Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 6 sur 6]

abu-souheil 


Récurrent
Récurrent
El ibâna a-t-il été falsifié ?
(Partie 1)

Voir : el ashâ’ira fî mîzân ahl e-sunna (p. 689-700) de Faïsal el Jâsim.

Plusieurs éléments montrent qu’el ibâna n’a pas subi les transformations qui nous permettraient de jeter le discrédit dessus ou pour le moins, la suspicion sur son authenticité ; en voici les principaux :

Premièrement : Les différents exemplaires existants de l’ibâna sont similaires les uns les autres au niveau de l’ordonnancement des chapitres, le choix du vocabulaire, des questions soulevées, et ne dénotent aucune contradiction sensible entre elles.

Deuxièmement : En comparant ces fameux exemplaires de l’ibâna qui sont répandus aujourd’hui aux passages que les savants anciens ont puisé dans ses premiers manuscrits, les « révisionnistes » se rendront compte que leur similitude est accablante.
Le Hâfizh el Baïhaqî a reproduit une section entière de l’ibâna dans son ouvrage el i’tiqâd (p. 114) qui est copie conforme avec les exemplaires imprimés. Le même constat est fait avec ibn ‘Asâkir qui a retranscrit plusieurs sections de l’ibâna dans son tabyîn kadhib el muftarî (p. 152-162). Que dire de l’hérésiographe ibn Taïmiya qui reprend maints passages de l’ouvrage d’Abû el Hasan.[1] Même chose pour son élève ibn el Qaïyim,[2] mais aussi e-Dhahabî.[3]

Troisièmement : Mieux, il y a une ressemblance accablante entre l’ibâna et les dernières œuvres d’Abû el Hasan, comme maqâlât el islâmiyîn et risâla ilâ ahl e-thaghr. Tous reprennent le crédo des traditionalistes avec la même similitude.

Or, il est faux de dire qu’un livre est falsifié sous prétexte qu’il existe quelques divergences ou nuances sur le choix de certains termes, d’une version à une autre. D’autant plus que ces divergences en question n’altèrent en rien au sens général du texte ou de la phrase et ne se contredisent nullement. Ces nuances sont pratiquement naturelles et sont propres à tous les livres qui connaissent dans leur composition plusieurs copistes et plusieurs manuscrits. Le sahîh el bukhârî lui-même n’est pas épargné par les différences relevées entre les manuscrits. Nous pouvons en dire autant pour les sunan et les masânid. Est-il vraiment nécessaire de le rappeler, mais aucun livre d’inspiration humaine n’est épargné par cette critique, c’est pourquoi on parle de l'infaibillité du Coran.

Nos deux auteurs contribuent à véhiculer ce jugement sur l’ibâna en disant : « Les exemplaires divergent sur l’œil d’Allah : il est parfois au singulier et parfois au duel. » Ils essaient ensuite de trancher partialement entre les deux termes. Leur choix s’est porté sur le singulier sous prétexte qu’il serait plus conforme au Coran, à la sunna et aux paroles des anciens. Or, leur argument est bien loin de la réalité, mais ce qui nous intéresse ici, c’est qu’Abû el Hasan lui-même ne leur concède pas ce choix, pour le moins aléatoire. Plusieurs raisons permettent de le dire :

1 – Le duel est conforme au crédo des anciens. Dans sa réfutation à el Mirrîsî, e-Dârimî établit : « Concernant l’interprétation (ta-wîl dans le sens de tafsîr : explication ndt.) des paroles du Messager d’Allah (r) : « Allah n’est pas borgne » ; il nous apprend qu’Allah est doté de la vue et qu’Il a deux Yeux, contrairement au borgne. »[4] Ibn Khuzaïma pour sa part, il est l’auteur de ces paroles : « … Le Prophète (r) montre ainsi qu’Allah a deux Yeux. Cet éclaircissement est conforme au Coran (muhkum e-tanzîl).[5]

2 – El Ash’arî utilise également le duel dans ses autres livres. Il dit notamment dans maqâlât el islâmiyîn, en explication à la croyance traditionaliste : « Il a deux Yeux conformément au Verset [qui vogue sous nos yeux(au duel)].[6] »[7] Sous la section : la divergence sur l’œil, le visage, la main, etc. il explique : « Les traditionnistes (ashâb el hadîth) ont dit : nous nous contentons de dire comme Allah le Tout-Puissant, ou les paroles rapportées par le Messager d’Allah (r). Nous disons donc qu’Il a un Visage sans faire de description (bi lâ kaïf), deux Mains et deux Yeux sans faire de description. »[8]

Il explique également sous la section : voici quelques narrations de la tendance en général des traditionnistes et des traditionalistes (ahl e-sunna) : « Il a deux Yeux sans faire de description conformément au Verset [qui vogue sous nos yeux(au duel)].[9] »[10]

Par ailleurs, Abû el Hasan considère qu’en reniant cet Attribut (les deux Yeux d’Allah), les mu’tazilites s’éloignent des traditionalistes. Il dit notamment en parlant de la tendance mu’tazilite : section : leur tendance sur l’œil et la Main : «Certains d’entre eux reprochent de dire qu’Allah a deux Mains et reprochent de dire qu’Il a deux Yeux. »[11] Il est évident que lui-même reconnait cet Attribut. Que nos deux auteurs n’aillent pas dire que maqâlât el islâmiyîn a également été touché par la main de l’homme !

3 – Les premières grandes références ash’arites reconnaissaient cet Attribut (les deux Yeux d’Allah) au même titre que leur maître spirituel. Le plus connu et le plus représentatif d’entre eux s’incarne en la personne d’Abû Bakr ibn e-Taïb el Baqallânî, l’auteur des paroles suivantes : « Allah affirme qu’Il est doté de Noms et d’Attributs… » Après avoir énuméré certains Attributs, il poursuit : « Les deux Yeux que le Coran considère clairement comme un Attribut et que confirment les annales venant du Messager (u) communément transmises. Allah dit notamment : [et que tu sois élevé sous nos yeux].[12] »[13]

Ainsi, l’un des adeptes les plus illustres d’el Ash’arî reconnait les deux Yeux, et ne se contente pas d’en reconnaitre un seul.

4 – Cette divergence entre les termes n’est pas nouvelle. Elle existait déjà dans les anciennes versions de l’ibâna qui servit de sources pour les savants. Ibn ‘Asâkir utilise le singulier dans sa version qu’il utilise pour tabyîn kadhib el muftarî. Tandis qu’ibn Taïmiya rapporte le duel de la version qu’il utilise dans ses livres.[14] Ibn el Qaïyim rapporte également le duel.[15] Cela démontre que la différence entre les exemplaires de l’ibâna n’est pas un phénomène nouveau.
Ibn Taïmiya retranscrit même des passages de tabyîn kadhib el muftarî d’ibn ‘Asâkir qui s’inspire de l’ibâna. Il utilise également ici le duel.[16] Ibn el Qaïyim reprend également l’expression au duel en s’inspirant d’ibn ‘Asâkir.[17]

5- Il n’y a aucune contradiction entre le terme singulier et le duel. Le singulier est en effet utilisé pour exprimer le genre, dans le sens où Allah est doté de l’œil, pour désigner qu’Il a deux yeux, de la même façon qu’il est doté de la Main, pour désigner les deux Mains.

À suivre…

Traduit par :
Karim Zentici



[1] Voir : naqdh e-ta-sîs (p 63-85), majmû’ el fatâwa (3/224-225), (5/93-98, 168-178), bayân talbîs el jahmiya (1/420-422), (2/10-26, 348-349).
[2] Hâshiya ‘alâ tahdhîb e-sunan (13/35-36), mukhtasar e-sawâ’îq (2/169) dans lesquels il rapporte les textes qui parlent de la Main d’Allah, ijtimâ’ el juyûsh el islâmiya (182-190).
[3] El ‘Ulû (p. 218) et el ‘Arsh (291-303).
[4] E-radd ‘alâ el Mirrîsî (1/328).
[5] E-tawhîd : bâb dhikr ithbât el ‘aïn li Allah (U) (p. 42).
[6] La lune ; 14
[7] maqâlât el islâmiyîn (1/285).
[8] Idem. (1/290).
[9] La lune ; 14
[10] maqâlât el islâmiyîn (1/345).
[11] Idem. (1/271).
[12] Ta-Ha ; 39
[13] El insâf fî bayân sifât Allah ta’âlâ (p. 24).
[14] Voir : majmû’ el fatâwa (5/94), el fatâwa el kubrâ (5/337), et bayân talbîs el jahmiya (1/422),
[15] E-sawâ’îq el mursala (1/265) et ijtimâ’ el juyûsh el islâmiya (p. 289).
[16] El fatâwa el kubrâ (5/337).
[17] Ijtimâ’ el juyûsh el islâmiya (p. 289).


Voir le profil de l'utilisateur

abu-souheil 


Récurrent
Récurrent
El ibâna a-t-il été falsifié ?
(Partie 2)

Voir : el ashâ’ira fî mîzân ahl e-sunna (p. 689-700) de Faïsal el Jâsim.

Voici un autre exemple : Certains exemplaires de l’ibâna ajoutent l’expression : « loin du panthéisme et du monisme (munazzah ‘an el hulûl wa el ittihâd) » en parlant de l’istiwâ. Voici le passage en question : « Cela démontre qu’Allah le Très-Haut se particularise par Son Unicité, et est établi (mustawi) sur Son Trône [loin du panthéisme et du monisme]. » Cet ajout n’altère aucunement le sens de la phrase. Il ne fait que donner des informations supplémentaires sur la notion de l’istiwâ qu’il incombe de comprendre en sens propre. Il ne sous-entend ni qu’Allah est identifié au Trône, fusionné, ou incarné dans le Trône ni qu’Il constitue, Lui et le Trône, une substance unique. Il ne faut y voir aucune contradiction, mais il s’agit de renforcer l’idée que l’istiwâ est à prendre au sens littéral du terme.

Il y a falsification lorsque l’ajout ou la suppression d’un passage altère le contexte, ce qui n’est pas le cas ici.

Pour conforter la thèse que l’ibâna est falsifié, nos deux auteurs avancent qu’il rapporte des critiques impensables sur Abû Hanîfa. Ce dernier aurait dit que le Coran est créé.

Or, cette affaire sur Abû Hanîfa, indépendamment du fait qu’elle soit vraie ou fausse, n’est pas nouvelle à l’époque d’Abû el Hasan. Bien des grandes références avant lui, la rapportent. Nous avons el Bukhârî dans el tâkhîkh el kabîr (4/127), et khalq af’âl el ‘ibâd (p. 7) ; ‘Abd Allah le fils de l’Imam Ahmed dans e-sunna (1/184) ; el ‘Uqaïlî dans e-dhu’afâ (4/280) ; e-Lalakâî dans sharh usûl i’tiqâd ahl e-sunna (2/239) ; ibn el Ja’d dans son musnad (p. 66) ; el Khatîb el Baghdâdî dans tâkhîkh Baghdâd (13/388). Doit-on en conclure que tous ces livres sont falsifiés ?

‘Abd Allah le fils de l’Imam Ahmed consacre un chapitre entier sur l’Imam Abû Hanîfa – qu’Allah lui fasse miséricorde –. Il appose en effet en titre : Chapitre : Les paroles que mon père et d’autres Sheïkh m’ont enseignées sur Abû Hanîfa. Il énumère ensuite, de nombreuses annales sur la question.[1] Cela ne veut pas dire qu’il faut prendre cette « rumeur » pour argent comptant. Il est même certifié que l’Imam ait dit le contraire, comme en témoigne son figh el akbar, et ses autres ouvrages et certaines de ses lettres. L’Imam affirme également que le Coran est incréé dans el ‘aqîda d’ibn Sâ’id et bien d’autres livres. Là où nous voulons en venir, c’est que plusieurs traditionnistes imputent (à tort certes, bien qu’il existe une autre hypothèse que nous n’évoquerons pas ici ndt.) à l’Imam une croyance contraire à l’ « orthodoxie » sur le caractère incréé du Coran. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’Abû el Hasan reprenne ces accusations dans el ibâna. Il est par contre étonnant d’en faire un indice pour discréditer son livre !

Le problème de nos deux auteurs, c’est qu’ils reprennent sans faire la moindre investigation, les idées d’el Kawtharî, connu pour son adhésion frénétique à l’école hanafite. Le terme frénétique n’est pas trop fort, si l’on en juge ses diatribes (critiques acerbes) lancées contre toute personne ayant, de près ou de loin, osée affichée, ne serait-ce qu’un semblant d’opposition à son Imam v…
Personne n’échappe à sa vindicte pas même certains Compagnons et certains grands spécialistes en hadîth, mais aussi en figh, en commençant par les fondateurs des trois autres écoles… wa Allah el musta’ân !

Traduit par :
Karim Zentici


[1] E-sunna (1/180).

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
merci beaucoup frère "abu-souheil" pour tes réponses sincères, je vais essayé de lire tout ça à tête reposée. encore merci

"abu-souheil", maîtrises-tu la langue arabe ?

Voir le profil de l'utilisateur

abu-souheil 


Récurrent
Récurrent
de rien, celui a remercier est plutôt Allah qui accorde la guidée, puis le frère Karim Zentici qui est diplômé en langue arabe à l'université de Medine et qui fait vraiment un gros travail de traduction.

Non je suis en train d'apprendre avec le livre Al Arabiyya Bayna Yaddayk.
Qu'Allah me facilite, la langue arabe est vraiment importante pour ne pas dépendre des traductions française et se baser sur les ouvrages en arabe.

Voir le profil de l'utilisateur

abu-souheil 


Récurrent
Récurrent
Je tiens à préciser que pour nous ( salafis ) les asharites sont des musulmans, ce sont nos frères en Islam, nous prions derrière eux et assistons à leurs salat janaza ( prière mortuaire ). Malgré leurs erreurs dans la croyance nous implorons la miséricorde d'Allah pour eux car nous savons qu'ils ne veulent que le bien.
Qu'Allah nous unisse sur le Haqq et détruise le batil !

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
ok, je voulais passer un lien en arabe au sujet de l'asha'îrisme où j'ai lu que les asha'îrites eux-mêmes disent, selon "faouzi el-aanjari", que le livre "el-ibana" a été falsifiée. connais-tu "faouzi el-aanjari" ?

Voir le profil de l'utilisateur

abu-souheil 


Récurrent
Récurrent
Jamais entendu. Tape son nom ici en arabe http://www.sunnasearch.fr/ar/index.php
Tu devrais trouver quelque chose s'il est connu

Voir le profil de l'utilisateur

abu-souheil 


Récurrent
Récurrent
Pas étonnant ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
en effet, j'ai trouvé son nom sur le lien que tu m'as donné

alors j'attends une réponse de la part de "hakim" et "baqillani" qui ne cessent de demander les noms des savants asha'îrites et qui me traitent de menteuse

Voir le profil de l'utilisateur

Iskander 


Récurrent
Récurrent
Amat Allah a écrit:ok, je voulais passer un lien en arabe au sujet de l'asha'îrisme où j'ai lu que les asha'îrites eux-mêmes disent, selon "faouzi el-aanjari", que le livre "el-ibana" a été falsifiée. connais-tu "faouzi el-aanjari" ?



Je t'avais posé une question à propos de la falsification d'écritures, s'il s'agissait du livre al Ibana.

Apparement, c'est de ce livre qu'il s'agit Alors avant que tu te mettes à la lecture du copié-collé du frère Abou- Souheil, autant te dire ( après l'avoir moi-même consulté ) que ce n'est que de la propagande wahabite-salafiste qui occulte le principal, c'est à dire qu'il n'existe pas de chaîne de transmission du livre "al Ibana", aucun des quatre manuscrits n'a de rapporteur.

Il existe en plus des variations importantes entre ces versions.

Et il faut ajouter, et ce n'est pas le moindre, que les élèves de Abu'l Hassan al Ashari des deux générations suivantes n'ont pas fait état de ce livre.

Je vais préparer une petite étude sur l'histoire du livre al Ibana, ça me prendra un peu de temps parceque moi, je ne me contente de noyer le forum sous des flood de copié-collé de propagande.

Voir le profil de l'utilisateur

abu-souheil 


Récurrent
Récurrent
Oui bien sûr et moi je me contenterais de répondre propagande acharo tombolatriste comme ça le débat n'avancera pas ^^
De toute façon c'est même pas la peine de te casser la tête, la science je la prend des oulémas salafis et des talab al 3ilm salafis.

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
@Iskander a écrit:
Amat Allah a écrit:ok, je voulais passer un lien en arabe au sujet de l'asha'îrisme où j'ai lu que les asha'îrites eux-mêmes disent, selon "faouzi el-aanjari", que le livre "el-ibana" a été falsifiée. connais-tu "faouzi el-aanjari" ?



Je t'avais posé une question à propos de la falsification d'écritures, s'il s'agissait du livre al Ibana.

Apparement, c'est de ce livre qu'il s'agit Alors avant que tu te mettes à la lecture du copié-collé du frère Abou- Souheil, autant te dire ( après l'avoir moi-même consulté ) que ce n'est que de la propagande wahabite-salafiste qui occulte le principal, c'est à dire qu'il n'existe pas de chaîne de transmission du livre "al Ibana", aucun des quatre manuscrits n'a de rapporteur.

Il existe en plus des variations importantes entre ces versions.

Et il faut ajouter, et ce n'est pas le moindre, que les élèves de Abu'l Hassan al Ashari des deux générations suivantes n'ont pas fait état de ce livre.

Je vais préparer une petite étude sur l'histoire du livre al Ibana, ça me prendra un peu de temps parceque moi, je ne me contente de noyer le forum sous des flood de copié-collé de propagande.




quand tu auras terminé avec ton étude de l'histoire, apportes-moi une réponse sérieuse : "pourquoi les asha'îrites disent-ils que le livre d'el-Ashâri a été falsifié ?".. en fait, c'est comme les chites qui disent que le Coran est falsifié mais ils s'y réfèrent..

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
موقف الأشاعرة من كتاب الإبانة
يرى الأشاعرة أن كتاب الإبانة للإمام أبو الحسن الأشعري دخل عليه الكثير من الدس، كما أن طريقة الكتابة في كثير منه تختلف عن المسلك الذي اتخذه الأشعري في التأليف، فبينما يتمسك معارضو الأشاعرة بالنسخة الرائجة ويرون فيها دليل على عودة الأشعري عن منهج المتكلمين، يجزم الأشاعرة أن النسخة الرائجة محرّفة [55] وفي ذلك يقول العلاّمة الكوثري في تعليقه على كتاب الاختلاف في اللفظ لابن قتيبة: ((ومن غريب التحريف ما دس في بعض نسخ الإبانة للأشعري كما دس فيها أشياء أخر))، كما أن النسخة الرائجة توحي بالتجسيم وتتهجم على الإمام أبو حنيفة، وقد طبع كتاب الإبانة طبعة قوبلت على أربع نسخ خطية بتحقيق الدكتورة فوقية حسين، وعند المقارنة بين النسخة المتداولة مع طبعة الدكتورة فوقية حسين مع فصلين نقلهما ابن عساكر، تبيّن بوضوح قدر ذلك التحريف الذي جرى على هذا الكتاب[56].


source : http://www.marefa.org/index.php/%D8%A3%D8%B4%D8%A7%D8%B9%D8%B1%D8%A9

Voir le profil de l'utilisateur

Iskander 


Récurrent
Récurrent
@Iskander a écrit:
Amat Allah a écrit:


il n'existe pas de chaîne de transmission du livre "al Ibana", aucun des quatre manuscrits n'a de rapporteur.

Il existe en plus des variations importantes entre ces versions.

Et il faut ajouter, et ce n'est pas le moindre, que les élèves de Abu'l Hassan al Ashari des deux générations suivantes n'ont pas fait état de ce livre.




quand tu auras terminé avec ton étude de l'histoire, apportes-moi une réponse sérieuse : "pourquoi les asha'îrites disent-ils que le livre d'el-Ashâri a été falsifié ?"[/quote]



Chère soeur Amat Allah,

le temps que je prépare ça, relis le post envoyé par moi précédement.

Il n'existe pas de transmetteur du livre "al Ibana" et il existe 4 manuscrits différents avec des variantes importantes, et il n'a pas été fait mention de ce livre par les élèves de l'Imam Abu'l Hassan al Ashari.

Je posterai, in sha Allah, les références.

Fraternellement.

Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
@Iskander a écrit:
Amat Allah a écrit:


il n'existe pas de chaîne de transmission du livre "al Ibana", aucun des quatre manuscrits n'a de rapporteur.

Il existe en plus des variations importantes entre ces versions.

Et il faut ajouter, et ce n'est pas le moindre, que les élèves de Abu'l Hassan al Ashari des deux générations suivantes n'ont pas fait état de ce livre.




quand tu auras terminé avec ton étude de l'histoire, apportes-moi une réponse sérieuse : "pourquoi les asha'îrites disent-ils que le livre d'el-Ashâri a été falsifié ?"



Chère soeur Amat Allah,

le temps que je prépare ça, relis le post envoyé par moi précédement.

Il n'existe pas de transmetteur du livre "al Ibana" et il existe 4 manuscrits différents avec des variantes importantes, et il n'a pas été fait mention de ce livre par les élèves de l'Imam Abu'l Hassan al Ashari.

Je posterai, in sha Allah, les références.

Fraternellement.




j'ai jamais entendu parler de transmetteurs d'un livre quelconque à part les hadiths.. smirk

Voir le profil de l'utilisateur

Iskander 


Récurrent
Récurrent
Amat Allah a écrit:

j'ai jamais entendu parler de transmetteurs d'un livre quelconque à part les hadiths..



La Science en Islam provient d'une chaîne ininterrompue de transmetteurs depuis l'origine jusqu'à nous.

Les chaînes de transmission du Hadith sont connues, mais il existe aussi, par exemple, des chaînes de transmission pour le Saint Coran.

Tu trouveras des Corans dans le Maghreb dont la lecture est transmise par les Imams Qaloun et Warsh qui eux-mêmes étaient les élèves de l'Imam Nafei.

Une lecture très répandue aujourd'hui est celle de l'Imam Hafs, celle des Corans distribués au Haj à la Mekke.

La chaîne remonte au Prophète Mohammed qui l'a transmis à Abdullah ibn Mas'ûd qui l'a transmis à Abdu'Rahman as Sulami qui l'a transmis à l'Imam Asim qui l'a transmis à l'Imam Hafs al Kuffi.

Mais la chaîne ne s'arrête pas là et les transmetteurs continuent jusqu'à aujourd'hui. On en est, je crois, environ au trentième transmetteur ( de mémoire ) du Saint Coran d'après la lecture de l'Imam Hafs, qu'Allah lui fasse Miséricorde.

C'est grâce à des gens comme ça, réputés pour leur foi, leur honnêteté et leur rigueur morale qu'Allah a préservé le Saint Coran, comme il l'a promis à Son Prophète.

On reconnait la fiabilité d'un livre ou d'un enseignement par la fiabilité des rapporteurs. Si la chaîne comprend une personne douteuse, c'est le livre ou l'enseignement qui pose un problème et c'est la tâche des Ulémas de tirer les choses au clair, wa Allahou A'lem.



Voir le profil de l'utilisateur

Tumadir 


Averti
Averti
@Iskander a écrit:
Amat Allah a écrit:

j'ai jamais entendu parler de transmetteurs d'un livre quelconque à part les hadiths..



La Science en Islam provient d'une chaîne ininterrompue de transmetteurs depuis l'origine jusqu'à nous.

Les chaînes de transmission du Hadith sont connues, mais il existe aussi, par exemple, des chaînes de transmission pour le Saint Coran.

Tu trouveras des Corans dans le Maghreb dont la lecture est transmise par les Imams Qaloun et Warsh qui eux-mêmes étaient les élèves de l'Imam Nafei.

Une lecture très répandue aujourd'hui est celle de l'Imam Hafs, celle des Corans distribués au Haj à la Mekke.

La chaîne remonte au Prophète Mohammed qui l'a transmis à Abdullah ibn Mas'ûd qui l'a transmis à Abdu'Rahman as Sulami qui l'a transmis à l'Imam Asim qui l'a transmis à l'Imam Hafs al Kuffi.

Mais la chaîne ne s'arrête pas là et les transmetteurs continuent jusqu'à aujourd'hui. On en est, je crois, environ au trentième transmetteur ( de mémoire ) du Saint Coran d'après la lecture de l'Imam Hafs, qu'Allah lui fasse Miséricorde.

C'est grâce à des gens comme ça, réputés pour leur foi, leur honnêteté et leur rigueur morale qu'Allah a préservé le Saint Coran, comme il l'a promis à Son Prophète.

On reconnait la fiabilité d'un livre ou d'un enseignement par la fiabilité des rapporteurs. Si la chaîne comprend une personne douteuse, c'est le livre ou l'enseignement qui pose un problème et c'est la tâche des Ulémas de tirer les choses au clair, wa Allahou A'lem.






si je comprends bien, vous doutez du livre "al-ibana" parce que vous doutez d'un ou plusieurs transmetteurs..

Voir le profil de l'utilisateur

Iskander 


Récurrent
Récurrent
Amat Allah a écrit:
si je comprends bien, vous doutez du livre "al-ibana" parce que vous doutez d'un ou plusieurs transmetteurs..



C'est effectivement une des raisons.

Il existe 4 manuscrits différents attribués à l'Imam Abu'l Hasan al Ashari. Mais il se trouve que ces 4 manuscrits offrent des versions contradictoires et que seul celui qui contient des articles qui vont dans le sens des Salafistes a été retenu par eux, écarant les autres. Beaucoup de jeunes Salafistes ne savent même pas qu'ils existent.

Ensuite, et ce n'est pas la moindre des raisons, il n'existe pas de chaîne complète qui remonte à l'Imam Abu'l Hasan al Ashari. il est donc impossible, suivant les normes de la transmission de la Science Islamique, d'accorder foi à l'un ou l'autre de ces manuscrits.

Mais le seul fait qu'il existe 4 versions différentes du même livre avec des articles contradictoires suffit à prouver la falsification.

Je posterai, in sha Allah, d'autres arguments un peu plus dévellopés. Khayre.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 6 sur 6]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum