'envoyé d'Allah (S. 5, 75), qu'il est Sa Parole (S. 3, 45 ; S. 4, 171) et Son Messie (S. 3, 45, S. 4, 171-172, S. 5, 72-75, S. 5-17). Cela suffit pour que le Coran refuse l'idée de la mort du Christ en croix.
Tout au long des siècles, les textes gnostiques finissent par présenter des versions de plus en plus confuses pour expliquer la crucifixion tout en préservant un statut divin au Christ. Retrouvé en 1945 à Nag Hammadi, l'Évangile de Philippe, daté du IIe siècle, tente de rendre cohérente l’invraisemblable thèse docète : comment expliquer que l'homme crucifié par les romains en 33 ne soit pas mort en croix. « Ceux qui disent que le Seigneur est mort d'abord et qu'il est ressuscité se trompent, car il est ressuscité d'abord et il est mort. Si quelqu'un n'acquiert pas la résurrection d'abord, il ne mourra pas. » (Évangile de Philippe, NH II, 3, 21).
À la suite des textes gnostiques et également avec une certaine confusion, il faut bien le dire, le Coran hésite sur la mort du Christ.
Parfois le Coran affirme que Jésus est bien mort : « Et paix sur moi le jour où je naquis, et le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité comme vivant. » (S 19, 33 ; trad. Hamidullah).
Et d'autres fois, selon le Coran, il n'est pas mort mais directement élevé au ciel :
« [les juifs disent] : « Nous avons vraiment tué le Christ ; Jésus, fils de Marie, le messager de Dieu ! … Or, ils ne l'ont pas tué ni crucifié ; mais on leur a apporté quelque chose de ressemblant ! Oui, et ceux qui divergent, à son sujet, en ont certainement un doute : ils n'en ont d'autre science que la poursuite d'une conjoncture. Car ils ne l'ont certainement pas tué, mais Dieu l'a élevé vers Lui... » (S. 4, 157-158 ; trad. Hamidullah).


Le prophète de l'islam ʿīsā n'est donc pas le personnage historique qui est né de Marie en -7 et que les Évangiles chrétiens nomment Jésus. Le prophète ʿīsā de l'islam est un homme à la vie devenue mythique à travers la relecture d'Apocryphes tardifs dont aucun des auteurs n'avait connu le Jésus historique. La description que le Coran donne de Jésus-Christ/ ʿīsā est donc erroné, voire hérétique au regard des Évangiles canoniques chrétiens.

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:Le Coran donne des détails sur Marie qui n'existent pas dans les Évangiles, mais que l'on retrouve dans plusieurs apocryphes tardifs écrits entre les IIe et IVe siècles.
Je te demande encore une fois mon ami de sortir de ton égocentrisme naïf et ta subjectivité niaise. Le musulman n'a vraiment rien à cirer de tes Évangiles qu'elles soient canoniques ou apocryphes. Puis de notre coté s'il y a des choses en Islam qui s'accorde avec ce qu'il y a dans un canonique ou un apocryphe, c'est juste car c'est vrai, qu'il soit canonique ou apocryphe. Car pour nous tous ce que vous avez est en principe "apocryphe", jusqu’à ce que cela s'accorde avec l'inspiration coranique ou hadithique.

Maintenant une question : Comment de votre coté vous avez su que cela est canonique et d'autre non ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

Azzedine 


Chevronné
Chevronné
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:Comme je vois que cela vous intéresse, je vous donne la même synthèse sur la vie de Jésus, telle que les apocryphes l'ont racontée... et telle qu’elle sera retranscrite dans le Coran !!! 


1 / Selon des apocryphes tardifs et le Coran, Jésus aurait parlé au berceau.
L'Évangile arabe de l'enfance est daté du VIe siècle. Il raconte comment Jésus parle au berceau : « Caïphe … affirme donc que Jésus parla, étant au berceau, et qu'il dit à sa mère : « Je suis Jésus, le fils de Dieu, le Verbe, que vous avez enfanté, comme vous l'avait annoncé l'ange Gabriel, et mon Père m'a envoyé pour sauver le monde. » (Évangile arabe de l'enfance, chapitre I).
Aucun des quatre Évangiles chrétiens n'a signalé ce miracle. En fait, aux yeux des chrétiens, il s'agit d'une position hérétique. Jésus a une double nature, humaine et divine. Pleinement homme, il partage la réalité de notre vie humaine, de la naissance à la mort. Il a donc dû apprendre à marcher, à parler, à se conduite en société, à prier, à écrire et à lire comme n'importe lequel d'entre nous. Telle est la foi chrétienne à la suite des quatre Évangiles du Nouveau Testament.
Mais le Coran préférera la vision de l’Évangile arabe de l'enfance écrit au VIe siècle : « Elle fit alors un signe vers le bébé. -Ils dirent : « Comment parlerons-nous à un bébé au berceau ? » Mais lui : « Je suis vraiment l’esclave de Dieu. Il m'a apporté le Livre et désigné prophète. » (Sourate 19, 27-30 ; traduction Muhammad Hamidullah). La sourate 3 (46) confirmera que Jésus parlait au berceau : « Dans son berceau, il parlera aux gens, tout comme en son âge mur. ».
2 / Jésus enfant aurait fabriqué des oiseaux de glaise et leur aurait donné la vie par miracle.

L'évangile du Pseudo-Thomas est un texte philosophique écrit au IVe siècle. On y trouve l'anecdote de l'enfant Jésus qui modèle des oiseaux en glaise : « Ayant pris de la terre glaise, il pétrit douze petits moineaux. C'était un jour de sabbat. Un Juif, voyant à quoi s'occupait Jésus ce jour-là, s'empressa de tout rapporter à Joseph son père. « Dis, ton fils est près de la rivière ; il a pris de l'argile et il a façonné douze moineaux. Il se moque du sabbat ! » Joseph se rendit sur les lieux. Dès qu'il aperçut son fils, il le gronda : « Pourquoi te livres-tu à des activités interdites le jour du sabbat ? » Mais Jésus frappa dans ses mains et cria aux moineaux « Partez ! » Les oisillons déployèrent leurs ailes et s'envolèrent en pépiant. » (Évangile du Pseudo-Thomas, II.2-II.4).
Aux alentours du VIe siècle, l’Évangile Arabe de l'enfance raconte la même anecdote (Évangile arabe de l'enfance, Chap. 46, 1-2).
Le Coran reprend ce conte : « Si je viens à vous, c’est avec un signe de la part de votre Seigneur. Oui, pour vous je pétris de glaise une figure d’oiseau, puis je souffle dedans : et par la permission de Dieu, c’est un oiseau. » (Sourate 3, 49 ; trad. Hamidullah).

3 / La passion et la mort du Christ ont longuement été revues et corrigées par les écrits gnostiques et apocryphes.
On a déjà vu que les docètes nient que le Christ soit mort en croix. En fait, les docètes croient que le Christ est bien Dieu, et cela signifie pour eux qu'il ne peut pas être mort en croix. Selon eux, seul un double est mort à sa place. Le Coran ne reprend donc que partiellement leurs thèses. En effet, le Coran nie la divinité du Christ (S. 5, 17 et S. 5,72), mais le Coran affirme néanmoins que Jésus vient de Dieu (S. 19, 21 ; S. 3, 45), qu'il existait avant sa vie terrestre (S. 3, 45), qu'il est l'envoyé d'Allah (S. 5, 75), qu'il est Sa Parole (S. 3, 45 ; S. 4, 171) et Son Messie (S. 3, 45, S. 4, 171-172, S. 5, 72-75, S. 5-17). Cela suffit pour que le Coran refuse l'idée de la mort du Christ en croix.
Tout au long des siècles, les textes gnostiques finissent par présenter des versions de plus en plus confuses pour expliquer la crucifixion tout en préservant un statut divin au Christ. Retrouvé en 1945 à Nag Hammadi, l'Évangile de Philippe, daté du IIe siècle, tente de rendre cohérente l’invraisemblable thèse docète : comment expliquer que l'homme crucifié par les romains en 33 ne soit pas mort en croix. « Ceux qui disent que le Seigneur est mort d'abord et qu'il est ressuscité se trompent, car il est ressuscité d'abord et il est mort. Si quelqu'un n'acquiert pas la résurrection d'abord, il ne mourra pas. » (Évangile de Philippe, NH II, 3, 21).
À la suite des textes gnostiques et également avec une certaine confusion, il faut bien le dire, le Coran hésite sur la mort du Christ.
Parfois le Coran affirme que Jésus est bien mort : « Et paix sur moi le jour où je naquis, et le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité comme vivant. » (S 19, 33 ; trad. Hamidullah).
Et d'autres fois, selon le Coran, il n'est pas mort mais directement élevé au ciel :
« [les juifs disent] : « Nous avons vraiment tué le Christ ; Jésus, fils de Marie, le messager de Dieu ! … Or, ils ne l'ont pas tué ni crucifié ; mais on leur a apporté quelque chose de ressemblant ! Oui, et ceux qui divergent, à son sujet, en ont certainement un doute : ils n'en ont d'autre science que la poursuite d'une conjoncture. Car ils ne l'ont certainement pas tué, mais Dieu l'a élevé vers Lui... » (S. 4, 157-158 ; trad. Hamidullah).

Le prophète de l'islam ʿīsā n'est donc pas le personnage historique qui est né de Marie en -7 et que les Évangiles chrétiens nomment Jésus. Le prophète ʿīsā de l'islam est un homme à la vie devenue mythique à travers la relecture d'Apocryphes tardifs dont aucun des auteurs n'avait connu le Jésus historique. La description que le Coran donne de Jésus-Christ/ ʿīsā est donc erroné, voire hérétique au regard des Évangiles canoniques chrétiens.
 a la poubelle

Voir le profil de l'utilisateur
@Yassine a écrit:
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:Le Coran donne des détails sur Marie qui n'existent pas dans les Évangiles, mais que l'on retrouve dans plusieurs apocryphes tardifs écrits entre les IIe et IVe siècles.
Je te demande encore une fois mon ami de sortir de ton égocentrisme naïf et ta subjectivité niaise. Le musulman n'a vraiment rien à cirer de tes Évangiles qu'elles soient canoniques ou apocryphes. Puis de notre coté s'il y a des choses en Islam qui s'accorde avec ce qu'il y a dans un canonique ou un apocryphe, c'est juste car c'est vrai, qu'il soit canonique ou apocryphe. Car pour nous tous ce que vous avez est en principe "apocryphe", jusqu’à ce que cela s'accorde avec l'inspiration coranique ou hadithique.

Maintenant une question : Comment de votre coté vous avez su que cela est canonique et d'autre non ?


C'est juste une question de chronologie.
Jean est un témoin direct de la vie de Jésus, il a écrit son évangile entre 65 et 70.
Marc est le scribe de Pierre (qui était analphabète): il  a écrit entre l'an 61 et 63.

Quand des témoins directs disent quelque chose.

Et qu'après plusieurs siècles on voit apparaître des textes fantaisistes qui contredisent les textes écrits par des témoins.... qui doit-on croire ?

Naturellement les textes écrits par des témoins directs et mis par écrits tout de suite ! 

Quand le Coran s'inspire du mythe et non du récit historique... que faut -il conclure ?
Que le Coran, c'est du mytho !

Voir le profil de l'utilisateur

Azzedine 


Chevronné
Chevronné
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:
@Yassine a écrit:
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:Le Coran donne des détails sur Marie qui n'existent pas dans les Évangiles, mais que l'on retrouve dans plusieurs apocryphes tardifs écrits entre les IIe et IVe siècles.
Je te demande encore une fois mon ami de sortir de ton égocentrisme naïf et ta subjectivité niaise. Le musulman n'a vraiment rien à cirer de tes Évangiles qu'elles soient canoniques ou apocryphes. Puis de notre coté s'il y a des choses en Islam qui s'accorde avec ce qu'il y a dans un canonique ou un apocryphe, c'est juste car c'est vrai, qu'il soit canonique ou apocryphe. Car pour nous tous ce que vous avez est en principe "apocryphe", jusqu’à ce que cela s'accorde avec l'inspiration coranique ou hadithique.

Maintenant une question : Comment de votre coté vous avez su que cela est canonique et d'autre non ?


C'est juste une question de chronologie.
Jean est un témoin direct de la vie de Jésus, il a écrit son évangile entre 65 et 70.
Marc est le scribe de Pierre (qui était analphabète): il  a écrit entre l'an 61 et 63.

Quand des témoins directs disent quelque chose.

Et qu'après plusieurs siècles on voit apparaître des textes fantaisistes qui contredisent les textes écrits par des témoins.... qui doit-on croire ?

Naturellement les textes écrits par des témoins directs et mis par écrits tout de suite ! 

Quand le Coran s'inspire du mythe et non du récit historique... que faut -il conclure ?
Que le Coran, c'est du mytho !
poubelle

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:C'est juste une question de chronologie.
Jean est un témoin direct de la vie de Jésus, il a écrit son évangile entre 65 et 70.
Marc est le scribe de Pierre (qui était analphabète): il  a écrit entre l'an 61 et 63.
Et les autres apôtres, qui étaient aussi lettrés, n'ont pas pensé à rédiger quelque lignes, Pierre par exemple ?

Puis non, ce n'est pas par critère chronologique. Cherche encore...

Quand le Coran s'inspire du mythe et non du récit historique... que faut -il conclure ?
Que le Coran, c'est du mytho !
Ca va pas marcher la provoc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

rayessafa 


Résident
Résident
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:
Jean est un témoin direct de la vie de Jésus, il a écrit son évangile entre 65 et 70.


personne ne sait qui est ce Jean qui a écrit l'évangile .. sois sûr qu'il ne s'agit pas du fils de zébédée !!

cet évangile et l'apocalypse sont l'oeuvre d'un auteur inconnu !!






Voir le profil de l'utilisateur

Akim 


Passionné
Passionné
Quel rapport avec la pierre noire ?

Voir le profil de l'utilisateur

onemuslim 


Habitué
Habitué
@Akim a écrit:D'où vient cette pierre, qui l'a amenée, quel en est le symbolisme, pourquoi le prophète dut l'embrasser ?


Nous allons tenter de donner une explication à ces questions en nous basant sur les saintes écritures et sur l'histoire du prophète Mohammed.


Selon la légende, la pierre noire fut apportée directement du paradis par l'ange Gabriel.
A l'origine elle était d'un blanc éclatant.
L'âge de la pierre est indéterminé.


 Parmi ses mérites figure le fait qu'elle représente la Main Droite d'Allah, exalté soit-Il, et que celui qui n'a pas eu l'occasion de prêter serment d'allégeance au Messager d'Allah mais qui a embrassé cette Pierre Noire, c'est comme s'il l'avait fait. Parmi ses mérites figure aussi le fait que le Messager d'Allah  en a dit : « Elle descendit et une lumière en provenait alors. Et si les mains des polythéistes ne l'avaient pas touchée, Allah en aurait fait le moyen par lequel tout malade guérit ».



Parmi les histoires rapportées à son propos, il y a aussi celle selon laquelle Allah, exalté soit-Il tira une descendance des reins des fils d’Adam et les fit témoigner : « Ne suis-Je pas votre Seigneur ? ». Ils répondirent : « Si et nous en témoignons ». C'est alors qu'Allah, exalté soit-Il, inscrivit ce témoignage dans un livre qu'Il déposa dans la Pierre Noire.



 « Cette Pierre viendra le Jour de la Résurrection munie d'yeux pour voir et d'une langue pour parler et elle témoignera en faveur de celui qui, poussé par la foi en Allah et l'espoir de Sa rétribution, l'aura saluée en la touchant, en l'embrassant ou même en faisant un signe dans sa direction ».



La pierre a été déposée, sur ordre d'Allah, exalté soit-Il, à l'angle de l'honorable Ka'ba qu'on nomma « al-Rukn ». Elle est encastrée en profondeur dans la structure de la Ka'ba et on n'en voit que la tête devenue noire à causes des péchés des polythéistes. 

Quant à la partie incrustée dans la Ka'ba, elle est de couleur blanche. Selon 'Abdallah ibn 'Amr ibn al-'Âs, qu'Allah soit satisfait de lui : « La Pierre Noire était plus blanche que le lait et avait la longueur d'un humérus »







« Les fragments de la Pierre Noire sont au nombre de treize, les grands fragments sont au nombre de quatre, les autres sont plus petits.







Les Qarmates ont une Histoire sombre avec cette Pierre noble qu'Ibn 'Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, décrit en disant : «Le Rukn et le Maqâm sont deux corindons du Paradis et ils finiront par y retourner. Si les impuretés n'avaient pas touché ce Rukn, ce dernier aurait guéri l'aveugle-né et le lépreux »



http://www.islamweb.net/frh/index.php?page=articles&id=181407









Bien, alors de ces textes on peut en faire un résumé :


Une pierre blanche a été apportée par l'ange Djibril à Abraham pour indiquer le lieu du culte.
Cette pierre représente la main droite de Dieu.
Elle avait le pouvoir de guérir toutes sortes de maladies avant de devenir noire.


Elle contient un livre témoignant de la reconnaissance des fils d'Adam vis à vis de notre Seigneur.


Elle est la pierre principale de l'angle sud/Est de la Kaaba.


Cette pierre reviendra au jour de la résurrection avec les sens d'un homme, elle sera témoin  pour ceux qui ont reconnu cette pierre comme sacrée.




Je ne sais pour vous, mais j'ai la vague sensation d'avoir entendu cette histoire ailleurs !


La bonne nouvelle apportée à Marie par l'ange Gabriel/Djibril: "Dieu te fait dont d'un fils pur".
La couleur blanche étant un symbole de pureté.


Cet enfant (pierre vivante bénie) ira par la suite, s'asseoir  à la droite de la puissance (bras) de Dieu.


Cet pierre vivante (Jésus) avait le pouvoir de guérir toutes les maladies.
Les apôtres ont reconnus en Lui, leur Seigneur.
Un livre en atteste (l'Evangile).


La pierre  qu'ont rejeté les bâtisseurs (juifs), est devenue la principale de l'angle (de la Kaaba) !


La pierre a été fracturée en 13 morceaux,  (12 apôtres et au centre Jésus=13).


Cette pierre reviendra au jour de la résurrection avec des attributs d'homme (yeux, langue, parole) pour apporter un témoignage de fidélité à ceux qui l'ont reconnu sur terre comme base de l'édifice qu'est la Kaaba, mère de l'Islam.


Voila, je m'arrête là pour l'instant, j'espère que cela vous fera réfléchir quand à l'importance de Jésus dans l'Islam pour les uns, et pour les autres, j'espère que vous verrez en l'Islam, une religion ayant l'aval de Jésus et donc certainement pas antéchrist.


Salam à tous.

Il n'y a pas plus idolâtre que cette histoire de pierre noire.

Voir le profil de l'utilisateur

Akim 


Passionné
Passionné
Cette pierre n'est pas une image ni une sculpture faite de mains d'hommes.
Ne rejette pas la pierre de l'angle, car elle symbolise ton salut.

Voir le profil de l'utilisateur
@Yassine a écrit:
Et les autres apôtres, qui étaient aussi lettrés, n'ont pas pensé à rédiger quelque lignes, Pierre par exemple ?

Puis non, ce n'est pas par critère chronologique. Cherche encore...

  


Jean est un témoin direct.
Il a écrit son évangile entre l'an 65/66.
L'exemplaire (fragmentaire) de son Évangile le plus ancien parvenu jusqu'à nous date de l'an 110. Il est semblable à l'évangile lu de nos jours.

Les apocryphes qui parlent des oiseaux d'argile et de Jésus parlant au berceau date au mieux du IVe siècle !
Il s'agit donc de mythologie.
Cette mythologie est reprise dans le Coran.

Cela prouve que le Coran n'est pas inspiré de Dieu, mais qu'il est inspiré de quantité de groupes religieux plus ou moins orthodoxes, plus ou moins païens que côtoyait Mahomet au VIIe siècle.


CQFD !

Voir le profil de l'utilisateur

Akim 


Passionné
Passionné
CQFD !


Connerie qu'il fallait dire

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
@Pierre-Elie Suzanne a écrit:Jean est un témoin direct.
Il a écrit son évangile entre l'an 65/66.
L'exemplaire (fragmentaire) de son Évangile le plus ancien parvenu jusqu'à nous date de l'an 110. Il est semblable à l'évangile lu de nos jours.
Oui super, mais qui a été le premier qui a désigné seulement les 4 Évangiles ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

Akim 


Passionné
Passionné
Le sujet c'est la pierre noire.

Voir le profil de l'utilisateur
@Akim a écrit:Le sujet c'est la pierre noire.

La Pierre noire est un basalte d'origine volcanique, ou peut-être une météorite. Les musulmans ont tellement peur des vérités scientifiques qu'ils ne font aucune étude objective qui démontrerait qu'ils pratiquent des cultes païens. Il serait si simple de faire une étude géologique des morceaux de la Pierre. En effet, les musulmans qui sont de grands calmes, l'ont plusieurs fois enlevée, brûlée, fracassée. Ils faut donc parler des morceaux de la Pierre Noire, plus que de la Pierre Noire !  

La Kaaba était un haram, un espace clôt qui retenait dans ses murs des bétyles, des pierres sacrée.
Le culte des pierres est pré-islamiques. C'est une survivance du paganisme pré-islamique qui s'est prolongé jusqu'à nos jours.

Le culte de le Pierre Noire, c'est tout de même un peu primitif, archaïque et païen, non ???

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Dixit celui qui s'incline à des statues et les invoque. En Islam celui qui invoque la Pierre Noire apostasie. C'est juste qu'on honore ce que Dieu a rendu honorable.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum