anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 4 sur 4]

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Monsento est le fabriquant de frankeinstein pas difficile a comprendre..Dieu a pas besoin de son poison pour nourrir la planète il a toujours fait sans son poison a rat, mes légumes poussent très bien sans son poison..bio meilleur pour tous!lui est en amour avec son argent.prenez garde de vous attachez a quoi que ce soit car tu serai prie et perdu..l'autonomie a meilleur gout.les oiseaux ils ce cassent pas la tête eux autres avec ce qu'ils vont manger ou boire Dieu y pourvoie mais la il voie les hécatombes ouffffffffffff

vivre d'amour et d’eau fraiche vous connaissez pas sa dans le monde selon mosento!

"Marie-Monique Robin : «Le plus gros mensonge de l'industrie»"



C'est bientôt la diffusion du film "Les moissons du futur" troisème volet de la série de Marie-Monique Robin !

Ci-après une interview recueillie par un média luxembourgeois, Le Quotidien :o)



Définitivement en guerre contre l'industrie agroalimentaire, Marie-Monique Robin s'attaque avec son nouveau documentaire, Les moissons du futur, à la crise alimentaire. Et prescrit un remède : l'agroécologie.


Entretien avec notre journaliste
Romain Van Dyck


De passage hier au Luxembourg, la journaliste raconte sa quête autour du monde... et de ces questions : peut-on se passer des pesticides? Nourrir le monde autrement? Les réponses ont dépassé ses espérances.



"Ne faisons pas croire aux Français qu'on pourra cultiver des pommes, des poires ou des fruits sans aucun pesticide." Cette phrase de l'ancien ministre français de l'Agriculture Bruno Le Maire est le point de départ de votre nouveau film.


Marie-Monique Robin : Oui, comme la phrase de Jean-René Buisson (NDLR : président de l'Association nationale des industries alimentaires, ANIA) qui dit que sans les pesticides, c'est "40 % de production en moins, et 50 % de coûts en plus".


D'où sortent ces chiffres?
Eh bien voilà : de nulle part. Il y a bien eu deux malheureuses études financées par l'industrie agroalimentaire qui prétendent que les rendements s'effondreraient si on passait à l'agriculture biologique, mais c'est faux, et c'est ce que je montre dans mon enquête.


Pour laquelle vous avez fait le tour du monde.
Oui. Un an et demi, quatre continents, onze pays, beaucoup d'experts et de paysans. J'ai voulu répondre à cette question : peut-on nourrir le monde sans pesticide? Évidemment, dès qu'ils ont su que je me lançais sur ce sujet, des gens de l'industrie se sont déchaînés, bien plus que pour mes précédents films. Et s'ils sont si virulents, c'est parce que je m'attaque au plus gros mensonge de l'industrie. Parce que qui détient les pesticides? Qui contrôle le marché des grains? Ce sont les mêmes, Monsanto et compagnie, qui privatisent le vivant. Pourtant, même moi, au début, j'avais des doutes sur l'agroécologie.

Cliquer ici pour lire la suite de l'interview sur le site !

http://www.lequotidien.lu/politique-et-societe/38743.html

pour un monde sain!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné



Une étude publiée récemment dans la revue Food and Chemical Toxicology, sur la dangerosité des aliments modifiés génétiquement, a semé l’émoi dans la communauté scientifique. Bien que la qualité de cette étude ne fasse pas l’unanimité au sen de celle-ci (certains scientifiques y voient un coup fumant), la députée de Rivière-des-Mille-îles, Laurin Liu, a pris position sur cette question et défend l’argument de l’étiquetage obligatoire.




«Depuis plusieurs années, nous demandons au gouvernement Harper un étiquetage obligatoire des aliments transgéniques, car nous croyons que le consommateur doit avoir le droit de choisir et surtout de savoir ce qu’il a dans son assiette», souligne la députée.

Cette demande, qui reste sans réponse depuis le début, reste un enjeu pour le NPD qui souhaite ainsi «agir par précaution.»

«Cette recherche a suscité la controverse, elle est contestée, il n’y a donc pas de consensus. Nous n’avons pas pris position sur l’étude, mais avons constaté des incertitudes, d’où notre principe de précaution», poursuit-elle.

La réalité agricole

la suite

http://www.nordinfo.com/Actualites/2012-10-12/article-3097976/OGM%3A-Laurin-Liu-prone-l%26rsquoetiquetage-obligatoire/1

messieur le ministre ne suivez pas les traces de messieurs Obama ni de Hollande conseil de vos bons citoyens!!! exigeons l’étiquetage OGM!! ainsi on pourra dire que nous avons encore notre liberté et le choix véritable..on pourrait faire un référendum sur cette question? le naturel ou le poison a rat?

devant une fausse démocratie seriez-vous prêt a vous indignez?

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Quatre agences européennes épinglées pour conflits d’intérêts


Benjamin Sourice
Journaliste pigiste
Publié le 12/10/2012 à 18h37

Jeudi 11 octobre, un rapport d’audit de la Cour des comptes européenne montre de graves conflits d’intérêts au sein d’instances communautaires cruciales dans la protection de la santé et de la sécurité alimentaire. La Cour épingle sévèrement quatre agences européennes de régulation pour leur mauvaise gestion des conflits d’intérêts.

Sans surprise, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) est en tête du tableau, en particulier pour les liens étroits que certains de ses experts entretiennent avec l’International Life Science Institute (ILSI), le lobby des géants de l’agroalimentaire (Monsanto, Unilever, Syngenta, Bayer, Nestlé...).

L’ILSI est au cœur de plusieurs scandales de conflits d’intérêts, dont le dernier en date remonte à mai 2012 quand Diana Banati, présidente de l’EFSA, fut contrainte de démissionner en raison de ses liens dévoilés avec le lobby. Elle a depuis officiellement rejoint l’ILSI en tant que directrice exécutive pour l’Europe.

Cette fois la cour des comptes pointe le cas de six autres experts siégeant aux instances de l’EFSA et ayant des liens avec l’ILSI, la cour s’étonnant sobrement de cette « différence de traitement ».

L’EFSA, qui cherche à redorer son image, avait pourtant commandé un audit indépendant livré mi-septembre 2012 par la société de notation Ernst & Young qui saluait « les principes d’indépendance, d’ouverture et de transparence », de l’agence européenne.

« Aucune agence ne gère les situations de conflit d’intérêts de manière appropriée. »

Mais l’EFSA n’a rien à envier à ses consœurs de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA), l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) et l’Agence européenne du médicament en charge de l’autorisation des médicaments (EMA).

Dans sa conclusion le rapport établi qu’« aucune agence ne gère les situations de conflit d’intérêts de manière appropriée » et qu’« un certain nombre de lacunes, de gravité variable, ont été relevées dans les politiques et les procédures spécifiques des agences, ainsi que dans leur mise en œuvre


la suite!

http://blogs.rue89.com/de-interet-conflit/2012/10/12/quatre-agences-europeennes-epinglees-pour-conflits-dinterets-228646

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




hé si vous chercher des réponses dites-vous que,juste un ptit geste pour changer le monde...déjà un pied dans le purgatoire a volé des pétros dollars!

break!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
loll retiré pour quoi?





pour non respect des conditions!PARDON??? cool un cadeau empoisonné que tu nous as donné? T'EN RENDU COMPTE AU MOIN DÉMON?

récapitulation!




http://www.dailymotion.com/video/xuclyz_les-moissons-du-futur-2-et-fin_tech

je cultive ET CULTIVERAI mon basilic et mes plantes sans ton poison et ton approbation! cool

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




Publiée le 19 sept. 2012 par François Le Bayon

Des chercheurs français ont étudié secrètement, pendant deux ans, 200 rats nourris au maïs transgénique. Tumeurs, pathologies lourdes... une hécatombe. Et une bombe pour l'industrie OGM.
Plus d'information sur le site http://www.ogm-alerte-mondiale.net
Version anglaise : http://youtu.be/Njd0RugGjAg
Version portugaise : http://youtu.be/xiQxh5JMfqc



vous savez ce qui me fais rire ce matin? je voie des pancartes, des règles,de municipalités, du genre , défense de jeté des déchets sous peine d'amende!qui est visé ici? la petite poussière que je suis ou le gros poison que tu es?.

.question qu'est ce qu'un déchet selon le gouvernement?

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
À l'attention de Ministre de la Santé et Ministre de l'Agriculture

Environ 130 organisations de la société civile ont appelé à suspendre les autorisations du maïs transgénique NK603 et du Roundup, dont une étude choc vient de mettre en cause l'innocuité de ces produits.
(Séralini et al. Food and Chemical Toxicology, 2012, voir www.criigen.org pour plus de détails).

Le maïs OGM NK603 de Monsanto, résistant à l'herbicide Roundup de la même firme, est autorisé à l'importation et à la consommation en Europe.

Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen, et son équipe, ont publié le 19 septembre une étude montrant le développement de tumeurs grosses comme des balles de ping-pong sur des rats nourris au maïs NK603 et buvant de l'eau contaminée à de très faibles doses de Roundup. (détails de l'étude dans "Tous Cobayes !" Ed. Flammarion).

Conformément au positionnement de Passeport Santé (donner la possibilité à chacun d’être davantage acteur de sa santé) et suite à la mobilisation des internautes lors de la publication de notre article « Première mondiale : des tests in vivo menés sur des rats nourris aux OGM mettent en évidence de graves effets toxiques », nous demandons la transparence sur les études d'évaluation des risques sur la santé et l'environnement ayant conduit à l'autorisation dans l'Union européenne des OGM et des pesticides.

Plus précisément, nous demandons également la transparence immédiate sur les analyses de sang et toutes les études de santé les plus longues réalisées par la ou les compagnies ayant demandé l'autorisation des maïs et des sojas transgéniques et du Roundup.

Ces études sont dans les bureaux des Ministères et des agences ayant évalué ces produits. Nous souhaitons connaitre également les noms des experts ayant conduit à ces décisions de mises sur le marché.

http://www.mesopinions.com/petition/sante/ogm-heure-verite/9282

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
OGM : comment une étude bidonnée par Monsanto a été validée par les autorités
sanitaires



Avant d’être commercialisés, les OGM sont-ils vraiment évalués avec la plus grande rigueur scientifique, comme leurs promoteurs le prétendent ? Toute entreprise sollicitant une autorisation de mise sur le marché de son OGM doit produire une évaluation censée démontrée que sa semence transgénique est inoffensive. Ces analyses sont réalisées par des laboratoires que les entreprises de biotechnologie rémunèrent directement.
Les autorités sanitaires qui étudient ensuite le dossier, comme l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA [1]), ne disposent ni de temps ni de crédits pour pratiquer leurs propres analyses. Elles se contentent donc de lire le dossier de l’entreprise et la littérature scientifique sur le sujet. D’un côté, la firme est juge et partie. De l’autre, des instances d’évaluation placent dans cette firme une confiance quasi absolue.
Que doivent évaluer les experts ? Que l’OGM ne diffère pas d’une semence non transgénique dont l’utilisation commerciale a déjà été jugée sans risque. La firme va donc chercher à démontrer « l’équivalence en substance » : ce qui consiste à comparer les composants d’une plante transgénique (nutriments, protéines, glucides...) avec des plantes conventionnelles. Si les écarts enregistrés correspondent à des écarts connus entre variétés de la même espèce, la plante transgénique est considérée comme étant équivalente en substance, donc a priori inoffensive. L’évaluation se fait en deux étapes : une analyse comparative pour identifier des différences avec la plante non modifiée génétiquement, et une évaluation des impacts nutritionnels, sanitaires et environnementaux de ces différences.

http://www.bastamag.net/article2712.html

il fut un temps ou le costume de l'halloween était bp,il est démodé.. cet année le rat de laboratoire fera fureur!....... tous cobaye tous en rat!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Imaginez que les entreprises pharmaceutiques empêchent des chercheurs d’évaluer les effets secondaires de leurs médicaments au motif qu’ils sont protégés par le « secret industriel » d’un brevet, le scandale serait assuré. Pourtant, dans l’évaluation sanitaire des OGM et des pesticides, c’est la norme.
Depuis la présentation de son étude sur un OGM et son herbicide associé, l’équipe du professeur Séralini, de l’université de Caen, réclame la « fin du secret industriel sur les évaluations d’OGM » et demande de rendre publiques « les données brutes ayant servi à l’évaluation du Roundup », mais aussi des maïs transgéniques MON810 et NK603 commercialisés en Europe par Monsanto.
Le Pr Séralini tonne :
<blockquote>« Nous ne parviendrons pas à apaiser le débat sans mettre sur la table l’ensemble des analyses qui ont permis l’autorisation de ces produits. »
</blockquote>Il mettra à disposition de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) une partie de ses propres données expérimentales afin de permettre une révision de son étude par l’autorité sanitaire française
la suite

http://blogs.rue89.com/de-interet-conflit/2012/10/17/ogm-comment-mettre-fin-lirresponsabilite-organisee-228699?fb_action_ids=434731609919162&fb_action_types=og.likes&fb_source=other_multiline&action_object_map=%7B%22434731609919162%22%3A363095283778145%7D&action_type_map=%7B%22434731609919162%22%3A%22og.likes%22%7D&action_ref_map

A quand la collusion de responsables politiques et d’experts avec l’intérêt général ?

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
ON VA POUVOIR CE CONCENTRÉ SUR CELUI QUI TUE ET L'ÂME ET LE CORPS.


Tribune Alors que le Comité de sécurité alimentaire (FAO) se tient à Rome cette semaine, des agronomes et des spécialistes affirment que les OGM ne sont pas une solution pour nourrir l'humanité.


Par François Affholder, Chercheur et agronome au Cirad (Centre de coopération internationale et de recherche agronomique pour le développement); Nicolas Bricas, chercheur et chargé de mission sur la sécurité alimentaire au Cirad; Benoît Daviron, chercheur en économie politique au Cirad; Eve Fouilleux, directrice de recherches au CNRSLes débats suscités par la récente publication de Séralini et ses collègues ont été l’occasion de présenter les OGM comme une solution potentielle à la faim dans le monde. En tant qu’agronomes et spécialistes des questions de sécurité alimentaire, nous ne pouvons pas laisser croire que les OGM sont la voie pour nourrir l’humanité, fut elle de 9 milliards d’individus en 2050, voire 12 milliards dans les scénarios les plus pessimistes.
Au premier rang des avantages attendus des OGM est mise en avant leur potentielle contribution à l’accroissement de la production. Cela soulève une première question : le problème de la faim dans le monde est il vraiment un problème de production insuffisante ? Comme l’ont montré de nombreux travaux sur l’insécurité alimentaire, le problème est d’abord celui de l’accès à l’alimentation par les individus, c’est-à-dire l’accès à la terre ou à des revenus, et une question de démocratie, bien avant d’être un problème de quantités produites. Les niveaux de production actuels sont déjà suffisants pour nourrir la planète. L’équivalent de 4 972 calories par habitant est produit par jour en moyenne dans le monde sous forme de productions végétales, mais seule environ la moitié (2 468 calories par jour et par habitant en moyenne) arrive dans les assiettes des consommateurs du monde. Une très grande partie des quantités produites est utilisée pour nourrir les animaux d’élevage intensif, transformées en biocarburants ou encore gaspillées, que ce soit après la récolte, dans les supermarchés, ou au sein des foyers (1).

http://www.liberation.fr/monde/2012/10/18/la-faim-dans-le-monde-alibi-pour-le-developpement-des-ogm_853892

HÉ LA FAMINE EST UN FLÉAU MONDIAL POUR LE PROUVÉ. DÉLIVRE-NOUS DE MONSENTO! IL EST AFFAMÉS DE PÉSOS!

CHAQUE PLANTE DONNE SES PROPRES GRAINES.,POUR LES SEMENSE A VENIR ET SI LES RACINES SONT PROFONDE ON SERA BIEN RETRANSPLANTÉ...PAS BESOIN DE MONSENTO.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Le gouvernement souhaite une "remise à plat du dispositif européen d'évaluation, d'autorisation et de contrôle des OGM et des pesticides", a annoncé lundi 22 octobre le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll.
Cependant, pour l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) et le Haut conseil des biotechnologies (HCB), qui ont publié lundi leurs avis, l'étude du Pr Gilles-Eric Séralini sur le maïs transgénique NK603 et l'herbicide Roundup "n'est pas de nature à remettre en cause les précédentes évaluations", estime le ministère dans un communiqué.
L'étude "a au moins un mérite : elle a mis en avant la nécessité de bouger" même si elle "n'est pas conclusive" et qu'elle est "controversée", avait déclaré plus tôt la ministre de l'Ecologie Delphine Batho.


http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20121022.OBS6538/ogm-le-gouvernement-veut-une-remise-a-plat-du-dispositif-europeen.html

il est écrit malheur a celui qui prend le bien pour le mal et le mal pour le bien Monsento au cas ou tu sais point tes lecons!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
OGM: "Qu'on décortique les études de Monsanto comme les miennes"



Le Pr Gilles-Eric Séralini, auteur d'une étude controversée sur la toxicité d'un maïs génétiquement modifié (OGM), a demandé lundi que les études de Monsanto soient publiées et "décortiquées" comme les siennes, après les avis négatifs des autorités sanitaires françaises sur son travail.
<p>"Les études de Monsanto qui ont permis des mises sur le marché sont gardées secrètes tandis que les nôtres, on les décortique jusqu'à la moelle. Moi, mes tests, pour l'instant ils n'ont servi ni à l'autorisation ni à l'interdiction des produits", a déclaré l'universitaire lors d'une conférence de presse à Caen.
"Qu'on arrête un peu de rigoler aujourd'hui et qu'on sorte des tiroirs les produits et les façons dont ils ont été évalués. Qu'on arrête de jouer à cache cache", a ajouté le professeur, dont une étude controversée a conclu à la toxicité du maïs NK 603.
la suite!
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1521856/2012/10/23/OGM-Qu-on-decortique-les-etudes-de-Monsanto-comme-les-miennes.dhtml

bien dit messieur Séralini.

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
ères sans OGM. La CLCV veut accélérer leur création

24 octobre 2012 -


L'association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) du Finistère entend contribuer «à accélérer la mise en place de filières sans OGM et, notamment, sans soja transgénique (400.000 tonnes sur les deuxmillions de tonnes importées en Bretagne)». Elle interpelle ainsi les grandes surfaces du Finistère sur leur position «en rappelant que les consommateurs, dans leur immense majorité, ne veulent pas d'OGM dans leur assiette». Par ailleurs, l'association de défense des consommateurs salue «l'initiative des quelques entreprises qui se sont lancées dans le poulet sans OGM et le porc sans OGM». Mais elle interpelle aussi fortement la profession agricole et les industries agroalimentaires, afin que se développent massivement et rapidement toutes les filières non OGM (lait, poulet, porcs...) et que les produits soient clairement identifiés, puisque la réglementation autorise, depuis le 1erjuillet 2012, l'étiquetage «nourri sansOGM». La CLCV du Finistère appelle enfin les consommateurs à choisir en toute connaissance de cause, en privilégiant, dans leurs choix, soit l'alimentation biologique, soit les produits qui affichent «nourri sans OGM».

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Vidéo éducative sur l'importance de la luzerne particulièrement pour l'agriculture biologique. Cette dernière est menacée par l'acceptation possible par le Canada de la Luzerne OGM qui serait une catastrophe pour nos agriculteurs et notre environnement.

les abeilles comptes sur nous!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné

Imaginez qu’une tempête balaie votre jardin et qu’à votre insu et sans votre consentement, des graines étrangères génétiquement modifiées s’introduisent dans le potager que vous choyez depuis des années.Quelques jours après, des représentants d’une multinationale frappent à votre porte, réclament tous vos légumes et portent plainte contre vous pour utilisation illégale de semences patentées en exigeant le paiement d’une amende de 20’000 euro . Et le tribunal donne, en plus, raison à la multinationale.
Cette anecdote n’a malheureusement rien de fictif. C’est une réalité amère, à l’échelle mondiale et en particulier pour les canadiens Percy et Louise Schmeiser, détenteurs du Prix Nobel alternatif, qui se battent depuis 1996 contre le chimiste et fabricant de graines Monsanto.Environ trois quart récoltes mondiales de plantes génétiquement modifiées sont issues des laboratoires Monsanto, une multinationale américaine à laquelle on doit les tristes inventions du DDT, du PCB et de l’agent orange.Monsanto ne recule devant rien pour contrôler la chaîne de production allant des champs jusqu’à l’assiette du consommateur. C’est ce qu’ont vécu les agriculteurs Troy Rush, David Runyon et Marc Loiselle ainsi que milliers d’autres paysans dans le monde.
Ceux-ci ne luttent pas seulement contre Monsanto pour survivre en tant que paysans mais également pour pour la liberté d’expression et le droit de propriété.
Pourtant, c’est surtout l’avenir de leurs enfants et petits-enfants qu’ils se sont engagés, pour que ces derniers puissent grandir dans le monde exempt de nourriture génétiquement modifiée.
Ce film est porteur d’espoir : Pour tous les individus qui craignent de ne pas faire le poids face au monde de la politique, de la finance et aux multinationales. « David contre Monsanto » nous prouve le contraire.
David contre Monsanto le film porteur d’espoir pour l’agriculture sans ogm


source actualité terre nouvelle ....non selon Monsento! il dit c'est un vrai frankenstein qui est né il y a aussi Sandystorm qui est né aussi!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné



Un excellent article qui pose les bases solides d'un débat d'avenir pour l'agriculture française.

Au troisième rang mondial derrière les Etats-Unis et le Japon, la France est une championne de la consommation de produits phytosanitaires en tous genres, herbicides en tête. Avec les Pays-Bas et la Belgique, elle forme le trio des pays européens les plus gourmands en pesticides rapporté à l'hectare cultivé.

L'importance des terres arables n'explique pas tout. Il existe en France une forme de reconnaissance envers ces substances qui ont soutenu la modernisation radicale de l'agriculture à partir des années 1950. Appauvrissement des sols, phénomènes de résistances des "ravageurs" et surtout dégradation inquiétante de la qualité de l'eau : le revers de la médaille se révèle aujourd'hui. Quant aux répercussions sur la santé, les adeptes de l'agriculture intensive – qui achètent 93 % des produits phytosanitaires du marché national – sont les premiers à en pâtir.

Lancé en 2008 à l'issue du Grenelle de l'environnement, le plan gouvernemental Ecophyto s'est fixé pour ambition de réduire de moitié l'usage des pesticides d'ici à 2018. Mais les ventes ont continué de grimper de 2,6 % entre 2008 et 2011... Seules les substances les plus dangereuses ont fortement diminué... parce que l'Union européenne (UE) a imposé le retrait du marché de 53 d'entre elles. Le bilan est si décourageant et l'objectif jugé si inatteignable que le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, a un temps hésité avant de le reprendre à son compte.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/10/27/les-raisons-de-l-addiction-francaise-aux-pesticides_1782000_3244.html


la terre meurt avec ce terminator!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
,des herbes,des semences,des terres,bizz,bizz,bizz,il veut le contrôle...je vous le présente Monsento le terminator!je tiens a précisé que nous sommes 7 milliards et seulement quelques personnes savent.






Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité
Parlons chiffres.



Chiffres


160

En millions d'hectares : dans le monde, les surfaces recouvertes de
culture avec des organismes génétiquement modifiés. Soit une hausse de
12 millions d'hectares : 8 % de plus que l'année dernière.

80 %

La part de coton cultivé avec des organismes génétiquement modifiés.
C'est la principale culture OGM dans le monde. Arrive ensuite le soja,
dont 75 % des cultures sont OGM. Puis le maïs (32 %).

98 %

Le pourcentage de cultures avec OGM se répartissant sur dix pays. Elles
représentent 43 % de la superficie aux États-Unis, 19 % au Brésil et 15 %
en Argentine, pour citer les trois principaux.

100 000

En hectares, la production OGM maximale des pays européens concernés :
l'Espagne, le Portugal, l'Allemagne, la Roumanie, la République tchèque
et la Suède.
http://www.sudouest.fr/2012/11/03/ces-ogm-qui-trainent-dans-l-assiette-869124-706.php

Invité 


Invité
Savez-vous vraiment ce qu'il y a dans vos assiettes?

Rockin' Squat "Bon Appetit"


Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 4 sur 4]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum