Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Où est la sagesse ? le Jeu 26 Juil - 13:38

maxibueno 


Enthousiaste
Enthousiaste


Le Messager Mohamed est nommé vicieusement Mahomet par des ignorants de l'Islam et son Messager mais aussi de leurs bibles.

En arabe
Article connexe : Nom arabe.
Son nom est en arabe : محمّد (Muḥammad), que l'on peut traduire par « digne de louanges23 », et de façon plus complète Abou l-Qâsim Mohammed ibn `Abd Allâh ibn `Abd al-Mouttalib ibn Hâchim (أبو القاسم محمّد بن عبد الله بن عبد المطلب بن هاشم) soit « père de Qasim, Mohammed, fils de `Abdallah, fils de `Abd al-Mouttalib, fils de Hachim ». Il est le premier à porter ce nom.
De nombreux autres noms lui ont été attribués, soit de son vivant, soit par la tradition islamique. On en compte deux cent un, dont Al-Mustafâ et Al-Mukhtâr qui signifient « l'élu », Al-Amine qui signifie « le loyal », Ahmad et Mahmoud qui sont dérivés de la même racine que Mohammed.
Dans le Coran et les hadiths, Mahomet est habituellement appelé « le messager de Dieu » (rasoul) (الرَّسول, ar-rasūl, « le messager », « l'envoyé »), plus de deux cents fois dans le Coran. Il est également désigné par l'expres​sion(Nabi) (النَّبيّ, an-nabīy, traduit « le Prophète »). Ces deux appellations renvoient à une distinction faite en islam entre deux catégories de personnes investies d'une mission apostolique ; les messagers de Dieu, appelés aussi envoyés de Dieu, sont, d’après la terminologie islamique, les personnages qui auraient reçu la révélation de lois abrogeant les lois des messagers précédents, avec l'ordre de le transmettre aux hommes, tandis que les prophètes auraient reçu une révélation par les mêmes voies et l'ordre de transmettre aux hommes un message du messager précédent. Selon cette classification, tout messager est un prophète, mais tout prophète n'est pas messager. Les uns comme les autres auraient reçu la révélation, mais seuls les messagers amèneraient un livre ou une loi nouvelle. Selon la tradition musulmane il y aurait cent vingt-quatre mille prophètes et trois cent treize messagers, le premier d'entre eux étant Adam, le premier des humains, et le dernier, Mahomet, l'un comme l'autre étant considérés comme des prophètes messagers24.
Lorsque les musulmans prononcent ou écrivent son nom, ils emploient la forme arabe et ajoutent généralement l'eulogie « prière et paix sur lui »25 qui peuvent se dire de plusieurs façons dont les deux principales sont "ṣalloullāhou `alayhi wa sallam" (صلى الله عليه وسلم) ou bien "`alayhi salātou wa salām" (عليه الصلاة والسلام). Pour chacun des autres prophètes cités dans le Coran ou encore lorsqu'ils parlent des anges, ils prononcent « sur lui la paix » "`alayhi salām" (عليه السلام).
Le nom propre Mahomet dans la langue française
Mahomet est le nom propre français qui désigne habituellement le fondateur de l'islam. Il est aussi utilisé pour désigner certains personnages historiques de l'Islam comme les anciens califes, mais jamais pour les personnes ordinaires ou contemporaines26. Cette forme courante, qui est l'aboutissement d'une longue tradition écrite et orale, est assez éloignée de la prononciation originale arabe (محمد, mʊˈħæmmæd cliquer ici) mais il existe désormais une forme alternative qui est une romanisation plus récente de la forme arabe, qui, suivant la translittération scientifique plus moderne, s'orthographie en français Mohammed27. On rencontre également souvent la forme Muhammad, la plus courante en anglais contemporain (cf. infra).
Si on trouve la forme brève Mahum dans la Chanson de Roland, dès le xie siècle, le nom du prophète de l'islam est connu depuis le viiie siècle dans le monde romanophone, au fil des contacts générés par l'expansion musulmane28. Toutefois dans les chansons de geste qui popularisent son nom sous diverses formes (par exemple Mahon ou Mahom29) à la suite de la prise de Jérusalem par les Turcs Seldjoukides (1078) et la prédication des croisades en Occident, Mahomet est assimilé à une divinité faisant partie d'un panthéon idolâtre des sarrasins, en compagnie de Tervagant, Apollin, Jupiter, Noiron, Cahu et d'autres30. Cette présentation adressée à un public laïc relève à l'époque soit de l'ignorance, soit d'une volonté de présenter l'adversaire sous un jour ridicule31.
Le nom français « Mahomet » serait, selon l'historienne Jaqueline Chabbi, la traduction de la forme latine « Mahometus »32 que l'on retrouve déjà au xiiie siècle dans un ouvrage en latin de Raymond Lulle33,34 dont la première version - aujourd'hui perdue - était rédigée en arabe35. Un peu plus d'un siècle auparavant, c'est la forme « Machumet »36 qui apparait dans la traduction du Coran faite en latin à la demande de l'abbé de Cluny Pierre le Vénérable en 114237. Ce dernier, contempteur des ennemis du christianisme38, présente Mahomet comme une créature satanique à mi-chemin entre Arius et l'Antéchrist39 mais fait montre de respect envers les musulmans40. Cette traduction latine servira pendant des siècles de matrice à toutes les autres en langue européenne41. Elle est publiée en 1543 puis 1550 à Bâle par le philologue protestant Theodor Bibliander42, constituant le premier volume de son fameux « Machumetis Saracenorum principis, ejusque successorum vitae et doctrina, ipseque Alcoran »43, ouvrage à connotation polémique44 qui rencontre un grand succès45 et sert à la première version française considérablement révisée par André Du Ryer, publiée en 164746sous le titre « l'Alcoran de Mahomet »47.
« Mahomet » n’est donc pas une transcription ou une francisation fautive des formes arabes, turques ou persanes actuelles, mais un nom propre ancien[interprétation personnelle], ainsi qu'en latin au xiie siècle, et en grec auparavant. C'est pourquoi elle est commune à d'autres langues européennes comme l'anglais traditionnel, et reste assez proche des formes conservées dans d'autres langues romanes : Mahoma en espagnol, Maomé en portugais, Maometto en italien, Mahomed en roumain.
Toutefois le linguiste Michel Masson48 émet l'hypothèse, à l'aide de sources linguistiques et historiques prises dans des contextes et des époques variées, que « Mahomet » serait la transcription volontairement fautive de « Muhammad » et que cette déformation dénoterait un rejet du prophète de l'islam en Occident49. Il mentionne dans une note l'existence antérieure d'une forme grecque, « Maometos »50.
Évolution de l'usage
Mahomet est la forme française la plus communément attestée dans les encyclopédies et dictionnaires depuis le xviie siècle jusqu'à nos jours51, tandis que la forme arabe est en général orthographiée Mohammed. Les nouvelles transcriptions contemporaines du nom, Mohamed ou Mohammed ou Muhammad, ont parfois conduit à proposer l'adoption d'un nouveau terme en français. Cette question n'a toutefois pas été évoquée à l'Académie française. Cependant, l'Encyclopædia Universalis fait usage de la graphie Muhammad dans son article consacré au prophète de l'islam52, sous la signature de l'historien Maxime Rodinson53 et le dictionnaires Larousse titre son article Mahomet ou Muhammad54. Parmi les chercheurs et à titre d'exemples, Abdurrahmân Badawî, traducteur d'Ibn Ishaq, écrit Muhammad, Hermann Zotenberg, traducteur de Tabarî, utilise Mohammed55, Vincent Monteil, traducteur d'Ibn Khaldoun, utilise Muhammad56. À l'instar de ces derniers, nombre de spécialistes de l'Islam, n'utilisent plus la forme « Mahomet » dans leurs travaux en français57 quand d'autres restent attachés à cette forme savante32,58,59
Certains auteurs préfèrent par ailleurs user d'autres formes vernaculaires : Mohamed, Mouhammad ou encore Mamadou51.
Variantes dans d'autres langues
Il existe différentes variantes et usages du nom et de ses dérivés. Mohamed est une forme rencontrée dans le Maghreb60. Elle est traditionnellement utilisée en français pour le prénom des personnes vivantes, la forme Mahomet étant réservée aux personnages historiques61.
Mouhammed est une version arabe qui s'écrit avec les quatre consonnes mîm, hâ', mîm et dâl. En turc, on trouve Muhammet ou Mehmet, Mohand en langue berbère ou encore Mamadou dans certains pays d'Afrique noire, par déformation de la forme déclinée au nominatif : Mouhammadou.
Mahound est une manière péjorative dont Mahomet a été désigné en anglo-normand pendant le Moyen Âge, par exemple dans la chanson de Roland62,63, au point de devenir un nom commun64. Ce nom a été utilisé à une époque où Mahomet a pu être décrit comme une déité que les musulmans auraient adorée ou encore comme un démon ou un cardinal romain qui avait inspiré une fausse religion aux musulmans. Mahound en est alors venu à simplement désigner le diable dans l'Occident chrétien65,66. Plus récemment, Salman Rushdie dans les Versets sataniques utilise ce terme pour désigner Mahomet. En Andalousie orientale, dans la comédie baroque, le personnage d'un bouffon nommé el Mahoma, très libre dans la construction de son jeu de scène, représente avec humour « une altérité négative »67.

Voir le profil de l'utilisateur

2Re: Où est la sagesse ? le Jeu 26 Juil - 13:39

maxibueno 


Enthousiaste
Enthousiaste
source wikipedia

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum