Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@EP a écrit: Tu sais combien des lexiques hébreu-anglais existent ? Profite pour faire aussi voir ce dictionnaire de William Smith.

Des doucesu belles paroles le monde en as assez. Je veux voir ces sources.

Tu sais très bien que tous les livres nont pas sur internet. Donc ça ne va pas t'avancer et je fais remarquer que tu affirmais à tord que dans les langues anciennes, le pluriel de majesté n'existait pas.

Que tu le veuilles ou pas, ce pluriel d'accaparement ou intensif ou de majesté peu importe s'applique bien à Jéhovah Dieu.

D'autre part, le Shema ne dit pas "Jéhovah notre Dieu est un seul Dieu" mais "Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah".

Le Shema était surtout destiné à souligner “la personnalité unique de Dieu”. Selon le Talmud juif (Berachoth 19a), le dernier mot, ʼÈḥadh (“Un”), “devait être particulièrement accentué quand on le prononçait, en détachant chaque syllabe”. (W. Oesterley et G. Box.) Cet ʼÈḥadh allongé, qui se rapportait à Dieu, proclamait aussi son caractère unique.

La venue de Jésus sur terre a-t-elle mis fin au monothéisme? Levi Paine répond: “Il n’y a sur ce point aucune rupture entre l’Ancien Testament et le Nouveau. La tradition monothéiste se perpétue. Jésus était Juif, instruit par des parents juifs selon les principes de l’Ancien Testament. Son enseignement était fondamentalement juif; certes un Évangile nouveau, mais non pas une théologie nouvelle. (...) En outre, il faisait sien le grand texte du monothéisme juif: ‘Entends, ô Israël, le Seigneur notre Dieu est un seul Dieu.’”
On trouve ces paroles en Deutéronome 6:4. Voici comment elles sont rendues dans La Bible de Jérusalem: “Écoute, Israël: Yahvé notre Dieu est le seul Yahvé.” Du point de vue grammatical, le mot “seul” n’est accompagné d’aucun modificatif au pluriel suggérant qu’il se rapporte à plus d’une personne.
L’apôtre Paul n’a, lui non plus, signalé aucun changement dans la nature de Dieu, et ce même après la venue de Jésus sur terre. Il a écrit: “Dieu n’est qu’un seul.” — Galates 3:20; voir 1 Corinthiens 8:4-6.
Des milliers de fois, la Bible parle de Dieu comme d’une seule personne. Lorsque Dieu s’exprime, il le fait en tant qu’être unique et indivisible. La Bible est on ne peut plus claire à ce sujet. Dieu dit: “Je suis Jéhovah. C’est là mon nom; et je ne donnerai ma gloire à nul autre.” (Ésaïe 42:8). “Je suis Yahvé, ton Dieu (...). Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi.” (C’est nous qui soulignons). — Exode 20:2, 3, Jé.
Pourquoi tous les rédacteurs de la Bible, inspirés par Dieu, parleraient-ils de lui comme d’une seule personne si, en réalité, il était constitué de trois personnes? Quel but ce procédé servirait-il, si ce n’est celui de tromper les gens? Si Dieu se composait de trois personnes, il aurait certainement fait en sorte que les rédacteurs de sa Parole établissent ce point sans aucune équivoque, afin que nul doute ne subsiste. À tout le moins, on peut penser que les rédacteurs des Écritures grecques chrétiennes qui ont côtoyé le Fils de Dieu l’auraient fait; mais il n’en a rien été.
Au contraire, ce que les rédacteurs de la Bible ont établi de façon sûre, c’est que Dieu est une seule Personne, un Être unique, indivisible et sans égal: “Je suis Jéhovah, et il n’y en a pas d’autre. Moi excepté, il n’y a pas de Dieu.” (Ésaïe 45:5). “Toi, dont le nom est Jéhovah, tu es, toi seul, le Très-Haut sur toute la terre.” — Psaume 83:18.

Cette croyance en un seul Dieu fut léguée au christianisme et à l’islām. Voici ce qu’en dit un rabbin du nom de J. Hertz: “Cette déclaration sublime du monothéisme absolu était une déclaration de guerre contre toutes les formes de polythéisme (...). De la même manière, le Shema exclut la Trinité du credo chrétien comme une violation de l’unicité de Dieu.”


Dans les exemples intéressants, une forme du titre ʼèlohim est utilisée en Juges 16:23 pour désigner le faux dieu Dagon; or le verbe qui l’accompagne est au singulier, ce qui prouve qu’il n’est question que d’un seul dieu. En Genèse 42:30, Joseph est qualifié de “seigneur” (ʼadhonay, pluriel d’excellence) de l’Égypte.
La langue grecque n’a pas de pluriel de majesté ou d’excellence. Voilà pourquoi en Genèse 1:1 les traducteurs de la LXX ont fait correspondre ho Théos (Dieu au singulier) à ʼÈlohim. En Marc 12:29, où Jésus cite Deutéronome 6:4, c’est également le terme grec ho Théos, au singulier, qui apparaît.

Au sujet de la Trinité:
Une encyclopédie reconnaît: “Le mot Trinité ne figure pas dans le Nouveau Testament. La doctrine qu’il désigne n’y est jamais énoncée explicitement. Jésus et ses disciples n’ont certainement pas voulu renier le Shema de l’Ancien Testament, savoir: ‘Écoute, Israël: l’Éternel est notre Dieu, l’Éternel est un!’ (Deut. 6:4). (...) Cette doctrine a pris forme progressivement, sur plusieurs siècles et à travers bien des controverses. (...) Vers la fin du IVe siècle (...), la doctrine de la Trinité avait reçu en grande partie la forme qu’elle a toujours gardée depuis.” — The New Encyclopædia Britannica (1976), Micropædia, tome X, p. 126.
Une encyclopédie catholique déclare: “La formulation ‘un Dieu en trois personnes’ n’a pas été solidement établie ni sans doute pleinement intégrée à la vie chrétienne et à sa profession de foi avant la fin du IVe siècle. Pourtant, c’est précisément cette formulation qui a prétendu la première au titre de dogme de la Trinité. Chez les Pères apostoliques, on ne trouve rien qui rappellerait même de loin ce point de vue.” — New Catholic Encyclopedia (1967), tome XIV, p. 299.
Voici ce que nous lisons dans une autre encyclopédie: “Le christianisme tirait ses origines du judaïsme, et celui-ci était strictement unitaire [il présentait Dieu comme une seule personne]. De Jérusalem à Nicée, on est loin d’avoir cheminé en droite ligne. La doctrine trinitaire du IVe siècle ne donnait pas une idée exacte des croyances des premiers chrétiens sur la nature de Dieu; elle en constituait au contraire une déviation.” — The Encyclopedia Americana (1956), tome XXVII, p. 294L.
Dans son Dictionnaire universel, Maurice Lachâtre écrit: “La trinité platonique [platonicienne], qui ne fut elle-même au fond qu’une sorte d’arrangement, de disposition nouvelle, des trinités plus anciennes des peuples qui avaient précédé, nous paraît bien être la trinité philosophique, rationnelle, c’est-à-dire la trinité d’attributs qui a donné naissance à la triplicité d’hypostases ou de personnes divines des Églises chrétiennes (...). Cette conception de la Trinité divine du philosophe grec [Platon, IVe siècle av. n. è.] se trouve partout dans les anciennes religions [païennes].” — Paris, 1865-1870, tome II, p. 1467.
De son côté, John McKenzie déclare: “La trinité de personnes dans l’unité de nature est définie en termes de ‘personne’ et de ‘nature’, qui sont des termes de philosophie gr[ecque]; en fait, ces mots n’apparaissent pas dans la Bible. Les définitions trinitaires résultent de longues controverses dans lesquelles ces termes et d’autres comme ‘essence’ et ‘substance’ ont été appliqués à tort à Dieu par certains théologiens.” — Dictionary of the Bible (New York, 1965), p. 899.

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@akime a écrit:
@ami de la vérité a écrit:
@akime a écrit:[quBeaucoup d’expressions dans la bible ont été traduites au sens littéral du terme au lieu de l être au sens métaphorique du terme , j’en veut pour exemple
"fils de Dieu"


En hébreu "ben elohim" se traduit par "fils de dieu".
"ben" = fils (de); , "elohim" qui se traduit par dieu (pluriel de majesté ici)
Les israélites comprenaient cette expression « fils de dieu «  comme quelqu’un de vertueux , pieux et croyant , veut tu des preuves ?


Fondamentalement, les textes permettent de comprendre que "fils de Dieu" désignait toute créature parfaite faite à l'image de Dieu.

Etaient ainsi les anges et l'homme génériquement. Adam comme "fils de Dieu" et Eve comme "fille de Dieu" si je peux dire, tous deux crées à l'image de Dieu.

Mais commen

Voir le profil de l'utilisateur

akime 


Enthousiaste
Enthousiaste
@ami de la vérité a écrit:
@akime a écrit:
@ami de la vérité a écrit:
@akime a écrit:[quBeaucoup d’expressions dans la bible ont été traduites au sens littéral du terme au lieu de l être au sens métaphorique du terme , j’en veut pour exemple
"fils de Dieu"


En hébreu "ben elohim" se traduit par "fils de dieu".
"ben" = fils (de); , "elohim" qui se traduit par dieu (pluriel de majesté ici)
Les israélites comprenaient cette expression « fils de dieu «  comme quelqu’un de vertueux , pieux et croyant , veut tu des preuves ?


Fondamentalement, les textes permettent de comprendre que "fils de Dieu" désignait toute créature parfaite faite à l'image de Dieu.

Etaient ainsi les anges et l'homme génériquement. Adam comme "fils de Dieu" et Eve comme "fille de Dieu" si je peux dire, tous deux crées à l'image de Dieu.

Mais commen
donc il s'agit d'une métaphore .
Donc on peut en déduire que jésus fils de dieu en est une

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@akime a écrit:[donc il s'agit d'une métaphore .
Donc on peut en déduire que jésus fils de dieu en est une

Non, car les hommes diffèrent des animaux dans leur conception. Les créatures animales ne peuvent être des "fils de Dieu". Et Jésus fut comme Adam à sa conception : une créature à l'image de Dieu, sainte, pure et sans défaut, sans aucune prise pour le diable.

"fils de Dieu" est comme un titre si tu veux qui souligne aussi que Dieu agit comme un père aimant.

Dans le cas de Jésus, parce que il fut le dernier Adam, et parce que Dieu l'a crée directement, il est pleinement et naturellement "fils de Dieu".

Voir le profil de l'utilisateur

EP 


Chevronné
Chevronné
@ami de la vérité a écrit:
Au sujet de la Trinité:
Une encyclopédie reconnaît: “Le mot Trinité ne figure pas dans le Nouveau Testament. La doctrine qu’il désigne n’y est jamais énoncée explicitement. Jésus et ses disciples n’ont certainement pas voulu renier le Shema de l’Ancien Testament, savoir: ‘Écoute, Israël: l’Éternel est notre Dieu, l’Éternel est un!’ (Deut. 6:4). (...) Cette doctrine a pris forme progressivement, sur plusieurs siècles et à travers bien des controverses. (...) Vers la fin du IVe siècle (...), la doctrine de la Trinité avait reçu en grande partie la forme qu’elle a toujours gardée depuis.” — The New Encyclopædia Britannica (1976), Micropædia, tome X, p. 126.
Une encyclopédie catholique déclare: “La formulation ‘un Dieu en trois personnes’ n’a pas été solidement établie ni sans doute pleinement intégrée à la vie chrétienne et à sa profession de foi avant la fin du IVe siècle. Pourtant, c’est précisément cette formulation qui a prétendu la première au titre de dogme de la Trinité. Chez les Pères apostoliques, on ne trouve rien qui rappellerait même de loin ce point de vue.” — New Catholic Encyclopedia (1967), tome XIV, p. 299.
Voici ce que nous lisons dans une autre encyclopédie: “Le christianisme tirait ses origines du judaïsme, et celui-ci était strictement unitaire [il présentait Dieu comme une seule personne]. De Jérusalem à Nicée, on est loin d’avoir cheminé en droite ligne. La doctrine trinitaire du IVe siècle ne donnait pas une idée exacte des croyances des premiers chrétiens sur la nature de Dieu; elle en constituait au contraire une déviation.” — The Encyclopedia Americana (1956), tome XXVII, p. 294L.
Dans son Dictionnaire universel, Maurice Lachâtre écrit: “La trinité platonique [platonicienne], qui ne fut elle-même au fond qu’une sorte d’arrangement, de disposition nouvelle, des trinités plus anciennes des peuples qui avaient précédé, nous paraît bien être la trinité philosophique, rationnelle, c’est-à-dire la trinité d’attributs qui a donné naissance à la triplicité d’hypostases ou de personnes divines des Églises chrétiennes (...). Cette conception de la Trinité divine du philosophe grec [Platon, IVe siècle av. n. è.] se trouve partout dans les anciennes religions [païennes].” — Paris, 1865-1870, tome II, p. 1467.
De son côté, John McKenzie déclare: “La trinité de personnes dans l’unité de nature est définie en termes de ‘personne’ et de ‘nature’, qui sont des termes de philosophie gr[ecque]; en fait, ces mots n’apparaissent pas dans la Bible. Les définitions trinitaires résultent de longues controverses dans lesquelles ces termes et d’autres comme ‘essence’ et ‘substance’ ont été appliqués à tort à Dieu par certains théologiens.” — Dictionary of the Bible (New York, 1965), p. 899.
T´es un très bon copieur/colleur qui n´est même pas capable de faire voir une source!

Question trinité et le mensonge qu´elle fut établie dans le Concile de Nicée et machin,tiens celle-la,et sache que ce n´est pas un copier/coller,mes sources sont visibles pour tout le monde,pour que chacun puisse vérifier et attester. Ceci est un sujet a moi d´un ancien forum déjà fermée :


Ce Père de L'Église qui vécu au 2ème siècle nous fait remarquer que dans ses écrits la Tri-Unité n'est pas un concept étranger ni bizarre à son époque.

Après la Bible ses écrits sont les plus anciens qui attestent ce fait...



Livre 2/15

" Τετάρτῃ ἡμέρᾳ ἐγένοντο οἱ φωστῆρες. ἐπειδὴ ὁ θεὸς προγνώστης ὢν ἠπίστατο τὰς φλυαρίας τῶν ματαίων φιλοσόφων, ὅτι ἤμελλον λέγειν ἀπὸ τῶν στοιχείων εἶναι τὰ ἐπὶ τῆς γῆς φυόμενα, πρὸς τὸ ἀθετεῖν τὸν θεόν· ἵν' οὖν τὸ ἀληθὲς δειχθῇ, προγενέστερα γέγονεν τὰ φυτὰ καὶ τὰ σπέρματα τῶν στοιχείων· τὰ γὰρ μεταγενέστερα οὐ δύναται ποιεῖν τὰ αὐτῶν προγενέστερα. ταῦτα δὲ δεῖγμα καὶ τύπον ἐπέχει μεγάλου μυστηρίου. ὁ γὰρ ἥλιος ἐν τύπῳ θεοῦ ἐστιν, ἡ δὲ σελήνη ἀνθρώπου. καὶ ὥσπερ ὁ ἥλιος πολὺ διαφέρει τῆς σελήνης δυνάμει καὶ δόξῃ, οὕτως πολὺ διαφέρει ὁ θεὸς τῆς ἀνθρωπότητος καὶ καθάπερ ὁ ἥλιος πλήρης πάντοτε διαμένει μὴ ἐλάσσων γινόμενος, οὕτως πάντοτε ὁ θεὸς τέλειος διαμένει, πλήρης ὢν πάσης δυνάμεως καὶ συνέσεως καὶ σοφίας καὶ ἀθανασίας καὶ πάντων τῶν ἀγαθῶν· ἡ δὲ σελήνη κατὰ μῆνα φθίνει καὶ δυνάμει ἀποθνήσκει, ἐν τύπῳ οὖσα ἀνθρώπου, ἔπειτα ἀναγεννᾶται καὶ αὔξει εἰς δεῖγμα τῆς μελλούσης ἔσεσθαι ἀναστάσεως.
Ὡσαύτως καὶ αἱ τρεῖς ἡμέραι πρὸ τῶν φωστήρων γεγονυῖαι τύποι εἰσὶν τῆς τριάδος, τοῦ θεοῦ καὶ τοῦ λόγου αὐτοῦ καὶ τῆς σοφίας αὐτοῦ. τετάρτῳ δὲ τόπῳ ἐστὶν ἄνθρωπος ὁ προσδεὴς τοῦ φωτός, ἵνα ᾖ θεός, λόγος, σοφία, ἄνθρωπος. διὰ τοῦτο καὶ τετάρτῃ ἡμέρᾳ ἐγενήθησαν φωστῆρες."


τριάδος ==> Triade [grec] ==> Trinitas [latin] ==> Trinité [français]

Version grecque : ==> Cliquer ICI

Version française :

http://www.archive.org/stream/TheophileAAutolycus/Theophile1-2-3#page/n13/mode/2up

Version anglaise :

http://www.earlychristianwritings.com/text/theophilus-book2.html

" C'est la première attestation chrétienne de cette désignation de Dieu qui, via le latin "Trinitas" est traduit en français par Trinité. Pourtant, Théophile ne semble pas l'avancer comme une nouveauté, mais comme un concept d'usage commun dans l'Eglise."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9ophile_d'Antioche

~Va et j´ai remarque que tu a évitée fort commenter ce que disait Andre Chouraqui...a part remettre des copiers/collers.je me demande si tu arrive a réfléchir par toi-même et faire tes propres recherches. Essaye de ne pas toucher au cd des TJ...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wiki-protestants.org/

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
Je n'ai pas à commenter les convictions personnelles de Mr André Chouraqui.


Il a également fallu du temps pour que le mot “Trinité” soit accepté. Dans la seconde moitié du IIe siècle, Théophile, évêque d’Antioche de Syrie, qui écrivait en grec, a introduit le mot trias, qui signifirait “triade” ou “trinité”. Ensuite, l’écrivain latin Tertullien, qui vivait à Carthage, en Afrique du Nord, a fait usage dans ses écrits du mot trinitas, qui signifie “trinité”. Cependant, on ne trouve pas le mot trias dans les Écritures grecques chrétiennes, rédigées sous l’inspiration divine, et le mot trinitas ne figure pas dans la traduction latine de la Bible appelée Vulgate. Aucune de ces deux expressions n’est biblique. Toutefois, le mot “Trinité”, issu de concepts païens, s’est introduit dans la littérature ecclésiastique et, après le IVe siècle, il en est venu à faire partie du dogme des Églises.


L’Encyclopédie catholique (angl.) dit à ce propos: “Jusqu’à présent on n’a trouvé dans l’Écriture aucun terme particulier qui englobe les Trois Personnes divines. Le mot τρίας [trias] (dont trinitas est la traduction latine) se rencontre pour la première fois chez Théophile d’Antioche vers 180 apr. J.-C. (...) Peu après, il apparaît sous sa forme latine, trinitas, dans les œuvres de Tertullien.”
Au demeurant, on ne peut déduire de ce texte que Tertullien enseignait la Trinité. Un ouvrage catholique, Trinitas: Encyclopédie théologique de la Sainte Trinité (angl.), fait remarquer que certains des termes utilisés par Tertullien ont été empruntés par d’autres auteurs pour décrire la Trinité. Toutefois, cette publication lance la mise en garde suivante: “Il ne conviendrait pas de tirer des conclusions hâtives de cet emprunt, car il [Tertullien] n’applique pas ces termes à la théologie trinitaire.”

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@EP a écrit:Après la Bible ses écrits sont les plus anciens qui attestent ce fait..

Mais la Bible ne va pas dans votre sens.

Si le mot Elohim implique une pluralité de personnes dans la Divinité, cette Divinité serait alors composée de plus d’un El, puisque El est la forme abrégée(racine) au singulier d’Elohim. Mais les Ecritures montrent, d’une façon concluante, qu’il n’y a qu’un El, Yahweh Lui-même.

Le Roi David louait Yahweh en constatant que :
« C’est le Dieu (El) d’Israël qui donne au peuple puissance et pouvoir ». (Psaume 68:36)

Plusieurs passages du livre d’Esaïe rayonnent de la gloire d’El, le Puissant Dieu d’Israël. Par l’entremise de ce prophète, Yahweh proclamait :

« Souvenez-vous des premiers événements, car Je suis Dieu (El) et il n’y en a point d’autre ». (Esaïe 46:9)

« Tournez-vous vers Moi et soyez sauvés… Car je suis Dieu (El), et après Moi il n’y en aura pas ». (Esaïe 45:22)

« …c’est Moi, avant Moi il n’a pas été formé de Dieu (El), et après Moi il n’y en aura pas ». (Esaïe 43:10)

Il est clair que le Dieu des Ecritures hébraïques est un Dieu Puissant – un El – non deux ou trois

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité
La Septante traduit Elohim par hoThéos en Genèse 1:1 preuve que pour les traducteurs de la Septante, Elohim voulait dire Dieu et non Dieux.

akime 


Enthousiaste
Enthousiaste
@ami de la vérité a écrit:
@akime a écrit:[donc il s'agit d'une métaphore .
Donc on peut en déduire que jésus fils de dieu en est une

Non, car les hommes diffèrent des animaux dans leur conception. Les créatures animales ne peuvent être des "fils de Dieu". Et Jésus fut comme Adam à sa conception : une créature à l'image de Dieu, sainte, pure et sans défaut, sans aucune prise pour le diable.

"fils de Dieu" est comme un titre si tu veux qui souligne aussi que Dieu agit comme un père aimant.

Dans le cas de Jésus, parce que il fut le dernier Adam, et parce que Dieu l'a crée directement, il est pleinement et naturellement "fils de Dieu".
montre moi ou j'ai parlé d'animaux , j'ai jamais parlé d'animaux , pourquoi tu me sors ça ???

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
C'était pour teàaire remarquer que originellement "fils de Dieu" se réfère une catégorie particulière de créatures vivantes.

Voir le profil de l'utilisateur

Croyant 


Chevronné
Chevronné
@ami de la vérité a écrit:C'était pour te faire remarquer que originellement "fils de Dieu" se réfère une catégorie particulière de créatures vivantes.
C'est quoi ces créatures vivantes ? comment elles sont ?

Voir le profil de l'utilisateur

EP 


Chevronné
Chevronné
@ami de la vérité a écrit:Je n'ai pas à commenter les convictions personnelles de Mr André Chouraqui.
Oui je sais,pour une soi-disant personne qui ne comprends rien au texte hébreu...il y a fort a faire la face a Andre Chouraqui qui domine aisément les langues sémitiques!! C´est bien l´auteur de ton pitoyable article qui est un ignorant.

@ami de la vérité a écrit:Il a également fallu du temps pour que le mot “Trinité” soit accepté. Dans la seconde moitié du IIe siècle, Théophile, évêque d’Antioche de Syrie, qui écrivait en grec, a introduit le mot trias, qui signifirait “triade” ou “trinité”. Ensuite, l’écrivain latin Tertullien, qui vivait à Carthage, en Afrique du Nord, a fait usage dans ses écrits du mot trinitas, qui signifie “trinité”. Cependant, on ne trouve pas le mot trias dans les Écritures grecques chrétiennes, rédigées sous l’inspiration divine, et le mot trinitas ne figure pas dans la traduction latine de la Bible appelée Vulgate. Aucune de ces deux expressions n’est biblique. Toutefois, le mot “Trinité”, issu de concepts païens, s’est introduit dans la littérature ecclésiastique et, après le IVe siècle, il en est venu à faire partie du dogme des Églises.


L’Encyclopédie catholique (angl.) dit à ce propos: “Jusqu’à présent on n’a trouvé dans l’Écriture aucun terme particulier qui englobe les Trois Personnes divines. Le mot τρίας [trias] (dont trinitas est la traduction latine) se rencontre pour la première fois chez Théophile d’Antioche vers 180 apr. J.-C. (...) Peu après, il apparaît sous sa forme latine, trinitas, dans les œuvres de Tertullien.”
Au demeurant, on ne peut déduire de ce texte que Tertullien enseignait la Trinité. Un ouvrage catholique, Trinitas: Encyclopédie théologique de la Sainte Trinité (angl.), fait remarquer que certains des termes utilisés par Tertullien ont été empruntés par d’autres auteurs pour décrire la Trinité. Toutefois, cette publication lance la mise en garde suivante: “Il ne conviendrait pas de tirer des conclusions hâtives de cet emprunt, car il [Tertullien] n’applique pas ces termes à la théologie trinitaire.”
Et tu n´ arrête pas de mette ton cd TJ au service,heim? T´es si tellement endoctrinée que tu ne peut pas en passer un post sans copier/coller ? Jusqu´a maintenant rien ne sort de ta tête. On dirais un robot. Sache aussi que le mot "internet" n´y est pas explicitement dans la Bible et pourtant je te jure que ça existe!

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wiki-protestants.org/

EP 


Chevronné
Chevronné
né de nouveau a écrit:La Septante traduit Elohim par hoThéos en Genèse 1:1 preuve que pour les traducteurs de la Septante, Elohim voulait dire Dieu et non Dieux.
Oui,la Septante met un gars a nager pendant un an!! C´est une preuve de la véracité de la Septante ? Quel est l´ autorité des traducteurs de la Septante ? On ne sais même pas qui a écrit ce livre!!

Sinon est coutume traduire par " Dieu",mais comme disait Chouraqui,cette unité contient une pluralité.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wiki-protestants.org/

akime 


Enthousiaste
Enthousiaste
@ami de la vérité a écrit:C'était pour teàaire remarquer que originellement "fils de Dieu" se réfère une catégorie particulière de créatures vivantes.
Ma question est : l’expression jésus fils de dieu est une métaphore oui ou non

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@akime a écrit:
@ami de la vérité a écrit:C'était pour te faire remarquer que originellement "fils de Dieu" se réfère une catégorie particulière de créatures vivantes.
Ma question est : l’expression jésus fils de dieu est une métaphore oui ou non

Et je t'ai répoindu.
http://www.etudes-litteraires.com/figures-de-style/metaphore.php

Où est donc la métaphore dans vos propos ? De plus si certaines créatures animales par exemple, font parti d'un groupe appelé félins, cela fait-il de cette catégorie "les félins" une métaphore ? Tel était l'homme mâle et femelle et devait être sa descendance, originellement : des fils et des filles de Dieu.

Voir le profil de l'utilisateur

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@EP a écrit:
né de nouveau a écrit:La Septante traduit Elohim par hoThéos en Genèse 1:1 preuve que pour les traducteurs de la Septante, Elohim voulait dire Dieu et non Dieux.
Oui,la Septante met un gars a nager pendant un an!! C´est une preuve de la véracité de la Septante ? Quel est l´ autorité des traducteurs de la Septante ? On ne sais même pas qui a écrit ce livre!!

Sinon est coutume traduire par " Dieu",mais comme disait Chouraqui,cette unité contient une pluralité.

Chouraqui devient votre nouvel évangile quand ça arrange, mais vous lui faites honte par vos injures car la septante fut largement utilisée par les premiers chrétiens.

Voir le profil de l'utilisateur

EP 


Chevronné
Chevronné
@ami de la vérité a écrit:Chouraqui devient votre nouvel évangile quand ça arrange, mais vous lui faites honte par vos injures car la septante fut largement utilisée par les premiers chrétiens.
Qui mieux que lui,un pro en langues sémitiques pour expliquer ce que c´est " Elohim" ? Un pluriel tout court,dit-il!

Sinon en cas de doute prend n´importe quel dictionnaire de langue hébraïque classique et montre-moi cette histoire de "pluriel de majesté" ?

Seul la tribu de Levi,les Levites sont autorisées a garder et préserver la Parole de Dieu : Dt 31. 24-26 / Ml 2. 7-8
Dt 17. 17-19 / Esd 7. 6 / 2Ch 34. 13-15.

Donc la Septante n´est pas une traduction a être pris au sérieux.. Dire que les 12 tribus ont traduit un quelconque livre,est un pur mensonge! Seul et seul les Lévites ont ce pouvoir qui fut donnée par Dieu qu´a eux et seulement a eux. Jamais aucune tribu oserait passer en dessus de cette ordre divine. Sont eux les gardiens de la Parole depuis lustres.

C´est vous qui injuriez les ordres divines. La Septante ne peut pas être pris au sérieux. Il faut la lire avec un oeil critique.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wiki-protestants.org/

ami de la vérité 


Chevronné
Chevronné
@EP a écrit:
@ami de la vérité a écrit:Chouraqui devient votre nouvel évangile quand ça arrange, mais vous lui faites honte par vos injures car la septante fut largement utilisée par les premiers chrétiens.
Qui mieux que lui,un pro en langues sémitiques pour expliquer ce que c´est " Elohim" ? Un pluriel tout court,dit-il!

Sinon en cas de doute prend n´importe quel dictionnaire de langue hébraïque classique et montre-moi cette histoire de "pluriel de majesté" ?

Seul la tribu de Levi,les Levites sont autorisées a garder et préserver la Parole de Dieu : Dt 31. 24-26 / Ml 2. 7-8
Dt 17. 17-19 / Esd 7. 6 / 2Ch 34. 13-15.

Donc la Septante n´est pas une traduction a être pris au sérieux.. Dire que les 12 tribus ont traduit un quelconque livre,est un pur mensonge! Seul et seul les Lévites ont ce pouvoir qui fut donnée par Dieu qu´a eux et seulement a eux. Jamais aucune tribu oserait passer en dessus de cette ordre divine. Sont eux les gardiens de la Parole depuis lustres.

C´est vous qui injuriez les ordres divines. La Septante ne peut pas être pris au sérieux. Il faut la lire avec un oeil critique.

Les premiers chrétiens se sont bien servi de la Septante notamment pour annoncer la bonne nouvelle et enseigner.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Bible
Septante:
Le Tanakh fut traduit en grec à Alexandrie, suivant l'obligation faite à tout navire mouillant dans son port de livrer une traduction et un original des livres tenus à bord au dépôt de la bibliothèque d'Alexandrie, et aussi pour permettre aux Juifs résidant en Égypte d'étudier un texte devenu pour eux incompréhensible, car ils ne connaissaient plus l'usage de l'hébreu.

Selon une légende rapportée par la Lettre d'Aristée 1 et amplifiée depuis, la traduction en grec de la Torah, dite « des Septante » ou « alexandrine », est l'œuvre de soixante-douze savants juifs, six par tribu, qui, à la demande des autorités grecques d'Égypte (et isolés pendant soixante-douze jours, selon certaines versions), aboutirent à un texte commun.

Cette traduction devait être reçue comme ayant autant de valeur que l'œuvre originale, malgré certaines critiques. Cette version fut conservée à la bibliothèque d'Alexandrie avec les « Lois » : elle ne relève pas alors de la religion, mais du code coutumier du peuple juif. Toujours est-il que le nom de « Septante » est resté à cette traduction du IIIe siècle AEC et à toute la Bible grecque par extrapolation. Les autres livres ont été traduits, voire écrits directement, en grec, au fil des siècles suivants.

Ce corpus, largement répandu dans la diaspora juive hellénophone du Ier siècle, sera adopté tel quel par les premiers chrétiens, et constitue l'Ancien Testament.

Lors de l’instauration du judaïsme rabbinique, pour se démarquer du christianisme naissant, le texte grec est abandonné dans le monde juif au profit du texte hébreu, pour des raisons à la fois linguistiques et religieuses 6. Après avoir été la version la plus répandue dans le monde juif hellénistique, la Septante devient l'Ancien Testament des chrétiens. Dès lors, le judaïsme la rejette de plus en plus à partir de la fin du Ier siècle ECN 7.

Voir le profil de l'utilisateur

EP 


Chevronné
Chevronné
@ami de la vérité a écrit:Les premiers chrétiens se sont bien servi de la Septante notamment pour annoncer la bonne nouvelle et enseigner.
Preuves ?



Selon une légende rapportée par la Lettre d'Aristée 1 et amplifiée depuis, la traduction en grec de la Torah, dite « des Septante » ou « alexandrine », est l'œuvre de soixante-douze savants juifs, six par tribu, qui, à la demande des autorités grecques d'Égypte (et isolés pendant soixante-douze jours, selon certaines versions), aboutirent à un texte commun.
Des légendes sans pieds ni tête. Je t´ai dis et c´est écrit dans la Bible noir sur blanc que seuls les Lévites pouvaient traduire,si tel était le cas. Aucune autre tribu a cette autorisation de Dieu! Alors pourquoi vas-tu contre ce que la Bible dis ? Vas tu croire a des légendes et des histoires qui sont et total disharmonie avec les textes Bibliques ?

Et puis crois-tu que dialoguer avec un robot qui copie/colle des réponses systématiquement est salutaire dans un dialogue ?
Faut rechercher,pense par soi-même,ouvrir la Bible et étudier, éplucher mot par mot,chaque verbatim,les comparer...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wiki-protestants.org/

Contenu sponsorisé 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum