Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
Cela est anormal car Dieu en parle dans la Torah et dans le Coran.

Dans la Bible hébraïque[modifier]



  • Il désigne un des 7 fils de Japhet. C’est donc un des petit-fils de Noé. Cf. le livre de la Genèse2 et le premier livre des Chroniques3.
  • Sinon, il désigne le « pays de Gog » dans le livre d’Ézéchiel4.
  • Comme souvent, il a aussi un sens symbolique. Le général et historien juif Flavius Josèphe5 en témoigne. Il désigne alors des peuples païens coalisés contre le Peuple de Dieu, ainsi qu’en témoigne Ap 20. 8.
    Ce dernier sens symbolique est peut-être déjà présent dans l’usage qu’en font Ézéchiel et le livre de la Genèse.
    Dans ce cas, il se rapporte à la fin du monde et au combat cosmologique
    du bien et du mal. « Gog et Magog » désignent alors les alliés du mal.
    Si l’on veut essayer de préciser l’aire géographique désignée, il faut remarquer :


  1. que les fils de Japhet sont souvent associés avec l’Asie mineure ;
  2. Gog, roi de Magog, est allié avec Bet-Togarma qui est caractérisé comme venant « de l’extrême Nord »6 ;
  3. un feu du ciel tombe « sur Magog et sur les habitants des îles »7.

    D’où une première hypothèse : l’Asie mineure.
    Flavius Josèphe pense qu’il y avait un rapport avec les tribus scythes,
    barbares avides et guerriers possédant une importante cavalerie et
    habiles à l’arc et à l’épée, qui se trouvaient dans le N.-E. de l’Europe et de l’Asie
    centrale. À l’époque de cet auteur, les Scythes représentaient un
    archétype du fléau barbare. En tant que telle, son hypothèse présente
    donc elle aussi un aspect eschatologique. Cette deuxième hypothèse
    géographique reste vague, au nord de la Palestine, ce qui ne s’oppose
    pas à l’hypothèse précédente.

En fait, Gog et Magog ont la même racine. Gog serait le calque sémitique du roi lydien Gygès (accadien : Gugu). La région concernée serait la Lydie, et Magog serait une dérivation par l’accadien du « pays de Gygès » (mā(t) gugu). « Son
ultime raison d’être n’est peut-être qu’une assonance voulue entre Gog
et Magog … dans les légendes dont le roi lydien est devenu très tôt
l’objet8[réf. insuffisante] ».

Ainsi le couple « Gog et Magog » aurait dès son premier usage biblique9 un sens de fléau mythique et infernal. C’est ainsi, qu’on les associe par la suite, à l’ensemble des invasions barbares déferlant sur l’Europe.
Leurs représentations se retrouvent bientôt en Angleterre, où les géants « Gog et Magog » personnifient les « barbares » autochtones combattant Brutus, le premier roi légendaire des Bretons. Ils sont aujourd’hui considérés comme les gardiens mythiques de Cité de Londres. Saint Ambroise affirme que Gog signifie Goth. Isidore de Séville considérait les Gètes-Goths comme la progéniture de Gog et Magog.





Page du Beatus de Facundus, manuscrit enluminé du XIe siècle,
Gog et Magog apparaissent dans la tranche du milieu, à gauche du faux
prophète (grand personnage tenant un livre). Ici le sens géographique de
« Magog » est absent.



Dans le Coran[modifier]


Dans la sourate XVIII, versets 92-99, la Caverne10, Dhû-l-Qarnayn construit une muraille de fer puis coulé avec du cuivre contre les déprédations de Yajouj et Majouj, variantes arabes de Gog et Magog.
<blockquote>

« Puis, il suivit une [autre] voie. Et quand il eut atteint un
endroit situé entre les deux barrières [montagnes], il trouva derrière
elles une peuplade qui ne comprenait presque aucun langage. Ils dirent :
"Ô Dhul Qarnayn, Yajuj et Majuj commettent du désordre sur terre.
Est-ce que nous pourrons t’accorder un tribut pour construire une
barrière entre eux et nous ?" Il dit : "Ce que Mon Seigneur m’a conféré
vaut mieux [que vos dons]. Aidez-moi donc avec force et je construirai
un remblai entre vous et eux. Apportez-moi des blocs de fer." Puis
lorsqu’il eut comblé l’espace entre les deux montagnes, il dit :
"Soufflez !" Puis, lorsqu’il l’eut rendu fournaise, il dit :
"Apportez-moi du cuivre fondu, que je le déverse dessus". Ainsi, ils ne
purent guère l’escalader ni l’ébrécher non plus. Ceci est une
miséricorde de mon Seigneur, mais, lorsque la promesse de mon Seigneur
viendra, Il le nivellera. Et la promesse de mon Seigneur est vérité".
Nous les laisserons, ce jour-là, déferler comme les flots les uns sur
les autres et on soufflera dans la trompe et Nous les rassemblerons
tous. »


</blockquote>
La sourate les prophètes, versets 95-96-97 évoque aussi Gog et Magog :

<blockquote>

« Il est défendu [aux habitants] d’une cité que Nous avons
fait périr de revenir [à la vie d’ici-bas]! Jusqu’à ce que soient
relâchés Yajouj et Majouj et qu’ils se précipiteront de chaque hauteur.
C’est alors que la vraie promesse s’approchera, tandis que les regards
de ceux qui ont mécru se figent : "Malheur à nous ! Nous y avons été
inattentifs. Bien plus, nous étions des injustes. »


</blockquote>

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum