anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 3]

petite fleur 


Chevronné
Chevronné





Certains appellent l’aromathérapie, la médecine par l’odeur. L’aromathérapie utilise les plantes en extrayant les essences par des procédés de dissolutions, de pressurage, de macération ou de distillation.
La transformation des plantes en essences ou huiles essentiels fait perdre à certaines plantes leurs propriétés naturelles. ’’Celle de la tisane’ par exemple et leurs en fait acquérir de nouvelles aussi ne prescrira-t-on pas les essences de la même manière que les tisanes de plantes.
Les essences et les huiles essentiels possèdent de puissantes propriétés antiseptiques, mais aussi bactéricides et anti-inflammatoires. Les essences détruisent les bactéries et les virus tout en stimulant le système immunitaire, ce qui constitue un avantage indéniable. Signalons que certaines essences sont très actives et il faudra toujours se montrer circonspect avec l’aromathérapie .Par voie interne, soyez prudent notamment avec les essences d’abstîntes, de sauge, d’hysope, de thuya, de tanaisie, de romarin.
Les huiles essentiels présentent une structure très complexe, combinaison de nombreuses molécules : alcools, aldéhydes, acides, phénols, esters, acétones, terpène. Les essences peuvent diffuser leurs bienfaits par le biais de diverses utilisations. En application, en massage, dans le bain ’’quelques gouttes dans un bain chaud’’ en inhalation ‘’quelques gouttes dans un bol d’eau chaud’’ ou en usage interne.

Elles agissent particulièrement à travers la peau, probablement par les pores qui sécrètent le sébum ou produisent la sueur. Extrêmement volatils, les principes des huile..’’ Huile d’amende d’eau douce ou de soya’’ pour éviter les irritations dues à leurs puissant effet. Les essences de plantes ne ce dissolvent que difficilement dans l’eau pour les absorber vous devez les mélanger, a un yaourt, de la confiture ,du miel ou sur un morceau de sucre.

Voici quelques vieilles recettes de nos grandes mères.

Arthrite

Préparer un mélange avec une goutte de thym, une de romarin, une de genièvre, une de sassafras ‘’ à proscrire pour la femme enceinte’’ et une tasse d’huile d’amende douce. Frictionner la zone douloureuse puis , couvrir d’un linge humide et chaud. Répété l’opération 4 fois/ jour.

Bronchite

Utiliser le mélange suivant dans le bain

Posologie
‘’10 gouttes’,’ en inhalations ‘’
4 gouttes’’ ou en frictions sur la poitrine ce mélange suivent
La recette
: Une goutte d’eucalyptus, une d’hysope, une de pin et une tasse d’huile d’amende douce.
En orale, les essences associées de thym, de niaouli, de pin et de menthe sont également efficace.

Grippe

Contre la grippe, prendre plusieurs fois par jour deux ou trois gouttes de cannelle du miel.
Nervosité
Préparer une huile de massage avec deux gouttes de néroli, deux de mélisse et 4 cuillères à café d’huile de soya et se frictionné la poitrine. Ajouter au bain deux gouttes de néroli et deux gouttes de mélisse. ou bien trois gouttes de petits grain et trois de sarriettes.

Pellicules

Frictionner trois ou quatre fois par semaine le cuir chevelu avec la lotion suivante : une infusion préparée avec 50 grammes de sauges et un demi-litre d’eau auquel on ajout deux goutte de sauge et deux de thym.

Rhumatismes

Préparer un mélange avec une goutte de genièvre, deux de romarin et deux d’origan avec une tasse d’huile d’amende douce. Frictionner les zones douloureuses. Répéter l’opération quatre fois par jour.

Purifier l’atmosphère de la maison

Placer une coupelle sur une lampe diffuseur. Et verser tous les jours quelques gouttes d’essences de thym, de lavande, d’aiguilles de pin et d’eucalyptus. Cette opération permet également de prévenir les grippes, les bronchites, ainsi que les sinusites.

Rhume

Se frotter la poitrine, la région des sinus et l’intérieur des narines avec ce mélange : une goutte d’essence de pin une de eucalyptus une de girofle et une tasse d’huile d’amende d’eau douce.

Dans un bain
Verser deux gouttes d’eucalyptus et deux de niaouli

Œdèmes

Masser la zone concernée avec une préparation contenant cinq cuillérées à soupe d’huile d’amende douce, une goutte de petit grain, une d’orange et une de rose.

Fatigue

Ajouter au bain cinq gouttes de genièvres, cinq de cannelle, et cinq de girofles. on peut aussi ajouté au bain quatre ou six gouttes d’ylang-ylang pour un effet tonique général, voire légèrement aphrodisiaque.

Les herbes aromatiques et condimentaires.
De très nombreuses herbes utilisés en cuisine pour assaisonner les plats peuvent également être considérées comme des plantes médicinales tant leurs propriétés préventives et curatives sont nombreuses et avérés.

Anis

L’anis en infusion ‘’une cuillère à café de graines par tasse’’ traite les gaz et favorise la lactation, la digestion. Il réduit les spasmes de l’estomac, les palpitations et l’aérophagie. L’anis est également utile dans le traitement de l’asthme et de la toux.

Basilic

Les vertus antispasmodiques du basilic sont connues depuis l’Antiquité. :il est souverain contre les spasmes, les migraines nerveuses, les angoisses, les vertiges.il possède aussi des propriétés carminatives et stomachiques et résout bien des problèmes de digestion .l’infusion de feuilles de basilic se prépare en comptant une bonne pincée de feuilles et de sommités fleuries par tasse.

Cefeuil

Le cerfeuil est dépuratif, digestif, diurétique, vulnéraire et emménagigue.il est indiqué en cas de troubles du foie, de digestion difficile, de calculs rénaux et de l’lymphatisme. Les cerfeuils, hormis son usage culinaire, se prépare en infusion ‘’une cuillérée à a soupe par tasse.’’ Les femmes qui allaitent ne devront pas consommer de cerfeuil car il réduit ou stop les sécrétions lactées.

Coriandre

La coriandre à des propriétés antiseptiques et diaphorétiques. On l’indique en cas de grippe, de refroidissement, de fièvre et contre les paresses digestives et hépatiques.

Cumin

Les fruits du cumin utilisé en cuisines et pour les tisanes, possèdent des vertus antiseptiques, digestives et diurétiques. Aucun trouble digestif ne résiste au cumin et il a une action très favorable de régulation sur le flux menstruel.

Estragon

L’estragon a des propriétés emménagogues, antiscorbutiques mais également antiseptiques et carminatives qui soulageront les personnes souffrant de gaz.

Fenouil

Le fenouil frais est une bonne source de vitamines A et C. il est efficace contre l’asthénie, l’aérophagie et les gaz. Avec les graines, on prépare des tisanes aux vertus carminatives expectorantes, apéritives et digestives.il est utile pour traites les enrouements, la toux, les problèmes digestifs, la mauvaise haleine, le météorisme.

Marjolaine ou l’origan

Ses propriétés sont antispasmodiques, toniques, stomachiques, carminatives, expectorantes et digestives. elle se révèle efficace contre les migraines, les rhumes du cerveau et les toux diverses.la marjolaine est un vasodilatateur artériel et ses vertus calmantes la rende par ailleurs précieuse en cas d’insomnies, de nervosité, d’excitabilité ; il semble qu’à forte dose elle soit anaphrodisiaque et diminue les appétit sexuels.la marjolaine apaise les douleurs et spasmes de l’estomac, l’aérophagie et facilite la digestion. La marjolaine se prend en infusion à raison d’une cuillère à café par tasse boire deux a trois tasses par jours.

Il existe plusieurs sortes d'origan dont certaines comme la variété majorum, peu active côté thérapeutique, analyses chimiques et simples test de gouts le confirmant, est la variété grecque et ou méditerranéenne d'origine, la plus concentrée en principe actifs bactéricides dont le carvacrol. Ses feuilles s'ajoutent en fin de cuisson dans les quiches, pizzas, sauces et potage maison, si réconfortant l'hiver.
En traitement antiviral, bactéricide ou casse-grippe, on préconise l'huile essentiel de la plante sauvage des collines grecques ou encore de culture canadienne certifié bio.il est fortement recommandé de la prendre diluée dans le l'huile d'olive, pas plus de deux gouttes à la fois et sur une courte période, comme toutes les essences et plantes caustiques.


Menthe

La menthe possède des propriétés digestives, carminatives, antiseptiques, calmantes, antispasmodiques, dépuratives, résolutives et vulnéraires. On l’administre en cas de nervosité, de spasmes de l’estomac , de digestion difficile, de nausées, de migraines, de mauvaises haleines.la menthe se consomme fraiche et se prépare en infusion de feuille à raison d’une cuillère à café par tasse.

Persil

Le persil frais constitue une source remarquable de vitamine C (deux cuillères à soupe de persil frais fournissent a l’organisme sa ration quotidienne de vitamine C).il est de plus riche en fer , en potassium.il constitue un excellent reconstituant et ne peut qu’être recommandé aux anémiés, aux fatigués et aux convalescents. Le persil contient une substance proche de la folliculine et sera pour cette raison apprécié, en infusion, des femmes souffrant de règles douloureuses. le persil s’avère efficace contre le météorisme ‘’ les graines de persils surtout’’, l’hypertension ‘’graine’’ l’hydropisie, les leucorrhées, les calculs. Les femmes qui allaitent éviteront le persil, qui stop la lactation. L’infusion de feuilles se prépare avec deux poignés par litre d’eau et la décoction de graines avec une cuillerée café par tasse.

Sarriette

La sarriette possède des propriétés astringentes, apéritives, digestives, stomachiques, antispasmodiques, toniques et légèrement aphrodisiaques. Elle se révèle un bon tonique et équilibrant du système nerveux. Elle est utile contre les spasmes, notamment de l’estomac, elle ouvre l’appétit et facilite les fonctions digestives. Elle est à recommander aussi contre les diarrhées et spasmes de l’intestin (colite par exemple),
La tisane de sarriette se prépare en infusion avec une bonne poignée par litre d’eau frémissante. en prendre trois a quatre tasses par jours avant ou entre les repas.

Raifort

Notre brave (poivre du Nord) est avant tout une racine charnue facile à cultiver. Antiseptique, anti-inflammatoire et pectoral, très efficace contre les allergies. c’est aussi un puissant tonique circulatoire périphérique qui réchauffe les sens et le sang! On en trouve même au frigidaire des épiceries, mariné dans le vinaigre, hélas blanc et pas bio.

moutarde


Moutarde
Ah ! La moutarde! Merveilleux condiment surtout utilisé en accompagnement des charcuteries et autres viandes plutôt indigestes, c’est aussi un incontournable de nos recettes dites de grand-mères. Qui des boomers n’ont pas entendu parler des fameuses mouches de moutardes? il s’agit d’un cataplasme de poudre de moutarde diluée dans de l’eau chaude et appliquée le plus souvent dans le dos à la hauteur des poumons, autant pour faciliter l’expectoration des toxines ‘’ faire sortir le méchant’’ en provoquant une sudation effet fébrifuge ou révulsif. Méthode toujours efficace mais, pour éviter les brulures, surtout en cas de peau sensible et celle plus fine des enfants, il est recommandée de diluer la poudre de moutarde dans 4/5 de poudre de graine de lin broyée.
Dans la cuisine, la poudre ou la moutarde fraiche reste un bon condiment d’accompagnement aux effets digestifs, cholagogues, lipotrope-piques et même parasiticides, comme beaucoup de concentrés sulfurés des familles des brassicales. Ex-crucifères selon l’ancienne appellation botanique.



Romarin

Ses propriétés sont fortifiantes et stimulantes, on prétendit même qu’il était capable de repousser les limites du vieillissement.il constitue un bon cardiotonique et est utile pour lutter contre le cholestérol, les insomnies nerveuses, les digestions difficiles, les flatulences, les migraines et tous les troubles hépatiques et biliaire. Pour l’infusion, compté une cuillère à café de feuille par tasse.


Laurier

Les feuilles de laurier, utilisés en cuisine ou préparées en infusion font des miracles en cas de digestions difficile et laborieuses ou fermentations gastrique. Le laurier a également des vertus sudorifiques et sédatives, précieuses pour les personnes touchées par la grippe ou refroidissement avant de dormir pour ce relaxer prendre un bain dans lequel on ajoutera une macération de 400 grammes de baies et de feuilles de laurier.

Sauge

Les propriétés de la sauge sont multiples; antispasmodiques, antiseptiques, stomachiques, emménagogues, toniques, digestives, expectorantes, diurétiques et calmante. Elle constitue un excellent calmant et nervosité, de neurasthénie ou d’états dépressifs. On la recommande pour traiter les troubles des ménopauses, les règles rares ou insuffisantes, les problèmes de peau liés à un dérèglement hormonal .elle est indiquée en cas de migraines, de vertiges, de refroidissement, de toux et de bronchites. La sauge se prépare en infusion. Compter une grosse poignée par litre d’eau bouillante et en boire trois tasses par jour.

Thym

Le thym possède des propriétés balsamiques, toniques, stimulantes, digestives, carminatives, antispasmodiques, fébrifuges. C’est aussi un puissant antiseptique.il exerce une action remarquable sur les rhumes de cerveau, les états fébriles, les toux grasses, sèches ou convulsives. Il constitue un bon calmant et tonique du système nerveux, appréciable en cas d’angoisses, d’insomnies, de migraines et de stress. Le thym se révèle également efficace contre l’hypotension, la fatigue générale, le manque d’appétit, les diarrhées.la tisane de thym se prépare en infusion. Compter l’équivalent d’une branche par tasse d’eau bouillante. Prendre trois fois par jour ou plus. L’infusion de thym a un gout agréablement parfumé et peut très bien à l’occasion remplacé le thé, le café du matin.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Lexique des propriétés thérapeutiques des plantes

Adoucissant : qui exerce une action apaisante sur les muqueuses.

Analeptique : qui tonifie et stimule l’organisme.

Analgésique : qui réduit sensiblement la douleur ou la supprime en agissant sur le système nerveux
.
Anaphrodisiaque : qui calme ou supprime les ardeurs sexuelles.

Anthelminthique : qui a des propriétés vermifuges et reconstitution des globules rouges.

Anti diarrhéique : qui agit sur l’intestin et combat les diarrhées.

Antifungique : qui arrête les vomissements.

Antiémétique : qui stoppe ou prévient le développement des champignons.

Antiémétique : qui arrête les vomissements.

Antihémorragique : qui réduit ou stoppe les saignements et hémorragies.

Anti-inflammatoire : qui combat les inflammations et leurs symptômes.

Antipyrétique : qui combat la fièvre.

Antiscorbutique : qui détruit les microbes ,qui prévient les infections et luttes contre elles.

Antiseptique : qui détruit les microbes, qui prévient les infections, les contractures, les spasmes nerveux.

Antispasmodique : qui calme les convulsions, les crampes, les contractures, les spasmes nerveux.

Anti sudorifique : qui réduit la production de sueur.

Apéritif : qui ouvre l’appétit

Aphrodisiaque : qui réveil les appétits sexuels.

Astringent : qui favorise la circulation, resserre les tissus et limite les sécrétions.

Balsamique : qui calme les inflammations et les irritations, particulièrement celles des voies respiratoires.

Béchique : qui calme la toux et les irritations des voies respiratoires.

Calmant : qui agit sur le système nerveux, apaise et favorise le sommeil.

Cardiotonique : qui stimule et fortifie l’appareil cardiaque.

Carminatif : qui élimine les gaz

Cholagogue : qui aide à évacuer la bile en agissant sur la vésicule.

Cholérétique : qui accélère et augmente la production et l’évacuation de la bile en agissant sur les cellules hépatiques.

Cordial : qui tonifie et fortifie l’organisme.

Dépuratif : qui accompagne, facilite la digestion et stimule l’activité de l’estomac.

Diurétique : qui stimule les fonctions rénales et accroit le volume des urines.

Émétique : qui provoque le vomissement.

Emménagogue : qui provoque, facilite et régularise les menstruations.

Émollient : qui adoucit en calmant et en amollissant les tissus et les muqueuses enflammés ou irrités.

Expectorant : qui agit sur les voies respiratoires en facilitant l’expulsion ou la résorption des sécrétions et des glaires.

Galactophage : qui réduit ou stoppe la sécrétion lactée.

Galactogène ou galactagogue : qui favorise et augmente la sécrétion lactée.

Hémostatique : qui stoppe le flux sanguin, arrête les saignements anormaux et les hémorragies.

Hypertenseur : qui fait monter la tension du réseau artériel.

Hypotenseur : qui fais baisser la tension.

Laxatif : qui opère comme un purgatif sur les intestins et permet l’évacuation des matières fécales.

Narcotique : qui tend à anesthésier la sensibilité, provoque la détente et le sommeil.

Pectoral : qui agit favorablement sur l’appareil respiratoire dans son ensemble.

Purgatif : qui active et favorise les évacuations intestinales.

Reminéralisant : qui apporte des substances minérales et contribue à leur équilibre.

Résolutif : qui traite les inflammations et les engorgements et élimine les douleurs qui leurs sont liées.

Sédatif : qui calme la douleur ou tout simplement apaise.

Soporifique; qui provoque le sommeil.

Stimulant : qui tonifie et active les différentes fonctions de l’organisme.

Stomachique : qui stimule l’estomac et favorise la digestion.

Tonique : qui stimule l’organisme et lui redonne de l’énergie.

Vermifuge : qui chasse les vers des intestins.

Vulnéraire : qui active la circulation et la guérison des plaies ou ulcères.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
le seul problême certain on pas de cartes de crédits ,il demande encore des pésos...alors on va donner les recettes gratuitement et instruire gratuitement.. nous avons recu gratuitement donnons gratuitement...apprendre a cultivé aussi un excellent anti stress .

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




Les légumes



Les légumes présentes des avantages et bienfaits similaires à ceux des fruits. Leurs caractéristiques générales sont une forte teneur en eau et une faible valeur énergétique « l’essentiel des calories étant porté par des glucides constitués principalement d’amidon et pour certain comme la carotte, des saccharose ». Ils contiennent peu de lipides et de protéines, mais celles-ci sont de bonne valeur et de bon équilibre biologique. Ils sont riches en vitamines, sel minéraux et oligoéléments ainsi qu’en fibres alimentaires.



Ail



L’ail possède de très nombreuses propriétés curatives. Il possède des vertus vasodilatatrices et agit favorablement sur le cœur, la circulation sanguine et l’ensemble de système veineux.il aide à combattre le cholestérol. Il est utile pour lutter contre les vers et les troubles intestinaux. Pour faire disparaitre les corps, les verrues et les durillons, piler une gousse d’ail et l’appliquer en cataplasme en protégeant par sparadrap, matin et soir.



Artichaut



L’artichaut est faiblement calorique mais, à son désavantage, il contient peu de vitamine et sels minéraux. Son principal intérêt réside dans les propriétés dépuratives, digestives et cholagogues de ses feuilles. Il stimule les fonctions hépatiques et biliaires. Toutes les personnes souffrant de paresse du foie, de calcul se trouveront soulagées par une décoction de feuilles d’artichaut. Ce légume aide, par ailleurs, à dissoudre le cholestérol et a faire baisser le taux d’urée. Pour la décoction, les feuille dentées de la tige sont plus efficaces que les feuilles que l’on consomme » compté une cuillerée a café de feuilles coupées par tasse d’eau »



Bette, blette ou carde

Leurs gout un peu fade ne doit pas faire oublier que les bettes sont riches en vitamines « A et C surtout » et de sels minéraux. Très riches en fibres, elles ont des propriétés laxatives certaines. La bette et son eau de cuisson ont également des vertus diurétiques et aident a résoudre les inflammations urinaires. Ce légume contient en forte proportion de l’acide oxalique et sera déconseillé aux personnes souffrant de lithiase, notamment.



Carotte



Peu énergétique, la carotte contient de nombreux sels minéraux dont du phosphore, du potassium et du calcium et elle est particulièrement riche en provitamine « A » elle contribue à préserver la vue et à augmenter l’acuité visuelle. On attribue à la carotte une action bénéfique, raffermissante et même rajeunissante sur les tissus. Ce légume possède également des propriétés émollientes, cholagogues et diurétiques. Elle stimule les fonctions biliaires et la sécrétion lactée. Le jus de carottes possède aussi des vertus propres à soulager l’enrouement, la toux, les bronchites et les accès d’asthmes. Parfait pour les temps qui court. On peut également donner un morceau de carotte à mâcher aux jeunes enfants pour soulager et stimuler la percée dentaire. Les brulures seront soulagées par l’application d’un cataplasme de carottes râpées.



Céleri



Céleri-branches ou céleri-rave son peu énergétiques et conviennent aux régimes amaigrissants mais, ils sont malheureusement peu intéressants du point de vue nutritionnelle, surtout le céleri-branche « peu de vitamines et de sels minéraux »le céleri a une action dépurative et diurétique importante .on attribue également au céleri des vertus aphrodisiaques : sa forte action diurétique provoque une légère irritation des voies génito-urinaires entrainant une stimulation érotique.



Concombre



Très faiblement calorique puisqu’il contient jusqu’à 96% d’eau, il a une action diurétique et dépurative importante et soulage les calcul de la vessie, les rhumatismes et la goutte. Le concombre tonifie l’organisme. Il est riche en fer et en fibre « les personnes aux intestins fragiles le supporte parfois mal »



Cresson



Le cresson est peu énergétique et contient en fortes proportions des sels minéraux « potassium, calcium, fer, souffre » et des vitamines « C et A » il tonifie et renforce les défenses de l’organisme. il possède également des propriétés dépuratives, diurétiques et apéritives. Pour conserver ses vertus curatives, le cresson doit être consommé cru. Mâcher tous les jours quelques feuilles de cresson aide a renforcer les gencives. Attention cependant, il arrive que le cresson sauvage surtout soit porteur d’un parasite, la douve, qui génère des maladies hépatiques parfois graves et douloureuses.



Épinard



On considère, à tort, les épinards comme l’une des principal sources de fer de l’alimentation : le persil, le foie, le cacao, les moules en contiennent beaucoup plus. Les épinards apportent par contre de bonnes proportions de vitamines « B9 ou acide folique, de vitamine A, C et K » ils tonifient et renforcent l’organisme et conviennent bien aux personnes fatiguées. Le jus de cuisson des épinards est souverain en cas d’anémie mais contre indiquer en cas de troubles hépatiques. Les épinards contiennent de l’acide oxalique qui en interdit la consommation aux personnes souffrant de maladies rénales et de rhumatismes.



Fève

L’intérêt nutritionnel des fèves est indéniable. C’est le légume sec le plus riche en minéraux et il contient beaucoup de vitamine du groupe « B » les gousses de fèves préparés en décoction soulagent les cystites, les lithiases urinaire et les troubles de la prostate. Pour soulager les panaris, tremper le doigt dans une macération de feuille de fève chaude « dans une tasse d’eau, faire macérer une poignée de feuille de fève.



Haricot



Les haricots verts contiennent en des proportions intéressantes du calcium, du phosphore, de l’iode. Très peu caloriques « ils ce composent à 90% d’eau » ils conviennent pour une alimentation de régime et peuvent être consommé par les personnes diabétiques. Ils contiennent fibres et cellulose qui les rendent précieux aux sujets souffrant de constipation. Les haricots verts ont également des propriétés stimulantes sur le système nerveux et le pancréas.

Les cosses de haricot préparées en décoction « un poignée par litre d »eau » sont diurétiques et ont une action bénéfique en cas d’albuminurie et de diabète.



Laitue



Excessivement peu calorique, la laitue apporte calcium, potassium et vitamine A riche en cellulose, elle favorise le transit intestinal. La laitue a des vertus calmante et bénéfiques sur le système nerveux : consommée le soir, elle apaise les nerveux :P et favorise leurs sommeil. On lui attribue également une action certaine sur la régénération et la conservation des tissus. Rhumatisme et incontinent tireront également de grand bénéfices de la consommation de laitue.



Oignon



Les oignons sont très riches en phosphore, en silice et en iode et contiennent des vitamines A, C et B. Ils stimulent les activités intellectuelles, ont une action protectrice sur les os et les artères et participent a la lutte contre l’ostéoporose. L’oignon constitue également un excellent diurétique. Contre les rhumatismes, préparer une décoction dans un litre d’eau avec trois oignons coupé « boire deux verre par jour » contre les migraines faire des cataplasmes d’oignons crus sur le front. Pour traiter les abcès et les furoncles, préparé des cataplasmes d’oignons cuits au four, contre les bourdonnements d’oreille, placer dans l’oreille un coton imbibé de jus d’oignon.

Poireau



Peu énergétique « 42 kcal pour 100 g. » il convient bien aux personnes suivant un régime amaigrissant. Le poireau est riche en souffre et contient du phosphore, du calcium et du fer. Riches en celluloses, les poireaux facilitent le transit intestinal. Ils possèdent également des propriétés diurétiques. Le bouillon de poireaux est particulièrement recommandé en cas d’albuminurie, d’excès d’urée, de rhumatismes et de trouble urinaires et rénaux.



Pomme de terre



La pomme de terre est injustement traitée. On l’accuse d’être un plat de pauvre alors que la pomme de terre s’avère nutritive ment très intéressante : elle contient de nombreux sels minéraux, des glucides et des vitamines C et B. elle a la faculté de reminéraliser l’organisme et constitue un apport précieux pour les personne convalescentes. Ce légume a des propriétés diurétique et antispasmodiques utiles en cas de spasmes, de crampes, de névralgies .la pomme de terre peut être très bénéfiques .elle constitue par ailleurs un bon coupe-faim car elle procure une rapide sensation de satiété sans apporter trop de calories. On accuse la pomme de terre de faire grossir, à tort : la pomme de terre ne fournit que 76 kcal pour 100 g, par contre les pommes de terre frites en apporte 400!

Attention, les pommes de terre germées ou verte ne doivent pas être consommées, car elles contiennent une substance toxique, la solanine.



Radis



Peu caloriques, les radis contiennent des sels minéraux et de la vitamine C qui permettent de renforcer les défenses de l’organisme. Les fanes des radis roses préparées en potage constituent une bonne source d’acide folique et de fer.

Le radis noir stimule et régularise les f onctions biliaire. Les radis roses ou noirs possèdent de nombreuses propriétés stimulantes, expectorantes, diurétiques, dépuratives et antiseptiques. ils sont indiqués contre la toux, les rhumatismes et les lithiases.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




Les fruits

Les fruits sont dans l’ensemble peu énergétiques, pauvres en lipides et protéines, riches en eau, en vitamines « C, A et du groupe B dans une moindre mesure, en sel minéraux. » La consommation de fruits frais participe à l’équilibre alimentaire si indispensable et évitent les déficits vitaminiques, participent à la bonne santé du corps, à l’entretient et à la régénération des cellules, aident ç faire reculer et à prévenir des troubles tels que maladies cardio-vasculaires,artérioscléose,rhumatismes,goutte,colique,néphrétiques,indfections,fatigue Du fait de leur forte teneur en sels minéraux ils ont dans l’organisme un rôle fortifiant, reminéralisant, recalcifiant et anti-anémiant. Leur richesse en fibres alimentaires leurs permets également de soigner ou limiter la constipation, les douleurs intestinales, les risques cardio-vasculaires et les prises pondérales.

Abricot

L’abricot est moins calorique et riche en sucre qu’il n’y parait « 50 kcal pour 100 g et 10 g de glucides pour 100 g. » Il est riche en sels minéraux et notamment en potassium. Sa teneur en provitamine A est particulièrement remarquable puisque consommer deux ou trois abricots suffit a assurer les besoins journaliers en vitamines A. L’abricot, par sa composition, favorise la régénération cellulaire et retarde les effets du vieillissement : il aurait, selon certains, le pouvoir d’accroitre la longévité. Ce fruit contient des fibres en grande quantité et facilite le transit intestinal.

Amende

L’amande est, comme tous les fruits oléagineux, très énergétique « 620 kcal pour 100 g d’amende sèches » et riche en acides gras mono-insaturés. L’amande contient des sels minéraux en forte proportions, notamment et du magnésium, du phosphore, du calcium et du fer et un peu de vitamines du groupe B. L’amande a un effet bénéfique et stimulant sur le système nerveux et favorise la calcification des os.

Ananas

Fruit exotique faiblement énergétique « 50 kcal pour 100 g », l’ananas possède plusieurs attraits. Il est riche en vitamines, notamment C et A, et en potassium. Il contient des enzymes, la bromé line à l’action favorable à la digestion en général et des protéines en particuliers. Certaines théories ont fait de ce fruit la base de régimes amaigrissants dont l’efficacité demande encore à être sérieusement démontrés, mais son action stimulante sur la digestion semble ne pas être mise en doute. On lui attribue également des vertus dépuratives et désintoxiquant es, ainsi que la faculté d’aider à lutter contre l’artériosclérose. Sa forte teneur en fibre lui confère des propriétés laxatives intéressantes. Il est également diurétique et emménagogue. Le jus de l’ananas pas tout à fait mur est vermifuge.

Banane

La banane est un fruit très riche en amidon; au fur et à mesure du murissement, l’amidon se transforme en glucose, aussi la banane bien mures est-elle un fruit très énergétique. Par contre la banane verte peut très bien être consommée par des personnes diabétiques ou suivant un régime amaigrissant. Très nutritive, elle est recommandée aux enfants, aux personnes âgées et aux convalescents.

Cassis

Le cassis contribue dans l’alimentation à l’apport de provitamine A et de vitamine C « notamment 100 à 300 mg pour 100 g. » Il contient dans des proportions non négligeables du calcium, du fer et du potassium. Ce fruit possède des propriétés revitalisantes et tonifiantes. Les feuilles de cassis préparées en infusion contre l’acide urique et s’utilisent en cas de goutte, de rhumatismes et d’arthrites. Elles ont également une action bénéfique sur la circulation sanguine. L’infusion de baie une poignée pour un demi-litre d’eau s’utilise en gargarismes ou bains de bouche contre les infections de la bouche et de la gorge.

Cerise

La cerise est un fruit assez calorifique « 75 kcal pour 10 g », riche en glucides. Sa teneur en potassium et en vitamine A est intéressante. Ce fruit contient beaucoup de fibres et rend de grands services aux personnes souffrant de constipation. Cependant sa peau peut avoir une action irritante sur les intestins fragiles. Les queues de cerises se préparent en décoction « une poignée ou deux par litre d’eau, trois tasses par jour » et possède une forte action diurétique et drainante qui explique leurs indication notamment lors de régimes amaigrissants. La décoction de queues de cerises a également une action bénéfique sur les troubles et inflammations urinaires, la goutte et l’arthrite.

Citron

Peu calorifique et pauvre en glucide « 8 g pour 100 g », le citron est une source précieuse de sels minéraux « calcium notamment » et de vitamine C « entre 30 et 100 mg pour 100 g », il est d’ailleurs éminemment antiscorbutique. Le jus de citron fortifie l’organisme il est l’ami des personnes fatiguées, convalescentes ou anémiées. Le jus de citron possède des vertus antiseptique et astringente : on le consomme contre les rhumes, grippes, fièvres et en bains de bouche contre les aphtes : il entre également dans la composition des gargarismes contre les maux de gorge. Le jus de citron facilite la digestion tout en ouvrant l’appétit; malgré son gout acide, il limite l’acidité de l’estomac. On a recours également au jus de citron contre le hoquet, les insuffisances et paresses du foie tous les matins a jeun aide à faire baisser le taux d’urée et à lutter contre la goutte et les rhumatismes. Les pépins de citrons broyés sont fébrifuges et vermifuges. Une application de jus de citron matin et soir pendant une semaine, soigne les ongles cassant, et l’application deux fois semaine d’une lotion à base de jus de citron atténue les rides et éclaircit le teint. Un brossage hebdomadaire au jus de citron aide à garder les dents blanches.

Citrouille-potiron

Avec sa chair orange, aucun doute, le potiron est riche en provitamine A, et c’est, dans le domaine des vitamines et des sels minéraux, son seul intérêt, car il en est relativement dépourvue. La chair de la citrouille est peu calorifique et très riche en fibres, elle sera appréciée des constipés. Les graines de citrouille constituent l’un des plus remarquables remèdes qui existe contre le vers solitaire ou ténia : » on les mangera tel quel ou pilées à raison d’une cuillerée à soupe par jour, le matin, de préférence »ou on les préparera en décoction « une cuillerée à café par tasse d’eau ».

Coing

Le coing ne se consomme pas tel quel en raison de son âpreté mais en gelée ou compote. Riche en potassium, il est en revanche pauvre en vitamines. L’intérêt de ce fruit réside dans sa forte teneur en pectine : il a donc des propriétés astringentes et lutte efficacement contre les diarrhées.

Figue

Sa teneur en potassium, calcium, magnésium et fer en fait son principal attrait nutritif « souvenez-vous que la figue fraiche apporte environ 80 kcal pour 100 g et la figue sèche environ 275! ». la figue fraiche, riche en fibres, a également une action laxative intéressante. Attention, la figue sèche contient en importante proportion de l’acide oxalique, ce qui l’interdira aux personnes souffrant de maladies rénales. La décoction de figues sèches « 100 g de figues dans un litre d’eau » s’avère efficace contre la toux sèche. Pour faire disparaitre les verrues, humectez-les avec du latex de figuier jusqu’à ce qu’elle se détache d’elles-mêmes.

Fraise

Peu calorifiques « 36 kcal pour 100 g » et pauvres en glucides « 7 g pour 100 g », les fraises sont riches en potassium et calcium et contiennent, quoique en proportions moyennes, des vitamines C. l’ingestion de fraise est parfois à l’origine de certaines réactions allergiques urticantes. Par leur composition les fraises alcalisent les urines; leur consommation est indiquées en car d’arthrite, d’hypertension, d’artériosclérose. La racine du fraisier possède des propriétés astringentes, toniques, diurétiques et dépuratives. La décoction de racines et de feuilles de fraisiers « une poignée par litre s’avère utile en cas d’affections des voies urinaires, de blennorragie, de rhumatismes ou de goutte. Pour finir, écraser une fraise sur votre brosse à dents aide à éliminer progressivement le tartre.

Groseille

Les groseilles peuvent être dégustées sans risque de prise de poids, elles sont faiblement énergétiques et contiennent peu de glucides. Elles sont relativement riches en vitamines C et ont une action tonifiante sur l’organisme et le système nerveux. Leur consommation est indiquée aux personnes souffrant d’inflammation de l’appareil digestif et urinaire. Pourvues de fibres, elles ont d’intéressantes propriétés laxative et également diurétiques.

Myrtille

Plus encore que la groseille, la myrtille apporte peu de calories « 16 kcal pour 100 g » et contient en très faible proportions des glucides « 2,4g pour 100g » elle s’avère bienfaisante en cas de troubles circulatoires et veineux et aide à prévenir les problèmes liés à l’hypertension. Son jus a des propriétés antiseptiques et elle est réputée pour accroitre l’acuité visuelle et préserver la vue. La myrtille possède des vertus désinfectantes et astringentes utiles dans le traitement des infections de l’appareil digestif.

Olive

Les olives contiennent en de bonnes proportions des sels minéraux. Elles sont très calorifiques et les olives noires jusqu’à fois plus que les vertes « 350 kcal pour 100 g » ; cela tient à leurs teneur en lipides. De par leurs mode de conservation, elles sont très riches en sodium et elles ne sont pas recommander dans le cas de régime hyposodé. Les olives aident ç résoudre les sables de calculs des vésicules biliaire. Elles sont également recommandées en cas de constipation ou de colite. Les feuilles d’olivier, comme les fruits, facilitent la résorption des calculs biliaires. L’infusion de feuilles « une poignée par litre d’eau » est indiquée en cas de fièvre, d’hypertension, d’inflammation des voies urinaires, de calcul, de goutte et de rhumatismes.

Orange

Le principal intérêt de l’orange réside dans sa forte teneur en vitamine C; elle contient également de la provitamine A et des sels minéraux. Ce fruit a des vertus tonifiantes recommandables aux personnes fatiguées, convalescentes et aux enfants. Le jus d’orange a une action bienfaisante sur les troubles et infections de l’estomac bienfaisante sur les troubles et infections de l’estomac et de l’intestin ainsi que sur les colites. Riche en sels minéraux, elle aide a fixer le calcium.

Pomme

La pomme constitue une aide précieuse pour les personnes qui suivent un régime amaigrissant. Elle donne rapidement une impression de satiété sans être trop calorique. Elle agit comme un stimulant et un régulateur sur les reins et les fonctions hépatiques.la pomme contient beaucoup de pectine, ce qui la rend utile dans les traitements contre les diarrhées. Ce fruit peut également aider à prévenir et à lutter contre l’augmentation du taux de cholestérol. Enfin croquer une pomme au coucher peut favorises l’endormissement.

Pruneau

Le pruneau est très énergétique, intéresse par sa forte teneur en potassium et en calcium. Ce fruit constitue également un remède radical contre la constipation; pour plus d’efficacité il doit être consommé à jeun.

Raisin

Le raisin est un fruit très calorifique et riche en glucide qu’on a parfois conseillez à tort en cure pour des régimes amaigrissants. Riche en fibres, il est laxatif mais ses pépins et sa peau irritent facilement les intestins fragiles. Le raisin s’avère bénéfique contre la dyspepsie, la goutte, l’arthrite et les lithiases biliaires ou urinaires. Ce fruit a aussi d’importantes propriétés dépuratives qui désintoxiquent l’organisme et améliorent l’état de la peau.

Tomate

Riche en vitamine C, ainsi que en A et B , elle est nutritive ment intéressante. De plus, elle est faiblement calorique et contient parfaitement à l’alimentation de ceux qui suivent un régime amaigrissant. Les personnes ayant les intestins facilement irritables auront intérêt à retirer la peau. La tomate aide à l’élimination de l’acide urique et est recommandée aux personnes souffrant de rhumatismes.

Les jus de fruits sont une excellente façon de consommé les fruits : il est possible de les presser « les agrumes notamment », de les passer à la centrifugeuse ou pour éviter les pertes en fibres alimentaires, de les mixer en ajoutant ensuite de l’eau pour obtenir des jus pas trop épais. Préparez vos jus de fruits avec un fruit unique ou des associations que l’on peut inventer à l’infini. Le jus frais doit être consommé immédiatement pour éviter les pertes en vitamines, notamment.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




Les sels minéraux et les oligoéléments



Sels minéraux et oligoéléments participent à la vie de façon déterminante quoiqu’en dose infimes. Ils interviennent dans les réactions biochimiques du corps, en particulier hormonales, et dans les systèmes de transmission entre neurones. Ils seraient également primordiaux pour la prévention des maladies infectieuses et celle du vieillissement cellulaires.



Certains de ces éléments sont présents dans le corps à hauteur du gramme, on les appelle les macro- éléments. Parmi eux, on trouve le calcium, le magnésium, le potassium, le sodium, le phosphore, le souffre



Les oligoéléments, par comparaison, ne sont présents dans l’organisme qu’à hauteur de milligramme. Les plus important sont le fer, le cuivre, le zinc, le manganèse, le fluor, l’iode, le silicium, le lithium, le molybdène, le vanadium, le brome.

Chaque macroélément et oligoélément possède son rôle propre et ses spécificités même si la plupart semblent être interdépendants, la bonne assimilation de l’un dépendant de celle de l’autre.

Une alimentation variée devrait en théorie couvrir nos besoins. Cependant, la part toujours grandissante de produits raffinées et des conserves dans notre régime alimentaire tend à remettre en cause cet équilibre naturel. En effet, ces produits souffrent, en raison de leur conditionnement, d’un appauvrissement réel en vitamines, minéraux et oligoéléments.

S’ajoutent à cela les déséquilibres fréquents de notre mode nutritionnel caractérisé par la moindre consommation de céréales, de légumes secs. Fruits et légumes frais.



Sels minéraux



Le calcium



Le calcium joue un rôle irremplaçable dans la constitution et le maintien des os et des dents, par ailleurs, cet anion participe à toutes les fonctions cellulaires et intervient sur le système neuromusculaire, la coagulation de sang et le métabolisme de l’eau. Il semblerait également que le calcium, comme le magnésium, ait une action protectrice indirecte contre les maladies et les accidents cardio- vasculaires et limites l’absorption des acides gras saturée.



Les carences de sont pas rares. Elles provoquent des fourmillements, des contractures musculaires, un processus de décalcification, un retard de croissance chez les enfants et de l’ostéoporose surtout chez les femmes ménopausées « la baisse du taux d’œstrogènes entraine des difficultés à fixer le calcium ».On prescrit du calcium dans tous ces cas et de manière préventive chez les femmes ménopausées.il est également indiqué pour traiter certaines formes d’allergies car il fait baisser le taux d’histamine. Les principaux fournisseurs de calcium sont les produits laitiers, qui permettent de couvrir les besoins quotidiens de l’organisme en calcium. Pour équilibré le bilan calcique, il faut donc consommer beaucoup de lait et de produits laitiers, mais aussi veiller aux taux de vitamines D, de magnésium et de phosphore qui jouent un grand rôle dans l’absorption du calcium.



Magnésium



Son importance biologique a été mise en lumière et elle se révèle capitale. En effet, le magnésium participe à de très nombreuses fonctions de l’organisme. Indispensable à l’intégrité cellulaire, il joue un rôle majeur pour le système neurovégétatif et cardio-vasculaire.

Nos besoins sont évalués à 350 mg par jours » et jusqu’à 700 mg pour les sportif » la prescription de supplémentation en magnésium est devenue chose courante; il est vrai qu’il ne se trouve en bonne quantité que dans un nombre assez réduit d’aliments, principalement, le chocolat, et que la dose quotidienne nécessaire n’est pas toujours fournit par l’aliment.

Le manque de magnésium entraine une fragilité des dents, des ongles, des cheveux, une sensation de fatigue et d’oppression, des états spasmophiles avec crampes, troubles du rythme cardiaque et tremblement, des états dépressifs, de la nervosité, de l’insomnie et de l’hyperactivité chez les jeunes enfants. Il sera indiqué dans tous ces cas. Il s’avère utile également dans le traitement de certaines allergies : urticaire, rhume des foins, crise d’asthme. L’insuffisance de magnésium aurait également des liens avec l’athérosclérose.

Signalons aussi que l’excès de magnésium n’est pas anodin. Il affecte le système nerveux et peut provoquer des arrêts respiratoires.



Phosphore



Le phosphore est associé au calcium et au magnésium notamment pour la constitution du squelette. Il intervient par ailleurs de façon décisive dans le métabolisme des glucides et des lipides et permet à la cellule de pouvoir disposer de ses réserves d’énergies. Les besoins journaliers se situent entre 900 et 1300 mg. Ces doses se trouvent largement fournit par une alimentation saine et équilibré. tous les aliments sauf « l’HUILE » contenant du phosphore. On observe donc quasiment jamais de carence. Si, exceptionnellement, elle se présente, elle relève moins d’un apport insuffisant dans l’alimentation que de carences périphériques en vitamines D. ces déficits induisent des faiblesses musculaires, des réflexes. Le manque de phosphore entrave la fixation du calcium, entrainant retard de croissance, ostéomalacie et ostéoporose. Il est donc prescrit en cas de déminéralisation osseuse mais aussi dans des cas d’asthénie, de crampes, d’insomnie, de troubles de l’attention, de spasmophilie et de surmenage.



Potassium



Le potassium, principal cation intracellulaire, est impliqué dans le métabolismes de la cellule, la régulation du système nerveux et contribue à la synthèse des protéines et du glycogène. Il joue un rôle majeur dans l’excitabilité neuromusculaire. Une carence en potassium entraine souvent des crampes et paralysie réversible. Le rapport sodium/potassium intervient dans les mécanismes de hypertension; une prescription de potassium soulagerait les hypertensions. Il est parfois indiqué lors de troubles de la croissance. Le potassium à de plus un effet direct sur la teneur en sucre du sang et sa carence pourrait intervenir dans certaines formes de diabète. Il est conseillé aux hypoglycémiques.

Le potassium est présent un peu partout, et en assez forte proportions dans les légumes « pommes de terres notamment », les fruits « bananes, abricot » les viandes et poisson.



Sodium



Le sodium, principal cation extracellulaire, joue un rôle important dans le métabolisme de la cellule et régule la teneur en eau du Corp. L’excès de sodium genre des œdèmes, la rétention d’eau, l’hypertension et des troubles cardio-vasculaires. Le sodium est présent dans les aliments et le sel de table; de manière générale nous en consommons jusqu’à trois fois trop! Il semble que l’excès de sel puisse aggraver les états dépressifs.



Oligoéléments



Chrome



Le chrome joue un rôle important dans le fonctionnement des enzymes, l’équilibrage protéinique, le métabolisme des lipides et il optimise l’action de l’insuline. Sans chrome, l’insuline est inefficace, ce qui débouche sur le diabète. Il aurait un rôle protecteur en matière de cholestérolémie. Une carence en chrome provoque des troubles semblables a ceux du diabète ou des maladies cardio-vasculaires. Des subcarences occasionnelles ne sont pas rares, car l’alimentation ne suffit pas toujours à couvrir les besoins en chrome, qui ne dépassent pourtant pas les 0,2 mg par jour « de 0,05 à 0,2 ». ce phénomène s’explique aussi par les difficultés du corps à assimiler le chrome : une grande partie du chrome ingurgitée avec la nourriture ne peut être absorbée.



Cobalt



Le cobalt est l’un des constituants des vitamines B 12 il est même le noyau de la molécule. Il semble qu’il exerce aussi une action intéressante sur la glande thyroïde et la formation des cellules du sang.

La carence en cobalt s’apparente, et pour cause, a celle de la vitamine B 12 et se manifeste sous sa forme la plus grave par l’anémie pernicieuse avec lésions du cerveau et des nerfs. En association avec le manganèse, il intervient dans le traitement des troubles coronariens, des artérites, de la tension, d’ulcères de l’estomac et de colite. Il peut être prescrit également en cas de varices ou hémorroïdes.

Les feuilles des végétaux, les graines et les légumineuses contiennent du cobalt.



Cuivre



Le cuivre participe activement à de nombreuses réactions enzymatiques. Il est indispensable à la vie du cerveau, à l’intégrité de la peau et des tissus vasculaires. Il est nécessaire à la synthèse de l’hémoglobine. La carence en cuivre reste exceptionnelle et engendre une forme d’anémie et une neutropénie « diminution du nombre de globules blanc ». Le cuivre intervient dans l’utilisation du fer et la fixation du calcium-phosphore. Le cuivre a des propriétés analgésiques précieuses dans le cas de réactions inflammatoires, il soulage les douleurs. Toutes les infections engendrent des perturbations des métabolismes du cuivre. Le cuivre sera, seul ou associé à d’autres oligoéléments, indiqués en cas de grippe, d’anémie, de poliomyélite. De tous type d’infections, de tuberculoses, de fatigue, de surmenage, de neurasthénie.

Les besoins quotidiens se situe entre « 2 et 2,5 mg ».le cuivre se trouve essentiellement dans le foie, les crustacés, mais, la viande et les poissons ainsi que certains légumes verts en contiennent en proportions plus réduites.

Le cuivre a haute dose provoque des intoxications qui peuvent être mortelles : vomissement, diarrhées, contractures, paralysies, confusion mentales précèdent la mort.



Fer



Le fer joue un rôle fondamental dans l’élaboration des globules rouges du sang, et est un des éléments constitutifs de l’hémoglobine. Le fer participe également indirectement à l’oxygénation des cellules et à la dégradation des radicaux libres nuisible « peroxydes. Il s’affirme ainsi incontournable pour l’organisme.

La carence en fer provoque une pathologie bien connue appelée anémie qui se manifeste par une grande fatigue, des vertiges, des troubles digestifs, des phénomènes d’essoufflement et d’accélération du pouls. Un déficit en fer expose également l’organisme aux infections, notamment rhinopharyngées. Tous ces troubles sont susceptibles de demander une supplémentations en fer. Il semble également que les cancers du larynx et de l’œsophage aient un lien avec les déficits en fer et en vitamine C.

L’absorption du fer contenu dans les aliments n’est que partielle, aussi recommande-t-on des doses journalières supérieures aux besoins réels. Ces doses se situent entre 10 et 15 mg par jour pour un homme se situent entre 15 et 30 mg pour une femme. Signalons également que l’utilisation physiologique du fer est lié à la présence du cuivre et probablement de manganèse et de cobalt. Les viandes « surtout le foie » et les poissons sont riches en fer en raison de la présence de sang, ou il se trouve concentré. Les légumes secs ou verts, les œufs et les céréales en contiennent dans de moindres proportions. Les féculents et les laitages en sont eux presque dépourvues.



Fluor



Au fluor fait immédiatement écho la carie dentaire. À raison car son déficit doit être tenu pour responsable de la fréquence des caries, notamment chez les enfants. Le fluor intervient dans les processus de minéralisation, il a une action antibactérienne et il protège les dents par sa participation à la constitution de l’émail. L’émail fragilisé laisse la dent insuffisamment armée contre les attaques des aliments, surtout sucrés. Le fluor est également très présent dans les os et on penses que la mauvaise incorporation du fluor chez les personnes âgées aurait des conséquences aggravantes sur l’ostéoporose. Le fluor favorise l’absorption du fer. Le fluor est parfois donné de manière préventive aux enfants. Attention, cependant, car l’excès de fluor est toxique.



Le fluor se trouve dans l’eau et dans certains végétaux tels que les tomates, les pommes de terres, les haricots blanc, les lentilles, le thé.

Nos besoin en fluor s’élève à 1 mg par jour. Le fluor contenu dans les pâtes dentifrices peut exercer une action bénéfice mais seulement sur la couche la plus superficielle de l’émail.



Iode



L’iode participe de façon déterminante à la constitution et au fonctionnement des glandes thyroïdiennes, il est indispensable au développement harmonieux de l’organisme dans son ensemble et à la thermorégulation.



Sa carence, fréquente autrefois notamment dans les Alpes « crétinisme des alpes » se manifeste par des goitres, une faiblesse d’esprit, le nanisme l’lorsqu’elle touche les enfants et elle entretiendrait également des liens avec le développement de cancers de la thyroïde. Actuellement , les risques de rencontrer ce type de carences sont rares bien qu’ils persistent dans les Pays d’Europe continentale aux sols pauvres en iode. L’iode est indiqué, associé au manganèse, dans les cas d’hypertension pour son action régulatrice.

L’iode se trouves essentiellement dans les poissons de mers mais aussi dans certains légumes tels que le soya, les oignons, les haricots, les radis, les navets et dans certains fruits. Par ailleurs, le sel de cuisine contient de l’iodure de sodium. Les besoins en iode se situent entre 0,2 et 0,5 mg par jour.



Lithium



Le rôle du lithium n’a pas encore été pleinement mis en lumière, cependant il est utilisé avec succès pour traiter les dérèglements des systèmes sympathiques, les psychoses, maniaco dépressives, les troubles de l’humeur, l’anxiété, les dépressions, l’hyperémotivité et les insomnies.



Manganèse



Le molybdène est actuellement l’objet de nombreuses recherches et études. On sait, à ce jour, qu’il est essentiel au développement de l’organisme, et qu’il intervient au développement de l’organisme, et qu’il intervient dans le métabolisme du fer et du cuivre. On suppose qu’il pourrait avoir un rôle dans la taille des individus. Des expériences tendraient à démontrer que les carences en molybdène entraineraient des troubles alimentaires : inappétence et amaigrissement.

Nos besoin quotidiens se situent dans une fourchette allant de 0,15 à 0,3 mg. Il semble être suffisamment fournit par l’alimentation et l’on n’a pas déterminé ni observé de carence chez l’homme.



Nickel



Le nickel fait l’objet de recherches poussées car si son « essentialité » a été prouvée et reconnue il y a une quinzaine d’année, on n’arrive pas encore à déterminer avec précision son rôle physiologique.

On a observé en laboratoire les conséquences dramatiques qu’entraine sa carence ; trouble du sang, de la croissance. On connait également les dangers que représente l’intoxication au nickel : empoisonnement, genèse probable de certains cancers, allergies cutanées. Reste à découvrir son action spécifique, et ses mécanismes, dans le corps humains.



Sélénium



Le sélénium et son action sont des découvertes relativement récentes. Il y a une dizaine d’années, nous n’avions pas encore la preuve de son caractère essentiel. On sait aujourd’hui qu’il participe à la vigueur du système immunitaire, qu’il protège des méfaits des radicaux libres et préserves la santé et la jeunesse des cellules. Sa carence entraine, entre autre, des risques de cataracte et de graves troubles cardiaques « maladies de keshan » le sélénium aurait par ailleurs un rôle à jouer dans la préservation des cancers. L’action de sélénium se trouve souvent liées à celle de la vitamine E.

Nos besoins en sélénium restent infimes puisqu’ils se situent entre 0,05 mg et 0,2 mg par jour. On le trouve surtout dans les céréales complètes, les poissons de mers et crustacés « huitres notamment » , le foie et les produits laitiers. Les besoins sont généralement couverts par l’alimentation.

Il faut rester prudent avec le sélénium car si la carence présente des dangers l’excès engendre des intoxications aux sérieuses conséquences; perte des cheveux et des dents, lésions du système nerveux.



Silicium



Le silicium est indispensable à l’élaboration des os, du cartilage et du tissus conjonctif, il s’affirme donc comme incontournable pour un développement harmonieux. La carence en silicium entrainerait des troubles de croissance et serait en partie responsable du déclenchement de l’athérosclérose et de l’hypertension. Des études sont en cours pour vérifier ces hypothèses et déterminer précisément le rôle du silicium et les doses a hauteur desquelles il est nécessaire.



Vanadium



Dernier-né en quelques sortes des oligoéléments, le vanadium fait l’objet d’études sérieuses. Son « essentialité » a été formellement établit chez l’animal et elle est très probable chez l’homme. Chez l’animal, son absence provoque des troubles de la croissance et de la reproduction. Chez L’homme, il semblerait que sa présence soit également impliquée dans la prévention des caries dentaires et que sa carence soit d’origine de certains états dépressifs. L’action du vanadium parait étroitement liée à celle du phosphore et serait déterminante pour réguler la pompe à sodium.

Le vanadium se trouve en proportions variables dans un grand nombre d’aliments et en « importante quantités dans les oléagineux et les produits de la mer »



Zinc



Le zinc intervient dans le fonctionnement de certaines hormones, il est présent dans plus d’une centaine d’enzymes. Il s’avère indispensable à la synthèse des protéines et au système immunitaire.

Le zinc pose peu de problèmes : nécessaire à hauteur de 15 à 20 mg par jour pour un adulte, il fait rarement défaut. On le trouve principalement dans les viandes et les poissons et les coquillages.

La carence en zinc provoque la perte progressive de l’odorat et du gout chez les adultes. Elle aurait également un lien avec l’hypertrophie ou le cancer de la prostate et les déséquilibres de la sécrétion d’insuline avec augmentation du taux de sucre dans le sang. Chez l’enfant elle serait susceptible d’induire un retard de la croissance et du développement psychosexuelle et, selon des études récentes, elle ne serait pas sans relation avec la dyslexie. On sait par ailleurs qu’une carence en zinc chez la femme enceinte constitue une menace pour le fœtus qui risque des malformations de la colonne vertébrale et de la moelle épinière. Le zinc est également prescrit, en association avec le cuivre notamment en cas de fatigue, d’ongles cassant parsemés de taches de troubles de la concentration. Signalons également que, depuis l’Antiquité, l’oxyde de zinc est utilisé pour guérir les plaies et les brûlures.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




Les céréales



Les céréales contiennent entre 8% « « riz » » et 14% « blé dur » de protéines, ce qui n’est pas négligeables, d’autant plus qu’elles sont de bonnes qualités aminées indispensables comme la lysine et la méthionine. Pour remédier à cet inconvénient et obtenir des protéines de valeur et d’équilibre nutritionnel parfaits, il suffit de les associer avec des produits laitiers, de la viande, ou du poisson ou des œufs ou, mieux encore les légumineuses telles que les lentilles, le soya pauvres en lipide et notamment en acides gras saturés incriminés dans la genèse des maladies cardio-vasculaire.



La richesse en fibres, en sels minéraux et en amidon « sucre lent » des céréales constitue un autre atout de ces aliments trop peu consommés. On reconnait qu’un déficit de fibres alimentaires dans notre alimentation a des liens étroits avec des problèmes tels que la constipation ou le cancer du côlon, et est un facteur aggravant des risques diabétiques et cardio- vasculaires, et des surcharges pondérales.



Les sucres lents, pour leur part, présentent l’avantage, en ; libérant progressivement du glucose, de distiller de l’énergie lentement et à doses raisonnables à l’organisme sans hausse brutale du taux de glycémie. Ils sont recommandés à tous, contrairement aux sucres rapides, et surtout aux diabétiques et aux personnes sujettes aux prises de poids.

Les céréales constituent par ailleurs une bonne source de vitamines du groupe B et de vitamines E au pouvoir antioxydant, car transformées, traitées et raffinées elles perdent la majeure partie de leurs vitamines, sels minéraux et fibres.



Avoine



Céréales de Pays froids, l’avoine est la plus nutritive et énergétique de toute. Elle se compose de 67% de glucides, et de 13% de protéines et de 6 de lipides. Très riche en fibres, l’avoine facilite le transit intestinal : en bouillie ou porridge, ces céréales, même riches en fibres n’est pas irritante pour les intestins. L’avoine est riche en sels minéraux dont le fer et le magnésium; elle contient également de l’amidon, du gluten et de l’azote et constitue un apport alimentaire intéressant pour les enfants, les convalescents et les femmes enceintes.

-Pour préparer une décoction de paille d’avoine « une poignée par litre d’eau » comme diurétique et contre l’hydropisie, préparer une décoction avec trois poignées d’avoine dans un litre et demi d’eau.



-contre la diarrhée, faire bouillir dans un litre d’eau 50 g d’avoine mondée et boire la décoction une fois qu’elle a réduit a moitié.



Blé



Le blé constitue une source de glucides et d’amidon; il contient par ailleurs peu de lipides « 2,5% » et un bon taux de protéines pour une céréale « 14% pour le blé dur et 11% pour le blé tendre ». cette céréales présente un grand intérêt nutritionnel.

Le blé est riche en gluten, ce qui lui permet d’être panifiable.

Le blé complet, sous forme de pain complet, ou le son dont on peut saupoudrer les aliments ou que l’on peut consommer sous forme de pain de son dynamisent toutes les personnes aux intestins paresseux. Attention cependant, le pain au son à la longue, est irritant pour les parois intestinales et freine l’assimilation des sel minéraux , du calcium, et du fer notamment, en raison de la présence d’acide phytique, « sorte de molécule antinutritionnel » noté que le son est « l’enveloppe du grain de blé »

Le blé sous toutes ses formes s’avère utile dans les cas de rachitisme, d’asthénie, de colite et de dépression. Une cure de blé germé donne d’excellents résultats pour reminéraliser l’organisme « sur un plat ou un linge, humidifier les grains de blé et laisser germer trois a 4 jours ». La germination permet de rendre facilement disponible un grand nombre de vitamines, de sels minéraux et de protéines contenues dans le blé.

Le son outre ses propriétés laxatives, peut aider à adoucir la peau : faire chauffer 100 g de son dans 4 litre de lait et verser dans l’eau du bain « ne pas utiliser de savon ».

Les pâtes alimentaires, préparées à partir de blé dur et d’eau, possèdent une bonne qualité nutritionnelle : riche en sucres lents, elles ne sont pas, comme on le dit souvent, trop riches et trop calorique : il faut incriminer les sauces et accompagnement.



Maïs



Le maïs est riche en vitamines A, PP, B1 et B2. Il contient 65% d’amidon, 9% de protéines et 4,5% de lipides. Peu consommé tel quel, il entre dans la composition des farines de maïs. Le maïs doux que l’on trouve en conserve possède des caractéristiques plus proches de celle d’un légume comme la pomme de terre que d’une céréale classique. Le maïs doux contient du magnésium en d’importantes proportions. Il est peu caloriques et se compose en moyenne de 70% d’eau. « 14% pour le maïs céréales »

La décoction de stigmates de maïs « 30 g pour deux litres d’eau à faire bouillir pendant presque une heure » constitue un excellent diurétique utile pour réduire l’enflure des jambes chez les personnes souffrant de troubles cardiaques ou les femmes enceintes. cette décoction traite également les néphrites, les calculs rénaux, l’inflammation de la vessie, les cystites et l’albumine.

Contre la sciatique, préparer un cataplasme composé de 200 g de farine de maïs, de 400 g d’eau-de vie, de 200 g de figues sèches et de 20 g de moutarde noire « laisser macéré deux jours » laisser agir ce cataplasme au moins trois heures sur la partie douloureuse.



Orge



L’orge contient de l’amidon en très forte proportions, du phosphores, du calcium, du fer, du potassium, du souffre, de la vitamine E, des vitamines du groupe B « B12 et PP en particulier »é l’orge torréfiée donne une boisson apte à remplacer avantageusement un café. La bouillie d’orge est très fortifiante et reminéralisante, on la conseille aux enfants, notamment. Pour préparer la bouillie d’orge, faire tremper toute la nuit deux cuillerées d’orge dans l’eau, faire cuire pour obtenir une pâte épaisse et ajouter du lait.

L’orge germée, le malt, recèle une proportion exceptionnelle de vitamine B12 c’est pourquoi de nombreuses farines pour bébés en contiennent.

L’orge a des propriétés émollientes, digestives, diurétiques, dépuratives et fortifiantes. Cette céréale s’avère utile par son action calmante sur les inflammations des voies digestives et urinaire.

Une décoction comptant 70 g d’orge pour un litre d’eau constitue une excellente préparation à utiliser en gargarisme contre les maux de gorge et l’enrouement.

Pour soulager les lumbagos : faire chauffer jusqu’à épaississement de l’orge mélangée a du vinaigre, enfermer cette bouillie dans de la gaze et l’appliquer sur la partie douloureuse.

Pour combattre les inflammations intestinales et les colites préparer une décoction en comptant deux cuillerées à café d’orge et une de racine de réglisse dans un demi-litre d’eau.



Riz



Le riz se compose en majeure partie d’amidon, il est relativement riche en protéine et en sels minéraux ainsi qu’en vitamines B1 et PP.

Le riz non décortiqué, est un excellent aliment complet; décortiqué, il perd une grande partie de ses protéines, de ses vitamines, notamment A et B, et toute la cellulose, ce qui en fait un aliment constipant. Facile a digéré, le riz convient bien aux dyspepsiques, aux convalescents et aux personnes souffrant d’ulcère. Sa consommation est par contre à éviter pour les diabétiques et les personnes souffrant de constipation.

Contre les hémorroïdes, préparer une décoction avec 300 g de riz pour trois litres d’eau, à utiliser en lavage une fois filtrée.

Pour traiter les colites, les diarrhées de toute sortes et les entérites, boire l’eau de cuisson du riz ou préparer une décoction avec 25 g de riz 25 g d’orge mondé, 20 g d’avoine, 20 g de blé et 15 de son dans trois litres d’eau, la passer et boire trois a six petites tasses par jours.

Pour améliorer l’aspect d’une peau couperosée. Appliquer des masques aux farines de riz.



Seigle



Le seigle a eu longtemps mauvaise réputation en raison de l’ergot, champignon dangereux qui se développe sur cette céréale lorsque l’atmosphère est trop humide. Aujourd’hui , la culture du seigle est sévèrement contrôlée et l’ergotisme ou p » peste de st Antoine » appartient au passé.



Le seigle est riche en diastases, en vitamines et en sel minéraux bien assimilés par l’organisme. On affirme qu’il contient des substances anti- cancérigènes.

On reconnait au seigle la faculté d’entretenir la souplesse du système veineux, et des artères notamment, et de fluidifier le sang. Le seigle est panifiable tout comme le blé mais moins calorique : le pain de seigle peut constituer un pain de régime. Signalons cependant que le seigle a des propriétés légèrement laxatives dont il faut tenir compte.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




Les corps gras



Souvent attaqués et mis en cause dans la genèse de divers problème de santé, d’esthétique et d’hygiène qui affectent notre organisme, les corps gras font figure de bouc émissaire.

Or ils sont indispensables à la survie de notre corps et à sa bonne santé. Les problèmes liés aux corps gras résident le plus souvent dans l’abus que l’on en fait et dans le mauvais équilibre établi entre les différents membres qui constituent cette grande famille.



Très énergétiques « 1 g de lipide apporte 9 calories contre 4 calories pour 1 g de protéines ou de glucides ». ils contribuent à couvrir les besoins du métabolisme de base « battement du cœur, réactions chimiques dans les cellules, activité cérébrales, respiration, thermorégulation » et ceux engendrés par l’effort et toute activité physique.

Les lipides jouent un rôle fondamental dans l’élaboration, le renouvèlement et la vie des membranes cellulaires. Ils contiennent par ailleurs d’intéressantes proportions de vitamines « A, E, D et K » Les lipides se composent d’acides gras. Ceux-ci, en fonction de leurs structure, sont dits saturés ou insaturés « mono-insaturés ou polyinsaturés ». Ce sont les premiers qui, à haute dose sont nocifs et peuvent générer des troubles cardio-vasculaires, les seconds assureraient en revanche un rôle protecteur pour les artères. Parmi les acides gras polyinsaturés se trouvent des acides gras appelés gras polyinsaturés se trouvent des acides gras indispensables « acide linoléique et acide linolénique » car l’organisme est incapable d’en faire la synthèse, d’où l’importance de consommer des corps gras.



Huile d’arachide



Elle est riche en acide gras mono-insaturés et en vitamine A. elle supporte des températures tres élevées et est idéal pour les fritures.



Huile de maïs .de tournesol et de pépin de raisin



Ces huiles contribuent à abaisser le taux de cholestérol dans le sang, préviennent les troubles cardio-vasculaires et l’artériosclérose. Elles sont également indiquées pour le traitement des maladies de peau comme les dermatoses, les psoriasis ou l’eczéma.



Huile de noix



Elle se compose de 90 à 95% d’acides gras insaturés « elle contient les deux acides gras indispensables », contient des vitamines A et B, de calcium et du phosphore.

L’application sur la peau d’huile de noix soulage les brûlures et les coups de soleil.

Attention ne jamais faire cuire l’huile de noix, la réserver pour l’assaisonnement.



Huile d’olive



Très digeste, l’huile d’olive est riche en acides gras mono-insaturés. Elle est indiquée contre l’athérosclérose et s’avère souveraine contre les affections des voies biliaires. L’huile d’olive possède également un intéressant pouvoir laxatif et sédatif. Prendre une cuillerée à soupe le matin à jeun et le soir.

Pour soigner les hémorroïdes et les brûlures, préparer un mélange d’huile d’olive et d’eau « ½ et ½, » fouetter jusqu’à obtention d’un liquide homogène et appliquer.

Quelques cuillérée huile d’olive avant les repas traitent les inflammations des reins, de l’intestin et de la vessie.



Huile de palme, de palmiste, de coprah » végétaline »



Toutes sont riches en acides gras saturés contrairement aux autres huiles. Leurs usages seront donc déconseillés, sauf pour les fritures car elles supportent des températures très élevées.



Huile de pépin de courge



Elle s’avère utile en cas de colite ou de constipation et peut intervenir dans la prévention des caries et pour la santé des phanères « ongles, cheveux » à consommer à raison d’une cuillérée a soupe le matin à jeun.



Huile de soya et de colza



Ces huiles présentent le grand intérêt d’être riches en acides gras polyinsaturés et de contenir de l’acide linolénique « absent dans les autres huiles, sauf huile de noix et huile de germe de blé » et linoléique, acides gras indispensable.



Beurre



Le beurre fournit des lipides d’origine animale. Il est assez riche en cholestérol « 250 mg pour 100 g » et en acides gras saturés peu conseillés pour la santé de nos artères. Cependant , il contient des vitamines A, E et D et participe ainsi à la bonne croissance osseuse, musculaire et nerveuse des enfants,

Il doit être consommé cru ou à peine fondu : la cuisson de beurre libère des substance toxique « l’acroléine, par exemple ».

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Tu n'as pas un truc pour réussir une mayonnaise ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
la mayonaise est faite d'huile sa sonne miracle wrip a l'ancienne






la mayonaise est faite d'huile ajouté lentement les jaunes d'eoufs en fouettant

recette simple et bonne pour la santé

1 gros oeuf
1 c.à table de moutarde de dijon
2 c.à table huile d'olive
a c.à table vinaigre de cidre ou de jus de citron
3/ 4 tasse d'huile d'olive
1/2 c. a thé de sel
préparation

plonger l'oeuf entier dans l'eau tiède environ 5 minutes, pour qu,il atteigne la température ambiante.
casser l'oeuf et le mettre avec la moutarde, 2 c à table d'huile d'olive et tout en faisant tourner le mélangeur à la plus basse vitesse, verser en une mince filet le 3/ 4 tasse d'huile d'olive dans la jarre. la mayonaise devrait atteindre une texuture lisse et ferme.


6 soins de beauté à la mayonnaise
Vous avez l’habitude d’utiliser la mayonnaise pour assaisonner vos sandwiches ou accompagner vos frites, mais cette sauce peut faire des miracles pour votre peau, vos cheveux et vos ongles. Découvrez des usages insolites de la mayonnaise avec 6 soins de beauté qui la mettent à l’honneur !

1. Revitalisez vos cheveux
Vos cheveux ont perdu de leur lustre? Revitalisez votre chevelure en appliquant de la mayonnais. Massez 2 ou 3 minutes votre cuir chevelu. Couvrez votr tête avec un bonnet de douche et attendez quelques minutes avant de rincer. Faites-vous un bon shampooing! La mayonnaise va hydrater vos cheveux et leur redonner un éclat brillant.

2. Prenez soin de votre visage
Pourquoi dépenser votre argent dans des pots de crème coûteux lorsque vous pouvez vous offrir un soin du visage apaisant à base de mayonnaise? Appliquez généreusement de la mayonnaise sur votre visage et laissez reposer 20 minutes. Essuyez votre visage et rincez-le avec de l’eau froide. Votre peau sera soyeuse comme une pêche et propre comme un sou neuf !

3. Renforcez vos ongles
Pour donner un peu de vitalité à vos ongles, il suffit de les plonger de temps à autre dans un bol de mayonnaise. Laissez-les tremper environ 5 minutes et rincez-les à l’eau tiède. Finis les ongles cassants !

4. Ulitisez-la comme lotion après-soleil
Vous avez passé la journée à vous faire chatouiller par les rayons du soleil sans vous méfier de ses effets pervers ... Pour traiter la peau sèche et irritée suite à un coup de soleil, appliquez de la mayonnaise sur les régions touchées. La mayonnaise soulagera la douleur et hydratera votre peau.

5. Enlevez la peau morte
Enlevez et adoucissez la peau morte des coudes et des pieds. Frottez les tissus rugueux avec de la mayonnaise et laissez-la agir environ 10 minutes avant de l’essuyer avec un chiffon humide. Vous verrez que les tissus de votre peau seront plus doux au toucher.

6. Éliminez les poux
Plusieurs dermatologues recommandent d’utiliser de la mayonnaise pour se débarrasser des poux de tête plutôt que de prendre des médicaments prescrits et des produits toxiques disponibles en pharmacie. Les poux sont de plus en plus résistants aux traitements chimiques. Pour éliminer ces parasites, massez le cuir chevelu de votre enfant avec une bonne quantité de mayonnaise avant le coucher. Couvrez ses cheveux d’un bonnet de bain pour optimiser le traitement. Au réveil, lavez ses cheveux et passez un peigne fin pour retirer les lentes restantes. Pour arrêter complètement l’infestation, répétez le traitement dans les 7 à 10 jours.



Dernière édition par petite fleur le Mar 3 Jan - 17:55, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
@petite fleur a écrit:la mayonaise est faite d'huile sa sonne miracle wrip a l'ancienne

recette maison simple et bonne pour la santé

1 gros oeuf
1 c.à table de moutarde de dijon
2 c.à table huile d'olive
a c.à table vinaigre de cidre ou de jus de citron
3/ 4 tasse d'huile d'olive
1/2 c. a thé de sel


préparation

plonger l'oeuf entier dans l'eau tiède environ 5 minutes, pour qu'il atteigne la température ambiante.
casser l'oeuf et le mettre avec la moutarde, 2 c à table d'huile d'olive et tout en faisant tourner le mélangeur à la plus basse vitesse, verser en un mince filet le 3/ 4 tasse d'huile d'olive dans la jarre. la mayonaise devrait atteindre une texture lisse et ferme.
C'est un peu de même ce que j'ai trouvé, sauf qu'il faut mettre le jaune d’œuf et non l’œuf en entier. Pour que tous les aliments atteignent la même température ambiante c'est noté aussi. Le coup de l'huile d'olive au lieu de l'huile de table c'est super, en a aussi sur certains site qui ajoute du poivre.

Maintenant reste à essayer...

M'enfin c'est juste pour la bouffe :D

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
loll quelques trucs aussi pour certains soins peut aussi être pratique. c'est le but du le topo maistro.



.l'huile d'olive a ses propriétés non négligeable .. la moutarde , le citron sont toute autant interressant essaye la tu vas aimer.

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Lorsque j'essayerai j'enverrai la photo ici ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
tu nous montra ton tallent cullinaire et nous attendons ton avis !








La diététique : savoir composer des menus pour être en forme pratique pour toi tetspider a savoir combiné oligoéléments, vitamines , sels minéraux dans ta mayo ;P



L’alimentation a pour fonction première le maintien en bonne santé du corps et son développement harmonieux. Nos besoins sont de deux ordres : énergétiques et plastiques. Les besoins plastiques correspondent à « l’élaboration, la réparation, la défense des tissus de l’organisme et des cellules : ils sont couvert par l’eau, les vitamines, les sels minéraux et oligoéléments »

Les besoins énergétiques correspondent à nos besoins quotidiens en énergie. Ils sont couverts par les aliments par le biais de leur teneur en calories. Les calories résultent de la transformation que le corps fait subir aux glucides, protéines, et lipides. « 1 g de lipide apporte 9 calorie ».

Les aliments riches en glucides sont « les aliments sucrés, les légumineuses et féculents, les céréales, les pâtes, les fruits «

Les protéines se trouvent principalement « dans les viandes, les poissons, les œufs, les produits laitiers »

Les aliments a haute teneur en lipides sont les divers corps gars d’origine animal ou végétal « huile, beurre, crème, saindoux »; les viandes, les poissons et les autres aliments en contiennent également dans des proportions moindres et variables.



La méthode 421=GPL



Des repas équilibrées assurent le maintien en bonne santé de l’organisme et contribuent à prévenir les risques cardio-vasculaires, ainsi que les surcharges pondérales, les troubles intestinaux, le cholestérol et les t roubles liés au diabète. Les relations entre aliment et la genèse de certains cancers ou le vieillissement cellulaire sont à l’étude et les premiers résultats nous engagent à adopter en matière de nutrition une attitude responsable et vigilante.

Pour élaborer des repas équilibrés, sans forcément maitrisé les mécanismes complexes de l’alimentation et en évitant les laborieux calculs permettant d’obtenir dans une assiette les proportions idéales de protéines, lipides et glucides, beaucoup de diététiciens et de nutritionnistes recommandent la méthode 421=GPL mise au point par le Pr Creff, approuvée et conseillée depuis 1985 .

Cette formule permet d’apprendre à équilibrer son alimentation et d’éviter les principales erreurs.

Chaque repas y compris le petit déjeuner, doit suivre les principes de cette formule.

Définition de GPL

G= la famille des glucides

P= la famille des protéines

L= celle des lipides

Il faut donc 4 portion de glucide, 2 portions de protéines et 1 portion de lipides par repas.

Cette formule donne la chance d’équilibré les rations calorique pour qu’elle provienne à 15% de protéines, à 30% de lipides et de %50 des glucides comme il nous convient.



4 portions de glucides



1 portion de crudité, 1 portion de cuidité, 1 portion de farineux et 1 portion de produit sucré.



2 portions de protéines



1 portion de produits lactés, 1 portion de produits non lactées « œuf, viande, poissons » ½ portion de graisses d’origine animal ½ portion de graisses d’origine végétale.



L’essentiel consiste a ce que chaque repas contienne effectivement tous ces éléments et maintienne un rapport d’équilibre entre eux.

Mieux vaut 100 g de viande au lieu de 150, pour que vous ayez encore faim.

Précisons que dans la famille des glucides, on trouve sous l’appellation « crudité » les fruits et les légumes frais consommés crus.

Les cuidités englobent les même produits que les crudités mais cuits, ainsi que des légumes qu’il est impossible ou inhabituel de consommer crus tels que les aubergines, les choux de Bruxelles, les petits pois, les épinards.

Dans la catégorie des farineux entrent les céréales, le pain, les pâtes, le riz, les légumes secs, les pommes de terre, la semoule.

<p>

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




Les vitamines

D’importants travaux scientifiques sur les vitamines ont justement mis en lumière leur rôle essentiel pour l’organisme. Les différentes vitamines présentent des structures diverses. Toute sont absolument indispensables à la vie et à la bonne marche de l’organisme et assurent chacune des enzymes, dans le métabolisme « des glucides, le fonctionnement de certains organes, le renouvellement des cellules ».
Des études sont menées pour déterminer leur rôle dans la prévention des cancers. Les cellules cancéreuses se développant et se propageant sous l’action de substances appelées promoteurs, les vitamines pourraient jouer le rôle d’anti promoteurs, particulièrement les vitamines A, C et le carotène.





La vitamine A « rétinol »

La vitamine A joue un rôle majeur pour la vision, notamment crépusculaire. Elle intervient également de manière sensible sur le bon fonctionnement des glandes sébacées et sudoripares, l’assimilation des liquides, et s’avère indispensable aux tissus. La bonne santé de la peau et des muqueuses en dépend. La vitamine A est indiquée lors de troubles de la croissance chez l’enfant, du traitement de l’acné, de certaines douleurs gynécologiques et des troubles de la vision. On lui attribue une action efficace contre les radicaux libres et le vieillissement cellulaires. Des études sont également menés pour déterminer son rôle dans la prévention des cancers.
La vitamine A se trouve essentiellement dans les graisses de certains aliments comme le lait, le beurre, les poissons et dans la partie colorée des végétaux : il s’agit alors de provitamine A ou carotène. On conseille un minimum quotidien de 1,5 mg « 455 UI/ jour ».

Vitamine D « calciférol ou antirachitique »

Sa présence est indispensable à la constitution du squelette et au métabolisme du calcium et du phosphore « c’est la vitamine des os » , elle s’avère donc particulièrement importante pour l’enfant et les femme durant la ménopause. On lui reconnait aussi un rôle dans la coagulation du sang et la force musculaire. Elle est indiquée dans le traitement du rachitisme et de l’ostéomalacie, trouble caractérisé par une grande fatigue, une tétanie, des contractions musculaires et des douleurs osseuses. La vitamine D est également essentielle puisqu’elle aide, avec le phosphore et l’ensoleillement ainsi que le calcium à se fixer ainsi à la prévention de l’ostéoporose.
Les besoins en vitamine D sont infimes, de l’ordre de 0.01 mg par jour « 30 UI par jour ». les aliments qui en contiennent le plus sont les poissons assez gras, tel que la l’anguille, le thon, la sardine, le saumon, le hareng. le foie le jaune d’œuf ainsi que le beurre.

Vitamine E

La vitamine E est essentielle au système nerveux. Elle possède une puissante action antioxydant qui, en piégeant les radicaux libres, protège les acides gras polyinsaturés, les membranes et les cellules. La vitamine E est appelée par certaines vitamines anti vieillissement. Elle a entre autre, la particularité de protégé la molécule ADN de certaines agressions. Elle semble s’opposer à la formation d’athérome dans les artères et à la genèse des maladies dans le sang.
L’anémie et les troubles nerveux, l’angoisse, la lassitude peuvent relever d’un traitement curatif à base de vitamine E. la vitamine E peut être indiquée également pour les problèmes d’essoufflement, les angines de poitrine, et même pour aider à réduire le taux de cholestérol dans le sang.
La vitamine E est très présente dans les aliments riche en acides gras polyinsaturées, les huile, les germe de céréales, les graines oléagineuses et, en moindre proportion, dans l’œuf, les viandes, les poissons, le lait. On estime les besoin en vitamine R à 12 mg par jour chez Lhomme adulte.

Vitamine K

La vitamine K joue un rôle majeur dans les mécanismes de coagulation du sang. Elle est indiquée à titre préventif ou curatif dans les cas de troubles de la coagulation et d’hématomes.
Les besoins en vitamine K sont importants « 3 mg par jour pour un adulte » ; ils sont couverts en partie par les bactéries intestinales et pour l’autre partie par les feuilles des légumes verts.

Vitamine B1 « thiamine ou aneurine »

La vitamine B1 est indispensable à un grand nombre de réactions enzymatiques et au métabolisme des glucides. Son rôle s’avère déterminant pour l’équilibre du système nerveux et elle lutte, à sa façon contre le stress.
La carence en vitamine B1 provoque une grave maladie, le béribéri, caractérisée par la polynévrite, l’insuffisance cardiaque et des œdèmes. La vitamine B1 est indiquée pour traiter les lésions nerveuses, les polynévrites, l’encéphalopathie et certaines névralgies, migraines, insomnies. Il semble par ailleurs, que les déficits en vitamine B1 conduisent immanquablement à des états dépressifs.
Les besoins journaliers en vitamines B1 oscillent, selon l’âge, le poids, l’activité physique, entre 0,5 mg et 1,5 mg. Notons qu’elle est surtout présente dans le germe de céréales, les légumineuses, les levures et aussi en proportion importante dans le foie, les œufs et la viande de porc.

Vitamine B2 « riboflavine »

La vitamine B2 joue un rôle important dans le processus énergétique en participant à l’action des enzymes et intervient dans la qualité de la vision, la fixation du fer et le métabolisme hormonal.
Les carences en vitamines B2 provoquent de graves lésions des muqueuses, de la conjonctivite et de la peau, des troubles de l’humeur une hypersensibilité au bruit et à la lumière. on l’indique pour le traitement des lèvres sèches, des conjonctivites, des peaux souffrant d’un excès de sébum ou d’acné rosacée.
La vitamine B2 est présente dans un très grand nombre d’aliments : les feuilles vertes, les viandes, les abats, le poisson, le lait, les œufs et les germes de céréales. Les besoins en vitamines B2 sont de l’ordre de 1,5 mg par jour pour un adulte.

Vitamine B2 IPP « niacine ou acide nicotinique »

La vitamine B3 ou PP intervient dans le métabolisme des glucides, protéines et lipides; son rôle est essentiel pour le processus énergétique. Elle a un rôle stimulant sur la digestion et la circulation sanguine.
La carence en vitamine B3 engendre une grave maladie appelée pellagre qui se caractérise par des diarrhées, des dermatoses et des troubles nerveux pouvant conduire à la démence. On l’indique, entre autres, pour traiter les hallucinations, les pensées de type psychotique ou paranoïaque, les troubles de l’humeur, les gencives douloureuses, les démangeaisons et brûlures de la peau.
Les besoins journaliers en vitamines B3 s’évaluent à 15 mg. Elle est présente dans de très nombreux aliments et en forte proportions dans le foie, le pain complet et la levure.

Vitamine B5 « acide pantothénique »

La vitamine B5 joue un rôle majeur dans de nombreuses opérations de synthèse et le métabolisme des acides gras. Elle est indispensable à la croissance, à la formation des cellules et à la lutte contre les infections. Sa carence n’existe quasiment pas mais, il arrive qu’exceptionnellement on observe des subcarences se manifestant par de légers troubles du sommeil et de la digestion, de la fatigue, des crampes musculaires, des fourmillements, des maux de têtes et le symptôme des « pieds brulant ». Elle est parfois indiquée dans les cas de perte de cheveux, d’anomalie des ongles et de maladies des voies respiratoires.
Les besoins journaliers en vitamines B5 s’élèvent à 10 mg au maximum ; elle est présente dans le foie, le cœur, la levure, le jaune d’œuf, le chou, le blé, le riz et la gelée royale.

Vitamine B6 « pyridoxine »

La vitamine B6 participe à un grand nombre de réaction enzymatiques, elle est essentielle pour le métabolisme des acides aminés et utile pour le système nerveux et la fabrication des globules rouges.
Le déficit se manifeste par des troubles de l’humeur, voire des états dépressifs, des troubles de la peau, des difficultés à se concentrer, des convulsions, des difficultés à uriner. Elle est indiquée lors d’affection de la peau, de polynévrites, des psychoses et d’atteinte du cerveau. Les femmes sous contraceptifs oral reçoivent parfois des vitamines B6 à titre préventif.
Les besoins journaliers en vitamines B6 s’élèvent à 2 mg, elle se trouve dans un grand nombre d’aliment, surtout dans les viande, laitages, œuf et légumes, les levures et germes de céréales.

Vitamine B7 « méso-inositol »

La vitamine B7 intervient dans tous les métabolismes. Elle joue un rôle majeur pour la santé des cheveux et le contrôle du taux de cholestérol. On la trouve dans tous les aliments riches en protéines animales ou végétales; levure de bière, germe de blé et pollen en sont très riche. L’alimentions couvre largement les besoins en vitamine B7 dont les doses journalières recommandées ne sont pas précisément définies.

Vitamine B8 « biotine »

On se préoccupe peu, du moins pour ce qui nous concerne de la vitamine B8. En effet, comme pour la B7, on ne connait pas de carence spontanée chez Lhomme. Les besoins, infimes, sont largement couverts par l’alimentation. On la retrouve principalement dans les abats, le foie et le jaune d’œuf.

Vitamine B9 « acide folique »

La vitamine B9 est indispensable à l’élaboration des globules rouges dans la moelle osseuse. Elle joue un rôle majeur dans le métabolisme des protéines et les processus de croissance et de reproduction. On lui attribue aussi un rôle dans la lutte contre le vieillissement cellulaire.
La carence en acide folique, exceptionnelle dans nos pays, provoque une forme particulière d’anémie à globule rouges trop gros et en quantité insuffisante, des troubles nerveux, digestifs ou de la mémoire, des polynévrites. Elle est indiquée en cas d’anomalies du sang, d’anémie et de troubles neurologiques.
Le corps assimile l’acide folique diversement en fonction de sa biodisponibilité. Certains aliments contiennent de la vitamine B9 de haute disponibilité comme les bananes, les fèves, les levures, et d’autres de l’acide folique peu disponible « absorption limitée par les transformations qu’il doit subir pour être assimilé ». C’est le cas du jus d’orange, de la laitue, du jaune d’œuf, du germe de blé et du chou.
Les besoins en acides folique sont difficiles à déterminer en raison notamment de la biodisponibilité de cette vitamine. La dose journalière est fixée à 0,4 mg pour un adulte.

Vitamine B12 « cyanocobalamine »

La vitamine B12 est indispensable à l’organisme, elle joue un rôle irremplaçable de catalyseur dans certaines synthèse de nos cellules et la fabrication de l’ADN; elle participe ainsi à la lutte contre le vieillissement cellulaires. Elle intervient dans le métabolisme des lipides, glucides et protéines.
Une carence déclarée débouche sur une anémie pernicieuse se manifestant par de graves troubles hématologiques, neurologiques et psychiatriques. Les premiers symptômes, avant que ne se produisent d’irréversibles lésions du système nerveux, sont des difficultés motrices, des pertes de mémoire, de la fatigue et de la nervosité. On l’indique aussi en cas de névrites, sciatiques ou névralgiques.
Les besoins quotidiens en vitamine B12 sont infimes, de l’ordre de 0,005mg, et les carences sont exceptionnelles. La vitamine B12 est liée aux protéines alimentaires et se trouve particulièrement concentrée dans le foie, les poissons « bleu » et les laitages.

Vitamine c « acide ascorbique »

La vitamine C est absolument indispensable à l’organisme. Son rayon d’action est large et elle intervient notamment dans le métabolisme des glucides, du fer, de certains acides aminés. Elle intervient également dans la formation du collagène et protège de l’oxydation du taux de cholestérol dans le sang. Le rôle éventuellement anti cancérigène de la vitamine C est actuellement à l’étude.
La carence en vitamine C génère le scorbut, grave maladie qui provoque des douleurs dans les articulations, des hémorragies sous cutanées, une perte de poids et la chute des dents. Des subcarences avec troubles muqueux et vasculaires s’observent parfois chez les vieillards, les fumeurs et le nourrisson. On prescrit cette vitamine notamment dans le cas de maladies infectieuses, ulcère de l’estomac, de fatigue et aux convalescents.
La vitamine c se trouve dans les végétaux et a forte dose dans les agrumes. Les besoin quotidiens sont évalués à 80 mg environ par jour.


Vitamine H

Avantages et bienfaits de la vitamine H
La vitamine H, également connue sous le nom de la biotine, fait partie des vitamines du groupe B complexe. Une vitamine hydrosoluble, elle se produit en petites quantités par l’intestin, naturellement, par les bactéries qui s'y trouvent la bas.
Ainsi, il n'est pas nécessaire pour une personne, de prendre des suppléments en vitamine H, afin d'éviter la carence. Elle sert essentiellement comme un enzyme essentiel qui a été trouvée à fournir une assistance dans la synthèse et l'oxydation des acides gras.

Qu'est-ce que la vitamine D?

Vitamine et pro-hormone, la vitamine D est essentielle à la santé des os et des dents, car elle joue un rôle essentiel dans le métabolisme du calcium dans l'organisme. Elle en régularise le taux sanguin, en améliorant notamment l'absorption intestinale de ce minéral. Elle minimise également son élimination, via l'urine. Elle participe enfin au dépôt et au retrait du calcium des os, selon les besoins de la masse squelettique et les muscles de votre corps.

Une usine à vitamine D

Véritable usine de transformation, le corps humain produit de 80 à 90 pour cent de la vitamine D qui lui est nécessaire lorsqu'il est exposé aux rayons UV du soleil (de la fin du printemps jusqu'au début de l'automne). Pour ce faire, une exposition des bras et des jambes, ou des bras et du visage, durant 15 à 25 minutes, entre 11 h et 14 h, par exemple, suffit au corps pour en fabriquer. Toutefois, les personnes à la peau foncée doivent s'exposer plus longtemps.

Des experts suggèrent même de vous exposer de deux à trois fois par semaine afin de fabriquer et d'emmagasiner des quantités suffisantes de cette vitamine essentielle à votre organisme. Ils recommandent toutefois d'éviter les coups de soleil, néfastes, et les crèmes de protection solaire, qui réduit les effets bénéfiques des rayons UV. Et les lits de bronzage ne peuvent fournir l'apport en vitamine D nécessaire à votre organisme.

Ironiquement, les dermatologues recommandent de nous protéger du soleil, de porter un chapeau, de mettre de la crème solaire. C'est bon pour la peau, mais, tout compte fait, ce n'est pas si bon pour la santé en général!

Et l'hiver

Si le soleil contribue, dans une large part, à aider notre organisme à fabriquer de la vitamine D, il est cruellement absent l'hiver. Il vous faudra donc vous procurer ce type de vitamine en quantité suffisante pour répondre à vos besoins. Vous trouverez, dans le commerce, des produits spécifiques qui vous procureront la dose quotidienne nécessaire... Celle-ci varie de 200 unités internationales (UI) pour les personnes âgées de moins de 50 ans, de 400 pour les gens âgés entre 50 et 70 ans, de 600 pour les 71 ans et plus et les femmes enceintes. Celles qui allaitent devraient en consommer 800, quotidiennement.

Toutefois, les chercheurs ne s'accordent pas sur ces quantités nécessaires pour maintenir notre organisme en meilleure santé. Certains, comme l'Association canadienne du cancer, suggèrent 1000 UI

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Les plantes médicinale



Il est possible de faire des très nombreuses plantes un usage médicinale simples, naturel non agressif et accessible à tous. Cette thérapie naturelle se révèle souvent d’une impressionnante efficacité et l’éventail des affections que les plantes sont susceptibles de soulager frappe par son ampleur.

Signalons qu’il ne faut jamais négliger le pouvoir des plantes naturel ne signifie pas inoffensif. Les plantes peuvent s’utiliser en tisane « infusion, décoction ou macération », en onguent, en cataplasme, en lavement ou en compresse.

Les essences de plantes ont également des propriétés remarquables mais plus délicates d’utilisation sans compter que les essences possèdent parfois des vertus curatives différentes des plantes n’ayant subi aucune transformation.

Absinthe « artemisia absinthium »





Ses propriétés sont toniques, apéritives, stimulantes et digestives. Elle ouvre l’appétit et se révèle efficace contre tous les troubles gastriques et les insuffisances hépatiques. Elle sera en outre appréciée pour ses vertus vermifuges et emménagogues,, de vers et de règles douloureuses ou insuffisamment abondantes.

Utiliser les sommités fleuries en infusion, à raison d’une petite cuillerée à soupe par litre d’eau. Boire deux tasses par jour pendant une semaine avant les règles pour effet emménagogue. Pour les troubles gastriques : trois tasses par jour avant ou après les repas et pour les problèmes intestinaux une tasse a jeun le matin en cure pendant une semaine.



Achillée millefeuille « achillea millefolium »





L’achillée recèle d’intéressantes propriétés antiseptiques, cicatrisantes, diurétiques, hémostatiques, toniques, antispasmodiques et emménagogues. Son intervention en cas d’hémorroïdes s’avère bénéfique : faire bouillir fleurs et feuilles « une poignée pour un litre d’eau » pendant dix minutes et prendre trois tasses par jours. Pendant plusieurs jours. Elle est efficace également pour réduire le flux menstruel et les douleurs accompagnant les règles. Elle se révèle aussi utile en cas de spasmes de l’estomac, des intestins ou de l’utérus. Elle semble par ailleurs avoir une action bienfaisante sur les peaux acnéiques.



Acore aromatique « acorus calamus »



Il possède des propriétés toniques et stomachiques qui permettent une bonne digestion et l’arrêt de vomissements. Dépuratives, il diminue sensiblement le taux d’acide urique dans le sang.

Prendre une infusion « 15 g par litre d’eau », deux tasses / jours. Un breuvage malheureusement peu agréable qui gagnera à être édulcoré avec un peu de miel et aromatisé avec du jus de citron.



Aigremoine « agrimonia eupatoria »



Ses propriétés sont astringente, toniques, anti-inflammatoires, diurétiques, cicatrisantes. Pour les inflammations et catarrhes intestinaux, préparer une infusion de feuille « 100 g pour un litre d’eau » à boire petit à petit tout au long de la journée. Contre les diarrhées, boire deux tasses par jours d’une infusion de sommités fleuries.

L’infusion de fleurs et feuilles est utiles en cas de coliques néphrétiques, maux de reins, incontinences et pour de nombreuses affections du foie. En bains de bouche et gargarismes, elle intervient dans l’apaisement des aphtes, maux de gorges, angines et amygdalites.



Alchémille « alchémilla vulgaris »



Cette plante, appelée aussi pied-de lion, est recommandée en cas de pertes blanches ou de règles trop abondantes. Astringente, très riche en tannin, elle constitue également un bon dépuratif du sang.

Préparer en infusion, à raison de 20 à 30 g par litre d’eau, et prendre deux tasses par jours. Pour soulager les constituions, appliquer des compresses d’infusion d’alchémille « 60 g pour un demi-litre d’eau »



Alkékenge « physalis alkekengi »



Les baies recèlent de nombreuses vertus thérapeutiques : diurétiques, fébrifuges et antirhumatismales.

L’alkékenge est utilisé en cas de jaunisse, rétention d’urine, calculs rénaux, goutte.

Mettre 30-40g de baies séchées pour un litre d’eau et préparer en décoction « faire bouillir 5 minutes et laisser infuser ». Boire une ou plusieurs tasses dans la journée à jeun et avant les repas.



Aneth « anethium graveolens »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>
<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




En décoction, on utilise contre les gaz, les digestions difficiles, vomissements, nausées et hochets. Une cuillerée à café de graine suffit généralement pour un litre d’eau, à boire après les repas.



Angélique. « angélica archangelica »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






Ses propriétés sont diurétiques, dépuratives, toniques, antispasmodiques, expectorante, digestives et emménagogues. On utilise donc en cas de règles douloureuses, de bronchite, de faiblesse générale, d’aérophagie. Elle est bénéfique également en période de stress et en cas de troubles nerveux. Son action calmante sur les migraines se révèle souvent une aide précieuse.

À prendre en infusion « une cuillerée à soupe par litre d’eau, de plante séchée ou fraiche », plusieurs tasses par jours.



Armoise



Son action bénéfique s’exerce en cas d’épilepsie et de spasmes. Ses bienfaits sont reconnus pour les règles douloureuses « trois tasses par jours pendants la période menstruelle » et irrégulières ‘ une tasse à jeun pendant les cinq jours qui précèdent ».

Préparer en infusion à raison d’une grosse cuillerée à soupe par litre d’eau. Contre les convulsions et l’épilepsie, absorber au long de la journée 15 cg de poudre de racine d’armoise avec 30 g de sucre.



Aspérule odorante « asperula odorata »



Ses propriétés sont tonique et calmantes à la fois, antispasmodiques et diurétiques.

On lui reconnait une action bénéfique sur la circulation du sang. On utilise aussi contre l’excitation nerveuse, les insomnies, les affections des reins, des vessies et du foie.

L’aspérule odorante se prépare en infusion à raison d’une cuillerée à dessert par tasse. Prendre trois tasses par jours.



Aubépine « crataegus oxyacantha »



L’efficacité de l’aubépine contre les palpitations et les insomnies est reconnue. Excellente pour le cœur et la circulation du sang, on y recourra en cas d’agitation, d’angine de poitrine, de tachycardie, grâce à la présence de tannin, possède également des vertus diurétiques et anti diarrhée « en décoction, 10 g de fruits séchés par litre d’eau, deux tasses par jours ». en infusion « une grosse cuillerée à soupe de fleurs par litre d’eau », à raison de trois tasses par jour pendant une semaine.



Aunée



L’aunée se révèle bénéfique contre les toux diverses et les bronchites grâce à ses propriétés calmantes et expectorantes. Elle s’avère aussi un merveilleux tonique qui combat l’anémie. La faiblesse générale, le manque d’appétit. Son action est bienfaisantes également en cas de problème de reins, de vessie et pour éliminer l’urée.



Bardane



Ses propriétés sont diurétiques, sudorifiques et dépuratives. Son action sur la peau s’avère bénéfique pour tous les problèmes liés à la présence de toxines dans le sang.

Préparer en infusion « feuille et racine » avec deux bonnes cuillerées à soupe par litre d’eau et prendre à raison de deux a trois tasses par jours.

Contre les douleurs de l’arthrite, appliquer des cataplasmes de feuilles fraiches.



Berce « heracleum shhondylium »



La berce possède des vertus digestives, antispasmodiques et vermifuges puissantes. Ses propriétés toniques la rendent précieuse dans le cas d’asthénie et les états dépressifs. On lui attribue également un pouvoir aphrodisiaque comparable à celui de la racine de ginseng.

On préparer les feuilles plutôt en infusion, une petite cuillerée par tasse et les racines et les fruits en décoction dans les mêmes proportions. Prendre pour l’une et l’autre tisane trois fois par jour.



Bétoine





La bétoine « betonica officinalis »



La bétoine possède des propriétés expectorantes puissantes et des vertus stomachiques, purgatives, vulnéraires et antiseptiques. On la recommande contre les bronchites, les rhumes ainsi qu’en cas D’hydropisie, de jaunisse, de paresse digestive et intestinale. Elle se révèle également efficace contre les migraines mais sous forme de prises, comme le tabac.

La bétoine se prépare en infusion à raison d’une cuillerée à café » feuille et racine » par tasse d’eau bouillante. Prendre deux tasses par jour.

Pour soigner et hâter la cicatrisation des blessures et des ulcères, appliquer un cataplasme préparé avec une poignée de feuille cuites dans un peu d’eau.



Bleuet « centaurea cyanus »



Son action bénéfique dans les affections ophtalmiques ne doit pas faire oublier ses propriétés digestives, laxatives, diurétiques et antirhumatismales.

Il intervient pour aider les digestions lentes et difficiles, pour soulager les douleurs de l’arthrose et stimuler le foie et les reins. Le bleuet se prépare en infusion, à raison d’une pincée de fleurs séchées par tasse, à prendre deux à trois fois par jour. L’infusion peut servir pour la préparation de compresses destinées à soulager les conjonctivites et les inflammations des yeux.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Boldo « peumus boldus »



Le boldo possède des propriétés cholagogue remarquable, aussi le prescrit-on pour un très grand nombre d’affections du foie: calculs biliaires, congestion, hépatites, cirrhose. Ses vertus stomachiques et toniques le rendent également précieux lors de dysfonctionnements de l’estomac; il stimule la digestion et régularise la production de sucs. Il a aussi une action bienfaisante sur les affections des voies urinaires.

La tisane de boldo se prépare en infusion, mais aussi en décoction, à raison d’une grosse cuillerée à café « feuille » par tasse. Prendre deux ou trois tasses par jours, de préférence avant les repas.



Bouillon-blanc « verbascum thapsus »





Ses vertus essentielles sont rafraichissantes, émollientes, dépuratives, diurétiques et expectorante. Il excelle dans le traitement des affections des bronches ou des poumons, de l’asthme et même de la tuberculose.

Il se prépare en infusion « feuille et fleurs » avec une bonne pincée par tasse et se prend trois fois par jours. On passe et filtre toujours les tisanes, et ici ne faites surtout pas l’économie de cette opération en raison surtout poile des feuilles qui ne manqueraient pas d’irriter la gorge, produisant l’effet inverse de celui escompté.

Pour soulager les hémorroïdes et les engelures, préparer un onguent avec 25 g de fleurs de bouillon blanc et 50 g d’huile d’olive et le faire cuire jusqu’à obtention d’une pâte.



Bouleau « betula alpa »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




Le bouleau, réputer pour ses propriétés diurétiques, intervient efficacement en cas d’albumine, de coliques néphrétiques, d’d’hydropisie. Il est apprécié également pour son action bénéfique dans les troubles dus à la goutte et aux rhumatismes.

Il se préparer en infusion, à raison d’une cuillerée à café par tasse. À boire trois fois par jour avant ou entre les repas, avec plaisir car son goût est excellent.



Bourdaine « rhamnus frangula »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




La bourdaine doit sa réputation à ses incontestables propriétés laxatives. C’est un excellent purgatif qui n’irrite pas la muqueuse intestinale. Elle est sans dangers, à recommander également aux enfants et aux femmes enceintes souffrant de constipation.

La bourdaine se prépare en décoction, une cuillerée à café par litre d’eau. Faire bouillir dix minutes et prendre une ou deux tasses avant le coucher. L’action de la bourdaine n’est pas immédiate : il faut compter huit heures environ.



Bourrache .borago officinalis »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




La bourache contient du salpêtre expliquant son action. Elle constitue un excellent dépuratif : elle est à conseiller, entre autres, en cas d’herpes, et elle s’avère très bénéfique lors de fièvre éruptives. Elle possède également des propriétés béchiques et calmantes appréciables en cas d’affections des voies respiratoires.

Elle se prépare en infusion. Compter une cuillerée à café par tasse et boire trois tasses par jours, où plus.ne ne pas oublier de bien filtrer la boisson avec un linge pour éliminer les poils de la plante.

Pour soulager les douleurs de la goutte, préparer un cataplasme, à appliquer bien chaud, en faisant cuire une poignée de feuilles sèches de bourrache dans un peu d’eau.



Bourse-à-pasteur « capsella bursa pastoris »





Ses propriétés sont indéniablement hémostatiques. Elle favorise la coagulation et intervient donc lors de tout saignement « règles trop abondantes, varices, hémorroïdes » elle a également une action bénéfique en cas d’hypertension.



Bruyère « calluna vulgaris ou erica vulgaris.





Ses propriétés diurétique et antiseptiques font d’elle une alliée précieux en cas de cystite , de prostatite et elle aide

La dissolution des calculs. La bruyère agit également sur la circulation et est un bon dépuratif.

La tisane de bruyère se prépare en infusion ou en décoction, à raison de trois cuillerées à soupe de fleurs par litre d’eau. On peut en boire cinq ou six tasses par jours en traitement.



Buis « buxus sempervirens »





Ses propriétés sont antiseptiques, sudorifiques et dépuratives. Il a son rôle à jouer lors d’infection des voies biliaires, de rhumatisme et de goutte, de fièvre.

Le buis se prépare en décoction avec trois cuillérées à soupe de feuille par litre d’eau. Faire bouillir un quart d’heure et boire jusqu’à trois ou quatre tasses par jours.



Busserole « arctostaphylos officinalis »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






La busserole possède des propriétés antiseptiques, astringentes, diurétiques, expectorantes et décongestionnantes. Son effet est remarquable sur toute les affections rénales, elle agit également efficacement en cas de cystite, inflammations de la vessie, rétention d’urine ou incontinence, hypertrophie prostatique. Elle interviendra favorablement aussi lors de bronchites ou de leucorrhées.

La tisane de busserole se prépare en infusion à raison d’une grosse cuillerée à café de feuilles par tasse et de trois tasses par jour. Prendre cette tisane de préférence éloignée des repas.



Camomille »anthémis nobilis »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






Ses multiples vertus la font intervenir dans de nombreux cas : fièvres, névralgies, digestions difficiles, colites, spasme gastro-intestinaux, nervosité et insomnies, manque d’appétit.

La camomille se prépare en infusion avec deux bonne pincées de fleurs séchées par tasse. Prendre une tasse au moment des troubles, et jusqu’à trois tasses ou plus par jour, avec cette infusion tiède, on peut préparer des compresses pour soulager les yeux irrités ou fatigués.



Capillaire » adiantium capillus veneris »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




Le capillaire possède des propriétés béchiques, expectorantes, adoucissantes et, accessoirement, diurétique. Elle soulage les toux, les bronchites, les rhumes, trachéites et états grippaux.

La tisane de capillaire se prépare de préférence en décoction « surtout si l’on utilise la plante entière et pas seulement les feuilles » mais aussi en infusion simple. Compter une cuillerée à café de feuilles par tasse. Boire trois tasse par jours entre les repas.

Contre les pellicules et la chute des cheveux, frictionner le cuir chevelu quotidiennement avec une décoction de capillaire « 100 g dans un litre d’eau à faire bouillir une demi-heure puis filtrer »



Capucine « tropaeolum majus »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






Son action est diurétique, antibactérienne, pectorale et légèrement aphrodisiaque. On y aura avantageusement recours en cas de cystite et de pyélite, pour le traitement des bronchites, des angines, des refroidissements et même de la tuberculose.

La capucine se prépare en infusion. Jeter une bonne pincée de jeune feuille par tasse d’eau bouillante et boire deux ou trois tasses par jours.

Pour désinfecter et hâter la cicatrisation des plaies, appliquer un cataplasme confectionné avec deux poignées de feuilles fraiches cuites dans un peu d’eau.



Chêne rouge « quercus robur »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






Le chêne constitue un astringent extrêmement puissant, l’écorce particulièrement dont il faut user avec précaution par voie interne pour ne pas provoquer d’irritations. Le chêne est également tonique, hémostatique et anti catarrheux. Il intervient dans le traitement de diverses affections telles que la bronchites, la tuberculose, la jaunisse, la cirrhose, les diarrhées, les entérites et leucorrhées.

L’écorce de chêne mélangée à proportions égales avec de la camomille et de la gentiane donne une excellente tisane contre la fièvre, appelée « quinquina français » avec les glands torréfiées et réduits en poudre, on prépare une boisson qui peut fort bien remplacer le café; sans danger pour l’organisme, elle est tonique, fortifiante et régule les fonctions intestinales.

Le chêne se prépare en décoction, compter une poignée d’écorce ou de feuilles par litre d’eau. Prendre trois petites tasses par jours, de préférence entre les repas.


Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Chicorée « cichorium intybus »



Ses propriétés sont toniques, stomachiques, dépuratives, diurétiques, laxatives, apéritives et cholagogues. Elle distille ses bienfaits en cas d’insuffisances hépatique, de jaunisses, d’engorgement de la vésicule biliaire, de constipation, de manque d’appétit, de cystite.

Grace à son action dépurative, elle tonifie l’organisme et rafraichit le teint.

La chicorée se prépare en infusion « les feuilles » ou en décoction « la racine » à raison d’une poignée par litre d’eau. Boire trois tasses par jour.



Chiendent « agrophyrum repens »





Ses propriétés sont diurétiques, antiseptiques, antirhumatismales, rafraichissantes, émollientes, anti-inflammatoire et dépuratives. On le reconnait en cas de calcul biliaire, de cystite, d’urétrite, d’inflammation ou d’infection des voies urinaires. Il favorise l’élimination des toxines du sang et de l’acide urique.

Le chiendent se prépare de préférence en décoction à raison d’une poignée de rhizome « tige souterraine »par litre d’eau boire quatre tasses par jour.



Coquelicot »pavaver rhoeas »





Son usage comme calmant et expectorant remonte à l’antiquité. Proche du pavot, le coquelicot contient de la morphine, de la codéine et de la narcotine. En raison de ses principes actifs puissants, il s’avère prudent de n’y avoir recours qu’à bon escient et en respectant les doses prescrites par les pharmaciens ou l’herboriste.

Ses propriétés sont calmantes, émollientes, expectorantes et sudorifiques. Le coquelicot procure un notable apaisement en cas de bronchite, angine, toux, coqueluche, asthme.

Le coquelicot se prépare en infusion à raison d’une pincée de fleurs par tasse d’eau bouillante. Prendre deux tasses par jour, de préférence en fin de journée et avant le coucher.



Douce-amère « solanum dulcamara »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






La douce -amère est essentiellement sudorifique, diurétique et dépurative. Elle intervient en traitement des affections rhumatismales, de la syphilis et de nombreux troubles dus à la présence de toxine et d’impuretés dans le sang; elle se révèle très efficace, notamment pour les problèmes de peau « furonculose par exemple ».

La tisane de douce-amère se prépare en infusion à raison d’une grosse pincée par tasse. Prendre deux tasses par jours. Comme elle peut être légèrement toxique, il convient de ne pas en abuser, d’éviter un usage régulier et de ne pas dépasser les doses.



Églantier »rosa canina »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




Les baies diurétiques, fortifiantes, astringentes et vermifuges se révèlent efficaces comme dépuratif et tonique de l’organisme et en cas de diarrhées ou de calculs. Les fleurs par contre sont laxatives et stimulantes.

L’églantier se prépare en infusion pour les fleurs. Compter une cuillerée à café par tasse d’eau bouillante et boire trois tasses par jours.

Les baies se préparent de préférence en décoction à raison d’une poignée par litre d’eau. Faire bouillir dix minutes et prendre deux ou trois tasses par jour.



Épine-vinette ou "berbéris commun « berberis vularis »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




Ses propriétés sont toniques, dépuratives, diurétiques, chola gigue et laxatives. On l’utilise contre les fièvres, notamment paludéennes, les troubles de la circulation sanguine. Les affections du foie et de la vésicule, les coliques hépatiques ou néphrétiques. Attention, les racines et l’écorce sont laxatives, contrairement aux feuilles et fruit.

La tisane d’épine-vinette se prépare en décoction avec une poignée par litre d’eau, qu’elle que soit la partie de la plante utilisée. Boire trois tasses par jours.



Eucalyptus « eucalyptus globulus »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




Ses propriétés sont antiseptiques, fébrifuges, balsamiques. On le reconnait et l’utilise surtout pour les affections respiratoires ou il excelle. Angine, bronchites, toux diverses, grippes, fièvres, rhumes, rien ne lui résiste. L’eucalyptus peut également soulager des infections très diverses en raison de ses puissantes propriétés antiseptiques : il est recommandé notamment en cas de leucorrhée, gonorrhée, blennorragie.



Fenugrec « trigonella foenum graecum »





Les propriétés des graines de fenugrec sont essentiellement toniques, diurétiques et apéritives. On l’utilise notamment en cas de diabète, d’anémie, d’amaigrissement, de lymphatisme.

Les graines de fenugrec se préparent en décoction à raison d’une cuillerée à café par tasse d’eau. Laisser bouillir dix minutes et prendre une tasse par jour le matin à jeun, en cure sur au moins une semaine.

En cas de furonculose, appliquer un cataplasme préparé avec des graines de fenugrec réduites en poudre et de l’eau.



Fougère mâle « dryopteris filix-max »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




On a rarement trouvé plus efficace que la fougère contre le ténia. Notons qu’elle a peu d’effet sur les autres vers intestinaux et que son action puissante la rend difficile à administrer aux enfants.

La fougère se prépare en infusion ou mieux en décoction à raison d’une cuillerée à café par tasse. Il est bon de prendre le matin à jeun une tasse de fougère et deux ou trois heures plus tard une tisane laxative à base de bourdaine et de séné, par exemple.



Frêne « fraxinus excelsior »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






L’action de frêne est plus particulièrement diurétique, dépurative, antirhumatismale et fébrifuge. L’écorce possède par ailleurs des propriétés tonique et apéritives et les feuilles sont légèrement laxatives. L’écorce possède par ailleurs des propriétés toniques et apéritives et les feuilles sont légèrement laxatives.

On utilise le frêne dans le traitement des rhumatismes, de la goutte, des coliques néphrétiques, de la constipation, de l’excès d’urée et de cholestérol, des fièvres « l’écorce essentiellement »

Les feuilles de frênes se préparent en infusion « une bonne poignée par litre d’eau ». L’écorce en décoction « deux poignées par litre » prendre plusieurs tasses par jours, dont une a jeun le matin pour un effet dépuratif et diurétique.

Pour fortifier les gencives et purifier l’haleine, mâcher lentement une feuille de frêne.



Fumeterre « fumaria officinalis »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






La fumeterre s’avère un excellent dépuratif du sang, élimine les toxines, assouplit les artères et régule la tension c’est un bon tonique qu’on utilisera en cas d’asthénie et de fatigue des organes d’éliminations. Son action cholérétique et hépatique ne s’est jamais démentie.

La tisane de fumeterre se prépare en infusion à raison de deux cuillerées à soupe par litre d’eau. Prendre deux tasses par jour en cure d’une semaine.

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Genêt « sarothamus scoparius »





Le genêt constitue un puissant diurétique et dépuratif. Ses fleurs recommandées aux personnes souffrant d’excès de poids ou de rétention de liquide. Il est particulièrement efficace dans le traitement de toute affection des voies urinaires, de l’albumine, de l’urée et des rhumatismes. Il a également son utilité contre les troubles du foie et de la vésicule biliaire. On retiendra aussi son action bénéfique sur les problèmes cardiaques tels que l’arythmie, la bradycardie, l’hypertension.

Pour hâter la guérison d’un abcès, appliquer un cataplasme préparé avec des sommités fleuries et des bourgeons frais écrasés.



Genévrier. « juniperus communis »





Les baies possèdent des propriétés diurétiques, dépuratives mais également stomachiques, toniques, apéritives, antiseptiques et diaphoniques. Elles sont recommandées en cas de problèmes digestifs et de mauvaise haleine, de manque d’appétit, de fatigue, d’anémie, de problème de peau dû à la présence de toxine dans le sang, de blennorragie, d’inflammation des voies urinaires, d’hydropisie, de calcul et d’affection pulmonaire.

Le genévrier se prépare en infusion ou décoction à raison d’une cuillerée à café de baies par tasse. Boire deux ou trois tasse par jour. Placer une poignée de baies de genévrier dans l’oreille soulage les migraineux.



Gentiane « gentiana lutea »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






Les vertus de la gentiane sont cholagogues, cholérétiques, apéritives, fébrifuges, vermifuges et digestives. Elle constitue un excellent stimulant des fonctions digestives à recommander en cas de paresse de l’estomac, de troubles hépatiques et biliaires, d’anémie et de manque d’appétit. La gentiane se révèle également efficace contre les fièvres et le paludisme. On a remarqué que son absorption agit en cas de fatigue générale ou d’anémie, on tirera bénéfice d’une petite cure de gentiane.

La racine de gentiane se prépare en décoction à raison d’une poignée par litre d’eau. Faire bouillir cinq bonnes minutes et laisser infuser plusieurs heures avant de boire deux ou trois tasses par jour avant les repas.



Gui « viscum album »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>








Ses propriétés sont essentiellement calmantes e t antiseptiques. La tisane de gui s’avère bénéfique dans tous les cas de crise nerveuse, épilepsie, hystérie, convulsions et hypertension.

Le gui se prépare en infusion. Jeter une pincée par tasse d’eau bouillante et boire deux tasses par jour entre les repas. Vous pouvez parfumer cette boisson au goût particulier de l’anis ou l’édulcorer avec du miel.

Le gui doit être utilisé avec précaution et modération, de préférence sur les conseils d’un médecin ou d’un pharmacien, ses principes puissants pouvant se révélé dangereux, notamment pour le cœur.



Guimauve « althea officinalis »





Ses propriétés sont émollientes, anti-inflammatoires, pectoral et béchiques. Elle apporte un réel soulagement lors d’affections des voies respiratoires. C’est également un bon diurétique et laxatif.

La tisane de guimauve se prépare en infusion ou décoction à raison d’une cuillerée à café de racine et ou fleurs par tasse. Boire deux à trois tasses par jour. Donner aux enfants, lors de la percée dentaire, un morceau de r acine de guimauve à mastiqué.



Hamamélis « hamamelis virginiana »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>








L’hamamélis possède d’étonnantes propriétés hémostatiques et vasoconstrictrices. Son e ffet est remarquable sur la circulation veineuse et artérielle qu’il régule. Il soulage tous les troubles liés à la circulation sanguine : varice, phlébites, hémorroïdes, ulcères, petites hémorragies, saignement, congestions, notamment génitales. Il a de réelles vertus décongestionnantes et cicatrisantes.

L’hamamélis se prépare en infusion à raison d’une cuillérée à café de feuille par tasse. Prendre deux tasses par jours.



Houblon « humulus lupulus »





Le houblon est calmant et très légèrement narcotique et hypnotique. Son usage lors de troubles nerveux, d’angoisse ou d’insomnies se révèle efficace. Il serait également susceptible de calmer un appétit sexuel excessif. Le houblon constitue un bon tonique apéritif, il élimine l’acidité de l’estomac et convient aux personnes fatiguées ou anémiées. Il est par ailleurs un remarquable dépuratif du sang.

La tisane de houblon se prépare en infusion avec une petite poignée de cônes par litre d’eau . à prendre deux ou trois fois par jours, avant les repas.



Houx « ilex aquifolium »





Le houx possède de nombreuses propriétés thérapeutiques. L’écorce intervient efficacement lors de troubles et insuffisances hépatiques, de jaunisse, et en cas d’hystérie ou d’épilepsie. Elle est également ainsi que les feuilles, sudorifique.

Les feuilles peuvent se préparer en infusion à raison d’une bonne cuillerée à café par tasse « deux tasses par jour » et l’écorce en décoction, une petite poignée par litre d’eau « trois tasses par jour » . prendre de préférence les tisanes de houx entre les repas.



Hysope « hyssopus officinalis »





Ses propriétés thérapeutiques sont béchiques, pectorales. Expectorantes et sudorifiques. Il semble qu’elle soigne toutes les formes de toux, bronchites et maux de gorge ainsi que l’asthme. L’hysope possède également une action dépurative et diurétique loin d’être négligeable.

L’hysope se prépare en infusion avec une petite cuillérée à café par tasse d’eau bouillante. Boire trois ou quatre tasses par jour.

Pour soulager les contusions, appliquer des compresses imbibées d’infusion tiède « 100 g de sommités fleuries ou de feuilles dans un litre d’eau ».

Laver la peau sujette à des éruptions avec une infusion « 50 g de sommités fleuries dans un litres d’eau ».



Iris »iris germanica »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>








L’iris possède de notables propriétés expectorantes. Il constitue également un bon diurétique et dépuratif.

La tisane d’iris se prépare en décoction de rhizome séché et finement découpé par litre d’eau. Prendre trois tasses par jour assez éloignées des repas.



Lavande « lavandula officinalis »





Ses propriétés thérapeutiques sont antiseptiques, antispasmodiques, stomachiques, diurétiques, carminatives et calmantes. Elle est recommandée comme antiseptique des voies respiratoires en cas de catarrhe, grippe, rhume, coqueluche, c’est un bon tonique efficace contre les maux de tête, les vertiges et les fièvres. Elle se révèle également précieuse pour lutter contre les insomnies, la nervosité, les spasmes. Son action est par ailleurs bénéfiques pour l’appareil digestif et les fonctions d’élimination.

La lavande se prépare en infusion ou en décoction. Compter une cuillérée à café par tasse et prendre trois à quatre fois par jour.



Lichen d’Islande « cetraria islandica »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






Le lichen possède de puissantes vertus expectorantes, décongestionnantes et anti-inflammatoires. On utilise l’utilise avec d’excellent résultats en traitement des affections pulmonaires bronchite, coqueluche, tuberculose, catarrhe des bronches, toux diverses, irritation et inflammation de la gorge et également en cas de diarrhées.

La tisane de lichen se prépare en infusion ou en décoction « on obtient alors un liquide assez épais, proche de la gelée » à raison d’une bonne poignée par litre d’eau et de deux tasses par jour.

Pour soigner la toux, laisser bouillir le lichen une bonne demi-heure pour obtenir une gelée : mélangée à du miel, elle forme une pâte très efficace.



Lierre « hedera helix »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






Le lierre en infusion peut intervenir pour réduire la lactation ou contre les règles douloureuses quelques jours avant la menstruation. L’action du lierre contre la cellulite est reconnue. Elle est due à l’un des principaux principes actifs qu’il contient. L’hédérine, puissant vasoconstricteur et hémolytique.

En usage externe, le lierre ne présente aucun inconvénient, en usage interne il ne faut jamais abuser, l’hédérine provoquerait des convulsions, des vomissements et une forte accélération du pouls.

Le lierre se prépare en infusion à raison d’une cuillérée à soupe de feuilles hachées dans un litre d’eau. Prendre une ou deux tasses par jours, sans utilisation prolongée.



Lin « linum usitatissimum »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>




Les propriétés des semences de lin sont émollientes, diurétiques, laxatives. On le recommande en cas de paresse intestinal, de colite, d’inflammation et d’irritation des voies urinaires ou éventuellement des bronches.

La macération est le mode de préparation qui convient le mieux au lin. Compter deux cuillerées à café de graines dans un litre d’eau. Laisser au moins douze heures et boire deux tasses par jour.

Pour traiter les inflammations des bronches appliquer un cataplasme chaud préparé avec 60 g de farine de lin bouillie dans un quart de litre d’eau.

Pour soulager les phlébites, appliquer des compresses imbibées d’un liquide obtenu en faisant bouillir pendant vingt minutes, 50 g de graines de lin dans trois litres d’eau.

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Marrube « marrubebium vulgare »



Le marrube réunit des propriétés béchiques, pectorales, expectorantes, antiseptiques, antispasmodiques, toniques, apéritives et dépuratives. Son action est remarquable en traitement de toutes les affections respiratoires et pulmonaires. Il ouvre l’appétit et on le recommande aux convalescents et aux anémiés. Il agit également en cas de troubles hépatiques, s’avère efficace pour les problèmes circulatoires et détient la faculté de fluidifier le sang.

Son pouvoir amaigrissant est notable et justifie son u sage en cure.

La tisane de marrube se prépare en infusion avec une poignée de sommités fleuries et de feuilles par litre d’eau bouillante. Prendre trois ou quatre tasses par jour, avant les repas.



Mauve « malvia sylvestris »



Les propriétés de la mauve sont émollientes, laxatives, béchiques, anti-inflammatoires et calmantes. On la recommande pour toutes les inflammations et irritations des voies respiratoires et intestinales. Elle n’est jamais agressive et convient parfaitement aux enfants. En cas de nervosité, elle intervient aussi judicieusement. La mauve peut aider au traitement de l’obésité et entrer dans les cures d’amaigrissements « en décoction deux poignées de feuilles fraiches dans un litre d’eau ».

L’infusion de mauve se prépare avec une poignée de fleurs et feuilles par litre d’eau bouillante. Prendre deux tasses par jours ou plus selon les cas. On peut sans problème faire une cure de 30 ou 40 jours.

Des gargarismes avec de l’infusion de mauve soulagent les inflammations des gencives et de la gorge.



Mélilot officinal « melilotus officinalis »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>


Le mélilot officinal possède de nombreuses propriétés calmantes, antiseptiques, carminatives, astringentes, expectorantes et antiseptiques. Il est recommandé dans le traitement des maladies veineuses, des névralgies, des infections urinaires, des toux spasmodiques, ou crampes d’estomac. Légèrement somnifère, il calme les personnes nerveuses et angoissées, leurs prépare un sommeil agréable et élimine les troubles « intestinaux, gastriques » liées à la nervosité.

La tisane de mélilot se prend en infusion. Compter une cuillerée à café de sommités fleuries par tasse d’eau bouillante. Prendre deux tasses par jours de cette boisson, de préférence entre les repas et avant le coucher.

L’infusion de mélilot en bain de bouche soulage les stomatites; en gargarismes, on l’utilise pour traiter les inflammations de la gorge.



Mélisse officinal « melissa officinalis »

<P style="MARGIN: 0cm 0cm 10pt" class=MsoNormal>






Les propriétés de la mélisse officinale sont sédatives, antispasmodiques, toniques, stomachiques, digestives, carminatives et calmantes. On la recommande en cas de vertiges, syncope, crise nerveuses, fatigues, irritabilités et trouble gastriques et intestinaux d’origine nerveuse.

Elle apaise les migraineux, ceux qui souffrent de palpitations ou d’arythmie et, prise avant le coucher, prépare un sommeil tranquille et réparateur. On peut l’utiliser sans crainte en cure, il semble même que prise régulièrement pendant deux ou trois mois « quinze jours par mois » elle tende à optimiser les performances de la mémoire.

La tisane de mélisse se prépare en infusion avec deux cuillerées à soupe pour un litre d’eau. Boire trois tasses par jour.

Pour calmer la douleur occasionnée par une blessure, appliquer des compresses de feuilles et sommités fleuries fraiche écrasées.



Millepertuis « hypericum perforatum »



Le millepertuis possède des propriétés sédatives, cicatrisantes, pectorales, diurétiques, antiseptiques, expectorantes et calmantes. En usage interne, on le recommande contre les affections pulmonaires, les migraines, les intoxications d’origines alimentaires, les règles trop abondantes et les pertes blanches ainsi que les cystites. Il semble qu’il ait également une action bénéfique en cas d’impuissance et de frigidité.

Le millepertuis se prépare en infusion. Compter une cuillerée à café par tasse d'eau bouillante et prendre deux ou trois tasses par jour.



Muguet « convallaria maialis »



Ses propriétés sont toniques, antispasmodiques, diurétiques, purgatives. À faible dose, il est bénéfique mais l’abus se révèle toxique et dangereux. Des doses trop importante ou un usage trop régulier et prolongé de muguet peuvent entrainer vomissements, vertiges crampes et jusqu’à une paralysie du muscle cardiaque, aussi est-il vivement recommandé de ne pas prendre de tisanes de muguets que sur prescription médicales et en respectant scrupuleusement les doses. Son action puissante est bénéfique en cas de palpitation, de convulsions d’hydropisie cardiaque, d’angine de poitrine.

Le muguet se prend en infusion à raison d’une cuillerée à café de fleurs séchées par litre d’eau bouillantes. Prendre deux tasses par jour, sous suivie médicale.



Noyer « juglans regia »



Les propriétés des feuilles de noyer sont dépuratives, antiseptiques, astringentes, tonique, antidiabétiques, emménagogues, vermifuges et fortifiantes. On recommande la tisane de feuille de noyer en cas de faiblesses générales, d’anémie, de rachitisme, de diabète, de tuberculose, de fièvres et de jaunisse.

Les feuilles de noyer se prennent en infusion. Jeter une poignée dans un litre d’eau bouillante et laisser infuser une dizaine de minutes. Boire trois ou quatre tasses par jour.

Pour la fièvre, les vers et les retards de règles, préparer plutôt une décoction avec les feuilles.

Pour hâter la cicatrisation des plaies, appliquer des cataplasmes de feuilles fraiches de noyer écrasées.



Oranger «citrus aurantium »





L’oranger possède des propriétés calmantes, antispasmodiques, digestives, stomachiques, fébrifuges, diaphorétiques et somnifères. Feuilles et fleurs sont recommandées en cas de troubles nerveux, d’insomnies, de migraines, de palpitations, d’épilepsie, de spasme de l’estomac et de digestion difficile. L’écorce d’orange amère possède des vertus appétitives certaines et combat l’acidité stomacale.

La tisane d’oranger se prépare en infusion avec une cuillerée à café de fleurs par tasse. Prendre deux ou trois tasses par jour, au moment des douleurs et avant le coucher en cas d’insomnie.



Ortie « urtica dioica »



L’ortie possède des propriétés hémostatiques, dépuratives, diurétiques, astringente, antianémiques, antidiabétiques, antiarthritiques. On la recommande en cas de saignements, d’hémorragies utérines, d »hémoptysie, de règles trop abondantes, de leucorrhées, de diarrhées, de douleurs rhumatismales, d’arthrite, d’excès de suce dans le sang.

La tisane d’ortie se prépare en infusion avec une bonne poignée par litre d’eau « deux poignée pour le traitement de l’arthrite, de la goutte et des rhumatismes » quatre tasses par jour à prendre entre ou avant les repas. Contre le diabète, la décoction de feuilles fraiches hachées reste préférable « trois poignées par litre d’eau ». En cure dépuratives, on utilisera une décoction de feuilles et de tiges deux poignées dans un litre et demi, laissé réduire au tiers.

Le jus de feuilles d’ortie fraiches « passés à la centrifugeuse » se révèle efficace contre les petites hémorragies internes. Un petit verre trois fois par jour ou deux verre par jour pendant une semaine pour les leucorrhées.

Contre les pellicules, préparer une lotion avec le suc de 100 g d’orties fraiches et 40 g d’huile de ricin désodorisée, frictionner le cuir chevelu trois fois par jour.



Pâquerette « bellis perennis »



Ses propriétés sont diurétiques, hémostatiques, expectorantes, vulnéraires, laxatives, balsamiques, dépuratives, toniques, sudorifiques, astringentes. On emploie la pâquerette en cas de bronchites, de jaunisse, de crise de foie et de migraine, d’inflammation diverses, de constipation passagère, de pleurite, d’hydropisie et d’œdème.

La tisane de pâquerette se prépare en infusion, compter une cuillerée à café par tasse. Prendre trois tasses par jour et cela pendant deux semaines si nécessaire.



Pensée sauvage « viola tricolor »





La pensé sauvage possède des propriétés dépurative puissantes. Son action est également cicatrisante, laxative, tonique, diurétique et sudorifique. Ses effets sont remarquable sur la peau et le teint quelle purifie et éclaire. La pensée traite efficacement les affections cutanées telles que l’herpès, l’acné, le psoriasis, les croûtes de lait, l’eczéma. Les impuretés présentes dans le sang ne lui résistent pas et elle peut soulager les douleurs rhumatismales.



La pensée se prend en infusion. Compter une bonne poignée par litre d’eau. Boire deux ou trois tasses par jour, entre les repas. Comme dépuratif et contre l’herpès , faire macérer une poignée de sommités fleuries dans un litre d’eau pendant une nuit puis, faire bouillir avec un verre de lait; boire une tasse à jeun tous les matins pendant deux semaines.

Pour un teint lumineux trois tasses par jour en cure de trois semaines d’une décoction de pensée. »une bonne cuillerée à soupe par litre d’eau »

Pour hâter la cicatrisation des plaies et ulcères, appliquer des cataplasmes de fleurs fraiches écrasées dans du lait.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
ho je ne suis point loin.h....je vous parlerez de..??? vinaigre,citron et bicabonate de soude.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
un message spécial a l'admin.sisi... pourquoi pas? es ou la pic que tu avais promis au forum?de ta mayo maison?



tu as manqué ta mayo?tu as pas essayer tu es aller la-bas au village?acheter le pot?

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Non ça va elle a bien tenu, mais j'ai remarqué que trop de moutarde ça fait plus gout moutarde qu'une mayonnaise :/

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
bah alors tu ne sais donc point que -------->en recette tu peux ajusté?selon le goût? montre la photo de ta mayo! avoue que tu es allez chez le marchant!

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 3]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum