anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 3]

26Re: Nucléaire Fukushima le Mar 27 Mar - 2:40

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Alerte Fukushima : le niveau d'eau dans l'unité 1F2 est ridiculement bas



Tepco vient de révéler aujourd'hui que le niveau d'eau dans ce qui reste du réacteur n°. 2 de Fukushima-Daiichi était bien inférieur à ce qui était attendu, ce qui compliquerait - d'autant - les travaux de déconstruction et rallongerait - encore - un peu plus les délais de désactivation du site accidenté.

Le niveau d'eau 6 fois plus faible que ce que Tepco espérait : pourquoi ne sommes-nous pas étonnés ?

Le niveau d'eau n'est que de 60 centimètres dans l'ex-réacteur n°. 2, au lieu des 3 m estimés initialement par l'opérateur. Tepco estime - sans rire - que le combustible est refroidi avec une quantité aussi ridicule ! Il n'y a plus de barres de combustible, un volume d'eau aussi faible ne peut "refroidir" qu'une quantité minime de combustible fondu et tombé en fond de confinement. La vérité est que les coriums ont depuis longtemps perforé la cuve réacteur (RPV), le confinement primaire (cuve PCV) et secondaire (le radier en béton ou une variante par l'anneau de surpression) et qu'ils se sont finalement réfugiés quelque part sous les bâtiments... Il n'est donc pas étonnant que les températures relevées tout en haut - au niveau d'une cuve de confinement qui ne confine plus grand chose soient aussi basses... Le combustible s'est échappé, c'est la seule explication plausible à ce niveau, ne pensez-vous pas ?

L'eau continue à s'échapper en circuit quasi-ouvert du confinement vers la "chambre de suppression", qui à son tour fuit sous le radier. Combustible fondu, eau contaminée, débris divers, tout part "dans le trou", et le Japon aussi.

Mais tout va bien, conservez le sourire et la contamination ne vous frappera pas ;)

http://www.gen4.fr/blog/2012/03/alerte-fukushima-le-niveau-deau-dans-lunit%C3%A9-1f2-est-ridiculement-bas.html

Voir le profil de l'utilisateur

27Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 29 Mar - 23:55

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Où est le corium du réacteur n°2 de Fukushima Daiichi ?



Après le premier essai infructueux du 19 janvier 2012 pour essayer de mesurer le niveau de l’eau dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2, Tepco a réalisé hier une deuxième tentative qui cette fois a porté ses fruits.

Mais les nouvelles sont très mauvaises. Alors que l’opérateur évaluait la hauteur de l’eau de refroidissement à 3 m, elle a constaté une hauteur de seulement 60 cm en fond de cuve de confinement. Cette nouvelle mesure, implacable, nous rapproche à nouveau du « scénario du pire », et cela le jour même, ironie du sort, où le candidat Nicolas Sarkozy affirme que l’accident de Fukushima n’est pas un accident nucléaire (1).





source image



Cette image du Mainichi Daily News représentant grossièrement la coupe du réacteur n°2 est totalement surréaliste, montrant le corium comme une matière inerte qui se serait sagement confinée en fond de cuve de réacteur (RPV) et en fond de cuve de confinement (PCV). Elle essaie de faire croire aux Japonais que la situation est toujours sous contrôle alors qu’il n’en est rien.



Pourquoi ?

1) Parce qu’elle ne montre pas le percement du fond de la cuve du réacteur

2) Parce qu’elle ne montre pas le creusement du fond de la cuve de confinement.

3) Parce qu’elle ne montre pas les dégâts occasionnés par l’explosion qui s’est produite dans la piscine torique le 15 mars 2011 à 6h10 et qui lui a fait perdre son étanchéité.

4) Parce qu’une hauteur d’eau de 60 cm est ridicule pour refroidir une masse de 94 tonnes de combustible fondu.

5) Parce que la température de 48,5~50°C des 60 cm d’eau en fond de cuve semble incompatible avec la présence de corium qui a une décroissante thermique extrêmement lente.



Voici une infographie plus réaliste mais tout aussi improbable, celle de NHK, qui place le niveau de l’eau de la cuve de confinement à hauteur de l’ouverture des tuyaux descendant vers la piscine torique, mais qui garde de l’eau en fond de cuve de réacteur alors que celui-ci est percé… Le corium quant à lui n’est pas représenté.











Tepco injecte actuellement 9 tonnes d’eau par heure dans le réacteur, soit 2,5 litres par seconde. Où va cette eau ? Elle se déverse probablement dans la piscine torique, puis va se perdre dans les sous-sols fracturés de la centrale, avant d’être à nouveau partiellement pompée pour être retraitée. On ne peut pas vraiment parler de circuit fermé comme on essaie de nous faire croire.

la suite

http://fukushima.over-blog.fr/article-ou-est-le-corium-du-reacteur-n-2-de-fukushima-daiichi-102341464.html

Voir le profil de l'utilisateur

28Re: Nucléaire Fukushima le Ven 30 Mar - 1:35

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




la vidéo est en anglais!
Elle relate une étude sur la survie d'une attaque nucléaire sur la capitale des Usa.
C'est un peu hors sujet mais le nucléaire est lié a notre actu et comme vous l'aurez devinez c'est lié aussi sur l'actus géopolitique du moment à savoir l'iran.

Voir le profil de l'utilisateur

29Re: Nucléaire Fukushima le Sam 31 Mar - 13:20

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Cet article montre bien ce qui est en train d’arriver, et cela à commencé il y a bien longtemps déjà! Comment faire oublier un problème majeur? Comment le reléguer au rang de fait divers? Comment bien manipuler l’opinion publique? Comment trahir les populations? En utilisant les techniques ci-dessous, les même techniques et le tour est joué!

<BLOCKQUOTE>

Les faits présentés ci-dessous sont réels. Ils ont servi et servent à atténuer l’impact d’informations dramatiques sur l’industrie nucléaire, voire à faire oublier aux hommes qu’une catastrophe de grande ampleur a lieu sur la Terre, celle qui a commencé il y a un an à Fukushima.
Toutes les astuces utilisées pour cacher les données, pour minimiser les dangers, pour éviter de reconnaître les responsabilités seront évidemment réutilisables pour la prochaine catastrophe qui ne manquera pas d’arriver bientôt, selon les lois statistiques, à l’un des 440 réacteurs répartis tout autour de la planète.

Alors voyons, quelles sont ces astuces ?


1) Effacer les données

Au Japon, les données de contamination obtenues via Speedi entre le 11 mars et le 15 mars ont été effacées « par mégarde ». Le système Speedi était sensé alerter la population rapidement en cas de pollution radioactive. Il n’a pas été utilisé, car les données recueillies ont été estimées « surréalistes ».
http://mainichi.jp/select/today/news/20120322k0000m040030000c.html?inb=tw


2) Etre frappé d’amnésie

« Je n’ai pas dormi pendant plus d’une semaine, et je ne me souviens de presque rien », a déclaré M. Haruki Madarame, directeur de la NISA (agence japonaise de sûreté nucléaire). Quand on est directeur de la sécurité nucléaire, il n’y a pas besoin d’assumer, il suffit d’être amnésique.
http://bistrobarblog.blogspot.fr/2012/02/japon-16-fevrier-2012.html


3) Ne pas communiquer les informations sensibles

Si toutefois on ne peut pas faire autrement, attendre plusieurs mois, par exemple avant d’annoncer la fonte des cœurs des réacteurs.
http://fukushima.over-blog.fr/article-fukushima-1-2-3-a-fait-3-coeurs-fondus-74602670.html
Si par hasard un organisme de sécurité vous demande la copie d’un rapport, il suffit de le caviarder pour éviter d’être reconnu responsable.
http://www.gen4.fr/blog/2011/09/nouvel-exemple-de-transparence-opacifiante-de-lop%C3%A9rateur-tepco.html


4) Une fois les cœurs fondus, ne jamais utiliser le mot « corium » et ne jamais parler de reprise de criticité.

Si on en parle par mégarde, se rétracter immédiatement.
http://www.yomiuri.co.jp/dy/national/T111103004770.htm


5) Surtout, ne pas diffuser les images des explosions !

La vidéo de l’explosion de l’unité 4 n’a jamais été rendue publique.
La vidéo de l’explosion de l’unité 3 ne doit plus être diffusée.
Exemples :
- Le documentaire « Fukushima » (Thierry Lefranc) ne montre aucune explosion. Pourtant cette vidéo est censée expliquer les circonstances de la catastrophe.
http://www.dailymotion.com/video/xngj0l_fukushima_webcam
- « Le déroulement de l’accident de Fukushima Daiichi » (IRSN) ne montre pas l’explosion de l’unité 3. Pourtant, ce film est censé détailler le déroulement de l’accident de la centrale de Fukushima Daiichi.
http://www.youtube.com/watch?v=gF19Ukb4S-I&feature=player_embedded
Et bien sûr, si une explosion dont on a malencontreusement diffusé la vidéo a une allure bizarre, a un panache noir ou est trop puissante, surtout marteler qu’il s’agit d’une explosion d’hydrogène. Il n’est pas nécessaire d’en dire plus, les gens n’y connaissent rien en explosion nucléaire.


6) Nier une explosion si elle n’est pas visible

Tepco a modifié sa position sur l’existence d’une explosion dans le réacteur 2 et a conclu, 7 mois après les faits, qu’elle n’a pas eu lieu. Il est en effet préférable de nier ce qui ne se voit pas. 3 explosions au lieu de 4, c’est toujours ça de pris.
http://bistrobarblog.blogspot.fr/2011/10/japon-2-octobre.html
7) Faire des tours de magie pour démontrer l’innocuité de la radioactivité

Par exemple, boire en public de l’eau de refroidissement d’un réacteur nucléaire, comme l’a fait Yasuhiro Sonoda, secrétaire parlementaire.
http://www.atlantico.fr/pepitesvideo/depute-japonais-boit-eau-fukushima-214737.html


8) Diffuser des cartes truquées

Une carte de contamination du Japon a été diffusée, puis rapidement modifiée. Il ne faut pas affoler inutilement les populations. Il ne faut pas non plus accréditer l’idée que la pollution radioactive ait pu retomber à des centaines de kilomètres de la centrale.

la suite

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/03/31/effacer-fukushima/#more-23224</BLOCKQUOTE>

Voir le profil de l'utilisateur

30Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 5 Avr - 13:43

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
05/04/2012...Japon, nouvelle fuite d'eau radioactive à Fukushima


Environ 12 tonnes d'eau radioactive ont fui de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima et une partie de ce liquide s'est probablement écoulée dans la mer, a annoncé l'exploitant du site jeudi.

La compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco) a expliqué que cette fuite avait été découverte jeudi matin sur un tuyau relié à une installation temporaire de décontamination de l'eau, où le liquide de refroidissement utilisé pour les réacteurs est nettoyé.

Très radioactive après son passage dans un réacteur, cette eau est habituellement réinjectée dans le système de refroidissement après son passage dans les équipements de décontamination. L'opérateur a précisé que le liquide radioactif qui s'est échappé jeudi avait au préalable subi une partie des opérations de nettoyage.

Nos responsables ont confirmé que de l'eau de refroidissement avait fui au niveau d'un joint des tuyaux, a indiqué un porte-parole à l'AFP, ajoutant qu'une partie du liquide s'était probablement écoulée au-delà de la centrale jusque dans l'océan.

La fuite a depuis été réparée, a souligné le porte-parole. Tepco cherche à établir la quantité exacte d'eau ayant fui dans l'Océan Pacifique bordant la centrale Fukushima Daiichi, située à 220 km au nord-est de Tokyo.

Il ne s'agit pas du premier événement de ce type: quelque 120 tonnes d'eau radioactive s'étaient déjà échappées du système de décontamination le mois dernier, dont 80 litres s'étaient écoulées dans la mer, a précisé la compagnie.

Le gouvernement japonais a décrété en décembre l'état d'arrêt à froid des réacteurs de Fukushima Daiichi, signifiant que la température à l'intérieur des cuves des réacteurs était maintenue sous les 100 degrés Celsius.

Cette annonce a marqué une étape majeure dans la stabilisation de la situation de cette centrale, dont l'accident provoqué par le tsunami géant du 11 mars 2011 ayant suivi un terrible séisme a entraîné la pire crise du nucléaire civil depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986.

Tepco et les autorités ont toutefois encore de nombreux obstacles à franchir avant de pouvoir retirer le combustible des réacteurs (pas avant au moins 10 ans) et démanteler les installations (pas achevé avant 30 ou 40 ans).

Une centaine de milliers d'habitants des environs de la centrale ont dû quitter leur logement en raison des risques pour la santé entraînés par les émissions radioactives dans l'air, les sols et les eaux de la région.

TOKYO ELECTRIC POWER


Source ©AFP / 05 avril 2012

http://naturealerte.blogspot.fr/2012/04/05042012japon-nouvelle-fuite-deau.html

Voir le profil de l'utilisateur

31Re: Nucléaire Fukushima le Sam 7 Avr - 2:05

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Recentrer les priorités, c’est la réflexion que propose cet article, déifier ce système inique où les inégalités, le mépris du vivant est omniprésent, ne peut mener qu’à la disparition pure et simple de tout ce qui fait notre quotidien….

<BLOCKQUOTE>


Le point aveugle de toutes les catastrophes

Mais quel est donc le rapport entre la catastrophe de Fukushima et celle de la désorientation des abeilles ? Deux équipes de chercheurs en France et en Ecosse viennent de prouver simultanément que les néonicotinoïdes, insecticides produits par de nombreux groupes industriels, Bayer, BASF, Du Pont, Syngenta pour protéger notamment les récoltes de colza, de tournesol et de maïs, sont une catastrophe pour les abeilles et le bourdon sauvage car ils perturbent leur système nerveux.

L’imidaclopride et le thiaméthoxame font perdre le sens de l’orientation aux abeilles et l’appétit au bourdon. Ne retrouvant plus le chemin de la ruche, les abeilles meurent égarées et le bourdon sans appétit ne féconde plus les reines, menaçant ainsi la production de miel et surtout la pollinisation, donc la reproduction des fraises, des framboises et des myrtilles. (Lire la suite…)

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/04/06/fukushima-et-les-abeilles/#more-23556
</BLOCKQUOTE>

Voir le profil de l'utilisateur

32Re: Nucléaire Fukushima le Mar 10 Avr - 11:12

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Ce doc de la chaîne Allemande ZDF cherche à comprendre comment et pourquoi cette catastrophe a pu se produire, et comment les patrons du nucléaire et le gouvernement y ont fait face. L’enquête montre qu’avant même la catastrophe, il existait un réseau criminel dans l’industrie de l’énergie, qui a gardé secrets de graves erreurs et défauts afin de réduire les coûts. Pendant des décennies, de nombreux travailleurs et fonctionnaires de haut niveau sont contraints au silence. Des témoins bien informées, comme Kei Sugaoka, ancien ingénieur en sécurité nucléaire, parlent des pratiques criminelles de la société TEPCO.



Matsumura a affiché une entrée surprenante sur son blog à la suite d’une déclaration faite par l’ancien ambassadeur du Japon en Suisse, Mitsuhei Murata, sur la situation à Fukushima.


Le Diplomate Akio Matsumura avertit que la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon peut finalement se transformer en un événement capable d’éteindre toute vie sur Terre.





S’exprimant lors d’une audience publique de la commission budgétaire de la Chambre des Conseillers sur du 22Mars 2012, Murata a averti que “si le bâtiment sinistré du réacteur de l’unité 4 – avec 1.535 barres de combustible dans la piscine de combustible usé à 100 pieds (30 mètres) au-dessus du sol – s’effondre, non seulement il va provoquer un arrêt de tous les six réacteurs, mais affectera aussi la piscine de combustible usé contenant 6,375 commune barres de combustible, situé à quelque 50 mètres du réacteur 4, “écrit Matsumura.


Dans les deux cas, les barres radioactives ne sont pas protégés par une enceinte de confinement; dangereusement, ils sont ouverts à l’air. Ce serait certainement provoquer une catastrophe mondiale comme nous l’ aurions jamais connu. Il a souligné que la responsabilité du Japon au reste du monde est incommensurable. Une telle catastrophe aurait une incidence sur nous tous depuis des siècles. Ambassadeur Murata nous a informés que le nombre total des barres de combustible irradié sur le site de Fukushima Daiichi à l’exclusion des tiges dans la cuve sous pression est 11421.
Matsumura a ensuite demandé à Robert Alvarez, ancien conseiller principal en politiques auprès du secrétaire et secrétaire adjoint à la sécurité nationale et de l’environnement à l’US Department of Energy, sur l’impact de la catastrophe d’une telle supplémentaire à Fukushima.



Lire la suite ICI


www.youtube.com


Via Scoop.it



Pour ne pas changer les tristes habitudes : Premier séisme au large de Fukushima





M 4,6 , profondeur: 26 km 04/09/2012 02:42





pour finir le plat un petit peu d'humour noire!





Humour noir : TEPCO cède gratuitement sa radioactivité … incroyable !


http://www.lebloged-environnementdoelan.info/article-nucleaire-humour-tepco-cede-gratuitement-sa-radioactivite-102705742.html





une vrai merde a donné gratuitement!

Voir le profil de l'utilisateur

33Re: Nucléaire Fukushima le Mer 11 Avr - 13:12

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
De l'iode radioactif a été détecté dans des algues au large de la côte ouest des États-Unis, conséquence du tsunami et de la catastrophe nucléaire qui ont frappé le Japon en mars 2011, révèle une étude américaine.

Il était déjà acquis que de l'iode radioactif 131, transporté dans l'atmosphère, avait traversé le Pacifique dans les jours qui avaient suivi la catastrophe du 11 mars 2011, en très petites quantités.

Mais des biologistes marins de l'université de Californie à Long Beach (CSULB) ont également découvert cet élément radioactif dans des algues marines --«une des plantes qui accumulent le plus d'iode»-- un mois après l'accident.

«Nous avons mesuré des niveaux significatifs, mais en règle générale inoffensifs, d'iode radioactif dans les tissus de l'algue géante Macrosystis pyrifera», écrit Steven Manley, auteur avec Christopher Lowe de l'étude publiée sur l'édition en ligne du journal «Environmental Science & Study».

«Même si cela a sans doute été sans effet sur l'homme en raison de niveaux relativement peu élevés, cela a pu affecter certains poissons qui mangent cette algue», poursuit-il.

Le 11 mars, un tremblement de terre de magnitude 9 a provoqué un gigantesque raz de marée au nord-est du Japon. En déferlant sur les côtes, il a tout détruit sur son passage, déclenchant une série d'avaries à la centrale atomique Fukushima Daiichi, provoquant le plus grave accident nucléaire depuis celui de Tchernobyl (Ukraine) en 1986.

Quelque 20 000 personnes sont mortes ont ou été portées disparues dans la catastrophe.

http://naturealerte.blogspot.fr/2012/04/10042012-des-radiations-provenant-du.html

Voir le profil de l'utilisateur

34Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 12 Avr - 1:04

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Photo moins drole pour illustrer l'info sur la présence d'iode radioactif aux USA issu de Fukushma !





tout va bien avec Fukushma mais oui ! enfin c'est ce qu'ont nous dit!

Voir le profil de l'utilisateur

35Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 12 Avr - 13:05

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Stop ou encore? Le nucléaire, pomme de discorde des candidats à l'Elysée
De Anthony LUCAS (AFP) – Il y a 1 jour

PARIS — Soutien inconditionnel au nucléaire, réduction progressive de la part de l'atome dans la production électrique ou abandon complet: les candidats à la présidentielle sont divisés sur l'avenir des centrales françaises, en débat depuis l'accident de Fukushima en mars 2011.

+ Ils défendent l'atome:

Nicolas Sarkozy voit dans l'énergie nucléaire une garantie d'"indépendance énergétique" et de factures moins lourdes, en plaçant résolument sa campagne sur le terrain de l'emploi. Il veut poursuivre le chantier de l'EPR à Flamanville mais aussi, selon le ministre de l'Industrie, Eric Besson, prolonger la durée de vie du parc nucléaire au-delà de 40 ans.

Jacques Cheminade est sur la même ligne: il estime que Fessenheim, doyenne des centrales mise en service en 1977, peut fonctionner jusqu'à 60 ans.

Le Front national (FN) veut "conserver l'énergie nucléaire à moyen terme" et envisage de "nouveaux réacteurs" pour "maintenir l'indépendance énergétique" et limiter les émissions de gaz à effet de serre. Le FN estime néanmoins "souhaitable" une sortie du nucléaire "à long terme".

+ Ils en veulent moins:

Le candidat PS François Hollande s'engage à réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité "à l'horizon 2025", soit, "exactement le même effort que les Allemands qui vont passer de 22% à 0% en quinze ans". L'accord électoral entre le PS et Europe Ecologie Les Verts (EELV) prévoit la fermeture de 24 des 58 réacteurs mais le député de Corrèze ne s'engage fermement que sur celle de Fessenheim (deux réacteurs de 900 MW) tout en affirmant la volonté de poursuivre la construction de l'EPR de Flamanville (un réacteur de 1.650 MW).

Pour François Bayrou, l'atome reste aussi une indispensable "énergie de transition". Le candidat du MoDem plaide toutefois pour "un développement massif" des énergies renouvelables afin qu'elles assurent 40% de la production électrique en 2030 (pour 15% environ en 2010).

+ Ils veulent en sortir:

Eva Joly (EELV) prône un abandon complet du nucléaire en vingt ans, en réduisant la consommation énergétique finale de 15% en 2020. En 2020, les énergies renouvelables devront couvrir au moins 35% de la consommation finale de chaleur et 40% de la consommation finale électrique, selon la candidate EELV. Pour maintenir les emplois, elle préconise "un pôle d'excellence industrielle en matière de gestion des déchets et de démantèlement des centrales".

Philippe Poutou (NPA) estime "nécessaire et possible" de sortir du nucléaire en 10 ans. "Choisir de dire soit +stop+, soit +encore+ au nucléaire est l'un des enjeux de l'élection présidentielle", estime le NPA.

+ Adeptes du référendum:

Jean-Luc Mélenchon, constatant des divisions au sein du Front de gauche entre communistes et Parti de gauche, en appelle au référendum: "Puisque nous sommes si divisés, il faut que ce soit le seul maître que nous connaissons qui tranche: le peuple", a-t-il dit en novembre, réitérant depuis son appel à "un débat en France sur l'énergie et plus globalement sur la transition énergétique".

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, avait aussi évoqué l'idée d'un référendum après l'accident de Fukushima, non pas sur la poursuite du nucléaire mais sur la "gestion" du secteur et la poursuite de sa "libéralisation". "Fukushima montre que l'abandon du secteur au privé conduit à des économies irresponsables au détriment de la sécurité", écrit-il dans son programme, prônant une "renationalisation" complète d'EDF.

+ Sans opinion:

Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) se refuse à "simplement mettre en cause des techniques particulières, comme les OGM ou le nucléaire", estimant que "ce ne sont pas les techniques, mais les conditions de leur mise en oeuvre" dans le système économique actuel qui sont "à incriminer".

http://www.youtube.com/watch?v=8T9VMUFp9Co



Voir le profil de l'utilisateur

36Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 19 Avr - 2:08

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
mercredi 18 avril 2012





De nouvelles images montrent l'étendue des dégâts à Fukushima





Ce qui devrait nous inquiéter, n’est apparemment pas trop inquiétant, puisqu’on préfère ne nous donner que le résultât des sondages pour la présidence. Si la situation déjà critique de Fukushima devait évoluer dans le mauvais sens, nous aurons d’autres soucis autrement plus graves, que de savoir qui va nous envoyer droit dans le mur…


Les nouvelles de Fukushima , c’est comme notre Président de la République elles sont invisibles ( lui c’est sûr il n’a jamais mis les pieds sur place ).

Alors résumons la situation en ce dimanche 15 Avril .

a) La centrale de Fukusima toujours régulièrement frappées par des séismes.

b) Nous ne savons pas précisément où se situent les coriums plus d’un an après la catastrophe.

c) Le château de carte que constitue le bâtiment du réacteur N°4 qui contient 135 tonnes de combustible dans sa piscine de stockage , considérablement affaibli par les explosions pourrait contaminer tout l’hémisphère nord et s’il venait à s’effondrer. Dans ce cas il ne serait plus possible d’intervenir sur le site à cause d’une trop grande radioactivité, ce qui provoquerait l’abandon des systèmes de refroidissement des autres structures (cœurs et piscines). Compte tenu du nombre important de séismes observés ces derniers temps cette hypothèse n’est pas farfelue .

d) Il en est de même pour l’autre château de carte que constitue le bâtiment réacteur N°3 (chargé au MOX) ne va pas mieux que son cousin, Tepco vient de découvrir que la machine de chargement déchargement du combustible de 35 tonnes avait fait un plongeon dans la piscine à combustible rendant très difficile le retrait ultérieur de ce denier.

e) En résumé à Fukushima nous avons 3 réacteurs les tripes à l’air depuis plus d’un an (un a été recouvert avec une tente ) , qui subissent chaque semaine des séismes , et qui rejettent dans l’atmosphère et dans l’océan des particules radioactives.

f) Enfin au Japon contaminé les populations son invitées à faire comme si de rien n’était , et à vaquer à leur occupations quotidiennes ,alors que de nombreux signalement indiquent que beaucoup commencent à être malade. Et nombreux également sont ceux qui se révoltent contre cet état de fait .

g) L’entreprise privée à l’origine de ce désastre fait appel à l’Etat (sous le bon vieux principe de privatiser les bénéfices et de nationaliser les pertes ) pour financer la réparation des dommages .
Voilà la réalité de Fukushima !

Source Scoop.it

Via Realinfos via l’Eveil2011

VOIR AUSSI:


LE BASSIN DE STOCKAGE DU REACTEUR N°4 UNE EPEE DE DAMOCLES SUR LE MONDE




la suite

http://enattendant-2012.blogspot.ca/2012/04/de-nouvelles-images-montrent-letendue.html

Voir le profil de l'utilisateur

37Re: Nucléaire Fukushima le Lun 23 Avr - 1:43

petite fleur 


Chevronné
Chevronné






















A 08h00 22/04/2012, le complexe chimique eu seconde explosion de fumée noire.

Ils ont réussi à éteindre l'incendie à 17h15 du 22/04/2012, quand déjà 15 heures s'étaient écoulées. 11 ouvriers de l'usine a été blessé sauf pour le travailleur mort, et 11 citoyens ont été blessés par des éclats de verre ainsi.

L'usine va avoir la visite à domicile pour négligence professionnelle conduisant à la mort de la police sur 23/04/2012.

L'uranium appauvri est conservé dans 33 boîtes de batterie en acier, où est à 400 m du point a explosé. Ministère de l'Education, la Culture, Sports, Science et Technologie a déclaré l'uranium appauvri n'a pas de fuite en mesurant le niveau de rayonnement, mais des rayons alpha de l'uranium est très difficile à détecter. On ne sait pas comment ils ont mesuré le niveau de rayonnement.

L'usine avait le feu 4 jours avant

http://fukushima-diary.com/2012/04/chemical-complex-had-second-explosion-and-radiation-measurement-is-impossible/

Voir le profil de l'utilisateur

38Re: Nucléaire Fukushima le Mer 25 Avr - 2:33

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Le 6 Avril,


Reuters a signalé que «le noyau à Fukushima au Japon réacteur nucléaire a fait fondre la cuve du réacteur," Rep Edward Markey lors d'une audition Maison sur la catastrophe, en disant:

«J'ai été informé par la Nuclear Regulatory Commission (NRC) que le noyau a été tellement chaud que le cadre de celui-ci a probablement fondu dans la cuve sous pression du réacteur."


Intrépide promouvoir la prolifération nucléaire, le CNRC de l'Amérique est connue pour dissimulation et le déni de ses effets nocifs. En conséquence, leur admission rares confirme presque une fusion du cœur plein dans un ou plusieurs réacteurs, ce qui signifie de grandes quantités de rayonnement sont incontrôlable libérés dans l'atmosphère, l'eau et du sol, qui s'étend sur une vaste zone. C'est le scénario cauchemar ultime qui se déroule actuellement, mais ne vous attendez pas grands reportages dans les médias ou les responsables gouvernementaux pour expliquer.

Néanmoins, sur Avril 6, du New York Times écrivains Matthew Wald et Andrew Pollack intitulé "Cœur de réacteur touché Probablement fuite, des États-Unis dit," en déclarant:


CNRC de l'Amérique », a déclaré mercredi que certains le cœur d'un réacteur touché japonais avait probablement une fuite de son réservoir sous pression en acier dans le bas de la structure de confinement, ce qui implique que le dommage était encore pire qu'on ne le pensait."


Bien pire, en fait, parce que le matériel noyau en fusion brûle alors incontrôlable à travers la fondation en béton, ce qui signifie tous les paris sont ouverts.

James Glanz et William Broad intitulé "Etats-Unis voient gamme de menaces nouvelles à la centrale nucléaire du Japon", en disant:


Les ingénieurs américains a mis en garde "que l'usine nucléaire en difficulté .... est confrontée à un large éventail de nouvelles menaces qui pourraient persister indéfiniment, et que dans certains cas, devraient augmenter en raison des mesures prises très à garder l'écurie usine, selon un confidentiel »d'évaluation du CNRC.


Menaces identifiées incluent:

- Possibles de nouvelles explosions à cause de l'hydrogène et l'oxygène de l'eau de mer utilisés pour refroidir les réacteurs qui pourraient avoir fait plus de mal que de bien. Selon l'ancien GE réacteur designer Margaret Harding:


"Si je devais porté les chaussures japonnais, je serais très réticent à ce que des tonnes et des tonnes d'eau assis dans une enceinte de confinement, dont l'intégrité structurelle n'a pas été vérifié depuis le tremblement de terre», et très probablement est sérieusement endommagé.


- En raison de préoccupations au sujet des dommages graves au cœur du réacteur, le CNRC bore recommandé d'ajouter à l'eau de refroidissement en tant que modérateur à absorber les neutrons.


- Exposé / non protégés barres de combustible irradié dans les unités 1, 2, 3 et 4 présentent des dangers extrêmes. Par ailleurs, des explosions a soufflé des matières nucléaires "jusqu'à un mile à partir des unités" dans l'atmosphère, indiquant des dommages beaucoup plus grande que précédemment décrit.


En conséquence, David Lochbaum de l'Union of Concerned Scientists (UCS) estime:

"Cette brosse un tableau très différent, et suggère que les choses sont bien pires. Ils pourraient encore avoir plus de dégâts dans une grande manière, si certaines de ces choses ne fonctionnent pas pour eux .... Ils ont eu beaucoup de choses désagréables à (poignée), et un pas en manquer pourrait rendre la situation bien pire. "


D'autres experts pensent de criticité a été atteint, ce qui pose des dangers bien plus grands que celles constatées.


Pourtant, le gouvernement et Tokyo Electric (TEPCO) Les fonctionnaires prétendent encore "pas de risque immédiat d'une explosion d'hydrogène survenant» ou de graves dommages pour la santé humaine. En fait, les niveaux de danger sont maintenant extrême. Plus d'informations sur ce que ci-dessous.


Même le CNRC a admis que l'eau salée "sévèrement restreint" et probablement bloqué les voies de circulation. En outre, l'intérieur du noyau, "il n'ya probablement pas le niveau d'eau (il est donc) difficile de déterminer combien de refroidissement est d'entrer dans le carburant." Peut-être aucun des réacteurs, et trois ou plus sont touchés, un ou plusieurs de crise.


Opinions d'experts indépendants


Sur Avril 4, géoscientifique / expert international de rayonnement Leuren Moret dit intervieweur Alfred Lambremont Webre que Barack Obama et le Premier ministre canadien Stephen Harper sont cacher les effets d'une guerre nucléaire tectonique sur l'Amérique du Nord par les retombées de Fukushima. En fait, l'Institut norvégien pour la recherche atmosphérique (NILU) cartes de rayonnement confirmer la contamination sur l'Amérique de la côte Ouest, le Midwest et l'Ouest du Canada, dans certaines régions plus élevée que celle du Japon.


L'iode-131 radioactif dans l'eau de pluie échantillonnée près de San Francisco a été trouvé à plus de 18.000 fois au-dessus des normes fédérales d'eau potable. Idaho, le Minnesota, l'Ohio, la Pennsylvanie et du Massachusetts échantillons d'eau de pluie ont montré l'iode-131 jusqu'à 181 fois supérieures à la normale, qui devrait augmenter. Il est également montrer dans le lait.


En conséquence, les mesures mobiles dans certaines parties de l'Amérique et le Canada ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre de dissimuler la gravité de la catastrophe.


Moret a cité deux éminents scientifiques nucléaires qui ont déclaré publiquement le nord du Japon (un tiers du pays) est inhabitable et doit être évacué. Marion Fulk est l'un, un scientifique du projet Manhattan, qui a aidé à développer la bombe à hydrogène. Il a également été expert de l'Amérique retombées atmosphériques quand-dessus du sol tests ont été effectués.


Dr Chris Busby est l'autre, un spécialiste des rayonnements ionisants. Le 30 Mars, il dit à la télévision Russia Today que la contamination de Fukushima causera au moins 417.000 nouveaux cancers.


Moret appelé Fukushima une opération false flag pour affaiblir un rival économique, nuire à son économie, l'agriculture et la pêche, et compromettre son détente avec la Chine. Par rapport à Tchernobyl, Fukushima a libérant plusieurs fois plus de rayonnement, les montants peut-être trop énorme pour imaginer avec des effets potentiellement catastrophiques mondiaux.


En réponse, le Japon, l'Amérique et le Canada sont dans le déni. Niveaux admissibles d'exposition aux rayonnements ont été soulevées. L'information légitime a été interrompue. Essais américains et canadiens atmosphérique a été suspendu. Autorités de l'Etat dit les médecins de la Californie de ne pas donner l'iode pour les patients concernés. Rayonnement de mesure dans le lait a également été arrêté.


La contamination se répand de l'Arctique à l'équateur. Longue durée de vie des isotopes radioactifs provoque des ravages de la santé humaine et l'environnement pour les générations. Moret a déclaré formes de vie développées au cours des milliards d'années sont détruites en un siècle.


Sur Mars 29, l'article de Chris Busby Rense.com intitulé "Déconstruire experts nucléaires", en disant:


"Ce que ces gens ont en commun, c'est l'ignorance. (La plupart) qui apparaissent (dans les grands médias) et pontificat n'ont pas réellement fait des recherches sur la question du rayonnement et de la santé. Ou si elles ont, elles .... a raté toute la études clés et des références. (D'autres sont) méchants réels "qui disent Fukushima a rien à craindre, rien à voir avec Tchernobyl ou de Three Mile Island (TMI).

En fait, Fukushima déjà bien supérieur à la fois et obtenir plus en plus pire avant que les communiqués de rayonnement se poursuivre et s'étendre. Busby cité Joseph Conrad en disant: «après tout, les cris est terminée, le silence sinistre de faits demeurent."
«Je crois que (la matrice des experts) de faux", a déclaré Busby, "sont pénalement irresponsables, car leurs conseils mènera à des millions de morts .... J'espère qu'ils sont envoyés en prison où ils peuvent avoir beaucoup de temps pour lire les preuves scientifiques montrant () a été leur avis sur la base de l'analyse mathématique de l'air mince. "

Il a cité le défunt professeur John Gofman, un haut responsable américain expert Atomic Energy Commission, qui a démissionné, en disant:

"L'industrie nucléaire est une guerre contre l'humanité."


Jusqu'à présent, en fait, c'est gagner. Il est entré dans une phase finale qui décidera si oui ou non l'humanité survivra. "Non à la guerre nucléaire soudaine», a déclaré Busby. "Mais à partir de la guerre en cours et progressive nucléaire qui a commencé avec les rejets dans la biosphère dans les années 60 de toutes les retombées des essais atmosphériques, et qui a continué inexorablement depuis (à ce jour), accompagnée par un accroissement parallèle des taux de cancer et la perte de la fertilité à l' la race humaine. "
Busby appelle «le scandale majeur de santé publique dans l'histoire humaine ...." Qui peut être en désaccord.


Un dernier commentaire


Dans un e-mail personnelle, l'environnement chercheur Dr Ilya Perlingieri expliqué les dangers de dumping du Japon des milliers de tonnes d'eau radioactive dans le Pacifique, en disant:


"Nous sommes tous en danger Ce fut la folie Cette eau radioactive vont venir ici (aux Etats-Unis) Il ne fait aucun doute que les courants se porter à la côte ouest et contaminer toute la zone:!.. Plages et tous Sealife entre la côte et le Japon. Que s'évapore naturellement viendra alors sur les courants d'air autour du reste des États-Unis et le reste de la planète! "



"C'est épique, et ce n'était pas un accident."

http://www.internationalnews.fr/article-fukushima-meltdown-confirmed-by-stephen-lendman-71269659.html

Voir le profil de l'utilisateur

39Re: Nucléaire Fukushima le Dim 29 Avr - 11:22

petite fleur 


Chevronné
Chevronné






La crise économique européenne, les présidentielles en France, il n’en faut pas plus pour que nous en oubliions la catastrophe de Fukushima de mars 2011. Pourtant, la crise est loin d’être terminée, c’est même tout le contraire. TEPCO ajoute à la malchance ses boulettes et le risque d’assister à une catastrophe sanitaire majeure, loin d’être écarté, devient petit à petit une effrayante réalité. Comme il est de coutume dans ce genre de crise, ce n’est pas sur le gouvernement que la population peut compter.

Il y à peine 4 jours, le 24 avril dernier, la chaine d’information japonaise ANN News diffusait un très inquiétant reportage sur la situation de la piscine à combustibles usés du réacteur 4 de la centrale de Fukushima. Cette information n’a tout simplement pas du tout été relayée par les média français, et très peu de média européens. Voici le reportage en question (en japonais).



La situation est très critique attendu que cette piscine à combustibles usés, des matériaux très hautement radioactifs dont un contact de seulement 10 minutes suffirait à tuer une personne, est pleine. Ces matériaux accusent une radioactivité au Cesium 137 dans des proportions 10 fois supérieures et pour des quantités de matériaux 85 fois supérieures à ce que nous avons connu au coeur de la catastrophe de Tchernobyl. Dans ce contexte, le traitement de l’information par les chaînes de télévision locales a de quoi faire froid dans le dos, comme en seconde partie de ce documentaire dans lequel le journaliste affirme benoîtement qu’en fait, la nourriture n’est pas si contaminée que ça… japonaises, japonais, dormez tranquilles, toutvabien.





Des choix douteux


Sur la figure ci-dessous qui présente l’architecture du réacteur de type Mark-1, on peut prendre conscience du risque d’un affaissement de la structure, un risque bien réel, craint par les autorités comme le relate le reportage d’ANN News. La centrale, oeuvre de General Electric, comporte placée dans un coin une structure plaçant l’eau en hauteur et dans laquelle les barres à combustibles trempent. Dans un pays à l’activité sismique notoire, ce simple fait a déjà de quoi interpeller.


Pour pallier un affaissement de la structure, TEPCO prévoit donc de pomper l’eau de la piscine afin de la rejeter… dans l’océan. La récupération des barres de combustible est prévue par l’entreprise pour 2013. La sécurisation de la structure quant à elle n’est pas prévue par TEPCO avant 2025 !

Les débris radioactifs, au lieu d’être traités dans la zone interdite, circonscrite dans un rayon de 20 kilomètres autour des réacteurs, sont envoyés aux quatre coins du pays pour être incinérés. Même si des filtres capturent une partie des particules de fumée radioactive, on se doute bien que celle-ci contamine tout le pays. Et il n’y a pas que les débris contaminés qui posent problème.

Ainsi, à Okinawa on a relevé une contamination. Des gens sont tombés malades, et ce n’est qu’après deux mois d’enquête que le pot aux roses a été découvert : une pizzeria du coin a continué d’acheter du bois pour son four à pizza à son fournisseur basé dans le Tohoku, précisément la région dans laquelle se trouve la préfecture de Fukushima. Le bois qui cuisait les pizzas était contaminé à hauteur de plus de 9000 becquerels par kilos !

Les secousses continuent à endommager la structure fébrile de la centrale


Le 13 avril 2012, l’activité sismique de l’île pourrait bien avoir eu un impact sur la structure de ce qu’il reste de la centrale. Les autorités se sont bien gardées de communiquer sur les effets de ces nouvelles secousses. Sur la carte ci-dessous, en regardant attentivement, on peut se rendre compte de la proximité de l’épicentre avec Fukushima. À Fukushima même, les secousses ont atteint une magnitude de 5,9 sur l’échelle de Richter. TEPCO en avait alerté le gouvernement japonais par le biais d’un fax… le gourvernement japonais a préféré étouffer cette information.


Lire le rapport :
1 of 8 | 56.4MB | 68 pages : https://docs.google.com/open?id=0B4LtoFnyxqmVTDByQWhlYXdRemF0YWhHdmpOSkRNQQ2 of 8 | 49.3MB | 56 pages : https://docs.google.com/open?id=0B4LtoFnyxqmVUXlQVnJlWVNUSS1PeXY4dzExUDdTQQ3 of 8 | 31.2MB | 36 pages : https://docs.google.com/open?id=0B4LtoFnyxqmVOXVBRG5paTZUMUNJd25VbGRiNzRaQQ4 of 8 | 52.9MB | 61 pages: https://docs.google.com/open?id=0B4LtoFnyxqmVOXRqcmZUaV9SRU9uOW1OaVZJZzQ5QQ5 of 8 | 39.4MB | 48 pages : https://docs.google.com/open?id=0B4LtoFnyxqmVOVV2V1pTR0hRNkNDU2FneDdFdmpuQQ6 of 8 | 39.2MB | 51 pages : https://docs.google.com/open?id=0B4LtoFnyxqmVeTdhNjFvMVZTV2UzVUludktNNWtkZw7 of 8 | 32.4MB | 58 pages : https://docs.google.com/open?id=0B4LtoFnyxqmVS2JtRkEtUUVUNUNpRUtCUjhHSGFUQQ8 of 8 | 38.9MB | 69 pages : https://docs.google.com/open?id=0B4LtoFnyxqmVQkJkQ05QV0tRaHFjM0tZVHRsajlMZw
De l’eau contaminée dont on ne sait comment se débarrasser


Sur la photo illustrant cet article, on peut voir le stock d’eau contaminée dont il va bien falloir faire quelque chose. Jusque là, cette eau était traitée à posteriori. Mais voila que TEPCO accuse maintenant un déficit entre eau usagée et contaminée, et eau injectable pour refroidir le combustible. Encore un sérieux sujet d’inquiétude.

Selon le METI (Ministry of Economy, Trade and Industry), dans ce document en mars, le réacteur 2 aurait recraché 7 millions de becquerels/heure. Le vent poussant naturellement les particules vers l’est, c’est dans l’océan Pacifique que ces particules se sont déversées.

Le cauchemar ne s’arrête pas là. Les containers qui stockent ces eaux contaminées accusent des fuites ; cet hiver, les tuyaux ont gelé, ce sont pas moins de 600 litres d’eau très hautement radioactive qui ont fui avant que TEPCO ne s’en rende compte ! Ces réservoirs, d’une contenance de 40 000 tonnes d’eau radioactive, ont une fâcheuse tendance à connaître régulièrement des fuites.

La population s’organise face à la propagande gouvernementale


Le projet Citizen Radioactivity Mesuring Station effectue une veille active sur les mesures de radioactivité. Petit problème, les données qui y sont relevées par les citoyens tranchent particulièrement avec ce qu’il convient bien de qualifier de propagande gouvernementale.

Mais la propagande ne s’arrête pas à des mesures de radioactivité sous-estimées ou bidonnées, le gouvernement a même financé des spots publicitaires incitant les japonais à consommer des fruits et légumes ultras contaminés, provenant de la région de Tohoku. Dans ce spot publicitaire totalement surréaliste, c’est le chanteur d’un célèbre boys band local qui incite la population à consommer ces fruits et légumes, un geste patriote pour aider la région de Tohoku. Le chanteur du boys band que l’on peut voir dans ce clip a été hospitalisé il y a une dizaine jours. Ce même chanteur, véritable ambassadeur de la propagande, s’est rendu il y a peu à Tchernobyl dans le cadre du tournage d’un autre spot de propagande également financé par le gouvernement japonais, dans lequel il expliquait que Fukushima c’était comme Tchernobyl aujourd’hui, et qu’il n’y avait en gros aucun risque. Et dans ce clip, il y a d’ailleurs une perle. On peut y voir notre chanteur, muni d’un anthropogammamètre (whole body counter en anglais) servant à mesurer la contamination d’un corps humain. Pendant que la voix off parle on voit rapidement le résultat : 32bq/kilos… une dose impressionnante dont ce document vous donnera idée.

Une autre star locale, le bassiste du groupe Dragon Ash, âgé de 46 ans, est mort en début de semaine de complications cardiaques. Ces cas sont appelés à se multiplier, tout comme en Biélorussie où le nombre d’anomalies cardiaques a quadruplé depuis la catastrophe de Tchernobyl. Le syndrome est bien connu, il porte d’ailleurs le nom de Chernobyl Heart Disease

Sur cette vidéo, une personne relève une radioactivité supérieure à 344 microsieverts/h ! À titre de comparaison, la moyenne en Ile-de-France est de 0.12 microsieverts/h.



Dès avril 2011, on observait au Japon des mutations des pissenlits comme l’explique cette chaîne de télévision japonaise.



Voici l’un des rares blogs scientifiques japonais qui dénonce cette propagande du gouvernement en se basant sur les mesures d’un habitant de la zone de la préfecture de Mie, prévoyant à l’horizon mars 2015 une radioactivité inacceptable.

Voici enfin les relevés de la faculté de médecine de Fukushima.

Une chose est bien certaine, Fukushima, c’est un peu comme la crise économique qui frappe l’Europe : le pire est bien devant nous.


Merci à Laurent
Tags: Fukushima, Nucléaire, Santé

This entry was posted on 28 avril 2012 at 1 h 47 min and is filed under A la Une, Monde. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.


la suite


http://reflets.info/fukushima-le-debut-de-la-catastrophe-cest-maintenant/

Voir le profil de l'utilisateur

40Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 3 Mai - 15:54

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Intrusion de Greenpeace au Bugey: deux militants convoqués devant la justice





Publié le 02.05.2012

Deux militants de Greenpeace ont été convoqués mercredi devant la justice pour le 17 octobre, l'un pour avoir survolé en parapente la centrale nucléaire du Bugey, dans l'Ain, et l'autre pour s'être présenté à l'accueil de la même centrale, a annoncé le parquet.
Le premier, de nationalité allemande, comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse pour "survol volontaire par le pilote d'un aéronef d'une zone interdite", délit passible d'un an d'emprisonnement et 45.

000 euros d'amende, selon un communiqué de Marie-Christine Tarrare, procureur de la République de Bourg-en-Bresse.
Le second est poursuivi pour "complicité" du même délit et encourt donc la même peine.
Les deux hommes, qui "ont refusé de s'expliquer sur les faits qui leur étaient reprochés, malgré la présence de leur avocat pendant leurs auditions", ont été laissés libres après la notification de leur convocation, a précisé la magistrate.
L'action commando de Greenpeace au Bugey, filmée par un drone télécommandé par des militants, a débuté vers 7H30 ce mercredi, lorsque le militant allemand a survolé puis atterri sur le site de la centrale à bord d'un parapente à moteur.
Il a pu lancer un fumigène sur le toit d'un réacteur, avant d'être arrêté dès son atterrissage par des gendarmes et placé en garde à vue.
Alors que les accès de la centrale étaient bouclés, conformément aux procédures en cas d'intrusion, un autre militant s'est présenté à l'accueil pour "prévenir la sécurité" et "éviter des violences", d'après Greenpeace. Selon les gendarmes, il voulait prendre des nouvelles de son camarade.
Il a été également arrêté et placé en garde à vue.
Cette action spectaculaire a eu lieu à quatre jours du second tour, au matin du débat entre les deux prétendants à l'Elysée. François Hollande a déjà déclaré "faire confiance à l'Autorité de sûreté nucléaire pour dire quels seraient les travaux qu'il conviendrait d'engager pour prévenir tout danger".
Mercredi midi, en outre, le "poète-escaladeur" Hervé Couasnon s'est introduit sur le site de la centrale nucléaire de Civaux, dans la Vienne, et a été interpellé.








Tweeter

http://www.leparisien.fr/lyon-69000/intrusion-de-greenpeace-au-bugey-deux-militants-convoques-devant-la-justice-02-05-2012-1982071.php

a quand les amendes pour ces pollueurs?a quand leurs emprisonements? c'est un crime silencieux!!!!!! a quand seront -il eux traduit devant les tribunaux?????? docteur docteur give me the news!!!

Voir le profil de l'utilisateur

41Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 24 Mai - 14:01

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Comment avertir les générations futures? Il ne reste plus qu’à arrêter cette propension à minimiser les effets sur le très long terme, des radiations mortelles que cette énergie produit. Nous n’allons laisser, que des cadeaux empoisonnés………..


<BLOCKQUOTE>


Plus de 250 000 tonnes de déchets radioactifs pour 10 ou 100 000 ans. Leur volume, leur létalité et leur péril croissent chaque jour. Non seulement, nous ne sortirons jamais plus du nucléaire, mais les fossoyeurs qui nous enfouissent sous leurs montagnes de poison doivent s’avouer incapables de créer les signaux de danger adéquats, à l’usage des « générations futures ».

Les centrales nucléaires produisent des déchets radioactifs. Ils sont le spectre de la filière qui ne sait qu’en faire.

Aussi leur enfouissement en profondeur est-il souvent imposé comme « solution » ; au Nouveau-Mexique, en Finlande et à Bure, en Meuse. Reste cependant le risque -parmi d’autres-, que nos descendants les exhument, par hasard ou par curiosité, déclenchant une apocalypse qu’ils ne sauront ni prévenir, ni combattre. Dans les pays qui envisagent l’enfouissement des déchets radioactifs (Etats-Unis, Finlande, France, Suisse…), des experts se réunissent pour répondre à cette question : comment avertir nos lointains descendants du danger de ces déchets ?

Poser cette question, officiellement, par le biais de commissions d’experts, c’est reconnaître, tout aussi officiellement, que ces déchets sont assez dangereux pour que l’on s’en préoccupe à très long terme.

Les consignes données à ces experts recommandent la prise en compte de durées variant de dix mille à cent mille ans. C’est dire qu’à l’échelle de l’humanité, ces déchets représentent un danger qui va au-delà de l’avenir prévisible. On peut d’ailleurs s’effarer de la brièveté des durées envisagées, quand on sait que certains déchets nous menacent, en réalité, pour plusieurs millions d’années. Autrement dit, l’éternité.

Il y a deux messages à transmettre : le lieu de stockage et le danger représenté par son contenu. C’est l’indication du danger qui cause des difficultés car pour l’élaborer, il faut se projeter au-delà du temps que nous sommes capables d’appréhender.



Une solution consisterait à graver un avertissement sur un support durable (métal inoxydable, pierre…). Mais quelles langues parlera-t-on sur Terre dans dix mille ans ? (S’il se trouve encore des êtres parlants, bien sûr.) Impossible de le savoir. Tout ce dont nous pouvons être certains, c’est que des six mille langues aujourd’hui existantes, aucune ne subsistera. Elles auront changé au point de n’avoir plus rien de commun avec celles d’aujourd’hui. Que l’on songe aux langues parlées ici même il y a dix mille ans.

Si nous faisions un saut en arrière dans le temps, nous ne pourrions comprendre les gens que nous rencontrerions, les langues parlées à cette époque ayant disparu. Il en sera de même dans quelques milliers d’années pour nos langues actuelles.

Et cela vaut aussi pour l’écriture. Comment évolueront nos écritures actuelles ? Depuis les cunéiformes tracés dans la glaise il y a cinq mille cinq cents ans jusqu’à nos jours, peu de points communs subsistent. L’évolution continuera sans que nous ne puissions prévoir sa direction.

On peut objecter que certaines écritures transcrivant des langues anciennes furent déchiffrées plusieurs milliers d’années après, l’exemple le plus célèbre étant celui des hiéroglyphes égyptiens. Si les linguistes du 18e siècle ont pu faire ce travail, pourquoi nos descendants ne le pourraient-ils pas ?

Ce raisonnement élude le fait que de toutes les écritures de cette période, beaucoup se sont perdues : lorsqu’il reste trop peu d’échantillons d’une écriture, il est impossible de faire le travail d’inférence qui mène au déchiffrage. Miser sur les capacités de nos descendants à le faire est hasardeux.

Pire, nous n’avons aucune certitude qu’ils prendraient le temps de déchiffrer notre message avant d’exhumer nos déchets.
(…) Pour lire la suite, cliquer ICI

Auteur : Marion Lantoine

Source : www.piecesetmaindoeuvre.com via Sauve-la-Terre
</BLOCKQUOTE>

Voir le profil de l'utilisateur

42Re: Nucléaire Fukushima le Ven 25 Mai - 14:16

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Se moquer du monde à ce point, c’est grave! La centrale de Tchernobyl a eu un réacteur qui a explosé, contamination des terres environnantes exceptionnelles pour une durée encore non déterminée précisément, un nuage radioactif qui a touché pratiquement toute l’Europe, une évacuation obligatoire en urgence, un nombre de morts qui se compte par millier, et ce n’était qu’un réacteur à l’uranium, une brindille donc. Fukushima: 3 réacteurs au Mox dont un qui est entré en fusion, au plutonium qui est beaucoup plus radioactif et dangereux et?…. Rien? Pas de contaminatioons? Pas de morts? Des terres habitables? Cherchez l’erreur…

<BLOCKQUOTE>
NHK : Le 23/05/2012 l’OMS publie un rapport sur les doses de radiations au Japon depuis la catastrophe du Tōhoku et l’accident de Fukushima.
Il n’y a pas de catastrophe sanitaire au Japon, les doses maximales cumulées étant bien inférieures à 100 mSv, seuil à partir duquel il existe une augmentation des risques de cancer :





Nature.com :
http://www.nature.com/news/fukushima-s-doses-tallied-1.10686

http://effetsdeterre.fr/2012/05/24/pas-de-catastrophe-sanitaire-a-fukushima

Rappel : Échelles et effets de doses de radiation :
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89chelles_et_effets_de_doses_de_radiation (Lire la suite…)



via mouton enragé!
</BLOCKQUOTE>

Voir le profil de l'utilisateur

43Re: Nucléaire Fukushima le Sam 26 Mai - 16:25

petite fleur 


Chevronné
Chevronné

Les fuites radioactives de la centrale
nucléaire de Fukushima juste après la catastrophe de mars 2011 ont été
deux fois et demi supérieures aux estimations des autorités japonaises.
Selon Tokyo Electric Power, 99% d'entre elles ont eu lieu durant les
trois premières semaines.


Les radiations émises pendant
cette période ont représenté un sixième de celles de la catastrophe de
Tchernobyl, en 1986, a indiqué jeudi l'opérateur de la centrale dans un
rapport.


Selon Tepco, la fusion
probable de trois réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi a rejeté
dans l'air quelque 900'000 terabecquerels de substances radioactives.
OMS rassurante


L'Organisation
mondiale de la santé (OMS) a publié mercredi un rapport d'évaluation
plus rassurant. Les doses radioactives reçues par la population
japonaise après l'accident nucléaire de Fukushima l'an dernier sont
restées en grande partie en dessous des normes internationales.


L'OMS
souligne toutefois qu'elles ont été dépassées dans deux endroits au
Japon et qu'en dehors de la préfecture de Fukushima, la contamination
s'est produite avant tout à travers la nourriture.





http://naturealerte.blogspot.fr/2012/05/27052012japon-les-fuites-de-fukushima.html

Voir le profil de l'utilisateur

44Re: Nucléaire Fukushima le Ven 1 Juin - 2:12

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Le séisme de Fukushima a perturbé la haute atmosphère





Sciences et techniques
mercredi 30 mai 2012



















  • Les perturbations de la ionosphère sont représentées par les couleurs.










Ouest-France / Basse-Normandie / Trouville-sur-Mer / Au fil de l'info








Japon

Le séisme de Fukushima a perturbé la haute atmosphère





Sciences et techniques
mercredi 30 mai 2012



















  • Les perturbations de la ionosphère sont représentées par les couleurs.





















































Le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 au
Japon ont provoqué de fortes perturbations dans la partie supérieure de
l’atmosphère, selon la Nasa.

Les
vagues d’énergie dégagées par les deux phénomènes qui ont dévasté le
nord-est du Japon ont pénétré dans la ionosphère, la partie supérieure
de l’atmosphère qui s’étend de 80 à 805 km au-dessus de la surface de la
Terre.
Dans la ionosphère, le rayonnement ultraviolet du soleil brise les molécules et crée un nuage d’ions et électrons.
Des
images diffusées par l’agence spatiale américaine montrent que le
mouvement des électrons, détecté par les signaux GPS entre les
satellites et les récepteurs terrestres, réagit en écho au séisme et au
tsunami.
Les scientifiques avaient déjà observé ce phénomène lors de tsunamis aux Samoa en 2009 et au Chili en 2010.
Les images sont visibles

http://www.nasa.gov/multimedia/videogallery/index.html?media_id=144582391

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Le-seisme-de-Fukushima-a-perturbe-la-haute-atmosphere_6346-2082238-fils-tous--14715-abd_filDMA.Htm

Voir le profil de l'utilisateur

45Re: Nucléaire Fukushima le Lun 4 Juin - 14:02

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
<blockquote>
Les inquiétudes au sujet du risque
d’effondrement de la piscine de l’unité 4 de la centrale de Fukushima Daiichi
sont-elles fondées ? Au Japon, tout le monde parle de ce danger et, pour
répondre à cette question, des journalistes d’investigation de l’émission « Hodo
Station », sur la chaîne de télévision TV Asahi, ont réalisé une enquête dont
les résultats ont été diffusés le 25 mai 2012.


Cet article présente les principales informations tirées de
cette recherche puis une extrapolation sur ce qui pourrait advenir si Tepco ne
réussissait pas son pari de récupérer les barres de combustibles d’ici trois
ans.


Avant toute chose, je tiens à remercier Kna qui nous permet
d’avoir accès, par son travail de traduction, de sous-titrage et de diffusion de
vidéos, à des informations qui, jusqu’à présent, restent taboues en France dans
les grands médias.


Une émission remarquable : une problématique,
des témoignages d’experts, des expériences, des
conclusions


Comme on aimerait voir ce type d’émission télévisée en France, où des
experts et des chercheurs en ingénierie nucléaire parleraient librement de leurs
angoisses à propos des risques de l’atome. Pour rappel, l’unité 4 possède une
piscine de désactivation contenant 1535 assemblages, soit environ 264 tonnes de combustible. Cette piscine est perchée à 20
mètres au dessus du sol, mais sa structure a subi d’énorme contraintes
mécaniques et thermiques lors des explosions et incendies qui ont eu lieu le 15 mars 2011,
sources des inquiétudes sur son état.



Masashi Goto, ex-ingénieur Toshiba expert en conception de
centrales nucléaires résistantes aux séismes, a conçu le confinement des
réacteurs nucléaires. Voici ce qu’il pense de la solidité du bâtiment réacteur
n°4 :

« Même si les murs existent, il n’y a pas de manière simple d’en
connaître la stabilité.
A quel point la stabilité a-t-elle été
compromise par la haute température de l’incendie ? Il est essentiel d’avoir
toutes les données quand vous travaillez sur un calcul structurel. Chaque fois
que Tepco publie des données, ils disent toujours « Nous avons calculé ceci,
voici le résultat de ce que nous avons fait donc il n’y a pas de danger ».
Mais ils n’ont jamais publié une donnée que quelqu’un de l’extérieur
pourrait utiliser pour vérifier leurs conclusions.
»
.


Yukiteru Naka, directeur de Tohoku Entreprise, travaillait
à l’origine comme ingénieur chez General Electric. Spécialisé dans les systèmes
de tuyauterie, il a été fortement impliqué dans la construction de la centrale
de Fukushima Daiichi (réacteur 1, 2 et 6). Il est maintenant engagé dans les
travaux de démantèlement. Connaissant l’état réel du bâtiment réacteur 4, il
fait des aveux sur la dangerosité d’une possible fuite d’eau de la piscine de
refroidissement de combustible :

« Je dois dire qu’il y a un risque concernant l’unité 4. La piscine est
actuellement refroidie par un système temporaire. Mais les conduits s’étendent
sur des dizaines de kilomètres et étant donné que c’est une construction
provisoire, ce n’est pas censé résister aux secousses sismiques. Il n’y a pas
assez de maintenance. Les tuyaux courent à travers les décombres. J’estime qu’il
faudrait peu de temps pour vider la piscine si les tuyaux étaient endommagés et
causaient une fuite. Les émissions de matières radioactives seraient si élevées
que personne ne pourrait s’approcher. (…) J’aimerais que le gouvernement
et Tepco se préparent avec une notion de crise imminente à l’esprit. (…) Si la
piscine se vide, aucun travailleur ne pourra s’approcher du bâtiment réacteur 4,
ni des bâtiments 1, 2 et 3.
»
.


Hiroaki Koide, professeur à l’Institut de Recherche
Nucléaire Universitaire de Kyoto, est particulièrement inquiet de l’état de
l’unité 4 :

« Si la piscine devait s’effondrer à cause d’un nouveau gros séisme,
les émissions de matière radioactives seraient énormes : une estimation
prudente donne une radioactivité équivalente à 5000 fois la bombe nucléaire
d’Hiroshima
.
»



Selon un institut de recherche de l’Agence de l’Energie Atomique du Japon,
en cas d’entassement des barres de combustible, celles-ci peuvent s’échauffer
car l’air ne peut pas circuler. Si la température dépasse 700 °C, les gaines
peuvent se briser et laisser s’échapper les pastilles de carburant composées
d’uranium et de plutonium.

Sans refroidissement par l’air, la destruction des barres par
échauffement et
la libération des matières radioactives
signeraient probablement le début de la fin pour le Japon
, et peut-être
pour le monde.


Conclusion sibylline du présentateur pour qui n’a pas suivi entièrement
l’émission : « Nous avons découvert l’importance de ce que nous
devons envisager
». Pour bien comprendre ce que cela veut dire, je
vous conseille de regarder entièrement cette émission :


Partie 1




la suite

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/06/04/fukushima-et-lavenir-du-monde/#more-26565



ce feu ne s'éteint pas et il poursuivra son chemin..malheur aux femmes enceinte.le nucléaire fera des dommages qui vont S’ échelonné sur une période de 4 à 5 générations.



</blockquote>

Voir le profil de l'utilisateur

46Re: Nucléaire Fukushima le Sam 9 Juin - 1:31

petite fleur 


Chevronné
Chevronné

08/06/2012...Monde, Les centrales nucléaires sont sous la menace du changement climatique





































Fukushima l'a dramatiquement prouvé : les centrales électriques sont impuissantes face aux éléments naturels.

De manière bien moins violente, mais tout
aussi inquiétante, elles se révèlent de plus en plus vulnérables alors
que le climat se réchauffe. L'augmentation de la température des eaux et
la réduction du débit des fleuves, dans lesquels elles puisent
d'importants volumes pour se refroidir, vont ainsi menacer à l'avenir le
fonctionnement des centrales nucléaires et au charbon d'Europe et des
Etats-Unis
, confirme une nouvelle étude publiée lundi dans la revue Nature Climate change et citée par Reuters.

L'équipe
de chercheurs européens et américains a mesuré les températures
actuelles des eaux et effectué des projections jusqu'au milieu du
siècle. Ils ont ainsi estimé que les jours où l'eau des lacs et des
rivières atteindra des températures considérées aujourd'hui comme
extrêmement élevées seront trois fois plus nombreux.


Dans
ce monde plus chaud, des pénuries d'eau de refroidissement se
produiront de deux manières. Tout d'abord, de nombreuses rivières
verront leur débit réduit. Or, les centrales thermoélectriques, qui
fournissent 91 % de l’électricité aux Etats-Unis et 78 % en Europe, représentent respectivement 40 % et 50 % de la consommation d’eau douce de ces pays, à la fois pour produire de la vapeur d'eau qui va alimenter les turbines et pour refroidir ces dernières.


Le volume d'eau pompée étant strictement
défini par des standards environnementaux, les centrales pourront être
amenées à manquer d'eau. En France, déjà, lorsque le débit de la Loire
descend sous 60 mètres cubes par seconde, en cas de forte chaleur, les
quatre centrales, qui puisent à plein régime entre 3 et 10 mètres cubes
par seconde, doivent se coordonner pour maintenir un niveau d'eau
suffisant sur le fleuve.


Les projections effectuées par l'étude de variations du débit des rivières :

Ensuite,
la température de l'eau va augmenter, la rendant impropre au
refroidissement des centrales électriques. Aux Etats-Unis et en Europe,
les centrales ont pour obligation de ne pas dépasser une certaine
température dans les rivières
(située autour de 28° C en France...de la folie ajout NA)
lorsqu'elles
rejettent l'eau venant des circuits de refroidissement. Si cette
température est atteinte, la centrale doit réduire voire arrêter la
puissance de ses réacteurs.


Les projections d'augmentation des températures des rivières :

Conséquence
: la capacité de production électrique des centrales nucléaires et au
charbon devrait chuter de 4 à 16 % aux Etats-Unis et de 6 à 19 % en
Europe entre 2030 et 2060.
Et la
probabilité d'une diminution extrême de la production électrique (- 90
%), conduisant à une fermeture totale ou partielle des infrastructures,
devrait presque tripler.


"Cette étude suggère que notre
dépendance au refroidissement thermique est quelque chose que nous
devrons revoir, notamment au regard d'une demande d'électricité
croissante", assure Dennis Lettenmaier, co-auteur du rapport et
professeur d’ingénierie civile et environnementale à l’université de
Washington à Seattle.


Des
solutions existent néanmoins pour minimiser le problème. L'étude
conseille ainsi de fabriquer des centrales électriques moins dépendantes
de l'eau douce, en utilisant l'eau salée des mers - dont le
réchauffement se fera plus lentement.
Les centrales au gaz naturel les plus récentes, par ailleurs, nécessitent moins d'eau que celles à charbon ou nucléaires.

http://naturealerte.blogspot.ca/2012/06/08062012monde-les-centrales-nucleaires.html

nul n'est à l’abri de ce mal sans merci!

Voir le profil de l'utilisateur

47Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 14 Juin - 22:10

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Sourions avec le nucléaire, surtout qu’ils ont enfin trouvé une
solution pour protéger l’environnement, enfouir les déchets dans les entrailles
de la terre. Je vous laisse lire, certains chiffres sont ahurissants, à se
demander comment ils peuvent encore croire un l’atome. Faudrait peut être les
enterrer avec leurs déchets finalement…


<blockquote>
BURE, Meuse (Reuters) – En moins de 7 minutes, le gigantesque
ascenseur plonge à 500 mètres sous terre: tout au fond, les galeries bétonnées
semblent imiter les méandres d’une mine ultra-moderne mais elles forment en
réalité un sanctuaire hors norme qui accueillera les déchets les plus nocifs de
l’industrie nucléaire.

Dans le laboratoire de Bure (Meuse), ingénieurs et scientifiques testent
aujourd’hui ce qui devrait devenir dès 2025 le plus grand site de stockage
souterrain de déchets radioactifs au monde et qui fera de la France un pionnier
du secteur aux côtés de la Finlande et de la Suède.

Car une équation inévitable s’impose au pays le plus nucléarisé de la
planète: les réacteurs français, conçus pour produire de l’électricité pendant
40 ans, génèrent aussi des déchets radioactifs dits de « haute activité » (HA),
dangereux pour les humains pendant plus de 100.000 ans.

Dans la région, la colère des opposants bute depuis vingt ans contre la
nécessité pour la France de trouver une solution à la question sensible des
déchets, casse-tête d’une industrie nucléaire de plus en plus critiquée
notamment depuis la catastrophe de Fukushima au Japon.

« Les déchets existent et il faut les gérer », souligne Gérald Ouzounian,
responsable de la division internationale de l’agence en charge de la gestion
des déchets nucléaires, l’Andra.

Ces déchets sont pour l’instant entreposés dans les piscines de La Hague
(Manche). A la surface, ils sont exposés aux catastrophes naturelles voire au
risque terroriste.

L’Andra, qui a déjà dépensé un milliard d’euros dans ce projet, doit trouver
une solution pour les stocker durablement en garantissant la sécurité des
générations futures.

Après avoir étudié plusieurs pistes -envoi dans l’espace, stockage sous la
calotte glacière-, l’agence s’oriente désormais vers les entrailles de la
terre.

« Il faut faire le choix le plus probable. Cette roche n’a pas subi de
modification depuis 140 millions d’années », souligne Sébastien Farin, directeur
de la communication de l’Andra, en désignant l’argile grisâtre dans lequel sont
creusées les galeries. « Par contre en surface, on sait que depuis 140 millions
d’années il y a eu des changements. »

QUELLE LANGUE EN L’AN 30.020 ?

Equipés comme des mineurs de fond, ingénieurs et scientifiques creusent et
observent la roche depuis dix ans pour évaluer la sûreté du projet. Leur
objectif: retarder au maximum le rejet inévitable des éléments radioactifs dans
la nature.

« On ne pourra pas retenir la radioactivité pendant des millions d’années. Il
faut la limiter », dit Sébastien Farin. « Dans 400.000 ans environ, les déchets
de haute activité seront équivalents à la radioactivité naturelle. On travaille
sur un temps incommensurable pour un être humain », ajoute-t-il.

Pour obtenir l’autorisation de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), la
structure devra ainsi être conçue pour résister un million d’années -en
comparaison, les pyramides d’Egypte soufflent à peine leurs 4.500 bougies.

Le tombeau sera refermé après une centaine d’années d’exploitation, et 10.000
m3 de déchets haute activité et 70.000 m3 de moyenne activité (MA-VL) seront
confinés dans la roche.

Pour conserver la mémoire du site et avertir les générations futures du
danger -à un mètre d’un déchet HA, cinq à dix minutes suffisent pour recevoir
une dose létale de radioactivité-, les analystes de l’Andra étudient plusieurs
pistes comme la construction d’une pyramide, d’un musée ou encore l’oubli.

Quelle langue, quels symboles, quelles technologies seront utilisés dans
10.000 ou 100.000 ans? Faut-il envisager un réchauffement climatique ou
l’avènement d’une ère glaciaire?


la suite
http://lesmoutonsenrages.fr/2012/06/14/en-2025-les-dechets-nucleaires-rejoindront-enfin-leur-tombeau/#more-27043


finalement sa serait pas une mauvaise idée de les enterrer avec leurs saloperies!

</blockquote>

Voir le profil de l'utilisateur

48Re: Nucléaire Fukushima le Dim 17 Juin - 0:29

petite fleur 


Chevronné
Chevronné

Les deux unités d'Ohi (ou Oi),
exploitées par la compagnie Kansai Electric Power, ont été jugées sûres par
l'Agence de sécurité nucléaire, un comité ad hoc et les élus locaux. (Jiji Press
- AFP)


Le Premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, a ordonné samedi 16 juin le
redémarrage de deux réacteurs nucléaires de l'ouest du pays, une première depuis
l'accident de Fukushima provoqué par le tsunami du 11 mars 2011, selon plusieurs
médias nippons.

"Nous avons décidé ce redémarrage et les préparatifs d'une relance effective
sont en cours", a expliqué le ministre de l'Industrie, Yukio Edano, lors d'une
conférence de presse.

Cette décision a été prise samedi matin au terme d'un long processus et à
l'issue d'une réunion ministérielle au cours de laquelle le chef du gouvernement
a reçu l'accord définitif des autorités locales.


Unités jugées sûres par l'Agence de sécurité



Les deux unités d'Ohi (ou Oi), exploitées par la compagnie Kansai Electric
Power, ont été jugées sûres par l'Agence de sécurité nucléaire, un comité ad hoc
et les élus locaux.

Après avoir reçu le feu vert de la municipalité d'Ohi, le gouverneur de la
préfecture de Fukui, province où se trouvent ces deux tranches atomiques, a
transmis son consentement à Yoshihiko Noda ainsi qu'aux ministres concernés,
dont celui de l'Industrie et celui de l'Environnement.

Cette conclusion sans surprise intervient après un plaidoyer du chef du
gouvernement en fin de semaine dernière expliquant la nécessité de remettre en
marche les unités 3 et 4 d'Ohi.

Pétition réclamant l'abandon du nucléaire


"Mon jugement est que nous devrions réactiver ces réacteurs", avait expliqué
Yoshihiko Noda, justifiant sa pensée par la nécessité de prendre en compte les
répercussions négatives sur l'économie et la vie des citoyens d'une insuffisance
de courant, tout en promettant de tout faire pour qu'un accident tel que celui
de Fukushima ne se reproduise pas.

"Le parti au pouvoir prend des décisions horribles, alors même que la
nouvelle autorité de régulation nucléaire indépendante promise n'est pas encore
en place", a protesté un responsable de l'opposition, Nobuteru Ishihara.

Une pétition appelant à l'abandon de l'énergie nucléaire et rassemblant
quelque 7 millions de signatures a été remise au gouvernement vendredi par le
prix Nobel de littérature Kenzaburo Oe accompagné d'autres éminentes
personnalités, et des milliers de manifestants opposés à l'emploi de l'énergie
se sont rassemblés vendredi soir et samedi devant la résidence du Premier
ministre où se tenait la réunion décisive, mais Yoshihiko Noda avait par avance
prévenu que lui et son gouvernement assumeraient pleinement leurs
responsabilités devant la population en cas de relance.

D'autres réacteurs pourront être réactivés


"Il y a des opinions divergentes, mais le rôle des hommes politiques est de
prendre des décisions, c'est d'autant plus important dans les cas où tout le
monde n'est pas d'accord", a insisté Yukio Edano samedi.

Actuellement, l'ensemble des 50 réacteurs nucléaires de l'archipel sont
stoppés à cause des séismes ou pour des sessions de maintenance régulière.

Ceux d'Ohi sont les premiers susceptibles d'être réactivés, puisqu'ils ont
passé les examens de sécurité exigés depuis le drame du 11 mars à Fukushima, et
obtenu l'imprematur de toutes les instances compétentes.

D'autres unités ont également passé les tests et leurs résultats sont en
cours de validation. Si elles sont jugées sûres, elles devront aussi être
réactivées, a averti le gouvernement.
http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20120616.OBS8847/le-japon-relance-deux-reacteurs-nucleaires.html

Voir le profil de l'utilisateur

49Re: Nucléaire Fukushima le Lun 2 Juil - 0:37

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
après le japon l’Espagne ?

Incendie à moins de 5 km d'une centrale nucléaire espagnole.

le vent est dans la driection de cette dernière.

ce qui veut dire que le feu pourrait la toucher prochainement

les pompiers font ce qu'ils peuvent en espérant un changement de direction des vents .




http://america.infobae.com/notas/53537-Incendio-en-Valencia-acecha-una-central-nuclear

quelqu'un connais les conséquences si ce feu ce rend jusqu'à la centrale? est-ce dangereux?écoutez vos gouvernements respectifs .une vérité qui dérange ou un mensonge rassuré?

Voir le profil de l'utilisateur

50Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 23 Aoû - 14:21

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


C'est une petite piscine - et un désastre planétaire en puissance. Un cube en béton de onze mètres de profondeur, rempli d'eau et bourré de combustibles nucléaires usagés : 264 tonnes de barres très radioactives ! Depuis un an et demi, ce bassin dit de "désactivation" repose à trente mètres du sol sur le bâtiment ébranlé du réacteur numéro 4 de la centrale de Fukushima-Daiichi. Il n'est plus protégé ni par un toit solide ni par des murs, mais par une simple bâche de plastique blanche.
Ce scénario d'apocalypse obsède la plupart des chercheurs

Les risques d'une telle situation sont incommensurables. Si, à la suite d'un typhon (dont la saison commence fin août) ou d'un nouveau tremblement de terre, la piscine venait à se vider ou à s'écrouler, la catastrophe qui en résulterait serait probablement sans précédent dans l'histoire de l'humanité. La mise à l'air libre de ces 264 tonnes de combustibles nucléaires pourrait dégager dans l'atmosphère dix fois plus de radioactivité que l'accident de Tchernobyl, si ce n'est davantage. Ce serait, disent certains, la fin du Japon moderne et, en tout cas, une calamité pour l'ensemble de l'hémisphère Nord qui deviendrait gravement et durablement contaminé.



Sensationnalisme ? Délire catastrophiste de militants antinucléaires ? Malheureusement, non. Ce scénario d'apocalypse obsède la plupart des chercheurs sérieux qui ont étudié le dossier. Jusqu'en septembre dernier, le professeur Koichi Kitazawa présidait la prestigieuse Agence japonaise pour les Sciences et la Technologie (JST), qui n'est pas, loin s'en faut, une antichambre de Greenpeace. Cette année, il a dirigé une grande commission d'enquête sur l'accident nucléaire de mars 2011. "Après avoir écouté des centaines de témoins, ma conviction est faite, raconte cet universitaire respecté. A la centrale de Fukushima, le pire est peut-être à venir. A cause de la piscine du réacteur 4, un nouvel accident peut se produire n'importe quand, qui menacerait la survie même de mon pays." Et le scientifique ajoute :

Je prie pour que, dans les semaines à venir, une violente tornade saisonnière ne s'abatte pas sur la centrale."

la suite

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20120822.OBS0162/enquete-fukushima-et-si-le-pire-etait-a-venir.html

Voir le profil de l'utilisateur

51Re: Nucléaire Fukushima le Jeu 23 Aoû - 14:27

Guillaume 


Récurrent
Récurrent

Voir le profil de l'utilisateur

52Re: Nucléaire Fukushima Aujourd'hui à 15:33

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum