Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 3]

1Site du Vatican piraté le Jeu 8 Mar - 14:23

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Le site internet www.vatican.va a été piraté par Anonymous qui a affirmé avoir voulu punir « l’Eglise apostolique romaine corrompue et toutes ses émanations ». Le site est resté indisponible plusieurs heures ce mercredi.


« Anonymous a décidé aujourd’hui d’assiéger votre site en réponse à la doctrine, aux liturgies et aux concepts absurdes et anachroniques que votre organisation à but lucratif (l’Eglise apostolique romaine) diffuse dans le monde entier« , a indiqué le site italien d’Anonymous.

Anonymous se défend d’avoir voulu s’en prendre à la région chrétienne ou aux croyants, mais plutôt à l’institution religieuse.

Le communiqué du mouvement de hackers fustige la censure, les actes de manipulations et les massacres perpétrés au nom de la religion.

« Vous avez brûlé des textes d’une immense valeur historique et littéraire, vous avez tué de manière barbare vos détracteurs et critiques les plus virulents au cours des siècles (…), vous avez conduit des ingénus à payer pour obtenir l’accès au paradis avec la vente des indulgences ».

Anonymous accuse également l’Eglise catholique d’avoir « réduit en esclavage des populations entières » et contribué à l’impunité d’anciens nazis : « Dans des temps plus récents, vous avez eu un rôle significatif dans l’aide offerte aux criminels de guerre nazis pour leur permettre de trouver un refuge dans des pays étrangers et éviter la justice internationale ».

Pour conclure ce pamphlet, ces pirates anonymes ont rappelé les tendances pédophiles de l’église avant de signer son épitaphe.

« Vous permettez quotidiennement que des représentants du clergé se rendent responsables de harcèlement envers des enfants et vous les couvrez si les faits sont révélés au public. (…) L’Eglise « sera reléguée à ce qu’elle est… une relique des temps passés ». Amen



elle sera juger pour ces oeuvres mauvaises Amen!

Voir le profil de l'utilisateur

2Re: Site du Vatican piraté le Jeu 8 Mar - 18:18

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
Le pape antichrist et le salut de satan:



Voir le profil de l'utilisateur

3Re: Site du Vatican piraté le Jeu 8 Mar - 18:33

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
il est dans la tourmente aussi .

Voir le profil de l'utilisateur

4Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 4:06

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
Ici c'est abusé, pour une fois, je suis d'accord avec "la religion est l'opium du peuple", en tout cas, ça s'applique pour certains en quête de prestige et de pouvoir.

Voir le profil de l'utilisateur

5Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 4:10

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
Tout le monde n'a pas ce prestige de s'assoeir dans un trône:

Voir le profil de l'utilisateur

6Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 7:34

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste

Voir le profil de l'utilisateur

7Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 7:36

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
TRESORS DU VATICAN

Voir le profil de l'utilisateur

8Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 14:09

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
ils vénèrent le veau d'or! repentez vous misérable pêcheur.



est-ce que vous comprennez le message de sortir de là en révélations scribes et pharisiens?Jésus devrait rammener le troupeau a bon port pas ces bandits ils ne sont même pas digne de le représenté.

Voir le profil de l'utilisateur

9Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 15:10

Invité 


Invité
@espoirhope a écrit:TRESORS DU VATICAN


La tiare papale !!


Vicaire
(du
latin, vicarius lieutenant) Qui tient la place d’un
autre. Vicaire de Jésus et de Pierre,

le
pape.


Vicaire
de Jésus signifie vicaire du fils de Dieu, s'écrivant
en latin :
VICARIVS FILII DEI.
Ce
qui donne ce chiffre incontestable 666 du tableau et
présenté comme maléfique par Jean, parce que
personne ne peut être le remplaçant du fils de Dieu
! Aucun homme ne peut prétendre remplacer le Fils
unique.










Matthieu
23:8-12
Jésus
dit : N'appelez personne sur la terre votre
père, car un
seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne
vous faites pas appeler directeur, car un seul est
votre Directeur, le Christ. Le plus grand parmi vous
sera votre serviteur. Quiconque s’élèvera sera
abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé.




Et
qui se fait appeler mon père
ou saint père ? On connaît
l'arbre à ses fruits, dit encore Jésus. Et depuis
2000 ans, quels sont les fruits de ceux qui se font
appeler mon père ou saint père ? Crapuleux et connus
du monde, les voici :





mensonges,
terreurs, bûchers, inquisitions, répressions,
massacres, scandales.
Ce
sont bien là les ignominies commises par la bête
catholique qui se cache sous des vêtements de brebis.
Ses membres peuvent-ils violer ainsi les commandements
de la loi et dire qu'ils sont les envoyés de Dieu ?
L'apocalypse découlera de cette maudite bête 666 et
de ceux qui lui sont attachés.



Que celui qui a des oreilles pour entendre,entende!

10Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 15:19

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




j'ai v ue un commentaire qui stipulait a propos de ce vidéo qu'il est blsphèmatoire de faire parler Jésus? ha bon me suis-je dis..mais il est encore plus blasphèmatoire de le représenter dans l'erreur en chair! et vous qu'en pensez-vous?

Voir le profil de l'utilisateur

11Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 17:58

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
effectivement, c'est une forme de veau d'or déguisé:







JE SUPPOSE QU IL S AGIT DE VRAIES PIERRES PRECIEUSES!!! EMERAUDES, RUBIS, VOUS AVEZ VU LA TAILLE DES EMERAUDES ET RUBIS!!! C EST CHOQUANT. ET CETTE CHOSE NE SERT A RIEN, DE PLUS CELA S APPELLE TIARE?? UN TIARE SE MET SUR LA TETE!! QUELLE DESOLATION. 1000 ANS DE SPOLIATION!!!

Voir le profil de l'utilisateur

12Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 18:06

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste


et regardez ce palanquin!!! Il est transporté sur un palanquin, un trône!!!

Voir le profil de l'utilisateur

13Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 18:09

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste


JESUS A DIT DANS L EVANGILE: JE PREFERE ETRE DANS LA MISERE, AINSI JE SERAI PLUS PROCHE DE DIEU ET DE LA FOI.

Voir le profil de l'utilisateur

14Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 18:20

1 samuel 


Passionné
Passionné


JESUS A DIT DANS L EVANGILE: JE PREFERE ETRE DANS LA MISERE, AINSI JE SERAI PLUS PROCHE DE DIEU ET DE LA FOI.[/quote]
tu peux nous donné les versets des évangiles qui disent ça!
d'avance merci.

Voir le profil de l'utilisateur http://meilleurforum-net.meilleurforum.net/forum

15Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 18:31

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
François d’Assise : le Poverello [modifier]


Il s’agit essentiellement de la pauvreté évangélique et théologale, c’est-à-dire celle qui a pour seul motif la dépendance filiale vis-à-vis de Dieu, ainsi que François l’a bien comprise. Cela n’exclut pas que François ait été animé d’un réel amour pour les pauvres et du désir d’être proche d’eux, mais il précisera lui-même que c’était par amour du Christ et pour suivre le Christ-pauvre. Ceux qui récemment ont voulu voir dans François un révolutionnaire, quittant le monde bourgeois de sa famille comme une protestation destinée à bouleverser l’ordre social de son temps risquent de passer à côté de ses vraies motivations, telles qu’il les a exprimées plusieurs fois dans ses écrits. Ceci affirmé, il n’est pas faux de constater que par rapport à sa famille, à ses concitoyens, par rapport à l’Église de son temps, il apportait une manière de vivre qui était révolutionnaire et contestataire, de facto.

Mais ce n’est pas d’abord la solidarité avec les pauvres qui fut sa première motivation. Il voyait dans les pauvres un “sacrement” du Christ-pauvre, dans le lépreux, un “frère-chrétien”. Il voyait dans la pauvreté volontaire une démarche de foi : se mettre à sa vraie place de créature dépendant pour sa vie et son bonheur de l’amour bienveillant d’un Père munificent. Le partage de la condition des pauvres était pour lui une vérification de l’authenticité de la pauvreté choisie, et un lieu privilégié pour suivre le Christ et dans son attitude filiale vis-à-vis du Père et dans son attitude fraternelle vis-à-vis de ses frères. Enfin il préconisait la pauvreté comme une condition même de la vie fraternelle, sachant par expérience que l’inégalité dans la possession engendre les disputes et la jalousie, parfois la violence et la rapine. De nombreux textes, tant de lui-même que de ses biographes peuvent illustrer ces propos. Dans les 2 Règles, François insiste pour que les frères et les fraternités adoptent un dépouillement total des biens et des préoccupations les concernant : «...Que les frères ne s’approprient rien, ni maison, ni lieu, ni aucune autre chose...» (2 Rg 6,1). Il récuse absolument l’usage de l’argent ; réglemente l’habillement, modeste et unique, pas de chaussures. Les frères sont invités à fréquenter volontiers les pauvres : «... être heureux de se trouver parmi les gens de condition modeste, les pauvres et les mendiants des rues...» (1 Rg 9, 2 ). Mais aussi, il invite les frères à pratiquer une pauvreté spirituelle faite d’abandon à la volonté de Dieu et de non-possession de sa volonté propre (cf les Admonitions). Mais surtout il chante « l’excellence de la Très Haute pauvreté qui vous a fait, mes très chers frères, héritiers et rois du Royaume des cieux...Qu’elle soit votre partage, elle qui conduit dans la Terre des vivants...». Cette Pauvreté fut celle de « Jésus-Christ et de sa sainte Mère ».

Une pauvreté théologale [modifier]


On ne comprendrait rien au choix qu’a fait François de la pauvreté si l’on se contentait de l’expliquer comme une réaction contre un type de société, un simple refus du matérialisme. Son choix est totalement dépendant de sa relation à Dieu et de sa découverte du Christ qu’il veut suivre en acceptant l’Évangile et toutes ses exigences. C’est précisément cette référence explicite à l’Évangile qui fait de la pauvreté franciscaine un idéal qui peut continuer à solliciter les chrétiens de chaque génération. Les vrais raisons des engagements de François sont les conseils évangéliques : « Si tu veux être parfait, vends tout ce que tu possèdes, donnes-en le prix aux pauvres, puis viens et suis-moi ». C’est aussi la considération de Dieu comme souverain Bien auquel tous les autres biens doivent être rapportés parce qu’ils lui appartiennent. Dès lors, toute appropriation des biens de ce monde apparaît à François comme un détournement. Il contemple Dieu comme un Père munificent et libéral qui fait à l’homme le don de l’existence et met à sa disposition la multiplicité des êtres créés. La vocation de l’être spirituel est de contempler la beauté et la bonté de Dieu dans toutes les créatures. A partir du moment où celles-ci seraient l’objet du désir, elles cesseraient d’être admirées gratuitement et pour Dieu.

Le Verbe de Dieu créateur et possesseur de toutes choses s’est fait pauvre en ce monde en Jésus qui n’avait pas une pierre où poser la tête. Il est pourtant salué, dans l’Écriture, comme le premier né des créatures et le chef de la création.

Pauvreté en esprit [modifier]


Plus haut que la pauvreté des biens matériels, François place la pauvreté spirituelle qui est le détachement de tous les biens, y compris de ceux inhérents à l’existence personnelle, comme les talents, les qualités morales et surtout la volonté propre : « Bienheureux, dit-il, le serviteur de Dieu qui fait hommage au Seigneur de tout ce qui lui a été donné de bon. Mais celui qui garde pour lui un talent confié ressemble à cet homme qui cache au fond de lui-même l’argent de son maître, et ce qu’il croit avoir lui sera enlevé...»(Admonition,19). Le détachement de tout ce qui pourrait être revendiqué comme le bien propre de la personne, voilà le sommet de la pauvreté ici-bas. Celle qui combat tout égoïsme, toute recherche de soi, toute confiance exagérée en soi-même : « Qu’as-tu que tu n’as reçu, et si tu l’as reçu, pourquoi t’en glorifies-tu ?». Pauvreté et humilité sont en relation étroite et l’on ne peut envier l’une sans pratiquer l’autre .

Renoncer à sa volonté propre (cf Adm.14) [modifier]


Cette expression qui revient souvent dans la bouche de François exprime le degré le plus élevé de la sainte pauvreté. IL ne signifie pas assurément la démission de la responsabilité, mais au contraire un choix très raisonné de rechercher en toutes circonstances quelle est la volonté de Dieu, pour y communier pleinement, y adhérer avec toutes ses forces morales et spirituelles dans un acte d’adoration et de reconnaissance. Cela suppose une foi totale en la bonté de Dieu et en sa bienveillance vis-à-vis de chacun. Rechercher la volonté de Dieu suppose qu’à chaque instant je sois dans un état de disponibilité totale, d’écoute , d’attente, de désir de purification de mes intentions. La volonté propre n’est autre que le désir de m’affirmer comme maître de moi-même, en recherchant ce qui me paraît-être mon bien immédiat, c’est la manifestation de mon égoïsme et de ma suffisance, c’est à-dire de la confiance exclusive que je mets en moi et en mon activité. Celui qui se suffit, -ou croit se suffire-, c’est le riche qui s’imagine que ses richesses viendront à bout de ses désirs et de tous les imprévus de son existence. N’ayant pas besoin des autres, il ne se tourne pas vers eux, il ne se tourne pas non plus vers cet Autre mystérieux sans lequel aucun de nous ne subsiste et ne peut parvenir au vrai terme de son existence.

Pauvreté et Fraternité [modifier]


Si la pauvreté est chez François une attitude théologale, elle n’en est pas moins voulue et recommandée par lui comme une nécessité de la vie fraternelle évangélique. La communion fraternelle suppose un partage des biens, dont le modèle reste la communauté de l’Église de Jérusalem décrite dans le livre des Actes des Apôtres. Richesse et pouvoir sont les tentations permanentes de tout rassemblement humain. L’Église elle-même y a succombé au cours des siècles, perdant ainsi sa crédibilité évangélique. La conversion à la pratique de l’Évangile passe obligatoirement par un dépouillement et un partage. Cela est vrai de l’ensemble de l’Église, mais François n’est pas le théoricien d’une église désincarnée. On ne trouve chez lui aucune critique de l’Église ou des clercs. Il se contente de vivre radicalement la conversion évangélique et d’inviter ses frères à faire de même, persuadé qu’il est que la pratique de l’évangile et l’exemple des croyants comportent en eux-mêmes leur efficacité. Parce que la pratique radicale de l’évangile est une activité prophétique qui annonce l’avènement du Royaume elle ne peut demeurer ignorée, mais elle fait l’objet d’une vérification, qui, dans le cas de la pauvreté n’est autre que la solidarité avec les pauvres. Déjà, dés le début de sa conversion, François qui n’avait pas encore quitté définitivement son milieu familial et sa condition de marchand s’essaya à la pauvreté, au cours d’un voyage à Rome, en échangeant ses riches vêtements contre ceux d’un miséreux et en se mêlant à la foule des mendiants qui quêtaient aux portes du Latran. Puis, ayant décidé de quitter le monde, il se mêlait habituellement aux groupes de lépreux, ces exclus de la société médiévale, soignant leurs plaies et les servant.

Les barrières élevées par les différences de conditions sociales ne peuvent être renversées que par le partage et la pauvreté volontaire. Les frères mineurs sont invités à se situer à la dernière place afin de pouvoir rencontrer plus facilement chacun, quelle que soit sa condition : « Ils doivent se réjouir quand ils se trouvent parmi des gens de basse condition et méprisés, des pauvres et des infirmes, des malades et des lépreux et des mendiants des rues...» (1 Reg. 92). François conserve en mémoire la parole du Seigneur : « si quelqu’un veut te faire un procès pour te prendre ton manteau, abandonne lui aussi ta tunique ». Il ne veut sous aucun prétexte se voir séparer d’un frère en raison d’un bien à défendre. Aussi lorsque l’évêque d’Assise s’inquiète d’une pauvreté si absolue chez les frères et leur conseille de conserver quelques biens, François lui répond : « Monseigneur si nous avions des biens, il nous faudrait des armes pour les défendre. Car c’est de la richesse que proviennent les discussions et les procès ; c’est elle qui créé tant d’obstacles à l’amour de Dieu et du prochain. Aussi ne voulons-nous posséder en ce monde aucun bien temporel» (Légende des Trois compagnons, n°35). On voit en cette réponse l’imbrication des valeurs évangéliques : amour du prochain, pauvreté, non-violence, humilité, esprit de paix.

Pauvreté et annonce de l’Évangile [modifier]


François n’a pas analysé lui-même les divers aspects de la pauvreté qu’il a vécue. Il a préféré avancer sans cesse dans la pauvreté parce qu’il y voyait la voie privilégiée de l’imitation de Jésus-Christ. C’est en ce sens que son propos de suivre le Christ-pauvre le conduit à vivre la pauvreté comme une condition de l’apostolat. Ici la fraternité franciscaine est plus proche du groupe Jésus et ses apôtres, que de la communauté primitive de Jérusalem. Les Apôtres avaient tout quitté pour suivre Jésus dans sa vie itinérante et prédicante. Jésus lui-même avait abandonné sa famille, son village, son métier, et il pouvait dire en toute vérité : « Le Fils de l’homme n’a pas une pierre où reposer sa tête ».

Dès le début de la fraternité franciscaine, François envoie ses frères vers les quatre points cardinaux. Ils sont démunis de tout parce que l’intuition religieuse de François s’est clarifiée à la lecture de l’évangile de l’envoi en mission des douze apôtres. Ayant assisté à la sainte messe le jour de la fête d’un Apôtre, il demande au prêtre de lui expliquer l’évangile de la fête...et quand François entend que les disciples du Christ ne doivent posséder ni or, ni argent, ni besace, ni pain, ni bâton, qu’ils ne doivent avoir ni chaussures, ni deux tuniques, qu’ils doivent prêcher le Royaume de Dieu et la pénitence, transporté aussitôt de joie dans l’Esprit-Saint : voilà ce que je veux, s’écrie-t-il , voilà ce que je cherche,du plus profond de mon cœur je brûle d’accomplir. Séance tenante notre Père saint, débordant de joie, passe à la réalisation de ce salutaire avis ». (Thomas de Celano, Vita 1a, n.22). Imiter le Christ, c’est se libérer de tout bien et de toute possession pour être plus libre, plus léger, pour annoncer l’Évangile.

Claire d’Assise : le Privilège de Pauvreté [modifier]


Claire d’Assise, comme François, est attachée à la pauvreté comme à une valeur fondamentale du genre de vie qu’elle veut mener et proposer à ses sœurs. Cependant son originalité se manifeste principalement en deux points : en réaction à son origine noble elle se bat pour ne rien posséder, la pauvreté est un privilège qu’elle réclame pour pouvoir être attachée au Christ.

Constantes franciscaines [modifier]


Au décès de son père, Claire renonce à l’héritage, distribuant le prix de la vente aux pauvres[1]. En cela, elle se conforme à la règle qu’elle a écrite[2], reprenant sur ce point la Règle des frères mineurs[3].

Ne rien posséder, un privilège [modifier]


Claire est issue d’un famille noble, les Favarone. De ce fait son assise sociale venait de sa situation dans le système féodal, de l’allégeance donnée par sa famille à un suzerain, des allégeances reçues de vassaux. Son existence économique était assurée par la possession de terres. La nouveauté de Claire, son combat, sa résistance aux papes successifs, fut de refuser la possession de terres qui auraient assuré un revenu à sa communauté. Qu’un monastère de femmes demandât le privilège de vivre en pauvreté, l’idée parut extraordinaire au pape Innocent III, auquel Claire s’était adressée[4].

Un successeur, Grégoire IX envisagea de lever le vœu de pauvreté, qui empêchait que les Damianites eussent des revenus de la terre. Claire répondit : “Jamais je ne désirerai qu’on me tienne quitte du bonheur de suivre le Christ.”

Hugues de Digne : l’usage pauvre [modifier]


La Pauvreté pour aujourd’hui [modifier]


L’Évangile a toujours été pour le monde une provocation. Déjà auparavant, pour le peuple d’Israël, la prédication des prophètes allait à l’encontre des idées reçues. L’importance, dans le message chrétien , de la béatitude de la pauvreté ne peut faire aucun doute. C’est par elle que l’évangéliste Matthieu inaugure le grand discours de Jésus sur la montagne, que l’on appelle à juste titre la charte du Royaume de Dieu.

Il ne faudrait pas trop vite rejeter la pratique évangélique de François comme anachronique, sous prétexte qu’elle ne correspondrait pas aux idéaux et aux activités de notre société contemporaine. Nous l’appelons société de consommation parce qu’une bonne part de ses activités consiste à produire et à faire consommer. Chacun veut disposer d’argent qui le rend libre de choisir, dans une économie d’abondance les biens nécessaires ou superflus offerts au plus grand nombre.

Ce système économique peut revendiquer des résultats indéniables. Les famines imparables ont disparu. La grande masse a atteint une sécurité d’approvisionnement en biens indispensables. A l’échelon national des sociétés occidentales, l’extrême misère est devenue l’exception, tandis que la sécurité matérielle est garantie par des institutions de secours et de prévoyance qui atteignent presque tous les individus. Néanmoins les disparités de condition entre les personnes engendrent toujours des sentiments de frustration et entretiennent les luttes de classes. La parole de Jésus est encore d’actualité : « des pauvres, il y en aura toujours parmi vous....».

Face à ce monde avide de richesses, de confort, de sécurité, la béatitude de la pauvreté semble peu appréciée et l’invitation franciscaine paraît totalement hors de propos. Pourtant nombreux sont dans notre monde super-organisé ceux qui aspirent à un renouveau de simplicité, de désencombrement, de transparence. Beaucoup se rendent compte de l’asphyxie spirituelle à laquelle conduit la surabondance de biens matériels.

Là où les relations humaines sont contrecarrées par l’envie et bloquées par la lutte des classes, on peut devenir plus perméable au message d’Assise qui a montré combien la simplicité, la charité fraternelle, la pauvreté avaient partie liée. Se dépouiller, partager afin de rencontrer des frères, annoncer la paix et se présenter les mains nues, sans revendication sans peur aussi et confiant en l’homme, telles ont été les attitudes de François qui font rêver tous ceux qui aujourd’hui aspirent à une vie humaine plus chaleureuse.

Une économie de la Pauvreté ? [modifier]


Mais il est une autre aspiration vers la pauvreté franciscaine, qui est le fait de ceux qui dépassent l’horizon national des sociétés occidentales pour découvrir l’extrême dénuement matériel qui règne encore sur certains pays du Tiers-monde où la faim , la maladie, l’insécurité totale devant les fléaux naturels maintiennent des conditions de vie sous-humaines, donc indignes des fils de Dieu. Des voix s’élèvent parmi les chrétiens pour proposer l’inspiration franciscaine comme un moyen d’équilibrer les chances de tous les hommes. Les nations riches sont invitées à modérer leur développement et leur course au progrès matériel, à investir de façon désintéressée chez les peuples les plus défavorisés.

Comme cette politique internationale entraînerait indéniablement un ralentissement de la croissance des nantis, on ne peut la proposer que comme un choix délibéré, généreux et fraternel, c’est à dire gouverné par l’amour des autres. D’autres motifs peuvent d’ailleurs s’ajouter pour le retour à une vie plus simple. Cette perspective qui semblait pure utopie lorsque l’occident ne se souciait que de consommer et s’imaginait que l’énergie à bon marché devait être toujours plus abondante, vient de se révéler non plus utopique mais prophétique, car indépendamment des visées humanitaires et fraternelles, la course à la croissance, la consommation déréglée, le gaspillage se sont révélés destructeurs de l’environnement. La nature est malade de l’homme riche. On se souvient alors du petit pauvre d’Assise qui avançait avec tant de respect de la création dont il savait préserver la beauté et qu’il préférait admirer plutôt que posséder et consommer.

Enfin l’exploitation des richesses naturelles s’est faite jusqu’ici sans se soucier des hommes, de leurs traditions, de leur culture, de leur vie spirituelle. Elle a le plus souvent engendré des affrontements entre nations riches et nations pauvres, tout comme le développement industriel régi par l’idéologie libérale avait engendré la lutte des classes. On se souvient aussi de François qui préférait renoncer à un bien légitime plutôt que de s’affronter à celui qui le convoitait injustement : « Si nous avions des biens, disait-il, il nous faudrait des armes pour les défendre ». En écho à l’Évangile : « si quelqu’un te demande ton manteau, abandonne-lui aussi ta tunique ».

Que pourrait-on proposer sous ce thème d’économie de la pauvreté ? Sinon un nouvel ordre économique mondiale qui aurait pour objectifs principaux une répartition plus juste et plus généreuse des richesses matérielles permettant peu à peu la disparition, chez les plus démunis, d’une pauvreté imposée par le désordre économique, et aliénante pour les personnes. Cela nécessiterait chez les nantis le renoncement, au moins temporaire à une croissance continue, une sorte de moratoire à l’enrichissement des riches jusqu’à ce que toute la famille humaine puisse vraiment bénéficier des biens destinés à tous. Le respect des autres, le souci du partage, la recherche des valeurs spirituelles, la volonté de promouvoir la paix en supprimant les causes économiques de rivalités et d’affrontements.... S’agit-il d’une pure utopie ? Mais l’utopie n’est-elle pas indispensable pour faire désirer la conversion des individus et des sociétés et inspirer leur vrai progrès moral ?

La pauvreté chrétienne [modifier]


Est-ce qu’il est nécessaire pour un chrétien, et donc pour un franciscain, d’être pauvre ? La raison de la pauvreté de François est difficilement récusable : il aime le Christ et le Christ était pauvre. Les évangiles assurent ce fait : Mt 6,19 ; Mt 10,9-10 ; Mt 19 19,21-24 ; Lc 6,20 ; 2 Co 8,9.

Le serviteur n’est pas au-dessus de son maître (Mt 10,24). De plus, Jésus demande à celui qui veut vraiment le suivre (ce qui est le cas de tout franciscain) : « Va, vends ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres [...] ; puis viens, suis-moi. » (Mt 20,21)

Mais la pauvreté matérielle ne suffit pas ! Il faut aussi une pauvreté "spirituelle", intérieure. On peut s’attacher à autre chose qu’à des biens matériels, comme une fonction, une responsabilité. C’est une tentation bien connue dans les monastères, où les moines, qui n’ont rien en propre, peuvent parfois veiller jalousement sur un poste qui leur a été confié. L’Évangile va très loin : même la dignité d’être serviteur de Dieu, il ne faut pas s’y attacher (Lc 17,10 : Nous sommes des serviteurs inutiles). Et la première Béatitude concerne la pauvreté ; mais S. Matthieu souligne la pauvreté en esprit (Heureux les pauvres de coeur, Mt 5,3) tandis que S. Luc parle bien de la pauvreté matérielle (Heureux, vous les pauvres, Lc 6,20).

Il faut ajouter qu’il n’est pas besoin d’être pauvre en objets pour avoir une âme de pauvre. Les tertiaires franciscains pouvaient garder leurs biens. Le pape vit au milieu des richesses. Cela ne veut pas dire qu’ils sont condamnés à ne pas être saints. On peut être entouré de richesses et ne pas y accorder d’importance. En fait, la pauvreté est une exigence de l’Amour. La vraie pauvreté, c’est celle-là : renoncer à soi-même. « Renoncer à nous-même sera notre plus grande et belle pauvreté. » (Cf Jésus, notre fondateur, intuition de base de la Fraternité de Tibériade, Belgique) Celui qui renonce à lui-même pour le Christ n’a "pas le temps" d’être riche.

Enfin, la pauvreté n’est pas la seule vertu chrétienne. Ce n’est pas non plus la plus haute vertu chrétienne : Quand je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert de rien. [...] La plus grande d’entre elles, c’est la charité. (1 Co 13,3.13) Et St Jean de la Croix : « Au soir de cette vie nous serons jugés sur l’amour. » L’amour exige la pauvreté, mais la pauvreté sans amour n’est rien.

Dans l’histoire des franciscains, il ressort l’impression que la pauvreté représente en fait toute l’exigence de l’Évangile, et donc aussi de la Règle. C’est cette exigence qui est remise en question. Si la pauvreté est bien présente dans l’Évangile, précisons ici la position de l’Église d’aujourd’hui sur cette question : voici un extrait de la Lettre de Jean-Paul II pour les jeunes du monde entier, à l’occasion des JMJ 2001.

" Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive » (Lc 9,23). Ces mots expriment le caractère radical d’un choix qui n’admet pas d’hésitations ni de retours en arrière. C’est une dure exigence qui a impressionné les disciples eux-mêmes et qui, au cours des siècles, a empêché de nombreux hommes et femmes de suivre le Christ. Or, c’est précisément ce radicalisme qui a produit des fruits admirables de sainteté et de martyre, qui affermissent dans le temps le chemin de l’Église. Aujourd’hui encore, cette parole retentit comme un scandale et une folie (cf. 1 Co 1,22-25). Pourtant, c’est avec elle que nous devons nous confronter, car la voie tracée par Dieu pour son Fils est celle-là même que doit parcourir le disciple qui se décide à se mettre à sa suite. Il n’existe pas deux routes, mais une seule : celle qu’a parcourue le Maître. Il n’est pas permis au disciple d’en inventer une autre."

On ne peut pas ne pas penser à l’histoire de la famille franciscaine en lisant ce passage.

On peut cependant préciser un point : Dieu ne demande pas l’impossible, à chacun selon ses forces. François et Claire en avaient conscience : Claire autorisa Isabelle à fonder à Longchamp un couvent avec une règle plus modérée, pour les femmes de santé plus fragile. Pour François, que l’on relise la Lettre à fr. Léon : « Quelle que soit la manière qui te semblera la meilleure de plaire au Seigneur Dieu et de suivre ses traces et sa pauvreté, adopte-la, avec la bénédiction du Seigneur Dieu et ma permission. » L’essentiel est de vouloir suivre le Christ sincèrement, et de ne pas "rogner" sur la pauvreté pour son plaisir personnel. D'aucuns pensent que dans l'histoire franciscaine, c’est souvent pour cette dernière raison que la "très haute pauvreté" était remise en question.

À l’opposé, une autre tendance serait de vivre la pauvreté absolue comme un défi, un concours d’ascèse entre les frères, entre communautés. Dans ce cas la pauvreté n’est plus motivée par l’amour mais par l’orgueil. Certains groupes de frères dans l’histoire franciscaine ont pu tomber aussi dans ce travers.

Voir le profil de l'utilisateur

16Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 18:45

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
pour le tj qui essait de juger son frère, par dit moi ou est-ce que jésus dis sa? commencez donc par vous redressez.....peux-tu pour une fois te taire et écoutez ce que espoirhope veux nous dire? merci..pour ta gouverne le faux directeur.. Jésus a du ce rabaissez pour servir le peuple puis lui le fidèle,le véritable et le chemin ne sert pas le veau d'or..sa fek est-ce assez pour justifiez qu'il ne sert pas le veau d'or?nul ne peut servir mammon et Dieu.tu assez comme verset?



puis depuis quand un tj défend l'église catho ? si elle tombe vous tombé tous comme un domino...........................la babylon systèm plante.

Voir le profil de l'utilisateur

17Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 19:03

1 samuel 


Passionné
Passionné
ton copier coller est bien trop long .

Voir le profil de l'utilisateur http://meilleurforum-net.meilleurforum.net/forum

18Re: Site du Vatican piraté le Ven 9 Mar - 19:31

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
bah là, 5 minutes de lecture meme pas!vous aimez sa lire vous autre d'habitude?en tk vous aimez vous faire les instructeurs, les directeurs!!!...vos études périodiques sont endormantes vous avez endormit le troupeau!

Voir le profil de l'utilisateur

19Re: Site du Vatican piraté le Sam 10 Mar - 4:53

1 samuel 


Passionné
Passionné
plus le sujets sont long moins il sont lue c'est une réalité.

Voir le profil de l'utilisateur http://meilleurforum-net.meilleurforum.net/forum

20Re: Site du Vatican piraté le Sam 10 Mar - 4:57

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
ha tu parle de ton propre chef? saches ceci...le faux n'outre-------passera! devant le SEIGNEUR!

Voir le profil de l'utilisateur

21Re: Site du Vatican piraté le Sam 10 Mar - 5:25

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste


Ben apprécies les image si la lecture ne te passionne pas!

Tu verras une sérieuse ressemblance avec le gros tas d'or et d'émeraudes tassés dans une sorte de tiare qui ne sert à rien et exposé au grand public, ça me fait penser au veau d'or, sauf que cette fois-ci c'est la poule aux oeufs d'or qui a pondu un oeuf énorme pour le vatican, sûrement avec tout l'argent pillé en Amérique latine et en Afrique noire.

Voir le profil de l'utilisateur

22Re: Site du Vatican piraté le Sam 10 Mar - 5:32

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
YAH-T-IL PRIÈRE POUR LIBÉRATION DES KIDS?DIS-LUI QUE --------------------.JE FERAI AUSSI MON INTIFADA!







DEMANDE-MOI GOLLIAT----> POURQUOi?---->LIBÉRATION! laisse vivre Palestine libre!







Voir le profil de l'utilisateur

23Re: Site du Vatican piraté le Sam 10 Mar - 5:50

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
.



Dernière édition par espoirhope le Sam 10 Mar - 6:00, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

24Re: Site du Vatican piraté le Sam 10 Mar - 5:57

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
CHUT!

Voir le profil de l'utilisateur

25Re: Site du Vatican piraté le Sam 10 Mar - 6:01

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
voilà lol... Toute façon, je milite jusqu'au bout pour faire comprendre aux gens que les terroristes sont l'Etat d'Israel, des directeurs, scribes pharisiens maudits et chassés de la demeure de Dieu à jérusalem.

Voir le profil de l'utilisateur

26Re: Site du Vatican piraté Aujourd'hui à 5:58

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 3]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum