anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Je balance tout le Mer 10 Nov - 3:00

arbimassihi 


Enthousiaste
Enthousiaste
Les Musulmans affirment que le Coran n'est pas simplement un chef d'œuvre littéraire humain, mais un miracle littéraire divin. Cette affirmation ne correspond pas aux faits. Car le Coran que nous avons entre nos mains contient des erreurs grammaticales flagrantes que tous ceux qui parlent l'arabe peuvent constater.
La première erreur

En 5:69

"Ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Sabéens, et les Chrétiens, ceux parmi eux qui croient en Allah, au Jour Dernier et qui accomplissent les bonnes œuvres, pas de crainte sur eux, et ils ne seront point affligés."

"Innal-ladhîna 'âmanoû wal-ladhîna hâdoû was-Sâbi'oûna wan-Nasârâ man 'âmana bilâhi wal-Yaoumil-'âkhiri wa 'amila sâli-hanfalâ khaou-foun 'alaï-him wa lâ houm yah-zanoûn."

Il y a une erreur grammaticale dans le verset ci-dessus. Le mot 'Sâbi'oûna' n'a pas été décliné correctement. Dans deux autres versets, le même mot, dans exactement la même situation grammaticale, a été décliné correctement.

2:62 "Innal-ladhîna 'âmanoû wal-ladhîna hâdoû wan-Nasârâ was-Sâbi'îna ..."

22:17 Innal-ladhîna 'âmanoû wal-ladhîna hâdoû was-Sâbi'îna wan-Nasârâ ..."

Vous constaterez que le mot était écrit 'Sâbi'oûna' en 5:69 mais 'Sâbi'îna' en 2:62 et 22:17. Dans les deux derniers versets, il a été décliné correctement parce que le mot 'inna' au début de la phrase appelle une déclinaison appelée 'nasb' (comme dans le cas de l'accusatif ou du subjonctif) et le 'î' est la marque du 'nasb'. Mais dans le mot 'Sâbi'oûna' en 5:59, il porte le 'oû' qui est la marque du 'raf'a' (comme dans le cas du nominatif ou de l'indicatif). C'est une faute de grammaire flagrante.

Ce changement de cas est similaire aux changements de nombre, personne et temps. Tous sont utilisés dans le Coran pour des raisons de rhétorique dans leurs contextes. C'est une caractéristique appelée 'iltifât', dont les exemples sont nombreux en arabe. Comment ces mesures rhétoriques sont utilisées dans le Coran a été couvert en détail dans le plus grand livre de sciences du Coran intitulé Al-Burhan par Zarkashi.
La deuxième erreur

En 4:162

"Mais ceux d'entre eux qui sont enracinés dans la connaissance, ainsi que les croyants, tous ont foi à ce qu'on a fait descendre sur toi et à ce qu'on a fait descendre avant toi. Et quant à ceux qui accomplissent la ç alât, paient la Zakât et croient en Allah et au Jour Dernier, ceux-là Nous leur donnerons une énorme récompense."

"Lâkinir-Râsi-khoûna fil-'ilmi minhoum wal-Mou'-minoûna you'-minoûna bi-maâ 'ounzila 'ilaïka wa maâ 'ounzila min-qablika wal-mouqîmîn as-Salâta wal mou'-toûnaz-Zakâta wal-Mou'-mi-noûna billâhi wal-Yawmil-'âkhir: 'ulaâ 'ika sanu'-tî-him 'ajran 'adhîmâ."

Le mot "mouquîmîn" devrait être "mouquimoûn". Le mot aurait dû être décliné selon la marque "raf'a" comme les autres noms dans la phrase. En effet, les deux noms qui le précèdent ("râsikhoûn" et "mou'minoûn") et le nom qui le succède ("moui'toûn") sont déclinés correctement. Certains ont affirmés que ce mot était décliné différemment afin de distinguer et de glorifier l'acte de prier, mais le savant Ibn al-Khatib dit que c'est une façon de penser idiote. ("al-Fourqan" by Mohammad M. 'abd al-Latif Ibn al-Katib, Dar al-Koutoub al-'elmiyah, Beyrouth, p.43). Une telle manière de raisonner défie toute logique. Pourquoi faire une distinction sur le mot prière qui est un pilier de la religion et pas la foi qui est le fondement et la racine de la religion ? De plus, est-ce que cette logique est applicable à l'erreur de déclinaison du verset précédent ? Doit-on conclure que les "Sabi'în" sont plus distingués que ceux qui sont croyants et appartiennent aux Peuples du Livre ? Et pourquoi seraient-ils plus distingués dans un verse que dans un autre comme nous l'avons vu ? Dieu est bien plus grand que cette logique idiote. Voilà encore une faute de grammaire flagrante.

Ce cas est le même que celui expliqué dans ma réponse à la première prétendue erreur.
La troisième erreur

En 20:63
"Ils dirent : "Voici deux magiciens..."

"Qâloû in hâdhâni la-sâhirâni ..."

Le mot "sâhirâni" aurait dû être "sâhiraïn". Le mot "sâhirâni" a été décliné incorrectement, parce que le mot au début de la phrase appelle une déclinaison appelée "nasb" (nominatif) et le son "ya" est le signe du "nasb". C'est la troisième erreur grammaticale.

Ceci est une autre figure rhétorique qui a été analysée en détail par les linguistes arabes. Par exemple, T. Hasan dans son livre " Al-lugha Al-'arabiyyah".
La quatrième erreur

En 2:177

"La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour Dernier, [...] de donner son bien, [...] pour délier les jougs [des esclaves], d'accomplir la ç alât et d'acquitter la Zakat. Et ceux qui remplissent leurs engagements [...], ceux qui sont endurants dans la misère, ..."

"Laïsal-birra 'an-touwalloû woujoûhakoum qibalal-Machriqi wal-Maghrib wa lâkinnal-birra man 'âmana billâhi wal-Yawmil-'âkhiri wal-malaâ-'ikati wal-Kitâbi wan-nabiyyîn: wa 'âtal-mâla 'alâ houbbihî zawilqourbâ wal-yatâmâ wal-masâkîna wabnas-sabîli was-saâ-'ilîna wa fir-riqâb: wa'aqâmas-çalâta wa 'âtaz-Zakâta; wal-moûfoûna bi'ahdihim 'idhâ 'âhadoû was-çâbirîna fil-ba'-saâ'i wazzarraâ-'i ..."

Dans le verset ci-dessus, on peut constater cinq erreurs grammaticales. Dans quatre d'entre elles, le mauvais temps a été utilisé, car la phrase commence au présent avec le verbe "touwalloû" alors que les autres verbes sont écrits au passé :

'âman aurait dû être tou'minoû;

'âta aurait dû être tou'toû;

'aqâma aurait dû être touqimoû;

'âta aurait dû être tou'toû.

Le traducteur a gardé le présent et les verbes "croire", "donner", "accomplir" et "acquitter" sont tous [sous-entendus] au présent [(par le verbe "...est de...") qui les précède.]

La cinquième erreur est la fausse déclinaison du mot "çâbirîna", il aurait dû être décliné "çâbiroûna" comme le mot "moûfoûna" qui le précède.

Le premier cas doit être au présent (par exemple en français on a la règle suivante : après le verbe aller, on a un verbe à l'infinitif : on dit "je vais manger", et pas "je vais mangeras" ou "j'allais mangeai". C'est une règle claire en français. Des règles similaires mais différentes du français, s'appliquent en arabe. Si on traduisait du français à l'arabe en gardant toujours les mêmes temps, sans tenir compte des règles de l'arabe, ce serait grammatiquement incorrect. Cette prétendue erreur démontre une méconnaissance de la grammaire arabe de base. Pour ce qui est de "sâbioûna" voir ma réponse à la première prétendue erreur.
La cinquième erreur

En 3:59

"Pour Allah, Jésus est comme Adam qu'Il créa de poussière, puis Il lui dit : "Sois" et il fut."

"Inna massala 'Isâ 'indal-lâhi ka-masali 'Adam; khalaqahoû min-tourâbin-soum-ma qâla lahoû koun fa-yakoûn."

Le verset ci-dessus, s'il était traduit mot à mot de l'arabe, donnerait : La similitude de Jésus avec Allah est comme la similitude d'Adam. Il le créa de poussière, puis Il lui dit : "Sois" et il est."

Le mot "yakoûn" ("est" in français) aurait dû être "kâna" ("était") en arabe pour être consistent avec le passé du verbe précédent "dit", comme cela a été corrigé par le traducteur. C'est la cinquième erreur.

C'est une figure grammaticale qui est identifiée en arabe par "Al-Hikaya" qui consiste à prendre un bloc et à le présenter comme il est sans en changer une partie, comme vous ne changeriez pas une partie d'une expression idiomatique pour s'accorder avec un genre, un nombre ou un temps. Par exemple, je pousse quelqu'un à bout, on me répondra "Ne pousse pas Mémé dans les orties". Cette personne n'est ni ma grand-mère, et il n'y a pas d'orties autour. Est-ce une erreur grammaticale de sa part ? Non - et je ne pourrais même pas changer l'expression en "...dansl'ortie".
La sixième erreur

En 21:3

"...et les injustes tiennent des conversations secrètes..."

"Lâhiyatan - qouloûbouhoum. Wa 'asarroun-najwalladhîn dhalamoû..."

Le mot "'asarrou" devrait être "'asarra". C'est une phrase verbale, et la règle pour une telle phrase, où le verbe vient avant le sujet (masculin), est que le verbe doit être à la troisième personne (au masculin) du singulier, si le sujet actif de la phrase verbale est présent dans la phrase. (La même règle s'applique aussi au féminin). Cependant, le verbe dans le verset ci-dessus, est au pluriel. Voir des exemples de cette règle dans les versets suivants : 3:52, 10:2, 16:27, 16:35, 3:42, 49:14.

Il y a des réponses tout aussi valables à ça :

1, On peut comprendre que "alladhîn dhalamoû" est mis en apposition au nom pluriel pour les condamner pour leur malice et déclarer que c'est leur malice qui les a menés à l'acte.

2, C'est une variation dialectale acceptée et reconnue en arabe classique, connue dans les textes de grammaire sous le nom de "loughat akalouni al-baraghith", où nous avons le pronom pluriel (pas singulier) suivit du sujet comme dans le verset ci-dessus. C'est un usage parfaitement acceptable de l'arabe classique.
La septième erreur

En 22:19

"Voici des clans adverses qui disputaient au sujet de leur Seigneur."

"hâzâni Khismani 'ikhtasamoû fi rabbihim ..."

En arabe, comme en français, les mots sont déclinés ou conjugués en accord avec le nombre. En français nous avons le singulier et le pluriel. Par exemple, "deux hommes" sera considéré pluriels. Mais en arabe, il y a trois nombres : singulier, duel, et pluriel. Ainsi en arabe, les verbes s'accordent en fonction du singulier, du duel ou du pluriel. Le verbe dans ce verset a été conjugué comme si le sujet était plus que deux. Mais le verset ne parle que de deux. Donc la règle du duel devrait être suivie et le verbe "'ikhtsamoû" aurait dû être "'ikhtasamâ". Voilà encore une faute.

Le duel se réfère à deux entités : les croyants et les incroyants et le pluriel fait référence à la pluralité du nombre des individus dans chaque camp. En français, on pourrait dire par exemple "Le gouvernement allemand veut bannir le bœuf anglais. Ils disent qu'il est dangereux." Le mot "gouvernement" est singulier et donc, on a "veut", et pluriel car le gouvernement contient plusieurs personnes, et donc on a "ils disent".
La huitième erreur

En 49:9

"Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux."

"wa 'in-taâ-'ifatâni mi-nal-Mou'-minîn aq-tatalu fa-'aslihoû baïnahoumâ."

L'erreur dans ce verset est la même que dans le verset précédent. Le nombre est encore une fois duel, mais le verbe est conjugué comme si le sujet était pluriel. Le verbe "aq'tatalou" devrait être "aq-tatalata".

Même réponse que pour la prétendue erreur précédente.
La neuvième erreur

En 63:10

"..."Seigneur ! Si seulement Tum'accordais un court délai : je ferais l'aumône et serais parmi les gens de bien."

"... Rabbi law laâ 'akhartaniî 'ilaâ 'ajalin-qarîbin-fa-'assaddaqa wa 'akoum-minas-çalihîn."

Le verbe "'akoun' est conjugué incorrectement, il devrait être "'akouna", c-à-d la dernière consonne devrait avoir la voyelle "a", au lieu de n'avoir aucun voyelle, parce que le verbe "'akoun" est au subjonctif. En effet, le verbe précédent ("'assaddaqa") est conjugué correctement au subjonctif. La raison en est qu'en arabe, le présent devient un subjonctif, s'il est précédé par certains mots (hourouf nasebah), l'un de ces mots étant le causatif "fa".

Premièrement, selon l'une des manières valables de lecture du Coran (l'une des sept lectures standard), on lit "akouna".

On peut lire de la manière ci-dessus, car c'est en conjonction avec le "mahall" de "'assaddaqa" qui est "jazm" dans le sens de "si vous me retardez, je donnerai en charité, et serai parmi les gens de bien." "'atf 'ala al-mahall" est une figure grammaticale arabe bien connue.
La dixième erreur

En 91:5
"Et par le ciel et Celui qui l'a construit!"

"was-samaâ-'i wa mâ ba-nâhâ."

Le mot "mâ" en arabe est utilisé pour l'impersonnel. Mais le sujet du verset ci-dessus est Dieu. Le mot qui devrait donc être utilisé est le mot arabe "man" (signifiant "celui qui"). Le traducteur a corrigé cette erreur et transformé le "mâ" (ce qui) en "Celui qui". Il corrige aussi les deux versets qui suivent :

"Et par la terre et Celui qui l'a étendue !". Q. 91:6.

"Et par l'âme et Celui qui l'a harmonieusement façonnée !" Q. 91:7.

Dans les traductions en anglais du Coran on trouve différentes versions. Yusuf Ali, par exemple, pour contourner le problème traduit le verset en question par : "Par le firmament et sa structure merveilleuse". Le sujet "Dieu" n'est donc par présent du tout. Il donne la raison à sa traduction dans une note de bas de page : "Le "mâ masdariya" en arabe, dans ce verset et les deux suivants rend mieux en anglais par des noms." Mais le mot "bana" dans "banaha" n'est pas un nom mais un verbe au passé et donc a été traduit correctement par deux autres traducteurs (Pickthall et Arberry), comme par le traducteur français. Le mot "mâ" aurait dû être "man" (c-à-d "celui") et dans ce contexte, traduit par "Celui" avec majuscule.

"mâ " dans ce verset n'est pas un pronom se référant à Dieu mais il est "masdariyya" c-à-d qu'il signifie "l'acte de [construire]..." et non pas "celui qui [l'a construit]". Yusuf Ali, l'un des traducteurs anglais, ayant été éduqué selon la tradition des madrasa, maîtrise mieux l'arabe que les deux autres traducteurs anglais.
La onzième erreur

En 41:11

"Il s'est ensuite adressé au ciel qui était alors fumée et lui dit, ainsi qu'à la terre : "Venez tous deux, bon gré, mal gré". Tous deux dirent : "Nous venons obéissants."

"... faqal laha wa lel-Arad 'itiya taw'ân aw karha qalata ataïna ta'i'în."

Ciel est terre en arabe sont des mots féminins, le mot traduit par "tous deux dirent" est en arabe, féminin et duel ("qalata") comme il se doit, mais l'adjectif traduit par "obéissants" en arabe est au masculin pluriel ("ta'i'în"), en contradiction avec la règle selon laquelle les adjectifs doivent s'accorder avec les noms en nombre et genre, et donc "ta'i'în" aurait dû être "ta'i'ataïn", la forme du duel féminin.

Il y a plusieurs ciels et terres. En arabe classique, ils peuvent être au masculin ou au féminin. Ce que vous mentionnez ici est une transformation qui eut lieu en arabe moderne. Vous serez surpris de savoir, par exemple, qu'en arabe classique, il est correct de dire "qâla an-nisa'" [verbe au masculin singulier pour un sujet féminin singulier] et "qâlat ar-rijâl" [verbe au féminin pour un sujet au masculin pluriel], alors que tous deux sont faux en arabe moderne. Voir également ma réponse à la septième prétendue erreur.
La douzième erreur

En 7:56

"...la miséricorde d'Allah est proche des bienfaisants."

"... inna rahmata Allahi qariboun min al-mouhsinîn."

Le verset ci-dessus est une proposition nominale. Dans une telle proposition, le prédicat doit s'accorder avec le sujet (rahmata) en genre. Le mot "qariboun" (signifiant "proche") est le prédicat de "rahmata Allahi" (la miséricorde d'Allah), et ils devraient s'accorder en genre. Mais ce n'est pas le cas dans le texte arabe. "Rahmata" est un mot féminin en arabe et le mot "qariboun" (qui est ici au masculin) devrait être "qaribah" (sa forme féminine).

Cette règle est suivie correctement dans d'autres verset coraniques, par exemple en 9:40, on peut lire : "Kalimatoul-llah hiya al-'oulya." Ici, "kalimat" et "hiya" sont tous deux féminins". Dire en revanche "Kalimato ul-llah houwa al-'a'la." ne serait pas correct. Aussi faux que dans le verset ci-dessus.

Une telle structure est bien connue en arabe, et "qariboun" sert comme adverbe plutôt que comme adjectif. C'est une autre simplification de l'arabe moderne. Utiliser la grammaire moderne arabe comme base revient au même que critiquer Molière ou Rabelais parce que leur grammaire diffère du français moderne !
Treizième erreur

En 7:160

"Nous les répartîmes en douze tribus."

"wa qata'nahoum 'ithnata 'ashrata asbatan."

Au lieu de "asbatan", on devrait lire "sebtan".

Dans le texte arabe, il est littéralement dit "douze tribus". C'est correct en français mais pas en arabe. En arabe, on doit dire "douze tribu", parce que tout nom dont le nombre va au-delà de dix doit être au singulier. Cette règle est observée correctement dans d'autres versets tels que 7:142, 2:60, 5:12, 9:36, 12:4.

Si Allah avait dit "douze tribu", Il l'aurait laissé au singulier. Mais Il parle des nombreux "asbat" à l'intérieur de chaque tribu. "asbatan" signifie "petits-fils" et pas "tribus", dans chaque tribu. Pour plus d'information, voir le tafsir de Zamakhshari. Il mentionne cette objection et y répond.


Un jour que le prophète de l'islam se rendit chez son fils adoptif Zayd, ce dernier n'était pas à la maison. Zainab, la femme de Zayd était présente, et le prophète de l'islam, voyant Zainab (sans voile à la maison), s'en réjouit et dit :
"Que Dieu félicite cette meilleure créature".
Lorsque Zainab raconta cela à son mari, celui-ci comprit que sa femme avait plu au Prophète, alors il l'envoya chez son père. Or en principe on n’a pas le droit de se marier à la femme de son fils, même après son divorce. Pour atteindre son objectif, le prophète inventa des " révélations " qui abrogent l’adoption. Et ainsi, Zayd n’étant pas son fils biologique, il eut le droit d’épouser sa femme après le divorce. Voici tout d'abord ce que dit le Coran de cette Histoire :

Sourate al Ahzab, Verset 4
« Il (Allah) n'a point fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce sont des propos [qui sortent] de votre bouche. Mais Allah dit la vérité et c'est Lui qui met [l'homme] dans la bonne direction. »

Sourate al Ahzab, Verset 5
« Appelez-les du nom de leurs pères: c' est plus équitable devant Allah. Mais si vous ne connaissez pas leurs pères, alors considérez-les comme vos frères en religion ou vos alliés. Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce que vos cœurs font délibérément. Allah, cependant, est Pardonneur et Miséricordieux. »

Sourate al Ahzab, Verset 37
« Quand tu disais à celui qu'Allah avait comblé de bienfaits, tout comme toi-même l'avais comblé: ‹Garde pour toi ton épouse et crains Allah›, et tu cachais en ton âme ce qu'Allah allait rendre public. Tu craignais les gens, et c'est Allah qui est plus digne de ta crainte. Puis quand Zayd eût cessé toute relation avec elle, Nous te la fîmes épouser, afin qu'il n'y ait aucun empêchement pour les croyants d'épouser les femmes de leurs fils adoptifs, quand ceux-ci cessent toute relation avec elles. Le commandement d'Allah doit être exécuté. »

Mohammed cachait le désir d’épouser une femme mariée. Avant que le divorce n'aie lieu, "Allah" avait déjà fait naître ce désir dans le coeur de Mohammed. Le célèbre exégète Ibn Katir explique à propos de ce verset que Aïcha dit : " Si l’envoyé d’Allah devait cacher quelque chose de ce qui lui est révélé, il aurai caché ceci ". Et bien sûr, le scénario est fait intelligemment ! Mohammed s’auto-critique par le Coran pour prouver qu’il émane de Dieu.

Pour légitimer le mariage avec Zaynab, Muhammad abrogea l’adoption :

Sourate al Ahzab, Verset 40
« Muhammad n'a jamais été le père de l'un de vos hommes, mais le messager d'Allah et le dernier des prophètes. Allah est Omniscient. »

Voir le profil de l'utilisateur

2Re: Je balance tout le Sam 20 Nov - 20:04

Raisonne impeu, si tu fesait des recherche, tu saura que les regles de l'arabes n'existait pas au temps du prophète,c'etait l arabe de rue, si je peut e permettre, meme les premier textes corannique n'avait aucune regle, aucune voyelle, aucune grammaire, aucune ortographe, ce sont les savants qui ont créee les regles donc l'erreur vient d'eux, cherche avant de poster quelquechose big-smile

Voir le profil de l'utilisateur

3Re: Je balance tout le Sam 27 Nov - 8:10

arbimassihi 


Enthousiaste
Enthousiaste
@quicherchelapiété a écrit:Raisonne impeu, si tu fesait des recherche, tu saura que les regles de l'arabes n'existait pas au temps du prophète,c'etait l arabe de rue, si je peut e permettre, meme les premier textes corannique n'avait aucune regle, aucune voyelle, aucune grammaire, aucune ortographe, ce sont les savants qui ont créee les regles donc l'erreur vient d'eux, cherche avant de poster quelquechose big-smile


tu me dit que le coran était informe et vide.
vous dites qu'il est descendu du ciel dans une version parfaites...
reflechis a ce que tu dis.et il a fallut que des hommes le rendent compréhensible avec leur règle litteraire.
comment peut-on lire un texte sans réglé ni voyelles ni grammaire ni orthographe et pourquoi il n'est pas descendu parfait avec tout ce qu'il faut sans qu'il y est besoins de le mettre en ordre.

Voir le profil de l'utilisateur

4Re: Je balance tout le Dim 28 Nov - 11:46

]color=red]tu me dit que le coran était informe et vide.
vous dites qu'il est descendu du ciel dans une version parfaites...
reflechis a ce que tu dis


C'est toi qui ne reflechis pas contrairement a vous ou les dirigeant chrétien ont compliquer la bible afin de manipuler le peuple juifs
Le coran est descendu de maniere a ce que tout le monde comprenne
Il faut reflechir comment juger une personne qui ne comprends pas les textes

.et il a fallut que des hommes le rendent compréhensible avec leur règle litteraire.
comment peut-on lire un texte sans réglé ni voyelles ni grammaire ni orthographe et pourquoi il n'est pas descendu parfait avec tout ce qu'il faut sans qu'il y est besoins de le mettre en ordre[/color
]

Le coran est descendu dans un peuple bien precis, tout les arabes lettrés a ce moment arrivait lire les textes coraniques, c'est le cas de la bible qui a été ecits en grec et en hebreu, les francais pourraits t'il le lire en hebreux?
C'est pour permettre au autre peuples de pouvoir lire l'arabe que les savants se sont reunis et on fixés les règles d'ortographes,de grammaires,les voyelles

Effectivement le coran est descendu dans sa forme parfait, quand on dit c'est descendu , tu croit que dieu a donnée un livre avec les textes saints au prophètes Muḥammad(bdsl), non il lui a révélé par l'intermediare de l'ange gabriel en fonction des evenements, le coran est descendu en plus d'une vingtaine d'année
Le prophète lors des revelations appelait des calligraphes arabes dans la mesure ou il était illetré, pour ecrits les revellations
sur des os de chameaus et des plaques
Il est parfait puisque tout les arabes comprennent le sens
Si tu veut savoir l'histoire de l'écriture arabe va voir sur ce site

http://le-carrefour-de-lislam.com/Attributum/pages_manuscrits-coran.htm

Voir le profil de l'utilisateur

5Re: Je balance tout le Dim 28 Nov - 13:32

Hanane 


Résident
Résident
on est bouré de tes sujets hors sujet arbimassihi
les gens visent le ciel et toi tu vise ton nez

Voir le profil de l'utilisateur

6Re: Je balance tout le Dim 28 Nov - 14:22

féeclochette 


Récurrent
Récurrent
Arbimasssih , ils disent que le coran était lisible pour le peuple lettrés, ils ont raison ,le "bas peuple" devait suivre sans pourvoir vérifiés, car pour cause ils étaient illettrés.
qu'ils ne disent pas non, car encore a nos jours des gens sont musulmans plus par tradition que conviction, car dans beaucoup de pays dit musulmans il ne savent pas lire l'arabe, surtout les filles . mais cela ils ne l"admettront JAMAIS.

Voir le profil de l'utilisateur

7Re: Je balance tout le Dim 28 Nov - 19:40

c'est vrai dans le coran , un hadith dit que le coran temoignera contre le musulman, c'est a dire tout mulsuman a le devoir d'apprendre a lire le coran et a mediter sur les versets

Voir le profil de l'utilisateur

8Re: Je balance tout le Dim 28 Nov - 23:05

arbimassihi 


Enthousiaste
Enthousiaste
@quicherchelapiété a écrit:c'est vrai dans le coran , un hadith dit que le coran temoignera contre le musulman, c'est a dire tout mulsuman a le devoir d'apprendre a lire le coran et a mediter sur les versets



sourate elraad (le tonnere) v15
15. Et c'est à Dieu que se prosternent, bon gré mal gré, tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre, ainsi que leurs ombres, au début et à la fin de journée. l'Enfer sera leur refuge. Quel détestable lit de repos !


meme si vous vous prosterner autant que vous voulez et que vous faites la salatte vous irez en enfer malgrès tout.

et là la bible dit franchement quelle beauté de voir l'amour de Dieu de cette façon pour les être humains malgré nos péché a cause de son amour il nous pardonne

Esaïe 43 : 25
C'est moi, moi qui efface tes transgressions pour l'amour de moi, Et je ne me souviendrai Plus de tes péchés.


1 Jean 4 : 9
L'amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.

Voir le profil de l'utilisateur

9Re: Je balance tout le Jeu 2 Déc - 15:38

Ton verset est corrompu Arbimassihi (Sourate le Tonnerre verset 15), les mots en bleu sont un ajout au texte original.

Voici la réponse à TOUTES tes soit disantes erreurs (sur un nos sites):

http://contratak.blog4ever.com/blog/articles-cat-246178-263202-contratak_et_verite_sur_le_coran.html

Clik sur le lien, va dans punition verbale commence par la partie 1 jusqu'à 6. Bonne lecture, le débat est clos !

Voir le profil de l'utilisateur

10Re: Je balance tout Aujourd'hui à 20:41

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum