Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 19 sur 21]

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Les juges ayant condamné les deux hommes, le 21 mai 2012 à Amsterdam. | AFP/BAS CZERWINSKI
Un ancien employé de crèche à Amsterdam a été condamné, lundi 21 mai, à dix-huit ans de prison pour avoir commis des agressions sexuelles sur soixante-sept enfants et avoir produit et diffusé de la pornographie infantile.

"Les faits que vous avez commis sont punissables et vous êtes punissable, le tribunal ordonne donc que vous soyez condamné à dix-huit ans de prison", a déclaré le juge Frans Bauduin, lors de la lecture du jugement au tribunal d'Amsterdam, retransmise sur Internet. "En premier lieu, la société doit être protégée", a expliqué le juge, qui a souligné que l'ampleur et la nature des faits étaient "choquants".

Le parquet avait requis le 5 avril vingt ans de prison à l'encontre de Robert M., un Néerlandais d'origine lettone âgé de 28 ans, qui avait reconnu les faits après avoir été arrêté le 7 décembre 2011. Son procès s'était ouvert le 12 mars à Amsterdam. En apprenant que le tribunal ne lui accordait pas de circonstances atténuantes, l'accusé a jeté le contenu de son verre d'eau en direction du juge.



la suite

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/05/21/un-pedophile-hollandais-condamne-a-dix-huit-ans-de-prison_1704858_3224.html



félicitation messieur le juge pour une fois il y en a un qui mets sa robe!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Brindisi, le 21 mai 2012 - Annamaria Cancellieri, ministre de l'Intérieur arrive à la préfecture pour une réunion. Les enquêteurs coordonnés par le parquet de Brindisi disposent d'un portrait-robot élaboré à partir d'images de caméras de surveillance installées près du lycée, devant lequel l'auteur a fait exploser un engin artisanal confectionné à partir de trois bonbonnes de gaz.
| AFP/Controluce




</DIV>Les enquêteurs coordonnés par le parquet de Brindisi disposent d'un portrait-robot élaboré à partir d'images de caméras de surveillance installées près du lycée, devant lequel l'auteur a fait exploser un engin artisanal confectionné à partir de trois bonbonnes de gaz.

Plusieurs journaux diffusent lundi une série de clichés montrant un homme d'une cinquantaine d'années, d'aspect occidental, le visage flouté, cheveux brossés vers l'arrière, portant une veste sombre, un pantalon beige et des tennis. En première page, le journal La Stampa affirme qu'une personne, un ex-militaire, est déjà visée par l'enquête. Sur des vidéos que des journalistes ont vues, un individu regarde des lycéennes dont Melissa descendre d'un autobus les amenant de leur village de Mesagne, près de Brindisi, puis appuyer sur une télécommande ou la touche d'un téléphone portable pour déclencher la bombe.

Selon le quotidien La Repubblica, les enquêteurs ont déjà interrogé pendant la nuit un revendeur de bonbonnes de gaz qui pourrait avoir aidé l'auteur de l'attentat.


[color:df82=#333]La vengeance d'un pédophile?
La justice italienne n'exclut pas la piste pédophile dans l'enquête sur le ou les auteurs de l'attentat à Brindisi, indique le journal Sole 24 Ore. « L'enquête semble également passer au tamis les milieux qui gravitent autour du monde de la pédophilie », affime l'envoyé spécial du journal, dans un article diffusé par le site internet. « L'enquête concerne des personnes qui n'auraient même pas de précédent pénal, de condamnation déjà prononcée, mais des hommes d'un âge mûr soupçonnés d'avoir eu dans le passé des relations avec des mineurs », poursuit le journal. « Si cette piste est confirmée, alors le scénario principal évoqué par les enquêteurs serait automatiquement confirmé: celui du fou, isolé, qui agit par vengeance », ajoute le journal. Le motif serait « celui que personne jusqu'à présent n'a osé évoquer: la vengeance meurtrière contre des jeunes filles mineures dont le seul tort serait d'avoir repoussé les avances d'un homme mûr », conclu le quotidien.


Un ex-parrain dédouane la mafia : «On ne touche pas aux enfants»

Dimanche, le procureur de Brindisi Marco Dinapoli a dit privilégier l'hypothèse d'un «acte isolé» de quelqu'un «en guerre avec le reste du monde». Même si toutes les pistes restent ouvertes, selon un autre procureur de la zone, Cataldo Motta, qui est le chef local de la division anti-mafia et anti-terroriste. Pour les magistrats, même si la piste n'est peut-être ni terroriste ni anarchiste, une chose est sûre: il y a eu «volonté de provoquer un massacre».

Un ex-boss de la Sacra Corona Unita, la mafia des Pouilles (région de Brindisi), a exclu toute responsabilité de cette organisation. «On ne touche pas aux enfants (...) La Sacra Corona Unita ne fait pas ce genre de choses, parce qu'elle sait qu'après, l'Etat la détruirait. Regardez ce qui s'est passé pour Cosa Nostra (la mafia sicilienne) il y a 20 ans avec Falcone, elle a été décimée», explique Tonino Screti, ex-trésorier de la SCU. Pour Don Tonino, ex-bras droit de Salvatore Buccarella qui fut l'un des plus puissants porte-drapeaux de la Sacra Corona Unita, «c'est un déséquilibré», car même les mafieux les plus féroces «ne mettent pas de bombes pour tuer des innocents».
</DIV>
http://www.leparisien.fr/faits-divers/italie-chasse-a-l-homme-a-brindisi-la-piste-pedophile-exploree-21-05-2012-2009655.php

a suivre!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Le scandale pédophile rebondit en Lituanie




Hier petit retour sur l’affaire Dutroux qui au final n’est « qu’un arbre qui cache une forêt », aujourd’hui, retour sur cette histoire ubuesque en Lituanie. De gros points communs avec l’affaire Dutroux, la justice qui ne fait pas son travail, des autorités qui sont protégées, un mépris complet pour l’opinion publique, etc…

<BLOCKQUOTE>
Les manifestants qui campaient 24h/24 autour de la maison où avait trouvé refuge une petite fille de 8 ans qui avait accusé sa maman de l’avoir prostituée n’ont finalement pas empêché des dizaines de policiers anti-émeutes de venir l’exfiltrer, de force et contre sa volonté, pour la rendre à… sa maman.



J’en avais parlé en avril dernier, les manifestants ayant décidé de filmer et retransmettre, en direct et sur le Net, leur piquet de grève, afin d’empêcher les forces de l’ordre de venir enlever l’enfant (voir Un scandale pédophile enflamme le Net, et Anonymous).

Deimante Kedyte avait 5 ans lorsqu’elle raconta à son papa comment sa maman -dont il était séparé- l’emmenait tous les week-ends voir des messieurs qui mettaient leurs sexes « tout partout« . Les « messieurs » ? Un homme politique, et un juge, notamment. Mais la justice lituanienne refusa d’interroger les suspects, préférant accuser Drasius Kedys, le père, d’avoir rendu public, sur le Net, cette sordide affaire de pédophilie présumée. Il avait en effet publié des vidéos où l’on voyait sa petite fille mimer les abus sexuels dont elle aurait fait l’objet.

Quelques mois plus tard, en octobre 2009, le juge était abattu, suivi de la soeur de Laimutė Stankūnaitė, la maman de Deimante, accusée elle aussi d’avoir prostitué sa propre fille. A côté de son cadavre, une arme, enregistrée au nom de Drasius Kedys. Le corps de ce dernier fut retrouvé le 18 avril 2010. La justice a conclu à une mort naturelle, mais sa famille est persuadée qu’il a été torturé, et assassiné, et crie au scandale.

Depuis, la petite fille vivait chez la soeur de son père, une juge qui a depuis été sanctionnée pour avoir violé l’éthique judiciaire en aidant son frère à rédiger ses plaintes. Sa maison était protégée, 24h/24, par des dizaines de Lituaniens faisant le piquet de grève autour de leur maison. La justice lituanienne avait en effet décidé, il y a 5 mois, de rendre Deimante Kedyte, qui a aujourd’hui 8 ans, à sa maman.

Dans le reportage télévisé qui suit, daté du 23 mars 2012, on voit la petite fille traiter sa mère de « monstre, menteuse« , lui crier qu’elle l’a hait, tout en se cramponnant dans les bras de sa grande-mère alors que sa mère, aidée de plusieurs policiers cagoulés, tentent de l’emmener. Après plusieurs minutes de cris, d’échaufourrées et de tentatives, musclées mais infructueuses, par les policiers cagoulés, de récupérer l’enfant, la tentative de restitution de la petite fille à sa maman est abandonnée.

La Justice avait en effet précisé que l’enfant ne serait pas retirée « de force » à ses grand-parents. Or, comme on peut le voir et comme le reconnaissent les personnes impliquées dans la tentative de restitution de la petite fille à sa maman, l’enfant fut effectivement violentée, physiquement et psychologiquement.

Dans la vidéo qui suit, datée du 17 mai 2012, on voit plusieurs dizaines de policiers expulser, un par un, les manifestants faisant le piquet de grève autour de la maison afin d’empêcher la police de venir embarquer l’enfant. D’autres partent les yeux embués, comme s’ils avaient été aspergés de gaz lacrymogènes. Un escadron de policiers anti-émeutes en tenue de robocops arrive ensuite en renfort, afin de repousser les manifestants expulsés, et de faciliter l’extraction de ceux qui protègent encore la maison, et donc l’enfant.

Pendant ce temps-là, à l’intérieur de la maison, les représentants des services de protection de l’enfance, entourés de policiers, tentaient d’expliquer à la petite fille que ce n’était pas sa faute, qu’un jour, quand elle sera adulte, elle aura le droit de décider où et avec qui habiter, mais que pour le moment, elle devait retourner vivre avec sa maman, ce à quoi la petite fille répondait, obstinément, qu’elle voulait rester vivre avec sa tante et ses grands-parents, et qu’elle refusait de partir (voir la poignante retranscription).

Cette autre brève vidéo montre l’exfiltration de l’enfant par sa maman, protégée par un gilet par-balles, par des policiers portant eux-aussi des gilets pare-balles, et par une cordon de policiers anti-émeutes, sous les huées des manifestants :

Associated Press rapporte que 39 personnes ont été arrêtées par la police anti-émeutes, et incarcérées, à l’occasion de cette exfiltration.

Andrius Kubilius, premier ministre lituanien, a défendu l’opération policière en expliquant que si de nombreux Lituaniens étaient opposés à cette exfiltration, les lois et la Constitution de la Lituanie devaient être respectées.

La vidéo de l’exfiltration ayant commencé à tourner, une manifestation s’est tenue dans la foulée à Vilnius, devant la résidence de Dalia Grybauskaite, la présidente lituanienne, qui avait plusieurs fois expliqué vouloir d’abord et avant tout défendre les intérêts de l’enfant, et que tout recours à la force serait exclu.

L’affaire est largement couverte par la presse lituanienne, plusieurs sites web lui sont dédiés (kedys.lt oplithchild.org, oplithchild1.blogspot.fr), et des dizaines de messages, sur twitter, relaient l’opération #OpLithChild lancé par Anonymous et qui, à l’instar des manifestants, donnent raison à l’enfant contre sa maman.

Cette dernière avait de son côté lancé un site web pour réclamer qu’on lui rende sa fille, et un autre pour donner sa propre version des évènements, et a confié à des journalistes une vidéo tournée dans la voiture avec sa fille pour montrer comment elles s’entendraient bien (si quelqu’un pouvait la traduire…).

Comme je l’avais déjà écrit, on ne saura peut-être jamais qui, dans cette histoire, dit la vérité. On peut cela dit s’étonner de l’absence de prise en compte de la parole de l’enfant et des accusations de son père et, a contrario, de la violence institutionnelle, administrative et policière avec laquelle la petite fille a finalement été rendue à sa maman.

Source: bugbrother.blog.lemonde.fr via les moutons enragés.
</BLOCKQUOTE>

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Pédophilie : le contrecoup de « l’affaire Ferry» ébranle le Maroc


Mots clés: Pédophilie : le contrecoup de "l'affaire Ferry" ébranle le Maroc


Luc Ferry (archives) © TF1/LCI

Alors que le parquet de Paris a décidé d’ouvrir une enquête préliminaire sur les propos de Luc Ferry, accusant un ancien ministre de pédophilie, des ONG marocaines de défense des enfants veulent déposer plainte, à la fois au Maroc et en France.


Après la polémique suscitée par l’intervention lundi soir sur Canal+ de l’ancien ministre de l’Education Luc Ferry, accusant de pédophilie, sans le nommer, un autre ancien ministre, le parquet de Paris a décidé, mercredi, d’ouvrir une enquête préliminaire. Elle a été confiée à la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire parisienne, qui devra procéder à l’audition de Luc Ferry – sans que l’on sache pour l’heure à quelle date. Mais le « cas Ferry» risque d’avoir des conséquences judiciaires au-delà des frontières françaises. Car les propos de l’ancien ministre ont été entendus au Maroc, et y ont suscité des réactions virulentes.

Deux ONG marocaines ont ainsi décidé, elles aussi, de saisir la justice. « Luc Ferry doit assumer la responsabilité juridique de ses propos accusateurs, qu’il a tenus lors d’une émission publique. Nous allons porter plainte contre X» , a déclaré Najia Adib, présidente de l’association marocaine Touche pas à mes enfants. « Il doit nous dire qui sont ces autorités de l’Etat au plus haut niveau dont il a eu les témoignages car il s’agit de pédophilie. Qui est ce Premier ministre ?» , a ajouté Najia Adib.




« Le Maroc n’est pas un pays anarchique. Il y a des lois»


« Luc Ferry a fait un acte de dénonciation d’un crime qui a été commis au Maroc. La législation française permet d’ouvrir une enquête sur une simple dénonciation de crime commis en dehors de la France» , a indiqué pour sa part Me Yassine Krari, l’avocat de l’association. « Le Maroc devrait également ouvrir une enquête pour vérifier les dires de Luc Ferry, qui se positionnera en tant que témoin pour qu’il révèle à la justice tant de la France que du Maroc sa connaissance des faits» , a-t-il ajouté. Selon Me Krari, « la plainte contre X sera déposée au Maroc et la possibilité de la déposer également en France reste ouverte» . L’avocat a également tenu à souligner : « Le Maroc n’est pas un pays anarchique. Il y a des lois et il doit nous dire qui est ce pédophile qui a accompli cet acte au Maroc et que de hautes autorités françaises connaissent, selon Luc Ferry» .

Autre association marocaine, et identifiée sous un nom presque identique à la première, Touche pas à mon enfant a également décidé de porter plainte contre X à Marrakech pour « demander à la justice des éclaircissements sur toute personne ayant osé protéger l’auteur de cette affaire, si crime il y a eu» , selon la présidente de l’association, Najat Anwari. L’avocat de cette association à Marrakech, Me Mustapha Errachdi, a précisé : « Une autre plainte contre X sera également déposée par notre ONG à Paris» , par l’intermédiaire d’un avocat parisien Me Jean Chauvet.

Par F.L.



http://laviemarocaine.com/archives/3684

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Scandale au Vatican : viol et meurtre sur mineure



Et on continue, un sujet qui en devient carrément récurent sur le blog ces derniers jours! Les médias feraient-ils trembler certains milieux qui vont finir par être complètement dénoncés? Dans l’espoir que cela se confirme…

<BLOCKQUOTE>
Le père Gabriele Amorth, 85 ans, met en cause le défunt Mgr. Simeone Duca, ancien archiviste du Saint-Siège, qui aurait été l’organisateur de fêtes sexuelles à Rome, voire dans la cité vaticane. Il l’accuse indirectement du meurtre d’une jeune fille de 15 ans, Emanuela Orlandi, disparue en 1983 et présumée enterrée secrètement dans la crypte de l’église Sant’ Appolinare, dans le cercueil d’un capo mafieux, Enrico De Pedis.

Voilà des années que le mystère de la disparition d’Emanuela Orlandi émeut toute l’Italie, et des semaines que de nouvelles supputations donnent sa dépouille enterrée dans la sépulture, en l’église romaine Sant Appollinare, d’un chef mafieux, Enrico De Pedis, abattu à l’âge de 38 ans en 1990.

La tombe a été ouverte la semaine dernière, mais Mgr Pietro Vergari, en charge de la paroisse dans les années 1980, dément les supputations…

Pour lui, il s’agit d’une légende, et seuls de très anciens paroissiens auraient été enterrés dans son église (hormis la dépouille de De Pedis, qui se serait repenti en prison et se serait adonné à des bonnes œuvres).

Mais le très controversé exorciste officiel du Vatican, le père Amorth, n’a pas attendu les résultats des examens menés par le Labanof (laboratoire d’anthropologie et d’ondontologie légale) de Milan (attendus ces prochains jours…).

Pour l’exorciste, la jeune victime a été l’objet d’un trafic à caractère sexuel après enlèvement et l’instigateur n’aurait été autre que Mgr Simeone Duca, l’ancien archiviste décédé du Vatican. En sus, partie de la garde suisse et une « ambassade étrangère » proche de la nonciature apostolique (les Affaires étrangères vaticanes) serait impliquée, selon le père Amorth.

La Stampa, à laquelle l’exorciste a confié ses accusations, encore fort peu étayées, traite l’affaire avec circonspection.

D’une part, une toute autre hypothèse avait été précédemment avancée. De Pedis, capo de la Banda della Magliana, avait été victime d’un règlement de comptes de la part d’ex-associés.

La victime de l’enlèvement était la fille d’un employé du Vatican. L’ex-concubine de De Pedis, Sabrina Minardi, avait mis en cause le prélat américain, Mgr Paul Marcinkus, qui avait la haute main sur les finances du Vatican.

Ce dernier, de son vivant (il est mort en Arizona voici quatre ans), a toujours argué de son statut diplomatique pour se soustraire à toute enquête, que ce soit dans l’affaire du scandale de la banque Ambrosiano ou dans d’autres.

« Simple » enlèvement
Selon Sabrina Minardi, Mgr Marcinkus ou certains de ses associés mafieux auraient enlevé la jeune fille pour faire pression sur sa famille. Les faits seraient certes crapuleux, mais sans connotation sexuelle particulière.
La réticence de la rédaction de La Stampa provient aussi de la réputation de l’exorciste, peu en état de grâce dans la communauté ecclésiastique vaticane.
Parties fines
En matière de scandales sexuels, ces dernières années, le Vatican n’avait défrayé la chronique qu’à la suite d’allégations selon lesquelles des sœurs (surtout de jeunes religieuses africaines ou originaires de pays très pauvres) seraient exploitées par les prélats, servant de bonnes à tout faire et parfois de « distractions ».
Leur sort peu enviable obligerait certaines à se prostituer aux abords de l’agglomération romaine.
Mais le père Amorth va beaucoup plus loin. Selon lui, qui n’aurait jamais cru à un enlèvement du fait d’un « réseau international », l’adolescente aurait été la proie d’un cercle de « libertins » ou plutôt d’exploiteurs sexuels dont l’épicentre aurait été Mgr Simeone Duca, bénéficiant de complicités au sein des services de sécurité du Vatican et de ceux d’une « ambassade auprès du Saint-Siège ».
Le père Gabriele Amorth, nommé exorciste en 1986, a dénoncé souvent – il a écrit trois livres, traduits en France aux éds François-Xavier de Guibert – la présence de cercles satanistes au Vatican.
Il a aussi mis en cause l’influence néfaste de la saga des Harry Potter, la pratique du yoga, et abondé en déclarations.
Ainsi le pape Pie XII aurait tenté d’exorciser Adolf Hitler à distance, en vain.
Le père Amorth aurait pratiqué, selon ses dires, 45 000 exorcismes, pour des cas de possession, vexation, obsession et infestation. Il est parti en croisade contre les nouvelles règles régissant les exorcistes dans les diocèses, car il considère qu’elles limitent beaucoup trop leurs interventions et que les nouveaux rites sont inopérants.
Se serait-il mis de nouveau en avant pour faire parler de lui et de ses thèses ? Bien sûr, il s’en défend… Mais son tout dernier livre, écrit avec Rodari Paolo, paru aux éds Piemme fin février 2012, L’Ultimo esorcista, évoque déjà cette piste.
Pour le père Amorth, la bataille contre les puissances du mal et des ténèbres durera jusqu’à la fin des temps, mais, l’église catholique romaine ne croit plus, selon lui, à l’existence du démon.
Ses déclarations interviennent alors que la Conférence épiscopale italienne vient de se prononcer sur les cas d’abus sexuels et notamment à caractère pédophile.
Les archives de l’église ne doivent pas être obligatoirement accessibles à la justice ou à la police, mais le clergé est incité à coopérer avec les autorités civiles. Comme l’a résumé le titre d’Il Messaggero, « Pedofilia, vescovi: non siamo polizia, non siamo obbligati a denunciare ». Mgr Mariano Crociata vient de se prononcer, au nom des évêques italiens, en ce sens.
Pietro Orlandi, frère d’Emanuela, avait rapporté à la presse italienne que la directrice du chœur de l’église Sant’ Appolinare, sœur Dolores, se méfiait de don Piero Vergari, l’évêque chargé de la paroisse, conseillait aux jeunes filles de s’en écarter, dont Emanuela, et préférait elle-même faire ses dévotions dans d’autres églises. Mais Pino Nicotri, journaliste de L’Espresso, dans son livre Emanuela Orlandi, la verità, doute des hypothèses de Pietro Orlandi et penche plutôt pour un enlèvement orchestré qui aurait pu être connu du défunt pape Jean-Paul II (qu’il nomme Wojtyla).
Dans ce cas, les pistes suggérées seraient des trompe-l’œil, mieux valant, pour le Vatican, une sombre histoire de ballets bleus ou roses que la révélation d’affaires beaucoup plus complexes.
François Hollande deviendra-t-il, après René Coty, Charles De Gaulle, Valéry Giscard ou Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy (mais non G. Pompidou ou F. Mitterrand, qui avaient décliné), « premier et unique chanoine honoraire de l’archibasilique majeure de Saint-Jean-de-Latran » ? Et dans la foulée chanoine de l’abbaye de Beauchêne de Cerizay (Deux-Sèvres) qui appartient aux chanoines réguliers du Latran ?
Succédera-t-il à Nicolas Sarkozy en tant que protochanoine d’Embrun, chanoine honoraire de Saint-Jean-de-Maurienne ou de Notre-Dame de Cléry ?
Comme le rapporte La Croix, les titres religieux honorifiques des présidents de la République française sont nombreux : il faut y ajouter ceux de chanoine honoraire de Saint-Hilaire de Poitiers, de Saint-Julien du Mans, Saint-Martin de Tours, Saint-Maurice (Angers), Saint-Jean (Lyon), Saint-Étienne (Cahors) et de la paroisse germanopratine parisienne.
Cette affaire restera sans doute interne à l’Italie et au Vatican, mais il n’est pas tout à fait exclu que sa résurgence puisse avoir une portée internationale.
via mouton enragé! c'est moi ,c'est toi, c 'est lui, c'est nous!
</BLOCKQUOTE>

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Une affaire à suivre car c’est contre notre nouveau président que la plainte a été déposée, mais il ne faudrait pas uniquement contre lui mais également contre tous les autres qui sont au courant et qui n’ont ni agit ni dénoncé!

<BLOCKQUOTE>


J’en avais déjà parlé il y a quelques mois: Emmanuel Verdin, le père de Laureen, une enfant décédée d’une MST contractée lors des viols en réunion dont elle a été victime, a déposé une plainte contre Lang, Hollande et Moscovici. Celle-ci vient d’être jugée recevable, donc un juge d’instruction devrait (on l’espère) instruire.

Emmanuel Verdin l’a annoncé hier sur la page de son groupe Facebook, la plainte qu’il a déposée contre le trio de choc est donc retenue par la Justice, ce qui ne manque pas d’étonner.

Pour résumer l’affaire, Verdin n’a jamais connu sa fille. Elle est née après que sa compagne et mère de l’enfant l’ait quitté, fin 1996. Laureen naît le 31 janvier 1997. Cette année-là, L’ex de Verdin se retrouve dans un foyer pour femmes enceintes: le foyer d’Ariane à La Roche sur Yon. Un foyer qui a défrayé la chronique il y a quelques années.

Etrangement, selon le quotidien Le Parisien du 12/05/2005, le directeur de ce foyer était poursuivi pour viols et agressions sexuelles sur des pensionnaires et des salariées. Il a été placé en garde-à-vue puis libéré sous contrôle judiciaire, et remis en taule. Le directeur en question, Jean-Pierre Baudry (6e directeur du foyer en 8 ans), a été condamné à 13 ans de prison pour « deux viols, quatre agressions sexuelles et deux harcèlements« , et à 15 ans en appel.

Auparavant, selon Libération, Baudry a déjà été condamné « En 1993, la cour d’appel d’Amiens l’avait condamné à cinq ans de prison ferme pour avoir détourné 4,5 millions de francs alors qu’il dirigeait une maison de l’enfance dans l’Oise, à Coye-la-Forêt. Dans les années 80, l’accusé était un notable de cette région : candidat défait de la droite (RPR-UDF) aux législatives de 1988 à Creil, et vice-président du conseil économique et social de Picardie« . Il arrive ensuite au Foyer d’Ariane.

Le Foyer d’Ariane, émanation du courant de Philippe DeVilliers et anti avortement, était financé par le Conseil général, qui a défendu Baudry avec acharnement même après sa mise en examen: « Mis en examen le 3 février 2005, Jean-Pierre Baudry est d’abord laissé en liberté, puis écroué le 11 février. Quelques jours plus tard, la préfecture de la Vendée et la Ddass lancent une enquête administrative. Le rapport conclut qu’il n’existe aucun dysfonctionnement, que le foyer respecte les réglementations et que les contrôles y sont réguliers. Le conseil général et l’AVAVPF se portent parties civiles au procès« . Le but de ce foyer était d’offrir « une alternative à l’IVG aux jeunes femmes enceintes« . Le foyer était géré par l’AVAVPF (Association vendéenne pour l’accueil de la Vie et la Promotion de la Famille), les locaux étaient payés par le département selon le voeu du président du Conseil Général, Philippe De Villiers.

En 2000, une plainte contre le foyer d’Ariane, lancée par une association de défense des femmes, est classée sans suite.

Baudry était dans ce foyer après le passage de la mère de Laureen, mais les dysfonctionnements y duraient depuis quelques années déjà, d’après un rapport de la DDASS en 2001. En outre, le compagnons de la mère de Laureen (au moins jusque fin 2011) connaissait Jean-Pierre Baudry.

D’après Verdin, qui a recueilli différents témoignages, « tout le monde allait au Maroc et en Thaïlande, tous les ans à la même époque. Cet ex compagno a rencontré Jack lang au Maroc« .

Quant aux viols, certains auraient été commis sur la péniche Le Makaï, amarrée à Paris.En 1999, Laureen aurait donc été violée par Lang. Le 10 juin 2001, une procédure est lancée par les services sociaux de la Roche sur Yon contre la mère de Laureen, pour des faits d’attouchements et de viols en réunion sur Laureen. Verdin a retrouvé la trace de cette procédure, restée lettre morte. Il y a aussi le témoignage de quelqu’un qui a vu et dénoncé la « soirée d’anniversaire » au cours de laquelle la petite a été violée en réunion. Laureen est entendue par la police, un PV existe, mais la petite reste prostrée et ne dit rien. Comme c’est très souvent le cas lors de la première audition d’un mineur victime d’abus sexuels.

En 2002, baudry arrive comme directeur du Foyer d’Ariane.

Le 22 décembre 2003, Laureen décède à Nantes. Elle est enterrée à 40 km de La Roche sur Yon.

A ce moment, Verdin qui sait qu’il a une fille, prend un détective, qui lui apprend en juillet 2004 que Laureen est morte. Ensuite, Verdin rencontre son ex qui lui confirme que Laureen était bien sa fille. Elle lui dit que Laureen a été placée et qu’elle est décédée d’une infection dans l’ambulance qui l’amenait à l’hôpital. De fait, la petite traînait une MST depuis six mois et personne n’a jugé utile de la faire soigner.

Verdin finit par apprendre que si Laureen a bien été placée, c’était pour des soupçons de pédophilie. Il apprend encore par un témoin, voisin et autre ex de la mère de Laureen, qui a été condamné pour avoir violé ses enfants, que des partouzes ont bien eu lieu, dont Laureen a été victime.

Verdin lance alors, en juin 2007, une procédure pour les viols en réunion, procédure qui s’est perdue, lui explique-t-on en juillet 2011.

Aujourd’hui comme par miracle, après que verdin ait tout fait pour faire connaitre l’histoire de sa fille, la plainte avec constitution de partie civile qu’il a déposée contre Hollande et Moscovici pour complicité de viols en réunion, et contre Lang pour les viols en réunion, n’a pas été classée sans suite, ni perdue. D’apr!s verdin, les abus ont continué après le placement de Laureen en famille d’accueil.

Verdin explique l’affaire dans cette vidéo:



Source+vidéo: dondevamos

pour savoir ou on va faut savoir par ou on est aller, pour évité les faux pas, faux cessé d'ignoré!

okumé!



</BLOCKQUOTE>

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
je ne savais pas ou placé cet arcticle dans enfant exploité? dans les démunies? dans pédophilie? je crois que sa entre bien dans un ou l'autre de ces trois topo..comme on exploite ces enfants c'est horrible ce que vivent ces enfants...alors je le place ici.une fois un frère musulman m'a dit ils en parlant des autorités favosisent le touriste est-ce vrai?ils ont pas de centre en jeunesse pour hébergé ces kids souffrant abandonné exploité?pour les éduqués? ont ne comprend pas la règle de la bible? et que ce livre dit vrai en bout de ligne!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

qui fait droit à l'orphelin et à la veuve?, qui aime l'étranger et lui donne de la nourriture et des vêtements. deutéronome 10;18 on ne fait pas droit a l'orphelin?on entend pas la cause de la veuve? Is 1:3 ... Faites droit à l'orphelin, plaidez pour la veuve! l'homme ne vivra pas uniquement de pain et d'eau mais de toute parole qui vient de Dieu.



Plus de 30.000 enfants des rues au Maroc





24 mai 2012





Plus de 30.000 enfants vivraient dans les rues du Maroc, dont 1000 dans la seule ville de Casablanca, a expliqué le sociologue Chakib Guessouss à Bladi.net.




Le docteur Guessous a entrepris plusieurs recherches sur le phénomène des "enfants de la rue abandonnés à leur sort au Maroc". D’après lui, à Casablanca, 5% d’entre eux seraient nés de relations entre immigrés subsahariens.

La hausse inquiétante de leur nombre serait également à imputer au phénomène des mères célibataires, mais aussi aux violences sexuelles dont sont victimes de jeunes filles, elles mêmes souvent sans domicile fixe.

Les recherches du sociologue et anthropologue marocain, lesquelles paraîtront dans les prochains mois, nous apprennent finalement que 10% des enfants employés à un âge précoce, se retrouvent dans la rue et que leur longévité a régressé au cours des dernières années.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Un trafic d'images pédophile sur Internet démantelé par Interpol





L'opération se nomme «Laminar». Lancée en 2010 par Interpol à l'initiative de
la Nouvelle Zélande, elle a permis d'identifier cinquante-cinq personnes
soupçonnées de pédophilie, et de mettre hors de danger douze enfants de moins de
13 ans qui ont pu être identifiés en Nouvelle-Zélande ou au Royaume-Unis, rapporte Le Progrès ce mardi.

Cette enquête, coordonnée par Interpol avec le concours des services
américains de l’Immigration, a également permis d’identifier près de 80 groupes
s’échangeant des images et des vidéos, mettant en scènes des actes de pédophilie
sur des enfants de moins de 13 ans, détaille également Le Progrès.

Vingt pays sont concernés, dont l’Australie, la Bosnie, le Brésil, le Chili,
le Costa Rica,
l’Angleterre, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Indonésie, l’Italie, le Mexique, la Norvège,
l’Arabie Saoudite, l’Afrique du Sud, les Pays-Bas, la Tunisie, la Turquie, les
Etats-Unis et le Vénézuela. L'opération est actuellement toujours en cours dans
certains de ces pays.
http://www.20minutes.fr/ledirect/938547/trafic-images-pedophile-internet-demantele-interpol

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
pourquoi encore censuré j'en conclut qu'on veut pas voir les failles et les vérités prétendus de ces fichu prêtre,pape directeurs de circonscriptions, imam de tout ces religions corrompus ! bravo pour la censure contre les vrais affaires!on veut voir ce qui ce passe railleur mais pas dans nos cours!enfin de compte rien ne change sous le soleil .

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Une «fatwa» wahhabite légalise la pédophilie en Arabie Saoudite




Il ne s’agit pas ici de discriminer une religion plus
qu’une autre
puisque toutes en prennent pour leur grade ici, mais de
dénoncer
la folie de certains. Non, ce n’est pas l’Islam qu’il faut
attaquer
mais le discours de certains imams criminels, la religion est
ce qu’on en fait, à chacun de choisir d’écouter ces pseudo-représentants
du divin et leurs discours!
Quand aux commentaires, je suis au regret
de devoir les bloquer afin d’éviter tout débordement inutile, pas besoin
de réitérer ce qu’il s’est passé dernièrement…


<blockquote>En
islam, la femme a tous ses droits, mais la réalité est tout autre dans
beaucoup de pays musulmans. Alors qu’en Afghanistan, des centaines
d’écolières se font empoisonner par des taliban, qui répandent une
poudre toxique dans leurs classes ou dans leur eau, terrorisant les
parents pour les inciter à retirer leurs filles de l’école, en Arabie
Saoudite, une fatwa vient d’être émise, autorisant les pères à marier
leurs filles dès l’âge de 10 ans. Mansour Bin Askar, professeur à
l’université du Roi Saoud à Riyad, a déclaré dans une interview que le
mariage précoce a toujours été encouragé en Arabie Saoudite. «Pendant
les guerres, le mariage précoce a permis de renforcer les clans
familiaux, ainsi que l’influence des tribus», a-t-il expliqué, en
ajoutant : « Le mariage précoce, d’un point de vue médical, ne peut
nuire à la jeune mariée. Toutefois, il est important d’avoir son
consentement et confirmer sa décision devant un juge de la charia.»


Cet illustre professeur d’université a omis d’expliquer l’aptitude
mentale d’une petite fille de 10 ans à prendre une telle décision et les
conséquences de ce mariage sur son psychique. Au Yémen, au début des
années 2000, une petite fille a été mariée avant d’atteindre la puberté.
Elle est morte, victime d’une hémorragie sévère. La fatwa de ce mufti
reflète, en fait, les réalités de la vie au royaume. Les
filles sont mariées très jeunes, avec des prétendants, en majorité des
vieillards, choisis par leurs pères et tout refus est puni par la
flagellation. Toujours à contre-courant des autres pays musulmans,
l’Arabie Saoudite a conservé l’interprétation intégrale de la charia.

Selon Leonid Isaev, spécialiste du monde arabe, la charia prévoit
le mariage précoce mais avec certaines nuances. «Tant que la fille n’a
pas atteint l’âge de la puberté, il lui est interdit d’avoir des
relations sexuelles», a-t-il souligné. Ce phénomène est fortement
critiqué, suscitant de nombreux débats en Arabie Saoudite pour interdire
la loi sur le mariage des petites filles, ce qui a déplu au cheikh
Abdul Aziz al-Teraifi, un fonctionnaire du ministère des Affaires
islamiques, l’un des adversaires les plus ardents de ces restrictions.
«L’interdiction du mariage précoce aura un effet négatif sur la société
saoudienne, ce qui est inacceptable dans un pays musulman», a-t-il
déclaré au journal Saudi Gazette.

En juin 2011, un théologien saoudien, cheikh Saleh al-Fawzan, allé
encore plus loin. Il a émis une fatwa où toute obstruction au mariage
précoce des filles est considérée comme une violation des lois d’Allah.
Selon le cheikh, les pères ont le droit de donner leurs filles en
mariage même si elles sont encore au berceau.

Mohamed El Ghazi

Source: diasporasaharaui

via mouton enragé!

</blockquote>

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
@petite fleur a écrit:pourquoi encore censuré j'en conclut qu'on veut pas voir les failles et les vérités prétendus de ces fichu prêtre,pape directeurs de circonscriptions, imam de tout ces religions corrompus ! bravo pour la censure contre les vrais affaires!on veut voir ce qui ce passe railleur mais pas dans nos cours!enfin de compte rien ne change sous le soleil .
Une fille qui se marie, et qui est entièrement pubère à 12 ans, c'est pas de la pédophilie.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
en Arabie
Saoudite, une fatwa vient d’être émise, autorisant les pères à marier
leurs filles dès l’âge de 10 ans.

alors récapitulons 12 et moin sa entre selon Dr Mailloux spécialiste en pédophilie dans la pédophilie..vivement l’Iran dans ce cas, qui a décrété sa fatwa a 16 ans! un gros problème au moyent Orient je penses que les chefs ne s'entendent pas sur plusieurs points! hein!

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Dit moi une chose, c'est quoi l'age minimal pour un rapport sexuel dans ton pays ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
dans mon livre et devant Dieu il ne sagit pas de loi des hommes, mais de celle de Dieu tout puissant... de savoir le mot aimé avant de savoir couché..

je dirai ceci a mes petites sœurs si tu permet? ne te met pas au hasard a n'importe qui!!!! le mariage est chose sacré et seul l'union qui vient de "Dieu amour" est a ses yeux a lui pur et agrée tu as le droit de dire non! et ceci ne doit pas être prie à la légère !encore moin par ses frères prétentieux! coucher avec un homme toute une vie sans amour c'est un enfer pour les petites filles.

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Une fille que Dieu lui donne la puberté et la capacité à procréer c'est pourquoi à ton avis ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
hé tu crois qu'elles sont tous puberte a 12 ans? non mon cher, tu connais rien à la gente féminine pour dire cela..j'ai eu mes premières règle a 14 ans ,là ,un dit 10 ans, l'autre dit 12 ans, l'autre dit 16 ans et si Dieu dit quand elle voudra? a part de sa heureux celui qui donne une femme vertueuse a son fils..a 10 ans qu'elle virtuosité elle a? elle sait rien de la vie je sais même pas si a cet age elle sait faire cuire un oeuf sans le crevé...elle est innocente, elle ne sait pas le mal qu'elle vivra et devra faire semblant d'aimer cet homme qu'elle a épousé pour débarassé de la charge des ses parents....wow bravo tetspider pour ton brillant esprit.. vous pêcher contre un esprit saint ce faisant ce qui est impardonnable dans mon bouquin.a 10 ans enceinte elle peut en crevé.me semble de voir un petit frère marié a 10 ans.sa va faire dur dans maison.car aux yeux de Dieu nous sommes tous égaux! a 10 ans elle ne sait même pas écrire sans fautes encore.12 et moin tous s’endenteront pour dire que c'est de la pédophilie a 12 ans elle sont innocentes et a 16 elle commence a peine a comprendre mais vous ne laissez pas le temps aux fleurs de s'épanouir alors elles sont meurtries par vos manquements.

notez bien que il ne sagit pas que d'elle qui est meurtrie lui aussi car plusieurs garçon sont abusés aussi .je vais crée une fatwa moi aussi détournement de mineur pour tout les moins de 18...12 et moin pédophilie.

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Y en a qui atteint la puberté à 10 ans, et figure toi dans l'Occident des "libertés" une relation sexuelle entre un mineur et une mineur n'est pas incriminé quelque soit l'age, et il y a pas pédophilie ni rien.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
figure toi donc que en Occident les petits garçons veule rien savoir des petites filles a 10 ans ..non vraiment pas!

moi je vous le dit il a réellement ceci en horreur un homme de 30 ans avec une toute petite fille de 10 est pédophile.12 et moin sa entre dans la pédophilie..là, la loi de l'Arabie Saoudite dit 10 ans..hé bien bénit soit ceux et celles qui protègeront leurs enfants de ces loups.

la logique voudrait un garçon de son age non un adulte qui va abusé, demandez vous pas pourquoi autant de jeunes filles ce font massacrés...il y a une justice corrompus a quelque part! alors soit honnête et dis moi yacoub avait raison avec ses vidéos..quand il dit que l'islam dit que c'est un bienfait la pédophilie? un bienfait pour qui? la jeune fille de dix ans quel enfer tu veux dire! le neutre veux les mettre a mort et toi tu veux les protégés? il y a quelque chose qui cloche !voilà pourquoi autant de sœur manifeste contre aussi dans les Pays dit musulmans! mais vous les entendez pas?

je me demande d’où vienne les réseaux de pédophilie et de la prostitution infantile?

laisse moi te dire une chose mon frère même dans le règne animal un mâle ne touchera jamais la femelle avant d'être réellement prête..mais dans la race humaine rien de trop beau!l'homme serait-il devenu plus bête que la bête sans logique?

a part de sa explique moi donc ce que tu sais de la douleur que nous pouvons ressentir et de celle d'un accouchement? toi homme?

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


des affaires de pédophiles étouffé!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Elle accuse le ministre actuel de la culture Frédérik Mitterrand d'être pédophile



sa brasse brasse a suivre!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Hausse inquiétante des abus sexuels contre les enfants en Algérie






Considérée comme la violence la plus dévastatrice, la pédophilie gagne du
terrain. Chaque année, le nombre de victimes augmente. En 2012, les services de
sécurité ont enregistré 847 cas de mineurs victimes de pédophilie. Ils étaient
3988 recensés en 2011 et 2507 en 2010.




La progression inquiétante est loin de représenter la réalité sur le terrain
eu égard à la loi de l’omerta et aux pesanteurs de la société. Elle démontre,
cependant, que nos enfants ne sont en sécurité ni dans la cellule familiale ni
dans l’espace public
. Un père accusé par ses trois filles mineures de violences
sexuelles ; un imam dénoncé par le frère de sa femme, âgé de 6 ans, pour les
sévices pervers qu’il lui faisait subir ; un professeur de musique confronté par
son élève, une adolescente, qui souffre des actes qu’il lui faisait faire ; des
élèves qui subissent les mains baladeuses de leurs entraîneurs…

Ce sont là quelques exemples de ces milliers d’enfants victimes de pédophilie
qui souffrent en silence.
C’est le cas du petit Oussama qui a comparu, il y a
une semaine, devant le tribunal criminel d’Alger. Dans la salle d’audience, sa
mère, vêtue d’un djilbab, fait les cent pas. Elle semble très inquiète.
L’histoire qu’elle nous raconte nous laisse sans voix. Agé de 6 ans, Oussama
doit témoigner contre le mari de sa fille. «Je ne veux pas que mon fils soit
entendu devant tout ce monde», nous dit-elle, avant que le policier ne lui fasse
savoir que son affaire va passer à huis clos. Les faits remontent à deux ans.
«Ma fille a emmené son frère chez elle. Elle habite à quelques encablures de la
maison. Il a passé la nuit avec elle. Il y a eu une dispute avec son mari et, le
lendemain, elle est venue chez moi. Je suis partie chercher mon fils qu’elle
avait laissé derrière elle. Je ne sais même pas pourquoi ma fille et son mari se
sont disputés», raconte-t-elle d’une voix nouée.

«C’est en faisant prendre un bain à mon fils que ce dernier m’a raconté ce
que mon gendre lui a fait faire
. C’est très grave. Mon fils m’a raconté dans le
détail la fellation qu’il a été obligé de faire. J’ai senti la terre trembler
sous mes pieds. Je l’ai tout de suite emmené à la brigade de gendarmerie, qui
l’a orienté vers un psychologue. J’ai déposé une plainte et, durant des mois,
c’était le calvaire. L’auteur a nié les faits. Il a dit au juge que mon mari et
moi regardons des films osés en présence de mon fils. C’est irréel. Aujourd’hui,
l’affaire doit passer devant le tribunal criminel et je ne sais comment mon fils
va réagir après avoir subi une thérapie de deux ans»,
témoigne cette mère dont
le mari, un repenti, ignore totalement cette histoire. Nous ne savons pas quel a
été le verdict. Le procès, comme tous ceux liés aux affaires de mœurs, s’est
tenu à huis clos. Le cas de cet enfant n’est pas isolé. Le phénomène prend de
l’ampleur.


Les chiffres avancés par les services de sécurité sont ahurissants, que ce
soit dans les villes ou à l’intérieur du pays. Ainsi, sur les 732 mineurs
victimes de violences durant les quatre premiers mois de l’année en cours,
307 ont subi des violences sexuelles. Les filles sont plus confrotées au viol
avec 39 cas, alors que les garçons sont plutôt sujets aux attentats à la pudeur
avec 104 cas de garçons contre 63 filles. La police a enregistré, durant la même
période, 627 enfants victimes de violences sexuelles. Ces chiffres ont connu une
hausse significative entre 2010 et 2012. Ainsi, sur les 1753 affaires de mineurs
traitées en 2010 par la gendarmerie, 933 concernent des cas de violence
sexuelle. On relève que 457 enfants ont subi des actes qualifiés d’attentat à la
pudeur, dont 300 garçons.

Les homicides volontaires et involontaires concernent 262 enfants, alors que
les viols ont touché 107 filles et l’inceste 7 enfants. Ces chiffres ont connu
une hausse en 2011, puisque sur 2440 mineurs victimes de violences, 2260 ont été
victimes de pédophilie. Parmi eux, 832 (dont 449 garçons) ont fait l’objet
d’attentat à la pudeur, 132 filles ont été victimes de viol et 4 d’inceste
. Une
progression inquiétante, relevée également par le réseau Nada de défense des
droits de l’enfant, à travers les plaintes qu’il reçoit quotidiennement par le
biais du numéro vert (33 30) mis en place en 2008 pour dénoncer les violences
contre les enfants.


Le président de ce réseau, Abdelkader Araar, affirme qu’en 2012, 1150
plaintes ont été reçues, parmi elles 150 concernent les abus sexuels qui vont de
l’attouchement jusqu’au viol. De juin 2010 à décembre 2011, le réseau, ajoute
notre interlocuteur, a reçu 13 000 appels portant dénonciation de différentes
formes de violences à l’égard d’enfants et ce, dans 15 wilayas.
Sur les 700 cas
que le réseau a pris en charge, 103 ont subi des agressions sexuelles. Pour
M. Araar, «l’âge des victimes varie de 2 à 18 ans et la catégorie de plus en
plus touchée est celle des moins de 8 ans. Les victimes d’abus sexuels sont
issues de toutes les catégories sociales et il en est de même pour les
pédophiles qui se comptent, dans une forte proportion, parmi les étrangers».

Selon lui, la cellule familiale «devient de plus en plus un lieu de tous les
dangers pour les enfants,



la suite
http://www.elwatan.com/une/hausse-inquietante-des-abus-sexuels-contre-les-enfants-en-algerie-06-06-2012-173673_108.php

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Voyage au cœur de la pédophilie



Mots clés: Voyage au cœur de la pédophilie Après
les déclarations de Luc Ferry, nous sommes partis au Maroc, à la
­rencontre des bénévoles de l’association Touche pas à mon enfant qui,
­depuis 2004, ­luttent contre la pédophilie et le tourisme sexuel.


Marrakech, la perle du Sud, attire chaque année des millions de
visiteurs avec la magnifique mosquée de la Koutoubia, mais surtout la
célèbre place Jamaa El Fna, où charmeurs de serpents, dresseurs de
singes, diseuses de bonne aventure, conteurs, musiciens font leur numéro
pour le plus grand plaisir des touristes venus savourer un peu du
folklore marocain. La place Jamaa El Fna et ses charmes… Selim*, 17 ans,
les connaît bien, pour avoir fait le bonheur d’un genre bien
particulier de touristes. Regarder la place à travers ses yeux, c’est
découvrir un univers sordide, celui de la prostitution des mineurs et du
tourisme sexuel, parmi le tourisme classique. C’est dans cette ville, à
en croire Luc Ferry, qu’un ministre français a été arrêté, mais jamais
inquiété, pour pédophilie. Le parcours de Selim ressemble à celui de
milliers d’autres jeunes marocains. La pauvreté et le dénuement de leur
quotidien contrastent avec les portefeuilles bien garnis des Européens.
« J’avais 14 ans la première fois que je suis parti avec un client, se
souvient-il. Je n’allais plus à l’école, je n’avais pas d’argent,
j’étais désespéré. Des amis m’ont proposé de “travailler” avec eux. Ils
parlaient de s’amuser. C’était plus facile de le prendre comme un jeu.
Mon premier client était français, presque tous ceux qui ont suivi
aussi. J’ai arrêté de me prostituer l’année dernière… Je commençais à
m’automutiler à coups de rasoir. »

Ce soir, Selim doit retrouver Youssef*, 23 ans, autre ancien
prostitué, devenu membre de l’association Touche pas à mon enfant,
Abderrahmane, 22 ans, et Simo, 21 ans, deux membres de la coordination
locale, dans le quartier de Gueliz, près d’un fast-food, un des lieux de
rendez-vous des pédophiles occidentaux et des jeunes prostitués, pour
un travail de sensibilisation : repérer les enfants les plus vulnérables
et les informer des dangers. Une heure du matin, le quartier est bondé.
Enfants, adolescents, garçons ou filles, le quartier est un supermarché
pour pervers. Entre jeunes et touristes, le ballet est incessant.
Youssef signale à Abderrahmane un groupe de quatre Français- attablés en
terrasse. « Ce sont des habitués. Je les connais très bien. Ils ont
tous été mes clients, j’étais tout jeune.
J’ai changé, mais pas eux ni
leurs habitudes. »
Youssef et Selim indiquent à Abderrahmane et Simo les
codes, les gestes pour communiquer en toute discrétion. « Il suffit
d’un sourire, d’un regard pour dire si on est intéressé, explique Selim,
ensuite le gamin suit le touriste jusqu’à son appartement ou sa
chambre.
Ils ne marchent jamais côte à côte et ne se parlent pas en
public pour éviter de se faire prendre. D’ailleurs la plupart des
clients louent des appartements. C’est plus discret qu’un hôtel et ils
peuvent faire monter trois ou quatre enfants en même temps… C’est leur
truc préféré.
Pour ma première passe, le client m’avait emmené avec deux
autres copains. »

(*) Les prénoms ont été modifiés.
http://www.elwatan.com/une/hausse-inquietante-des-abus-sexuels-contre-les-enfants-en-algerie-06-06-2012-173673_108.php

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
convention des droits international en toute langue





« Foi et Lumiere Temoignage du Pelerinage a Lourdes
Sabine Arduino

Les Libanaises au Pouvoir et leur participation effective aux processus
de prises de décisions… les Droits civils et politiques dans l’attente d’un
quota ?
»


Pédophilie au Liban…. les victimes doivent être protégées prioritairement


June 6, 2012 by Rita Chemaly










je suis outragée, des médias donnent les noms de victimes, des enfants dont
les parents ont présente des recours en justice contre tout acte de
pédophilie.

les médias libanais Doivent impérativement se tenir a couvrir les
événements d’une façon ethique en protégeant l’identité des victimes;


les enfants du collège de Aintoura sont deja victimes d’une horreur,
n’ajoutons pas a cela leur instrumentalisation pour des histoires
sensationnelles, les séquelles sont immuables;

les victimes ont besoin d’un soutien psychologique et social, pas besoin de
radoter des noms, et surnoms, et des histoires sur ces ptites filles!


Rita Chemaly

ci dessous des articles de presse en toute langue:

Convention
internationale des droits de l’enfant


School sacks teacher accused of sexually abusing students,
state files criminal charges


Mount Lebanon school fires teacher accused of sexual assault

Pédophilie
: les familles reprochent au collège Saint-Joseph de Aïntoura d’avoir tardé à
réagir


سبع دعاوى في حق
أستاذ تحرّش بتلميذاته


مدير معهد «عينطورة»:
نعالج الأمر بحكمة وتروّ


http://www.walnews.com/articleDetails.php?articleId=55673

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
La faiblesse d’une réglementation dissuasive et une population libérée du poids
des traditions font de l'Afrique un nouveau repaire des touristes sexuels.

regardons plus loin encore

Les 10 grandes destinations du tourisme sexuel
en Afrique



La faiblesse d’une réglementation
dissuasive et une population libérée du poids des traditions font de l'Afrique
un nouveau repaire des touristes sexuels.




DSC_0024.jp, by alentia via Flickr CC.



Grand Baie, la partouzeuse (île Maurice)


Grand Baie, c’est
un peu le Saint-Tropez de l’île Maurice. En près de 40 ans, ce qui n’était autre qu’un
insignifiant village de pêcheurs est devenu le lieu de villégiature de la
bourgeoisie locale. Mais aussi, le temple de la luxure et du libertinage. Sur
les plus de 900.000 touristes (pour 2012, les prévisions sont de 980.000 visiteurs) qui séjournent dans l’île du sourire chaque
année, un nombre considérable se dirige immédiatement vers Grand Baie. À la
recherche du soleil, des cocotiers et du sable fin et doré des plages…

Grand Baie, située à l’extrême-nord de Maurice, attire surtout, parce que,
comme n’hésitera pas à vous le dire le premier chauffeur de taxi qui vous
conduira à votre hôtel, on y trouve tout ce qu’on veut. Des plaisirs les plus
simples, comme se la couler douce au soleil, aux extravagances les plus folles.


En 2010, un producteur de films X a même fait sensation, en vendant l’île comme une
vraie destination sexuelle. Il a monté un site Internet dans lequel il met en
scène des femmes sexagénaires effectuant des partouzes avec de très jeunes
Mauriciens. Pour des raisons évidentes, nous ne vous redirigerons pas vers le
site en question.

Toujours est-il que, à Maurice, presque tout le monde a toujours nié
l’existence d’une quelconque forme de tourisme sexuel. Les autorités juraient
même leurs grands dieux qu’elles ne savaient pas ce que cela voulait dire.
Jusqu’à ce qu’un rapport du département d’Etat américain cite le pays comme
étant un lieu d’exploitation de personnes, dont des enfants.

Après ces révélations, le gouvernement mauricien a fait voter une série de
lois pour endiguer le phénomène. Mais cela suppose de rendre plus coercitives
les conditions d’entrée à Maurice. Or, le tourisme est, avec la canne à sucre,
l’autre mamelle de l’économie nationale.

Mauritius, by garybembridge via Flickr CC.


Cape Town, l’homosexuelle (Afrique du Sud)


Personne, dans la ville du Cap, ne s’en cache. Ni ceux qui débarquent d’avion
avec leur bermuda au ras des cuisses, ni les autorités qui font tout pour
faciliter l’entrée aux visiteurs. Ici, le touriste vient, bien sûr, découvrir
les charmes de la nature et la beauté du paysage. Mais certains viennent, aussi,
goûter aux plaisirs de la chair, masculine de préférence.

La plupart des guides touristiques vous l’indiqueront, Le Cap est une
destination privilégiée pour les homosexuels, dans un continent où l’affaire est
encore considérablement taboue. Et il faut dire que les ingrédients sont réunis:
une nature luxuriante, un climat méditerranéen, une forte population gay locale
(et souvent très jeune), et une législation qui n’interdit plus l’homosexualité depuis la nouvelle Constitution de 1996 qui a suivi la fin de l’apartheid.

De fait, aujourd’hui, n’importe quel gay un peu branché vivant en Occident,
vous dira que San Francisco, Miami, Sydney, Berlin ou Amsterdam ne font plus
tellement rêver. L’exotisme se trouve au en Afrique du Sud. Bilan, sur les 1,5 million de touristes qui
affluent chaque année dans la ville, 15% sont homosexuels, fait savoir le Cape Town Tourism.

Ce qui les attire, ce sont les corps musculeux des «locaux», comme
les appellent tous ceux qui débarquent. Lesquels locaux donnent d’ailleurs
toutes ses couleurs au quartier gai du Cap. Mais en réalité, les gays sont
partout dans la ville, et l’inévitable prostitution qui va avec. A tel point
que, dans son Rapport mondial sur l’exploitation sexuelle, la Fondation
Scelles
(qui lutte depuis 1993 contre la prostitution et le proxénétisme) a
placé Le Cap dans sa liste des endroits à surveiller de près.

Mais ce sont les possibilités de faire du naturisme dans la ville, et donc en Afrique, qui font
fantasmer les visiteurs. Beaucoup aussi, viennent tenter de voir, mais sans trop
s’aventurer dans les profondeurs du continent «si l'homosexualité en Afrique
noire est un mythe ou une réalité»,
comme le fait observer le sociologue Charles Gueboguo,
spécialiste de la question homosexuelle en Afrique.

The city of
Cape Town, by derek keals via Flickr CC.



Banjul, la pédophile (Gambie)


Il y a encore une dizaine d’années, cela se murmurait seulement. Aujourd’hui,
le phénomène a pris des proportions telles que, sur place, plus personne ne
semble s’en offusquer. Banjul, la capitale de la Gambie, pays
minuscule coincé entre le Sénégal et la Guinée Bissau, est devenue une destination de choix pour les
amateurs de mineurs. Mais, plus spécifiquement encore, pour les amatrices
occidentales de très jeunes éphèbes noirs.

C’est le quotidien britannique The Guardian qui décrivait le phénomène dans un reportage
marqué par des détails et des témoignages pour le moins étonnants. Des femmes,
entre 45 et 60 ans, venues tout spécialement des Pays-Bas, de la Belgique, de
Suisse, du Royaume-Uni, et parfois de la France, à la recherche de plaisirs
interdits… avec de jeunes garçons.

Sous la chaleur torride des plages gambiennes, on peut les voir se faire
appliquer de la crème solaire par des adolescents. Là-bas, on les appelle
les «Marie-Claire», un surnom qu’elles assument sans aucun
état d’âme. D’autant plus que ceux pour qui elles viennent en nombre dans le
pays ont l’air consentants.

En effet, plus de 50% de la population gambienne a moins de 18 ans. Soit, à
peu près 750.000 personnes. Et, tous ces jeunes sont frappés par un chômage massif et une grande pauvreté des familles. Alors,
quand ils ne rôdent pas aux abords des hôtels à touristes, ils se précipitent,
la nuit tombée, à Sénégambia, tout juste à l’entrée de Banjul.

Ce quartier chaud, à la périphérie Est de la capitale, est le temple de la
drague. Les quinquagénaires blanches viennent y faire leur marché du sexe. Et
les jeunes pubères le savent, qui exhibent leur corps et rivalisent de
déhanchements pour séduire des femmes souvent plus âgées qu’eux de trente ans.
Eux aussi ont un surnom, ce sont les «bumsters». Ces gigolos, rapporte une étude de l’Unicef,
trouvent d’ailleurs très chic d’être vus avec des blanches.

Pourtant, explique le journal suisse L’hebdo, les vraies affaires entre
les «Marie-Claire» et les «Bumsters» se déroulent un peu loin,
dans des appartements ou des maisons de location, afin de ne pas s’attirer les
foudres des gérants d’hôtels, dont un grand nombre commence à s’organiser pour
lutter contre le phénomène des «Marie-Claire». Mais cela n’a pas l’air
de décourager celles-ci. Non seulement beaucoup d’entre elles bénéficient de la
complicité de la police, indique encore L’hebdo, mais en plus, elles savent
qu’elles peuvent compter sur des proies malheureusement faciles.
aiguisons la pointe de notre courage et dénoncées ces crimes odieux!

la suite

http://www.slateafrique.com/14047/tourisme-sexuel-pedophilie-grandes-destinations-en-afrique

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné











Hacktivistes anonymes sont dans le milieu d'une campagne visant à
nommer et faire honte aux pédophiles présumés qui auraient utilisent Twitter
pour s'en prendre aux enfants mineurs et de les harceler


Nommé # TwitterPedoRing, l'opération a commencé le (Juin 4), et a
déjà vu des décharges de données de centaines de comptes Twitter que les
disciples anonymes, croient appartenir à des pédophiles..
http://www.viruss.eu/fr/security-news/anonymous-lists-twitter-handles-of-suspected-pedophiles/

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
plainte
contre Jack Lang pour pédophilie le père de la fillette raconte tout

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 19 sur 21]

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum