Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Matteo 


Habitué
Habitué
Bonjour à tous.
Voici quelues preuves que Mahomet était vraiment un Prophète

105.1. Ne sais-tu pas le traitement que ton Seigneur a infligé aux gens de l'Éléphant?
105.2. N'a-t-Il pas déjoué leurs manœuvres,
105.3. en lançant contre eux des oiseaux par nuées,
105.4. qui les bombardèrent de pierres d'argile,
105.5. au point de les réduire à l'état d'une balle dont le grain a été dévoré?


Voilà ce que rapporte le Tafsir (commentaire) de cette Sourate :

Les gens de l’Eléphant: les Abyssins qui occupèrent le Yémen voulaient évangéliser l’Arabie toute entière, et la Ka’ba de la Mecque fut leur grand objectif. En raison des entraves qu’ils mettaient au pèlerinage, un arabe se vengea en profanant l’église à San˒a. Alors, le gouverneur abyssin, Abraha, fit venir un éléphant de gigantesque taille, et dirigea une grande expédition contre la Mecque. Le grand-chef mecquois, Abdul Muṭṭalib (grand-père de Muhammad le rencontra dans la banlieue et fit une grande impression sur Abraha. Celui-ci lui demanda ce qu’il voulait, et Abdul Muṭṭalib exigea seulement ses chameaux pillés par les Abyssins. A l’étonnement de l’envahisseur, il dit: «Les chameaux m’appartiennent, donc je les réclame, quant à la Ka’ba, elle a Son maître qui s’en occupera». En effet, l’éléphant, ne voulut pas marcher vers la Mecque; et des volées d’oiseaux vinrent lapider et détruire l’armée dont personne ne fut épargné. .. Lors de la révélation de cette sourate, environ 40 ans après, il y avait encore des témoins oculaires au sein des païens de la Mecque, ceux-là mêmes qui ridiculisaient chaque verset du Coran.

On parle là d’évènements récents, puisqu’ils ont eu lieu 40 avant que cette Sourate ne fut révélée, ce qui implique que des gens qui ont vécu à l’époque décrite étaient des contemporains de Muhammad, ou au maximum les grands-pères de ceux-ci, mais dans tous les cas des gens qu’ils ont pu côtoyer de longues années. Donc, si ce récit était inventé, ceux qui suivaient Mahomet se seraient tout de suite aperçu que cette Sourate n’avait rien de réaliste, et auraient logiquement apostasiés. Or, il n’en a pas du tout été comme ça, personne n’a été choqué par ce chapitre, ce qui devrait logiquement nous amener à en déduire que ce récit est entièrement vrai. Non ?

Maintenant, passons à cet Hadith d'Omar Ibn Al Kattab

Un jour, nous étions assis en conférence chez l`Envoyé de Dieu, - que la Paix et le Salut soient sur lui - et voici que se présenta à nous un homme vêtu d`habits d`une blancheur resplendissante, et aux cheveux très noirs. On ne pouvait distinguer sur lui une trace de voyage, alors que personne d`entre nous ne le connaissait.
Il prit alors place, en face du prophète - que la Paix et le Salut soient sur lui - à lui, bénédiction et salut). Il plaça ses genoux contre les siens, et posa les paumes de ses mains sur les cuisses de celui-ci, et lui dit :
- « O Mohammed, fais-moi connaitre l`Islâm ».
L`Envoyé de Dieu, dit alors :
- « L`Islâm consiste en ce que tu dois: témoigner qu`il n`est d`autre divinité qu`Allah, et que Mohammed est Son Envoyé, accomplir la prière rituelle, verser la zakat (impôt rituel) et accomplir le jeûne de Ramadan, ainsi que le pèlerinage à la Maison d`Allah si les conditions de voyage rendent la chose possible ».
Son interlocuteur lui répondit : - « Tu as dit vrai », et nous de nous étonner, tant de sa question que de son approbation, puis, il reprit - « Fais-moi connaître la Foi ». Le Prophète répliqua :
- « La foi consiste en ce que tu dois croire à Allah, à Ses Anges, à Ses Livres, à Son Prophète, au Jugement Dernier. Tu dois croire encore à la prédestination touchant le bien et le mal ».
L`homme lui dit encore: - « Tu as dit vrai » et il reprit : - « Fais-moi connaître la vertu », et le Prophète lui répondit :
- « La vertu consiste à adorer Dieu, comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, certes, Lui te voit ».
L`homme lui dit encore : - « Fais-moi connaître l`Heure - du Jugement Dernier - », et le Prophète lui répondit :
- « Sur l`heure du jugement, l`interrogé n`est pas plus savant que celui qui le questionne ».
Là-dessus, l`homme lui dit: - « Mais fais m`en connaître les signes précurseurs », et le Prophète lui répondit:
- « Ce sera lorsque la servante engendrera sa maîtresse, lorsque tu verras les va-nu-pieds, ceux qui vont nus, les miséreux, les pâtres se faire élever des constructions de plus en plus hautes ».
Là-dessus, l`homme partit. Je demeurai là longtemps, puis le Prophète dit :
- « O Omar, sais-tu qui m`a interrogé ? ».
- « Non », répondis-je ! - « Allah et son Envoyé, en cette matière, sont plus savants ».


« Cet homme-là était l`Ange Gabriel. Il vient de la sorte à vous pour vous enseigner votre religion ». [Rapporté par Muslim]
Plusieurs choix s’offrent à nous. On peut imaginer que l’homme vêtu de blanc soit un imposteur, mais dans ce cas il aurait été rapidement démasqué, ou on peut dire que ce Hadith est inventé. Cependant, cette dernière hypothèse ne tient pas la route car Omar était un des premiers musulmans, ce qui implique que tous les Hadiths venant de lui ont été compilés durant sa vie, et durant celle des autres premiers musulmans. Ceci signifie donc qui si ce Hadith était un faux, il aurait tout de suite été démasque par ce qu’il était plus récent que les hadiths d’Omar qui ont étés collectés durant sa vie, et donc inconnu des premiers musulman, ce qui les aurait conduit à rejeter ce Hadith. Je vous laisse donc le plaisir de conclure.

On raconte aussi qu’alors que Jabir ibn Abdallah égorgeait un animal et que sa femme moulait du grain afin de nourrir le prophète et un petit groupe de compagnons, Muhammad amena avec lui 1000 personnes qui mangèrent à leur faim, alors que la viande et les grains ne diminuaient pas.
Le même épisode se reproduisit encore une fois avec des dattes offertes au prophète.

On raconte aussi que Safwan ibn Omayya et Omair ibn Whab al Joummhi, deux qoraichites, s’entendirent pour aller tuer le prophète. Omair alla vers Mahomet en faisant mine de vouloir s’entretenir avec lui au sujet de son fils, qui avait été fait prisonnier. Le prophète lui raconta alors la scène de sa discussion avec Safwan et montra qu’il savait qu’il était venu le tuer. Ce dernier se convertit immédiatement à l’islam, sachant qu’une telle information ne pouvait venir que d’Allah et son fils fut libéré.
Un autre exemple de ce type : Muhammad envoya des lettres à plusieurs rois, dont Kisra, Roi de Perse, qui déchira la lettre. Plus tard, il fut tué par son propre fils, Chayrawayh, qui prit le pouvoir. Le prophète fut mis au courant de ce meurtre par révélation et en tint informé les émissaires du roi, qui se rendirent compte que l’information était vraie. Ceci fut à l’origine de la conversion de Bathan, représentant de Kisra au Yémen et des persans vivant avec lui au Yémen. On raconte aussi qu’après la prise de la Mecque, Alors que Itab ibn Ousayd, Abou Soufyan et Al Harith ibn Hicham discutaient, le prophète leur rapporta tous leurs propos, suite à quoi Itab et al Harith se convertirent à l’islam. Pareillement, il est dit que deux musulmans qui détruisirent successivement des idoles de la Kaaba virent une femme nue noire à tête de cobra pour le premier et de corbeau pour le second.

Pareillement, si toutes ces histoires étaient fausses, les musulmans les auraient rejetés vivement et elles ne seraient jamais passées à la postérité. Il faut donc en conclure que tous ces miracles sont vrais et que Muhammad était un véritable messager.

En éspérant vous avoir aidé,
Matteo



Dernière édition par Matteo le Dim 18 Sep - 11:50, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

Croyant 


Chevronné
Chevronné
tu as tout à fait raison,
En plus le voyage nocturne vers Jérusalem; la lune qui est fondu en deux; la guerre entre romain et perse dans le coran; la mort de abou lahab l'oncle du prophète et sa femme dans la mécréance etc

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité
Voilà tout ce que je sais sur le sujet. Ma source : (http://quran.al-shia.org/fr/mojezeh/04.htm)

On qualifie de miracle tout phénomène merveilleux non reproductible par les hommes et, ayant pour objectif, de confirmer la sincérité d'un prophète aux yeux de ses contemporains.

Vivant dans une société occidentale plus ou moins chrétienne, on entend dire que le Prophète Mohammad (alias Mahomet) n'a pas produit de miracles par opposition au Christ et aux autres Prophètes de la Bible qui eux, en ont produit beaucoup. Or, une connaissance de l'Islam relativement élémentaire suffit à dissiper ces propos surprenants. Dans les pays à dominante musulmane, les enfants musulmans en savent suffisamment pour répondre à ces rumeurs.

Que ce travail puisse être utile à mes frères francophones et à tous ceux qui désirent découvrir un aspect du Prophète Mohammad généralement méconnu de nos amis chrétiens. Amen.

Le Saint Coran.

S'il est une raison pour laquelle les musulmans ne s'attardent pas sur les miracles "perceptibles" du Prophète Mohammad, c'est bien parce que LE miracle qu'il a revendiqué plus que les autres, c'est le Coran lui-même. En fait, dans la mesure où le message de l'Islam est, au regard des musulmans, universel et intemporel, il est normal que Dieu donne à la postérité un miracle universel et intemporel grâce auquel les hommes de toute origine et de tout temps sauront reconnaître en Mohammad, un Prophète et un guide moral et spirituel. Ce miracle est le livre sacré des musulmans, c'est le Coran. Cependant, le caractère miraculeux du Coran n'est pas de l'ordre du spectaculaire. C'est pourquoi une étude séparée doit lui être consacrée. Nous nous attacherons ici aux miracles tels qu'ils sont définis précédemment.

La scission de la lune

La multiplication de la nourriture (plusieurs exemples)

Le jaillissement d'eau et la pluie (plusieurs exemples)

Les signes de la prophétie dans les arbres et les rochers (plusieurs exemples)

L'annonciation de l'Inaccessible (plusieurs exemples)

Les miracles de l'Hégire (plusieurs exemples)

Les miracles d'Al-Isrâ' et Al-Mi'râj (plusieurs exemples)

Miracles divers (plusieurs exemples)

L'incident de l'Eléphant: Dieu protégea son Sanctuaire.

Les articles de la présente page proviennent de la page d'un frère musulman "Mohammad Ghoniem"

La scission de la lune

Parmi les miracles les mieux documentés et dont témoigne le Coran lui-même, citons la scission de la lune. "L'Heure approche et la lune s'est fendue.", lit-on au verset 1 de la sourate 54 (intitulée "La lune" pour cette raison même). Outre le témoignage du Coran, la tradition islamique nous a transmis de nombreux témoignages de ce miracle. Il est fait état de ce miracle dans toutes les compilations du Hadith, que ce soit Al-Bukhari ou Muslim ou autres. Parmi les compagnons du Prophète qui ont narré le récit de ce miracle, on trouve 'Ali ainsi qu'Ibn Mas'oud, Ibn Omar, Jubaïr Ibn MoT'am, Anas Ibn Mâlik, Abdullâh Ibn 'Abbâs, Hudhaïfah Ibn Al-Yamân et bien d'autres. Ainsi, voit-on sans ambiguïté que ce miracle, du fait de la multiplicité des témoins, ne porte pas l'ombre d'un doute. C'est aussi pourquoi il fait l'unanimité de tous les exégètes. En plus, aucun autre Prophète avant Mohammad n'a connu un tel miracle. De quoi s'agit-il?

Un jour, les Mecquois demandèrent au Prophète de leur prouver qu'il était bien un prophète. Ceci eut lieu cinq ans avant l'Hégire en présence de Al-Walid Ibn Al-Moghirah, Abu Jahl, Al-'Âs Ibn Wâel, Al-Aswad Ibn Al-MoTTaleb, AnnaDr Ibn Al-Hârith et d'autres païens de la Mecque. Ils dirent au Prophète: "Si ce que tu dis est vrai (i.e. que tu es un Prophète de Dieu), alors scinde la lune en deux moitiés!" Alors le Prophète s'est adressé à Dieu afin qu'il lui octroie ce qu'ils avaient demandé. Et la lune se coupa en deux moitiés, l'une en amont de la montagne et l'autre en aval! Et le Prophète d'appeler des témoins pour attester de ce miracle. Ce phénomène se produisit le 14ème jour du mois lunaire, jour de la pleine lune, et dura "autant de temps qu'il y a entre l'après-midi et la nuit". Quand la lune se fendit, les païens dirent: " Mohammad nous a ensorcelés." Alors, l'un d'entre eux, qui n'était autre que Abu Jahl, dit: "S'il nous a ensorcelés, il ne peut pas ensorceler le monde entier. Interrogez donc les voyageurs qui viennent d'autres contrées: s'ils ont vu ce que vous avez vu, alors Mohammad aura fait ses preuves et sinon, ce que vous avez vu n'est autre que de la magie." Les Mecquois suivirent ce conseil avisé: tous les voyageurs en provenance à la mecque ne firent que corroborer le récit de ce miracle. Les Mecquois dirent alors: "Ceci est une magie persistante!" (Verset 2 sourates 54).

La multiplication de la nourriture

Parmi les preuves de l'authenticité de notre Prophète, il y a des miracles merveilleux que les fidèles ont vus et en ont tiré davantage de certitude et de foi. Entre autres, citons ici la multiplication de la nourriture par la bénédiction du Prophète. En mettant sa noble main sur un récipient contenant de la nourriture, ce récipient malgré sa taille restreinte suffisait pour rassasier une armée entière sans que son contenu n'en soit réduit. Les exemples de ce type de miracles font légion mais nous nous contenterons de quatre exemples par concision:

D'après Al-Bukhâri et Muslim et d'autres livres de tradition, Jâbir Ibn 'Abdillâh (R) dit: "Le jour du Fossé, pendant que nous creusions, nous rencontrâmes un rocher extrêmement dur. Alors nous allâmes voir le Prophète (S) et lui dîmes: "Il y a un rocher qui entrave notre travail dans le fossé." - J'y descends, dit-il. Puis, il se leva et il avait une pierre serrée sur son ventre tant il avait faim car nous n'avions pas mangé depuis trois jours [pour creuser le fossé]. Le Prophète prit la massue et frappa un coup qui réduisit le rocher en miettes. Alors, je pris la permission du Prophète pour rentrer chez moi. J'allai voir mon épouse et lui dis: "J'ai constaté que le Prophète a très faim. As-tu quelque chose à manger. Elle me répondit: "Nous avons de l'orge et une petite chèvre." Alors, j'ai égorgé la chèvre et ma femme a moulu l'orge et nous avons mis la viande dans le pot. Puis, quand la pâte eut levé et que la viande était presque cuite, je partis voir le Prophète et lui dit en aparté: "Nous avons égorgé une bête et moulu un peu d'orge. Viens donc manger avec un ou deux hommes - alors qu'en mon for intérieur, je souhaitais qu'il vienne tout seul à cause du peu de nourriture que nous avions. Mais, quand je lui décrivis ce que nous avions préparé, il me répondit: "Tu as préparé beaucoup de nourriture. Dis à ta femme de ne pas toucher à la nourriture jusqu'à ce que j'arrive." Puis, le Prophète (S) annonça: "Ô vous qui creusez, Jâbir a préparé à manger. Dépêchez-vous de venir manger!" Alors, les Mohâjirins se levèrent et les AnSârs se levèrent aussi. Quand Jâbir rentra chez lui, il dit à sa femme: "Pauvres de nous! Le Prophète a invité à manger tous les Mohâjirins et les AnSârs qui creusaient avec nous." Elle lui demanda: "Le Prophète t'as-t-il préalablement demandé ce que nous avons préparé." Il répondit que oui. Alors elle dit: "Dieu et son Prophète savent bien ce qu'ils font. Nous lui avons dit ce que nous avions." Le Prophète vint à la tête du groupe. L'épouse de Jâbir, Sohaïlah Bint Mo'awwidh Al-AnSâriyyah, lui sortit la pâte sur laquelle il souffla et demanda [à Dieu] la bénédiction, puis il alla vers le pot de viande et de même, il souffla et bénit. Ensuite, il dit à Jâbir:" Fais venir une boulangère pour faire cuire le pain avec ta femme. Et, il dit à sa femme: "Servez du pot et laissez le sur le feu." Les gens qui étaient venu avec le Prophète étaient un millier. Il les fit asseoir à table dix par dix. Et, je jure par Dieu qu'ils mangèrent à satiété et qu'à la fin, il resta de la nourriture. Notre pot, quant à lui, continuait à bouillir et déborder comme si de rien n'était et notre pâte alimentait la table sans tarir. Ceci est l'un des miracles du Prophète (S).

D'après Al-Bukhâri et Muslim et d'autres livres de tradition, Anas Ibn Mâlik (R) dit: "Abou TalHa, Zayd Ibn Sahl Al-AnSâri, le mari d'Om Solaïm, la mère d'Anas (R), vit le Prophète ayant serré son estomac par excès de faim. Alors, il alla auprès d'Om Solaïm et lui demanda si elle avait quelque chose à offrir au Prophète. Elle répondit par l'affirmative. Elle sortit des galettes d'orge et elle sortit une étoffe dans laquelle elle mit le pain et serra le reste de l'étoffe sur ma tête [la tête d'Anas] à la manière d'un turban. Puis, elle m'envoya au Prophète (S) avec le tout. Je trouvai le Prophète (S) dans la mosquée avec des gens. Je le saluai. Il me demanda: "Abou TalHa t'a envoyé?" Je répondis que oui. "Pour de la nourriture?", dit-il. Je répondis par l'affirmative. Alors le Prophète invita ses compagnons à manger avec lui. Entre 70 et 80 hommes se levèrent. Je me dépêchai de prévenir Abou TalHa de la venue du Prophète et de ses compagnons. Abou TalHa dit à son épouse: "Le Prophète (S) amène avec lui trop de monde pour la nourriture que nous pouvons leur offrir." Elle répondit: "Dieu et son Prophète savent bien ce qu'ils font" Comme si elle savait que le Prophète le fit intentionnellement pour accomplir un miracle, ce qui prouve la foi et la sagesse d'Om Solaïm. Cependant, Abou TalHa alla à la rencontre du Prophète et lui dit: "En fait, j'ai envoyé Anas pour t'inviter uniquement et nous n'avons pas de quoi nourrir tous les gens que je vois là." Le Prophète (S) lui dit: "Dieu a béni ta nourriture." Le Prophète arriva donc en compagnie de TalHa et demanda à Om Solaïm d'apporter ce qu'elle avait préparé. Elle apporta le pain qu'elle avait envoyé avec Anas (R). Alors le Prophète ordonna qu'il soit cassé en morceau. Puis, il demanda un peu de beurre. Abou TalHa répondit qu'il restait un fond de beurre dans l'outre. Le Prophète et Abou TalHa pressèrent l'outre pour en extraire le peu de beurre qui y restait. Puis, le Prophète (S) en prit un peu sur l'indexe et le passa sur le pain qui gonfla! Il dit: "Au nom de Dieu" et il répéta ce geste plusieurs fois jusqu'à ce la marmite se remplit complètement. Ensuite, le Prophète dit une prière et demanda à Abou TalHa d'inviter ses compagnons à manger dix par dix. Ils mangèrent tous à satiété. Puis, le Prophète et ses hôtes mangèrent et il resta de la nourriture dont Om Solaïm offrit une partie à ses voisins. Ceci est un autre miracle parmi ceux que les croyants voyaient et qui remplissait leur cœur de foi et qu'ils relataient entre eux et qu'ils transmirent à la postérité, d'une génération à la suivante.

D'après Muslim, d'après Jâbir Ibn Abdillah (R), un bédouin vint voir le Prophète à la quête de nourriture. Le Prophète lui alloua une demi cargaison d'orge. Il continua à en manger lui, sa femme et ses invités jusqu'au jour où il décida de la jauger [elle s'épuisa]. Il en informa le Prophète qui lui dit: "Si tu ne l'avais pas jaugée, vous auriez continué à en manger jusqu'à la fin de votre vie."

D'après Al-Baïhaqi, Ibn Saad et Ibn 'Udayy selon Saad, le serviteur d'Abou Bakr (R), lors d'une campagne avec le Prophète (S), ils étaient environ trois cent guerriers et décidèrent de camper à un endroit où ils ne trouvèrent pas d'eau. Or, ils avaient très soif. C'est alors qu'une chèvre leur vint et le Prophète (S) la fit traire. Son lait étancha la soif des guerriers, puis le Prophète dit à son serviteur Rafi': "Attache-la mais, entre nous, ça m'étonnerait que tu y arrives!" Alors, Rafi' l'attacha. Quand il revint, elle s'était détachée de sa corde et avait disparu. Il prévint le Prophète (S) qui lui dit:"Rafi', celui qui nous l'a amenée l'a récupérée."

Le jaillissement d'eau et la pluie

D'après Anas : "Je vis le Prophète à l'heure de la prière du 'Asr [la prière de l'après-midi] à Az-Zaourâ', un endroit dans le marché de Médine. Les gens cherchèrent de l'eau pour le Wouzou' [les purifications rituelles qui précèdent la prière] mais n'en trouvèrent pas suffisamment.

On apporta au Prophète un peu d'eau dans un récipient où il immergea sa main. Puis, il ordonna aux gens de venir en prendre pour leurs purifications. Et, là, je vis l'eau jaillir de ses nobles doigts. Tous les gens purent accomplir leurs purifications. On demanda à Anas: " Combien étiez-vous?" Il répondit: " Environ trois cents."

D'après le témoignage de Jâbir, on relate que les musulmans eurent soif le jour d'Al-Houdaïbiyah. Alors que le Prophète avait devant lui un récipient avec un peu d'eau dont il se servait pour faire son Wouzou, les gens se précipitèrent autour de lui. Alors, il leur demanda: "Qu'y a-t-il?" Ils dirent: "Ô Prophète de Dieu, nous n'avons plus d'eau pour faire nos purifications ni même pour boire sauf le peu que tu as là." Alors le Prophète mit sa main dans le récipient et l'eau se mit à jaillir d'entre ses doigts comme des sources. Alors nous bûmes et accomplîmes nos purifications. Sâlim celui qui rapporte ce témoignage de Jâbir, s'enquit: "Combien étiez-vous?" Jâbir répondit: "Si nous étions cent mille, l'eau nous aurait suffit. Mais, nous n'étions que mille cinq cents."

D'après le témoignage de 'Imrân Ibn HoSaïn, on raconte: "Pendant que nous étions avec le Prophète (S) lors d'un voyage, les gens se plaignirent de la soif. Le Prophète (S) s'arrêta et demanda à Az-Zobaïr et 'Ali Ibn Abi Tâlib (as) d'aller à la recherche d'eau. Ils partirent et tombèrent sur une femme qui transportait deux grandes outres d'eau sur son chameau. Ils la conduisirent au Prophète (S). Alors le Prophète demanda un récipient où il versa un peu d'eau de l'ouverture des deux outres avant de les refermer. Puis, il mit sa main dans l'eau qui se mit à jaillir. On appela les gens qui burent et abreuvèrent leurs bêtes. La femme était debout voyant ce qu'on faisait de son eau. A la fin, le Prophète demanda à ses compagnons d'apporter chacun quelque chose en guise de reconnaissance pour cette femme en compensation du temps que le détour lui coûta et de la peur qu'elle eut pour son eau. Alors, on lui rassembla des dattes et autres nourritures en quantité que l'on mit dans une robe. On la porta sur son chameau, mit son présent devant elle et le Prophète lui dit: "Tu sais bien que nous n'avons pas diminué ton eau mais c'est Dieu qui nous a donné à boire".

Elle partit et arriva à son clan avec du retard. On lui demanda: "Qu'est-ce qui t'a retenue?" Elle dit: "Une chose très étonnante! Je suis tombé sur deux hommes qui m'ont emmenée chez cet homme qu'on qualifie de Sabéen. Il a fait telle et telle chose.", et leur raconta l'histoire. Puis, elle dit: "Par Dieu, cet homme est soit le magicien le plus fort qui puisse être, soit c'est vraiment un Prophète de Dieu." Après ce récit, les musulmans menèrent des campagnes contre les clans païens qui les entouraient sans jamais nuire au clan auquel cette femme appartenait. Un jour, elle dit à son clan: "Il est évident que ces gens [les musulmans] vous laissent en paix volontairement. Que pensez-vous de vous convertir à l'Islam?" Alors ils décidèrent de lui obéir et embrassèrent l'Islam.

Parmi les miracles qui eurent lieu pendant la bataille de Tabouk, on relate que les combattants furent sujets à une soif très forte. Alors un compagnon du Prophète (S), lui dit: " Ô Prophète de Dieu, Dieu ne t'a jamais refusé une prière. Si tu priais pour qu'Il nous donne à boire." Le Prophète demanda: "Est-ce votre souhait?" il répondit par l'affirmative. Alors le Prophète (S) leva ses mains vers le ciel et ne les baissa pas avant que les nuages apparaissent dans le ciel et la pluie tombe. Les troupes remplirent les récipients dont ils disposaient et levèrent les yeux vers le ciel pour s'apercevoir qu'en fait les nuages ne dépassaient pas leur camp! Il faut se rendre compte que ces évènements ont eu lieu en plein été en Arabie où on ne voit que très rarement les nuages et en tout cas il n'est pas du tout question de pluie!!

Les signes de la prophétie dans les arbres et les rochers

Parmi les témoignages les plus impressionnants de l'authenticité du Prophète Mohammad (S), on cite de nombreux exemples où la nature elle même se plie à sa volonté et certifie de sa mission prophétique. En voici quelques-uns:>

D'après At-Tirmidhi et Ad-dârimi et Al-Hâkim, 'Ali Ibn Abi Tâlib (R&K) dit: "J'avais l'habitude d'accompagner le Prophète (S) partout où il allait à la Mecque. Un jour, nous partîmes dans l'une des régions de la Mecque et chaque fois que nous passions près d'un arbre ou d'un rocher, ils saluaient le Prophète disant: "Que le salut soit sur toi, Prophète de Dieu." Les théologiens affirment que ces évènements avaient lieu au début de la mission du Prophète en guise d'appui et pour lui prouver que la création lui obéira et que son appel sera écouté.

Le Prophète (S) avait pour habitude de s'appuyer sur un tronc de palmier pendant qu'il faisait le sermon du vendredi à la mosquée de Médine. Un jour, on lui proposa de lui construire un Minbar [une chaire] où il se tiendrait pour faire le sermon. Le Prophète accepta. Quand la chaire fut installée et que le vendredi vint, le Prophète monta sur la chaire et c'est alors que le tronc de palmier émit un gémissement de douleur pour sa séparation du Prophète (S). Le Prophète accourut vers lui et passa la main sur le tronc qui se calma. Ce miracle est véhiculé par une pléthore de témoins parmi les compagnons du Prophète. A titre d'exemple on cite: 'Ubayy Ibn Ka'b, Jâbir Ibn 'Abdillâh, Anas Ibn Mâlik, 'Abdillâh Ibn 'Omar Ibn Al-KhaTTâb, 'Abdullâh Ibn 'Abbâs, Sahl Ibn Saad, Abou Saïd Al-Khadri, Buraïdah Ibn Al-HaSib Al-Aslami, Om Salamah, et Al-MoTTalib Ibn Abi Wadâ'ah As-Sahmi.D'après An-Nisâ'i dans son livre As-Sonan Al-Kobrâ, d'après Sahl Ibn Saad: "Les gens se mirent à pleurer quand ils entendirent le tronc gémir jusqu'à ce que le Prophète l'eut consolé en passant sa main dessus. Le Prophète dit: "Par Celui qui possède mon âme, si je ne l'avais pas consolé, il aurait continué ainsi jusqu'au jour du Jugement dernier."

D'après Al-Baïhaqi, Al-Bazzâr, et Ad-Dârami, Ibn 'Omar dit: "Pendant que nous étions avec le Prophète lors d'un voyage, un bédouin s'approcha de lui. Le Prophète lui demanda: "Où vas-tu?" "Chez moi", répondit le bédouin. "Veux-tu que je te montre le Bien?", demanda le Prophète. Le bédouin dit: " Oui". Le Prophète dit: " Que tu témoignes qu'il n'y a nulle autre divinité que Dieu et que Mohammad est le serviteur de Dieu et son Prophète." Le bédouin demanda: "Qui peut attester de ce que tu dis?" Le Prophète dit: " Cet arbre là" et montra un arbre au fond de la vallée. Alors, l'arbre fendit la terre avec ses racines et accourut vers le Prophète et s'arrêta devant lui. Le Prophète (S) lui demanda trois fois de témoigner qu'il était bel et bien le Prophète de Dieu. L'arbre s'exécuta et retourna à sa place. Le bédouin avant de rentrer chez lui dit au Prophète: "Si les gens de mon clan m'obéissent, je te les amènerai et sinon je viendrai vivre à tes côtés."

D'après Al-Bukhâri, Muslim, Al-Bazzâr, At-Tabarâni et Abou Ya'lâ, Jâbir Ibn 'Abdillâh et 'Abdillâh Ibn Mas'oud (R) dirent: "Il y avait 360 idoles autour de la Kaaba fixées dans les rochers avec du plomb. Le jour où le Prophète (S) conquit la Mecque, il alla à la Kaaba. Sans toucher les idoles, il pointa chacune d'entre elles et dit: "La Vérité (l'Islam) est venue et la vanité a disparu. Car la vanité est destinée à disparaître." (Coran 17:81). Chaque fois que le Prophète (S) pointa une idole avec son barreau, elle s'écroulait."

L'annonciation du "ghayb"

Le mot arabe "ghayb" désigne l'inaccessible en terme de connaissance. Il y a un Inaccessible temporel (personne ne peut prédire l'avenir avec certitude) et un inaccessible spatial (ce qui est hors de porté de notre perception, moyens modernes d'observation compris). Les musulmans croient que la connaissance de cet Inaccessible est une exclusivité de Dieu. Lui seul sait ce qui est et ce qui adviendra. Le verset 59 de la sourate 6 dit: "C'est Lui qui détient les clefs de l'Inaccessible. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme, comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe sans qu'Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite." Dans le Coran 6:50, on lit: "Dis-[leur]: ‹Je ne vous dis pas que je détiens les trésors d'Allah, ni que je connais le ghayb, et je ne vous dis pas que je suis un ange. Je ne fais que suivre ce qui m'est révélé.›" Ainsi le fidèle croit que Dieu est le seul détenteur de ce qui sera. Toutefois, Dieu peut faire une faveur à ses Prophètes en leur donnant un petit aperçu sur des élément de l'inaccessible (prédiction de l'avenir, annonciation d'évènements distants). En effet, on trouve dans les versets 72:26 et 72:27 "# [C'est Lui seul] qui connaît le ghayb. Il ne dévoile Son mystère à personne, # sauf à ceux qu'Il agrée comme Messagers et qu'Il fait précéder et suivre de gardiens vigilants,". Donc, certains Prophètes, à certaines occasions, peuvent bénéficier d'un regard sur des évènements humainement inaccessibles, scellés dans l'avenir ou hors du champs de perception. En ce qui concerne le Prophète Mohammad (S), nous connaissons plusieurs exemples où l'inaccessible lui fut dévoilé. Nous n'en citerons que cinq:

D'après la mère des croyants [ce titre désigne les épouses du Prophète] Aïsha (R): Un jour, Fatimah la fille du Prophète rendit visite à son père. Il l'accueillit et ils s'assirent côte à côte. Puis, il lui dit quelque chose en aparté qui la fit pleurer. Puis, il lui dit une autre chose qui la fit rire. Et, Aïsha (R) raconte: "Quand je lui demandai pourquoi elle pleura au début et rit après coup, Fatimah ne me dévoila la raison qu'après le décès du Prophète (S). Elle me dit: "Le Prophète de Dieu m'a dit que l'archange Gabriel avait pour habitude de réviser avec lui tout le Coran [révélé jusque là] une fois par an pendant le mois du Ramadan, et que cette année, ils l'ont révisé deux fois. Puis, il me dit [i.e. il dit à Fatimah]:" Je crois que mon heure est venue. Alors, ô Fatimah, crains Dieu et soit patiente." Ceci était la raison de mes pleurs. Puis, il m'a révélé que je serai la première de ses proches à le rejoindre et c'est pourquoi j'ai ri." Cette prophétie se réalisa par le décès de la fille du Prophète (S) six mois après sa mort et elle était la première parmi les siens à le rejoindre.

La surprenante victoire de la petite armée musulmane contre la grande armée mecquoise lors de la bataille de Badr occasionna de nombreux morts et prisonniers de guerre parmi la noblesse Qoraïshite. A la suite de cette défaite amère de l'armée mecquoise, Safwân Ibn Omayyah et Wahb Ibn 'Omaïr se retrouvèrent et exprimèrent leur profonde amertume pour les personnalités qoraïshites perdues dans cette guerre. Wahb qui était un assassin professionnel fameux pour ses crimes et sa férocité, dit à son compagnon: "Si je n'avais pas autant de dettes et d'enfants à charge, je partirais vous soulager de Mohammad d'un coup d'épée. Safwân, enchanté par cette attitude, lui répondit: "Je me chargerai de tes dettes et tes enfants seront les miens. Alors, vas-y! Tue Mohammad et venge le sang de nos parents et de nos frères!" Sur ce, Wahb prépara son épée, empoisonna sa lame et partit. Quand 'Omar Ibn Al-KhaTTâb le vit arriver à la Médine, il prit peur pour le Prophète et se dépêcha de l'avertir. Le Prophète lui dit: "Quand il viendra, laisse le entrer." Quand Wahb arriva, 'Omar prit possession de l'étui de son épée et le laissa entrer chez le Prophète. Le Prophète lui demanda: "Qu'est-ce qui t'amène?" Wahb répondit: "Mon fils est prisonnier de guerre et vous avez demandé une rançon pour le libérer. Mais, je suis pauvre et ne possède pas cet argent. Aussi, suis-je venu te supplier afin qu'il soit relaxé sans rançon... Le Prophète lui demanda: "Si c'est ainsi, que viens-tu faire avec cette épée?" Wahb répondit: "Dieu a combattu nos épée alors elles ne nous ont servi à rien." Le Prophète lui dit: "Et, quel est le dialogue que tu as eu avec Safwân à la Mecque?" Wahb s'étonna: "Mais...Par Dieu, ce jour là, personne ne nous a entendu!! Et, personne n'était avec nous!! Si tu en as connaissance, tu es vraiment le Prophète de Dieu!" Ainsi Wahb embrassa-t-il l'Islam et le Prophète dit à ses compagnons: "Initiez votre frère à sa religion." Après le départ de Wahb, Safwân annonçait aux gens: "Vous allez recevoir des nouvelles très importantes dans quelques jours." Mais, à sa grande surprise, il vit Wahb revenir et lui dire qu'il allait lui rembourser tout l'argent qu'il avait pu dépenser pour ses enfants et qu'il repartirait vivre avec le Prophète et les croyants à la Médine!!

Parmi les prisonniers de la bataille de Badr, il y avait Sohaïl Ibn 'Amr, celui qui arrangea ultérieurement l'armistice d'Al-Hodaïbiyah. Il alla voir le Prophète (S) et lui dit: "Ô Mohammad, je suis pauvre et tu demandes une rançon contre ma liberté. Or, je ne possède pas d'argent pour me libérer: laisse moi partir afin que je retourne à ma famille et exempte moi de la rançon." Le Prophète fut pris de pitié pour lui mais 'Omar protesta: "Ô Prophète de Dieu, cet homme est un ennemi de Dieu. Il montait les gens contre toi à la Mecque avec ses discours." Mais le prophète était plutôt enclin à le relaxer. Alors, 'Omar lui dit: "Autorise-moi donc, ô Prophète de Dieu, à lui arracher les dents pour qu'il ne puisse plus jamais haranguer les gens contre toi!" Le Prophète désapprouva: "Non, je ne le défigurerai pas de peur que Dieu ne me rende la pareille et ce, malgré que je suis un Prophète. Ca se trouve, 'Omar, tu verras de lui une attitude que tu apprécieras." Quelques années plus tard, le jour de "la prise de la Mecque", Sohaïl embrassa l'Islam . Puis, après la mort du Prophète (S), certains habitants de la Mecque envisagèrent de renoncer à l'Islam à l'image de certains autres Bédouins. C'est alors que Sohaïl tint un discours où il dit: "Ô peuple de la Mecque! Vous avez été les derniers à embrasser l'Islam, alors ne soyez surtout pas les premiers à l'abandonner!" Et il dit quelques paroles qui ressemblaient au discours tenu par Abou Bakr (R) quand la mort du Prophète lui fut annoncée. Quand 'Omar prit connaissance de la position de Sohaïl, il en fut très heureux et il se souvint de la parole du Prophète qui avait prévu cet évènement.

Al-Barâ' Ibn 'Âzib (R) narre: "Pendant que nous creusions le Fossé, un rocher nous donna beaucoup de mal: aucune pioche ni massue ne l'entamait. Nous nous en sommes plaints au Prophète qui prit la pioche de Salmân Al-Fârissi et dit: "Au nom de Dieu". Il frappa un premier coup qui arracha le tiers du rocher et une vive lumière en sortit. Le Prophète s'exclama: "Allahou Akbar [i.e. Dieu est Grand], j'ai reçu les clés de la Mésopotamie! Par Dieu, je viens de voir ses palais rouges à l'instant et de cet endroit!" Puis, il frappa un deuxième coup qui en arracha un autre tiers et une vive lumière apparut dans la direction de la Perse. Le Prophète dit: "Dieu est Grand, j'ai reçu les clés de la Perse! Par Dieu, je vois le palais blanc d'Al-Madâ'in [le nom donnée par les Arabes à la capitale de la Perse] de cet endroit même! Gabriel m'a dit que ma nation en sera victorieuse alors soyez heureux de cette bonne nouvelle!" Puis, le Prophète frappa un troisième coup et dit: "Au nom de Dieu.": le reste du rocher se brisa et une lumière vive jaillit du côté du Yemen comme une torche au cœur de la nuit noire. Le Prophète s'exclama: "Allahou Akbar, j'ai reçu les clés du Yemen. Par Dieu, je vois d'ici les portes de San'a." C'est alors que les Hypocrites se dirent entre eux comme nous le révèle Coran: "Dieu et son Prophète ne nous font que de fausses promesses" Par la suite, après la mort du Prophète (S), le compagnon du Prophète Abou Houraïrah, voyant les armées musulmanes aller de victoire en victoire et de conquête en conquête disait: "Conquérez toutes les villes que vous voulez, il n'y en a pas une dont on n'a pas donné les clés au Prophète.

Lors de la bataille de Mo'tah, le Prophète (S) envoya une armée pour combattre les Romains. L'armée était commandée par Zaïd Ibn Hârithah (R) et comptait trois mille soldats. En face, l'armée romaine comptait environ deux cent mille soldats. Les combats étaient très féroces. Un jour, à la Médine, on entendit le Prophète (S) dire: "Zaïd Ibn Hârithah a gagné le martyr, et Ja'far Ibn Abi Tâlib l'a remplacé [au commandement de l'armée]. Puis, Ja'far a à son tour gagné le martyr cédant la place à 'Abdillâh Ibn RawâHah qui à son tour a gagné le martyr cédant le commandement à l'une des épées de Dieu qui a tiré les musulmans d'affaire." Quand les soldats sont rentrés à la Médine, ils ne firent que confirmée ce que le Prophète (S) avait prédit et que celui qui prit le commandement de l'armée après 'Abdillâh Ibn RawâHah n'était autre que Khâlid Ibn Al-Walid qui fit l'unanimité des musulmans pour prendre le commandement de l'armée. Et, Khâlid, le stratège que nous connaissons très bien, voyant la disproportion entre les deux armées, réussit par la ruse à faire croire aux Romains qu'ils recevaient des renforts importants pendant que son armée se retirait progressivement. Ainsi il réussit à sauver son armée sans que l'ennemi n'ose sortir à leur poursuite. De surcroît, l'histoire a enregistré sans équivoque que Khâlid était bel et bien une épée de Dieu comme le Prophète (S) l'a décrit.

Les miracles de l'Hegire

L'Hégire, c'est-à-dire le voyage à proprement parler- entre la Mecque et la Médine, se déroula de la façon la plus naturelle qui soit. Le Prophète et son compagnon de voyage partirent à dos de chameaux avec un guide qui connaissait très bien le désert. Ils durent se cacher à certains moments de leur trajet. Ils s'arrêtaient pour effectuer leurs cinq prières quotidiennes ou pour camper le soir. En somme, ils ne disposaient pas de moyens surnaturels qui les transporteraient à la Médine ou écourteraient la durée de ce voyage de trois jours. Toutefois, pendant leur périple, de nombreux miracles se manifestèrent.

Le premier miracle eut lieu dès le premier instant de l'Hégire. En effet, pendant les treize années qui précédèrent l'Hégire, le Prophète (S) appela inlassablement les Qoraïshites au droit chemin, à un Dieu unique, à l'égalité des hommes, à l'humilité et à l'amour du prochain. Au début, ils l'épargnèrent par respect à sa famille puissante (les Hashémites). Ils allèrent même jusqu'à lui proposer des richesses et d'en faire un chef à la Mecque. Mais le Prophète refusait toutes leurs propositions car il avait reçu un message de Dieu et avait pour obligation de le transmettre avec fidélité. A la longue, les têtes pensantes de la Mecque se réunirent et décidèrent d'assassiner le Prophète Mohammad (S) pour se débarrasser de lui et du message qui attentait à leurs commerces et au système social dont ils profitaient. Pour éviter les représailles des Hashémites, ils décidèrent d'élire vingt jeunes chevaliers parmi les différentes tribus de Qoraïsh qui exécuteraient cette mission de nuit. De cette façon, le crime serait partagé par toutes les tribus et les Hashémites ne pourraient pas se battre seuls contre tous, ni identifier précisément l'assassin de Mohammad (S). Quand ladite nuit tomba, les chevaliers armés d'épées et de lances encerclèrent la maison du Prophète et attendirent qu'il sorte de chez lui pour la prière de l'aube comme il faisait d'habitude. A l'heure de la prière, le Prophète sortit mais les redoutables chevaliers n'y virent que du feu! Le Prophète sortit de chez lui la tête haute, sans armes. Les chevaliers qui le guettaient impatiemment ne le virent même pas. Les VINGT chevaliers étaient dans un profond sommeil ou, en tout cas, leurs facultés de perception furent suspendues par Dieu, le seul compagnon et protecteur de Son Prophète! Et, pour bien marquer son passage, le Prophète fit le tour des chevaliers et lança une poignée de sable à la face de chacun d'eux. Quand les premières lueurs du matin poignirent, les chevaliers reprirent conscience. Ils virent dans quel état ils étaient et se rendirent compte de l'absence définitive de leur proie...

Dès que le départ du Prophète fut signalé, les Qoraïshites se lancèrent sur ses traces et aboutirent à l'entrée d'une grotte où le Prophète et son compagnon Abou Bakr s'étaient réfugiés... Dieu allait-il livrer Son Prophète à cette horde d'assassins? Tout de suite, après l'entrée des deux compagnons dans la grotte, une araignée tissa sa toile sur l'entrée de la grotte et une colombe y pondit ses œufs et les couva. Quoi de plus faibles qu'une toile d'araignée ou une colombe qui couve ses œufs? Avec si peu de choses, Dieu troubla les Qoraïshites: les traces de pas menaient bien à cette grotte mais visiblement, elle n'était pas fréquentée (puisque une colombe s'y était nichée et que la toile d'araignée prouvait clairement que personne n'y était entré depuis un bon moment!). Plus bas, dans la grotte, Abou Bakr dit à son ami Mohammad (S): "Si l'un d'eux regarde sous ses pieds, il nous verra..." Et le Prophète de répondre: "Que penses-tu de deux [personnes] dont Dieu est le troisième?" Cette scène fut enregistrée dans le Coran, sourate 9,verset 40: "Si vous ne lui portez pas secours... Allah l'a déjà secouru, lorsque les mécréants l'avaient banni, deuxième de deux. Quand ils étaient dans la grotte et qu'il disait à son compagnon: ‹Ne t'afflige pas, car Dieu est avec nous.› Dieu fit alors descendre sur lui Sa sérénité ‹Sa sakina› et le soutint de soldats que vous ne voyiez pas, et Il abaissa ainsi la parole des mécréants, tandis que la parole d'Allah eut le dessus. Et Allah est Puissant et Sage." D'après As-Sirah Al-Halabiyyah, le Prophète aurait répondu à Abou Bakr: "Sais-tu ce qui arriverait, s'ils venaient à rentrer dans la grotte?" "Qu'arriverait-il ô Prophète de Dieu", demanda Abou Bakr. "Regarde.", dit le Prophète. C'est alors qu'Abou Bakr vit une mer et un bateau à son bord. "S'ils rentrent dans la grotte, nous sortirons par là.", dit le Prophète!

Quand ils furent débarrassés de leur poursuivants, le Prophète et Abou Bakr retrouvèrent leur guide Abdullah Ibn OraïqiT et le berger d'Abou Bakr 'Âmir Ibn Fohaïrah et continuèrent leur route. Ils passèrent à proximité de la tente d'une femme qu'on appelait Om Ma'bad Al-Khozâ'iyyah. Les voyageurs étaient alors à bout de vivres. Ils demandèrent à Om Ma'bad de leur vendre de quoi tenir le reste du trajet. Mais la femme, gênée, leur dit: "Par Dieu, si j'avais de quoi vous donner, je vous l'aurais donner gratuitement." Le Prophète vit dans un coin une chèvre frêle. "Et cette chèvre?", demanda le Prophète. "Elle est frêle [i.e. elle ne donne pas de lait] comme tu le vois", répondit la femme. Le Prophète lui demanda d'approcher la chèvre. Alors, le Prophète (S) posa sa main sur la chèvre qui subitement prit des forces. Puis, il toucha son pis qui se remplit de lait. Le Prophète prit du lait de la chèvre et commença par donner à ses compagnons. Ensuite, il en donna à Om Ma'bad, il remplit un bol destiné à Abou Ma'bad (le mari d'Om Ma'bad) et il finit par en boire à son tour. Les voyageurs suivirent leur chemin. Quand Abou Ma'bad fut de retour, il s'étonna à la vue du bol de lait car il savait que leur chèvre ne donnait pas de lait. Alors, Om Ma'bad lui décrivit le Prophète et lui raconta ce qu'il fit. Il lui dit: "C'est l'homme que Qoraïsh poursuit pour l'assassiner." Om Ma'bad et Abou Ma'bad embrassèrent l'Islam.

Il convient à ce stade de rappeler que ce miracle est l'un des récits favorits des enfants musulmans. C'est l'un des enseignements de base qu'il reçoivent étant donné qu'il a une valeur symbolique: c'est l'Hégire qui marque le début du calendrier musulman. Les péripéties du voyage ont maintes fois été mises en scène dans des films cultes de la télévision égyptienne exportés partout dans le monde musulman en version originale ou sous-titrée (en anglais, allemand et même français). Par ailleurs, on est facilement fasciné par l'histoire de cette toile d'araignée éphémère et de ce pigeon qui pond à l'entrée de la grotte et qui tiennent tête à cette horde de mécréants protégeant, de par leur faiblesse, le Prophète et son compagnon mieux qu'une forteresse. Quand je pense que certains clament haut et fort que le Prophète Mohammad n'a pas produit de miracle, un énorme doute naît dans mon esprit quant à leur prétendue honêteté ou la réalité de leurs objectifs, soit disant la "quête de la Vérité"

Les miracles d'Al-Isrâ' et Al-Mi'râj

Il s'agit ici d'une collection de miracles que beaucoup de musulmans citeraient spontanément si l'on venait à leur demander un exemple de miracles du Prophète Mohammad. C'est d'autant plus vrai qu'il y a une sourate (i.e. un chapitre) du Coran qui y est dédiée. Il s'agit de la sourate intutilée Al-Isrâ' et dont les quelques premiers versets font référence à cet évènement miraculeux. Le mot Israa' signifie "voyage nocturne" et Mi'raaj signifie "ascension". Le voyage nocturne en question, c'est le voyage que le Prophète Mohammad a fait entre La Mecque et Jérusalem en une nuit! Et, l'ascension désigne son ascension de Jérusalem au ciel. Tout le long de ce voyage, le Prophète était accompagné par l'Archange Gabriel qui lui servait de guide et lui montrait de nombreux spectacles de l'Enfer et du Paradis. Gabriel avait mis à la disposition du Prophète une monture appelée al-bouraq (son nom est de la même racine que l'éclair) qui faisait des bonds gigantesques: elle posait ses pattes aussi loin que la vue portait! Arrivé au plus haut des Cieux, le Prophète (S) put s'entretenir avec Dieu et c'est à cette occasion même que Dieu prescrivit les prières quotidiennes que les musulmans font (D'abord cinquante, puis sur les conseils répétés de Moïse (S), le Prophète obtint une réduction à cinq prières quotidiennes).

Nous n'allons pas nous étendre sur les choses mystérieuses que le Prophète a vu en cours de route et qu'il a relatées par la suite car cela sort du cadre de notre étude sur les miracles concrets/spectaculaires. Nous allons plutôt nous attacher à ce que les Mecquois ont vu de cette affaire et ce dont il ont témoigné. Le lendemain matin, de retour de son périple céleste, le Prophète décida d'annoncer publiquement ce qui lui est arrivé pendant la nuit. le Prophète dit: "J'étais à Al-Hijr [un endroit où les Qoraïshites les plus influents se retrouvaient pour discuter et s'amuser] et Qoraïsh m'interrogeait sur mon passage à Jérusalem. Ils m'interrogèrent sur certains détails du Temple Sacré (Baït al-Maqdis) auxquels je n'avais pas prêté attention. Je sentis un énorme malaise comme je n'en avais jamais senti auparavant. Alors Dieu dévoila le Temple Sacré à mon regard et je répondis à toutes leurs interrogations." Il convient de souligner que le Prophète ne connaissait pas Jérusalem avant ce voyage miraculeux et c'est ce qui justifie les questions que son peuple lui posa à propos de la ville car ils savaient pertinemment que Mohammad n'en avait pas une connaissance préalable.

Un autre récit donne un autre éclairage sur cet interrogatoire: Om Hâni' (R) dit: "Le Prophète (S) dormait chez nous la nuit où le miracle d'al-Israa' eut lieu. Je constatai son absence cette nuit là et je ne pus fermer l'œil de peur qu'un malheur ne lui soit arrivé. [A son retour], le Prophète m'expliqua: "Gabriel (S) vint me voir, il me prit par la main et nous sortîmes de la maison. Devant la porte, je trouvai une monture entre la mule et l'âne. Il me fit monter dessus et nous partîmes. Arrivés au Temple de Jérusalem, il me montra Abraham qui était de la même constitution que moi. Il me montra Moïse: il était basané et grand de taille avec des cheveux blancs,"> il ressemblait aux gens de Azd Shano'ah. Il me montra Jésus, fils de Marie, il était blanc de teint avec un peu de rougeur. Il ressemblait à 'Orwah Ibn Mas'oud Ath-Thaqafi. Il me montra aussi l'Imposteur [l'Antéchrist]. Borgne de l'œil droit, il ressemblait à Qotn Ibn 'Abd Al-'Ozzâ." Puis il me dit: "Je veux sortir raconter tout ce que j'ai vu à Qoraïsh." Je le retint par ses vêtements et lui dit: "Je t'en conjure, tu sais bien que ses gens te démentissent et je crains qu'il ne te fassent du mal!" Il libéra ses vêtement de ma main et sortit. Il alla les voir dans leur lieu de rencontres et leur raconta son récit. MoT'am Ibn 'Odayy se leva et lui dit: "Ô Mohammad, si tu étais aussi jeune que tu l'étais dans le temps, tu n'aurais pas dit une telle chose et resté impuni!" Un autre homme lui dit: "As-tu vu sur ton chemin des chameaux qui nous appartiennent à tel endroit?" Le Prophète répondit: "Oui, ils ont égaré un chameau et sont actuellement à sa recherche." L'homme lui demanda: "As-tu vu le troupeau de mon cousin un tel?" Le Prophète dit: "Oui, je l'ai croisé à tel endroit. Une chamelle rouge s'est cassé [un membre]. Ils avait un récipient d'eau que j'ai bu." Ils lui demandèrent de donner le nombre de bêtes dans le troupeau et le nom des bergers. Il répondit qu'il n'y avait pas fait attention puis il tomba subitement en sommeil. Il vit le troupeau devant lui et compta les bêtes et prit connaissance des bergers qui étaient avec le troupeau. Quand il se réveilla, il leur donna le nombre de bêtes dans le troupeau et leur dit que les bergers était Ibn Abi QoHâfah et un tel et un tel. Il leur dit aussi que le troupeau allait rentrer à la Mecque le lendemain de tel direction. Le lendemain, ils attendirent à l'endroit indiqué et virent les chameaux arriver. Ils les interrogèrent et purent vérifier qu'un chameau s'était bien égaré. Ils interrogèrent le deuxième troupeau et vérifièrent qu'une chamelle rouge s'était cassé un membre. Ils les interrogèrent à propos du récipient d'eau. Abou Bakr Ibn Abi QoHâfah qui accompagnait le troupeau répondit qu'ils avaient bien un récipient et qu'il l'avait remplit lui même et qu'il ne savait pas qui avait bien pu la boire.

Miracles divers et variés

Dans cette section, nous allons examiner des miracles divers et variés du Prophète (S) et qui témoignent en sa faveur représentant autant de signes et d'invitations de Dieu aux témoins de ces miracles.

On relate que la révélation des versets 9 à 19 de la sourate 96:

9. As-tu vu celui qui interdit

10. à un serviteur d'Allah (Mohammad) de prier?

11. Vois-tu s'il est sur la bonne voie,

12. ou s'il ordonne la piété?

13. Vois-tu s'il dément et tourne le dos?

14. Ne sait-il pas que vraiment Allah voit?

15. Mais non! S'il ne cesse pas, Nous le saisirons certes, par le toupet,

16. le toupet d'un menteur, d'un pécheur.

17. Qu'il appelle donc son assemblée.

18. Nous appellerons les gardiens (de l'Enfer).

19. Non! Ne lui obéis pas; mais prosterne-toi et rapproche-toi

était due à un accrochage qui eut lieu entre Abou Jahl et le Prophète (S). En fait, Abou Jahl était parmi les opposants les plus farouches au message de l'Islam. Quand il voyait le Prophète prier et se prosterner près de la kaaba, il s'irritait beaucoup. Une fois, il ordonna au Prophète de s'abstenir de cette prière qui l'irritait. Le Prophète refusa sèchement et lui fit entendre des paroles très dures. Alors, Abou Jahl lui dit: "Est-ce à moi que tu tiens ce discours alors que je suis l'homme ayant le plus de relations dans toute cette vallée." Le Prophète se détourna de lui et continua pieusement sa prière obéissant au verset 19 "Non! Ne lui obéis pas; mais prosterne-toi et rapproche-toi". Alors, l'irritation d'Abou Jahl atteint son maximum. Il dit aux païens de Qoraïsh: "Je ne laisserai pas Mohammad poser sa face par terre près de la Kaaba comme il a l'habitude de faire. Si je le trouve prosterné, j'appuierai de mon pied sur son cou. Quand le Prophète vint près de la Kaaba, il commença sa prière comme d'habitude. Et, quand il se prosterna, Abou Jahl se précipita vers lui au vu de tout Qoraïsh. Subitement, Abou Jahl rebroussa chemin, tout effaré, comme si une vipère l'avait mordu. Les témoins de cet incident honteux, lui demandèrent: "Qu'est-il arrivé? As-tu eu peur de Mohammad?" Il leur expliqua: "Non, je n'ai pas eu peur de lui. Mais, quand je me suis approché de lui, j'ai vu comme un fossé plein de feu qui me séparait de lui et j'ai vu des châtiments effroyables se rapprocher de moi! Alors, j'ai rebroussé chemin comme vous m'avez vu faire." Le Prophète dit à ce propos: "S'il s'était rapproché de moi davantage, les gardiens de l'Enfer l'auraient happé." Abou Jahl ne tira aucune leçon de cet évènement. Au contraire sa haine pour le Prophète ne fit qu'augmenter.

Après la révélation de la sourate 111 intitulée al-massad, où l'on raille "la porteuse de bois" qui n'était autre que la femme d'Abou Lahab, Om Jamîl, cette dernière se fâcha et décida de se venger du Prophète. Elle ramassa une énorme pierre et se dirigea vers l'endroit où le Prophète avait l'habitude de s'asseoir avec son ami Abou Bakr (R). Quand elle arriva sur place, elle ne vit qu'Abou Bakr. Elle lui demanda: "Où est ton compagnon? Où est Modhammam?" [ce mot est linguistiquement l'antonyme de Mohammad, Qoraïsh l'utilisait pour railler le Prophète.] Il lui répondit: "Le voilà, assis à côté de moi!" Elle lui dit: "Tu oses me mentir, ô fils d'Abi QoHâfah? S'il était là, je lui aurais envoyé ce roc à la tête parce qu'il m'a raillée dans "son poème" !", puis elle s'en alla. Alors Abou Bakr demanda au Prophète, qu'est ce qui l'a pris, cette femme? Pourquoi ne t'a-t-elle pas vu, ô Prophète de Dieu. Le Prophète lui répondit: "Un ange me cachait derrière son aile." Puis, il ajouta: "Dieu m'a préservé des insultes de Qoraïsh: ils insultent Modhammam et médisent Modhammam et moi je ne m'appelle pas Modhammam mais plutôt Mohammad!"

Abou Lahab avait un fils qui s'appelait 'Otaïbah. Ce dernier avait épousé Om Kolthoum, la fille du Prophète (S), avant le début de l'Islam. Quand le Prophète annonça sa mission prophétique, 'Otaïbah répudia Om Kolthoum et son frère répudia Roqayyah, une autre fille du Prophète. De surcroît, dans sa lancée, 'Otaïbah dépassa ses limites avec Dieu et son Prophète en disant qu'il rejetait solennellement celui qui se "rapprocha et descendit encore plus près, § ; et fut à deux portées d'arc, ou plus près encore." (sourate 53). Le Prophète demanda à Dieu: "Dieu, livre-le à l'un de tes chiens!" Abou Lahab qui eut connaissance de cette condamnation prit peur pour son fils car il savait d'expérience que tous les voeux du Prophète étaient exaucés. Un jour, cet incident lui sortit de la tête et il partit dans une caravane vers la Syrie avec son fils 'Otaïbah. Quand la nuit tomba, la caravane s'arrêta et se prépara à passer la nuit. Un passant leur dit: "Ô Qoraïshites, sachez que cet endroit est fréquenté par de nombreux fauves." Abou Lahab se souvint du voeu du Prophète et sa peur pour son fils était sans pareil. Il décida de raconter cette histoire à ses compagnons de voyage qui décidèrent de mettre 'Otaïbah au centre. Ils s'installèrent autour de lui et disposèrent les chameaux en cercle autour d'eux et leurs affaires autour des chameaux, et ils se couchèrent. Un fauve vint dans la nuit, pénétra toutes les lignes de défense (affaires, chameaux et voyageurs) et dévora 'Otaïbah. Personne ne put rien pour lui...

Pendant la bataille de OHod, Qatâdah Ibn An-No'mân étaient parmi les combattants musulmans. Pendant la bataille, il reçut un coup qui exorbita l'un de ses yeux. Il le prit dans sa main et trouva le Prophète. "Ô Prophète de Dieu, prie pour que Dieu me restitue mon oeil!", dit-il. Le Prophète lui dit: "Si tu le veux, je peux demander à Dieu de te restituer ton oeil. Et, si tu le veux, je peux aussi lui demander de t'admettre au Paradis." Alors il répondit: "Prie donc pour qu'il me restitue mon oeil et m'admette au Paradis." Sur ce, le Prophète prit son oeil, l'humecta de sa noble salive et le remit à sa place. Qatâdah recouvra sa vue et cet oeil fut par la suite le meilleur de ses yeux!

D'après Ibn IsHâq et d'autres, la main de Mo'âdh Ibn 'Afrâ' fut coupée pendant la bataille de Badr. Il la ramassa et la porta au Prophète qui déposa de sa salive dessus et la recolla à sa place par la bénédiction de sa noble salive.

Q'après At-Tabarâni et Al-Baïhaqi, 'Otbah Ibn Forqod embaumait tellement que ses épouses avaient beau se parfumer elles ne pouvaient rivaliser avec lui. L'une de ses trois épouses, Om 'Âsim, dit un jour: "Chacune de nous trois fait de son mieux pour être plus parfumée que les deux autres et 'Otbah, lui, personne ne le voit se parfumer et il sent mieux que nous!" Quand cette question vint aux oreilles de 'Otbah, il expliqua qu'un jour, il fut sujet d'une irruption cutanée massive et qui devenait très douloureuse la nuit. Le Prophète voyant son mal le fit asseoir devant lui. Il cracha dans ses mains et frotta son dos et son torse. Il guérit aussitôt et, depuis ce jour, il porta cette bonne senteur sans jamais se parfumer.

Miracles Avant Sa Naissance

L'incident de l'Eléphant

Parmi les évènements les plus significatifs dans la vie d'Abd El-MoTTalib sinon dans la vie de la Mecque toute entière, on recense l'incident dit de l'Eléphant (al-fîl, en arabe). Le grand-père du Prophète, Abd El-MoTTalib, était chargé du service de la Kaaba et de son entretien. Pendant la période du pélerinage, il se chargeait entre autres de transporter l'eau nécessaire pour étancher la soif des pélerins. Il était officiellement le chargé du service de la Maison Sacrée. Un chef chrétien d'Ethiopie du nom d'Abrahah décida de s'installer en Arabie et d'y ériger un sanctuaire destiné à attirer les pélerins arabes. En effet, la période du pélerinage chez les Arabes de ce temps s'accompagnait de nombreux échanges commerciaux et de nombreuses manifestations culturelles. La main mise sur cette rencontre annuelle représentait une perspective alléchante d'enrichissement. A sa grande surprise, les plans d'Abrahah ne réussirent pas à détourner les Arabes de la Kaaba car son caractère divin est bien plus vieux que la mémoire des Arabes. La Kaaba a toujours été considérée comme un sanctuaire sacré à travers les âges. Sa rénovation est attribué à Abraham et son fils Ismael et son histoire s'enracine dans l'histoire de la foi bien avant Abraham. On comprend alors que le temple flambant neuf proposé par Abrahah ne fasse pas le poids devant la Kaaba.

Afin de réaliser ses plans, Abrahah décida d'employer la force pour obliger les Arabes à abandonner la Mecque et faire leur pélerinage dans le nouveau sanctuaire (au sud de l'Arabie, du côté du Yemen). Il rassembla ses troupes indénombrables (qui lui avaient soumis le Yemen), ses cornacs et ses éléphants d'Ethiopie et se dirigea vers la Mecque pour détruire la Maison Sacrée. Les protestations des tribus arabes n'avaient aucun poids contre la volonté et la puissance d'Abrahah. Rendu aux portes de la Mecque, la taille des armées d'Abrahah jeta une terreur froide dans le coeur des Mecquois. Leur propre impuissance les désespérait...

Un seul homme resta impassible: Abd El-MoTTalib Ibn Hâshem, le futur grand-père du Prophète. Il demanda à rencontrer Abrahah en personne, dans son camp et au milieu de sa cour et de ses gardes. Au premier abord, le charisme d'Abd El-MoTTalib força le respect d'Abrahah. Il l'interrogea sur l'objet de cet entretien et, Abd El-MoTTalib de lui demander de lui restituer son troupeau de chameaux ravis par l'armée d'Abrahah !! Abrahah lui dit alors: "Je croyais que tu étais venu discuter d'une affaire plus importante que ça, quelque chose en rapport avec votre sanctuaire qui vous est si cher et que j'ai l'intention de raser." Abd El-MoTTalib lui dit: "Je t'ai parlé de mes chameaux car j'en suis le seigneur. Quant au Sanctuaire, sache qu'il a un Seigneur et que ce Seigneur le protégera..." Le despote lui rétorqua: "Il ne le protégera pas de moi!" L'ordre fut donné et les assaillants se dirigèrent vers la Mecque précédés par les phalanges éléphantines. Tout à coup, le grand éléphant qui sert de meneur pour tout le troupeau s'arrêta. On avait beau le forcer à marcher vers la Kaaba, il ne bougeait plus. Dès qu'on le détournait du Sanctuaire, il se relevait. Aussitôt qu'on l'orientait vers la Kaaba, il refusait de marcher... Face à ce contretemps, Abraha ordonna d'attaquer sans les éléphants. C'est alors que le temps se gâta, le ciel se chargea de nuages et une nuée d'oiseaux apparut dans le ciel. Ces oiseaux lapidèrent les agresseurs avec des milliers de petites pierres et eut raison des troupes d'Abraha !! Abraha, quant à lui, fut victime d'une maladie douloureuse qui rongea sont corps jusqu'à l'os...

Cet incident est célébré dans le Coran dans la sourate dite de l'Eléphant:

1. N'as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l'Eléphant.
2. N'a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine?
3. et envoyé sur eux des oiseaux par volées
4. qui leur lançaient des pierres d'argile?
5. Et Il les a réduit à un mâchis semblable à de la paille.

Il convient à ce stade de noter que l'incident de l'Elephant eut lieu pendant l'année de naissance du Prophète. Les traditions les plus sûres à ce sujet précise même que cet incident eut lieu le jour de la naissance du Prophète Mohammad (S)... Cet incident n'était que la première percée de lumière dans ce monde d'obscurantisme et de paganisme.

Ajoutons à tout cela la patience, la couragosité, la persévérance, et les qualités du Prophète Muhammed. Le seul parmi les Envoyés à n'avoir jamais commis de pêché. C'est un modèle qu'aucun ne peut égaler. Notons que lorsque Quraysh a torturé le Prophète, et qu'elle lui a dit : "Si tu cesses (ton message), nous t'offrirons la rayauté de tout ce pays, les richesses de tout nos hommes et les meilleures femmes". Muhammed a dit : "Par Allah, même si vous me mettez la lune dans une main et le soleil dans une autre, je ne cesserai pas ma mission!".

Croyant 


Chevronné
Chevronné
jazakalaho khayrane
merci frère ; je n'ai pas tout lu, mais c'est bien fait
c'est une bonne lecture pour Credo qui cherchait quelques miracles du prophète

en plus je rajoute deux choses :
- ceci c'est de l'histoire récente; et donc l'authenticité des histoires peut être vérifiée facilement car l’écriture et la transmission orale est courante et la langue est la même que nos jours
- à son pèlerinage; le prophète était entouré de plus de 100 000 musulmans et dont la plus part ont entendu ou témoigné de ces miracles
sans parler des éminents savants qui se sont dévoués à la conservation de la tradition prophétique comme cela n'a jamais été fait pour aucun homme au monde même de nos jours

ett donc personne ne peut dire je me demande si c'est vrai !

Voir le profil de l'utilisateur

LeNeutre 


Chevronné
Chevronné
C'est vraiment très clair et agréable a lire merci akhi smile

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité
Merci mes frères, mais l'honneur revient à un frère musulman, que Dieu le remercie. :)

Invité 


Invité
salam alaykoum,

Il y a un verset qui dit, mais il faut que je cherche dans ma mémoire et je vous le donnerai:

si mes souvenirs sont bons

"et pourquoi n'a-t-on pas donné de miracles à ce prophète" et Allah dit: de toute manière, meme si il a été donné des miracles au prophètes, les juifs ne l'auront pas cru...

en sous entendant que les juifs avaient assez fait de transgressions en regard d'Allah et qu'ils ont été de tout temps rebel et ainsi, ils n'auraient tout de meme pas cru.

Il y a un miracle apres la bataille de badr, pour la bataille d'uhud, c'est que les troupes de Mohamed étaient d'un certain nombre, mais Allah a multiplié le nombre aux yeux des tribus rivales par miracle avec des anges.

Enormément de victoires dans les batailles par miracles. La sourate al fil (les éléphants) mentionnent que des éléphants étaient venus pour saccager avec les ennemis la kaaba, les oiseaux sont venus la protéger...

La particularité du prophète Mohamed était qu'il faisait fuir ses troupes ennemis à la vue de Mohamed à des kilometres...

Le Coran est le miracle de Mohamed.

Mais pas autant de miracles comparés aux miracles que tous les prophètes ont fait pour les enfants d'israel: les 16 prophètes dont Moussa etc.

Cela dit, Allah a donné beaucoup de victoires au prophète Mohamed sws dans plusieurs batailles.

Je vous apporterai les mentions de la sunna.

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum