Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Ikhawi 


Habitué
Habitué
Moïse Maïmonide, à la fois Médecin, philosophe juif, commentateur de la Mishna, jurisconsulte en matière de Loi juive et dirigeant de la communauté juive d'Égypte, a beaucoup contribué à imposer l'explication rationnelle sur le pourquoi des commandements, celle qui aujourd'hui est la première vient à l'esprit. La question de l'hygiène et du porc en est un grand classique.

Mais ce n'est pas du tout ce qui était entendu au Ier siècle par le rédacteur du livre des Actes qui donnait un autre sens aux interdits alimentaires. Ce passage est souvent cité abusivement pour justifier la consommation du porc mais en réalité c'est une vrai réflexion sur la mise en pratique de la Torah.

L'interdit alimentaire n'y est pas un simple commandement à mettre en pratique sans raison, comme le pense Pierre au début. Il faut voir bien plus loin que ça. Dieu le guide dans son exégèse pratique de la Torah pour qu'il comprenne que derrière cet interdit se cache l'enseignement pour un Juif de ne pas se lier avec un étranger.

Jésus attirait déjà l'intention sur le faite que ces limites seraient amenées à sauter :

"Après l'avoir entendu, Jésus fut dans l'étonnement, et il dit à ceux qui le suivaient : Je vous le dis en vérité, même en Israël je n'ai pas trouvé une aussi grande foi. Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l'orient et de l'occident, et seront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux." (Matthieu 8.10-11)

Jésus transgresse également les limites de cette impureté qui s'étend jusqu'à certaines catégories de juifs qui travaillent pour l’empereur romain :

"Le Fils de l'homme est venu, mangeant et buvant, et vous dites : C'est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des gens de mauvaise vie." (Luc 7:33)

Le peuple élu n’existe à ce moment que par une muraille intérieure, qui traverse chaque juif : une conception défensive de la pureté, qui protégeait le croyant de la contamination des autres. Jésus déplace le lieu de la pureté : elle se loge dans ce qui sort de l’humain. Elle n’est plus ce qui menace l’individu en venant à lui, mais ce qui va de l’individu vers les autres, paroles et gestes.

Cette notion de pureté qui diffère de celle de ses adversaires change à elle seule la mise en pratique de la Loi jusqu'à atteindre une radicalité qui met face à la vie éternelle ou au châtiment.

"Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donné à manger; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire; j'étais étranger, et vous ne m'avez pas recueilli; j'étais nu, et vous ne m'avez pas vêtu; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité. Ils répondront aussi : Seigneur, quand t'avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t'avons-nous pas assisté ? Et il leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n'avez pas fait ces choses à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle." (Matthieu 25:42-46)

Ce qui entre en jeu n'est pas une fausse charité ou une morale quelquonc, ni un idéal humaniste. Jésus enseigne clairement qu'il n'y a pas d'autres façon de comprendre la Loi que celle-ci.

"Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité." (Matthieu 7:21-22)

Il est donc naïf de croire que le Christianisme abroge à un quelquonc moment donné ce qu'est sensé être la Torah. Donner de l'importance aux interdits alimentaires, favorise de tourner le dos à l'étranger, ce qui destine au châtiment éternel.

"Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir." (Matthieu 5:17)

Actes 10.9-28

"Le lendemain, comme ils étaient en route, et qu'ils approchaient de la ville, Pierre monta sur le toit, vers la sixième heure, pour prier.Il eut faim, et il voulut manger. Pendant qu'on lui préparait à manger, il tomba en extase. Il vit le ciel ouvert, et un objet semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins, qui descendait et s'abaissait vers la terre, et où se trouvaient tous les quadrupèdes et les reptiles de la terre et les oiseaux du ciel. Et une voix lui dit: Lève-toi, Pierre, tue et mange. Mais Pierre dit: Non, Seigneur, car je n'ai jamais rien mangé de souillé ni d'impur. Et pour la seconde fois la voix se fit encore entendre à lui: Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé. Cela arriva jusqu'à trois fois; et aussitôt après, l'objet fut retiré dans le ciel. Tandis que Pierre ne savait en lui-même que penser du sens de la vision qu'il avait eue, voici, les hommes envoyés par Corneille, s'étant informés de la maison de Simon, se présentèrent à la porte, et demandèrent à haute voix si c'était là que logeait Simon, surnommé Pierre. Et comme Pierre était à réfléchir sur la vision, l'Esprit lui dit: Voici, trois hommes te demandent; lève-toi, descends, et pars avec eux sans hésiter, car c'est moi qui les ai envoyés. Pierre donc descendit, et il dit à ces hommes: Voici, je suis celui que vous cherchez; quel est le motif qui vous amène? Ils répondirent: Corneille, centenier, homme juste et craignant Dieu, et de qui toute la nation des Juifs rend un bon témoignage, a été divinement averti par un saint ange de te faire venir dans sa maison et d'entendre tes paroles. Pierre donc les fit entrer, et les logea. Le lendemain, il se leva, et partit avec eux. Quelques-uns des frères de Joppé l'accompagnèrent. Ils arrivèrent à Césarée le jour suivant. Corneille les attendait, et avait invité ses parents et ses amis intimes. Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna. Mais Pierre le releva, en disant: Lève-toi; moi aussi, je suis un homme. Et conversant avec lui, il entra, et trouva beaucoup de personnes réunies. Vous savez, leur dit-il, qu'il est défendu à un Juif de se lier avec un étranger ou d'entrer chez lui; mais Dieu m'a appris à ne regarder aucun homme comme souillé et impur."

Ici craignant Dieu se réfère aux païens prosélytes/proches du Judaïsme qui pratiquent un certain nombre de rites mais pas tous notamment parce qu’ils répugnent à la circoncision. Le prosélytisme Pharisien est également mis en évidence ici :

"Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, car vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte; et quand il l'est devenu, vous le rendez enfant de la géhenne deux fois plus que vous" (Matthieu 23:15)

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum