Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Ma lettre au père noël le Mer 21 Déc - 19:29

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
ma lettre au père noël

.La fête de Noël appartient à un seul homme : Noël Noël. Cadeaux, décorations, musiques, traditions, tout - sans exception même que en vérité plusieurs perdre la tête a Noël sa fait partie de la game du père Noël d'égaré le mondial.. fait partie de la game des produits de la Noël Noël Internationale, dont messire père noël de la compagnie Noël Noël est le pdg et l'unique actionnaire.qui ce réjouit? qui aura faim demain? qui sera rassasier pour que messire noël noël s'enrichissent
..avez vous remarquer les paroles des chansons de la tradition de noël?

la chanson des enfants que vous devez visitez en une seul nuit?

tout les beau joujou que je voie en rêve et que je t'es commander ? royaume des apparences...avant tu donnais un orange et les enfants étaient dans la joie aujourd'hui offrez leurs une bmw ils vont vous crachez aux visages...wow c'est jolie ce noël noël traditionnel..les familles sont désunies réveillez-vous messieur noël ..vous croyez que noël noël vont vous réunir? le reste de l'année les gens ne ce regarde même pas ...hé bien j'ai hâte que le nouvel an montre son nez.



ce que je trouve encore plus bizarre c'est que ce suppôt perno devrait passé dans tout les maisons ou il y a des enfants...en seulement certains sont délaisser,abusé,violé,frappé.maltraiter voir même oubliés!..d'autre ne sont certes pas dans la joie je parle des plus grands enfants ici aussi en ces temps ci difficile non plus on ce leurrera pas..j,ai vue hier la chine en pleure je voie Bangkok à la dérive je voie les guerres en Israël je voie le Japon sous le nucléaire mourir a petit feu..je voies les horreur j'ai pas le cœur a cette fête quand je penses a eux.Ce n'est pas ma vérité vos mensonges messire le faux père..Ce n'est pas ma vérité a moi comprenez bien!!! ..je suis pas égoïste et mes penser et mes prières sont a eux et non a ses petits riches qui ce fiche bien du malheur de leurs confrères consœurs..il y a des enfants qui ce font battre et violé a noël cher père noël distributeur de mauvais présage et de fausses joies..!Jésus ce déguise pas.

Voir le profil de l'utilisateur

2Re: Ma lettre au père noël le Sam 24 Déc - 21:05

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Père Noël, je t’en prie, laisse-moi tranquille !
24 décembre 2011 | Auteur: Jo ^^


Ce texte, j’aurais pu tout aussi bien l’écrire, car il exprime à 100% ce que je pense de cette fête capitaliste, que je ne fête plus depuis quelques années, et je ne m’en porte que beaucoup mieux. Je vous l’offre en cadeau, en remerciant Matthieu, l’auteur de cet article qui a su exprimer ce que je ressent aussi à chaque année autour du 25 Décembre.


par Matthieu Stelvio


Noël est un immense coup de marketing nous imposant des normes du « bonheur », de la « famille ».






« Père Noël, avec les années, j’ai perdu toute mon estime pour toi. Tous les jours, je te vois avec une bouteille de Coca à la main, un téléphone à l’oreille, un chocolat dans la bouche, dans le coffre d’une voiture, à côté du palais de Cendrillon … Tu en fais trop, tu n’es plus crédible. Tu n’es plus qu’un businessman, et tout le monde sait que tu t’es fait racheter par des firmes multinationales, tout le monde sait que tu as mis tes petits lutins de Laponie au chômage, remplacer tes rennes par des armées de camions, que tu as délocalisé ton activité en Chine et installer ton siège social aux USA. Tu n’entres plus délicatement par la cheminée pendant que les enfants dorment, tu entres par effraction dans le compte en banque des familles surendettées. Tu as vendu ton âme, et ne sois pas surpris que de moins en moins de monde croie en toi. »



Chaque soir, j’ouvre ma boîte aux lettres. C’est horrible. Avec leur gros Père Noël au ventre gras et au sourire faux-cul, les grosses enseignes essaient de nous vendre des objets inutiles. Je n’en veux pas, je tiens bon, mais chaque soir, c’est la même chose : des kilos de magazines en papier… toutes ces tonnes de jouets, toutes ces tonnes de foie gras, ça me donne la nausée.


Noël n’a plus vraiment de sens à mes yeux. Au risque d’avoir l’air radin et de manquer de coeur, il faut acheter des cadeaux à ceux que l’on aime. Quand on a une vie chargée, quand on travaille pour trois francs six sous, ce n’est pas facile d’aller passer ses samedis dans les centres commerciaux, et de trouver les objets qui combleront les personnes qui nous sont chères. Il y a tellement de monde dans les magasins que l’on se sent oppressé, et que l’on ne sait plus quoi et comment choisir. C’est curieux tout de même d’aller dans un centre commercial, dans la foule pour trouver les moyens d’exprimer son amour.


L’amour, c’est quelque chose d’immatériel. Ca passe dans le regard, ce sont de petits instants, c’est le fait de consacrer du temps, de l’énergie à quelqu’un d’autre, ça ne s’achète pas, c’est tout sauf commercial. Et pourtant, la société nous met la pression : il faut acheter pour prouver son amour ! Mettre des cadeaux sous le pied du sapin est une obligation.


Résultat : à la fin de chaque année, on se retrouve avec, entre les bras, tout un tas d’objets dont on ne sait que faire. C’est vrai, au moment de les recevoir, on est touché par l’intention, mais au fond, quel gâchis. Est-il vraiment nécessaire de passer par un intermédiaire matériel pour faire comprendre à quelqu’un qu’il compte ? Ne serait-il pas plus simple de lui dire yeux dans les yeux « Je t’aime bien, heureusement que tu es là ! ».


Ce qui me déplaît le plus dans Noël, c’est que ce soit une fête imposée, une lourde fête sous le poids de laquelle je me sens asphyxié. Au poids de la tradition, à la masse de toute une famille qui nous tombe d’un coup sur les épaules, s’ajoute le poids de l’exploitation de la tradition par le capitalisme, de tout ce matraquage publicitaire gras et niais. Sans cesse, dès que je sors dans la rue, dès que j’allume la radio, je me sens agressé ; agressé par un système qui fait tout pour s’emparer de mon cerveau et me vider les poches.


La publicité profite de la naïveté des enfants pour exploiter leurs désirs et s’emparer de leur imagination ; et les parents n’ayant pas les moyens d’offrir à leurs enfants les cadeaux dont ils rêvent culpabilisent. Noël est un immense coup de marketing nous imposant des normes du « bonheur », de la « famille » ; et la frustration de ceux qui ne se sentent pas en conformité avec ces normes est exploitée par le commerce.


Noël, c’est la grande fête du « consommer pour consommer », la grande fête de l’abondance qui n’a plus de sens. C’est un symptôme de la maladie de nos sociétés contemporaines : nous consacrons de l’énergie à des choses qui n’en valent pas la peine ; et cette énergie que nous perdons nous ne l’avons plus pour les choses qui en valent vraiment la peine. On achète des dizaines de cadeaux, mais prend-t-on le temps de dire un « je t’aime » ?


« Père Noël, à mes yeux, tu n’es plus qu’une marionnette du capitalisme ; et cette année, fais-moi le plaisir de ne m’apporter aucun cadeau. Laisse-moi, redonne-moi ma liberté. L’amour me suffit. »


Au fond, si j’écris tant de mal de Noël, c’est peut-être qu’il y a en moi une profonde mélancolie, c’est peut-être parce que j’ai du mal à faire le deuil de mon enfance, de ces beaux moments où j’étais capable de m’émerveiller. Peut-être qu’un jour, je serais papa, que je verrais les yeux de mes enfants briller devant un grand et beau sapin ; et alors, pour ce bonheur-là, j’imagine que comme tout le monde, j’accepterais de faire des compromis avec le capitalisme ; et que, par amour pour mes enfants, je laisserais mes beaux idéaux dans un petit coin, loin du sapin.


AGORAVOX

Voir le profil de l'utilisateur

3Re: Ma lettre au père noël le Dim 25 Déc - 12:51

Invité 


Invité
Il fait froid et on gaspille l'électricité avec des illuminations à deux
balles, on joue les gens heureux genre on s'aime tous alors que le 02
Janvier on va recommencer à se crêper le chignon !!!

C'est bien dommage d'attendre noël pour se préoccuper de ses proches.
Et
c'est d'autant plus dommage que ce sont une masse de publicités
commerciales qui nous disent : "Hey ! Réveillez-vous, c'est bientôt
noël, il faut penser à votre famille et à ce qui leur ferait plaisir
comme cadeau !"
La tradition du 25 décembre n'est donc qu'un amas de
forfaitures dans un édifice assurant sa pérennité par l'invention et le
mensonge.
l'arnaque de Noel sont surtout des fêtes commerciales de
nos jours ne parlons même pas de la débilité et du mensonge autour de ce
gros barbu rouge.

Je vous fait part d'une petite histoire:

Noël, une arnaque?
- Dis maman, il existe vraiment le Père Noël?
Difficile de répondre se dit la mère, la vérité ou le conte? Elle choisit la vérité.
-
Non, mon chéri, il n'existe pas, c'est une invention qui nous vient
d'Amérique. En fait c'est Coca-Cola qui l'a inventé comme on le voit
maintenant, bonhomme jovial, ventre rond et habits rouges. Pure
invention, même si l'idée a été piochée dans la légende du St Nicolas.
- Et le petit Jésus, il est vraiment né le 25 décembre?
-
Certains disent que non, qu'il serait né au mois d'août mais que sa
naissance aurait été placée à cette date par la religion chrétienne pour
remplacer une fête païenne mais je ne peux l'affirmer.
- Alors pourquoi on fête quelque chose qui est faux? C'est de l'arnaque!
][url=[img][/url]

4Re: Ma lettre au père noël le Dim 25 Déc - 12:57

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
where are you in the bible satan claus? un homme déguisé en ange de lumière filston ..satan ce déguise pour attiré l'attention et il a crée un royaume d'apparence!

Voir le profil de l'utilisateur

5Re: Ma lettre au père noël le Dim 25 Déc - 12:59

Invité 


Invité
fiston tire sur ça barbichette pour voir lollllll

6Re: Ma lettre au père noël le Dim 25 Déc - 18:02

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Les vivants autour de la table et les morts posés au milieu : bonne année, gorge tranchée…

A tout les amis des animaux, si la parole leur était donnée peut être auraient ils pu écrire ce texte!!




Image/http://www.francaisfacile.com



<BLOCKQUOTE sizcache="3" sizset="14">
Nous tous les animaux…


Avons le don magique de sentir que nous existons. Les cailloux et les trains, les tubercules et les fruits, ne savent rien de la douceur de l’air et de la caresse de l’eau, ni n’éprouvent l’émotion de se frotter les uns aux autres.


Mais pour nous, les animaux, la vie peut être belle.


Ce sera bientôt notre fête ?


Les guirlandes sont prêtes, et les couteaux, les cages, les gourdins, les cadeaux. Bientôt on goûtera plus fort qu’à l’habitude la joie d’être réunis. Bientôt pleuvront les coups plus forts qu’à l’habitude.
Et les « paix sur la terre » et les « voeux de bonheur » vogueront tranquillement sur une mer de sang plus large qu’à l’habitude.
Beaucoup des animaux iront au grand festin : les vivants autour de la table et les morts posés au milieu.
Car le monde, dit-on, est fait de deux moitiés, l’une née pour régner et l’autre pour périr.



Joyeux Noël, pour qui ?


Il y aura des sapins, des gentils Pères Noëls, des crèches avec un boeuf et un petit enfant. Leboeuf ne humera ni sapins ni paille. Il aura le souffle rauque de la bête qui s’affale; la vies’échappera par sa gorge tranchée ; ensuite les Pères Noël partageront sa dépouille avec les petits enfants.


Pour qui, la bonne année ?


Bientôt la Saint Sylvestre, la nuit des bons vivants aux ventres de cimetière.


Porcelets qu’on ampute de la queue et des dents, veaux traînés à genoux vers le dernier voyage, vous tous les mutilés, les emprisonnés, les asphyxiés, les gavés, les électrocutés, les éventrés, à quoi bon vous débattre ?
Les bons vivants à la voix mélodieuse couvrent déjà vos cris. Ils parlent de terroir et de nappes à carreaux, chantent les bonnes mains calleuses (qui tiennent les tenailles, les embucs, les filets), et le talent immense d’exciter les papilles en cuisinant des morts. Ou tu parles comme eux ou tu es un peine-à-jouir. Pour être de la famille, il faut organiser…



…la communion dans le sang !


Noël ou Nouvel an sans dinde, sans foie gras, sans saumon, sans homard, sans huîtres, sans gibier, sans mousse de canard, sans langouste, sans boudin blanc, sans caviar… il manquerait l’essentiel ! Avoir des invités et n’offrir point de viande, cela ne se fait pas. Voyons ce sont nos hôtes, il faut leur faire honneur, leur prouver notre estime, se montrer accueillants ! Macabre communion au prix d’un sacrifice. Vois combien je t’honore, j’ai immolé pour toi des victimes sans compter.


Tu es bien mon égal, tu es digne comme moi de moissonner les vies de ceux de l’autre moitié.En ces temps généreux, les plus pauvres des élus ne seront pas oubliés.
Aux réveillons humanitaires, eux aussi recevront leur rondelle de foie gras. Puis on les renverra se geler dans les rues, tout oints de dignité.



Et moi, je me mets où ?


Moi qui n’ai ni plumes, ni fourrure, ni écailles, je suis par ma figure de la race des saigneurs.Comme je voulais leur plaire, qu’ils m’acceptent parmi eux, j’ai fait mine de croire la fable des deux moitiés.
Je savais tout comme eux savourer le goût du meurtre et rire grassement des cadavres exquis. Mais c’est trop cher payer ma place parmi les leurs.J’aimerais encore qu’ils m’aiment et pouvoir les aimer, mais je vois trop clairement qu’ils écrasent de sang froid ceux de l’autre moitié, qui sont aussi les miens.
Plus jamais je ne serai du côté des bourreaux. Le jour du grand festin, s’il n’y a que deux camps, je choisis l’autre côté.



Éventrez-moi vivante comme les autres esturgeonnes. Explosez-moi le foie comme aux autres canards. Arrachez mes testicules comme aux autres chapons. Ecartelez-moi comme les autres grenouilles. Ébouillantez-moi comme les autres homards. Que vos dents souriantes mettent ma chair en lambeaux comme celle des autres dindes, veaux, chevreuils et saumons.


Faut-il vraiment choisir entre le pire et le pire ? Rejoindre les suppliciés qui vont agoniser, abandonnés de tous ; ou bien les assassins qui poussent vers l’abattoir, la face ricanante qui déjà se pourlèche ?


Non, non, non, non !


Je dénonce !


Je dénonce le médiocre et lâche procédé de mépriser autrui pour mieux se rassurer sur sa propre importance.
Je dénonce la communauté bâtie sur l’exclusion. On peut créer des liens autrement qu’en étant complices des mêmes crimes.
Oublions l’odieux mythe du monde à deux moitiés, la sinistre machine à fabriquer le malheur.
Je veux qu’existent en vrai les Pères Noëls gentils, et la paix sur la terre, et la fraternité.
Que puisse s’épanouir la chaleur animale et la joie d’exister des porcelets joueurs, des canards amoureux et des humains bavards.



Pour nous tous, les animaux, la vie peut être plus belle.
Que commence enfin la fête pour de vrai.



Le Manifeste de Loen


Posté par Taomugaia sur son site.


Les moutons enragés

</BLOCKQUOTE>

Voir le profil de l'utilisateur

7Re: Ma lettre au père noël Aujourd'hui à 19:29

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum