anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
on en parle pas trop non plus de sa dans les forums religieux de la famine mondial..

MEXIQUE : DES INDIENS MENACES PAR LA FAIM
Postée le 25/01/2012 à 00h52






Titre initial :
Mexique : touchés par le gel puis la sécheresse, des Indiens menacés par la faim



CREEL (Mexique) - D'une voix à peine audible, un jeune indien demande : "Vous avez de la nourriture ? J'ai faim". Plus de 220.000 Raramuris, une ethnie du Nord du Mexique, sont menacés de famine en raison du manque d'eau, après les gels de l'hiver suivis d'une sécheresse record cet été.

Faible et épuisé, Eusevino Pausen se présente aux portes d'une fondation de la Sierra Tarahumara, dans l'Etat de Chihuahua, une chaîne montagneuse émaillée de petits villages distants de plusieurs heures de trajet. Pour venir de El Tejaban, son village, jusqu'à Creel, un des bourgs les plus importants de la Sierra, Eusevino raconte qu'il a marché huit heures.

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/Mexique-touches-par-le-gel-puis-la-secheresse-des-Indiens-menaces-par-la-faim

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné





© Jonathan Bloom, Nick Saltmarsh / FAOPrès 50 % d'aliments sains sont gaspillés chaque année dans l'UE, par les ménages, les supermarchés, les restaurants et la chaîne alimentaire, alors que 79 millions de citoyens vivent au-dessous du seuil de pauvreté et que 16 millions dépendent de l'aide alimentaire d'œuvres de charité. Dans une résolution adoptée jeudi 19 janvier 2012, le Parlement demande des mesures urgentes en vue de réduire de moitié les gaspillages alimentaires d'ici 2025 et d'améliorer l'accès aux aliments pour les personnes démunies.

Face au gaspillage alimentaire à tous les stades – producteurs, transformateurs, détaillants, services de restauration et consommateurs – les députés européens demandent de mettre en place une stratégie coordonnée, associant des mesures européennes et nationales, afin d'améliorer l'efficacité de la chaîne alimentaire et des circuits de consommation, secteur par secteur, et de s'attaquer d'urgence à ce problème. Si rien n'est fait, le gaspillage alimentaire augmentera de 40 % d'ici 2020, indique une étude publiée par la Commission.


la suite

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3230_gaspillage_alimentaire_Europe.php

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


A la suite d'une importante sécheresse, le Mexique fait face depuis quelques semaines à une grave famine.
Le Mexique connaît actuellement l'une des plus graves sécheresse de son histoire qui provoque une famine, selon les autorités. Deux millions de personnes sont touchées et n'ont pas d'accès direct à l'eau. Une situation d'urgence causée par deux facteurs: une sécheresse record l'été dernier suivie des gels de l'hiver, dévastant les terres agricoles de près de la moitié du pays. La nourriture commence à manquer.
Le gouvernement mexicain a débloqué une aide de près de 2 millions d'euros pour fournir de l'eau potable ou encore des vivres au plus grand nombre.

Parmi les plus touchés, le peuple indigène des Tarahumara qui vit reculé dans le nord du pays. "Ils ont atteint un stade d'extrême pauvreté", observe un coordinateur de la Croix-Rouge mexicaine envoyé sur place, faisant taire la rumeur d'un suicide collectif par grève de la faim. Unique lueur d'espoir, la saison des pluies attendue d'ici... cinq mois!

Un article de Youphil via terre sacré

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné

Share8
Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation, a appelé la communauté internationale à agir afin d'empêcher une crise alimentaire majeure qui menace des millions de personnes dans les pays du Sahel et dans le centre de l'Afrique.

Chiffres effroyables de la famine en Somalie

"Nous ne devons pas attendre que les gens soient affamés pour agir. Le monde doit répondre immédiatement afin d'éviter une crise alimentaire et nutritionnelle de grande ampleur", a déclaré à la presse Olivier De Schutter, qui effectue une visite au Ghana.

Le crise pourrait être provoquée par la sécheresse, de mauvaises récoltes et l'augmentation des prix des produits alimentaires dans les régions concernées, a-t-il dit.

Les pays jusqu'à présent touchés par la sécheresse sont le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger, tandis que la situation dans d'autres pays comme le Burkina Faso, le Sénégal et les régions septentrionales du Nigéria et du Cameroun fait l'objet de préoccupations, a-t-il dit.

Six millions de personnes au Niger, 2,9 millions au Mali, et 700 000 en Mauritanie sont affectées, a souligné Olivier De Schutter.

Les enfants davantage exposés

"En raison de leurs besoins nutritionnels plus importants, les enfants sont les plus exposés au risque de mortalité due à la malnutrition, suivis des femmes enceintes et allaitantes et des adolescentes", au Tchad et en Mauritanie, où le manque de céréales s'est nettement aggravé en comparaison avec l'année dernière, a expliqué le responsable de l'ONU.

Les prix des denrées alimentaires ont continué à augmenter. Au Niger, le prix du millet était de 37% plus élevé en novembre 2011 qu'un an auparavant, et les prix d'autres céréales sont de 40% plus élevés que les prix moyens relevés sur cinq ans.

"La saison (de la sécheresse) surviendra plus tôt et durera plus longtemps que d'habitude. Une situation qui rendra le Sahel dépendant d'une manière dramatique des importations de produits alimentaires, qui devront être achetés à des prix astronomiques sur les marchés internationaux", a-t-il expliqué.

Ce qui équivaut à une catastrophe pour des millions de personnes dont les besoins alimentaires vont augmenter alors que leur pouvoir d'achat s'effondre, a-t-il déploré.

Au cours de sa visite au Ghana, Olivier De Schutter doit rencontrer des agriculteurs et des organisations qui combattent le faim et promeuvent la production alimentaire locale.

http://naturealerte.blogspot.com/2012/02/03022012lonu-met-en-garde-contre-une.html

le gaspillage d'aliment , les amende pour ceux qui fouille dans les poubelles tu pourrais abolir sa big brother.que les gouvernements---> ouvre des banques alimentaires , vous savez au lieu de pésos ce sont des gros batiments qui contiennt des aliments... gênez vous pas les gros bonets sa prend des commanditaires sur ce coup hihihihi..des camions transporteurs, des gens de bonne foi, je dis bien de bonne foi!!! pour être capable de gerrer la distribution aux organismes qui distribue chacun selon leurs paroisse ou municipalité.

abolir la faim c'est abolir le crime de moitié.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
c'est pour un reportage sur les plus démunies!



Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
14/02/2012 Un nouvel appel en faveur d'une stratégie européenne sur les sans-abri


Réunis sous un froid glacial à Strasbourg pour une nouvelle session plénière, les députés européens ont débattu lundi 13 février autour d’un premier thème largement d’actualité : la situation des sans-abris en Europe. En présence du commissaire européen Michel Barnier, les eurodéputés ont appelé à une stratégie européenne de lutte contre le sans-abrisme et contre le gaspillage alimentaire, la prolongation du programme européen d'aide alimentaire et un meilleur accès aux services sociaux d'intérêt général, afin de lutter contre l'exclusion sociale. Dans un entretien à Toute l’Europe, le député européen belge Frédéric Daerden est revenu sur le débat et la création d'un fonds spécial pour venir en aide aux sans-abris.


Un nouveau fonds spécial pour venir en aide aux sans-abris


Dans cet appel adressé "au président de la Commission européenne José Manuel Barroso, au nouveau président du Parlement européen Martin Schultz, au président du Conseil de l'UE Herman Van Rompuy, les députés européens ont demandé deux choses, explique Frédéric Daerden : "la réunion d’urgence des représentants des gouvernements nationaux car il est important que l’Europe puisse analyser ce que chaque pays fait en la matière" et "la mise en place d’un fonds spécial de secours pour aider les Etats membres".


Définition européenne du seuil de pauvreté

Une personne est considérée comme menacée de pauvreté si elle vit avec un revenu inférieur à 60 % du revenu médian dans son pays.

Le budget de ce fonds n’a pas été évoqué pendant le débat. "La Commission européenne a reconnu l’importance du problème mais elle n’est pas rentrée dans nos revendications", regrette le député du groupe Socialistes et démocrates, en déplorant que la Commission ait renvoyé le problème aux Etats membres. "Malheureusement nous n’avons pas eu les réponses que nous attendions".

Les membres de l'hémicycle ont rappelé que plus de 600 personnes sont décédées du froid en Europe ces dernières semaines. Même s'il s'agit d'une compétence des Etats membres, le phénomène a pris une telle ampleur que l'Union européenne se doit de jouer un rôle, soulignant que leur troisième appel en faveur d'une stratégie européenne de lutte contre le sans-abrisme est resté jusqu'à présent lettre morte.


Utiliser la Plateforme européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale


Lancée en 2010, la plateforme fait partie de la stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. En tant qu’une des sept initiatives phare de cette stratégie, cet outil contre la pauvreté et l’exclusion sociale définit des mesures destinées à soutenir à tous les niveaux les efforts entrepris pour remplir l’objectif européen de réduction de la pauvreté. Elle entretient des liens de complémentarité et d’étroite interdépendance avec les autres initiatives phare, qui sont axées sur l'amélioration de l'emploi, de l'éducation et des compétences.

La plateforme européenne contre la pauvreté et l'exclusion sociale "a pour objectif de sortir au moins 20 millions de personnes de la pauvreté et de l'exclusion sociale d'ici à 2020" explique Frédéric Daerden. Le député européen belge est l’auteur d’un rapport adopté le 15 novembre par le Parlement européen qui demande à la Commission européenne de faire chaque année le bilan des progrès des Etats membres concernant la réduction de la pauvreté et de l'exclusion sociale.


L'Union européenne compte plus de 80 millions de personnes menacées de pauvreté, parmi lesquelles 20 millions d'enfants et 8 % de la population active.


Selon Frédéric Daerden, cette plateforme doit "être un lieu d’échange de bonnes pratiques et une feuille de route de ce que chacun des Etats membres réalise mais également un instrument pour pousser les Etats membres à agir au niveau législatif sans attendre 2020".


"Au-delà de ma fonction de député européen, je suis également maire en Belgique. Nous sommes confrontés également au problème des sans-abris et nous avons pris des initiatives locales. Ces initiatives locales doivent être davantage imposées dans un cadre pour qu'elles soient généralisées dans tous les Etats membres".



la suite

http://europarlement.touteleurope.eu/index.php?id=32&no_cache=1&tx_ttnews%5Btt_news%5D=302

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Menacés par la famine, comme pendant la Seconde Guerre mondiale, les Grecs ont l’impression de replonger dans la dictature. Economique, cette fois.


Par MARIA MALAGARDIS Envoyée spéciale à Athènes
Tous les jours, la même scène : à midi, une foule silencieuse se presse devant les grilles de la mairie d’Athènes, à deux pas de la place Omonia. Combien sont-ils ? Une centaine ? Bien plus encore ? «Le soir, ils sont deux à trois fois plus nombreux», soupire Xanthi, une jeune femme rousse, chargée par la mairie «de gérer la foule». L’ambiance est tendue quand les grilles s’ouvrent enfin, et qu’une longue cohorte se forme jusqu’au stand où l’on distribue un Coca-Cola light et une sorte de purée de patates dans une gamelle en plastique.

Certains tentent de doubler, d’autres de repasser une seconde fois. Il y a des cris, des disputes, tout doit aller très vite : la distribution ne dure qu’une demi-heure. Et tant pis pour les retardataires ! Gestes fébriles, regards fuyants, ils s’accrochent à leur repas qu’ils avalent rapidement assis dans la cour. Au milieu des quelques marginaux et des vieillards aux vêtements usés, on remarque tout de suite cette nouvelle catégorie de citadins jusqu’à présent peu habitués à quémander sa nourriture. La plupart d’entre eux refusent de parler aux journalistes, détournent la tête dès qu’on les aborde. «Ils ont honte», confie Sotiris, 55 ans, qui s’est retrouvé au chômage après avoir travaillé vingt ans dans une compagnie de sécurité. «Mais en Grèce, les allocations chômage ne durent qu’un an», rappelle-t-il. Tirant nerveusement sur sa cigarette, il évoque sa femme, malade du cancer et alitée, ses deux fils, aussi au chômage, qui vivent sous le même toit. «Que va-t-on devenir ?Je n’ai plus d’argent et je ne peux même plus payer les traites pour mon appartement ! Bientôt, ils viendront le saisir», s’affole-t-il. Juste avant de partir, il demande un euro, murmurant : «Juste pour un café. J’en ai oublié le goût.»

Années fastes. En Grèce, on les appelle les «néopauvres», ou encore les «SDF avec iPhone» : des salariés virés d’une des nombreuses PME qui ont fait faillite, des fonctionnaires licenciés à la suite des mesures d’austérité prises depuis deux ans. Tous se sont retrouvés au chômage, alors que les crédits à la consommation les avaient poussés à se surendetter pendant les années fastes. Qui ne sont pas si loin : entre 2000 et 2007, la Grèce affichait encore un taux de croissance prometteur de 4,2%. Puis la crise bancaire de 2008 et l’annonce coup de tonnerre d’un déficit budgétaire record de 12,7% du PIB fin 2009 ont fait s’effondrer, comme un château de cartes, une économie aux bases trop fragiles pour résister au jeu spéculatif des marchés.

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/03/08/%c2%abon-n%e2%80%99avait-pas-vu-ca-en-grece-depuis-l%e2%80%99occupation%c2%bb/#more-22100

http://www.liberation.fr/economie/01012386707-on-n-avait-pas-vu-ca-en-grece-depuis-l-occupation



Mc Donald ne distribue pas le café gratis dans ce coin là? des tim café? vos beignes que vous jetter chaque jour? sa prend de la solicitation?

Voir le profil de l'utilisateur

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
Cela est dû aux banquiers sionistes qui centralisent tout vers Israel.

Les sionistes contrôlent la presse pour faire la propagande, les banques, le système monétaire, l'enseignement, les universités, l'audio-visuel...

J'ai lu ceci dans cet article

http://www.judom.com/

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
mais nous ne pouvons pas servir le dieu argent communément appelez bibliquement mammon dans les écritures et Dieu .l'argent est la source de tout les conflits international ... Judas devrait en savoir quelques chose..

Voir le profil de l'utilisateur

espoirhope 


Enthousiaste
Enthousiaste
franchement, des gens sont heureux dans la vie à la campagne, la nature, les troupeaux, les potagers, l'équitation, etc.

Le monde en ville, c'est le STRESS et tout devient hors de prix, les entreprises ferment, risque de perte d'emploi!

Ca fait royalement stresser les gens.

Et la crise vient à peine de commencer!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné

MARSEILLE (France) - L'Afrique reste le continent dont l'accès à des ressources en eau de qualité est le plus limité, les Américains du nord sont toujours les plus gros consommateurs tandis que l'Asie-Pacifique souffre d'un problème de sécurité alimentaire, selon le 4e rapport ONU-Unesco sur l'eau.

-- Afrique : A peine 60% de l'Afrique sub-saharienne est alimentée en eau potable, constate le document publié lundi à l'ouverture du Forum mondial de l'eau.

L'installation de réseaux de distribution dans les campagnes n'atteignait que 47% en 2008, selon les derniers chiffres disponibles. Quelque 20% des zones urbaines restent sans canalisations d'eau potable.

Seuls 31% de la population ont accès à des toilettes modernes et le nombre de personnes faisant leurs besoins dans la nature est passé de 188 millions en 1990 à 224 millions en 2008.

Face à l'augmentation de 3% en moyenne de la démographie depuis les années 1960, la production agricole n'a progressé en moyenne annuelle que de moins de 2%. Les difficultés d'alimentation sont aggravées par la sécheresse en Afrique sub-saharienne. Ailleurs, les inondations mettent à mal les infrastructures et contaminent les réserves d'eau augmentant les risques d'épidémies, comme le choléra.

En matière d'énergie, seul un Africain sur quatre a l'électricité. Pourtant, le potentiel en énergie hydraulique du continent suffirait à satisfaire ses besoins en électricité, mais 3% seulement de ces ressources sont exploités. Le rapport note des initiatives prometteuses comme la création de deux groupements énergétiques transfrontaliers en Afrique australe et occidentale.

-- En région Asie-Pacifique, 1,2 milliard de personnes supplémentaires ont pu avoir accès à une eau potable de qualité entre 1990 et 2008. Mais près des trois-quarts des 2,6 milliards d'humains n'ayant pas accès à des toilettes vivent dans cette région.

Face à l'urbanisation croissante, doublée d'un boom du développement agricole, l'utilisation intensive des ressources naturelles met les écosystèmes aquatiques de cette région sous pression et créé un problème de sécurité alimentaire.

-- En Amérique latine, malgré la présence d'eau de qualité et d'installations sanitaires, 40 millions de personnes n'ont toujours pas accès à la première et 120 millions aux secondes. Les ressources aquatiques sont surtout sollicitées par l'exploitation minière et la production agricole, des secteurs économiques essentiels pour de nombreux pays de la zone.

-- Au Moyen-Orient et en Asie occidentale, le rapport relève qu'environ deux-tiers de l'eau de surface disponible prend sa source hors de la région, provoquant parfois des conflits transfrontaliers. Mais là aussi le rapport relève des initiatives locales comme la création du Conseil ministériel arabe de l'Eau.

-- Européens et Américains du nord restent les plus gros consommateurs d'eau par personne au monde, mais 120 millions d'habitants en Europe n'ont toujours pas accès à l'eau potable et vivent sans sanitaires. Le rapport déplore aussi la non-application des mesures antipollution dans plusieurs bassins hydrologiques avec des conséquences désastreuses pour la qualité de l'eau.




Source: Romandie via http://www.wikistrike.com

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
L’eau de pluie n’est plus potable


On veut l’oublier, mais l’eau de pluie n’est plus considérée comme potable. Un recul, alors que l’accès à l’eau dans le monde progresse toujours moins vite que les besoins augmentent.



- Pendant une messe à Port-au-Prince, en 2007. REUTERS/Kena Betancur -


L’eau de pluie n’est plus pure. L’a-t-elle, d’ailleurs, jamais été? Mais surtout, elle n’est plus potable. Ainsi, l’eau qui tombe du ciel serait devenue nocive pour l’homme?

On pense aux nuages radioactifs, à la suite des catastrophes de Tchernobyl voilà vingt-cinq ans et surtout de Fukushima il y a seulement un an. Certes, les particules radioactives ont eu le temps de se disperser. Mais il y a bien d’autres sources de contamination possibles.

La Direction générale de la santé en avait établi le diagnostic bien avant le dernier accident nucléaire:

<BLOCKQUOTE>
«L’eau de pluie n’est pas potable, car elle présente une contamination microbiologique et chimique supérieure aux limites de qualité retenues pour l’eau potable distribuée par le réseau public.»
</BLOCKQUOTE>
Et la loi sur l’eau de 2006 l’a rappelé. On en parle peu. Toutefois, Xavier Leflaive, de la direction de l’environnement de l’OCDE, n’a pas hésité à le mentionner à plusieurs reprises en préambule au sixième Forum international de l’eau.



la suite

http://www.slate.fr/story/51315/eau-pluie-potable

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
21:37





Les ménages allemands jettent environ 6,7 millions de tonnes de nourriture par an, pour la majeure partie encore comestible, soit un gâchis de 235 euros par personne et par an, selon une étude publiée mardi par le ministère de la Consommation.

L'université de Stuttgart (sud-ouest), qui a dirigé l'étude, estime que 65% de la nourriture jetée est au moins en partie encore comestible, et précise qu'il s'agit surtout de fruits et légumes mis à la poubelle alors qu'ils pourraient encore très bien être mangés.

Les ménages sont de loin les plus gros gaspilleurs, puisqu'ils produisent 61% de l'ensemble des déchets alimentaires en Allemagne, devant les restaurants et cantines (chacun environ 17%), et la distribution (environ 5%).

Nous vivons dans une société du superflu et du jetable, a déploré la ministre lors d'une conférence de presse, en appelant à une prise de conscience.





source terre en alerte!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a émis une alerte vendredi concernant la région africaine du Sahel où plus d'un million d'enfants âgés de moins de cinq ans font face à une catastrophe dans le contexte de la crise alimentaire qui sévit dans la région.

Une estimation de l'UNICEF fait état de 15 millions de personnes qui risquent de faire face à l'insécurité alimentaire dans les pays du Sahel, dont 5,4 millions au Niger, trois millions au Mali, 1,7 million au Burkina Faso et 3,6 millions au Tchad, ainsi que plusieurs centaines de milliers au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.

L'UNICEF s'inquiète du fait que la saison sèche approche dans les pays affectés et s'attend à voir une plus grande affluence dans les centres de nutrition thérapeutiques.

« Une catastrophe multiple menace les enfants du Sahel », a déclaré le Directeur régional de l'agence, David Gressly.

Plus d'un million d'enfants âgés de moins de cinq ans sont menacés.

« Des conditions plus extrêmes pourraient faire grimper ce chiffre à plus d'un million et demi, et les fonds n'arrivent toujours pas dans en quantités suffisantes pour nous permettre de nous préparer correctement », a-t-il ajouté.

A ce jour, l'UNICEF a reçu 24 millions de dollars sur les 119 millions demandées dans l'appel d'urgence pour 2012.

L'ONU et ses partenaires apportent un soutien aux victimes de la crise alimentaire au Sahel qui est due à un manque de précipitation et des mauvaises récoltes.

Le conflit entre des forces gouvernementales et des rebelles touaregs au nord du Mali a déplacé un grand nombre de personnes et cela a aggravé la crise alimentaire dans toute la région.

« L'intensification des combats au Mali et l'insécurité au nord du Nigéria et ailleurs, compliquent l'opération de distribution d'aide. Sans une aide humanitaire adéquate, et des efforts concentrés pour réduire les risques au moyen terme, nous risquons de voir toute une génération tomber dans la dépendance et la pauvreté », a indiqué M. Gressly.

Source UNICEF



Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Dans toute communauté, la sécurité alimentaire existe lorsque tout le monde a les moyens d'accéder à des aliments sains, suffisants et nutritifs. Mais avec 7 milliards d'habitants sur la planète, et 2 milliards supplémentaires en 2050, la tâche de tous nous nourrir exigera l’attention du monde entier. Le 4e Rapport de l'ONU sur le développement mondial de l'eau (WWDR) estime que nous aurons besoin de 70% de nourriture en plus, dont la majorité sera nécessaire dans les pays en développement. Cela en soi n'est pas impossible. Mais le rapport indique également que l'augmentation subite de la production alimentaire se traduira par une augmentation d'au moins 19% de l'eau requise pour l'agriculture, qui représente déjà 70% de la consommation d'eau douce.



Cette Journée mondiale de l'eau est un appel à l'action. Nous devons nous unir aujourd'hui pour garantir une eau et une nourriture saine à chaque citoyen du monde, pour maintenant et pour l'avenir.

La Journée mondiale de l'eau est une célébration de l'élément essentiel, celui qui unit tous les êtres vivants. Dans l'environnement changeant d'aujourd'hui, la Journée mondiale est une occasion de faire le bilan des victoires précédentes et des défis à venir.

Défis





Le premier des nombreux défis est de sensibilier. Par exemple, en dépit de la prévalence de la rareté de l'eau, les régimes alimentaires mondiaux évoluent vers plus de viande rouge et d’autres aliments grands consommateurs d'eau. L'empreinte H2O du bétail tel que les vaches est déjà énorme, sans compter l'eau utilisée dans la transformation du lait, de la viande, et autres produits laitiers. Mais avant de changer nos aliments, nous devons changer la façon dont nous les mangeons - ce qui signifie effectivement de réduire le gaspillage.

Environ 30% de la nourriture produite est gâchée dans le monde entier, que ce soit par les agriculteurs utilisant des moyens de transports insuffisants ou par les consommateurs qui jettent tout simplement la nourriture. Un stockage efficace, des campagnes de sensibilisation et de régimes alimentaires plus sains participeront à réduire la quantité de nourriture gaspillée, ce qui limitera l'eau gaspillée.




Antécédents



La proposition visant à célébrer la Journée mondiale de l'eau a d'abord été faite lors de la Conférence de 1992 des Nations Unies sur l'environnement et le développement tenue à Rio de Janeiro. La conférence a été organisée pour mobiliser des ressources mondiales afin d’avoir une influence positive sur l'environnement. Depuis, l'Assemblée générale a accepté ces propositions et le 22 mars est officiellement devenu la Journée mondiale de l'eau.

Au fil des ans, chaque Journée mondiale de l'eau s’est intéressée à l’eau dans un contexte de développement durable. Les eaux d'assainissement, de planification urbaine et transfrontalières ont tous représenté des thèmes annuels. En 2012, cependant, le sujet central est la pénurie d'eau et de nourriture. En 2015, une date butoir fixée par la Déclaration du Millénaire, nous espérons réduire de moitié la proportion de personnes incapables de payer ou d’accéder à l'eau potable. Alors que nous approchons de ce délai, l'UNESCO se charge d'employer de nouvelles stratégies pour la conservation de l'eau aux niveaux local, régional et national



30% des aliments produits chaque année - environ 1,3 milliards de tonnes - n’est jamais mangé, et l'eau utilisée dans sa production est perdue ! Aidez à réduire le gaspillage choquant en ne vous servant que ce que vous pouvez finir.

Arrosez vos plantes de manière efficace et quand c'est nécessaire - plus de plantes meurent d’être sur-arrosées que de ne l’être pas assez.


70% de l'eau douce du monde entier est utilisée pour l'agriculture. Beaucoup d’eau est perdue avec moins de 50% d'efficacité.

Adoptez une alimentation économe en eau, en réduisant votre consommation de viande rouge et d'autres aliments nécessitant beaucoup d'eau.


Faites passer le mot sur la conservation de la consommation alimentaire, l'agriculture et les déchets.


Documentez-vous sur les liens entre l'eau et la nourriture pour le développement durable.

Prenez des douches courtes et économisez jusqu'à 600 litres par mois en coupant l’eau pendant que vous vous lavez les cheveux



Partagez les conseils sur la conservation de l'eau avec vos amis !

Fermez le robinet pendant que vous vous rasez. Cela permet de sauver plus de 1000 litres d'eau par mois

http://www.unesco.org/new/fr/natural-sciences/environment/water/world-water-day/world-water-day-2012/

félicitation a l'UNESCO pour ses efforts et sa sensibilisation face a ce fléau!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Les USA se démarquent encore une fois avec une interdiction absolument dingue, celle de nourrir ceux qui n’ont rien à manger! Donc ce « pays riche » qui atteint des sommets au niveau distribution de bons alimentaires a enfin trouvé une méthode pour réduire le nombre de pauvres sur son territoire: en les laissant crever de faim! Logique.

<BLOCKQUOTE>
Que feriez-vous si vous croisiez quelqu’un dans la rue qui n’a rien eu à manger depuis plusieurs jours ? Donneriez-vous à manger à cette personne ? Et bien la prochaine fois que vous aurez cette impulsion vous feriez mieux de vérifier s’il est toujours légal de nourrir un sans abri. Nourrir les gens sans abri est devenu illégal dans les grandes villes américaines. D’autres villes ne l’ayant pas déclaré interdit ont mis tellement de préalables pour ceux qui veulent nourrir les sans abri (acquérir des permis coûteux, faire les courses, préparer les repas, etc,) que cette action est devenue hors d’atteinte pour la plupart des gens. Certaines villes font ces choses car elles se sentent concernées par les »risques sanitaires » entraînés par la distribution de nourriture par des »bonnes âmes ». D’autres villes passent ces lois parce qu’elles ne veulent pas de sans abri rassemblés dans les centre ville où ils savent être nourris. Mais à une époque où la pauvreté et la dépendance au gouvernement atteignent des niveaux record, est-ce vraiment une bonne idée d’interdire aux gens d’aider ceux qui ont du mal ?

Ce n’est qu’un autre exemple montrant que notre pays est obsédé par le contrôle. Il semble que c’est le travail du gouvernement et de personne d’autre de prendre soin de tout le monde.

Mais voulons-nous vraiment avoir une nation où il faut obtenir une permission du gouvernement avant de pouvoir faire le bien à vos compatriotes ?

Ce n’est pas comme si le gouvernement »sauvait » ces gens sans abri. Les refuges pour sans abri de la nation refusent du monde chaque soir parce qu’ils n’ont plus de place. Il y a de nombreux sans abri qui ont la chance de pouvoir le faire chaque soir pendant l’hiver.

Parfois un sandwich à point nommé ou un bol de soupe chaude peuvent faire un monde de différence pour une personne sans abri. Mais de nombreuses cités américaines ont décidé que nourrir ces gens-là est une telle menace qu’elles ont préféré mettre en vigueur des lois pour s’assurer que cela n’arrivera pas.



la suite

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/03/23/nourrir-les-personnes-sans-abri-est-illegal-dans-les-grandes-villes-americaines/#more-22765
</BLOCKQUOTE>

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné



« La soif pour nous, c'est le feu qui brûle la gorge après trois heures d'attente devant le puits, c'est l'angoisse quand le bétail commence à mourir après trois mois de sécheresse », ont expliqué les adolescents maliens présents au Forum Mondial de l'Eau, cette semaine à Marseille.

En 2010, les Nations Unies ont reconnu que l'accès à l'eau était un droit fondamental. Mais un grand chemin reste à parcourir pour que ce droit devienne une réalité. Aujourd'hui encore « le manque d'eau est une cause majeure de famine et de sous-alimentation », constate la FAO.

C'est le scandale du siècle : environ 800 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable. C'est environ deux Europe ! On est capable de dépenser une énergie folle pour mettre au point des armes de destruction massive, pour communiquer en une fraction de seconde d'un bout à l'autre de la planète... Mais on reste incapable de donner, à chaque être humain, cette eau saine indispensable à la vie : «La situation est inacceptable, car elle a des effets dramatiques. Les maladies hydriques restent la première cause de mortalité», déplore le président du conseil mondial de l'eau, Loïc Fauchon.

<p>



Le forum de Marseille a rappelé que l'eau était précieuse, mais qu'il fallait inverser les évolutions inquiétantes. Car les ressources se dégradent au Nord. Elles manquent toujours dans de nombreux pays du Sud. Des experts pensent même qu'aux environs de 2030, la moitié de la population vivra « dans des zones de stress hydrique ».

Des actions vont être entreprises dans certains pays. Mais partout, la lutte contre le gaspillage s'impose : «Le premier gisement d'eau potable se trouve dans nos tuyaux», affirme au journal Les Échos, Christian Laplaud, du groupe Arteo : un million de litres par seconde s'échapperait des systèmes de canalisation et, en France, ce gaspillage représenterait, d'après Les Échos, l'équivalent de trois siècles de consommation d'eau en bouteille !

Des recherches sont à mener pour mettre fin à l'usage des polluants qui gâchent cette ressource, pour traiter les eaux usées, mettre les technologies de pointe au service de l'irrigation, développer des infrastructures et l'assainissement...

<p>



À ces questions s'en ajoutent au moins deux autres. Comment faire pour que les habitants des bidonvilles puissent bénéficier de ces progrès ? Comment les États qui se partagent les mêmes fleuves peuvent-ils coopérer au lieu de profiter de leur avantage au risque d'assécher leurs voisins ?

En effet, dans certaines régions du monde, la tension monte dangereusement. Au point que certains n'hésitent pas à parler de guerre de l'eau.

Il est urgent de se mobiliser pour relever ces défis. L'eau est un trésor irremplaçable qui nous est donné pour prendre soin de la vie. L'eau qui apaise et purifie, l'eau qui s'écoule comme le temps rappelle à notre siècle inquiet, l'humble chemin de la paix.


Un article de Jeanne Emmanuelle Hutin, publié par ouest-france.fr

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné

Entre 2002 et 2009, l'intensité de la pauvreté, qui mesure l'écart relatif du revenu médian des pauvres par rapport au seuil de pauvreté, est passé de 16 % à 19 %, tandis que la proportion de personnes en situation de pauvreté extrême (moins de 40 % du revenu médian) a augmenté de 43 %, passant de 2,3 % à 3,3 %.

Comment expliquer que ces questions soient absentes du débat électoral ? Est-ce que l'aggravation de la pauvreté, mesurée par les statistiques, serait imperceptible pour les citoyens ? Non.

ACTION URGENTE

Selon l'Eurobaromètre "Pauvreté et exclusion sociale" (décembre 2010), 93 % des Français estiment que la pauvreté a augmenté entre 2007 et 2010. On ne peut pas davantage dire qu'ils s'en désintéressent : 91 % d'entre eux estiment qu'il s'agit d'un problème qui requiert une action urgente du gouvernement. Il est vrai que leur confiance dans l'action gouvernementale contre la pauvreté a fortement chuté, passant de 35 % en 2009 à 23 % en 2010.

Et c'est peut-être là qu'est l'explication.

Il se pourrait que, les citoyens n'attendant plus rien d'eux en ce domaine, les candidats aient renoncé à combattre la pauvreté.







Il se peut, aussi, qu'ils manquent d'imagination. Auquel cas ils pourront lire avec profit les dernières recommandations du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (CNLE), organisme dirigé par Etienne Pinte, député UMP de Versailles : revalorisation de 25 % du revenu de solidarité active (RSA) socle (qui devra être indexé sur les revenus d'activité, et non plus sur les prix), abrogation des restrictions concernant l'aide médicale d'Etat contenues dans la loi de finances 2011, revalorisation du seuil d'accès à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) à hauteur de 60 % du revenu médian.

"Détruire la misère, oui, cela est possible ; les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse, car, en pareille matière, tant que le possible n'est pas fait, le devoir n'est pas rempli." Victor Hugo, encore.



Un article de Thibault Gajdos, publié par lemonde.fr

http://terresacree.org/

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné



Avec 9 % de baisse dans les productions céréalières, plusieurs pays du Sahel connaissent une insécurité alimentaire sévère, selon les membres de la réunion du Réseau de prévention des crises alimentaires (Rpca). La Cedeao, l’Uemoa et le Cilss sont appelés à agir rapidement.
Les pays du Sahel vivent, à l’heure actuelle, une sérieuse crise alimentaire. C’est du moins le cas, si l’on s’en tient aux derniers résultats de la campagne agricole 2011-2012 livrés par la réunion du Réseau de prévention des crises alimentaires (Rpca), tenue les 12 et 13 avril à Paris. A l’issue de cette rencontre, une baisse de 9 % a été notée dans les productions céréalières au Sahel et en Afrique de l’Ouest, par rapport à la campagne 2010-2011. « Cependant, explique-t-on, dans les pays sahéliens, les productions céréalières ont fortement baissé non seulement par rapport à la campagne agricole 2010-2011 mais aussi par rapport à la moyenne des cinq dernières années. » La baisse de ces productions touche particulièrement certains pays de la région : la Gambie (baisse de 56 % par rapport à 2010-2011 et de 40 % par rapport à 2006-2010), le Tchad (49 % et 22 %), le Sénégal (36 % et 21 %), le Niger (31 % et 14 %), la Mauritanie (34 % et 10 %) et le Burkina Faso (20 % et 5 %). Outre ces baisses notées dans ces différents pays, les membres du Rpca soulignent que « la situation pastorale est très précaire » dans beaucoup de régions. Ceci, en raison de la rareté du tapis herbacé et du faible niveau de remplissage des points d’eau par endroits. Aussi, la faible mobilité du cheptel, causée notamment par le conflit malien et l’insécurité au Nord du Nigéria, accentue la précarité pour le bétail mauritanien, malien et nigérien.
Ces différentes raisons expliquent « un niveau élevé » des prix des produits agro-alimentaires. Et cette situation ne permet guère aux populations vulnérables d’accéder aux aliments. De même, les multiples tracasseries routières aux frontières, les troubles sociaux et politiques dans la bande sahélienne continuent de perturber le fonctionnement des marchés.
Du fait de cette situation préoccupante de la sécurité alimentaire, la malnutrition commence à atteindre des « niveaux préoccupants », selon les membres du Rpca.

6 millions de personnes touchées
« En mars 2012, environ 6 millions de personnes étaient en situation d’insécurité alimentaire sévère », informe le Réseau de prévention des crises alimentaires. Dans le Nord Mali, l’insécurité alimentaire demeure « préoccupante », compte tenu du conflit sociopolitique qui a entrainé une perturbation du commerce, le pillage des vivres et l’arrêt des actions humanitaires ainsi que le déplacement de 230.000 personnes. Par conséquent, le Rpca regrette l’insuffisance des actions d’assistance mises en place par les acteurs nationaux et régionaux. Il invite tous les intervenants au respect des « principes de dialogue, de concertation et du leadership ouest-africain, conformément à la Charte de prévention et de gestion des crises alimentaires adoptée en novembre 2011 à Conakry ». Aussi, le Rpca appelle la Cedeao, l’Uemoa et le Cilss à « continuer le financement et la mise en œuvre des plans d’urgence des Etats » en assurant un « corridor humanitaire » permettant l’assistance des personnes affectées au Nord Mali. Le Rpca invite également ces différentes institutions à soutenir les producteurs pour la prochaine campagne, notamment en appui en semences et à la reconstitution du cheptel. Enfin, le Rpca rappelle aux membres de ces institutions la nécessité d’investir « pour développer la résilience des populations aux crises ».

http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=14252:le-sahel-vit-une-serieuse-crise-alimentaire&catid=51:economy&Itemid=63

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


CHINE : LES ENFANTS PERDUS DE LA POLLUTION



C'est le combat d'une vie. Kong Zhenlan, ou "Mama Kong" comme on l'appelle dans son village, se bat depuis des années pour sauver les enfants perdus des campagnes de Chine. Nous sommes dans le bassin minier du Shanxi, à l'ouest de Pékin, où l'on brûle chaque année des millions de tonnes de charbon pour fournir de l'électricité à tout le pays.

Dans ce qui est devenu l'une de régions les plus polluées au monde, le taux de malformations congénitales est aujourd'hui six fois supérieur à la moyenne nationale. Les bébés nés avec des malformations sont souvent abandonnés dans la foulée, par des parents qui n'ont droit qu'à un seul enfant, et qui perçoivent l'arrivée d'un handicapé comme une malédiction.
Au fil des abandons, au fil des adoptions, Mama Kong, elle, est devenue la mère officielle de trente-et-un enfants -ce qui, au pays de l'enfant unique, n'est pas sans provoquer quelque conflit avec les autorités.

Aidée par son fils aîné, elle se bat pour faire opérer ces enfants dont personne ne veut, grâce à l'aide d'un chirurgien. Autre combat : faire reconnaître ces enfants auprès des autorités pour qu'ils puissent aller à l'école.

Des autorités partagées entre la volonté de ne pas faire d'exception à l'orthodoxie de l'enfant unique, et la nécessité de trouver malgré tout une vie à ces bébés perdus, là les pouvoirs publics restent incapables de proposer un encadrement social.

L'histoire de Mama Kong, c'est celle de la Chine d'aujourd'hui : ravages du développement à marche forcée, persistance des vieilles superstitions face à l'enfant handicapé, absence de protection sociale dans les campagnes, application rigide de la politique de l'enfant unique... Alors que le charbon fournit toujours 70% de l'énergie consommée en Chine, elle pose aussi la question brûlante de l'approvisionnement énergétique et des alternatives au nucléaire.

http://www.arte.tv/fr/Chine---les-enfants-perdus-de-la-pollution/6576560.html

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
[color:97f7=#666]03 mai 2012, 09 h 24

DR
Le changement climatique va exacerber les tensions liées à l'eau dans les îles du Pacifique, en particulier les petites îles qui dépendent des pluies saisonnières pour leurs besoins en eau douce, selon un rapport publié par le Programme des Nations Unies pour l'environnement.

Les 14 petits états insulaires du Pacifique abritent plus de 9 millions de personnes, la majorité d'entre eux vivant dans les zones rurales. Ces pays regroupent environ un millier d'îles pour une superficie totale de plus de 500 000 kilomètres carrés et réparties sur 180 millions de kilomètres carrés d'océan, soit plus d'un tiers de la surface de la Terre.

Le rapport, intitulé "L'eau douce menacée - îles du Pacifique", constate que la dépendance presque totale à l'égard de l'agriculture pluviale dans toutes les îles met les économies et les moyens de subsistance en danger. Près de 10% des décès d'enfants de moins de cinq ans dans la région sont attribuables à des causes liées à l'eau. Et environ 90% de ces décès, selon le rapport, peuvent être attribués à la faiblesse des systèmes de traitement des eaux usées.

L'approvisionnement en eau et les services d'assainissement dans de nombreux pays du Pacifique se situent actuellement bien en deçà des objectifs du Millénaire pour le développement. Selon le rapport, l'accès à de meilleures sources d'eau potable dans les îles Fidji et en Papouasie-Nouvelle-Guinée (40% et 47%, respectivement) représente environ la moitié de la moyenne mondiale et les deux pays devraient être bien loin de l'objectif en matière d'accès à l'eau potable d'ici à 2015.

Ecologiquement, les petites îles subissent les plus fortes pressions, avec 85% à 90% de la végétation défrichée sur l'atoll de Majuro, à Nauru, à Fongafale et à Upolu, indique le rapport. Ces îles ont également la plus faible capacité à absorber les eaux usées générées par les zones urbaines, polluant ainsi les eaux souterraines.

« Les défis auxquels fait face la région en termes de ressources en eau douce sont immenses. Beaucoup de ces îles disposent de ressources limitées en eau, sans parler des ressources humaines, financières et de gestion. Il est impératif que nous puissions améliorer l'efficience en matière d'utilisation de l'eau pour répondre aux besoins humains fondamentaux et soutenir le développement durable, » a déclaré le Dr Park Young-Woo, directeur du Bureau régional du PNUE pour l'Asie et le Pacifique.

Le rapport estime qu'il n'y a pas de solution unique. Il recommande notamment l'amélioration de la gestion des ressources en eau dans un contexte de capacités techniques limitées en raison du taux élevé d'émigration parmi les professionnels les mieux formés.

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3352_etats_insulaire_manque_eau.php

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
12.06.12
„Les gens crèvent de faim“




Depuis
de nombreuses années, la société civile se mobilise contre la mise en
place d’accords de libre-échange entre l’Union européenne et les pays
africains notamment, appelés APE (Accords de Partenariat Economique). En
2008, Christiane Taubira avait rédigé un rapport très critique envers
les négociations APE. Aujourd’hui, elle est Ministre de la Justice.


Lettre ouverte à Madame Christiane Taubira, Ministre française de la Justice.

Madame la Ministre,

Vivant au Burkina Faso depuis 1965, j’ai participé en 2004 à la mise
en place d’une coalition dénommée : „Pas d’APE sans Souveraineté
Alimentaire“. Nous voulions manifester par là notre refus de négocier
des Accords de Partenariat Économique avec l’Europe, sans un préalable :
la reconnaissance du droit de Souveraineté Alimentaire.

De votre côté, le 16 juin 2008, vous avez remis votre rapport sur les
Accords de Partenariat Économique (APE) au Président Sarkozy. Rapport
qui a pour sous-titre : „Et si la Politique se mêlait enfin des affaires
du monde ?“1 À cette occasion, interrogée par la presse, vous avez dit :
„Les gens crèvent de faim !“

Vous avez eu raison de vous indigner. Vous avez fait comprendre que
répondre à la faim en Afrique (et dans les Caraïbes et le Pacifique) par
des accords de libre-échange qui vont enrichir l’Europe, c’est tragique
et indigne. Vous avez dit (et je vous en remercie), en parlant des
participants au sommet mondial de la FAO à Rome en juillet 2008 : „Ce
sont des gens confortablement installés dans leur bulle, qui font des
discours, mais rien de sérieux. Il ne s’agit plus de débloquer des
enveloppes d’aide alimentaire. Même la Banque mondiale et le FMI
débloquent aujourd’hui des enveloppes. Pendant 25 ans, ces institutions
ont foutu les pays du sud à genoux, avec leur politique d’ajustement
structurel, et aujourd’hui, elles donnent des aides d’urgence. Il faut
arrêter de se foutre du monde. Les gens crèvent de faim !“

Merci pour votre indignation. Mais l’indignation ne suffit plus.
Aujourd’hui, la situation en Afrique de l’Ouest est pire qu’en juillet
2008. Ce matin encore, j’entendais sur les ondes de R.F.I. (Radio France
Internationale), à propos du Mali : „Ce n’est pas que les vivres ne
parviennent pas dans les villages. Mais les gens n’ont pas d’argent pour
se les procurer.“ Il faut trouver une nouvelle voie.

Aujourd’hui vous appartenez à un gouvernement qui peut se faire
entendre dans le monde entier. Aujourd’hui, vous appartenez au nouveau
gouvernement de la République Française. Merci de transmettre votre
indignation (et votre rapport !) à tous les membres de votre
gouvernement, et notamment au Ministre de l’Agriculture et de
l’Agro-alimentaire, M. Stéphane Le Foll, et au Ministre délégué aux
Affaires étrangères, chargé du Développement, M. Pascal Canfin.
Non, l’indignation ne suffit plus. Aujourd’hui, vous êtes du côté du
pouvoir. Aujourd’hui, la question de la faim, et donc la question de
l’Agriculture et de l’Agro-alimentaire, est devenue mondiale. Elle est
aussi une question de justice. M. Hollande, nouveau Président élu,
s’exprimait ainsi, le soir de son élection : „Le 6 mai doit être une
grande date pour notre pays, un nouveau départ pour l’Europe, une
nouvelle espérance pour le monde“. Le nouveau Président et votre
gouvernement ne peuvent prétendre redonner espoir au monde entier, sans
donner espoir à ceux qui ont faim partout dans le monde.

Vous avez également été à l’origine de la loi du 10 mai 2001 „tendant
à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime
contre l’humanité“ où l’article 1er déclare : „La République française
reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite
dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à
partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan
Indien et en Europe, contre les populations africaines, amérindiennes,
malgaches et indiennes, constituent un crime contre l’humanité.“ Je vous
en remercie.

Mais savez-vous que le 19 mars 2012, le gouverneur de la banque
centrale du Nigeria a déclaré : „l’APE est un second esclavage !“
Comment croire, en effet, la Commission Européenne lorsqu’elle assure
que des pays qui n’ont pas réussi à se développer malgré 35 ans de
protection avec libre accès au marché européen, arriveront soudain à
sortir de la pauvreté lorsqu’ils seront ouverts à 80 % aux exportations
de l’Europe ?

Aujourd’hui, il est urgent de chercher une autre voie. Cette voie,
comme vous l’avez écrit vous-même, devrait être construite sur le droit à
l’alimentation et la souveraineté alimentaire.

Je conclus en citant un passage de votre rapport : „Un Droit
international méticuleusement tressé autour du droit à l’alimentation
pour les peuples et les personnes : tel est l’acte de civilisation qui
prouvera que nous sommes entrés dans ce millénaire, délestés des
barbaries séculaires.“

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma très haute considération.

Maurice Oudet est Président du SEDELAN.

(1) http://www.christiane-taubira.net/media/Rapport_Taubira_APE_2008.pdf
http://astm.lu/%E2%80%9Eles-gens-crevent-de-faim/

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum