Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 4]

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
quand la ressource est humaine on peut ce mobilisé aussi il y a pas de frontière dans le Seigneur..on signe




Monsanto : stop à l'importation de soja OGM !
Le nuage de pesticides empoisonne l'Homme et la Nature (© Gustavo Gilabert/Greenpeace)

Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

En Amérique du Sud, les forêts tropicales sont détruites pour la production de soja. L'entreprise Monsanto y est doublement présente : avec son soja transgénique cultivé dans des plantations toujours plus démesurées, avec son Roundup, un herbicide hautement toxique pulvérisé par avion sur ces mêmes monocultures. Les plantations s'étendant jusqu'aux zones habitées, nombre de personnes tombent malades dont certaines succombent. Les sols et les eaux sont aussi contaminés.

Le soja transgénique de Monsanto est importé par millions de tonnes en Europe pour nourrir les bovins, porcs et volailles de nos élevages industriels. Il arrive ainsi indirectement dans nos assiettes sous forme de viande, oeufs et autres produits laitiers. Pour cette raison nous demandons au gouvernement et à l'Union Européenne de mettre fin immédiatement aux importations de soja.

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/889/monsanto-stop-a-l-importation-de-soja-ogm#.UFnBj2TLRcY.facebook

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Professeur de biologie moléculaire et chercheur à l'Institut de Biologie fondamentale et appliquée de l'université de Caen, Gilles-Eric Séralini publie le 26 septembre "Tous cobayes!" (Flammarion), le résultat d'une étude menée dans le plus grand secret pendant deux ans sur deux cents rats nourris au maïs transgénique. Conclusion ? Un effet toxique de l'OGM avéré sur l'animal. Et des inquiétudes pour l'homme…

Il y avait une méfiance diffuse de l’opinion sur l’impact des OGM pour la santé humaine. Avec votre étude, c’est une suspicion grave qui se confirme ?

- Oui, nous venons de réaliser l'étude la plus longue et la plus détaillée au monde sur la toxicité d'un maïs transgénique et sur celle du Roundup, l’herbicide le plus utilisé qui soit. Notre étude conclut à un effet toxique sur l’animal et nous donne à penser qu’il peut y en avoir un sur l’homme. En outre, plusieurs autres tests que nous avions effectués sur des cellules humaines vont dans le même sens. Notre étude, menée durant deux ans sur des rats, établit que, même à très faible dose, l’absorption à long terme de ce maïs agit comme un poison puissant et bien souvent mortel, tout comme celle du Roundup. Et ces effets touchent prioritairement les reins, le foie et les glandes mammaires. Lorsqu’il s’agit de produits chimiques, de pesticides ou de médicaments, les tests sur petits mammifères sont courants au niveau réglementaire. Sauf que les OGM échappent à cette épreuve !

Le grand scandale, celui dont je ne me remets pas, c’est que les agences sanitaires n’ont jamais exigé des industriels une étude de toxicité de longue durée. Pourtant, lorsque 450 millions d’Européens consomment des produits alimentaires à base d’OGM (et sans toujours le savoir), ils le font tout au long de leur vie. Pis : beaucoup de ces experts ont, malgré nos mises en demeure, multiplié les arguties pour s’y opposer coûte que coûte. De quoi s’agit-il : inconscience ? négligence ? lâcheté ? collusion criminelle avec le monde industriel ? ou de tout ça à la fois ?

http://tempsreel.nouvelobs.com/ogm-le-scandale/20120918.OBS2702/ogm-inconscience-lachete-collusion-criminelle.html


mosento est un gros joe qui nous vient d'Amérique attention mosento tu ne peux pas toujours gagné.ha oui fais attention tu joue avec la vie tu vas te brulé tu seras comme bp traqué de tout les côtés tu devras payé ton merdier.



Dernière édition par petite fleur le Mer 19 Sep - 18:56, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité

OGM : "depuis 15 ans on nous fait manger des substances empoisonnées"




C'est la conclusion de Gilles-Eric Séralini, auteur de l'étude choc mené sur la nocivité des OGM








©PHOTOPQR/L'ALSACE/Jean Francois FREY/MULHOUSE LE 12/02/09 - ILLUSRATION
MAIS OGM ORGANISME GENETIQUEMENT MODIFIES (Illustration, photo
PQR/L'ALSACE Jean Francois FREY)







Partager








Envoyer à un ami
Imprimer


"Si nous avons raison, depuis 15 ans on nous fait manger des substances empoisonnées."

C'est la conclusion, lapidaire, sur France-Info, de Gilles-Eric Séralini, chercheur en biologie moléculaire à l'université de Caen, auteur avec son étude aux résultats alarmants sur l'impact de la consommation d'OGM sur l'organisme des êtres vivants. L'étude montre une surmortalité des rats de laboratoire nourris de maïs transgénique, causée par le développement de pathologies lourdes, au développement très rapide. Une étude qui relance le débat déjà très vif entre pro- et anti-OGM.



Source http://www.sudouest.fr/2012/09/19/ogm-depuis-15-ans-on-nous-fait-manger-des-substances-empoisonnees-825520-4696.php

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


prouvez nous le contraire devant la destruction? devant la mutation?vous allez être mit devant un fait accomplit!

ding dong on va sonné le signal alarmiste. cool devenez sonneur d'alerte!micmac a vous de joué liberté et droit aux terres sacré nous sommes protecteurs des terres. wink

hé c'est ainsi que le premier sera le dernier et le petit sera le plus grand d'entre tous! signing whit me for another world best world!

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité
La poignée de blé ou de maïs qui tue.
Ils viennent soi-disant de s'apercevoir que les OGM et autres ne sont pas bons pour la santé,je dirais même pas du tout.

Vous ne trouvez pas que c'est un peu tard... Et pourtant je suis sûr qu'ils étaient bien au courant.

Les effets toxiques graves d'un maïs OGM et de l'herbicide Roundup


[color:3f5e=#666]2507 lectures / 21 commentaires20 septembre 2012 ; révision : 20 septembre 2012, 12 h 49

Rat femelle consommant l'OGM NK603 seul (22%) et développant un adénocarcinome mammaire dans un fibroadénome (jour 645)
© CRIIGENUne
étude menée par l'Université de Caen (France) et de Verone (Italie) a
montré que des rats nourris avec un maïs transgénique provenant de la
multinationale Monsanto, développaient rapidement et massivement des
tumeurs cancéreuses. La France et l'Europe s'affolent de ces résultats
qui suscitent déjà la controverse.


Cette nouvelle étude[1] qui vise à évaluer l'innocuité des Organismes
Génétiquement Modifiés (OGM) sur la santé a été dirigée par Gilles-Eric
Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen et
Joël Spiroux de Vendômois (CRIIGEN, Université de Caen), deux opposants connus aux OGM.

Elle a été menée secrètement[2] depuis 2006 et vient d'être publiée
dans la revue spécialisée Food and Chemical Toxicology sous
l'intitulé "Long term toxicity of a Roundup herbicide and a
Roundup-tolerant genetically modified maize".

"Une hécatombe parmi nos rats dont je n'avais pas imaginé l'ampleur"


Pendant deux ans (durée de vie moyenne d'un rat), les chercheurs ont
nourri deux cents rats (mâles et femelles) soit avec du maïs normal soit
avec le maïs génétiquement modifié « R-tolerant NK603 » fabriqué par la
très controversée firme américaine Monsanto. Ce maïs est un organisme
génétiquement modifié destiné à être résistant à l'herbicide Roundup, le
pesticide
le plus vendu au monde, également fabriqué par Monsento. La
multinationale commercialise ainsi un "package" dont les constitutants
sont complémentaires : graines transgéniques et pesticides, le cocktail
parfait pour faire de l'argent, asservir les agriculteurs et détruire
l'environnement et notre santé.

Les scientifiques ont donc souhaité reproduire en laboratoire les
conditions d'une alimentation régulière mais raisonnable en OGM NK603
traité avec du Roundup[3]. En effet, les dosages utilisés (à
partir de 11% d'OGM dans l'alimentation, et 0,1 ppb de Roundup dans
l'eau) sont caractéristiques de doses environnementales courantes.

Malheureusement, tous les groupes de rats, qu'ils soient nourris avec
le maïs OGM traité ou non au Roundup, ou encore alimentés avec une eau
contenant de faibles doses d'herbicide présent dans les champs OGM, ont
été atteints par une multitude de pathologies lourdes au 13e mois de
l'expérience. A titre de comparaison, un an pour un rongeur, c'est à peu
près l'équivalent d'une quarantaine d'années pour un Homme.
lire la suite http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3472_OGM_cancer.php

Yassine 


Vétéran
Vétéran
Que Dieu nous préserve. A noter que le pollen des ces plantations rien ne peut l’arrêter.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Tous cobayes?", plaidoyer anti-OGM et plongée en images dans une étude choc
PARIS (AFP) - 26.09.2012 07:15 - Par Céline SERRAT

Le réalisateur Jean-Paul Jaud, grand défenseur d'une agriculture moins dépendante de l'industrie chimique, signe avec "Tous cobayes?", en salles ce mercredi, un plaidoyer anti-OGM s'appuyant sur l'étude choc du Pr Séralini qui vient de relancer le débat sur l'innocuité d'un maïs transgénique.
Des Faucheurs volontaires sont repoussés par des gendarmes après avoir fauché quelques pieds de tournesol génétiquement modifiés à Ondes, le 7 septembre 2011Des Faucheurs volontaires sont repoussés par des gendarmes après avoir fauché quelques pieds de tournesol génétiquement modifiés à Ondes, le 7 septembre 2011
AFP/Archives - Eric Cabanis

Le réalisateur Jean-Paul Jaud, grand défenseur d'une agriculture moins dépendante de l'industrie chimique, signe avec "Tous cobayes?", en salles ce mercredi, un plaidoyer anti-OGM s'appuyant sur l'étude choc du Pr Séralini qui vient de relancer le débat sur l'innocuité d'un maïs transgénique.

L'auteur de "Nos enfants nous accuseront" (2008), qui s'attaquait alors à l'usage de pesticides, a suivi mois après mois l'équipe du Pr Gilles-Eric Séralini. Ce chercheur basé à Caen, ouvertement anti-OGM, a publié mercredi dernier une étude qui a conduit Paris et Bruxelles à saisir leurs agences sanitaires pour un avis.

Ces travaux d'une longueur inédite (deux ans) affirment que les rats nourris avec du maïs NK 603 de Monsanto - et pour certains avec de l'eau comprenant de l'herbicide Roundup auquel ce maïs transgénique résiste - développent beaucoup plus de tumeurs cancéreuses.

Le film montre de nombreuses scènes de laboratoire où des scientifiques emmaillotés comme des chirurgiens examinent les rats.

Certains rongeurs vont développer d'énormes tumeurs, allant jusqu'à 20% de leur poids. Notamment après le 3e mois, la durée des études classiques de toxicologie, selon les chercheurs.

Jean-Paul Jaud a travaillé tout en gardant le secret sur l'étude engagée par le Pr Séralini, celui-ci expliquant avoir récupéré clandestinement des semences de ce maïs NK 603 via un lycée canadien ayant requis l'anonymat.

Le NK 603 n'est pas cultivé en Europe mais est importé pour l'alimentation animale.

"Les semenciers refusent de donner des semences aux chercheurs", affirme le scientifique.

Le choc de Fukushima

Corinne Lepage, députée européenne qui se bat depuis des années à Bruxelles contre les OGM, est très présente dans le documentaire.

"Les premiers qui ne veulent pas de la recherche, ce sont eux, les semenciers", accuse-t-elle. "Il n'y a pas de problème, car il n'y a pas d'étude" de long terme, ajoute la députée.

A l'écran, la progression de l'étude est entrecoupée de scènes de fauchages de champs d'expérimentation d'OGM en France (désormais suspendue), de procès de faucheurs qui s'ensuivent et de manifestations de soutien. Autant de moments rythmant la vie de militants écologistes.

La parole est aussi donnée à plusieurs paysans bio expliquant leur choix et leurs préoccupations sur les conséquences des pesticides pour la santé des agriculteurs.

Parallèlement à l'argumentaire anti-OGM, le film s'attaque aussi au nucléaire, auquel le réalisateur est farouchement opposé.

En cours de tournage, "il y a eu le choc de la catastrophe de Fukushima au Japon et j'ai alors décidé de réunir dans mon film ces deux technologies mortifères contrôlées par une minorité de prédateurs", confie à l'AFP Jean-Paul Jaud.

Du coup, le film l'a emmené au Japon, jusque dans les zones de campagne vidées de leurs habitants en raison d'une radioactivité trop élevée.

Mêlant OGM et nucléaire, le commentaire - dit par l'acteur Philippe Torreton - parle même d'une "troisième guerre mondiale sacrifiant l'homme, l'animal et le végétal".

Selon le réalisateur, plusieurs acteurs pro-OGM ont refusé de lui répondre.

"De toute façon, je ne suis pas un journaliste, je suis cinéaste et je revendique une subjectivité", explique Jean-Paul Jaud. Si l'homme refuse l'étiquette de militant, il revendique celle de "cinéaste citoyen".

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911--Tous-cobayes-plaidoyer-anti-OGM-et-plongee-en-images-dans-une-etude-choc.htm?&rub=20&xml=newsmlmmd.849da106e5a77d3787e04d01168ec55b.41.xml#

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné



Hypermédiatisée en France, l’étude du professeur Séralini est arrivée aux oreilles de Moscou.

Interpellées par ses résultats, les autorités russes ont suspendu « temporairement » l’importation du maïs NK603 génétiquement modifié de la marque Monsanto, le temps que des chercheurs fassent une contre-expertise, a rapporté le site du Nouvel Observateur.

Une décision qui aura peu d’impact, a confié un porte-parole de Monsanto au Wall Street Journal, puisque la Russie est un exportateur net de céréales.


L'agence russe de protection des consommateurs Rospotrebnadzor indique dans un communiqué placé sur son site cette semaine que « l'importation et la commercialisation en Russie du maïs OGM NK603 (de Monsanto, ndlr) est temporairement suspendue », le temps que des chercheurs russes examinent l'étude et que l'UE fasse part de sa position sur la question.


...En attendant les États de l'UE sont appelés jeudi à se prononcer sur sa commercialisation
...

Les Etats de l'UE sont appelés jeudi à se prononcer sur une demande de commercialisation d'un maïs transgénique destiné à l'alimentation humaine et animale en pleine polémique sur les protocoles d'autorisation des OGM, a-t-on appris de source communautaire.

La demande d'autorisation formulée par le groupe Syngenta pour le MIR 162 vient en appel, car aucune majorité qualifiée ne s'est dégagée pour l'accepter ou la refuser lors du premier examen de la requête le 10 septembre.

La France s'est abstenue lors de ce vote.
Il faut 245 voix pour constituer une majorité qualifiée et la France représente 29 suffrages.

La réunion du comité d'appel vise a tenter de sortir de cette impasse, car si aucune majorité ne se dégage jeudi, la Commission européenne sera contrainte de décider seule et elle n'aura d'autre choix que de se prononcer en faveur de l'autorisation, car l'avis de l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) estime que le MIR 162 ne présente aucun risque pour la santé.

Le ministre français de l'Agriculture Stéphane Le Foll a demandé la révision des protocoles d'autorisation des produits OGM à l'échelle européenne.

Le gouvernement français a saisi la semaine dernière l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), après la publication de l'étude Séralini sur les conséquences d'une alimentation avec un maïs OGM sur la santé de rats. L'Anses, chargé de contrôler le protocole et les résultats de l'étude, rendra ses conclusions avant la fin de l'année, selon M. Le Foll.

On sait aujourd'hui qu'il y a des failles dans ces protocoles, a expliqué M. Le Foll, évoquant notamment les durées trop courtes des études d'impact et de toxicité (90 jours), ou le fait qu'il n'y ait pas de comparaison risques/avantages, comme cela se fait pour les médicaments. Une situation en partie due aux poids des industriels du secteur, a reconnu le ministre: Ils imposent une partie de la loi, a-t-il déclaré.

La demande d'autorisation du MIR 62 se fonde sur une étude d'impact et de toxicité menée sur 90 jours, a-t-on souligné de source communautaire.


Source ©AFP

nature alerte! stay life! je vote définitivement!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


USA: la Cour suprême étudiera le recours d'un agriculteur contre Monsanto

AFPQC | Par AFP Publication: 06/10/2012


La Cour suprême des Etats-Unis s'est saisi du recours d'un agriculteur américain contre Monsanto concernant l'utilisation de semences du groupe agrochimique génétiquement modifiées pour résister à un herbicide également produit par le géant américain.

Un producteur de soja de l'Indiana (nord), Vernon Hugh Bowman, 74 ans, a porté l'affaire devant la plus haute juridiction du pays dans le but de remporter le bras de fer engagé par Monsanto depuis 2008.

Au coeur de la dispute, le contrat d'utilisation des semences que Monsanto a modifiées génétiquement pour résister à l'herbicide breveté que le groupe produit également. Quand l'herbicide Monsanto est vaporisé, le produit tue toutes les mauvaises herbes mais épargne les semences dont les gènes ont été préalablement transformés.

Mais le contrat de vente interdit aux agriculteurs de conserver et de réutiliser ces semences après la récolte, afin de garantir l'achat de nouvelles semences chaque année.

Or Monsanto, s'étant aperçu que M. Bowman avait une production supérieure à celle que les semences achetées pouvaient générer, a porté plainte devant la justice inférieure qui lui avait donné raison.

Monsanto invoque deux de ses brevets sur la transformation cellulaire.

Dans son recours, M. Bowman affirme avoir toujours respecté l'accord signé avec Monsanto, en achetant de nouvelles semences OGM chaque année pour sa culture primaire.

Mais à partir de 1999, pour faire des économies, M. Bowman explique avoir acheté d'autres semences auprès d'un producteur local et les avoir plantées pour une moisson distincte. S'apercevant que ces semences avaient développé une résistance à l'herbicide, il a répété l'opération de 2000 à 2007 et, "à la différence de sa culture primaire, a conservé les semences obtenues lors de sa culture secondaire pour les replanter les années suivantes".

"Conformément à l'accord, M. Bowman n'a jamais conservé des semences issues de sa récolte primaire", peut-on lire dans le document.

La Cour suprême examinera cette affaire à une date qui n'a pas été précisée et rendra sa décision courant 2013.

En 2011, la haute juridiction avait donné raison à Monsanto et autorisé la vente de semence de luzerne génétiquement modifiée, face à des agriculteurs "bio" qui craignaient la contamination de leurs cultures.

http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/10/06/usa-la-cour-suprme-tud_n_1944991.html

quand le poison mène le monde!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Collusion entre « experts » et Monsanto…………………(06/10/2012)
Journaliste au nouvel obs

Guillaume Malaurie

OGM : l’agence européenne aux doubles casquettes

Pour rédiger son préavis sur l’étude de Gilles-Eric Séralini sur le maïs NK 603, l’Agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa), avait montré patte blanche : elle assurait que les rédacteurs n’étaient pas membres du « panel » (le groupe scientifique) qui avait autorisé la mise sur le marché de ce même NK 603.

Logique : être juge et partie rendait ipso facto l’avis suspect. Comment en effet se déjuger sur ce qu’on a déjà jugé ? Sauf qu’une fois de plus, l’Efsa se prend les pieds dans la déontologie.

Explication :


L’un des deux scientifiques consultés (« peer reviewers » (1)) pour rédiger le préavis assassin de l’Efsa sur la recherche de Gilles-Eric Séralini le 3 octobre dernier est le britannique Andrew Chesson.


Or c’est le même Andrew Chesson qui, avec Gijs Kleter, avait préparé le brouillon d’avis ( draft) sur lequel le panel de l’Efsa avait voté positivement le 25 novembre 2003. Et qui concluait à l’autorisation de mise sur le marché du maïs NK 603.



Andrew Chesson était en effet remercié en toute fin de l’avis favorable de novembre 2003 en ces termes : « Le groupe scientifique sur les organismes génétiquement modifiés tient à remercier Andrew Chesson et Kleter Gijs pour leur contribution au projet d’avis. »

Ainsi le même expert qui prépare l’argumentaire de l’Avis en faveur du feu vert à la commercialisation du NK 603 est précisément le conseil scientifique, le Pair, de ceux qui doivent se prononcer sur l’étude qui met en évidence sa toxicité !


Après les conflits d’intérêt qui ont affaibli considérablement l’autorité de l’Efsa, voilà le temps des faux nez, du cache-cache et des mensonges par omission.


Ca fait beaucoup pour un organisme qui a en charge la santé de 300 millions d’Européens. Et dont on attendrait une conduite et des procédures au-dessus de tout soupçon.




Guillaume Malaurie

Le NouvelObs.fr

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Comment Monsanto a profité d’un manque de renseignements des paysans Burkinabe sur les fausses promesses et l’echec total du coton OGM en Inde

comment le diable exploite le non savoir des gens!

David visite Goliath!



Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné



Les OGM tuent


Lisez ou relisez la thèse de Céline sur Semmelweis. Il semble évident à l'heure actuelle de se laver les mains et de les passer sous un antiseptique avant une intervention chirurgicale. Il ne viendrait à personne l'idée de contester cela.

Quand Semmelweis découvrit l'hygiène et que le pourcentage de mort par fièvre puerpérale passa de 30% à 0,23% il se trouva des médecins, pas seulement le Dr Llin mais aussi de l'Europe entière pour refuser ces résultats et même les contredire.

En parlant d'eux Hebra écrit: "Quand on fera l'Histoire des erreurs humaines, on trouvera difficilement des exemples de cette force et on restera étonné que des hommes aussi compétents, aussi spécialisés, puissent dans leur propre science demeurer aussi aveugles, aussi stupides."

Hebra est bien gentil à leur égard. Céline ajoute de manière clairvoyante: " Mais ces grands officiels ne furent pas qu'aveugles, malheureusement. Ils furent bruyants et menteurs et puis surtout bêtes et méchants". Et Céline reste encore trop gentil à leur égard. Il faudra en effet compter encore 40 années avant que ces Messieurs ne daignent se laver les mains...

Cette petite histoire majeure dans l'Histoire de la médecine peut être comparée à ce qui est arrivé en ce début de siècle au Professeur Benvéniste et qui arrive (l'histoire ne fait que débuter), au Professeur Gilles-Eric Séralini. Monsanto et consorts font tout pour le discréditer car son étude est la plus longue et la plus détaillée faite sur les OGM.

Ces gens là sont bruyants, menteurs, bêtes, méchants et nuisibles à la société.

Les OGM tuent. Ceux qui les mettent sur le marché sont des assassins. Et quoiqu'ils fassent l'avenir leur donnera tort.


Un article du Docteur Alain Joseph

« Entre les blessés, les suspendus et les absents,les insensés et les autres c'est l'hécatombe parce qu'ils ce sont tue!

Voir le profil de l'utilisateur

Yassine 


Vétéran
Vétéran
@petite fleur a écrit:
laugh

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumreligion.com

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
cette année les amis a l'école nous étudions les misérables de victo hugo,oupss de Mosento wink faites les test sur les pédos on verra si cela est toxique.pauvre ti rat!y a assez de criminel .le choix est grand pour vos cobayes!il y a des rats d'égout en prison.

la véritable médecine ce trouve dans les plantes non dans le chimique alors si ils tuent les plantes, comment allez vous vous soignez? c'est un approche d'une mort éminente assuré!






L’étude choc du professeur Gilles-Eric Séralini sur la toxicité d’un maïs génétiquement modifié a spectaculairement relancé la polémique sur les OGM. Pros et antis se livrent aujourd’hui une lutte sans merci.

Des clichés explicites

Publiée le mois dernier, l’étude précitée a consisté à suivre pendant deux ans des rats nourris au maïs NK 603 génétiquement modifié et tolérant à l’herbicide Roundup, lequel est aussi commercialisé par la multinationale américaine. Des « mortalités plus rapides et plus fortes au cours de la consommation de chacun des deux produits » ont été relevées par M. Séralini et son équipe. De même, il est apparu que « les femelles (ont développé) des tumeurs mammaires importantes et en grand nombre ainsi que des perturbations hypophysaires et rénales, tandis que les mâles (ont présenté) des atteintes hépato-rénales chroniques sévères ».

La publication par nos confrères du Nouvel Observateur de photographies sans équivoque de rongeurs gravement malades a déclenché une levée de boucliers des pro-OGM. Parmi eux, Gérard Pascal, ancien toxicologue spécialiste du sujet à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique), qui dans un entretien au Monde a évoqué des travaux pâtissant de « faiblesses statistiques majeures ».

« L’équipe de chercheurs a choisi, pour les expérimentations, une espèce de rats qui développe spontanément des tumeurs », a-t-il précisé, regrettant aussi le fait que « l’étude ne fournit aucune indication sur le régime alimentaire des rats, en dehors des doses de maïs transgénique délivrées ». Entre autres…

Corinne Lepage vole au secours de M. Séralini

L’eurodéputée et présidente de Cap21, par ailleurs fondatrice du CRIIGEN, a convoqué la presse mardi pour un petit déjeuner au cours duquel elle s’est attachée à répondre aux critiques des adversaires de M. Séralini. Évoquant une « multiplication totalement inattendue des tumeurs » ayant de surcroît été à l’origine d’un « déficit de cent cinquante mille euros à cause de leur analyse », l’ancienne ministre de l’Environnement a notamment indiqué que Monsanto avait elle-même détecté des « effets statistiquement significatifs » sur ses maïs OGM NK 603 et MON 863 et testé la même variété de rats vulnérable que celle expertisée par M. Séralini et son équipe.

la suite

http://placedumarche.wordpress.com/2012/10/07/mais-transgenique-la-bataille-pro-et-anti-ogm-continue/

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
aimez-vous Mosento?

dimanche 7 octobre 2012
Contre-offensive de Monsanto : Comment piéger les journalistes crédules - même de Médiapart ?

Monsanto a lancé une campagne de communication pour essayer de semer le doute sur l'étude publiée il y a deux jours par le chercheur français, Gilles-Eric Séralini. Cette étude montrait que le produit phare du géant des biotechnologies, l'herbicide Roundup et un des maïs GM produits par cette même firme, le NK603, ont des effets catastrophiques sur la santé des rats lorsque ceux-ci sont étudiés tout au long de leur vie et non pas seulement durant ce délai de 90 jours qu'affectionnent les industriels. Dans un E-mail qu'a pu lire le Corporate Europe Observatory, un responsable de Monsanto a diffusé une liste de réactions compilées par une prétendue agence d'informations scientifiques, le Science Media Center (SMC) basé à Londres.

Le SMC propose une liste qui paraît tout à fait objective et est intitulée : « Réactions d'experts à propos du maïs GM provoquant des tumeurs » . Huit scientifiques sont cités et réagissent à l'étude de Séralini et on y trouve aussi 10 contre-arguments dont l'auteur n'est pas cité. Sans aucune surprise, toutes les réactions rejettent l'étude de Séralini. D'après Spinwatch , 70% de tout l'argent reçu par le SMC viendrait de l'industrie et la liste des donateurs comprend presque tous les grands de l'industrie des biotechnologies.

la suite

http://laveritablenaturedujudaisme.blogspot.ca/2012/10/contre-offensive-de-monsanto-comment.html

pour semer le doute il est doué le démon!j'ai hâte de voir le résultat des tests du miel bleu !

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Le film "les Moissons du Futur" laboure en surface
09 octobre 2012 Par clarabreteau

a surveillez!

Marie-Monique Robin est journaliste et a reçu le prix Albert Londres pour son film le Voleur d’Yeux en 1995. Son documentaire « Le monde selon Monsanto » connaît en 2008 un grand retentissement, et ouvre le premier volet d’une trilogie dont le dernier opus sera diffusé sur Arte le 16 octobre prochain. Joliment intitulé « Les moissons du futur », ce documentaire réalisé pour la télévision emmène le spectateur à travers le monde visiter une série d’expérimentations réussies dans le domaine de l’agroécologie, avec pour objectif de montrer que nourrir la population mondiale sans pesticide ni autre intrant chimique est possible. Alors que l’opus précédent – « Notre poison quotidien » exposait la façon dont l’industrie agroalimentaire d’aujourd’hui nous empoisonne, « Les moissons du futur » au titre plus ensoleillé prétend donc donner à la série un débouché optimiste en se concentrant sur l’exposé de solutions, de façon opportune puisque la réforme de la PAC rentrera dans une phase-clef en 2013. Le jeudi 4 octobre dernier donc, le film était diffusé en avant-première au cinéma à Paris. Retour sur cette projection.



Avons-nous besoin de pesticides pour nourrir le monde ? Selon le dernier rapport de l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation publié le mardi 9 octobre, près de 900 millions de personnes chaque jour ne mangent pas à leur faim. L’argument selon lequel l’utilisation de pesticides et autres produits de l’industrie agrochimique serait indispensable pour s’attaquer à ce problème, ou pour empêcher qu’il ne prenne de plus amples proportions, se présente comme une vérité établie, et fait partie de ces « boîtes noires » auxquelles l’on n’ose pas toucher de peur de ce qu’elles vont révéler.

la suite

http://blogs.mediapart.fr/blog/clarabreteau/091012/le-film-les-moissons-du-futur-laboure-en-surface


flash tes lumières m'a le faire aussi!mais je trouve sa un peu peste j't'entrains d'y perdre mon âme!!!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
LE PLUS. "Insuffisante" : c'est ainsi que l'Autorité européenne de sécurité des aliments a qualifié l'étude choc du professeur Séralini sur la dangerosité des OGM. Un jugement qui n'est pas innocent et indigne le député européen (et vice-président du MoDem) Jean-Luc Bennahmias.





Rendu le 4 octobre, le "pré-avis" de l'EFSA juge insuffisante l'étude du professeur Séralini. De qui se moque-t-on ? L'EFSA essaie de renverser la charge de la preuve alors que ce devrait être à elle - notre autorité européenne chargée d'assurer la sécurité alimentaire - de prouver une bonne fois pour toute l'innocuité des OGM. Comment peut-elle se contenter de juger les études réalisées par d'autres et botter en touche ?



Nul doute que ce "pré-avis" participe à l'entreprise de décrédibilisation de cette étude qui, si elle n'est pas exempte de défauts, n'en demeure pas moins cruciale pour avoir relancé le débat et mis à jour la fébrilité des certitudes dans ce domaine. S'il y a bien quelque chose que montre l'étude en question, c'est qu'il existe finalement très peu d'études, et notamment d'études sur le long terme, qui analyseraient l'impact des OGM...



Pourquoi de telles études n'ont-elles jamais été réalisées, ni demandées par l'EFSA ? Rappelons que le délai actuel d'étude requis par l'EFSA est de 90 jours (et encore seules les études de 28 jours (un mois!) sont contraignantes).



Pourquoi l'EFSA ne dit-elle pas plutôt : cette étude comporte des biais scientifiques mais elle soulève des questions et montre le peu de certitudes que nous avons dans ce domaine, alors en tant qu'autorité européenne publique, financée pour assurer la sécurité alimentaire en Europe, je vais demander une étude d'envergure, réalisée par un panel de scientifiques de différentes sensibilités, scientifiquement irréprochable, réalisée sur le long terme, avec des échantillons suffisamment représentatifs, pour que nous y voyons plus clair et que nous puissions juger et agir en connaissance de cause ?

la suite



L'EFSA et ses contradictions

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/648300-ogm-de-qui-se-moque-l-efsa-en-etouffant-le-debat-lance-par-seralini.html

flash tes lumières sur ce poison ont trouve sa fret dans nos assiettes! on perd nos âmes!les rats fabulent ce n'est pas OGM, qui leurs donnent des crampes d'estomac et des gros tumeurs!si tu comprends sa laisse-le nous savoir!


on devrai faire un sondage pensez-vous que les OGM soit dangereux pour la santé voir nocif?


Pensez-vous que les OGM soient dangereux pour la santé?

oui 77% sa c'est la voie du peuple



Non 23% sa c'est la voie des mosento autrement dit le gros maitre qui aime ses pésos et les vendus qui le suivre!! mais sa ton or et tes trésors te sauveras pas!!! cool ...

je vous invite a voté!

http://www.lejdd.fr/Societe/Sante/Actualite/Pensez-vous-que-les-OGM-soient-dangereux-pour-la-sante-566236

mosento et le nucléaire pour moé c'est la même affaire.dites avez-vous des preuves sciento pour nous dire que cela est pas dangereux? malgré les critiques sur les OGM cette étude a ébranlé l'opinion public ceci est pas scientifique mais humainement parlant.si tu prouve le contraire je vais être sur mon balcon pour le résultat final!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


laugh

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Tout sur l’EFSA en 3 minutes chrono !

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_ZW2tAbv4pg#!


CEO publie un nouvel outil de vulgarisation expliquant quelques-uns des principaux problèmes de l'EFSA ( Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire ), l'agence chargée de délivrer des recommandations scientifiques en matière de sécurité alimentaire aux autorités européennes.

Ce film d'animation de trois minutes vous permet d'en apprendre davantage sur l'EFSA et dans quelle mesure son fonctionnement bénéficie à l'industrie agro-alimentaire et aux multinationales des pesticides et des biotech telles que Monsanto, Syngenta, Unilever, Nestlé.......!

Les experts et les responsables de l'EFSA sont-ils indépendants de l'industrie?
Quel rôle l'industrie joue-t-elle dans les tests sanitaires effectués par l'EFSA?
L'EFSA n'utilise-t-elle pas d'autres recherches indépendantes sur ces produits?

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné



Une étude à paraître dans la revue Food and Chemical Toxicology fait grand bruit : elle est la première à suggérer des effets délétères, sur le rat, de la consommation d'un maïs génétiquement modifié de Monsanto, associé ou non au Round-Up. Qui croire, les résultats étant tellement en opposition avec les études précédentes ? Quelques éléments de réponse sont apportés dans un article de Stéphane Foucart*.

Cette étude « anti-OGM » est publiée dans une revue importante, ne publiant qu'après "une relecture par les pairs" (ou peer review), c'est-à-dire une expertise technique sur les résultats présentés. Elle a étudié les rats pendant deux ans. Or la plupart des travaux pro-OGM précédents, rassemblés et publiés en janvier dernier dans Food and Chemical Toxicology, ont été menés sur des durées très inférieures, et avec un plus faible nombre de paramètres biologiques contrôlés chez les animaux. Notons que ni l’Inra, ni le CNRS, ni aucun organisme public n’avaient jugé judicieux d’entreprendre une telle étude sur deux ans. Les experts, les agences sanitaires et même la Commission de Bruxelles s’étaient opposés en effet au principe d’une étude de longue durée sur l'impact physiologique des OGM. De plus, toutes les études antérieures ou presque ont été financés ou directement menés par les firmes agrochimiques elles-mêmes. Les agrochimistes qui ont mené ce type d'études ne fournissaient pas les données brutes de leurs expériences. Pour l’étude récente le maître d’œuvre, Gilles-Eric Séralini, s'engage à fournir à la communauté scientifique l'ensemble des données brutes afin qu'elles puissent être ré-analysées par de possibles contradicteurs.

Il faudra donc attendre les contre-expertises pour se faire une opinion, ce que ne fait pas le Nouvel Obs** qui titre déjà « oui les OGM sont des poisons » ! L’indépendance de l’expertise scientifique est une absolue nécessité pour contrer les liens trop étroits qui existent entre la recherche scientifique et ses applications techniques. Comment le temps de la vérité peut-il triompher à l’heure où les multinationales de la chimie font encore la loi ? Ce n’est pas normal que l’étude de Séralini soit à l’initiative d’une simple association loi 1901, le Criigen (Comité de Recherche et d’Information indépendantes sur le Génie génétique). Ce n’est pas normal que la fondation Leopold Mayer et des patrons de la grande distribution financent une telle étude, cela veut dire que les pouvoirs publics ont abandonné leurs responsabilités de protection des citoyens.



** http://tempsreel.nouvelobs.com/ogm-le-scandale/20120918.OBS2686/exclusif-oui-les-ogm-sont-des-poisons.html[u]

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné






sa fais pas de tord a personne des récapitulations.sur les semences de la tromperie! wink





Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
l'heure des vérités.le débats !



l'étude des russes dit que après la 3 ieme génération y a stérilité et le taux de mortalité est élevé.quand sa prêche pour la money et non la santé sa donne des débats non constructif! comme ogm destructeurs sur l’environnement et sur les rats et sur la santé il en va de la logique!ils prennent le monde pour des cons! il y a pas assez de rats continuez de même ils seront exterminé sous peu donnez leurs des ogm et c'est la fin!

conclusion c'est la mort lente! cool

sa me rappel un vieux récit de la genèse quand le serpent dit a Adam et a Ève mais non tu mourra pas! tu peux mangé de mon fruit toxique, l'arbre du mauvais!..tu ne mourra pas...a long terme qu'en est il? on pourrai demander pourquoi leurs habits d'astronaute quand ils mettent du poison dans les champs?..le vilain maitre est venu et a semé du mauvais grain.. mais le bon maitre va venir et bruler le mauvais grain!




Rassemblement samedi 13 octobre 2012, 15 h, Paris : http://erreurhumaine.wordpress.com/

je serai avec vous en pensée!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
le parti de Jésus enquête sur mosento laugh


Pour les générations de la première moitié du XXe siècle, l'Allemand Krupp, le Britannique Vickers et le Français Schneider-Creusot étaient devenus synonymes de marchands de mort. Pour ceux qui sont nés après 1945, c'est l'Américain MONSANTO qui a pris cette sinistre succession. Car, aujourd'hui, s'il est une entreprise dont les activités en ont fait le symbole mondial de la nécro-entreprise, c'est incontestablement cette société transnationale qui, de "l'agent orange" à la semence "Terminator" en passant par la production de "BPC", de pesticides et herbicides hautement toxiques, d'hormones de croissance cancérigènes et d'organismes génétiquement modifiés (OGM), a recherché les profits les plus grands en fabriquant les produits les plus nocifs. Tout en affirmant le contraire et en prétendant promouvoir les sciences de la vie et nourrir


http://lepartidejesus.blogspot.ca/2012/10/enquete-sur-monsanto.html

c'est un terminator !

Séralini
» OGM : "Nous n'attendons rien de l'Efsa"

Le professeur Gilles-Eric Séralini, auteur d'une étude tendant à démontrer la toxicité d'un maïs OGM, a appelé mardi 9 octobre les députés à instituer les conditions d'une "expertise contradictoire" pour mettre fin à quinze ans de "débat stérile" sur les organismes génétiquement modifiés.

"Il faut sortir du mythe de l'expertise indépendante pour instituer l'expertise contradictoire", a-t-il lors d'une audition devant les commissions du développement durable et des affaires sociales de l'Assemblée nationale.

Le député UMP Bernard Accoyer, qui avait mis en cause dans la journée une audition "précipitée", a de nouveau contesté avec virulence l'étude du biologiste, notamment sur sa médiatisation ou son financement.


http://tempsreel.nouvelobs.com/ogm-le-scandale/20121010.OBS5093/ogm-mettre-fin-a-15-ans-de-debat-sterile.html

le partie du Seigneur est avec vous!un pour tous? tous pour un! pour le bien commun!!!

la Hongri te fiche a la porte monsento?

http://uriniglirimirnaglu.unblog.fr/2012/10/10/la-hongrie-met-dehors-monsanto-et-le-fmi/

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné




a celui qui caresse avec joie les malheur qu'il provoque a celui la je dis! il y a une promesse!Dieu aime la justice!

ok bonne nuit a tous!

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné


Nous vous invitons à écouter l'audition du Dr Séralini réalisée par l'assemblée nationale et le débat qui s'en est suivi.
Très intéressant et surtout très instructif sur les positions adoptées par certains des élus..

Les seules questions qui se poseraient, ici, pour débarrasser le débat de tout ce qui l'encombre y compris les polémiques autour de ce sujet, seraient celles de savoir s'il est normal tout simplement :
1- que Monsanto s'arroge le droit de s'octroyer des brevets sur les semences et sur le vivantn et de modifier génétiquement des semences que la nature intelligente nous a laissées ?
A quel titre ce qui doit rester à l'état naturel doit-il être modifié génétiquement pour enrichir Monsanto et sa clique mafieuse d'empoisonneurs planétaires qui visent les buts d'agir contre la nature ?
2 - est-ce que les produits chimiques tels que l'herbicide ROND-UP et autres pesticides et fongicides ont un effet chimique négatif sur la bio diversité, l'équilibre des espèces, sur la bio-diversité et sur l'environnement naturel ainsi que sur la santé ?
La logique commanderait de répondre :
- que si les herbicides tuent les herbes, déjà, nous avons une réaction chimique qui tue les herbes et certaines plantes.
- que si les pesticides et les fongicides tuent les insectes et notamment les polinisateurs telles que les abeilles,
- que si nous avons des OGM et des produits chimiques qui tuent la vie sous toutes ses formes, c'est que tout ce qui perturbe l'état naturel initial est source de déséquilibre, de disparitions des espèces et d'empoisonnement des espèces, de mutations génétiques des animaux qui consomment ces organismes génétiquement modifiés, et que par là-même, si nous suivons la chaîne alimentaire, la consommation par les hommes, des animaux nourris aux OGM ou aux plantes génétiquement modifiées et empoisonnées par des herbicides, des pesticides, des fongicides, ne peut être qu'une source supplémentaire de modification de l'ADN humain et de développement de maladies dont le cancer.
Est-ce que pour cela nous avons besoin des études scientifiques et des avis des élus pour le comprendre ?


Le bon sens et notre intime conviction suffiraient à dire : Non, nous ne voulons pas que les semences naturelles qui sont le patrimoine naturel de l'humanité, soient modifiées, et que la bio-diversité soit déséquilibrée par l'usage d'herbicides et de fongicides.
Et cela c'est l'affaire de l'humanité, dont c'est le patrimoine naturel, et non pas l'affaire de quelques lobbies qui visent la culture de la maladie et la dépopulation planétaire par voie de conséquence.
Le débat à l'assemblée nationale qui sera visible jusqu'en janvier 2013 sur le site de l'assemblée nationale.


http://www.assemblee-nationale.tv/chaines.html?media=3452&synchro=1736228&dossier=12

Voir le profil de l'utilisateur

petite fleur 


Chevronné
Chevronné
Monsento est le fabriquant de frankeinstein pas difficile a comprendre..Dieu a pas besoin de son poison pour nourrir la planète il a toujours fait sans son poison a rat, mes légumes poussent très bien sans son poison..bio meilleur pour tous!lui est en amour avec son argent.prenez garde de vous attachez a quoi que ce soit car tu serai prie et perdu..l'autonomie a meilleur gout.les oiseaux ils ce cassent pas la tête eux autres avec ce qu'ils vont manger ou boire Dieu y pourvoie mais la il voie les hécatombes ouffffffffffff

vivre d'amour et d’eau fraiche vous connaissez pas sa dans le monde selon mosento!

"Marie-Monique Robin : «Le plus gros mensonge de l'industrie»"



C'est bientôt la diffusion du film "Les moissons du futur" troisème volet de la série de Marie-Monique Robin !

Ci-après une interview recueillie par un média luxembourgeois, Le Quotidien :o)



Définitivement en guerre contre l'industrie agroalimentaire, Marie-Monique Robin s'attaque avec son nouveau documentaire, Les moissons du futur, à la crise alimentaire. Et prescrit un remède : l'agroécologie.


Entretien avec notre journaliste
Romain Van Dyck


De passage hier au Luxembourg, la journaliste raconte sa quête autour du monde... et de ces questions : peut-on se passer des pesticides? Nourrir le monde autrement? Les réponses ont dépassé ses espérances.



"Ne faisons pas croire aux Français qu'on pourra cultiver des pommes, des poires ou des fruits sans aucun pesticide." Cette phrase de l'ancien ministre français de l'Agriculture Bruno Le Maire est le point de départ de votre nouveau film.


Marie-Monique Robin : Oui, comme la phrase de Jean-René Buisson (NDLR : président de l'Association nationale des industries alimentaires, ANIA) qui dit que sans les pesticides, c'est "40 % de production en moins, et 50 % de coûts en plus".


D'où sortent ces chiffres?
Eh bien voilà : de nulle part. Il y a bien eu deux malheureuses études financées par l'industrie agroalimentaire qui prétendent que les rendements s'effondreraient si on passait à l'agriculture biologique, mais c'est faux, et c'est ce que je montre dans mon enquête.


Pour laquelle vous avez fait le tour du monde.
Oui. Un an et demi, quatre continents, onze pays, beaucoup d'experts et de paysans. J'ai voulu répondre à cette question : peut-on nourrir le monde sans pesticide? Évidemment, dès qu'ils ont su que je me lançais sur ce sujet, des gens de l'industrie se sont déchaînés, bien plus que pour mes précédents films. Et s'ils sont si virulents, c'est parce que je m'attaque au plus gros mensonge de l'industrie. Parce que qui détient les pesticides? Qui contrôle le marché des grains? Ce sont les mêmes, Monsanto et compagnie, qui privatisent le vivant. Pourtant, même moi, au début, j'avais des doutes sur l'agroécologie.

Cliquer ici pour lire la suite de l'interview sur le site !

http://www.lequotidien.lu/politique-et-societe/38743.html

pour un monde sain!

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 4]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum