Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
Chapitre I – L’Impérialisme juif et la religion impérialiste


25 mars 2010 par judaisation




Le peuple hébreux fut élu par Dieu pour être le dépositaire de
la vraie religion, dont la conservation lui fut confiée au sein des
peuples idolâtres jusqu’à la venue du Messie promis, par lequel
s’accompliraient les prophéties de l’Ancien Testament. Mais les juifs
commencèrent bien avant la venue du Christ à biaiser les prophéties en
leur donnant une interprétation fausse, raciste et impérialiste.



La Promesse d’un règne du vrai Dieu sur terre, règne spirituel de la
religion authentique, les juifs l’interprétèrent comme le règne matériel
de leur race, comme la promesse de Dieu aux israélites d’une domination
mondiale et de la mise en esclavage par eux de tous les peuples de la
terre.

Comme exemples de ces fausses interprétations on peut citer les suivants :

Dans la Genèse, au chapitre XXII, versets 17 et 18, l’Ange du Seigneur dit à Abraham :

“Je te bénirai et je bénirai ta descendance comme les étoiles du ciel
et comme le sable du rivage de la mer : ta postérité possédera les
portes de tes ennemis. Et en ta semence seront bénies toutes les nations
de la terre.”

Les juifs impérialistes ont donné à ces versets une interprétation
matérielle, leur faisant considérer que Dieu leur offre en tant que
descendants du sang d’Abraham de se rendre maîtres des portes de leurs
ennemis, et que c’est exclusivement en eux, en ceux de race juive, que
pourront être bénies toutes les nations de la terre. En revanche, la
Sainte Eglise interprète spirituellement cette prophétie, s’agissant de
la victoire que, par la vertu de Jésus-Christ et par le don d’une
justice persévérante, tous les fils spirituels d’Abraham (c’est à dire
les chrétiens) doivent obtenir sur tous les ennemis visibles et
invisibles de leur salut. C’est ainsi que l’accomplissement de la lettre
de cette prophétie se vérifia depuis la fondation de l’Eglise, lorsque
tous les peuples du monde se soumirent à Jésus-Christ et reçurent de lui
la bénédiction et le Salut”. 1)

Dans le Deutéronome, au chapitre II, verset 25, le Seigneur dit :
“Dès aujourd’hui, je vais répandre la frayeur et la crainte de ton nom
sur tous les peuples qui sont sous les cieux, en sorte qu’au bruit de ta
renommée ils soient effrayés, et, comme des femmes dans les douleurs de
l’accouchement, qu’ils tremblent et soient envahis d’angoisse”.

A ce passage également, la Sainte Eglise donne une interprétation
restreinte, tout à fait différente de la pensée impérialiste juive,
pensée qui s’est traduite au cours de l’histoire en faits palpables
démontrant l’application pratique de cette interprétation fausse.
Partout où triomphèrent au Moyen-Age les mouvements hérétiques dirigés
par les juifs, de tels triomphes fussent-ils locaux et éphémères, ils
étaient toujours accompagnés de crimes, de terreur et d’épouvante. La
même chose s’est produite avec leurs révolutions maçonniques, comme
celle de 1789 en France ou celle de 1931-1936 en Espagne. Sans parler
des révolutions judéo-communistes en Union Soviétique (NDT et ailleurs
depuis, en Chine, Indochine, à Cuba, au Nicaragua, etc.) où les hébreux
ont réussi à instaurer leur dictature totalitaire et ont semé la frayeur
et la mort de manière si cruelle que les pauvres russes asservis,
actuellement en entendant prononcer le seul mot de juif, tremblent de
peur.

Un autre exemple de ce type nous est fourni par la fausse
interprétation que font les israélites du verset 16 du chapitre VII du
même Deutéronome, qui dit :

“Tu dévoreras tous les peuples que le Seigneur ton Dieu va te livrer.
Ton œil sera sans pitié pour eux, et tu ne serviras point leurs dieux…”
Alors que la Sainte Eglise donne à ce passage une interprétation
également restreinte, les juifs l’entendent de manière monstrueuse, dans
l’idée que Dieu leur a donné le droit de dévorer tous les peuples de la
terre et de s’emparer de leurs richesses. Et nous avons vu en effet, au
chapitre 4 de la première partie de ce livre, ce que le rabbin Baruch
Levy écrivait à son disciple le jeune Karl Marx, le fondateur de ce qui
fut ensuite le Socialisme bien improprement appelé scientifique, lui
donnant de prétendus fondements théologiques au droit des juifs de
s’approprier les richesses de tous les peuples au moyen de mouvements
prolétariens communistes contrôlés par le Judaïsme.

Le verset 24 du même chapitre VII dit aussi : “Il livrera leurs rois
entre tes mains et tu feras disparaître leurs noms de dessous les cieux ;
personne ne pourra te résister jusqu’à ce que tu les aies détruits”.
Cette prophétie, que la Sainte Eglise réfère aux rois pécheurs qui
gouvernaient le pays de Chanaan, les juifs l’entendent en lui donnant un
caractère universel, en considérant toutes leurs révolutions et leurs
conspirations contre les rois à l’époque moderne comme des œuvres
saintes réalisées en accomplissement des prophétes de la Sainte Bible,
et en outre comme un utile moyen de parvenir à la domination du monde,
ce qu’ils croient également ordonné par Dieu dans les Saintes Ecritures.

Cette constante lecture de travers par les juifs du véritable sens
des prophéties de la Bible, on la trouve de nouveau à la lecture du
verset 27 du chapitre VII de la prophétie de Daniel :

“Et le règne, la domination et la grandeur des royaumes qui sont sous
tous les cieux seront donnés au peuple des saints du Très Haut, dont le
règne est un règne éternel, et tous les rois le serviront et lui
obéiront “.

Alors que la Sainte Eglise interprète cette prophétie en relation
avec le règne éternel de Jésus-Christ, les juifs considèrent que ce
règne éternel sur le monde sera celui de leur race sur les autres
peuples, et qu’ils arriveront à former un seul troupeau, avec un seul
pasteur issu naturellement d’Israël.

Les prophéties d’Isaïe au chapitre LX, versets 10, 11 et 12 indiquent :

“10.- Les fils des étrangers rebâtiront tes murailles, et leurs rois seront tes serviteurs…

11.- Tes portes seront toujours ouvertes ; de jour comme de nuit
elles ne seront pas fermées afin de laisser entrer chez toi les trésors
des nations et que te soient conduits leurs rois pour te servir…

12.- Parce que, qui ne te servira pas périra, et ces nations-là seront détruites et désolées.”

Cette prophétie, qui se rapporte au règne du Christ et de Son Eglise
2), prend pour les juifs un sens entièrement différent, qui s’est
traduit dans des faits clairement reconnaissables partout où s’est
imposée la dictature judéo-maçonnique, comme ce fut le cas avec la
Terreur en France lors la Révolution de 1789, ou avec la dictature
judéo-communiste dans les divers pays qui ont eu le malheur de tomber
sous les griffes du monstre. Chez tous ces peuples, tous ceux qui n’ont
pas servi les juifs ou qui ont osé se rebeller contre l’asservissement
ont été supprimés. Il n’y a pas plus dominateur que le juif, qui
s’empara de la puissance de toutes ces nations.

On pourrait poursuivre en citant tous les versets de l’Ancien
Testament qui ont été faussement interprétés par l’impérialisme
judaïque. Il suffit de se rappeler que nombre de prophètes ont été
assassinés par les juifs, simplement parce que ceux-ci réfutaient et
censuraient leurs perversités. `

Mais le plus grave de ces interprétations fausses des prophéties de
la Bible fut ce qui concerna la venue du Messie Rédempteur du genre
humain, qui établirait le règne du vrai Dieu dans le monde. Ce fut là où
les juifs s’écartèrent de la manière la plus dramatique de la vérité
révélée, en donnant aux promesses sublimes qui se rapportaient au Messie
un caractère raciste et impérialiste.

Déjà du temps de Notre-Seigneur Jésus-Christ, cette interprétation
fausse s’était tellement généralisée parmi les israélites que la plupart
d’entre eux pensaient au Messie promis comme d’un roi ou d’un chef de
guerre, qui avec l’aide de Dieu ferait la conquête de toutes les nations
de la terre au moyen de guerres sanglantes lors desquelles Israël
serait toujours vainqueur et parviendrait à dominer matériellement le
monde entier. Aussi, lorsque Jésus devant de telles prétentions s’opposa
à toute action sanglante et manifesta que Son règne n’était pas de ce
monde, les impérialistes juifs virent sombrer tous leurs espoirs et
leurs ambitions et se mirent à redouter que la doctrine du Christ ne
finisse par convaincre tous les hébreux, le leur faisant reconnaître
comme le Messie promis.

Lorsque Jésus se mit à prêcher l’égalité de tous les hommes devant
Dieu, les juifs pensèrent avec juste raison que le Christ avec Ses
doctrines renversait toutes leurs croyances (erronnées) sur Israël en
tant que peuple élu de Dieu pour dominer matériellement le monde, et
détruisait en même temps l’idée d’un peuple supérieur aux autres par la
volonté Divine, destiné par ordre de Dieu à asservir les autres peuples
et à s’emparer de leurs richesses.

C’est pourquoi les dirigeants du Judaïsme à cette époque, les
prêtres, les scribes, etc… comprirent que Jésus menaçait le brillant
avenir accordé au peuple d’Israël comme futur maître de l’univers, vu
que si tous les peuples étaient égaux devant Dieu comme le prêchait
Jésus-Christ, il n’y avait plus place sur terre pour l’un d’eux comme
élu, comme une sorte de future caste privilégiée dominant sur
l’humanité. Défendant la thèse impérialiste juive, Caïphe le Grand
Prêtre d’Israël exposait alors qu’il convenait qu’un homme meure,
Jésus-Christ, pour sauver tout un peuple.

Après le crime le plus noir et le plus absolu jamais commis dans
l’histoire de l’humanité que fut l’assassinat de Dieu le Fils par les
juifs, ceux-ci persévérèrent obstinément dans leurs ambitions
impérialistes en essayant de compiler et de justifier dans un nouveau
livre Saint Leurs fausses interprétations de la Sainte Bible. C’est
ainsi qu’apparut le Talmud, sorte de “Néo-Testament” des juifs, condamné
par la Sainte Eglise, et dans lequel,selon eux, figure par inspiration
divine la plus parfaite interprétation de l’Ancien Testament.

Ensuite apparut la compilation de la Cabbale juive, qui veut dire
tradition, dans laquelle fut consignée, aussi “par inspiration divine”
selon les juifs, l’interprétation ésotérique, c’est à dire occulte et
“véritable” des Saintes Ecritures.

Nous allons citer quelques passages de ces “Livres Saints” du
Judaïsme moderne, même si la brièveté de cet ouvrage nous empêche de
nous étendre davantage sur le sujet.

“Vous Israélites soyez appelés hommes, car les nations du monde ne méritent pas le nom d’hommes, mais celui de bêtes”.3)

“La progéniture d’un étranger est comme une progéniture d’animal”. 4)

Dans ces passages, les faux interprètes des Saintes Ecritures
franchissent un pas de haute transcendance, qui est de priver de leur
caractère humain les chrétiens et les gentils, c’est à dire tous les
peuples de la terre, pour les placer dans la catégorie des bêtes.

Pour mieux se rendre compte de l’importance de cet acte infâme, il
faut avoir à l’esprit que, selon la Révélation divine de l’Ancien
Testament, tous les animaux et les bestiaux furent créés par Dieu pour
servir l’homme, lequel peut manger leur chair, utiliser leur peau comme
vêtement, les tuer, les écorcher, et faire d’eux tout ce qui lui
convient. En échange, l’homme eut l’obligation de garder les
Commandements à l’égard de ses semblables, les autres hommes.

Pour les juifs, selon leur fausse interprétation des Saintes
Ecritures, les chrétiens comme les gentils ne sont que de simples
animaux et non des êtres humains, d’où il s’en suit automatiquement que
les hébreux s’exemptent de toute obligation de garder les Commandements à
leur égard, et pensent en même temps avoir le droit de les tuer, de les
dépouiller et de les déposséder de tout ce qui leur appartient, comme
s’il s’agissait d’un animal quelconque. Jamais il n’a existé ni
n’existera sur la terre un impérialisme aussi implacable et totalitaire
que celui des juifs.

Cette conception absolue de l’animalité des autres peuples explique
clairement la conduite implacable, cruelle et méprisante de tout droit
humain, observée par les hiérarques juifs du Communisme international.

Leur mépris pour les autres peuples en vient au point de leur faire
affirmer “Qu’est-ce qu’une prostituée ? Toute femme qui ne soit pas
israélite”. 5)

Comme l’ont répété et dénoncé de nombreux auteurs de diverses
nationalités, ceci explique pourquoi les juifs ont toujours et partout
été les moins scrupuleux des trafiquants de la traite des blanches et
les plus assidus défenseurs des doctrines dissolvantes de l’amour libre
et de la promiscuité, pendant qu’ils gardent leurs propres familles dans
la plus absolue discipline et moralité. C’est que, prenant les
chrétiens et les gentils pour des animaux, il n’y a alors plus rien
d’étrange à faire vivre ceux-ci dans la prostitution et dans la
promiscuité.

Quant aux instincts assassins des juifs manifestés à travers les
siècles, ceux-ci sont confortés par ce qu’ils croient l’inspiration
divine du Talmud et de la Cabbale, mais qui selon la Sainte Eglise n’est
qu’une œuvre satanique.

“Le meilleur parmi les gentils, tue-le”. 6)

Si Dieu leur ordonne une telle chose, comme ils sont un peuple cruel
et sanguinaire comme le montre la Passion et la mort du Christ, les
tortures et les massacres de la Russie communiste, etc., qu’y a t-il
d’étrange à ce qu’ils puissent faire assassiner tous ceux qui d’une
manière ou d’une autre s’opposent à leurs perverses machinations ?

Cette haine diabolique, ce sadisme dont les juifs ont toujours donné
la démonstration à l’égard des autres peuples, ont aussi leur origine
dans l’interprétation fausse de la Révélation Divine que sont la Cabbale
et le Talmud. L’exemple suivant le montre :

“Que signifie Har Sinaï, c’est à dire le Mont Sinaï ? Il signifie le
mont à partir duquel a irradié le Sina, c’est à dire la haine contre les
peuples du monde”. 7)

Il faut se rappeler que ce fut au Mont Sinaï que Dieu révéla à Moïse
les dix Commandements, mais de manière aussi biaisée qu’absurde, les
juifs modernes considèrent que ce fut là que fut révélée la Religion de
la Haine, qu’ils observent jusqu’à nos jours, haine satanique contre les
autres peuples qui s’est manifestée, portée à son point extrême, par
les supplices et les tueries perpétrés par le Communisme international.

La Cabbale, réservée aux hauts initiés du Judaïsme et non pour la
plèbe, porte la séparation entre juifs et gentils (dont font partie les
chrétiens) à la plus extrême absurdité. Pendant que d’un côté on
rabaisse les gentils à la catégorie de simples animaux, on élève d’autre
part les juifs à la catégorie des dieux en les identifiant à la
Divinité elle-même. C’est jusqu’à ce point que les juifs ont faussé la
signification du Pentatheuque et de l’Ancien Testament en général !.

Le passage blasphématoire qui suit est des plus exemplaires à cet égard :

“Dieu se montre sur la terre sous l’aspect du juif. Juif, Judas,
Jevah ou Jehovà sont le même et unique être. L’hébreux est le Dieu
vivant, le Dieu incarné, c’est l’homme céleste, l’Adam Karmon. Les
autres hommes sont terrestres, de race inférieure, ils n’existent que
pour servir l’hébreux, ce sont de petites bêtes”. 8)

Il est naturel qu’une telle manière de penser ait amené les juifs à
la conclusion logique que tout ce qui existe sur la terre leur
appartient, y compris les bêtes (parmi lesquelles ils nous incluent avec
les autres hommes), et ce qui appartient aux bêtes en question.

Les falsificateurs des Saintes Ecritures s’efforcèrent, dans le
Talmud comme dans la Cabbale, de fortifier l’impérialisme judaïque en
lui donnant le caractère d’un mandat divin.

Les passages suivants le montrent :

“Le Très Haut parla ainsi aux Israélites : vous m’avez reconnu comme
l’unique dominateur du monde, c’est pourquoi j’ai dû faire de vous les
uniques dominateurs du monde”.9)

“Où que s’établissent les hébreux, il convient qu’ils parviennent à
être les maîtres, et tant qu’ils ne possèdent pas l’absolue domination,
ils doivent se considérer comme exilés et prisonniers. Même s’ils
parviennent à dominer les nations, tant qu’ils ne sont pas arrivés à les
dominer toutes, ils ne doivent cesser de s’exclamer : “Quel tourment !
Quelle indignité !”10)

Cette fausse révélation divine contenue dans le Talmud est l’une des
bases théologiques de la politique du Judaïsme moderne, qui, en la
réalisant au pied de la lettre, croit accomplir la volonté de Dieu.
Lorsque les peuples chrétiens et gentils ont ouvert généreusement leurs
frontières aux émigrants juifs, les traitant comme ceux des autres
nations, jamais ils n’ont pu imaginer qu’ils donnaient abri à d’éternels
conspirateurs, toujours prêts à oeuvrer infatigablement dans l’ombre en
vue de dominer le peuple ingénu qui leur avait ouvert ses portes.

Mais le Talmud indique clairement que les juifs ne doivent prendre
aucun répit avant que leur domination ne soit absolue. Les juifs ont
compris que la démocratie et le capitalisme qui leur ont permis de
dominer les peuples ne leur ont pas apporté cette domination absolue
“ordonnée par Dieu” dont parle le Talmud ; c’est pourquoi les juifs Karl
Marx et Frédéric Engels inventèrent un système totalitaire leur
assurant de pouvoir priver les chrétiens et les gentils de tous leurs
biens, de toutes leurs libertés et plus généralement de tous droits
humains, pour les ramener au statut des bêtes.

La dictature du Socialisme communiste de Marx permet aux juifs
d’obtenir cette domination absolue ; et par elle, depuis qu’ils l’ont
instaurée en Russie, ils ont travaillé sans relâche à détruire le régime
capitaliste qu’eux-mêmes avaient créé, mais qui fut incapable de leur
faire atteindre l’objectif désiré. Comme le dit le Talmud, il ne suffit
pas aux juifs de dominer certaines nations, parce qu’il leur faut les
dominer toutes, et en attendant qu’ils y parviennent, “ils doivent
s’exclamer : Quel tourment ! Quelle indignité !”

Ceci explique pourquoi l’impérialisme communiste juif est insatiable.
Et cela montre à l’évidence combien il est absurde de croire à une
sincère coexistence pacifique ou en la possibilité que le Communisme
mette un point final à son ambition de conquérir toutes les nations de
la terre. Les juifs croient que Dieu leur a ordonné d’imposer leur
domination totale à toutes les nations et que cette domination totale
ils ne l’obtiendront qu’au moyen de la dictature totalitaire socialiste
du Communisme. Comme cette domination doit s’étendre à toutes les
nations du monde intégralement, ils ne prendront aucun répit avant
d’avoir imposé l’esclavage communiste à tous les peuples de la terre.10
bis)

Il est indispensable que les chrétiens et les gentils finissent par
comprendre une si terrible tragédie. L’existence d’un totalitarisme
impérialiste et cruel, impulsé par un groupe de mystiques fanatiques et
fous, qui accomplissent tous leurs crimes et leurs perversités en
croyant fermement remplir ainsi fidèlement les mandats de Dieu, est une
omniprésente réalité.

Leur méchanceté en est arrivée au point qu’ils croient moralement
licite de faire triompher l’athéisme et le matérialisme communiste dans
le monde entier de manière transitoire, le temps qu’eux, qui sont
religieux et croyants, parviennent à détruire le Christianisme haï et
les autres religions fausses, dans le but d’instaurer ensuite sur les
ruines de toutes la religion actuelle d’Israël, qui reconnaît le droit
des juifs à dominer le monde et leur caractère de caste privilégiée de
droit divin dans l’humanité des temps futurs.

Par ailleurs, le Talmud prétend donner aux juifs “la véritable
interprétation” des promesses bibliques au sujet du Messie : “Le Messie
donnera aux hébreux la domination du monde et sous celle-ci seront
soumis tous les peuples”.11)

On pourrait poursuivre en citant des passages des différents traités
du Talmud et de la Cabbale juive tout aussi éloquents que les
précédents, qui nous permettent de nous rendre compte du sens et de
l’absolutisme de l’actuelle religion des juifs et du danger que celle-ci
signifie pour le Catholicisme, pour la Chrétienté et pour le reste de
l’humanité.

Plus on approfondit cette question, plus clairement apparaît l’abîme
qui sépare la primitive et vraie religion révélée par Dieu aux juifs à
travers Abraham, Moïse et les Prophètes, et la fausse religion qu’aussi
bien les hébreux qui crucifièrent Notre-Seigneur que leurs descendants
actuels élaborèrent à partir de la fausse interprétation de la Sainte
Bible, surtout à partir de l’apparition des Talmuds de Jérusalem et de
Babylone et l’élaboration ultérieure des livres cabbalistiques,
Sepher-ha Zohar, et Sepher-Yetsirah, livres sacrés qui sont la base de
la religion des juifs modernes.

S’il y a un abîme entre la religion d’Abraham et de Moïse et celle du
Judaïsme moderne, cet abîme se fait insondable entre le Christianisme
et ledit Judaïsme moderne, et l’on peut dire que ce dernier est
l’antithèse et la négation même de la religion chrétienne, contre
laquelle le Judaïsme distille la haine et les efforts destructeurs dans
ses livres sacrés et ses rites secrets.

La lutte entreprise pendant des siècles par la Sainte Eglise contre
la religion juive et ses rites n’eut pas pour origine, comme on l’a
faussement dit, l’intolérance religieuse du Catholicisme, mais l’immense
méchanceté de la religion juive qui représentait une menace mortelle
pour la Chrétienté. Ce fut ce qui obligea l’Eglise, si tolérante au
début, à adopter une attitude de ferme défense de la Vérité, de la
Chrétienté et de tout le genre humain.

Est en outre erronée et sophistique l’opinion de certains clercs, qui
se disent chrétiens mais qui font le jeu des juifs de manière des plus
suspecte en avançant l’idée qu’il est illicite de combattre le Judaïsme
parce que les juifs fidèles, les juifs croyants, “ont une religion
voisine et sœur de la religion chrétienne”.

En premier lieu, la base de cette thèse est fausse, comme nous
l’avons démontré dans ce chapitre et comme pourrait le prouver tout un
chacun en approfondissant l’étude des secrets de la religion juive
post-biblique, condamnée dans la doctrine des Pères de l’Eglise, dans
les Conciles œcuméniques et provinciaux et dans les travaux d’illustres
clercs catholiques du Moyen Age et des siècles antérieurs au présent.

En second lieu, ce que les juifs prétendent réellement avec le projet
d’imposer aux catholiques cette thèse qu’il serait illicite de
combattre la criminelle secte judaïque, c’est de créer une nouvelle
situation qui leur permette, sans s’exposer à des contre-attaques
directes, de continuer à faire progresser leurs mouvements
révolutionnaires maçonniques et communistes jusqu’à ce qu’ils
parviennent à la destruction du Christianisme et à l’asservissement de
l’humanité.

Les juifs et leurs complices à l’intérieur du Christianisme visent à
assurer commodément le triomphe définitif de l’impérialisme judaïque,
car si les chrétiens s’abstiennent d’attaquer et de vaincre la tête de
toute la conspiration, se bornant à attaquer seulement ses rameaux
maçonnique, anarchiste, communiste ou autre, la tête, c’est à dire le
Judaïsme, restant libre et à l’abri de toute attaque conservera toute sa
vigueur, pendant que ses tentacules maçonniques, communistes et tous
leurs dérivés s’emploieront à attaquer sans pitié, comme ils n’ont cessé
de le faire, les institutions religieuses, politiques et sociales de la
Chrétienté et du monde entier.


1)Annotations autorisées de la Bible de Scio, Madrid,1852, t. I, p. 95.
2) Bible de Scio, Madrid, 1852, t.IV, p. 115.

3) Talmud, traité Baba Metzia, fol. 114, col 2.

4) Jebamoth, fol. 94, col 2.

5) Eben Ha Eser, 6 et 8.

6) Aboda Sara, 26b Tosephot. NDT : Il s’agit ici du mot
d’ordre du Judaïsme d’éliminer les dirigeants chrétiens pour instaurer
l’imperium des juifs. On trouve dans le livre de Mgr Pranaïtis “Les secrets de la doctrine rabbinique
” réédité en italien nombre de ces citations avec la graphie hébraïque
originale et la traduction latine qui ne laissent aucun doute sur la
violence de l’enseignement de la haine par les rabbins. Cet enseignement
de la Cabbale “a contribué à la formation du Judaïsme moderne” dit
l’article Kabbale rédigé par H. Loewe dans l’Encyclopédie de Religions et d’Ethiques de Hastings, cité par N. Webster in “Secret Societies and subversive Movements“.

7) Shabbath, Fol. 89, col. 2, Talmud de Babylone.

8) Cabbale sur le Pentatheuque, folio 987, col. 3.

9) Chaniga, fol. 3a-3b Talmud de Babylone.

10) Talmud de Babylone, traité Sanhédrin, fol. 104, col. 1.

10 bis) NDT Cette base théologique et logique à l’impérialisme juif
est à retenir à l’heure où les mêmes font croire et ont réussi à faire
croire que “le communisme est mort”, manœuvre pourtant annoncée par le
théoricien juif communiste Manouilski dans les années trente !

11) Talmud de Babylone : traité Schabb, folio 120 col. 1; et traité Sanhédrin, fol. 88, col 2 et fol. 89 col. 1.

NDT : Faudrait-il donc que les Catholiques “attendent (espèrent !)
avec les juifs la venue du Messie” ce messie-là, comme les y a invités
ce Jean Paul II fils d’une juive, qui à Rome même semble parler comme le
pape du Judaïsme tout en occupant la chaire de Pierre !
source: http://judaisation.wordpress.com/2010/03/25/chapitre-i-limperialisme-juif-et-la-religion-imperialiste/

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum